Mozilla.svg

Paul Verlaine’s (Verlaine)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Œuvres posthumesMesseinPremier volume (p. 64-65).
◄  Oxford

PAUL VERLAINE'S


Lecture at Barnard's Jun Hall.


Dans ce hall trois fois séculaire,
Sur ce fauteuil dix fois trop grand,
À ce pupitre révérend
Qu’une lampe, vieux cuivre, éclaire,

J’étais comme en quel temps ancien !
Et l’âme, un peu, du Moyen Age
M’investissait d’un parrainage
Grâce à mes airs mûrs séant bien.

Ma parole en l’antique salle
Ne jurait pas trop, célébrant
La Foi du passé, sûr garant,
L’éternel Beau, vérité sainte !

J’entretenais de mon pays,
De cette France athénienne,
Une élite londonienne
Dont les vœux furent obéis


Puisque de l’estrade sévère
Il ne tombait, conformément
Au réel devoir du moment,
Que ces mots : « Bien dire et bien faire »,

Et tel bel autre et cœtera
Dont s’esjouit la bonne salle
— Coin de la ville colossale
Où, ce soir, l’Esprit se terra…

Je conserverai la mémoire
Bien profondément et longtemps
De ces miens sérieux instants
Où j’ai revécu de l’histoire.


London, novembre 1893, on the, 21 th.