Perceval ou le conte du Graal

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher


Perceval ou le conte du Graal

 

(361a.1)
Qui petit seme petit quialt,
et qui auques recoillir vialt
an tel leu sa semance espande
que fruit a cent dobles li rande ;
car an terre qui rien ne vaut,
bone semance i seche et faut.
Crestiens seme et fet semance
d’un romans que il ancomance,
et si le seme an si bon leu
qu’il ne puet estre sanz grant preu,
qu’il le fet por le plus prodome
qui soit an l’empire de Rome.
C’est li cuens Phelipes de Flandres,
qui mialz valt ne fist Alixandres,
cil que l’an dit qui tant fu buens.
Mes je proverai que li cuens
valt mialz que cist ne fist asez,
car il ot an lui amassez
toz les vices et toz les max
dont li cuens est mondes et sax.
Li cuens est tex que il n’escote
vilain gap ne parole estote,
et s’il ot mal dire d’autrui,
qui que il soit, ce poise lui.
Li cuens ainme droite justise
et leauté et Sainte Iglise,
et tote vilenie het ;
s’est plus larges que l’an ne set,
qu’il done selonc l’Evangile,
sanz ypocrisye et sanz guile,
qui dit : « Ne saiche ta senestre
le bien, quant le fera la destre. »
Cil le saiche qui le reçoit,
et Dex, qui toz les segrez voit
et set totes les repostailles
qui sont es cuers et es antrailles.
L’Evangile, por coi dit ele :
« Tes biens a ta senestre cele ? »
La senestre, selonc l’estoire,
senefie la vainne gloire
(361b.41)
qui vint de fause ypocrisie.
Et la destre, que senefie ?
Charité, qui de sa bone oevre
pas ne se vante, ençois la coevre,
que nus ne le set se cil non
qui Dex et Charité a non.
Dex est charitez, et qui vit
an charité, selonc l’escrit,
sainz Pos lo dit et je le lui,
qu’i maint an Deu et Dex an lui.
Donc sachoiz bien de verité
que li don sont de charité
que li bons cuens Felipes done,
c’onques nelui n’an areisone
fors son franc cuer le debonere,
qui li loe le bien a fere.
Ne valt mialz cil que ne valut
Alixandres, cui ne chalut
de charité ne de nul bien ?
Oïl, n’an dotez ja de rien.
Donc avra bien sauve sa peinne
Crestiens, qui antant et peinne
a rimoier le meillor conte,
par le comandement le conte,
qui soit contez an cort real.
Ce est li contes del graal,
don li cuens li baille le livre,
s’orroiz comant il s’an delivre.
Ce fu au tans qu’arbre florissent,
fuelles, boschaige, pré verdissent,
et cil oisel an lor latin
dolcemant chantent au matin
et tote riens de joie anflame,
que li filz a la veve dame
de la Gaste Forest soutainne
se leva, et ne li fu painne
que il sa sele ne meïst
sor son chaceor et preïst
.iii. javeloz, et tot ensi
fors del manoir sa mere issi.
Et pansa que veoir iroit
hercheors que sa mere avoit,
qui ses aveinnes li herchoient ;
bués.xii. et sis hierches avoient.
(361c.85)
Ensi an la forest s’an antre,
et maintenant li cuers del vantre
por le dolz tans li resjoï
et por le chant que il oï
des oisiax qui joie feisoient ;
totes ces choses li pleisoient.
Por la dolçor del tans serain
osta au chaceor son frain,
si le leissa aler peissant
par l’erbe fresche verdeant.
Et cil qui bien lancier savoit
des javeloz que il avoit
aloit anviron lui lancent,
une ore arriere et altre avant,
une ore an bas et altre an haut,
tant qu’il oï parmi le gaut
venir.v. chevaliers armez,
de totes armes acesmez.
Et mout grant noise demenoient
les armes a ces qui venoient,
car sovant hurtoient as armes
li rain des chasnes et des charmes.
Et tuit li hauberc fremissoient,
les lances as escuz hurtoient,
sonoit li fuz, sonoit li fers
et des escuz et des haubers.
Li vaslez ot et ne voit pas
ces qui vienent plus que le pas ;
si s’an mervoille et dit : « Par m’ame,
voir me dist ma mere, ma dame,
qui me dist que deable sont
plus esfreé que rien del mont ;
et si dist, por moi anseignier,
que por aus se doit an seignier.
Mes cest anseing desdaignerai,
que ja voir ne m’an seignerai,
einz ferrai si tot le plus fort
d’un des javeloz que je port,
que ja n’aprocheront de moi
nus des altres, si con je croi. »
Ensins a lui meïsmes dist
li vaslez einz qu’il les veïst.
Et quant il les vit en apert,
que del bois furent descovert,
(361d.129)
et vit les haubers fremianz
et les hiaumes clers et luisanz,
et vit le vert et le vermoil
reluire contre le soloil,
et l’or et l’azur et l’argent,
se li fu mout et bel et gent.
Lors dist : « Ha ! sire Dex, merci !
Ce sont ange que je voi ci.
Hé ! voir, or ai ge mout pechié,
or ai ge mout mal esploitié,
qui dis que c’estoient deable.
Ne me dist pas ma mere fable,
qui me dist que li ange estoient
les plus beles choses qui soient,
fors Deu, qui est plus biax que tuit.
Ci voi ge Damedeu, ce cuit,
car un si bel an i esgart
que li autre, se Dex me gart,
n’ont mie de biauté le disme.
Et si dist ma mere meïsme
qu’an doit Deu croire et aorer
et soploier et enorer,
et je aorerai cestui
et toz les altres avoec lui. »
Maintenant vers terre se lance
et dit trestote sa creance
et orisons que il savoit,
que sa mere apris li avoit.
Et li mestres des chevaliers
le voit et dit : « Estez arriers,
qu’a terre est de peor cheüz
cil vaslez, qui nos a veüz.
Se nos alions tuit ansanble
vers lui, il avroit, ce me sanble,
si grant peor que il morroit
ne respondre ne me porroit
a rien que je li demandasse. »
Il s’arestent, et cil s’an passe
vers le vallet grant aleüre ;
si le salue et aseüre,
et dit : « Vallez, n’aies peor !
— Non ai ge, par le Salveor,
fet li vaslez, an cui je croi.
Estes vos Dex ? — Nenil, par foi.
(361e.173)
— Qui estes vos dons ? — Chevaliers sui.
— Ainz mes chevalier ne conui,
fet li vallez, ne nul n’an vi,
n’onques mes parler n’an oï ;
mes vos estes plus biax que Dex.
Car fusse je or autretex,
ensi luisanz et ensi fez ! »
A cest mot pres de lui s’est trez
li chevaliers, si li demande :
« Veïs tu hui an ceste lande
.v. chevaliers et trois puceles ? »
Li vaslez a autres noveles
anquerre et demander antant.
A sa lance sa main li tant,
sel prant et dit : « Biax amis chiers,
vos qui avez non chevaliers,
que est ice que vos tenez ?
— Or sui je mout bien asenez,
fet li chevaliers, ce m’est vis.
Je cuidoie, biax dolz amis,
noveles apanre de toi,
et tu les viax savoir de moi !
Jel te dirai, ce est ma lance.
— Dites vos, fet il, qu’an la lance
si con je faz mes javeloz ?
— Nenil, vaslez, tu es trop soz !
Einz an fiert an tot demenois.
— Donc valt mialz li uns de ces trois
javeloz que vos veez ci,
car quanque je vuel an oci,
oisiax et bestes, a besoing ;
et si les oci de tant loing
con l’an porroit.i. bozon trere.
— Vaslez, de ce n’ai ge que fere,
mes des chevaliers me respont.
Di moi se tu sez ou il sont ;
et les puceles veïs tu ? »
Li vaslez au pan de l’escu
le prant et dit tot en apert :
« Ce que est et de coi vos sert ?
— Vaslez, fet il, ce est abez,
qu’an altres noveles me mez
que je ne te quier ne demant !
Je cuidoie, se Dex m’amant,
(361f.217)
que tu noveles me deïsses
einz que de moi les apreïsses,
et tu viax que je les t’apraingne !
Jel te dirai, comant qu’il praigne,
car a toi volantiers m’acort.
Escuz a non ce que je port.
Escuz a non ? — Voire, fet il,
ne le doi mie tenir vil,
car il m’est tant de bone foi
que, se nus lance ou tret a moi,
ancontre toz les cos se tret.
C’est li servises qu’il me fet. »
Atant cil qui furent arriere
s’an vindrent tote la charriere
vers lor seignor trestot le pas,
si li dïent eneslepas :
« Sire, que vos dit cil Galois ?
— Ne set mie totes les lois,
fet li sires, se Dex m’amant,
qu’a rien nule que li demant
ne respont il onques a droit,
einz demande de quanqu’il voit
comant a non et qu’an an fet.
— Sire, sachiez bien antreset
que Galois sont tuit par nature
plus fol que bestes an pasture ;
cist est ausi con une beste.
Fos est qui delez lui s’areste,
s’a la muse ne vialt muser
et le tans an folie user.
— Ne sai, fet il, se Dex me voie !
Einz que soie mis a la voie,
quanque il voldra li dirai,
ja autrement n’an partirai. »
Lors li demande de rechief :
« Vaslez, fet il, ne te soit grief,
mes des.v. chevaliers me di
et des puceles autresi
se les ancontras ne veïs. »
Et li vaslez le tenoit pris
au pan de l’hauberc, si le tire :
« Or me dites, fet il, biau sire,
qu’est ce que vos avez vestu ?
— Vaslez, fet il, don nel sez tu ?
(362a.261)
— Je non. — Vaslez, c’est mes haubers,
s’est ausi pesanz come fers.
— De fer est il ? — Ce voiz tu bien.
— De ce, fet il, ne sai je rien,
mes mout est biax, se Dex me salt.
Qu’an fetes vos et que vos valt ?
— Vaslez, c’est a dire legier :
se voloies a moi lancier
javeloz ne saiete traire,
ne me porroies nul mal faire.
— Danz chevaliers, de tex haubers,
gart Dex les biches et les cers,
que nul ocirre n’an porroie
ne jamés aprés ne corroie. »
Et li chevaliers li redist :
« Vaslez, se Damedex t’aïst,
se tu me sez dire noveles
des chevaliers et des puceles ? »
Et cil, qui petit fu senez,
li dit : « Fustes vos ensi nez ?
— Nenil, vaslez, ce ne puet estre
qu’ainsi poïst nule riens nestre.
— Qui vos atorna donc ensi ?
— Vaslez, je te dirai bien qui.
— Dites le donc. — Mout volantiers.
N’a mie ancor.v. jors antiers
que tot cest hernois me dona
li rois Artus, qui m’adoba.
Mes or me redi que devindrent
li chevalier qui par ci vindrent,
qui les.iii. puceles conduient.
Vont il le pas ou il s’an fuient ? »
Et il dit : « Sire, or esgardez
cel plus haut bois que vos veez,
qui cele montaigne avirone.
La sont li destroit de Valdone.
— Et qu’est de ce, fet il, biau frere ?
— La sont li hercheor ma mere,
qui ses terres herchent et erent.
Et se ces genz i trespasserent,
s’il les virent, il le diront. »
Et il dïent qu’il i iront
avoec lui, se il les i mainne,
jusqu’a ces qui herchent l’avainne.
(362b.305)
Li vaslez prant son chaceor
et vet la ou li hercheor
herchoient les terres arees
ou les aveinnes sont semees.
Et quant cil virent lor seignor,
si tranblerent tuit de peor.
Et savez por coi il le firent ?
Por les chevaliers que il virent,
qui avoec lui armé venoient,
que bien sorent, s’il li avoient
lor afere dit et lor estre,
que il voldroit chevaliers estre,
et sa mere an istroit del san,
que destorner le cuidoit an
que ja chevalier ne veïst
ne lor afere n’apreïst.
Et li vaslez dist as boviers :
« Veïstes vos.v. chevaliers
et.iii. puceles ci passer ?
— Il ne finerent hui d’aler
par ces forez », font li bovier.
Et li vallez au chevalier
qui tant avoit a lui parlé
dist : « Sire, par ci sont passé
li chevalier et les puceles.
Mes or me redites noveles
del roi qui les chevaliers fet,
et le leu ou il plus se tret.
— Vaslez, fet il, dire te vuel
que li rois sejorne a Carduel,
et si n’a pas ancor quint jor
que li rois i ert a sejor,
que je i fui et si le vi.
Et se tu nel trueves iqui,
bien iert qui le t’anseignera :
ja si destornez ne sera
que tu la n’an oies anseignes.
Mes or te pri que tu m’anseignes
par quel non je t’apelerai.
— Sire, fet il, jel vos dirai.
J’ai non Biax Filz. — Biax Filz as ores ?
Je cuit bien que tu as ancores
.I. autre non. — Sire, par foi,
j’ai non Biau Frere. — Bien t’an croi.
(362c.349)
Mes se tu me vials dire voir,
ton droit non voldrai ge savoir.
— Sire, fet il, bien vos puis dire
qu’a mon droit non ai non Biau Sire.
— Si m’aïst Dex, ci a biau non.
As an tu plus ? — Sire, je non,
ne onques certes plus n’an oi.
— Si m’aïst Dex, mervoilles oi,
les graignors que j’oïsse mes
ne ne cuit que j’oie jamés. »
Tantost li chevaliers s’an part
les granz galoz, cui mout fu tart
qu’il eüst les autres atainz.
Et li vaslez ne s’est pas fainz
de retorner a son menoir,
ou sa mere dolant et noir
avoit le cuer por sa demore.
Grant joie an ot a icele ore
qu’ele le voit, ne pas ne pot
celer la joie qu’ele an ot,
car come mere qui mout ainme
cort contre lui et si le clainme
« Biax filz, biax filz » plus de.c. foiz.
« Biax filz, mout a esté destroiz
mes cuers por vostre demoree.
De duel ai esté acoree,
si que par po morte ne sui.
Ou avez vos tant esté hui ?
— Ou, dame ? Je le vos dirai
mout bien, que ja n’an mantirai,
que je ai mout grant joie eüe
d’une chose que j’ai veüe.
Mere, ne soliez vos dire
que li enge Deu nostre sire
sont si tres bel c’onques Nature
ne fist si bele criature,
n’el monde n’a si bele rien ?
— Biax filz, ancor le di ge bien.
Jel dis por voir et di ancores.
— Teisiez, mere ! Ne vi ge ores
les plus beles choses qui sont,
qui par la Gaste Forest vont ?
Il sont plus bel, si con ge cuit,
que Dex ne que si enge tuit. »
(362d.393)
La mere antre ses braz le prant
et dit : « Biax filz, a Deu te rant,
que mout ai grant peor de toi.
Tu as veü, si con je croi,
les enges don la gent se plaignent,
qui ocïent quanqu’il ataignent.
— Voir non ai, mere, non ai, non !
Chevalier dïent qu’il ont non. »
La mere se pasme a cest mot,
qant chevalier nomer li ot.
Et quant ele fu redreciee,
si dist con fame correciee :
« Ha ! lasse, con sui mal baillie !
Biax dolz filz, de chevalerie
vos cuidoie si bien garder
que ja n’an oïssiez parler
ne que ja nul n’an veïssiez !
Chevaliers estre deüssiez,
biax filz, se Damedeu pleüst
que vostre pere vos eüst
gardé, et voz autres amis.
N’ot chevalier de vostre* pris,
tant redoté ne tant cremu,
biax filz, con vostre peres fu
an totes les Isles de mer.
De ce vos poez bien vanter
que vos ne decheez de rien
de son linage ne del mien,
que je fui de chevaliers nee,
des mellors de ceste contree.
Es Isles de mer n’ot linage
meillor del mien an mon aage ;
mes li mellor sont decheü,
s’est bien an plusors leus seü
que les mescheances avienent
as prodomes qui se maintienent
a grant enor et an proesce.
Malvestiez, honte ne peresce
ne chiet pas, car ele ne puet,
mes les bons decheoir estuet.
Vostre peres, si nel savez,
fu parmi les janbes navrez
si que il mahaigna del cors.
Sa granz terre, ses granz tresors,
(362e.437)
que il avoit come prodom,
ala tot a perdicion,
si cheï an grant povreté.
Apovri et deserité
et essillié furent a tort
li prodome aprés sa mort,
Utherpandragon, qui morz fu
et peres le bon roi Artu.
Les terres furent essilliees
et les povres genz avilliees ;
si s’an foï qui poir* pot.
Vostre peres cest manoir ot
ici an ceste forest gaste ;
ne pot foïr, car a grant haste
an litiere aporter se fist,
qu’aillors ne sot ou il foïst.
Et vos, qui petiz esteiez,
.ii. mout biax freres aveiez.
Petiz esteiez, aleitanz,
po aveiez plus de.ii. anz.
Qant grant furent vostre dui frere,
au los et au consoil lor pere
alerent a.ii. corz reax
por avoir armes et chevax.
Au roi d’Escavalon ala
li ainznez, et tant servi la
que chevaliers fu adobez.
Et li autres, qui puis fu nez,
fu au roi Ban de Goremet.
An.i. jor andui li vaslet
adobé et chevalier furent ;
et an.i. jor meïsmes murent
por revenir a lor repeire,
que joie me voloient feire,
et lor pere, qui puis nes vit,
qu’as armes furent desconfit.
As armes furent mort andui,
don j’ai grant duel et grant enui.
De l’ainzné avindrent mervoilles,
que li corbel et les cornoilles
anbedeus les ialz lor creverent.
Ensi la gent morz les troverent.
Del duel des filz morut li pere,
et je ai vie mout amere
(362f.481)
sofferte puis que il fu morz.
Vos esteiez toz li conforz
que je avoie, et toz li biens,
que il n’i avoit plus des miens.
Rien plus ne m’avoit Dex lessiee
dont je fusse joianz et liee. »
Li vaslez antant mout petit
a ce que sa mere li dit.
« A mangier, fet il, me donez.
Ne sai de coi m’areisonez,
mes mout iroie volantiers
au roi qui fet les chevaliers,
et g’i irai, cui qu’il an poist. »
La mere, tant con il li loist,
le retient et si le sejorne ;
si li aparoille et atorne
de chenevaz grosse chemise
et braies feites a la guise
de Gales, ou l’an fet ansanble
braies et chauces, ce me sanble ;
et si ot cote et chaperon
de cuir de cerf clos anviron.
Ensi la mere l’atorna.
Trois jorz, einz plus, n’i demora,
que plus n’i ot mestier losange.
Lors ot la mere duel estrange,
sel beise et acole an plorant
et dit : « Or ai ge duel mout grant,
biax filz, quant aler vos an voi.
Vos irez a la cort le roi,
si li direz qu’armes vos doint.
De contredit n’i avra point,
qu’il les vos donra, bien le sai.
Mes quant il vandra a l’essai
d’armes porter, comant iert donques ?
Ce que vos ne feïstes onques
ne autrui nel veïstes faire,
comant an savroiz a chief traire ?
Malveisement, voire, ce dot.
Mal seroiz afeitiez del tot,
ne n’est mervoille, ce m’est vis,
s’an ne set ce qu’an n’a apris.
Mes mervoille est quant an n’aprant
ce que l’an voit et ot sovant.
(363a526)
Biaus filz,.i. san vos vuel aprandre
ou il vos fet mout bon antandre ;
et s’il vos plest a retenir,
granz biens vos an porra venir.
Chevaliers seroiz jusqu’a po,
filz, se Deu plest, et je le lo.
Se vos trovez ne pres ne loing
dame qui d’aïe ait besoing,
ne pucele desconselliee,
la vostre aïe aparelliee
lor soit, s’eles vos an requierent,
que totes enors i afierent.
Qui as dames enor ne porte,
la soe enors doit estre morte.
Dames et puceles servez,
si seroiz partot enorez ;
et se vos aucune an proiez,
gardez que vos ne l’enuiez ;
ne fetes rien qui li despleise.
De pucele a mout qui la beise ;
s’ele le beisier vos consant,
le soreplus vos an desfant,
se lessier le volez por moi.
Et s’ele a enel an son doi,
ou s’a ceinture ou aumosniere,
se par amor ou par proiere
le vos done, bon m’iert et bel
que vos an portoiz son anel.
De l’anel prandre vos doin gié,
et de l’aumosniere, congié.
Biax filz, ancor vos vuel dire el :
ja an chemin ne an ostel
n’aiez longuement conpaignon
que vos ne demandiez son non ;
le non sachiez a la parsome,
car par le non conuist an l’ome.
Biax filz, as prodomes parlez,
avoec les prodomes alez ;
prodome ne forvoient mie
ces qui tienent lor conpaignie.
Sor tote rien vos vuel proier
que an yglise et an mostier
alez proier Nostre Seignor
que il vos doint joie et enor,
(363b.569)
et si vos i doint contenir
qu’a bone fin puissiez venir.
— Mere, fet il, que est iglise ?
— Uns leus ou an fet le servise
celui qui ciel et terre fist
et homes et bestes i mist.
— Et mostiers, qu’est ? — Ice meïsme :
une meison bele et saintisme,
plain de cors sainz et de tresors.
S’i sacrefie l’an le cors
Jesucrist, la prophete sainte,
Que Giu firent honte mainte.
Traïz fu et jugiez a tort,
si sofri angoisse de mort
por les homes et por les fames,
qu’an anfer aloient les ames
qant eles partoient des cors,
et il les an gita puis fors.
Cil fu a l’estaiche liez,
batuz et puis crocefiez,
et porta corone d’espines.
Por oïr messes et matines
et por cel seignor aorer
vos lo gié au mostier aler.
— Donc irai ge mout volantiers
es iglises et es mostiers,
fet li vaslez, d’or en avant.
Ensi le vos met an covant. »
Atant n’i ot plus de demore ;
congié prant, et la mere plore,
et sa sele li fu ja mise.
A la meniere et a la guise
de Galois fu aparelliez :
uns revelins avoit chauciez,
et partot la ou il aloit
.iii. javeloz porter soloit.
Ses javeloz an volt porter,
mes.ii. l’an fist sa mere oster
por ce que trop sanblast Galois ;
si eüst ele fet toz trois
mout volantiers, s’il poïst estre.
Une reorte an sa main destre
porta por son cheval ferir.
Plorant le beise au departir
(363c.613)
la mere, qui mout chier l’avoit,
et prie Deu que il l’avoit.
« Biax filz, fet ele, Dex vos doint
joie plus qu’il ne me remoint,
an quelque leu que vos ailliez. »
Qant li vaslez fu esloigniez
le giet d’une pierre menue,
si regarda et vit cheüe
sa mere au chief del pont arriere,
et jut pasmee an tel meniere
con s’ele fust cheüe morte.
Et cil ceingle de la reorte
son chaceor parmi la crope,
et cil s’an va, qui pas ne çope,
einz l’an porte grant aleüre
parmi la grant forest oscure ;
et chevalcha des le matin
tant que li jorz vint a declin.
An la forest cele nuit jut
tant que li jorz clers aparut.
Au main, au chant des oiselez,
se lieve et monte li vaslez,
s’a au chevalchier antandu
tant que il vit.i. tref tandu
an une praerie bele
lez la doiz d’une fontenele.
Li trez fu granz a grant mervoille ;
l’une partie fu mervoille*
et l’autre fu d’orfrois bandee ;
l’une partie fu doree ;
An l’aigle feroit li solauz,
qui mout luisoit clers et vermauz,
si reluisoient tuit li pré
de l’anluminement del tré.
Antor le tref, a la reonde,
qui estoit li plus biax del monde,
avoit.ii. ramees fuilliees
et loiges galesches dreciees.
Li vaslez vers le tref ala,
et dist ainz que il venist la :
« Dex, ci voi ge vostre meison.
Or feroie je mesprison
se aorer ne vos aloie.
Voir dist ma mere totevoie,
(363d.657)
qui me dist que meisons estoit
la plus bele chose qui soit,
et me dist que ja ne trovasse
mostier qu’aorer n’i tornasse
le Criator an cui je croi.
Je l’irai proier, par ma foi,
qu’il me doint ancui a mangier,
que j’an avroie grant mestier. »
Lors vient au tref, sel trueve overt,
enmi le tref.i. lit covert
d’une coste de paisle, et voit ;
el lit tote sole gisoit
une dameisele andormie,
tote seule sanz conpaignie ;
alees erent ses puceles
por coillir floretes noveles
que par le tref jonchier voloient
ensi con fere le soloient.
Qant li vaslez el tref antra,
ses chevax si fort s’açopa
que la dameisele l’oï,
si s’esveilla et tressailli.
Et li vaslez, qui nices fu,
dist : « Pucele, je vos salu,
si con ma mere le m’aprist.
Ma mere m’anseigna et dist
que les puceles saluasse
an quelque leu que les trovasse. »
La pucele de peor tranble
por le vaslet qui fol li sanble,
si se tient por fole provee
de ce qu’il l’a sole trovee.
« Vaslez, fet ele, tien ta voie.
Fui, que mes amis ne te voie.
— Einz vos beiserai, par mon chief,
fet li vaslez, cui qu’il soit grief,
que ma mere le m’anseigna.
— Je, voir, ne te beiseré ja,
fet la pucele, que je puisse.
Fui, que mes amis ne te truisse,
que, s’il te trueve, tu es morz. »
Li vaslez avoit les braz forz,
si l’anbrace mout nicemant,
car il nel sot fere autremant,
(363e.701)
mist la soz lui tote estandue,
et cele s’est mout desfandue
et deganchi quanqu’ele pot ;
mes desfansse mestier n’i ot,
que li vaslez an.i. randon
la beisa, volsist ele ou non,
.xx. foiz, si con li contes dit,
tant c’un anel an son doi vit,
a une esmeraude mout clere.
« Encor, fet il, me dist ma mere
qu’an vostre doi l’anel preïsse,
mes que plus rien ne vos feïsse.
Or ça l’anel, jel vuel avoir.
— Mon anel n’avras tu ja voir,
fet la pucele, bien le saiches,
s’a force del doi nel m’araiches. »
Li vaslez par la main la prant,
a force le doi li estant,
si a l’anel an son doi pris
et el suen doi meïsmes mis,
et dit : « Pucele, bien aiez !
Or m’an irai ge bien paiez,
et mout meillor beisier vos fet
que chanberiere que il et
an tote la meison ma mere,
que n’avez pas la boiche amere. »
Cele plore et dist au vaslet :
« N’an porter pas mon anelet,
que j’an seroie mal baillie
et tu an perdroies la vie,
que qu’il tardast, jel te promet. »
Li vaslez a son cuer ne met
rien nule de ce que il ot,
mes de ce que jeüné ot
moroit de fain a male fin.
Un bocel trueve plain de vin
et.i. henap d’argent selonc,
et voit sor.i. trossel de jonc
une toaille blanche et nueve.
Il la sozlieve, et desoz trueve
.iii. bons pastez de chevrel fres ;
Ne li enuia pas cist mes !
Por la fain qui forment l’angoisse,
.i. des pastez devant lui froisse
(363f.745)
et manjue par grant talant,
et verse an la cope d’argent
del vin, qui n’estoit pas troblez,
s’an boit sovant et a granz trez
et dit : « Pucele, cist pasté
ne seront hui par moi gasté.
Venez mangier, il sont mout buen.
Asez avra chascuns del suen,
si an remandra.i. antier. »
Et cele plore andemantier
queque cil la prie et semont,
que cele.i. mot ne li respont,
la dameisele, ainz plore fort ;
mout durement ses poinz detort.
Et cil manja tant con lui plot
et but tant que asez en ot.
Lors prist congié tot maintenant,
si recovri le remenant
et comanda a Deu celi
cui ses saluz point n’abeli.
« Dex vos saut, fet il, bele amie !
Por Deu, ne vos enuit il mie
de vostre anel que je an port,
qu’ainçois que je muire de mort
le vos guerredonerai gié.
Je m’an vois a vostre congié. »
Et cele plore et dit que ja
a Deu ne le comandera,
car il li covandra por lui
tant avoir honte et tant enui
que tant n’an ot nule chestive,
ne ja par lui, tant con il vive,
n’an avra secors ne aïe,
si saiche bien qu’il l’a traïe.
Ensi remest cele plorant.
Puis n’ala gueres demorant
ses amis que del bois revint.
Del vaslet qui sa voie tint
vit les escloz, si li greva ;
et s’amie plorant trova,
si dist : « Dameisele, je croi
a ces ansaignes que je voi
que chevalier a eü ci.
— Non a, sire, jel vos afi,
(364a.789)
mes un vaslet galois i ot,
enuieus et vilain sot,
qui a de vostre vin beü
tant con lui plot et bon li fu,
et manja de voz.iii. pastez.
— Et por ce, bele, si plorez ?
S’il eüst beü et mangié
trestot, si le volsisse gié.
— Il i a plus, sire, dist ele.
Mes eniax est an la querele,
qu’il lo me toli, si l’an porte.
Je volsisse mialz estre morte
qu’il l’an eüst ensi porté. »
Ez vos celui desconforté
et angoisseus an son coraige.
« Par foi, fet il, ci ot oltraige !
Et des qu’il l’an porte, si l’ait.
Mes je cuit qu’il i ot plus fait.
Se plus i ot, nel celer ja.
— Sire, fet ele, il me beisa.
— Beisa ? — Voire, jel vos di bien,
mes ce fu maleoit gré mien.
— Einçois vos sist et si vos plot.
Onques nul contredit n’i ot,
fet cil qui jalosie angoisse.
Cuidiez que je ne vos conuisse ?
Si faz, certes, bien vos conois.
Ne sui si borgnes ne si lois
que vostre fauseté ne voie.
Antree estes an male voie,
antree estes an male painne,
que ja ne mangera d’avainne
vostre chevax ne n’iert seniez
tant que je me serai vangiez ;
et la ou il desferrera,
ja mes referrez ne sera.
S’il muert, vos me sivroiz a pié
ne ja mes ne seront changié
li drap don vos estes vestue,
einz me sivrez a pié et nue
tant que la teste an avrai prise ;
ja n’an ferai autre justise. »
Atant s’asist et si manja,
et li vaslez tant chevalcha
(364b.833)
qu’il vit un charbonier venant,
devant lui.i. asne menant.
« Vilains, fet il, ansaigne moi,
qui l’asne mainnes devant toi,
la plus droite voie a Carduel ;
Le roi Artus, que veoir vuel,
qui fet chevaliers, ce dit an.
— Vaslez, fet il, an icel san
a.i. chastel sor mer asis.
Li rois Artus, biax dolz amis,
lié et dolant le troveras
a cel chastel, se tu i vas.
— Or me diroies ja mon vuel
de coi li rois a joie et duel.
— Jel te dirai, fet il, mout tost.
Li rois Artus et tote s’ost
s’est au roi Ryon conbatuz.
Li rois des Isles fu vaincuz,
et de c’est li rois Artus liez ;
et de ses conpaignons iriez,
qui as chastiax se departirent,
la ou le meillor sejor virent,
n’il ne set comant il lor va :
de c’est li diax que li rois a. »
Li vaslez ne prise.i. denier
les noveles au charbonier,
fors que tant qu’an la voie antra
cele part ou il li mostra,
tant que sor mer vit.i. chastel,
mout bien seant et fort et bel.
Et voit issir parmi la porte
.I. chevalier armé qui porte
une cope d’or an sa main.
Sa lance tenoit et son frain
et son escu an la senestre,
et la cope d’or an la destre ;
et les armes bien li seoient,
qui totes vermoilles estoient.
Li vaslez vit les armes beles,
qui totes estoient noveles,
si li plorent et dist : « Par foi,
cez demanderai ge le roi.
S’il les me done, bel m’an iert,
et dahez ait qui altres quiert ! »
(364c.877)
Atant vers le chastel s’an cort,
que tart li est qu’il vaigne a cort,
tant que pres del chevalier vint.
Et li chevaliers le retint
.i. petit, si li demanda :
« Ou an vas tu, vaslez, di va ?
— Je vuel, fet il, a cort aler,
au roi ces armes demander.
— Vaslez, fet il, or diz tu bien.
Or va donc tost et si revien,
et tant diras au malvés roi
se il ne vialt tenir de moi
sa terre, que il la me rande,
ou il anvoit qui la desfande
vers moi, qui di que ele est moie.
Et a ces ansaignes t’an croie
que devant lui pris orandroit,
atot le vin dont il bevoit,
ceste cope que je ci port. »
Or quiere autrui qui li recort,
que cil n’i a mot antandu.
Jusqu’a la cort n’a atandu,
ou li rois et li chevalier
estoient asis au mangier.
La sale fu par terre aval,
et li vaslez antre a cheval
an la sale qui fu pavee
et longue autretant come lee.
Et li rois Artus s’ert asis
au chief d’une table pansis ;
et tuit li chevalier parloient,
li.i. as autres deduisoient,
fors il, qui fu pansis et muz.
Li vaslez est avant venuz,
n’il ne set lequel il salut,
que del roi mie ne conut,
tant qu’Ionez contre lui vint,
qui an sa main.i. costel tint.
« Vaslez, fet il, tu qui la viens,
qui le costel an ta main tiens,
mostrez moi liquex est li rois. »
Yonez, qui mout fu cortois,
li dist : « Amis, veez le la. »
Li vaslez vers lui s’an ala,
(364d.921)
sel salua si com il sot.
Li rois se test et ne dist mot,
et cil autre foiz l’areisone.
Li rois panse et mot ne li sone.
« Par foi, dist li vaslez adonques,
cist rois ne fist chevalier onques.
Qant l’an n’an puet parole traire,
comant puet il chevalier faire ? »
Tantost del retorner s’atorne,
le chief de son chaceor torne,
mes si pres del roi l’ot mené
a guise d’ome mal sené
que devant lui, sanz nule fable,
li abati desor la table
del chief.i. chapel de bonet.
Li rois torne vers le vaslet
le chief, que il tenoit beissié,
si a tot son pansé leissié
et dit : « Biau sire, bien vaigniez.
Je vos pri qu’a mal ne taigniez
ce qu’a vostre salu me toi.
D’ire respondre ne vos poi,
que li pire anemis que j’aie,
qui plus me het et plus m’esmaie,
m’a ci ma terre contredite,
et tant est fos que tote quite
dit qu’il l’avra, ou vuelle ou non.
Li Vermauz Chevaliers a non,
de la forest de Quinqueroi.
Et la reïne devant moi
estoit ci venue seoir
por conforter et por veoir
ces chevaliers qui sont blecié.
Ne m’eüst gueres correcié
li chevaliers de quanqu’il dist,
mes devant moi ma cope prist
et si folemant l’an leva
que sor la reïne versa
tot le vin dont ele estoit plainne.
Ci ot honte laide et vilainne,
que la reïne an est antree,
de grant duel et d’ire anflamee,
an sa chanbre ou ele s’ocit ;
ne ne cuit pas, se Dex m’aït,
(364e.965)
que ja an puise eschaper vive. »
Li vaslez ne prise une cive
quanque li rois li dit et conte,
ne de son duel ne de sa honte,
de la reïne ne li chaut il.
« Feites moi chevalier, fet il,
sire rois, car aler m’an voel. »
Cler et riant furent li oel
an la teste au vaslet salvaige.
Nus qui le voit nel tient a saige,
mes trestuit cil qui le veoient
por bel et por gent le tenoient.
« Amis, fet li rois, descendez,
et vostre chaceor randez
cel vaslet, si le gardera
et vostre volanté fera.
Fet iert, a Damedeu le veu,
a m’annor et a vostre preu. »
Et li vaslez a respondu :
« Ja n’estoient pas descendu
cil que j’ancontrai an la lande,
et vos volez que je descende !
Ja, par mon chief, n’i descendrai,
mes fetes tost, si m’an irai.
— Ha ! fet li rois, biax amis chiers,
je le ferai mout volantiers
a vostre preu et a m’enor.
— Foi que je doi le Criator,
fet li vaslez, biax sire rois,
ne serai chevaliers des mois,
se chevaliers vermauz ne sui.
Donez moi les armes celui
que j’ancontrai defors la porte,
qui vostre cope d’or an porte. »
Li senechax, qui fu bleciez,
de ce qu’il ot s’est correciez,
et dit : « Amis, vos avez droit.
Alez les prandre orandroit,
les armes, car eles sont voz.
Ne feïstes mie que soz
qant por ce venistes ici.
— Kex, fet li rois, por Deu merci,
trop dites volantiers enui,
si ne vos chaut onques a cui.
(364f.1009)
A prodome est ce mout lez vices.
Se li vaslez est fos et nices,
s’est il espoir mout gentix hom ;
et se ce li vient d’aprison,
qu’il ait esté a vilain mestre,
ancor puet preuz et saiges estre.
Vilenie est d’autrui gaber
et de prometre sanz doner.
Prodom ne se doit antremetre
de nule rien autrui prometre
que doner ne li puise et vuelle,
que le maugré celui n’acuelle
qui sanz prometre est ses amis,
et, des que il li a promis,
si bee a la promesse avoir.
Et par ce si poez savoir
qu’asez valdroit il mialz doner
a home que fere baer.
Et qui le voir dire an voldroit,
lui meïsmes gabe et deçoit
qui fet promesse et ne la solt,
car le cuer son ami se tolt. »
Ensi li rois a Kex parloit,
et li vaslez, qui s’an aloit,
a une pucele veüe,
bele et gente, si la salue,
et cele lui et si li rist,
et an riant itant li dist :
« Vaslez, se tu viz par aaige,
je pans et croi an mon coraige
qu’an trestot le monde n’avra,
n’il n’i ert, n’an ne l’i savra
nul meillor chevalier de toi.
Ensi le pans et cuit et croi. »
Et la pucele n’avoit ris
passez avoit anz plus de sis,
et ce dist ele si an halt
que tuit l’oïrent. Et Kex salt,
cui la parole enuia mout,
si li dona cop si estout
de la paume an la face tandre
qu’il la fist a la terre estandre.
Quant la pucele ferue ot,
an sa voie trova.i. sot
(365a.1053)
lez une cheminee estant,
si le bota el feu ardant
del pié par corroz et par ire
por ce que li soz soloit dire :
« Ceste pucele ne rira
jusque tant que ele verra
celui qui de chevalerie
avra tote la seignorie. »
Ensi cil crie et cele plore,
et li vaslez pas ne demore,
einz s’an retorne sanz consoil
aprés le Chevalier Vermoil.
Yonez, qui les droiz santiers
savoit toz et mout volantiers
aportoit noveles a cort
a toz ses conpaignons, an cort
par.i. vergier devant la sale,
et par une posterne avale
tant qu’il vint au chemin tot droit
ou li chevaliers atandoit
chevalerie et avanture.
Et li vaslez grant aleüre
vint vers lui por ses armes prandre,
et li chevaliers por atandre
avoit la cope d’or jus mise
sor.i. perron de roche bise.
Qant li vaslez aprochié l’ot
tant que li uns l’autre oïr pot,
si li cria : « Metez les jus,
les armes, ne les portez plus,
que li rois Artus le vos mande ! »
Et li chevaliers li demande :
« Vaslez, ose ça nus venir
por le droit le roi maintenir ?
Se nus i vient, nel celer pas.
— Qu’est ce, deable ? Est ce or gas,
danz chevaliers, que vos me faites,
que vos n’avez mes armes traites ?
Ostez les tost, jel vos comant.
— Vaslez, fet il, je te demant
se nus vient ça de par le roi
qui conbatre se vuelle a moi.
— Danz chevaliers, car ostez tost
les armes, que je nes vos ost,
(365b.1097)
que plus ne les vos soferroie.
Bien sachoiz que je vos ferroie,
se plus parler m’an feisiez. »
Lors fu li chevaliers iriez,
sa lance a a.ii. mains levee,
si l’an a feru grant colee
par les espaules an travers
de la ou n’estoit pas li fers
qu’il le fist anbrunchier aval
desor le col de son cheval.
Et li vaslez fu correciez
qant il santi qu’il fu bleciez
de la colee qu’il ot prise.
Au mialz qu’il puet an l’uel l’avise
et lesse aler.i. javelot ;
si qu’il n’antant ne voit ne ot,
li fiert parmi l’uel del cervel,
que d’autre part del haterel
le sanc et le cervel espant.
De la dolor li cuers li mant,
si verse et chiet toz estanduz.
Et li vaslez est descenduz,
si met la lance a une part
et l’escu del col li depart,
mes il ne set venir a chief
del hiaume qui est sor le chief,
qu’il ne set comant il le praigne,
et s’a talant qu’il li desceigne
l’espee, mes il nel sot fere
ne del fuerre ne la puet trere,
einz prant le fuerre et saiche et tire.
Et Yonez comance a rire
qant le vaslet voit antrepris.
« Ice que est, fet il, amis ?
Que fetes vos ? — Je ne sai quoi.
Je cuidoie de vostre roi
qu’il m’eüst ces armes donees,
mes einz avrai par charbonees
trestot esbraoné le mort
que nule des armes an port,
qu’eles se tienent si au cors
que ce dedanz et ce defors
est trestot.i., si con moi sanble,
qu’eles se tienent si ansanble.
(365c.1141)
— Or ne vos chalt de nule rien,
que jes departirai mout bien,
se vos volez », fet Yonez.
« Or fai donc tost, dit li vaslez,
sest* me donez sanz plus d’arest. »
Tantost Yonez le desvest
et jusqu’an l’artoil le deschauce.
N’i a remés hauberc ne chauce
ne hiaume el chief n’autre armeüre.
Mes li vaslez sa vesteüre
ne volt lessier que ne preïst,
por rien qu’Ionez li deïst,
une cote avoit* aeisiee,
de drap de soie, ganbeisiee,
que desoz son hauberc vestoit
li chevaliers quant vis estoit ;
n’oster ne li pooit des piez
les revelins qu’il ot chauciez,
einz dist : « Deable, est ce or gas,
que je changerai mes bons dras
que ma mere me fist l’autrier
por les dras a cest chevalier !
Ma grosse chemise de chanvre
por la soe, qui mout est tanve,
voldriez vos que je lessasse ?
Ma cotele, ou aigue ne passe,
por celui qui n’an tanroit gote ?
Maudite soit la gole tote
qui changera n’avant n’aprés
ses bons dras por autrui malvés ! »
Grief chose est mout de fol aprandre.
Rien fors les armes ne volt prandre
por proiere que l’an li face.
Yonez les chauces li lace,
puis li a le hauberc vestu
tel c’onques nus miaudres ne fu,
et sor la teste li asiet
la coiffe, qui mout bien li siet,
et de l’espee li anseigne
que laschet et pandant la ceigne.
Puis li met le pié an l’estrier,
sel fet monter sor le destrier.
Einz mes estrié veü n’avoit
ne d’esperon rien ne savoit,
(365d.1185)
fors de cinglant ou de roorte.
Yonez l’escu li aporte
et la lance, puis si li baille.
Ençois que Yonez s’an aille,
dist li vaslez : « Amis, prenez
mon chaceor, si l’an menez,
qu’il est mout bons, et jel vos doing
por ce que je n’an ai mes soing.
Et portez sa cope le roi,
si le saluez de par moi,
et tant direz a la pucele
que Quex feri sor la memele
que se je puis, ainz que je muire,
li cuit je mout bien metre cuire,
que por vangiee se tandra. »
Et cil respont que il randra
au roi sa cope, et son messaige
fornira il a loi de saige.
Atant departent, si s’an vont.
An la sale ou li baron sont
antre Yonez parmi la porte,
qui au roi sa cope raporte.
Si li dist : « Sire, or fetes joie,
que vostre cope vos anvoie
vostre chevaliers qui ci fu.
— Delquel chevalier me diz tu ?
fet li rois, qui an sa grant ire
estoit ancor. — Enon Deu, sire,
fet Yonez, del vaslet di
qui orandroit parti de ci.
— Diz tu donc del vaslet galois
qui me demanda, fet li rois,
les armes de sinople taintes
au chevalier qui hontes maintes
m’a fetes selonc son pooir ?
— Sire, de lui di ge por voir.
— Et ma cope, comant ot il ?
Ainme le tant ou prise cil
qu’il li ait de son gré randue ?
— Ençois li a mout chier vandue
li vaslez, que il l’a ocis.
— Comant fu ce, biax dolz amis ?
— Sire, ne sai, mes je le vi,
que li chevaliers le feri
(365e.1229)
de sa lance et fist grant enui,
et li vaslez referi lui
d’un javelot parmi la chiere
si que il li fist par derriere
le sanc et la cervele espandre
et lui par terre mort estandre. »
Lors dist li rois au seneschal :
« Ha ! Kex, con m’avez hui fet mal !
Par vostre lengue l’anuiose,
qui avra dite mainte oisose,
m’avez hui le vaslet tolu
qui hui cest jor m’a mout valu.
— Sire, dist Yonez au roi,
par mon chief, il mande par moi
a la pucele la reïne,
que Kex feri par ahatine,
par mal de lui et par despit,
qu’il la vangera, se il vit
et s’il an puet venir an leu. »
Li feus*, qui fu delez le feu,
ot la parole et saut an piez
et vient devant le roi iriez,
s’a tel joie qu’il tripe et saut,
et dit : « Danz rois, se Dex me saut,
or aprochent voz avantures.
De felenesses et de dures
an verroiz avenir sovant,
et si vos met bien an covant
que Kex puet estre toz certains
qu’il mar vit ses piez et ses mains
et sa lengue fole et vilainne,
que ainz que past une semainne
avra li chevaliers vangié
le cop qu’il me dona del pié,
et la bufe ert mout chier vandue
et bien conparee et randue
que il dona a la pucele,
que antre le col et l’eissele
le braz destre li brisera ;
.i. demi an le portera
au col pandu, et bien l’i port !
N’i puet faillir plus qu’a la mort. »
Cele parole tant greva
Que par.i. po qu’il ne creva
(365f.1273)
de mautalant et, de corroz,
que il ne l’ala devant toz
tel conreer que mort l’eüst.
Que au roi por ce despleüz*,
lessa que il ne l’anvaï.
Et li rois dist : « Haï ! haï !
Kex, con m’avez hui correcié !
Qui asené et adrecié
le vaslet des armes eüst
tant c’un po aidier s’an seüst,
et de l’escu et de la lance,
bons chevaliers fust sanz dotance.
Mes il ne set ne mal ne bien
d’armes ne de nule autre rien,
que nes pas trere ne savroit
l’espee, se besoing avoit.
Or siet armez sor son cheval,
s’ancontrera aucun vasal
qui por son cheval gaaignier
nel dotera a maaignier.
Tost mort ou mahaignié l’avra,
que desfandre ne se savra,
tant est nices et bestiax.
Tost avra fez ses anviax ! »
Ensi li rois plaint et regrate
et del vaslet fet chiere mate,
mes il n’i puet rien conquester,
si lesse la parole ester.
Et li vaslez sanz nul arest
s’an va poignant par la forest,
tant que es terres plainnes vint
sor une riviere qui tint
de lé plus d’une arbalestee,
si s’estoit tote l’eve antree
et retrete an son grant conduit.
Vers la grant riviere qu’il vit
s’an va tote une praerie,
mes an l’eve n’antra il mie,
qu’il la vit mout parfonde et noire
et asez plus corrant que Loire.
Si s’an va tot selonc la rive
lez une grant roiche naïve,
et de l’autre part l’eve estoit
si que l’eve au pié li batoit.
(366a.1317)
Sor cele roche, an.i. pandant
qui vers mer aloit descendant,
ot.i. chastel mout riche et fort.
Si con l’eve aloit au regort,
torna li vaslez a senestre
et vit les torz del chastel nestre,
qu’avis li fu qu’eles nessoient
et que fors del chastel issoient.
Enmi le chastel, an estant,
ot une tor et fort et grant ;
une barbacane mout fort
avoit tornee vers le gort,
qui a la mer se conbatoit,
et la mers au pié li batoit.
A.iiii. parties del mur,
don li quarrel estoient dur,
avoit.iiii. basses torneles,
qui mout estoient forz et beles.
Li chastiax fu mout bien seanz
et bien aeisiez par devant*.
Devant le chastelet reont
ot sor l’eve drecié.i. pont
de pierre et d’areinne et de chauz.
Li ponz estoit et forz et hauz,
a batailles estoit antor,
qu’anmi le pont ot une tor
et, devant,.i. pont torneïz,
qui estoit fez et establiz
a ce que sa droiture aporte :
le jor ert ponz, et la nuit porte.
Li vaslez vers le pont chemine.
Vestuz d’une robe d’ermine
s’aloit uns prodom esbatant
par sus le pont, et si atant
celui qui vers le pont venoit.
Li prodom an sa main tenoit
par contenance.i. bastonet ;
et aprés lui vienent vaslet
dui ; desafublé sont venu.
Cil qui vient a bien retenu
ce que sa mere li aprist,
car il le salua et dist :
« Sire, ce m’anseigna ma mere.
— Dex beneïe toi, biau frere »,
(366b.1361)
fet li prodom, qui le vit sot ;
au parler le conut et sot ;
et dit : « Biax frere, don viens tu ?
— Dont ? De la cort le roi Artu.
— Qu’i feïs ? — Chevalier m’a fait
li rois, qui bone avanture ait.
— Chevalier ? Se Dex bien me doint,
ne cuidoie c’or an cest point
d’itel chose li sovenist.
D’el cuidoie qu’il li tenist
au roi que de chevalier faire.
Or me di, frere debonaire,
ces armes, qui les te bailla ?
— Li rois, fet il, les me dona.
— Dona ? Comant ? » Et il li conte
si con avez oï el conte.
Qui autre foiz le conteroit,
enuiz et oiseuse seroit,
que nus contes ce ne demande.
Et li prodom li redemande
qu’il set fere de son cheval.
« Jel sai corre amont et aval
tot autresi con je soloie
le chaceor, quant je l’avoie
an la meison ma mere pris.
— Et de voz armes, biax amis,
me redites qu’an savez faire ?
— Jes sai bien vestir et retraire
si con li vaslez m’an arma,
qui devant moi an desarma
le chevalier qu’avoie mort ;
et si legierement les port
que eles ne me grievent rien.
— Par l’ame Deu, ce pris je bien,
fet li prodom, et mout me siet.
Or me dites, si ne vos griet,
quex besoinz vos amena ça ?
— Sire, ma mere m’anseigna
que vers les prodomes alasse
et que a aus me conseillasse,
se creüsse ce qu’il diroient,
que preu i ont cil qui les croient. »
Et li prodom respont : « Biau frere,
beneoite soit vostre mere,
(366c.1405)
que ele vos conseilla bien.
Mes volez…* plus nule rien ?
— Oïl. — Et quoi ? — Tant, et non mes,
que vos me herbergiez hui mes.
— Mout volantiers, fet li prodon,
mes que vos m’otroiez.i. don
dont grant bien venir vos verroiz.
— Et coi ? » fet il. « Que vos cresroiz
le consoil vostre mere et moi.
— Par foi, fet il, et je l’otroi.
— Donc descendez. » Et il descent.
Uns des vaslez son cheval prant,
des.ii. qui furent venu la ;
et li altres le desarma,
si remest an la robe sote,
es revelins et an la cote
de cerf mal fete et mal tailliee
que sa mere li ot bailliee.
Et li prodon se fist chaucier
les esperons tranchanz d’acier
que li vaslez ot aportez,
si est sor le cheval montez,
et l’escu par la guige pant
a son col, et la lance prant,
et dit : « Amis, or aprenez
d’armes et garde vos prenez
comant l’an doit lance tenir
et cheval poindre et retenir. »
Lors a desploiee l’anseigne,
se li mostre et se li anseigne
comant an doit son escu prandre.
.I. petit le fet avant pandre
tant qu’au col del cheval le joint,
et met la lance el fautre, et point
le cheval qui.c. mars valoit,
que nus plus volantiers n’aloit
plus tost ne de graignor vertu.
Li prodon sot mout de l’escu
et del cheval et de la lance,
car il l’ot apris des anfance ;
Si plot mout au vaslet et sist
trestot quanque li prodom fist.
Qant il ot fet tot son cenbel
devant le vaslet bien et bel,
(366d.1449)
qui bien s’an ert garde donee,
Si s’an revient lance levee
au vaslet et demande li :
« Amis, savriez vos ausi
la lance et l’escu demener,
et le cheval poindre et mener ? »
Et cil dit que tot a delivre
ne qerroit jamés.i. jor vivre,
ne terre ne avoir n’eüst,
mes qu’ausi fere le seüst.
« Ce qu’an ne set puet an aprandre,
qui painne i vialt metre et antandre,
fet li prodon, biax amis chiers.
Il covient a toz les mestiers
et poinne et cuer et ialz avoir ;
par ces.iii. puet an tot savoir.
Et quant vos onques nel feïstes
ne autrui fere nel veïstes,
se vos fere ne le savez,
honte ne blasme n’i avez. »
Lors le fist li prodon monter,
et il comança a porter
si a droit la lance et l’escu
com s’il eüst tozjorz vescu
an tornoiemenz et an guerres
et alé par totes les terres
querant bataille et avanture,
car il li venoit de nature ;
et quant nature li aprant
et li cuers del tot i antant,
ne li puet estre riens grevainne
la ou nature et cuers se painne.
Par ces.ii. si bien le feisoit
que au prodome mout pleisoit
et qu’il disoit an son coraige
que, se il fust tot son aaige
d’armes penez et antremis,
s’an fust il asez bien apris.
Qant li vaslez ot fet son tor,
devant le prodome au retor,
lance levee, s’an repaire
si con il li ot veü faire
si dist : « Sire, ai le ge bien fait ?
Cuidiez vos que ja mestier m’ait
(366e.1493)
poinne, se je metre l’i voel ?
Onques rien ne virent mi oel
dont si grant coveitise eüsse.
Mout voldroie que j’an seüsse
autretant con vos an savez.
— Amis, se le cuer i avez,
fet li prodon, mout an savroiz,
ja mar cusançon en avroiz. »
Li prodon par.iii. foiz monta,
par.iii. foiz d’armes l’anseigna
trestot quanque mostrer li sot,
tant que asez mostré l’an ot,
et par.iii. foiz monter le fist.
A la dasreainne li dist :
« Amis, se vos ancotriez*
.i. chevalier, que feriez
s’il vos feroit ? — Jel referroie.
— Et se vostre lance peçoie ?
— Aprés ce n’i avroit il plus,
a.ii. poinz li corroie sus.
— Amis, ce ne feroiz vos mie.
— Que ferai donc ? — Par escremie
de l’espee l’iroiz requerre. »
Lors fiche devant lui a terre
sa lance an estant tote droite
li prodon, qui mout le covoite
d’armes anseignier et aprandre,
que il se saiche bien desfandre
a l’espee, s’an le requiert,
ou anvaïr quant leus an iert.
Puis a main a l’espee mise :
« Amis, fet il, an ceste guise
vos desfandroiz, s’an vos asalt.
— De ce, fet il, se Dex me salt,
ne set nus tant come je faz,
qu’as borriax et as talevaz
chiés ma mere an apris asez
tant que sovant an fui lassez.
— Donc alons huimés a l’ostel,
fet li prodon, qu’il n’i a el,
et vos avroiz, cui qu’il enuit,
l’ostel sanz vilenie enuit. »
Lors s’an vont andui coste a coste,
et li vaslez a dit son oste :
(366f.1537)
« Sire, ma mere m’anseigna
qu’avoec home n’alasse ja
ne conpaignie o lui n’eüsse
granmant que son non ne seüsse,
si le m’anseigna a savoir.
Je voel le vostre non savoir.
— Biax dolz amis, dist li prodon,
Gornemanz de Goorz ai non. »
Ensi jusqu’a l’ostel s’an vienent ;
main a main andui s’antretienent.
A la montee d’un degré
vint uns vaslez tot de son gré
qui aporta.i. mantel cort.
Le vaslet afubler an cort,
qu’aprés le chaut ne le preïst
froidure qui mal li feïst.
Riches meisons beles et granz
ot li prodon, et biax sergenz ;
et li mangiers fu atornez
biax et genz et bien conreez.
Si laverent li chevalier,
puis si s’asistrent au mangier.
Et li prodon lez lui asist
le vaslet et mangier le fist
avoec lui an une escuele.
Des mes ne faz autre novele,
quanz en i ot et quel il furent,
mes asez mangierent et burent.
Del mangier ne faz autre fable.
Qant levé furent de la table,
li prodon, qui mout fu cortois,
pria de remenoir.i. mois
le vaslet qui delez lui sist.
.I. an tot plain, se il volsist,
le retenist il volantiers,
si apreïst andemantiers
tex choses, s’eles li pleüssent,
qu’a besoing mestier li eüssent.
Et li vaslez li dist aprés :
« Sire, ne sai se je sui pres
del manoir ou ma mere maint,
mes je pri Deu qu’a li me maint
et qu’ancor la puise veoir,
que pasmee la vi cheoir
(367a.1581)
au chief del pont devant sa porte,
si ne sai s’ele est vive ou morte.
Del duel de moi, quant la lessai,
cheï pasmee, bien le sai,
et por ce ne porroit pas estre,
tant que je seüsse son estre,
que je feïsse lonc sejor,
einz m’an irai demain au jor. »
Li prodom ot que rien ne valt
proiere, et la parole faut.
Si vont couchier sanz plus de plet,
que li lit estoient ja fet.
Li prodon par matin leva,
au lit au vaslet s’an ala
la ou il le trova gisant,
si li fist porter an presant
chemise et braies de cheinsil
et chauces taintes an bresil
et cote d’un drap de soie ynde,
qui fu tissuz et fez an Ynde.
Por ce que vestir li feïst
li anvea et se li dist :
« Amis, ces dras que ci veez
vestiroiz, se vos me creez. »
Et li vaslez respont : « Biau sire,
vos porreiez asez mialz dire.
Li drap que ma mere me fist,
dont ne valent il mialz que cist ?
Et vos volez que je les veste !
— Vaslez, foi que je doi ma teste,
fet li prodon, ainz valent pis.
Vos me deïstes, biax amis,
qant je vos amenai ceanz,
que vos toz mes comandemanz
fereiez. — Et ge si ferai,
fet li vaslez, ja n’an serai
ancontre vos de nule chose. »
As dras vestir plus ne repose,
si a les sa mere lessiez.
Et li prodom s’est abessiez,
se li chauça l’esperon destre.
La costume soloit tex estre
que cil qui feisoit chevalier
li devoit l’esperon chaucier.
(367b.1620)
Et li prodom s’est abeissié,
Se li a l’esperon chaucié.
D’autres vaslez asez i ot,
chascuns qui avenir i pot
a lui armer a sa main mise.
Et li prodom l’espee a prise,
se li ceint et si le beisa,
et dit que donee li a
la plus haute ordre avoec l’espee
que Dex a fete et comandee,
c’est l’ordre de chevalerie,
qui doit estre sanz vilenie.
Et dist : « Biau frere, or vos sovaingne,
se il avient qu’il vos covaingne
conbatre a aucun chevalier,
ice vos voel dire et proier :
se vos an venez au desus
que vers vos ne se puisse plus
desfandre ne contretenir,
einz l’estuisse a merci venir,
qu’a a* esciant ne l’ociez.
Et gardez que vos ne soiez
trop parlanz ne trop noveliers.
Nus ne doit estre trop parliers
que sovant tel chose li* die
qu’an li atort a vilenie,
et li saiges dit et retret :
« Qui trop parole pechié fet. »
Por ce, biau frere, vos chasti
de trop parler, et si vos pri,
se vos trovez pucele ou fame,
ou soit ou dameisele ou dame,
desconselliee soit de rien,
conselliez la, si feroiz bien,
se vos consellier la savez
et se le pooir en avez.
Une autre chose vos apraing,
et nel tenez mie a desdaing,
qui ne fet mie a desdaignier :
volantiers alez au mostier
proier celui qui tot a fait
que de vostre ame merci ait
et qu’an cest siegle terrien
vos gart come son crestien. »
(367c.1669)
Et li vaslez dist au prodome :
« De toz les apostres de Rome
soiez vos beneoiz, biau sire,
qu’autel oï ma mere dire.
— Or nel dites jamés, biau frere,
fet li prodon, que vostre mere
vos ait apris et anseignié.
De ce mie ne vos blas gié
se vos l’avez dit jusque ci,
mes des or, la vostre merci,
vos pri que vos an chastiez,
que se vos plus le diseiez,
a folie le tanroit l’an.
Por ce vos pri, gardez vos an.
— Et que dirai ge donc, biau sire ?
— Li vavasors, ce poëz dire,
qui vostre esperon vos chauça,
le vos aprist et anseigna. »
Et cil li a le don doné
que jamés n’i avra soné
.i. mot tant con il sera vis,
se de lui non, qu’il li est vis
que ce est biens qu’il li ansaigne.
Li prodon maintenant le saigne,
si a la main levee an haut
et dist : « Biax sire, Dex vos saut !
Alez a Deu, qui vos conduie,
que la demore vos enuie. »
Li noviax chevaliers s’an part
de son oste, et mout li est tart
que a sa mere venir puisse
et que sainne et vive la truisse.
Si se met es forez sostainnes,
que asez mialz qu’as terres plainnes
es forez se requenuissoit,
et chevalche tant que il voit
.I. chastel fort et bien seant.
Defors les murs ne voit neant
fors mer et eve et terre gaste.
D’errer vers le chastel se haste
tant que devant la porte vient ;
mes.i. pont passer li covient
si foible, ainz qu’a la porte veingne,
qu’a poinnes cuit que le sosteingne.
(367d.1713)
Li chevaliers sor le pont monte,
si le passa que max ne honte
ne anconbriers ne li avint.
Jusque devant la porte vint,
si la trova ferme a la clef,
ne n’i hurta mie soëf
ne n’i apela mie an bas.
Tant i feri qu’eneslepas
vint as fenestres de la sale
une pucele meigre et pale,
et dist : « Qui est qui la apele ? »
Cil regarde vers la pucele,
si la voit et dit : « Bele amie,
uns chevaliers sui, qui vos prie
que leanz me faciez antrer
et l’ostel enuit mes prester.
— Sire, fet ele, vos l’avroiz,
mes ja gré ne nos an savroiz.
Et neporquant si vos ferons
si bon ostel con nos porrons. »
Lors s’est la pucele arriers treite,
et cil qui a la porte agueite
crient qu’an li face trop ester,
si recomança a hurter ;
et tantost.iiii. sergent vindrent,
qui granz haiches a lor cos tindrent,
et chascuns ot ceinte une espee,
si ont la porte desfermee
et dïent : « Sire, venez anz. »
Se bien eüst as sergenz,
mout fussent bel, mes il avoient
meseise eü tant qu’il estoient
tel qu’an poïst mervellier,
de geüner et de vellier.
Et cil ot bien defors trovee
la terre gaste et escovee,
dedanz rien ne li amanda,
que partot la ou il ala
trova anhermies les rues
et les meisons viez decheües,
que home ne fame n’i avoit.
.II. mostiers an la vile avoit,
qui estoient.ii. abaïes,
li uns de nonains esbaïes,
(367e.1757)
l’autres de moinnes esgarez.
Ne trova mie bien parez
les mostiers ne bien portanduz,
ençois vit crevez et fanduz
lers* murs, et les torz descovertes,
et les meisons erent overtes
ausi de nuiz come de jorz.
Molins n’i mialt ne n’i cuist forz
an nul leu de tot le chastel,
ne ne trova pain ne gastel,
ne rien nule qui fust a vandre
don l’an poïst.i. denier prandre.
Ensi trova le chastel gaste,
que n’i trova ne pain ne paste
ne vin ne sidre ne cervoise.
Vers.i. palés covert d’atoise
l’ont li.iiii. sergent mené
et descendu et desarmé.
Et tantost uns vaslez avale
parmi les degrez de la sale,
qui aporta.i. mantel gris ;
au col au chevalier l’a mis,
et uns autres a establé
son cheval la ou il n’ot blé
ne fain ne fuerre se po non,
que il n’estoit an la meison.
Li autre devant ax le font
monter par les degrez amont
an la sale, qui mout fu bele.
Dui prodome et une pucele
li sont a l’ancontre venu.
Li prodome estoient chenu,
ne pas si que tuit fussent blanc.
De bel aaige a tot lor sanc
et a tote lor force fussent,
s’enui et pesance n’eüssent.
Et la pucele vint plus jointe,
plus acesmee et plus cointe
que espreviers ne papegauz.
Ses mantiax fu, et ses bliauz,
d’une porpre noire, estelee
de vair, et n’ert mie pelee
la pane qui d’ermine fu.
D’un sebelin noir et chenu,
(367f.1801)
qui n’estoit trop lons ne trop lez,
fu li mantiax au col orlez.
Et se je onques fis devise
an biauté que Dex eüst mise
an cors de fame ne an face,
or me plest que une an reface
ou ge ne mantirai de mot.
Desliee fu, et si ot
les chevox tex, s’estre poïst,
que bien cuidast qui les veïst
que il fussent tuit de fin or,
tant estoient luisant et sor.
Le front ot blanc et haut et plain
con se il fust ovrez de main,
que de main d’ome l’uevre fust
de pierre ou d’ivoire ou de fust.
Sorcix brunez et large antruel,
an la teste furent li oel
riant et veir et cler fandu.
Le nes ot droit et estandu,
et mialz li avenoit el vis
li vermauz sor le blanc asis
que li sinoples sor l’argent.
Por anbler san et cuer de gent
fist Dex de li passemervoille,
n’onques puis ne fist la paroille
ne devant feite ne l’avoit.
Et quant li chevaliers la voit,
si la salue, et ele lui,
et li chevalier amedui ;
et la dameisele le prant
par la main debonerement,
et dist : « Biau frere, vostre ostex
certes n’iert pas anquenuit tex
con a prodome covandroit.
Mes qui vos diroit orandroit
tot nostre covine et nostre estre,
vos cuidereiez, puet cel estre,
que de malvestié le deïsse
por ce qu’aler vos an feïsse.
Mes se vos plest, or remenez,
l’ostel tel con il est prenez,
et Dex vos doint meillor demain. »
Ensi l’an mainne par la main
(368a.1845)
jusqu’an une chanbre celee,
qui mout ert bele et longue et lee.
Sor une coute de samit
qui fu tandue sor.i. lit
se sont leanz andui asis.
Chevalier quatre, cinc et sis
vindrent leanz et si se sistrent
par tropeax et mot ne distrent,
et virent celui qui se sist
delez lor dame et mot ne dist.
Por ce de parler se tenoit
que del chasti li sovenoit
que li prodon li avoit fet,
s’an tenoient antr’ax grant plet
tuit li chevalier a consoil.
« Dex, fet chascuns, mout me mervoil
se cil chevaliers est muiax.
Granz diax seroit, c’onques si biax
chevaliers ne fu nez de fame.
Mout avient bien delez ma dame,
et ma dame ausi delez lui.
S’il ne fussent muël andui,
tant est cil biax et cele bele
c’onques chevaliers ne pucele
si bien n’avindrent mes ansanble,
que de l’un et de l’autre sanble
que Dex l’un por l’autre feïst
por ce qu’ansanble les meïst. »
Et tuit cil qui leanz estoient
antr’ax grant parole an feisoient,
et la dameisele atandoit
qu’il l’aparlast de que que soit,
tant qu’ele vit tres bien et sot
que il ne li diroit ja mot
s’ele ne l’aresnoit avant.
Et dist mout debonerement :
« Sire, don venistes vos hui ?
— Dameisele, fet il, je jui
chiés.i. prodome an.i. chastel,
ou j’oi ostel et bon et bel ;
s’i a.v. torz forz et eslites,
une grant et.iiii. petites.
Ne sai tote l’uevre asomer
ne le chastel ne sai nomer,
(368b.1889)
mes je sai bien que li prodon
Gornemanz de Gohorz a non.
— Ha ! biax amis, fet la pucele,
mout est vostre parole bele
et mout avez dit que cortois.
Gré vos an sache Dex li rois
qant vos prodome l’apelastes.
Onques plus voir mot ne parlastes,
qu’il est prodon, par saint Richier ;
ice puis je bien afichier.
Et sachiez que je sui sa niece,
mes je nel vi mout a grant piece,
et, certes, puis que vos meüstes
de vostre ostel, ne queneüstes
plus prodome, mien esciant.
Mout lié ostel et mout joiant
vos fist, que il le sot bien feire
come prodom et deboneire,
puissanz et aeisiez et riches.
Mes ceanz n’a mes que.vi. miches
c’uns miens oncles mout glorieus,
mout sainz hom et religieus
m’anvea por soper enuit,
et.i. bocel plain de vin cuit.
De vitaille n’a plus ceanz,
fors.i. chevrel c’uns miens sergenz
ocist hui main d’une saiete. »
Atant comande que l’an mete
les tables, et eles sont mise*,
et les genz au soper asises.
Au mangier ont mout petit sis,
mes par mout grant talant l’ont pris.
Aprés mangier se departirent :
cil remestrent, qui se dormirent,
qui l’autre nuit veillié avoient ;
cil s’an issirent qui devoient
la nuit par le chastel veillier.
Sergent furent et escuier
.l. qui la nuit veillierent ;
li autre mout se traveillierent
de lor oste bien aeisier.
Biax dras et covertor mout chier
et orellier au chief li mestent
cil qui del couchier s’antremestent.
(368c.1933)
Trestot l’eise et tot le delit
qu’an saüst deviser an lit
ot li chevaliers cele nuit,
fors que solement le deduit
de pucele, se lui pleüst,
ou de dame, se li leüst.
Mes il n’an savoit nule rien,
et por ce vos di ge mout bien
qu’il s’andormi auques par tans,
qu’il n’estoit de rien an espans.
Mes s’ostesse pas ne repose,
qui estoit an sa chanbre anclose.
Cil dort a eise, et cele panse,
qui n’a an li nule desfanse
d’une bataille qui l’asaut.
Mout se trestorne et mout tressaut,
mout se degiete et se demainne.
.I. mantel cort de soie an grainne
a afublé sor sa chemise,
si s’est en avanture mise
come hardie et corageuse,
mes ce n’est mie por oiseuse,
einz se panse que ele ira
a son oste et si li dira
de son afere une partie.
Lors s’est de son lit departie
et issue fors de sa chanbre
a tel peor que tuit li manbre
li tranblent et li cors li sue.
Plorant est de la chanbre issue
et vient au lit ou cil se dort,
et plore et sopire mout fort.
N’a hardement que plus li face.
De ses lermes, tote la face,
plore tant que ele li moille.
Si s’acline et si s’agenoille.
Tant a ploré que cil s’esvoille ;
si s’esbaïst toz et mervoille
de sa face qu’il voit moilliee,
et voit celi agenoilliee
devant son lit, qui le tenoit
par le col anbracié estroit.
Et tant de corteisie fist
que antre ses braz la reprist
(368d.1977)
maintenant et vers lui la trest.
Si li dist : « Bele, que vos plest ?
Por qu’iestes vos venue ci ?
— Ha ! gentix chevaliers, merci !
Por Deu vos pri et por son fil
que vos ne m’an aiez plus vil
de ce que je sui ci venue.
Por ce que je sui presque nue
n’i panssai ge onques folie
ne malvestié ne vilenie,
qu’il n’a el monde rien qui vive
tant dolante ne tant cheitive
que je ne soie plus dolante.
Rien que j’aie ne m’atalante,
c’onques nul jor sanz mal ne fui.
Ensi maleüree sui
que je ne verrai jamés nuit
que solemant cesti d’annuit,
ne jor que celui de demain,
ençois m’ocirrai de ma main.
De.iii.c. chevaliers et dis
don cist chastiax estoit garnis
n’a ceanz remés que cinquante,
que.ii. et dis moins de seissante
en a uns chevaliers mout max,
Anguinguerrons, li seneschax
Clamadeu des Illes, menez
et ocis et anprisonez.
De cez qui sont an prison mis
me poise autant con des ocis,
car je sai bien qu’il i morront,
que jamés issir n’an porront.
Por moi sont tant prodome mort,
s’est droiz que je m’an desconfort.
A siege a ci devant esté
tot.i. iver et.i. esté
Anguinguerrons, qu’il ne se mut,
et tot adés sa force crut,
et la nostre est amenuisiee
et nostre vitaille espuisiee,
que il n’en a ceanz remeis
don se poïst repestre un eis,
si somes a tant antreset
que demain, se Dex ne le fet,
(368e.2021)
li sera cist chastiax randuz,
qui ne puet estre desfanduz,
et je avoec come cheitive.
Mes, certes, einz que il m’ait vive,
m’ocirrai ge, si m’avra morte,
puis ne me chaut se il m’anporte.
Clamadex, qui avoir me cuide,
ne m’avra ja, s’il ne m’a vuide
de vie et d’ame, an nule fin,
que je gart an.i. mien escrin
un costel tot de fin acier
que el cors me voldrai glacier.
Itant a dire vos avoie.
Or me remetrai a la voie,
si vos lesserai reposer. »
Par tans se porra aloser
li chevaliers, se fere l’ose,
c’onques cele por autre chose
ne vint plorer desor sa face,
que que ele antandant li face,
fors por ce qu’ele li meïst
an talant que il anpreïst
la bataille, s’il l’ose anprandre,
por sa terre et por li desfandre.
Et il li dist : « Amie chiere,
fetes enuit mes bele chiere.
Confortez vos, ne plorez plus
et vos traiez vers moi ceisus,
s’ostez les lermes de voz ialz.
Dex, se lui plest, vos donra mialz
demain que vos ne m’avez dit.
Lez moi vos traiez an cest lit,
qu’il est asez lons a oés nos.
Hui mes ne me lesserez vos. »
Et cele dist : « Se vos pleisoit,
si feroie. » Et cil la beisoit,
qui an ses braz la tenoit prise.
Si l’a soz le covertor mise
tot soavet et tot a eise ;
et cele suefre qu’il la beise,
ne ne cuit pas qu’il li enuit.
Ensi jurent tote la nuit,
li uns lez l’autre, boche a boche,
jusqu’au main que li jorz aproche.
(368f.2065)
Tant li fist la nuit de solaz
que boche a boche, braz a braz,
dormirent tant qu’il ajorna.
A l’ajorner s’an retorna
la pucele an sa chanbre arriere
sanz conduit, et sanz chanberiere
se vesti et apareilla,
c’onques nelui n’i esveilla.
Et cil qui la nuit veillié orent,
tantost con le jor veoir porent,
esvellierent les andormiz,
ses firent lever de lor liz ;
et cil leverent de bele ore.
Et la pucele sanz demore
a son chevalier s’an repeire
et li dit come deboneire :
« Sire, Dex vos doint hui boen jor !
Et je sai bien que lonc sejor
ne ferez vos mie ceanz.
De sejorner seroit neanz,
vos an iroiz, pas ne m’an poise,
que ne seroie pas cortoise
s’il m’an pesoit de nule rien,
que point d’eise ne point de bien
ne vos avomes ceanz fait.
Mes je pri Deu que il vos ait
apareillié meillor ostel,
ou plus ait pain et vin et sel
que n’avez trové an cestui. »
Et il dist : « Bele, ce n’iert hui
que je autre ostel voise querre,
einz avrai tote vostre terre
mise an peis, se je onques puis.
Se vostre anemi la fors truis,
pesera moi se plus i siet,
por ce que de neant vos griet.
Mes se je l’oci et conquier,
vostre drüerie requier
an guerredon, qu’ele soit moie ;
autres soldees n’an prandroie. »
Et cele respont par cointise :
« Sire, mout m’avez or requise
de povre chose et de despite.
Mes s’ele vos ert contredite,
(369a.2109)
vos le tanreiez a orguel ;
por ce veher ne la vos vuel.
Et neporquant ne dites mie
que je deveigne vostre amie
par tel covant et par tel loi
que vos ailliez morir por moi,
que ce seroit trop granz domaiges,
que vostre cors ne vostre aaiges
n’est tex, ce sachiez de seür,
que vos a chevalier si dur
vos poïssiez contretenir
n’estor ne bataille sofrir.
— Ce verroiz vos, fet il, ancui,
que conbatre m’irai a lui ;
ja nel leirai por nul chasti. »
Tel plet li a cele basti
qu’ele li blasme, et si le vialt ;
mes sovant avient que l’an sialt
escondire sa volanté,
qant an voit bien antalanté
home de fere son talant,
por ce que mialz li atalant.
Ausin fet ele come sage,
qui li a mis el cors la rage,
ce qu’ele li blasme mout fort.
Et cil dit que l’an li aport
ses armes ; et an li aporte,
et overte li fu la porte,
si l’arment et monter le font
sor.i. cheval que il li ont
aparellié anmi la place.
N’an i a nul sanblant ne face
que il l’an poist et qui ne die :
« Sire, Dex vos soit en aïe
hui an cest jor et doint grant mal
Anguinguerron, le seneschal,
qui tot cest païs a destruit. »
Ensi plorent totes et tuit.
Jusqu’a la porte le convoient
et, quant fors del chastel le voient,
si dïent tuit a une voiz :
« Biau sire, icele voire croiz
ou Dex sofri mort por son fil
vos gart hui de mortel peril
(369b.2153)
et d’anconbrier et de prison,
et vos ramaint a garison
an leu ou vos soiez a eise,
qui vos delit et qui vos pleise. »
Ensi por lui trestuit prioient.
Et cil de l’ost venir le voient,
si l’ont Anguinguerron mostré,
qui se seoit devant son tré ;
s’avoit ja ses chauces chauciees,
et ses genz estoient mout liees,
qui cuidoient avoir conquis
le chastel et tot le païs,
et cuidoient qu’an li deüst
le chastel randre ainz que nuiz fust,
ou que aucuns s’an issist fors
por conbatre a lui cors a cors.
Tant que Anguinguerrons le voit,
si se fet armer a esploit
et vint vers lui plus que le pas
sor un cheval et fort et gras,
et dit : « Vaslez, ça qui t’anvoie ?
Di moi l’acoison de ta voie.
Viens tu peis ou bataille querre ?
— Mes tu, que fez an ceste terre ?
fet il, ce me diras premiers.
Por qu’as ocis les chevaliers
et tot le païs confondu ? »
Et lors li a cil respondu
con orguilleus et sorcuidiez :
« Je vuel qu’ancui me soit vuidiez
li chastiax, et la torz randue,
que trop m’a esté desfandue ;
et mes sire avra la pucele.
— Dahez ait hui ceste novele,
fet li vaslez, et qui l’a dite !
Einz te covandra clamer quite
trestot quanque tu li chalonges.
— Or me servez vos de mançonges,
fet Anguinguerrons, par saint Pere.
Sovant avient que tex conpere
le forfet, qui corpes n’i a. »
Et lors au vaslet enuia,
si met la lance sor le fautre,
et point li uns ancontre l’autre
(369c.2197)
sanz desfiance et sanz areisne.
Fer tranchant et lance de freisne
avoit chascuns, grosse et poignal,
s’alerent mout tost li cheval,
et li chevalier furent fort,
si s’antrehaïrent de mort ;
si fierent si que les eis croissent,
les escuz et les lances froissent,
et porte li uns l’autre jus.
Mes tost refurent sailli sus,
si s’antrevienent sanz jengler
plus fierement que dui sengler ;
si se fierent parmi escuz
et par haubers mailliez menuz
quanque cheval porter les porent.
A l’ire et au corroz qu’il orent,
et a la force de lor braz,
font les pieces et les esclaz
de lor lances voler an deus.
Anguinguerrons cheï toz seus
et fu parmi le cors navrez
si que li braz et li costez
le santi dolereusemant.
Et li vaslez a pié descent,
qu’il nel set a cheval requerre.
Del cheval est venuz a terre,
puis trest l’espee, si li passe.
Ne sai que plus vos devisasse
ne comant avint a chascun
ne toz les cos par un et un,
mes la bataille dura mout
et mout furent li cop estolt,
tant que Anguinguerrons cheï.
Et cil fierement l’anvaï
tant que il merci li cria ;
et li vaslez dist qu’il n’i a
de la merci ne tant ne quant.
Si li sovint il neporquant
del prodome qui li aprist
qu’a son esciant n’oceïst
chevalier, puis que il l’eüst
conquis et au desore fust.
Et cil li dist : « Biax amis dolz,
or ne soiez pas si estolz
(369d.2241)
que vos n’aiez merci de moi.
Je vos creant bien et otroi
que ja en est li miaudres tuens,
et chevaliers iés tu mout buens,
non pas tant que il fust creü
d’ome qui nos eüst veü
et qui nos coneüst andeus
que tu par tes armes toz seus
m’aüsses an bataille mort.
Et se je le tesmoing t’an port
que tu m’aies d’armes oltré,
veant mes genz, devant mon tré,
ma parole an sera tenue
et t’enors an sera creüe,
c’onques chevaliers n’ot greignor.
Et garde, se tu as seignor
qui t’ait bien ne servise fait
don le guerredon eü n’ait,
anvoie m’i, et g’i irai
de par toi et si li dirai
comant tu m’as d’armes conquis
et si me randrai a lui pris
por fere quanque boen li iert.
— Et dahez ait qui mialz vos quiert !
Et sez tu donc ou tu iras ?
A ce chastel, et si diras
a la bele qui est m’amie
que jamés an tote ta vie
ne seras an son nuisement,
si te metras oltreemant
del tot an tot an sa merci. »
Et cil respont : « Donques m’oci,
qu’ausi me feroit ele ocirre,
que nule rien tant ne desirre
come ma mort et mon enui,
car a la mort son pere fui
et se li ai fez tanz corroz
que ses chevaliers li ai toz
que morz que pris an ceste annee.
Male prison m’avroit donee
qui an sa prison mis m’avroit ;
ja pis fere ne me savroit.
Mes se tu as nul autre ami
n’amie nule, anvoie m’i,
(369e.2285)
qui n’ait de moi mal fere anvie,
que ceste me toldroit la vie,
se ele me tenoit, sanz faille. »
Et lors li dit cil que il aille
a.i. chastel a.i. prodome,
et le non au seignor li nome ;
n’an tot le monde n’a maçon
qui mialz devisast la façon
del chastel qu’il li devisa.
L’eve et le pont mout li prisa,
et les torneles et la tor
et les forz murs qui sont antor,
tant que cil antant bien et set
que el leu ou l’an plus le het
le vialt anvoier an prison.
« La ne sai ge ma garison,
fet cil, biau sire, ou tu m’anvoies.
Si m’aïst Dex, an males voies
me viax metre et an males mains,
que l’un de ses freres germains
an ceste guerre li ocis.
Einz m’oci tu, biax dolz amis,
que tu a lui aler me faces.
Einz m’oci tu que tu m’i chaces.
— Par foi, fet il, donc iras tu
an la prison le roi Artu,
si me salüeras le roi
et se li diras de par moi
qu’il te face mostrer celi
que Kex li seneschaus feri
por ce que ele m’avoit ris,
et a celi te randras pris
et se li diras antresait
que ja n’anterrai por nul plait
an cort que li rois Artus teigne,
por nule chose qui aveigne,
tant que vangence an avrai prise. »
Et cil respont que ce servise
li fera il et bien et bel.
Lors s’an torna vers le chastel
li chevaliers qui vaincu l’a ;
et cil an la prison s’an va,
s’an fet porter son estandart,
et l’oz del siege se depart,
(369f.2329)
que n’i remaint ne bruns ne sors.
Et cil del chastel issent fors
ancontre celui qui retorne ;
mes a mout grant enui lor torne
del chevalier qu’il a conquis
qant il le chief n’an avoit pris
et quant il ne lor ot randu.
A grant joie l’ont receü
et desarmé a.i. perron.
Dïent : « Sire, d’Anguinguerron
la teste por coi n’an preïstes,
qant vos ceanz ne le meïstes ? »
Et cil respont : « Seignor, par foi,
ne feïsse pas bien, ce croi,
qu’il vos a ocis voz paranz,
si ne li fusse pas garanz,
einz l’oceïssiez maugré mien.
Trop eüst an moi po de bien,
des que je au desore an fui,
se n’eüsse merci de lui.
Et savez quex la merci fu ?
An la prison le roi Artu
se metra, se covant me tient. »
Atant la dameisele vient,
qui de lui grant joie demainne,
et jusqu’an ses chanbres le mainne
por reposer et aeisier.
Et d’acoler et de beisier
ne li fist ele nul dongier ;
an leu de boivre et de mangier,
joent et beisent et acolent
et debonerement parolent.
Mes Clamadex folie pansse,
qui vient et cuide sanz desfansse
le chastel avoir maintenant,
quant un vaslet grant duel menant
anmi le chemin ancontra,
qui les noveles li conta
d’Anguinguerron son seneschal.
« Enon Deu, sire, or va mout mal »,
fet li vaslez, qui tel duel fet
qu’a ses mains ses chevox detret.
Et Clamadex respont : « De coi ? »
Et li vaslez respont : « Par foi,
(370a.2373)
vostre seneschax est conquis
d’armes et si se randra pris
au roi Artus ou il s’an va.
— Qui a ce fet, vaslez, di va,
et ce comant pot avenir ?
Don pot li chevaliers venir
qui si prodome et si vaillant
pot fere d’armes recreant ? »
Et cil respont : « Biax sire chiers,
ne sai qui fu li chevaliers,
mes tant an sai que je le vi
que fors de Biaurepaire issi
armez d’unes armes vermoilles.
— Et puis, vaslez, quar me consoilles ! »
fet cil qui par po n’ist del san.
« Quoi, sire ? Retornez vos an,
que, se vos avant aleiez,
ja, ce cuit, n’esploitereiez. »
A ce mot est avant venuz
uns chevaliers auques chenuz,
qui estoit mestres Clamadeu :
« Vaslez, fet il, tu ne diz preu.
Plus sage consoil et plus buen
li estuet croire que le tuen.
S’il te croit, il fera que fos ;
einz ira avant, par mon los. »
Puis dist : « Sire, volez savoir
comant vos porriez avoir
le chevalier et le chastel ?
Jel vos dirai et bien et bel,
et si est mout legier a fere.
Dedanz les murs de Biaurepere
n’a que boivre ne que mangier,
si sont foible li chevalier,
et nos somes et fort et sain,
si n’avomes ne soif ne fain,
si porrons grant estor sofrir
se cil dedanz osent issir
a nos ça defors asanbler.
.XX. chevaliers por cenbeler
anvoierons devant la porte.
Li chevaliers, devant la porte*
a Blancheflor sa dolce amie,
voldra fere chevalerie
(370b.2417)
plus que il sofrir ne porra ;
si ert pris ou il i morra,
que po d’aïde li feront
li chevalier, qui foible sont.
Si n’i feront li.xx. neant,
mes qu’il les iront fauneant
tant que nos par ceste valee
vanrons sor ax si an enblee,
ses aceindrons a la forsclose.
— Par foi, je lo bien ceste chose,
fet Clamadex, que vos me dites.
Nos avons ci de genz eslites
.v.c. chevaliers toz armez
et mil sergenz bien atornez,
si les panrons come gent morte. »
.XX. chevaliers devant la porte
i a Clamadex anvoiez,
qui tindrent au vant desploiez
les confanons et les banieres,
qui erent de maintes menieres.
Et quant cil del chastel les virent,
les portes a bandon ovrirent,
que li vaslez le volt ensi,
qui devant aus toz s’an issi
por asanbler as chevaliers.
Come hardiz et forz et fiers
les a entaschiez toz ansanble.
Cui il ataint, pas ne li sanble
que il soit d’armes aprantiz.
Le jor i fu ses fers santiz
de sa lance an mainte boele.
Cui perce piz et cui memele,
cui brise braz et cui chanole ;
cestui abat, cestui afole ;
les prisons et les chevax rant
et si les baille maintenant
a ces qui mestier en avoient,
tant que les granz batailles voient
qui tot le val orent monté,
et il furent.v.c. conté
estre les mil sergenz qui vindrent,
qui grant partie del chanp tindrent
vers la porte qui fu overte.
Et li autre voient la perte
(370c.2461)
de lor gent afolee et morte,
si s’an vindrent droit a la porte
trestuit sarré et atirié,
et cil se tindrent tuit rangié
an lor portes sarreement,
ses reçoivent hardiemant.
Mes foible gent et petit furent,
et li autre de force crurent
de lor genz qui seüz les orent,
tant que cil sofrir ne les porent,
mes an lor chastel se retraient.
Sor la porte ot archiers qui traient
an la grant fole et an la presse,
qui mout ert ardanz et angresse
d’antrer el chastel a bandon,
tant c’une flote de randon
s’est dedanz a force anbatue.
Et cil dedanz ont abatue
une porte sor ces desoz,
ques ocit et esquaiche toz
cez que consilt an son cheoir.
Et rien nule ne puet veoir
Clamadex don soit si dolanz,
que mout a la porte colanz
de ses genz morz, et lui forsclos,
s’estuet qu’il remaingne a repos,
et li asauz en si grant haste
ne seroit mes que peinne gaste.
Et ses mestres qui le consoille
dist : « Sire, il n’est mie mervoille
de prodome, s’il li meschiet.
Si con Damedeu plest et siet,
chiet bien et mal, bien le savomes.
Perduz i avez de voz homes,
mes il n’est sainz qui n’ait sa feste.
Cheoite est sor vos la tanpeste,
si sont li vostre maheignié
et cil dedanz ont gaaignié,
mes il reperdront, ce sachiez.
Les ialz amedeus me sachiez
s’il demorent ceanz.v. jorz.
Vostre iert li chastiax et la torz,
qu’il s’an istront tuit a merci.
Se vos volez demorer ci
(370d.2505)
tant solemant hui et demain,
li chastiax iert an vostre main ;
neïs cele qui tant vos a
refusé, vos reprïera
que vos por Deu la daingniez prandre. »
Lors ont fet son pavellon tandre
et toz ces qu’aportez i orent,
et li autre si con il porent
se logierent et atornerent ;
et cil dedanz se desarmerent.
Les chevaliers qu’il orent pris,
n’an torz n’an fers ne les ont mis,
mes qu’il plevirent solemant
come chevalier leaumant
que il leal prison tanroient,
et ja nul mal ne lor querroient.
Ensi furent antr’ax leanz.
Ce jor meïsmes uns granz vanz
ot par mer chaciee une barge
qui de fromant portoit grant charge
et d’altre vitaille estoit plainne.
Si con Deu plot, antiere et sainne
est dedanz* le chastel venue ;
et quant cil dedanz l’ont veüe,
s’anvoient savoir et anquerre
qui il sont et que il vont querre.
Atant del chastel avalerent
cil qui ancontre lor alerent,
si demandent quex genz il sont,
qu’il demandent et ou il vont.
Et cil dïent : « Marcheant somes,
qui vitaille a vandre amenomes.
Pain et vin et bacons salez
et pors et bués avons asez
por vandre, se besoinz estoit. »
Et cil dïent : « Beneoiz soit
Dex, qui au vant dona la force
qui ça vos amena a orce,
et vos soiez li bien venu !
Traiez fors, que tot est vandu
si chier con vos le voldrez vandre,
et si venez vostre argent prandre,
que ne vos porrez desconbrer
de recevoir ne de nonbrer
(370e.2549)
plates d’or ne plates d’argent
que vos donrons por le fromant ;
et por le vin et por la char
vos donromes chargié.i. char,
ou plus, se fere le besoigne. »
Or ont bien fete lor besoigne
cil qui achatent et qui vandent.
A la nef deschargier antandent,
s’an font tot devant ax porter
por cez dedanz reconforter.
Qant cil del chastel venir voient
ces qui la vitaille aportoient,
croire poez que grant joie orent,
et au plus tost qu’il onques porent
firent le mangier atorner.
Or puet longuement sejorner
Clamadex, qui muse defors,
car cil dedanz ont bués et pors
et char salee a grant foison,
et pain et vin et veneison.
Et li queuz ne sont pas oiseus ;
li garçon alument les feus
es cuisines au mangier cuire.
Or se puet longuement deduire
delez s’amie tot a eise.
Cele l’acole et il la beise ;
si fet li uns de l’autre joie.
La sale ne rest mie quoie,
ençois i a mout joie et bruit.
Por le mangier font joie tuit,
que mout avoient covoitié ;
et li queuz ont tant esploitié
que au mangier asseoir font
cez qui mout grant mestier an ont.
Qant mangié orent, si se lievent ;
et Clamadex et ses genz crievent,
qui la novele ja savoient
del bien que cil dedanz avoient ;
si dïent qu’il les an restuet
raler, que li chastiax ne puet
estre afamez an nule guise,
por neant ont la vile asise.
Et Clamadex, qui vis anrage,
anvoie au chastel.i. message,
(370f.2593)
sanz los d’autrui et sanz consoil,
et mande au chevalier vermoil
que jusqu’a midi l’andemain
le porra seul trover a plain
por conbatre a lui, se il ose.
Qant la pucele ot ceste chose
qui a son ami est nonciee,
dolante an fu et correciee,
que cil ancontre li remande
qu’il l’avra, des qu’il la demande,
la bataille, comant qu’il praigne.
Lors anforce mout et angraigne
li diax que la pucele an fet,
mes ja por duel que ele en et
ne remanra mie, ce cuit.
Mout li prïent totes et tuit
que il conbatre a celui n’aille,
vers cui n’ot pooir an bataille
nus chevaliers onques ancore.
« Seignor, car vos an teisiez ore,
fet li vaslez, si ferez bien,
que je nel leiroie por rien
ne por home de tot le mont. »
Ensi la parole lor ront,
que plus aparler ne l’an osent,
einz vont colchier, si se reposent
jusqu’au main que li solauz lieve ;
mes de lor seignor mout lor grieve
qu’il nel sevent tant bel prier
que il le puisent chastier.
Si li pria la nuit s’amie
mout sovant qu’il n’i alast mie,
a la bataille, an fust an pes,
que il n’avoient garde mes
de Clamadeu ne de sa gent.
Mes tot ce ne valut neant,
et si est ce mervoille estrange
qu’il i avoit an la losange
grant dolçor, qu’ele li feisoit,
car a chascun mot le beisoit
si dolcement et si soëf
que ele li metoit la clef
d’amor an la serre del cuer,
n’onques ne pot estre a nul fuer
(371a.2637)
que ele l’an poïst retrere
que la bataille n’alast fere,
einz a ses armes demandees.
Cil cui il les ot comandees
les aporta plus tost qu’il pot.
A lui armer mout grant duel ot,
que toz et totes an pesa,
et il toz et totes les a
comandees au roi des rois,
puis monta el cheval norrois
que l’an li avoit amené ;
puis n’a gaires antr’ax esté,
einz s’an parti isnelement,
si les leissa lor duel feisant.
Qant Clamadex venir le voit,
qui conbatre a lui se devoit,
si ot an lui si fol cuidier
qu’il li cuida fere voidier
mout tost les arçons de la sele.
La lande fu igaus et bele,
n’il n’i ot qu’as.ii. solemant,
que Clamadex tote sa gent
ot departie et anvoiee.
Chascuns ot sa lance apoiee
desor la sele, sor le fautre,
et point li uns ancontre l’autre
sanz desfiance et sanz aresne.
Fer tranchant et lance de fresne
avoit chascuns, grosse et poignal ;
si alerent tost li cheval,
et li chevalier furent fort,
si s’antrehaoient de mort ;
si se fierent que les eis croissent
des escuz, et les lances froissent,
si porte li uns l’autre jus ;
mes tost refurent sailli sus,
si s’antrevienent d’un estal
et se conbatent par igal
as espees mout longuement.
Asez vos deïsse comant,
se je m’an volsisse antremetre,
mes por ce n’i voel painne metre
qu’altant valt uns moz come vint.
An la fin Clamadeu covint
(371b.2681)
venir a merci maugré suen ;
si li creanta tot son buen
si con li seneschax ot fet,
qu’i ne se meïst por nul plet
an prison dedanz Biaurepaire
ne que ses seneschax volt faire,
ne por tot l’empire de Rome
ne ralast il chiés le prodome
qui ot le chastel bien seant.
Mes ce li vint bien a creant
que an la prison se metroit
le roi Artus et si diroit
a la pucele son message,
que Kex feri par son oltrage,
dont il li fist si tres grant duel,
mes il la vangera son vuel,
se Dex l’an vialt force doner.
Aprés ce li fet creanter
que l’andemain, einz qu’il soit jorz,
tuit cil qui sont dedanz ses torz
s’an revandront trestuit delivre,
ne jamés jor qu’il ait a vivre
n’avra devant le chastel ost,
s’il onques puet, qu’il ne l’an ost,
ne par ses homes ne par lui
n’avra la dameisele enui.
Ensi Clamadex s’an ala
an sa terre ; et quant il vint la,
comande que tuit li prison
fussent gitié fors de prison,
si s’an alassent trestuit quite.
Qant il ot la parole dite,
si fu ses comandemenz fez.
Ez vos les prisons ja fors trez,
si s’an alerent demanois
et porterent tot lor hernois,
que rien n’en i ot detenue.
D’autre part sa voie a tenue
Clamadex, qui toz seus chemine.
Costume estoit an cel termine,
ce trovons escrit an la letre,
que chevaliers se devoit metre
an prison atot son ator
si con il partoit de l’estor
(371c.2725)
ou il conquis avoit esté,
que ja rien n’i eüst osté
ne nule rien n’i eüst mise.
Clamadex tot an itel guise
se met aprés Anguinguerron
tot droit anvers Disnadaron,
ou li rois Artus cort tenoit.
D’autre part, grant joie ravoit
el chastel, ou sont retorné
cil qui avoient demoré
longuement an prison trop male.
De joie bruit tote la sale
et li ostel as chevaliers ;
as eglises et as mostiers
sonent de joie tuit li sain,
n’il n’i a moinne ne nonain
qui Damedeu ne rande graces.
Par les rues et par les places
vont querolant totes et tuit.
Mout orent el chastel grant bruit,
que nus nes asaut ne guerroie.
Mes Aguinguerrons totevoie
s’an vet, et Clamadex aprés,
et jut.iii. nuiz tot pres a pres
an l’ostel ou il ot geü.
Bien l’a par ses escloz seü
jusqu’a Disnadaron an Gales,
ou li rois Artus an ses sales
cort mout esforciee tenoit.
Et Clamadex leanz venoit
toz seus, si armez con il fut,
et Anguinguerrons le conut,
qui son message avoit ja fet
a cort et conté et retret
des l’autre jor qu’il fu venuz,
et s’estoit a cort retenuz
et de mesniee et de consoil.
Son seignor taint de sanc vermoil
vit covert, nel mesconut pas,
ençois dit tot eneslepas :
« Seignor, seignor, veez mervoilles !
Li vaslez as armes vermoilles
anvoie ça, si m’an creez,
cel chevalier que vos veez.
(371d.2769)
Il l’a conquis, j’an sui toz cerz,
a ce qu’il est de sanc coverz.
Je conuis bien le sanc de ci
et lui meïsmes autresi,
qu’il est mes sire et je ses hom.
Clamadex des Illes a non,
et je cuidoie que il fust
chevaliers tex que il n’eüst
meillor an l’empire de Rome.
Mes il meschiet a maint prodome. »
Ensi Anguinguerrons parla,
tant que Clamadex parvint la,
et li uns contre l’autre cort,
si s’antrancontrent an la cort.
Ce fu a une Pantecoste,
que la reïne sist dejoste
le roi Artus au chief d’un dois.
Asez i ot contes et rois,
si ot reïnes et contesses ;
et fu aprés totes les messes,
que issu furent del mostier
les dames et li chevalier.
Et Kex parmi la sale vint,
trestoz desafublez, et tint
an sa main destre.i. bastonet,
el chief.i. chapel de bonet,
don li chevol estoient blont,
n’ot plus bel chevalier el mont,
et fu treciez a une tresce.
Mes sa biauté et sa proesce
anpiroient si felon gap.
Sa cote fu d’un riche drap
de soie tote coloree ;
ceinz fu d’une ceinture ovree,
don la boclete et tuit li manbre
estoient d’or, bien m’an remenbre,
et l’estoire ensi le tesmoingne.
Chascuns de sa voie s’esloingne
si con il vint parmi la sale ;
ses felons gas, sa lengue male
redotent tuit, si li font rote :
n’est mie sages qui ne dote,
ou soit a gas ou soit a certes,
felenies trop descovertes.
(371e.2813)
Ses felons gas tant redotoient
trestuit cil qui leanz estoient
c’onques nus a lui ne parla.
Et il devant toz s’an ala
jusque la ou li rois seoit,
et dist : « Sire, s’il vos pleisoit,
vos mangerez desoremés.
— Kex, dist li rois, leissiez m’an pes,
que ja par les ialz de ma teste
ne mangerai a si grant feste,
por que cort anforciee tiegne,
tant qu’a ma cort novele viegne. »
Ensi parloient andemantre,
et Clamadex an la cort antre,
qui vint prison a cort tenir,
armez si con il dut venir,
et dist : « Dex saut et beneïe
le meillor roi qui soit an vie,
le plus franc et le plus gentil,
si le tesmoignent trestuit cil
devant cui ont esté retraites
les granz proesces qu’il a faites !
Or antandez, fet il, biau sire,
que mon mesage vos voel dire.
Ce poise moi, mes totevoie
reconuis ge que ça m’anvoie
uns chevaliers qui m’a conquis.
De par lui m’estuet randre pris
a vos, que nel puis amander.
Mes qui me voldroit demander
se je sai comant il a non,
je li respondroie que non,
mes tex noveles vos an cont
que ses armes vermoilles sont
et si li donastes, ce dist.
— Amis, se Damedex m’aïst,
fet li rois, di moi verité,
se il est an sa poësté,
delivres et heitiez et sains.
— Oïl, toz an soiez certains,
fet Clamadex, biax sire chiers,
con li plus vaillanz chevaliers
a cui je onques m’acointasse,
et si me dist que je parlasse
(371f.2857)
a la pucele qui li rist,
dont Kex si grant honte li fist
c’une joee li dona.
Mes il dist qu’il la vangera,
se Damedex le li consant. »
Qant li fos la parole antant,
de joie saut et si s’escrie :
« Danz rois, se Dex me beneïe,
or iert bien vangiee la bufe,
et si nel tenez mie a trufe,
que le braz brisié en avra,
ja si garder ne s’an savra,
et desnoee la chanole. »
Kex, qui antant ceste parole,
le tient a mout grant musardie ;
et sachiez que par coardie
nel lait il pas qu’il ne l’esfronte,
mes por le roi et por sa honte.
Li rois en a croslé le chief
et dist : « Ha ! Kex, mout m’an est grief
qant il n’est ceanz avoec moi.
Par la fole lengue de toi
s’an ala il, don mout me grieve. »
A cest mot an estant se lieve
Girflez, cui li rois le comande,
et messire Yvains, qui amande
toz cez qui a lui s’aconpaignent.
Et si comande qu’il an maignent
le chevalier, si le conduient
anz es chanbres ou se deduient
les dameiseles la reïne.
Et li chevaliers lor ancline.
Cil cui li rois l’ot comandé
l’an ont anz es chanbres mené,
si li mostrerent la pucele,
et il li conte la novele
tele con oïr la voloit,
que de la bufe se doloit
qui li fu an la joe asise.
De la bufe que ele ot prise
estoit ele bien respassee,
mes obliee ne passee
la honte n’avoit ele mie,
que mout est malvés qui oblie,
(372a.2901)
s’an li fet honte ne leidure.
Dolors trespasse et honte dure
an home viguereus et roide,
et el malvés muert et refroide.
Clamadex a fet son message,
puis l’a retenu son aage
li rois de cort et de mesniee.
Et cil qui avoit desreniee
vers lui la terre a la pucele,
Belissant*, s’amie la bele,
delez li s’aeise et delite.
Et si fu soe tote quite,
et la terre, s’il li pleüst
que son coraige aillors n’eüst.
Mes a autres choses li tint :
de sa mere li resovint
que il vit pasmee cheoir ;
talant a qu’il l’aille veoir.
Ele li vee et li desfant
et comande a tote…* gent
que il de remenoir li prïent,
mes n’a mestier ce que il dïent
fors qu’il lor met an covenant,
s’il trueve sa mere vivant,
que avoec lui l’an amanra
et d’iluec en avant tanra
la terre, ce sachiez de fi,
et se ele est morte, autresi.
Ensi a la voie se met
et le revenir lor promet,
si lesse s’amie la gente
mout correciee et mout dolante,
et toz les autres avoec li.
Qant il fors de la vile issi,
il ot autel procession
con s’il fust jor d’Acenssion.
Alé i furent tuit li moinne
com a.i. jor de diemoinne,
chapes de pailes afublees,
et totes les nonains velees.
Et disoient celes et cil :
« Sire, qui nos a tret d’essil
et ramenez an noz meisons,
n’est mervoille se nos plorons
(372b.2945)
qant tu si tost lessier nos viax.
Mout doit estre granz nostre diax,
si est il si que plus ne puet. »
Et il lor dit : « Ne vos estuet
doter, ce sachiez, nule rien.
Ne cuidiez vos que ce soit bien
que je ma mere veoir vois,
qui sole remest an.i. bois
qui la Gaste Forez a non ?
Je revandrai, ou vive ou non,
que por rien ne le lesserai.
Se ele est vive, g’en ferai
nonain velee an vostre eglise ;
se ele est morte, le servise
ferez por s’ame chascun an,
que Dex el sain saint Abrahan
la mete avoec les bones ames.
Et vos, seignor moinne, et vos, dames,
il ne vos doit grever de rien,
que je vos ferai asez bien
por s’ame, se Dex me ramoinne. »
Atant se departent li moinne
et les nonains et tuit li autre ;
et il s’an vet, lance sor fautre,
toz armez si con il i vint.
Et tote jor sa voie tint,
qu’il n’ancontra rien terriene,
ne crestien ne crestiene
qui li seüst voie anseignier.
Et il ne fine de prier
au roi de gloire, le suen pere,
que il li doint veoir sa mere.
Et itant dura sa proiere
que il vint sor une riviere,
a l’avalee d’une angarde.
L’eve roide et parfonde esgarde
et ne s’ose metre dedanz,
et dist : « Ha ! sire Dex puissanz,
qui ceste eve passee avroit
de la ma mere troveroit,
mien esciantre, sainne et vive. »
Ensi s’an va selonc la rive
tant que a une roche aproiche
et que l’eve a la roche toiche,
(372c.2989)
que il ne pot aler avant.
Et il vit par l’eve avalant
une nef qui d’amont venoit ;
.ii. homes an la nef avoit.
Li uns des.ii. homes najoit,
li altre a l’esmeçon peschoit.
Il s’areste, si les atant
et cuide qu’il alassent tant
que il venissent jusqu’a lui.
Et il s’arestent amedui
enmi l’eve ; coi i esturent,
que mout bien aencré se furent.
Et cil qui devant fu peschoit
a l’esmeçon, si aeschoit
son ameçon d’un poissonet
petit graignor d’un veironet.
Cil qui ne set que fere puisse
ne an quel leu passage truisse
les salue et demande lor :
« Anseigniez moi, fet il, seignor,
s’an ceste eve a ne gué ne pont. »
Et cil qui pesche li respont :
« Nenil, biau frere, a moie foi,
ne n’i a nef, de ce me croi,
graignor de cesti ou nos somes,
qui ne porteroit pas.v. homes,
.xx. liues amont ne aval,
si n’i puet an passer cheval.
Barge n’i a, ne pont ne gué.
— Or m’anseigniez, fet il, por Dé,
ou je porroie avoir ostel. »
Et il li dist : « De ce et d’el
avreiez vos mestier, ce cuit.
Je vos herbergerai enuit.
Montez vos an par cele frete
qui est an cele roche ferte* ;
et quant vos la amont vanroiz,
devant vos, an.i. val, verroiz
une meison ou ge estois,
pres de rivieres et de bois. »
Maintenant cil s’an va amont ;
et quant il vint an son le mont,
si garda avant devant lui.
Et quant il vint an son le pui,
(372d.3033)
si ne vit mes que ciel et terre,
et dit : « Que sui ge venuz querre ?
La musardie et la bricoigne.
Dex li doint hui male vergoigne
celui qui ça m’a anvoié.
Si m’a il or bien avoié,
que il me dist que je verroie
meison quant ça amont seroie !
Chevaliers, qui ce me deïs,
trop grant desleauté feïs
se tu le me deïs por mal. »
Lors vit devant lui an.i. val
le chief d’une tor qui parut.
L’an ne trovast jusqu’a Barut
si bele ne si bien asise.
Quarree fu, de pierre bise,
si avoit torneles antor.
La sale fu devant la tor,
et les loiges devant la sale.
Li vaslez cele part avale,
et dit que bien l’a avoié
cil qui la l’avoit anvoié.
Ensi vers la porte s’an va ;
devant la porte.i. pont trova
torneïz, qui fu avalez.
Par sor le pont s’an est alez,
et vaslet corent contre lui,
troi, sel desarmerent li dui,
et li tierz son cheval an moinne,
si li done fuerre et avoinne.
Li carz li afuble.i. mantel
d’escarlate, fres et novel ;
et l’an menerent jusqu’as loiges.
Si sachiez que jusqu’a Limoiges
ne trovast an ne ne veïst
si beles, qui les i queïst.
Li vaslez es loiges estut
tant qu’au seignor venir l’estut,
qui.ii. vaslez i anvea ;
et cil avoec ax s’an ala
an la sale, qui fu quarree
et autant longue come lee.
Enmi la sale, sor.i. lit,
.i. bel prodome seoir vit,
(372e.3077)
qui estoit de chenes meslez ;
et ses chiés fu anchapelez
d’un sebelin noir come more,
a une porpre vox desore,
et d’itel fu sa robe tote.
Apoiez fu desor son cote,
si ot devant lui.i. feu grant
de sesche busche, bien ardant,
et fu antre.iiii. colomes.
Bien poïst an.iiii.c. homes
asseoir anviron le feu,
s’aüst chascuns aeisié leu.
Les colomes forz i estoient
qui le cheminal sostenoient,
d’arain espés et haut et lé.
Devant le seignor sont alé ;
qant li sires le vit venant,
si le salua maintenant
et dist : « Amis, ne vos soit grief
se ancontre vos ne me lief,
que je n’an sui pas aeisiez.
— Por Deu, sire, or vos an teisiez,
fet il, qu’il ne me grieve point,
se Dex joie et santé me doint. »
Li prodon tant por lui se grieve
que tant con il puet se sozlieve,
et dist : « Amis, ça vos traiez
pres de moi, ne vos esmaiez ;
si vos seez seüremant
lez moi, jel vos lo bonement. »
Li vaslez est lez lui asis,
et li prodon li dist : « Amis,
de quel part venistes vos hui ?
— Sire, fet il, hui matin mui
de Biaurepaire, ensi a non.
— Si m’aïst Dex, fet li prodom,
vos avez grant jornee faite.
Vos meüstes einz que la gaite
eüst hui main l’aube cornee.
— Einz estoit ja prime sonee,
fet li vaslez, ce vos afi. »
Queque il parloient ensi,
uns vaslez antre par la porte.
A son col une espee aporte,
(372f.3121)
par les renges estoit pandue,
si l’a au riche…* randue.
Et il l’a bien demie treite,
si vit bien ou ele fu feite,
que an l’espee fu escrit ;
et avoec ce ancore vit
qu’ele estoit de si bon acier
qu’ele ne pooit peçoier
fors que par.i. tot seul peril
que nus ne savoit mes que cil
qui avoit forgiee l’espee.
Li vaslez qui l’ot aportee
dist : « Sire, la sore pucele,
vostre niece, qui tant est bele,
vos anvoie ci cest present ;
einz ne veïstes mes si gent
del lonc et del lé que ele a.
Vos la donroiz cui vos pleira,
mes ma dame seroit mout liee
se ele estoit bien anploie*
la ou ele sera donee,
c’onques cil qui forja l’espee
n’an fist que.iii., et si morra
que jamés forgier ne porra
espee nule aprés cesti. »
Et li sires an revesti
celui qui leanz ert estranges
de l’espee parmi les ranges,
qui valoient bien.i. tresor.
Li ponz de l’espee fu d’or,
del meillor d’Arrabe ou de Grece ;
li fuerres d’orfrois de Venece.
Si richement apareilliee
la li a li sires bailliee,
et dist : « Biau sire, ceste espee
vos fu jugiee et destiné*,
et je voel mout que vos l’aiez.
Mes ceigniez la, si l’essaiez. »
Il l’an mercie, si la ceint
ensi que pas ne s’an estraint,
puis l’a trete del fuerre nue ;
et quant il l’ot.i. po tenue,
si la remist el fuerre arriere.
Mout l’esgarde de grant meniere ;
(373a.3165)
li sist au flanc et mialz el poing,
et sanbla bien que a besoing
s’an deüst aidier come ber.
Derriers lui vit.i. bacheler,
antor le feu qui cler ardoit.
Celui qui ses armes gardoit
quenut, et si li comanda
s’espee, et cil la li garda.
Lors se rasist lez le seignor,
qui li porte mout grant enor.
Leanz avoit.i. luminaire
si grant con l’an le porroit faire
de chandoiles an.i. ostel.
Quequ’il parloient d’un et d’el,
uns vaslez d’une chanbre vint,
qui une blanche lance tint
anpoigniee par le mileu,
si passe par delez le feu
de ces qui leanz se seoient ;
et tuit cil de leanz veoient
la lance blanche et le fer blanc,
s’issoit une gote de sanc
del fer de la lance an somet
et jusqu’a la main au vaslet
coloit cele gote vermoille.
Li vaslez vit cele mervoille,
qui leanz est la nuit venuz ;
si s’est de demander tenuz
comant cele chose avenoit,
que del chasti li sovenoit
celui qui chevalier le fist,
qui li anseigna et aprist
que de trop parler se gardast ;
si crient que, s’il li demandast,
qu’an li tornast a vilenie,
et por ce n’an demanda mie.
Et lors dui autre vaslet vindrent,
qui chandeliers an lor mains tindrent,
de fin or, ovrez a neel.
Li vaslet estoient mout bel,
cil qui les chandeliers portoient.
An chascun chandelier ardoient
.x. chandoiles a tot le mains.
.I. graal antre ses.ii. mains
(373b.3209)
une dameisele tenoit
et avoec les vaslez venoit,
bele et jointe et bien acesmee.
Quant ele fu leanz antree
atot le graal qu’ele tint,
une si granz clartez an vint,
ausi perdirent les chandoiles
lor clarté come les estoiles
qant li solauz lieve et la lune.
Aprés celi an revint une
qui tint.i. tailleor d’argent.
Le graal, qui aloit devant,
de fin or esmeré estoit ;
pierres precieuses avoit
el graal de maintes menieres,
des plus riches et des plus chieres
qui an mer ne an terre soient ;
totes autres pierres valoient
celes del graal sanz dotance.
Tot autresi con de la lance
par de devant lui trespasserent
et d’une chanbre an autre alerent.
Et li vaslez les vit passer
et n’osa mie demander
del graal cui l’an an servoit,
que il tozjorz el cuer avoit
la parole au prodome sage.
Se criem que il n’i ait domage,
que j’ai oï sovant retraire
que ausi se puet an trop taire
con trop parler, a la foiee.
Bien lor* an praingne ou mal l’an chiee,
ne lor anquiert ne ne demande.
Li sires au vaslet comande
l’eve doner et napes traire.
Cil le font qui le doivent faire
et qui acostumé l’avoient.
Li sire et li vaslez lavoient
lor mains d’eve chaude tempree,
et dui vaslet ont aportee
une lee table d’ivoire.
Ensi con reconte l’estoire,
ele estoit tote d’une piece.
Devant le seignor une piece,
(373c.3253)
et devant le vaslet, la tindrent.
Atant dui autre vaslet vindrent
qui aporterent.ii. eschaces,
don li fuz a.ii. bones graces
don les eschames fetes furent,
que les pieces tozjorz an durent.
Don furent eles d’ebenus :
de celui fust ne dot ja nus
que il porrisse ne qu’il arde,
de ces.ii. choses n’a il garde.
Sor ces eschames fu asise
la table, et la nape sus mise.
Ce que diroie de la nape,
legaz ne chardonax ne pape
ne manja onques sor si blanche.
Li premiers mes fu d’une hanche
de cerf an gresse au poivre chaut.
Vins clers ne raspez ne lor faut,
a cope d’or, sovant a boivre.
De la hanche de cerf au poivre
devant ax uns vaslez trancha,
qui de devant lui treite l’a
atot le tailleor d’argent,
et les morsiax lor met devant
sor.i. gastel qui fu antiers.
Et li graax andemantiers
par devant ax retrespassa,
et li vaslez ne demanda
del graal cui l’an an servoit.
Por le prodome se dotoit,
qui dolcement le chastia
de trop parler, et il i a
tozjorz son cuer, si l’an sovient.
Mes plus se test qu’il ne covient.
A chascun mes don l’an servoit
le graal trespasser veoit
par devant lui tot descovert,
et si ne set cui l’an an sert.
Et si le voldroit il savoir,
mes il le demandera voir,
ce dit il, ainz que il s’an tort,
a un des vaslez de la cort ;
mes jusqu’au matin atandra,
que au seignor congié prandra
et a tote l’autre mesniee.
Ensi la chose est respitiee,
(373d.3299)
s’antant a boivre et a mangier.
L’an n’aporte mie a dongier
les mes et le vin a la table,
einz sont pleisant et delitable.
Li mangiers fu et biax et buens.
De tel mangier que rois et cuens
et empereres doie avoir
fu li prodon serviz le soir,
et li vaslez ansanble lui.
Aprés le mangier amedui
parlerent ansanble et vellierent ;
et li vaslet aparellierent
les liz et le fruit au colchier,
que il en i ot de mout chier,
dates, figues et noiz mugaces
et poires et pomes grenaces,
et leituaire an la fin
et gingenbre alixandrin.
Aprés ce burent d’un boen boivre,
pimant, ou n’ot ne miel ne poivre,
et bon moré et cler sirop.
De tot ce se mervoille trop
li vaslez, qui ne l’ot apris ;
et li prodom li dist : « Amis,
tans est del colchier mes anuit.
Je m’an irai, ne vos enuit,
leanz an ma chanbre gesir ;
et quant vos vandra a pleisir,
vos vos colcherez ça dehors.
Je n’ai nul pooir de mon cors,
si covandra que l’an m’an port. »
.IIII. sergent delivre et fort
lores d’une chanbre s’an issent,
la coute as acors seisissent,
qui el lit estandue estoit
sor coi li prodon se gisoit,
si l’an portent la ou il durent.
Avoec le vaslet remés furent
autre vaslet qui le servirent,
qui quanque mestier fu li firent.
Et quant lui plot, sel deschaucierent
et desvestirent et couchierent
an blans dras deliez de lin.
Et il dormi jusqu’au matin
(373e.3343)
que l’aube del jor fu crevee
et la mesniee fu levee.
Si esgarda anviron lui,
et quant ne vit leanz nelui,
si l’estut par lui seul lever.
Et que qu’il li deüst grever,
des qu’il voit que fere l’estuet,
il se lieve, que mialz ne puet,
et chauce sanz nelui atandre ;
aprés reva ses armes prandre,
que au chief del dois a trovees,
que l’an li avoit aportees,
Por ce que riens nel retenist
De quele ore que il venist.
Qant il ot atornez ses manbres,
si s’an vet vers les huis des chanbres
que la nuit ot overz veüz,
mes por neant est esmeüz,
que il les trova bien fermez.
Il i apele et hurte asez :
l’an ne li oevre ne dit mot.
Qant asez apelé i ot,
si s’an va a l’uis de la sale.
Overt le trueve, si avale
trestoz les degrez contreval,
et trueve anselé son cheval
et vit sa lance et son escu,
qui au mur apoiez li fu.
Lors monte et vet partot leanz
et n’i trueve nul des sergenz,
escuier ne vaslet n’i voit.
Il s’an vet a la porte droit
et trueve le pont abessié,
que l’an li ot ensi lessié
por ce que riens nel retenist,
de quel ore que il venist,
qu’il n’i passast tot sanz arest.
Et panse que an la forest
an soient li vaslet alé,
por le pont qu’il vit avalé,
cordes et pieges regarder.
N’a cure de plus atarder,
einz dit que aprés ax iroit
savoir se nus d’ax li diroit
(373f.3387)
de la lance qui ensi sainne,
se il puet estre an nule painne,
et del graal ou l’an le porte.
Puis s’an ist fors parmi la porte.
Ençois que il fust hors del pont,
les piez de son cheval amont
santi qu’il levoient an haut,
et li chevax a fet.i. saut,
que, s’il n’eüst si bien sailli,
amedui fussent mal bailli,
li chevax et cil qui sus iere.
Et li vaslez torna arriere
por veoir que ce ot esté,
et vit qu’an ot le pont levé,
s’apele et nus ne li respont.
« Di va, fet il, tu, qui le pont
as levé, car parole a moi !
Ou es tu quant je ne te voi ?
Trai toi avant, si te verrai,
et d’une rien t’i anquerrai
noveles que savoir voldroie. »
Ensi de parler se foloie,
que nus respondre ne li vialt.
Et il vers la forest s’aquialt
et antre an.i. santier et trueve
que il i ot une tor* nueve
de chastiax* qui alé estoient.
« De ça, fet il, cuit ge qu’il soient
alé cil que ge querre vois. »
Lors s’eslesse parmi le bois
tant con cele trace li dure,
tant que il vit par avanture
une pucele soz.i. chesne
qui se demante et se desresne
come chestive dolereuse :
« Lasse, fet el, maleüreuse,
con je fui de male ore nee,
qui si ai male destinee !
Pis ne me pot il avenir !
Ne deüsse mie tenir
mon ami mort, se Deu pleüst,
que de mort garanti l’eüst.
Sa morz trop fort me desconforte.
S’il fust vis et je fusse morte !
(374a.3431)
Por coi prist s’ame sanz la moie ?
Qant la rien que je plus amoie
voi morte, vie que me valt ?
Aprés lui, certes, ne me chalt
de ma vie ne de mon cors.
Morz, car regiete l’ame hors,
et soit chanberiere et conpaigne
a la soe, se ele daigne. »
Ensi cele son duel menoit
d’un chevalier qu’ele tenoit,
qui avoit colpee la teste.
Jusque devant lui ne s’areste
li vaslez, qui l’avoit veüe.
Devant li vient, si la salue,
et ele lui, le chief bessié,
et por ce n’a son duel lessié.
Et li vaslez li a anquis :
« Dameisele, qui a ocis
le chevalier qui sor vos gist ?
— Sire, uns chevaliers l’ocist,
fet la pucele, hui matin.
Mes je me mervoil de grant fin
d’une chose que je esgart,
que l’an porroit, se Dex me gart,
chevalchier, ce tesmoingne l’an,
.xxv. liues an cest san
tot droit ensi con vos venez
c’uns ostex n’i seroit trovez
qui fust boens et leax et sains,
et vostre chevax a si plains
les flans et le poil aplaignié,
qui l’eüst lavé et paingnié
et fet lit d’aveinne et de fain,
n’eüst il mialz le vantre plain
ne plus bel le col et le vis.
De vos meïsmes m’est avis
que vos aiez enuit esté
bien aeisiez et reposé.
— Par foi, fet il, bele, ge oi
tant d’eise con ge avoir poi,
et s’il i pert, ce est a droit,
que qui crieroit orandroit
ci ou nos somes hautemant,
l’an l’orroit ja mout hautemant*
(374b.3475)
la ou ge ai enuit geü.
N’avez mie trop bien seü
le païs ne reverchié tot.
Je oi ostel, sanz nul redot,
le mellor que je eüsse onques.
— Ha ! sire, geüstes vos donques
chiés le riche Roi Pescheor ?
— Pucele, par le Sauveor,
ne sai s’est peschierres ou rois,
mes il est saiges et cortois.
Rien plus dire ne vos an sai,
fors tant que.ii. homes trovai
hersoir, seanz an une nef,
qui aloient naigent soëf.
Li uns des.ii. homes najoit,
l’autres a l’ameçon peschoit,
et cil sa meison m’anseigna
hersoir et si me herberja. »
Et la pucele dist : « Biau sire,
rois est il, bien le vos os dire ;
mes il fu an une bataille
navrez et mahaigniez sanz faille
si que il aidier ne se pot.
Il fu feruz d’un javelot
parmi les hanches amedos,
s’an est aüz si angoissos
qu’il ne puet a cheval monter.
Mes quant il se vialt deporter
ou d’aucun deduit antremetre,
si se fet an une nef metre
et vet peschant a l’ameçon :
por ce li Rois Peschierre a non,
et por ce ensi se deduit
qu’il ne porroit autre deduit
por rien sofrir ne andurer.
Ne puet chacier ne riverer,
mes il a ses rivereors,
ses archiers et ses veneors
qui an ses forez vont berser.
Por ce li plest a converser
an ce repere ci elués,
qu’an tot le mont n’a a son oés
nul si bien aeisié repere,
et si a fet tel meison fere
(374c.3519)
com il covient a riche roi.
— Dameisele, fet il, par foi,
voirs est ce que dire vos oi.
Hersoir de ce grant mervoille oi
lores que ge devant lui ving.
Ansus de lui un po me ting,
et il me dist que je venisse
lez lui seoir et ne tenisse
a orguel qu’il ne se levoit
ancontre moi, qu’il ne pooit ;
et je m’alai lez lui seoir,
que jel vi de povre pooir.
— Certes, il grant enor vos fist
qant il delez lui vos asist.
Et quant delez lui vos seïstes,
or me dites se vos veïstes
la lance don la pointe sainne,
et si n’i a ne sanc ne vainne.
— Se ge la vi ? Oïl, par foi.
— Et demandastes vos por coi
ele sainne ? — N’an parlai onques.
— Si m’aïst Dex, or sachiez donques
que vos avez esploitié mal.
Et veïstes vos le graal ?
— Oïl bien. — Et qui le tenoit ?
— Une pucele. — Don venoit ?
— D’une chanbre, et en autre ala,
et par devant moi trespassa.
— Aloit devant le graal nus ?
— Oïl - Qui ? — Dui vaslet sanz plus.
— Et que tenoient an lor mains ?
— Chandeliers de chandoiles plains.
— Et aprés le graal, qui vint ?
— Une pucele. — Et que tint ?
—.I. petit tailleor d’argent.
— Demandastes vos a la gent
quel part il aloient ensi ?
— Onques de ma boche n’issi.
— Si m’aïst Dex, or revalt pis !
Comant avez vos non, amis ? »
Et cil qui son non ne savoit
devine et dit que il avoit
Percevax li Galois a non,
et ne set s’il dit voir ou non ;
(374d.3563)
et il dit voir, si ne le sot.
Et quant la dameisele l’ot,
si s’est ancontre lui dreciee
et li dist come correciee :
« Vostre nons est changiez, amis.
— Comant ? — Percevax li cheitis !
Ha ! Percevax maleüreus,
con fus or mesavantureus
qant tu tot ce n’as demandé,
que tant eüsses amandé
le boen roi qui est maheigniez
que toz eüst regaaigniez
ses manbres et terre tenist.
Ensi granz biens en avenist !
Mes or saches bien que enui
en avandra toi et autrui.
Por le pechié, ce saches tu,
de ta mere t’est avenu,
qu’ele est morte de duel de toi.
Je te conuis mialz que tu moi,
que tu ne sez qui ge me sui.
An la meison ta mere fui
norrie avoec toi grant termine,
si sui ta germainne cosine
et tu es mes cosins germains.
Si ne me poise mie mains
de ce que il t’est mescheü
que tu n’as del graal seü
qu’an an fet et cui an le porte,
que de ta mere qui est morte
ne qu’il fet de ce chevalier
que j’amoie et tenoie chier
mout por ice qu’il me clamoit
sa chiere amie et conduisoit
come frans chevaliers leax.
— Ha ! cosine, fet Percevax,
se ce est voirs que dit m’avez,
dites moi comant le savez.
— Je le sai, fet fet* la dameisele,
si veraiement come cele
qui an terre metre la vi.
— Or ait Dex de s’ame merci,
fet Percevax, par sa bonté !
Felon conte m’avez conté.
(374e.3607)
Et puis que ele est mise an terre,
que iroie ge avant querre,
que por rien nule n’i aloie
fors por li que veoir voloie ?
Autre voie m’estuet tenir.
Mes se vos voleiez venir
avoec moi, jel voldroie bien,
que icist ne vos valdra rien,
qui ci est morz, jel vos plevis.
Les morz as morz, les vis as vis !
Alons an moi et vos ansanble.
De ce folie me resanble
que ci seule gaitiez cest mort,
et sivons celui qui l’a mort ;
et ge vos di et vos creant,
ou il me fera recreant,
ou je lui, se jel puis ataindre. »
Et cele, qui ne puet refraindre
le duel que ele a a son cuer,
li dist : « Sire, ge a nul fuer
ansanble o vos ne m’an iroie
ne de lui ne me partiroie
devant que ge l’aie anterré.
Vos tanrez ce chemin ferré,
se vos me creez, par de ça,
et par ce santier s’an ala
li chevaliers fel et estouz
qui me toli mon ami douz.
Et por ce mie ne l’ai dit
que je voille, se Dex m’aït,
que vos alesiez aprés lui ;
si voldroie ge son enui
ausi con s’il m’avoit ocise.
Mes ou fu cele espee prise
qui vos pant au senestre flanc,
qui onques d’ome ne trest sanc
ne ne fu a nul besoing trete ?
Je sai bien ou ele fu fete
et si sai bien qui la forja.
Gardez, ne vos i fiez ja,
qu’ele vos traïra sanz faille
qant vos vanroiz a la bataille,
qu’ele vos volera an pieces.
— Bele cosine, une des nieces
(374f.3651)
mon oste si li anvea
hersoir, et il la me dona.
Ge m’an tenoie a bien paié,
mes mout m’an avez esmaié,
se ce est voirs que dit m’avez.
Or me dites, se vos savez,
se il avient qu’ele soit frete,
sera ele jamés refete ?
— Oïl, mes grant poinne i avroit.
Qui la voie tenir savroit,
au lac qui est sor Cotouatre,
la la porroit fere rebatre
et retemprer et fere sainne.
Se avanture vos i mainne,
n’alez se chiés Trabuchet non,
.i. fevre qui ensi a non,
que cil la fist et refera,
ou jamés fete ne sera
par home qui s’an antremete.
Gardez, autres la main n’i mete,
qu’il n’an savroit venir a chief.
— Certes, fet il, ice m’est grief,
dist Percevax, se ele fraint. »
Lors s’an va, et ele remaint,
que del mort partir ne se vialt,
dont ele mout forment se dialt.
Percevax la santele va
toz uns escloz que il trova
d’un palefroi et megre et las,
qui devant lui aloit le pas.
Del palefroi li estoit vis,
tant estoit megres et cheitis,
qu’an males mains estoit cheüz.
Bien travelliez et mal peüz
sanble que il eüst esté,
ausi come cheval presté,
qui le jor est bien travelliez
et la nuit mal aparelliez.
Autel del palefroi sanbloit.
Tant estoit megres qu’il tranbloit
ausi com s’il fust anfonduz ;
trestoz les crins avoit tonduz
et les oroilles li pandoient ;
cuiriee et past i atandoient
(375a.3695)
tuit li mastin et li gaignon,
que il n’avoit se le cuir non
tant seulemant desor les os.
Une sanbue sor le dos
et.i. lorain ot an la teste,
tel con covint a tele beste ;
et une pucele ot desus,
einz si chestive ne vit nus.
Neporquant assez bele fust
se assez bien li esteüst ;
mes si malement li estest
qu’an la robe que ele vest
n’avoit plainne paume de sain,
einz li sailloient hors del sain
les memeles par les costures*.
A neuz et a grosses costures
de leus an leus ert atachiee,
et sa char si fu dehachiee
de noif, de gresle et de gelee.
Desliee et desafublee
estoit, si li paroit la face
ou avoit mainte leide trace,
que ses lermes partot sanz fin
i avoient fet le traïn ;
que jusqu’au manton li coloient
et par desor sa robe aloient
jusque sor les genolz colant.
Mes mout pooit avoir dolant
le cuer qui tant meseise avoit.
Si tost com Percevax la voit,
si cort vers li grant aleüre,
et ele estraint sa vesteüre
antor li por le mialz covrir.
Lors comancent pertuis ovrir,
que, quantque ele mialz se cuevre,
.i. pertuis clost et.c. an oevre.
Ensi descoloree et tainte
et si cheitive l’a atainte
Percevax, et an son ataindre
l’oï dolereusemant plaindre
de sa poinne et de sa meseise :
« Dex, fet ele, ja ne vos pleise
que je ensi longuement vive !
Trop ai esté lonc tans cheitive,
(375b.3739)
si n’est mie par ma desserte !
Trop ai maleürté soferte !
Dex, ensi com tu le sez bien,
que ge n’i ai desservi rien,
si m’anvoies tu, se toi siet,
qui de ceste poinne me giet,
ou tu de celui me delivre
qui a tel honte me fet vivre.
An lui nule merci ne truis,
ne vive eschaper ne li puis,
ne il ne me par vialt ocirre,
ne ge ne sai por qu’il desirre
ma conpaingnie an tel meniere,
se por ce non qu’ausins a chiere
ma honte et ma maleürté.
Se il seüst de verité
que ge l’eüsse desservi,
s’an deüst il avoir merci
puis que tant conparé l’eüsse,
se de rien nule li pleüsse.
Mes certes il ne m’ainme mie
quant il me fet si aspre vie
aprés lui trere, et ne li chaut. »
Lors li dist : « Bele, Dex vos saut ! »
Percevax, qui atainte l’ot.
Et quant la dameisele l’ot,
si s’anbruncha et dist an bas :
« Sire, qui saluee m’as,
tes cuers ait tot ce qu’il voldroit,
et si n’i ai ge mie droit. »
Et Percevax respondu a,
qui de honte color mua :
« Avoi, dameisele, por coi ?
Certes ge ne pans ne ne croi
que ge onques mes vos veïsse
ne rien nule vos mesfeïsse.
— Si as, fet ele, que ge sui
si cheitive et ai tant d’ennui
que nus ne me doit salüer.
D’angoisse me covient süer
qant nus m’areste ne esgarde.
— Voir, ge ne me donoie garde,
fet Percevax, de ce mesfet.
Por vos fere honte ne let,
(375c.3783)
certes, ne ving ge mie ça,
mes ma voie m’i adreça ;
et des que ge vos oi veüe
si desprise et si povre et nue,
jamés joie an mon cuer n’eüsse
se la verité ne seüsse
quex avanture vos demainne
an tel dolor et an tel painne.
— Ha ! sire, fet ele, merci.
Teisiez vos et fuiez de ci
et me lessiez an pes ester.
Pechiez vos fet ci arester ;
mes fuiez, si feroiz savoir.
— Ice, fet il, vuel ge savoir
por quel peor, por quel menace
je fuie, et nus hom ne me chace.
— Que li Orguilleus de la Lande,
qui autre chose ne demande
se bataille non et meslee,
ne sorveigne a ceste assanblee,
que s’il vos trovoit ci elués,
certes, il vos ocirroit lués.
Tant li poise quant nus m’areste
que nus n’an puet porter la teste
qui parolt a moi et retaigne,
por ce que il a tans i vaigne.
N’a gueres qu’il an ocist un,
mes il conte avant a chascun
por coi il m’a an tel vilté
et mise an tel chestiveté. »
Queque il parloient ensi,
li Orguilleus del bois issi
et vint ausi con une foudre
par le sablon et par la poudre,
criant : « Voir, mar i arestas
tu qui lez la pucele estas.
Saches que ta fins est venue
por ce que tu l’as retenue
ne arestee.i. tot seul pas.
Mes ge ne t’ocirroie pas
devant que ge t’aie retret
por quel honte, por quel mesfet
je la fais vivre a si grant honte.
Mes or antant, s’orras le conte.
(375d.3827)
Un jor el bois alez estoie
et ceste dameisele avoie
lessiee an.i. mien pavellon,
et n’amoie rien se li non,
tant que par avanture avint
que uns vaslez del bois revint.
Ne sai quex voies il ala,
mes tant fist que il la beisa
par force, si le me conut.
S’ele an manti, ce que li nut ?
Quant il la beisa maugré suen,
n’an fist il aprés tot son buen ?
Oïl, ce ne cresra ja nus
qu’il la beisast sanz fere plus,
que l’une chose l’autre atret.
Qui beise fame et plus n’i fet,
qant il sont seul a seul andui,
dons* cuit ge qu’il remaint an lui.
Fame qui sa boche abandone
le soreplus de legier done,
s’est qui a certes le demant ;
et bien soit qu’ele se desfant,
si set an bien tot sanz redot
que fame vialt vaintre partot
fors a cele meslee sole
qu’ele tient home par la gole
et esgratine et mort et tue,
si voldroit ele estre vaincue ;
si se desfant et si li tarde.
Tant est de l’otroier coarde,
si vialt que a force li face,
si n’an avra ja gré ne grace.
Por ce cuit ge qu’il jut a li
qant.i. mien anel li toli
que ele metoit an son doi,
si l’an porta, ce poise moi.
Mes ainz but et manja asez
d’un fort vin et de.iii. pastez
que je me feisoie estoier.
Mes or en a cortois loier
m’amie, si con il i pert.
Qui fet folie, sel conpert
si qu’il se gart del rancheoir.
Mout me pot an irié veoir
(375e.3871)
qant je le vi et ge le soi.
Aïrié m’an, que droit en oi,
dis d’aveinne ne mangeroit
ses palefroiz ne ne seroit
ferrez ne seniez de novel,
n’avroit ne cote ne mantel
autre que avoit a cele ore
tant que ge venisse au desore
de celui qui l’ot esforciee,
et mort et la teste tranchiee. »
Qant Percevax escoté ot,
si respondi ce que lui plot :
« Amis, ce saches sanz dotance
qu’ele a fete sa penitance,
que ge sui cil qui la beisa
par force, et mout l’an pesa,
et an son doi son anel pris,
et plus n’i ot ne plus n’i fis ;
et si mangié, ce vos afi,
.i. des pastez et.i. demi,
et bui del vin tant con ge vos.
De ce ne fui ge mie fos.
— Par mon chief, fet li Orguelleus,
or as tu dit que mervelleus,
qui ceste chose as regeïe.
Or as tu la mort desservie,
qant tu an es verais confés.
— Ancor n’est pas la morz si pres
con tu cuides », fet Percevax.
Lors lessent corre les chevax
li uns vers l’autre sanz plus dire
et s’antrevienent par tele ire
qu’il font de lor lances esteles
et qu’amedui voident les seles
et porte li uns l’autre jus.
Mes tost refurent sailli sus,
si traient nues les espees
et s’antredonent granz colees.
La bataille fu forz et dure.
De plus deviser n’ai ge cure,
que poinne gastee me sanble,
mes tant se conbatent ansanble
que li Orguilleus de la Lande
recroit et merci li demande.
(375f.3915)
Et cil qui onques n’oblia
le prodome qui li pria
que ja chevalier n’oceïst
puis que merci li requeïst,
si dist : « Chevaliers, par ma foi,
je n’avrai ja merci de toi
tant que tu l’aies de t’amie,
que le mal n’avoit ele mie
desservi, ce puis ge jurer,
que tu li as fet andurer. »
Cil qui plus l’amoit que son oel
li dist : « Biau sire, et je le voel
a vostre devise amander.
Ja rien ne savroiz comander
que je ne soie prest del fere.
Del mal que je li ai fet trere
ai ge le cuer dolant et noir.
— Va donc au plus prochien menoir,
fet il, que tu as ci antor
et la fei baignier a sejor
tant qu’ele soit garie et sainne.
Et l’aparoille, si la mainne
bien acesmee et bien vestue
au roi Artus, sel me salue
et si te met an sa merci
si con tu partiras de ci.
S’il te demande de par cui,
si li diras de par celui
cui il fist chevalier vermoil
par l’otroi et par le consoil
monseignor Kex le senechal.
Et la penitance et le mal
qu’a la dameisele as fet trere
te covandra au roi retrere,
oiant toz ces qui i seront,
si que tuit et totes l’orront,
et la reïne et ses puceles,
dom il a o li de bien beles.
Et sor totes une an i pris,
que, por ce qu’ele m’avoit ris,
tele joee li dona
Kex que tote l’an estona.
Cele querras, jel te comant,
et li diras que ge li mant
(376a.3959)
que ge n’anterrai a nul plet
an cort que li rois Artus et
tant que la bufe ert vangiee,
dont el sera joianz et liee. »
Et il li dit qu’il i ira
volantiers et si li dira
tot quanque il li a anjoint,
de contredit n’i avra point,
des que il avra atornee
sa dameisele et sejornee
et fet ce que li ert mestiers.
Lui meïsmes mout volantiers
anmanroit il por atorner*,
por deduire et por atorner
ses bleceüres et ses plaies.
« Or va, que bone avanture aies,
fet Percevax, si panse d’el,
que ge querrai aillors ostel. »
La parole est remese atant,
ne cist ne cil plus n’i atant,
einz departent atant de plet.
Et cil la nuit s’amie fet
baignier et vestir richement,
et tant li fist d’aeisemant
qu’an sa biauté fu revenue.
Aprés ont lor voie tenue
andui a Carlion tot droit,
ou li rois Artus cort tenoit
a feste, bien priveemant,
qu’il n’i avoit que seulemant
.iii.m. chevaliers de pris.
Veant toz s’ala randre pris
au rois Artus cil qui venoit
et sa dameisele amenoit ;
et dit quant il fu devant lui :
« Sire, vostre prisoniers sui
por fere ce que vos voldroiz,
et si est bien reisons et droiz,
que ensi le me comanda
li vaslez qui vos demanda
armes vermoilles, si les ot. »
Tot maintenant que li rois ot,
si antant bien que il volt dire :
« Desarmez vos, fet il, biau sire,
(376b.4003)
que joie et bone avanture ait
cil qui de vos presant m’a fait ;
et vos si soiez bien venuz.
Por lui seroiz vos chier tenuz
et enorez a mon ostel.
— Sire, ancor me comanda el.
Mes tant anquerre vos voldroie,
ençois que je desarmez soie,
que la reïne et ses puceles
venissent oïr ces noveles
que je vos ai ci aportees,
qu’eles ne seront ja contees
tant que cele sera venue
qui an la joe fu ferue
por un seul ris que ele ot fet,
c’onques n’i ot plus de mesfet. »
Icil si sa parole fine.
Qant li rois ot que la reïne
devant lui mander li covient,
lors l’a mandee ; et ele i vient,
et totes les puceles vienent,
main a main.ii. et.ii. se tienent.
Qant la reïne asise fu
lez son seignor le roi Artu,
et li Orguelleus de la Lande
li dist : « Dame, saluz vos mande
uns chevaliers que je mout pris,
qui par ses armes m’a conquis.
De lui ne sai que plus vos die,
mes qu’il vos anvoie m’amie,
ceste pucele qui est ci.
— Amis, la soe grant merci »,
fet la reïne. Et il li conte
tote la viltance et la honte
qu’il li avoit longuement fete,
et la poinne que ele ot trete.
Trestot sanz rien celer li dist,
et l’acheison por qu’il le fist.
Aprés li mostrerent celi
que Kex li seneschax feri,
et il li dist : « Cil me pria,
pucele, qui ça m’anvea,
que de par lui vos saluasse
ne jamés piez ne remuasse
(376c.4047)
tant que je vos eüsse dit
que ja puis Dex ne li aït
qu’il anterra por rien qu’aveigne
an cort que li rois Artus teigne
tant que il vos avra vangiee
de la bufe et de la frangiee
qui por lui donee vos fu. »
Et quant li fos l’a antandu,
si saut an piez et si s’escrie :
« Dan Kex, se Dex me beneïe,
vos le conparroiz voiremant,
mes ce sera prochenement. »
Aprés le fol parla li rois :
« Ha ! Kex, ne feïs que cortois
del vaslet quant tu le gabas.
Par ton gabois tolu le m’as,
si que jamés nel cuit veoir. »
Lors fist devant lui aseoir
li rois son chevalier prison,
si li pardone sa prison
et puis desarmer le comande ;
et messire Gauvains demande,
qui delez le roi sist a destre :
« Por Deu, sire, qui puet cil estre
qui par seul ses armes conquist
si boen chevalier con est cist ?
An totes les Isles de mer
n’ai oï chevalier nomer,
ne nel vi ne ne le conui,
qui se poïst prandre a cestui
d’armes ne de chevalerie.
— Biax niés, je ne le conuis mie,
fet li rois, et si l’ai veü.
Qant ge le vi, tant ne m’an fu
que rien nule li anqueïsse,
et il me dist que jel feïsse
chevalier tot de maintenant.
Je le vi bel et avenant,
si li dis : « Frere, volantiers.
Mes descendez andemantiers
tant que l’an vos ait aportees
unes armes totes dorees. »
Et il dist que ja nes prandroit
ne ja a pié ne descendroit
(376d.4091)
tant qu’il eüst armes vermoilles.
Ancor dist il autres mervoilles
qu’il ne voloit autres baillier
se celes non au chevalier
qui ma cope d’or anportoit.
Et Kex, qui enuieus estoit,
et est ancor et tozjorz iert
ne ja nul bien dire ne quiert,
li dist : « Frere, li rois vos done
les armes et vos abandone. »
Cil cuida que voir li deïst,
s’ala aprés et si l’ocist
d’un javelot que il lança.
Je ne sai comant comança
la meslee ne li toauz,
mes que li Chevaliers Vermauz
de la forest de Quinqueroi
le feri, je ne sai por coi,
de sa lance, si fist orguel.
Et li vaslez tres parmi l’uel
le referi d’un javelot,
si l’ocist et les armes ot.
Puis si bien a gré m’an servi
que par monseignor saint Davi
que l’an aore et prie an Gales
jamés an chanbres ne an sales
.ii. nuiz pres a pres ne girrai
jusque tant que je le verrai
s’il est vis, an mer ou an terre,
einz movrai ja por aler querre. »
Lués que li rois ot ce juré,
si furent tuit asseüré
que il n’i ot que de l’aler.
Qui lors veïst dras anmaler,
et covertors et orelliers,
cofres anplir, trosser somiers
et chargier charretes et chars,
dont il n’i ot pas a eschars,
tantes et pavellons et trez,
uns clers sages et bien letrez
ne poïst escrire an.i. jor
tot le hernois et tot l’ator
qui fu aparelliez tantost.
Ensi con por aler an l’ost
(376e.4135)
se part li rois de Carlion,
si le sivent tuit li baron ;
neïs pucele n’i remaint
que la reïne n’i amaint
por hautesce et por seignorie.
La nuit, an une praerie,
lez une forest sont logié.
Cele nuit ot il bien negié,
que mout froide estoit la contree.
Et Percevax la matinee
fu levez si con il soloit,
qui querre et ancontrer voloit
avanture et chevalerie ;
et vint droit an la praerie
ou l’oz le roi estoit logiee,
qui fu gelee et annegiee.
Et einz que il venist as tentes,
voloit une rote de gentes
que la nois avoit esbloïes.
Veües les a et oïes,
qu’eles s’an aloient fuiant
por.i. faucon qui vint bruiant
aprés eles de grant randon,
tant c’une an trova a bandon
qu’ert d’antre les altres sevree,
si l’a ferue et si hurtee
qu’ancontre terre l’abati ;
mes trop fu tart, si s’an parti,
il ne la volt lier ne joindre.
Et Percevax comance a poindre
la ou il ot veü le vol.
La gente fu ferue el col,
si seinna.iii. gotes de sanc
qui espandirent sor le blanc,
si sanbla natural color.
La gente n’a mal ne dolor
qu’ancontre terre la tenist
tant que il a tans i venist ;
ele s’an fu ençois volee,
et Percevax vit defolee
la noif qui soz la gente jut,
et le sanc qui ancor parut.
Si s’apoia desor sa lance,…*
Que la fresche color li sanble
(376f.4179)
qui est an la face s’amie,
et panse tant que il s’oblie.
Ausins estoit, an son avis,
li vermauz sor le blanc asis
come les gotes de sanc furent
qui desor le blanc aparurent.
An l’esgarder que il feisoit
li ert avis, tant li pleisoit,
qu’il veïst la color novele
de la face s’amie bele.
Percevax sor la gote muse
tote la matinee et use
tant que hors des tantes issirent
escuier qui muser le virent
et cuiderent qu’il somellast.
Ençois que li rois s’esvellast,
qui ancor gisoit an son tré,
ont li escuier ancontré
devant le pavellon le roi
Sagremor, qui par son desroi
estoit Desreez apelez.
« Di va, fet il, nel me celez,
por coi venez vos ça si tost ?
— Sire, font il, hors de cest ost
avons veü.i. chevalier
qui somoille sor son destrier.
— Est il armez ? — Par foi, oïl.
— G’irai a lui parler, fet il,
et si l’an amanrai a cort. »
Tot maintenant Sagremors cort
au tref le roi et si l’esvoille.
« Sire, fet il, la hors somoille
uns chevaliers an cele lande. »
Et li rois aler li comande,
et avoec ce li dit et prie
qu’il li amaint, ne le lest mie.
Tantost comande Sagremors
qu’an li traie son cheval hors,
et ses armes redemanda.
Fet fu quanque il comanda,
si se fet armer bien et tost ;
trestoz armez s’an ist de l’ost
et vet tant qu’au chevalier vient.
« Sire, fet il, il vos covient
(377a.4223)
venir a cort. » Et il ne mot
et fet sanblant que pas ne l’ot ;
et il li recomance a dire,
et cil ne mot ; et il s’aïre
et dit : « Par saint Pere l’apostre,
vos i vanroiz ja maugré vostre.
De ce que prié vos en ai
me poise il, car ge i ai
ma parole mal anploiee. »
Lors a l’anseigne desploiee
et porprant terre a une part,
et dit celui que il se gart,
ja le ferra s’il ne s’i garde.
Percevax, qui vers lui esgarde,
le voit venir tot eslessié,
si a tot son pansé lessié,
si li revint poignant ancontre.
A ce que li uns l’autre ancontre,
Sagremors sa lance peçoie ;
la Perceval ne fraint ne ploie,
ençois l’anpaint de tel vertu
que del cheval l’a abatu.
Et li chevax sanz demoree
s’an va fuiant, teste levee,
vers les tantes le grant troton.
Le cheval voient li baron,
si enuia a tex i ot.
Et Kex, qui onques ne se pot
tere de felenie dire,
s’an gabe et dist au roi : « Biau sire,
veez con Sagremors revient.
Par le frain le chevalier tient,
si l’an amainne maugré suen.
— Kex, fet li rois, n’est mie buen,
qu’isi vos gabez des prodomes.
Or i alez et si verromes
con vos le feroiz mialz de lui.
— Sire, fet Kex, mout liez an sui
qant il vos plest que ge i aille,
et ge l’an amanrai sanz faille
tot a force, vuelle il ou non,
si li ferai nomer son non. »
Lors se vet armer tot a san.
Armez est et monte et va s’an
(377b.4267)
a celui qui tant antandoit
aus.iii. gotes ou il musoit
qu’il n’avoit d’autre chose soing.
Et cil li crie de mout loing :
« Vasax, vasax, venez au roi !
Vos i vanroiz ja par ma foi,
ou vos le conparroiz mout fort. »
Le chief de son cheval estort
Percevax, qui s’ot menacier,
et point des esperons d’acier
le cheval, qui pas ne va lant.
Del bien fere a chascuns talant,
si s’antrevienent sanz faintise.
Kex le fiert, et sa lance brise
et esmie con une escorce,
que il i mist tote sa force.
Et Percevax pas ne s’an faint,
par desor la bocle l’ataint,
si l’abati sor une roche,
que la chanole li esloche,
et antre le code et l’essele,
ausi con une sesche estele,
l’os del braz destre li brisa,
si con li fos le devisa,
si con li fos deviné l’ot ;
bien fu voirs li devins au sot.
Kex se pasme de la destresce,
et li chevax fuiant s’adresce
vers les tantes tot le troton.
Le cheval voient li Breton
qui revient sanz le seneschal,
et vaslet corent a cheval,
et dames et chevalier muevent.
Qant le seneschal pasmé truevent,
si cuident tuit que il soit morz.
Li rois en a granz desconforz
et por lui font duel tuit et totes.
Et Percevax sor les trois gotes
se rapoia desor sa lance
por esgarder cele sanblance.
Et li seneschax est bleciez ;
Li rois an est mout correciez,
et l’an li dit qu’il ne s’esmait,
qu’il garra bien, mes que il ait
(377c.4311)
mire qui se sache antremetre
de la chenole an son leu metre
et d’os brisié fere reprandre.
Et li rois, qui mout l’avoit tandre
et mout l’amoit an son corage,
li anvoie.i. mire mout sage
et.iii. puceles de s’escole,
qui li raloient la chenole
et si li ont le braz lié
et resoudé l’os esmié.
Et l’ont au tref le roi porté
et si l’ont mout reconforté,
et li dïent qu’il garra bien,
ne ja ne s’an esmait de rien.
Et messire Gauvains li dist :
« Sire, se Damedex m’aïst,
il n’est reisons, bien le savez,
si con vos meïsmes l’avez
tozjorz dit et jugié a droit,
que chevaliers autre ne doit
oster, si con il dui ont fet,
de son pansé, quel que il l’et ;
et s’il an ont le tort eü,
ce ne sai, mes mesavenu
lor an est, ce est chose certe.
Li chevaliers d’aucune perte
estoit pansis qu’il avoit fete,
ou s’amie li ert fortrete,
si l’an enuiot et pesoit.
Mes se vostre pleisirs estoit,
veoir sa contenance iroie,
et se an tel point le trovoie
que son panser eüst guerpi,
diroie et prieroie li
qu’il venist a vos jusque ça. »
A cest mot Kex se correça
et dist : « Ha ! messire Gauvain,
vos l’amanroiz ja par la main,
le chevalier, mes bien li poist.
Bien le feroiz, se il vos loist
et la baillie vos remaint.
Ensi en avez vos pris maint.
Qant li chevalier sont lassez
et il ont fet d’armes assez,
(377d.4355)
lors vet au roi congié requerre
que l’an li lest aler conquerre !
Gauvain, maudahez ait mes cos
se vos estes mie si fos
que l’an ne puist a vos aprandre !
Bien savez paroles antandre,
qui sont et beles et polies.
Granz orguiauz et granz felenies
et grant enui li diroiz ja ?
Maudahez ait qui le cuida
et qui l’otroiera, qui soie !
Certes an.i. bliaut de soie
poez ceste bataille fere.
Ja ne vos an covandra trere
espee ne lance brisier.
De tant vos poez vos prisier
que, se la lengue ne vos faut
por dire : « Sire, Dex vos saut
et vos doigne vie et santé »,
fera il vostre volanté.
N’an di rien por vos anseignier,
mes bien le savroiz apleignier
si con an aplaigne le chat,
et dira l’an : « Or se conbat
messire Gauvains duremant. »
— Ha ! sire Kex, plus belemant,
fet il, le me poïssiez dire.
Cuidiez vos or vangier vostre ire
et vostre mautalant a moi ?
Je l’an amanrai, par ma foi,
se j’onques puis, biax dolz amis.
Ja n’an avrai le braz maumis
et sanz chenole desloier,
que je n’aim mie tel loier.
— Or m’i alez, niés, dit li rois,
que mout avez dit que cortois.
S’estre puet, si l’an amenez,
et totes voz armes prenez,
que desarmez n’iroiz vos pas. »
Armer se fet eneslepas
cil qui de totes les bontez
ot los et pris, et est montez
sor.i. cheval fort et adroit,
et vint au chevalier tot droit,
(377e.4399)
qui sor sa lance ert apoiez.
Ancor n’estoit pas enuiez
de son pansé qui mout li plot,
et neporquant li solauz ot
.ii. des gotes del sanc remises
qui sor la noif erent remises*,
et la tierce aloit remetant,
por ce n’i pansoit mie tant
li chevaliers con il ot fet.
Et messire Gauvains se tret
vers lui tote une voie anblant,
sanz fere nul felon sanblant,
et dit : « Sire, je vos eüsse
salué, se autel seüsse
vostre cuer con je faz le mien.
Mes tant vos puis ge dire bien
que ge sui messages le roi ;
il vos mande et dit par moi
que vos alez parler a lui.
— Il an i ont ja esté dui,
fet Percevax, qui me toloient
ma joie et mener m’an voloient
ausi con se ge fusse pris.
Et je estoie si pansis
d’un pansé qui mout me pleisoit ;
et cil qui partir m’an voloit
n’aloit mie querant mon preu,
que devant moi an ice leu
avoit.iii. gotes de frés sanc
qui anluminoient le blanc.
An l’esgarder m’estoit avis
que la fresche color del vis
m’amie la bele i veïsse,
ja mes ialz partir n’an queïsse.
— Certes, fet messire Gauvains,
cil pansers n’estoit pas vilains,
ençois estoit cortois et dolz,
et cil estoit fos et estolz
qui vostre cuer an remuoit.
Mes ge desir mout et covoit
a savoir que vos voldroiz fere.
Au roi, s’il ne vos doit desplere,
vos manroie ge volantiers.
— Or me dites, biau sire chiers,
(377f.4443)
por verité, fet Percevax,
se Kex i est li seneschax.
— Oïl, voiremant i est il,
et si sachiez que ce est cil
qui orandroit a vos josta,
et la joste tant li costa
que le braz destre li avez
peçoié, et si nel savez,
et la chenole desloiee.
— Donc est la pucele vangiee,
fet Percevax, que Kex feri. »
Qant messire Gauvains l’oï,
si s’an mervoille et tressaut,
et dist : « Sire, se Dex me saut,
li rois ne queroit se vos non.
Sire, comant avez vos non ?
— Percevax, sire. Et vos, comant ?
— Sire, sachiez veraiement
que ge ai non an baptestire
Gauvains. — Gauvains ? — Voire, biau sire. »
Percevax mout s’an esjoï
et dit : « Sire, bien ai oï
de vos parler an plusors leus
et l’acointance de nos deus
desirroie mout a avoir,
se il ne vos doit desseoir.
— Certes, fet messire Gauvains,
ele ne me plest mie mains
qu’ele fet vos, mes plus, ce croi. »
Et Percevax li dist : « Par foi,
donc irai ge la ou voldroiz
volantiers, que il est bien droiz,
et ge m’an ferai or plus cointes
de ce que ge sui vostre acointes. »
Lors cort li uns l’autre anbracier ;
il comancent a deslacier
andui lor hiaumes et vantailles
et traient contremont les mailles.
Ensi s’an vont joie menant ;
et vaslet corent maintenant,
qui ensi conjoïr les voient
d’une angarde ou il estoient,
et sont venu corant au roi.
« Sire, sire, font il, par foi,
(378a.4487)
messire Gauvains en amainne
le chevalier, et si demainne
li uns a l’autre trop grant joie. »
N’i a nul qui la novele oie
qui hors de la tante ne saille
et a l’ancontre ne lor aille,
et Kex dit au roi, son seignor :
« Or en a le pris et l’enor
messire Gauvains, vostre niés.
Mout fu or la bataille griés
et perilleuse sainnemant,
que tot ausi heitieemant
s’an retorne com il i mut,
c’onques d’autrui cop ne reçut
n’autres de lui cop ne santi
n’onques de rien ne desmanti.
S’est droiz que los et pris en ait,
si dira l’an or a ce fait
dont nos dui autre ne poïsmes
venir a chief, si i meïsmes
toz noz pooirs et noz esforz. »
Ensi dist Kex, fust droiz ou torz,
sa volanté si com il sialt.
Et messire Gauvains ne vialt
mener a cort son conpaignon
armé, se tot desarmé non.
A son tref desarmer le fet,
et uns suens chanberlains li tret
une robe fors de son cofre,
a vestir li presante et ofre.
Qant fu vestuz et bien et bel
et de la cote et del mantel,
qui mout fu bone et bien li sist,
au roi qui devant son tref sist
s’an vienent andui main a main.
« Sire, sire, je vos amain,
fet messire Gauvains au roi,
celui que vos, si con je croi,
veïssiez mout tres volantiers,
passé a.xv. jorz antiers.
C’est cil don vos tant parleiez
et don si iriez esteiez.
Ge le vos bail, veez le ci.
— Biax niés, fet il, vostre merci »,
(378b.4531)
fet li rois, qui saut maintenant
ancontre lui an son estant
et dit : « Biau sire, bien vaigniez !
Ge vos pri que vos m’apraigniez
comant je vos apelerai.
— Par foi, ja nel vos celerai,
fet Percevax, biau sire rois.
J’ai non Percevax li Galois.
— Ha ! Percevax, biax dolz amis,
qant an ma cort vos estes mis,
ja n’an departiroiz mon vuel.
Mout ai eü de vos grant duel,
quant ge vos vi premieremant,
qant ge ne soi l’amandement
que Dex vos avoit destiné,
si fu il mout bien deviné
si que tote la corz le sot
par la pucele et par le sot
que Kex li seneschax feri.
Vos avez mout bien averi
le devinal del tot an tot,
de ce n’est ores nul redot,
que de vostre chevalerie
ai veraie novele oïe. »
La reïne vint a ce mot,
qui la novele oïe ot
de celui qui venuz estoit.
Tantost con Percevax la voit
et dit li fu que ce ert ele,
et aprés vint la dameisele
qui rist quant ele l’esgarda,
maintenant a l’ancontre ala
et dist : « Dex doint joie et enor
a la plus bele, a la mellor
de totes les dames qui soient,
ce dïent tuit cil qui la voient
et tuit cil qui veüe l’ont. »
Et la reïne li respont :
« Et vos si soiez bien trovez,
come chevaliers esprovez
de haute proesce et de bele ! »
Puis salue la dameisele
Percevax, celi qui li rist,
si l’acola et si li dist :
(378c.4575)
« Bele, s’il vos estoit mestiers,
ge seroie li chevaliers
qui ja ne vos faudroit d’aïe. »
Et la pucele l’an mercie.
Granz fu la joie que li rois
fist de Perceval le Galois,
et la reïne et li baron,
qui l’anmainnent a Carlion,
que la nuit retorné i sont.
Et tote nuit grant joie font,
et l’andemain autel refirent
jusqu’au tierz jor que il i virent
une dameisele qui vint
sor une mule fauve, et tint
an sa main destre une escorgiee.
La dameisele fu treciee
a.ii. treces grosses et noires,
et, se les paroles sont voires
tex con li livres les devise,
onques riens si leide a devise
ne fu neïs dedanz anfer.
Einz ne veïstes si noir fer
con ele ot le col et les mains,
et ancores fu ce del mains
a l’autre leidure qu’ele ot.
Si oel estoient con dui croit*,
petit ausi come de rat ;
s’ot nes de singe ou de chat
et oroilles d’asne ou de buef.
Si dant resanblent moël d’uef
de color, si estoient ros,
et si ot barbe come los.
Enmi le piz ot une boce,
devers l’eschine sanble croce,
et ot les rains et les espaules
trop bien fetes por mener baules ;
s’ot boce el dos et james tortes
qui vont ausi con.ii. reortes.
Bien fu fete por mener dance.
Devant le chevalier se lance
la dameisele sor la mule,
einz mes tex dameisele nule
ne fu a cort de roi veüe.
Le roi et les barons salue
(378d.4619)
toz ansanble comunemant,
fors Perceval tant solemant,
et dist desor la mule fauve :
« Ha ! Percevax, Fortune est chauve
derriers et devant chevelue.
Et dahez ait qui te salue
et qui nul bien t’ore et te prie,
que tu ne la retenis mie,
Fortune, quant tu la trovas !
Chiés le Roi Pescheor alas,
si veïs la lance qui sainne,
et si te fu lors si grant painne
d’ovrir ta boche et de parler
que tu ne poïs demander
por coi cele gote de sanc
saut par la pointe del fer blanc !
Et le graal que tu veïs,
ne demandas ne anqueïs
quel riche home l’an an servoit.
Mout est maleüreus qui voit
si bel tans que plus ne covaigne,
si atant tant que plus biax vaigne.
Ce es tu, li maleüreus,
qui veïs qu’il fu tans et leus
de parler a lui, te taüs !
En mal eür fol san eüs !
En mal eür tant te teüsses,
que, se tu demandé eüsses,
li riches rois qui si s’esmaie
fust ores gariz de sa plaie
et si tenist sa terre an pes,
dom il ne tanra point jamés.
Et sez tu qu’il an avandra
del roi qui terre ne tandra,
qui n’est de ses plaies gariz ?
Dames an perdront lor mariz,
terres an seront essilliees
et puceles desconselliees,
qui orfelines remandront,
et maint chevalier an morront,
et tuit avront le mal par toi. »
Puis dist la dameisele au roi :
« Rois, je m’an vois, ne vos enuit.
Il me covient ancor enuit
(378e.4663)
mon ostel prandre loing de ci.
Ne sai se vos avez oï
del Chastel Orguelleus parler,
mes il m’i covient a aler.
El chastel chevaliers de pris
a.v.c. et sissante et sis,
et sachiez qu’il n’i a celui
qui n’ait s’amie avoeques lui,
gentil dame cortoise et bele.
Por ce vos an di la novele
que la ne faut nus qui i aille
qu’il n’i truisse joste ou bataille,
s’il vialt fere chevalerie.
S’il la requiert, il n’i faut mie.
Et qui voldroit le pris avoir
de tot le mont, ge cuit savoir
le leu et la piece de terre
ou il le porroit mialz conquerre,
se il estoit qui l’osast fere.
Au pui qui est soz Montesclere
a une dameisele assise ;
mout grant enor avroit conquise
qui le siege porroit oster
et la pucele delivrer.
Il avroit totes les loanges
et l’Espee as Estranges Ranges
porroit ceindre tot aseür
cui Dex donroit si boen eür. »
La dameisele atant se tot,
qui bien ot dit ce que li plot,
si s’an parti sanz dire plus.
Et messire Gauvains saut sus,
qui dit que son pooir fera
de li rescorre et si ira,
et Guiflez, li filz Nut, redit
qu’il ira, se Dex li aït,
devant le Chastel Orguilleus.
« Et ge sor le Mont Perilleus,
dist Kahedins, monter irai
et jusque la ne finerai. »
Et Percevax redit tot el,
qu’il ne girra an.i. ostel
.ii. nuiz an trestot son aage
ne n’orra d’estrange passage
(378f.4707)
noveles que passer n’i aille,
ne de chevalier qui mialz vaille
qu’altres chevaliers ne que dui
qu’il ne s’aille conbatre a lui,
tant que il del graal savra
cui l’an an sert, et qu’il avra
la lance qui sainne trovee,
si que la veritez provee
li ert dite por qu’ele sainne ;
ja nel leira por nule painne.
Ensinques bien jusqu’a cinquante
an sont levé, et si creante
li uns a l’autre, dit et jure
que bataille ne avanture
ne savront que il n’aillent querre,
tant soit an felenesse terre.
Et queque il ensi parloient,
atant ez vos que venir voient
Guinganbresil parmi la porte
de la sale, et si aporte
.i. escu d’or, s’ot an l’escu
une bande qui d’azur fu.
Guinganbresil le roi conut,
sel salua si con il dut,
et Gauvain ne salua mie,
einz l’apele de felenie
et dit : « Gauvains, tu oceïs
mon pere* et si le feris
si c’onques ne l’areisonas.
Honte et reproche et blasme en as,
si t’an apel de traïson.
Ce sachent bien tuit li baron
que ge n’i ai de mot failli. »
A cest mot an estant sailli
messire Gauvains toz honteus ;
et Agrevains li Orguilleus,
ses freres, saut et il le tire :
« Por amor Deu, fet il, biau sire,
ne honissiez vostre lignage.
De cest blasme, de cest outrage
que cist chevaliers sus vos met,
vos desfandrai, ce vos promet. »
Et il dit : « Sire, ja nus hon
ne m’an desfandra se ge non,
(379a.4751)
et por ce desfandre m’an doi
que il n’an apele que moi.
Et se ge rien mesfet eüsse
au chevalier que ge seüsse,
mout volantiers pes li queïsse
et tel amande li feïsse
que tuit si ami et li mien
le deüssent tenir a bien.
Et se il a dit son oltrage,
je m’an desfant, vez ci mon gage,
ici ou la, ou lui pleira. »
Et cil dit qu’il l’an provera
devant le roi d’Escavalon,
qui est plus biax que Ausalon,
a mon san et a mon avis.
« Et ge, fet Gauvains, te plevis
que ge te sivrai orandroit
et la verrons qui avra droit. »
Tantost Guinganbreisil s’an torne,
et messire Gauvains s’atorne
d’aler aprés sanz demorance.
Qui boen escu, qui bone lance,
qui bon hiaume et boene espee ot
presanta li, mes ne li plot
qu’il anportast rien de l’autrui.
.VII. escuiers mainne avoec lui
et.vii. destriers et.vii*. escuz.
Einz que il fust de cort meüz,
ot l’an por lui mout grant duel fet,
maint piz batu, maint chevol tret,
et maint* face esgratinee ;
einz n’i ot dame si senee
qui por lui son duel ne demaint.
Por lui plorent maintes et maint,
et messire Gauvains s’an va.
Des avantures qu’il trova
m’orrez vos parler maintenant.
Une rote premieremant
a ancontree an une lande
de chevaliers, et si demande
a.i. escuier qui venoit
toz seus aprés et si menoit
an destre.i. cheval espaignol
et ot.i. escu a son col :
(379b.4795)
« Escuiers, di moi qui cil sont
qui ci passent ? » Et il respont :
« Sire, c’est Melianz de Liz,
uns chevaliers preuz et hardiz.
— Es tu a lui ? — Sire, ge non.
Traez d’Anez mes sire a non,
qui ne valt mie de lui mains.
— Par foi, fet messire Gauvains,
Traé d’Anet conuis ge bien.
Ou va il ? Ne m’an celer rien.
— Sire, a.i. tornoiement va
que Melianz de Liz pris a
contre Tiebaut de Tintaguel,
et vos i iroiz, la, mon vuel,
el chastel, contre cez de hors.
— Dex, fet messire Gauvains lors,
dont ne fu Melianz de Liz
an la meison Tiebaut norriz ?
— Oïl, sire, se Dex me saut.
Ses peres ama mout Tiebaut
come son home et tant le crut
qu’au lit mortel ou il morut
son petit fil li demanda,
et il li norri et garda
au plus chierement que il pot,
tant c’une soe fille sot
preier et requerre d’amor ;
et ele dit que a nul jor
s’amor ne li otroieroit
tant que il chevaliers seroit.
Cil qui mout voloit esploitier
se fist lors fere chevalier,
aprés revint a sa preiere.
« Ne puet estre an nule meniere,
dist la pucele, par ma foi,
jusque vos avroiz devant moi
tant d’armes fet et tant josté
que m’amor vos avra costé,
que les choses qu’an a an bades
ne sont si dolces ne si sades
come celes que l’an conpere.
Prenez.i. tornoi a mon pere
se vos volez m’amor avoir,
que ge vuel sanz dote savoir
(379c.4839)
se m’amors seroit bien asise
se je l’avoie or an vos mise. »
Si come cele devisa,
le tornoiement anpris a,
qu’Amors a si grant seignorie
qu’a* cez qui sont an sa baillie
qu’il n’oseroient rien veher
qu’Amors lor volsist comander ;
et mout feriez que neanz
se ne vos meteiez dedanz. »
Et il li dist : « Amis, va t’an,
siu ton seignor, si feras san
et si lesse ce que tu diz. »
Maintenant s’an est cil partiz,
et messire Gauvains chemine.
D’aler vers le chastel ne fine,
que il ne puet aillors passer.
Et Tiebauz a fet amasser
tot ses barons et ses veisins,
et a mandez toz ses cosins,
hauz et bas, juenes et chenuz,
et il i sont trestuit venuz.
Mes Tiebauz n’a mie trové
an son chastel consoil privé
qu’il torneast a son seignor,
que il avoient grant peor
que il les volsist toz destruire ;
s’a bien fet murer et anduire
del chastel totes les antrees.
Bien furent les portes fermees
de pierre dure et de mortier,
que il n’i ot autre portier.
Mes c’une petite posterne,
don li huis n’estoit pas de verne,
li orent lessié a murer ;
Li huis fu por tozjorz durer,
de cuivre, fermez d’une barre ;
de fer i ot bien une charre
tant con une charrete porte.
Messire Gauvains vers la porte
aprés tot son hernois venoit,
que par iqui le covenoit
passer, ou retorner arriere :
autre voie n’autre charriere
(379d.4883)
jusqu’a.vii. jornees n’avoit.
Quant la posterne ferme voit,
s’antre an.i. pré desoz la tor,
qui estoit clos de pex antor,
s’est soz.i. chasne descenduz
et ses escuz i a panduz,
que la gent del chastel les voient ;
et li plusor grant joie avoient
del tornoi qui remés estoit.
Mes.i. viel vavasor avoit
el chastel, mout doté et sage,
puissant de terre et de lignage,
et ja de rien que il deïst,
comant qu’an la fin an preïst,
que il n’an fust del tot creüz.
Cez qui venoient ont veüz,
qu’il li furent de loing mostré,
einz qu’el paliz fussent antré ;
s’an ala parler a Tiebaut
et dist : « Sire, se Dex me saut,
je ai mien esciant veü
des conpaignons le roi Artu
.ii. chevaliers qui ici vienent.
Dui prodome mout boen leu tienent,
que neïs uns vaint.i. tornoi.
Je lo et creant androit moi
que vos a ce tornoiemant
ailliez trestot seüremant,
que vos avez bons chevaliers
et boens sergenz et boens archiers
qui lor chevax lor ocirront.
Et ge sai bien que il vanront
tornoier devant ceste porte.
Se lor orguiauz les i aporte,
nos en avromes le gaaing,
et il la perte et le maaing. »
Par le consoil que cil dona
Tiebauz a toz abandona
qu’il s’armassent et s’an ississent
trestuit armé cil qui volsissent.
De ce ont joie li chevalier,
as armes corent escuier
et as chevax, et mestent seles.
Et les dames et les puceles
(379e.4927)
se vont par les hauz leus seoir
por le tornoiement veoir,
et virent soz eles a plain
le hernois monseignor Gauvain,
si cuiderent bien de premiers
qu’il i eüst.vii.* chevaliers
por ce qu’eles.vii.* escuz voient
qui a l’aubre pandu estoient.
Et dïent, quant furent montees,
les dames, que buer furent nees,
que ces.vii.* chevaliers verront
qui devant eles s’armeront.
Ensi les unes devisoient
et teles i ot qui disoient :
« Dex, sire, icist chevaliers
a tant hernois et tant destriers
que asez an eüssent dui,
n’il n’a chevalier avoec lui.
Que fera il de.ii. escuz ?
Tex chevaliers ne fu veüz
qui portast.ii. escuz ansanble. »
Por ce granz mervoille lor sanble
se cil chevaliers, qui est seus,
portera ces escuz andeus.
Et li chevalier s’an issoient
queque celes ensi parloient,
et la fille Tiebaut l’ainznee
fu an la tor an haut montee,
qui le tornoi ot fet anprandre.
Avoec l’ainznee fu la mandre,
qui si cointemant se vestoit
de manches qu’apelee estoit
la Pucele as Manches Petites,
que es braz les avoit escrites.
Avoec les.ii. filles Tiebaut
sont totes montees an haut
dames et puceles ansanble.
Et li tornoiemenz assanble
devant le chastel maintenant.
N’an i ot nul si avenant
con Melianz de Liz estoit,
tesmoin s’amie qui disoit
as dames tot anviron li :
« Dames, ainz voir ne m’abeli
(379f.4971)
chevaliers nus que ge veïsse,
ne sai por coi vos an mantisse,
tant con fet Melianz de Liz.
Dont n’est il solaz et deliz
de si boen chevalier veoir ?
Il doit bien an sele seoir
et la lance et l’escu porter
qui si bel s’an set deporter. »
Et sa suer, qui lez li seoit,
li dist que plus bel i avoit,
et cele s’an est correciee,
si s’est por li ferir dreciee.
Les dames la traient arriers,
qui la delaient volantiers,
tant que cele s’an adesa,
dont mout durement lor pesa.
Et li tornoiemenz comance,
ou ot brisiee mainte lance
et maint cop d’espee feru
et maint chevalier abatu.
Et sachiez que mout chier li coste
qui a Meliant de Liz joste :
nus devant sa lance ne dure
que il ne port a terre dure ;
et se sa lance li peçaie,
de l’espee grant cop li paie,
si le fet mialz que cil ne font
qui d’une part et d’autre sont ;
s’an a si grant joie s’amie
qu’ele ne puet müer ne die :
« Dames, dames, veez mervoille,
einz ne veïstes sa paroille
ne mes n’an oïstes parler !
Veez le mellor bacheler
que vos veïssiez de voz ialz.
Il est plus biax et si valt mialz
que tuit cil qui sont au tornoi. »
Et la petite dist : « Ge voi
plus bel et mellor, se devient. »
Et cele maintenant li vient
et dist con anflamee et chaude :
« Vos, garce, vos fustes si baude
que par vostre male avanture
osastes nule criature
(380a.5015)
blasmer que j’eüsse loee !
Si an tenez ceste joee
et vos an gardez autre foiz. »
Lors la fiert si que toz les doiz
li a enz el vis seelez,
et les dames qui sont delez
l’an blasment mout et si li tolent,
et puis aprés si reparolent
de monseignor Gauvain antr’eles.
« Dex, fet l’une des dameiseles,
cil chevaliers desoz ce charme,
que atant il que il ne s’arme ? »
Une autre pucele mainsnee
li dist qu’il a la pes juree,
et une autre redit aprés :
« Marcheanz est, nel dites mes !
— Einz est changierres, fet la quarte.
Il n’a talant que il departe
as povres chevaliers ancui
cest avoir que il mainne o lui.
Ne cuidiez pas que ge vos mante,
c’est monoie et vesselemante
an ces vessiax et an ces males.
— Voir, mout avez les lengues males,
fet la petite, s’avez tort.
Cuidiez vos que marcheanz port
si grosse lance con il porte ?
Certes mout m’an avez hui morte
qui tel deablie avez dite.
Foi que ge doi Saint Esperite,
il sanble mialz tornoieor
que marcheant ne changeor.
Il est chevaliers, ce me sanble. »
Et les dameiseles ansanble
li dïent : « Bele dolce amie,
s’il le sanble, ne l’est il mie ;
mes il le se fet resanbler
por ce qu’ainsi vialt il anbler
les costumes et les passages.
Fos est, si cuide estre si sages,
que de ce san sera il pris
con lerres atainz et repris
de larrecin vilain et fol.
Il en avra la hart el col. »
(380b.5059)
Messire Gauvains cleremant
ot les paroles et antant
que les dames dïent de lui,
si en a et honte et enui ;
mes il panse, et a reison,
qu’an l’apele de traïson,
s’estuet que desfandre s’an aille,
que s’il n’aloit an la bataille
si con il ot an covenant,
il avroit lui honi avant,
et aprés son linage tot.
Et por ce qu’il est an redot
qu’il ne soit afolez et pris,
ne s’est del tornoi antremis,
et si en ot il boen talant,
que il voit le tornoiement
qui tozjorz anforce et amande.
Et Melianz de Liz demande
grosse lance por mialz ferir.
Tote jor jusqu’a l’anserir
fu li tornoiz devant la porte.
Qui a gaaignié, si l’anporte
la ou mialz le cuide avoir sauf.
.I. escuier et grant et chauf
voient les dames, qui tenoit
.i. tros de lance, et venoit
une testiere an son col.
Une des dames celui fol
apela et puis si li dist :
« Danz escuiers, se Dex m’aïst,
mout estes fos et estapez
qui an cele presse hapez
ces fers de lances et testieres
et ces retros et ces banieres,
si vos fetes boen escuier.
Qui si s’anbat, petit s’a chier,
que ge voi ci, mout pres de vos,
an ce pré qui est desoz nos,
l’avoir sanz garde et sanz desfanse.
Fos est qui a son preu ne panse
demantres que il le puet fere.
Et vez ci le plus debonere
chevalier qui onques fust nez ;
car qui li avroit toz plumez
(380c.5103)
les grenons, ne se movroit il.
Or n’aiez pas le gaaing vil !
Toz les chevax et tot l’avoir
me prenez, si feroiz savoir,
que ja ne le vos desfandra. »
Maintenant el pré s’an antra
et si feri.i. des chevax
de son retrous, et dist : « Vasax,
dont n’iestes vos sains et heitiez,
qui ci tote jor agaitiez
et nule rien n’i avez fete,
escu troé ne lance frete ?
— Di va, fet il, a toi que taint ?
La chose por coi il remaint,
espoir, savras tu bien ancore.
Mes, par mon chief, ce n’iert mie ore,
que dire nel te daigneroie.
Mes fui de ci, si tien ta voie
et si va fere ta besoigne. »
Maintenant cil de lui s’esloigne,
ne fu pas tex que puis osast
parler de rien qui li grevast.
Et li tornoiemanz remaint,
mes chevaliers i ot pris maint
et maint cheval i ot ocis,
s’an orent cil de la le pris,
et cil dehors i gaaignerent,
et au departir rafierent
que l’andemain rasanbleroient
et tote jor tornoieroient.
Ensi departirent la nuit
et retornent el chastel tuit
cil qui an estoient issu.
Et messire Gauvains i fu,
qui aprés la rote i antra,
et devant la porte ancontra
le prodome, le vavasor,
qui au seignor dona le jor
consoil del tornoi comancier,
si le prie de herbergier
et debonerement et bel,
et dist : « Sire, an ce chastel
est vostre ostex toz atornez.
Se vost plest, huimés remenez,
(380d.5147)
que, se vos avant aleiez,
boen ostel huimés n’avreiez.
Por ce de remenoir vos pri.
— Ge remandrai, vostre merci,
fet messire Gauvains, biau sire,
que j’ai asez pis oï dire. »
Li vavasors an son ostel
l’anmainne o lui, et d’un et d’el
li demande et que ce devoit
que le jor avoec ax n’avoit
armes portees au tornoi.
Et il li dit tot le por coi,
qu’an l’apele de traïson,
si se doit garder de prison,
de lui marmetre et de blecier
tant qu’il se puisse hors gitier
del blasme qui sus li est mis.
Et lui et trestoz ses amis
porroit honir par sa demore,
s’il ne pooit venir a ore
de la bataille qu’anprise a.
Li vavasors mialz l’an prisa
et dit que bon gré li savoit :
qant il por ce lessié l’avoit,
le tornoi, il ot fet reison.
Lors l’anmena an sa meison
li vavasors, lors si descendent.
Et les genz de la tor antandent
a lui ancuser duremant
et an tienent lor parlement
comant li sires prandre l’aille.
Et s’ainznee fille travaille
de quanque ele puet et set
de sa seror que ele het :
« Sire, fet ele, ge sai bien
que vos n’avez hui perdu rien,
einz cuit que gaaignié avez
plus asez que vos ne savez,
et si vos dirai bien comant.
Ja mar feroiz que seulement
comander que l’an aille prandre
.i. chevalier qui, sanz desfandre,
sert ceanz de malvese guile.
S’a amené an ceste vile
(380e.5191)
escuz, et lances fet porter
et chevax an destre mener,
et se franchist an tele guise
con s’il voist an marcheandise.
Mes or l’an randez sa desserte.
Il est chiés Gerin le fil Berte,
qu’a son ostel herbergié l’a.
Orandroit par ci trespassa,
que ge vi que il l’anmenoit. »
Tot ensi cele se penoit
qu’ele li feïst fere honte.
Et li sires maintenant monte ;
il meïsmes aler i vialt,
tot droit a la meison s’aquialt
ou messire Gauvains estoit.
Qant sa petite fille voit
que il i vet an tel meniere,
si s’aquiaut par un huis derriere ;
ele n’a soing que nus la voie,
si s’an va tost et droite voie
a l’ostel monseignor Gauvain,
chiés dan Gerin le fil Bertain,
qui.ii. filles avoit mout beles.
Et quant ce virent les puceles
que lor petite dame vient,
joie fere lor an covient,
et si font eles sanz faintise.
Chascune par la main l’a prise,
si l’anmainnent joie feisant,
les ialz et la boche beisant.
Et remontez fu danz Gerin,
qui ne fu povres ne frarin,
et li filz Bertain* avoec lui,
si s’an aloient amedui
a la cort si con il soloient.
A lor seignor parler voloient,
si l’ancontrent enmi la rue.
Et li vavasors le salue,
si li demande ou il aloit ;
et il li dit que il voloit
an sa meison aler deduire.
« Ce ne me doit grever ne nuire,
fet danz Gerins, ne desseoir,
et vos i porroiz ja veoir
(380f.5235)
le plus bel chevalier de terre.
— Par foi, ge ne le vois pas querre,
fet li sires. Gel ferai prandre.
Marcheanz est et si vialt vandre
chevax, et chevaliers se fet.
—Avoi ! ci a trop vilain plet,
fet danz Gerins, que vos oi dire !
Ge sui vostre hom et vos mes sire :
de moi et de tot mon lignage
vos rant ge ici vostre homage
et vos desfi tot maintenant
einz qu’a cestui desavenant
fere an mon ostel vos sofrisse.
— Ge n’oi talant que gel feïsse,
fet li sires, si m’aïst Dex.
Ja vostre oste ne vostre ostex
n’avront se enor non par moi,
non pas por ce, en moie foi,
que il ne m’ait mout bien esté
conseillié et amonesté.
— Granz merciz, fet li vavasors,
et il me sera ja enors
que vos veigniez veoir mon oste. »
Li uns delez l’autre s’acoste
tot maintenant et si s’an vont
tant que a l’ostel venu sont
ou messire Gauvains estoit.
Qant messire Gauvains les voit,
qui mout estoit bien anseigniez,
ses salue et dit : « Bien vaigniez ! »
Et il le salüent andui,
aprés s’asieent delez lui.
Lors li a li prodom anquis,
qui estoit sires del païs,
por coi s’estoit le jor tenuz
qu’il n’estoit au tornoi venuz
et por coi il n’ot tornoié.
Et il ne lor a pas noié,
mes totevoie li reconte,
que il n’i eüst let ne honte,
que de traïson l’apeloit
uns chevaliers, si s’an aloit
desfandre a une cort real.
— Acheison eüstes leal,
(381a.5279)
fet li sires, sire, sanz faille.
Mes ou sera ceste bataille ?
— Sire, fet il, devant le roi
d’Escavalon aler an doi,
et ge i vois mout droit, ce cuit.
— Ge vos i baillerai conduit,
fet li sires, qui vos manra.
Et por ce qu’il vos covanra
par povre terre a trespasser,
vos donrai vitaille a porter,
et chevax qui la porteront. »
Et messire Gauvains respont
que il n’a nul mestier del prandre,
que s’il an puet trover a vandre,
il avra a planté vitaille
et bons chevax, ou que il aille,
et tot quanque mestiers li iert.
Por ce del suen mie ne quiert.
A cest mot li sires s’an part.
Au partir vit, de l’autre part,
li sires sa fille venant,
qui par la janbe maintenant
monseignor Gauvain anbraça
et dit : « Sire, antandez ça !
A vos me sui clamer venue
de ma seror qui m’a batue ;
si m’an fetes droit, se vos plest. »
Et messire Gauvains se test,
qui ne savoit que ele dist,
et sa main sor le chief li mist ;
et la dameisele le tire
et dist : « A vos di ge, biau sire,
a vos de ma seror me clain,
cui ge n’ai chiere ne ne l’ain,
que por po m’a hui fete honte.
— A moi, fet il, bele, que monte ?
Quel droit feire vos an puis gié ? »
Li sires, qui ot pris congié,
ot ce que sa fille demande,
si dist : « Fille, qui vos comande
venir clamer as chevaliers ? »
Et Gauvains li dist : « Sire chiers,
einz a trop bone anfance dite
come pucele si petite,
(381b.5323)
ne ja ne l’an refuserai ;
mes, quant li plest, demain serai
une piece ses chevaliers.
— Vostre merci, biau sire chiers »,
fet cele qui tel joie en a
qui jusqu’au pié l’an anclina.
Atant s’an partent sanz plus dire.
Sa fille an reporte li sire
sor le col de son palefroi
et si li demande por coi
cele tançons estoit montee.
Et ele li a bien contee
la verité de chief an chief,
et li dist : « Sire, il m’estoit grief
de ma seror qui tesmoignoit
que Melianz de Liz estoit
li miaudres, li plus biax de toz,
et ge veoie la desoz
an ce biau pré.i. chevalier,
si ne pooie pas lessier
que ancontre ne li deïsse
que plus bel de lui i veïsse.
Et por ce ma suer m’apela
fole garce et eschevela,
et dahez ait cui il fu bel !
Les treces jusqu’au haterel
an.ii. tranchier me lesseroie,
don mout anpiriee seroie,
par covant que demain au jor
cil chevaliers enmi l’estor
abatist Melianz de Liz,
et lors seroit cheüz ses criz
que ma dame de suer an fet.
Si en a hui tenu grant plet
qu’a totes les dames enuie,
mes granz vanz chiet a po de pluie.
— Bele fille, fet li prodom,
ge vos comant et abandon
que vos aucune druerie
li anvoiez par corteisie,
vostre manche ou vostre guinple. »
Et cele li dist, qui fu sinple :
« Volantiers, sire, quant le dites.
Mes mes manches sont si petites
(381c.5367)
qu’anveier ne li oseroie.
Espoir se ge li anveoie,
il ne la priseroit ja rien.
— Fille, ge an panserai bien,
fet li peres. Or vos teisiez,
que ge an sui bien aeisiez. »
Ensi parlant antre ses braz
l’an porte, si a grant solaz
de ce que il l’acole et tient,
tant que devant le palés vient.
Et quant cele le vit venir
et sa petite suer tenir,
si en ot enui an son cuer
et dist : « Sire, don vient ma suer,
la Pucele as Petites Manches ?
Ja set et de torz et de ganches,
mout s’i est ja tost adonee.
Dont l’avez vos or aportee ?
— Et vos, fet il, qu’an volez fere ?
Vos vos an deüssiez bien tere.
Ele valt mialz que vos ne fetes,
qui les treces li avez tretes
et batue, don il me poise.
N’avez mie fet que cortoise. »
Lors fu ele mout desconfite
de son pere, qui li ot dite
ceste ranpone, tot afit.
Et il fist.i. vermoil samit
fors de son cofre ilueques trere
et si an fist maintenant fere
une manche bien longue et lee
et si a sa fille apelee,
et li dist : « Fille, or vos levez
demain matin et si alez
au chevalier ainz qu’il se mueve.
Par amor ceste manche nueve
li donez, si la portera
au tornoi quant il i ira. »
Et ele respont a son pere,
lués qu’ele verra l’aube clere,
iert ele son voel esveilliee
et vestue et apareilliee.
Li peres s’an part a cest mot,
et cele qui mout grant joie ot
(381d.5411)
a totes ses conpaignes prie
que eles ne la lessent mie
au matin dormir longuement,
einz l’esvoillent hastivement,
s’eles voelent avoir s’amor,
lués que eles verront le jor.
Et celes volantiers le firent,
que maintenant que eles virent
au matinet l’aube lever*
la firent vestir et lever.
La pucele matin leva
et tote seule s’an ala
a l’ostel monseignor Gauvain.
Mes ele n’i va pas si main
que il ne fussent ja levé,
et furent au mostier alé
oïr messe qu’an lor chanta.
Et la dameisele tant a
chiés le vavasor demoré
qu’il orent longuement oré
et oï quanque oïr durent.
Quant del mostier revenu furent,
contre monseignor Gauvain saut
la pucele et dit : « Dex vos saut
et vos doint joie hui an cest jor !
Mes portez por la moie amor
ceste manche que je tieng ci.
— Volantiers, la vostre merci,
fet messire Gauvains, amie. »
Aprés ce ne tardierent mie
li chevalier qu’il ne s’armassent.
Armé fors de la vile amassent,
et les dameiseles resont
montees sor les mur amont,
les dames de la vile totes,
et virent asanbler les rotes
des chevaliers preuz et hardiz.
Devant toz Melianz de Liz
s’an vint montez, toz eslessiez,
et ot ses conpaignons lessiez
bien loing.ii. arpanz et demi.
La dameisele son ami
vit, ne pot sa lengue tenir,
einz dit : « Dames, veez venir
(381e.5455)
celui qui de chevalerie
a le los et la seignorie. »
Et messire Gauvains s’esmuet
tant con chevax porter le puet
vers celui qui po le redote
et met sa lance an pieces tote.
Et messire Gauvains fiert lui
si qu’il li fist mout grant enui,
que maintenant le mist au plain.
Et tant a son cheval la main,
sel prant au frain et si le baille
a.i. vaslet et dit qu’il aille
a celi por cui il tornoie,
si li die qu’il li anvoie ;
le premier gaaing qu’il a fet
le jor, il vialt que ele l’et.
Et li vaslez atot la sele
le cheval mainne a la pucele,
qui de la tor a bien veü,
d’une tornele ou ele fu,
dan Meliant de Liz cheoir ;
si dist : « Suer, or poez veoir
dan Meliant de Liz gisant,
que vos aleiez si loant.
Mout savez bien a droit prisier !
Or pert ce que je vos dis hier,
or voit an bien, se Dex me saut,
que il i a tel qui mialz vaut. »
Tot ensi cele a esciant
va sa seror contraliant,
que ele la giete del san,
et cele dit : « Garce, tes t’an !
Se huimés t’an oi mot soner,
ge t’irai tel bufe doner
que n’avras pié qui te sostaigne.
— Avoi ! suer, de Deu vos sovaigne,
fet la dameisele petite.
Por ce que j’ai verité dite,
ne me devez vos mie batre.
Par foi, ge le vi bien abatre,
et vos ausi come ge fis ;
n’ancor ne m’est il pas avis
qu’il ait pooir del relever.
Et s’or an deveiez crever,
(381f.5499)
si diroie ge totevoie
qu’il n’a ci dame qui nel voie
janbeter et gesir tot plat. »
Lors li aüst doné.i. flat
l’autre, s’an li volsist sofrir ;
mes ne la lessierent ferir
les dames qui antor estoient.
Atant l’escuier venir voient,
qui le cheval amainne an destre.
La pucele a une fenestre
trova seant, si li presante.
La pucele plus de sissante
merciz rant, le cheval fet prandre,
et il s’an va les merciz randre
a son seignor, qui sanbloit estre
del tornoiement sire et mestre,
qu’il n’i a chevalier si cointe,
se de la lance a lui s’acointe,
qu’il ne li toille les estriers.
Onques de gaaignier destriers
ne fu mes si antalantez.
.IIII. en a le jor presantez,
que il gaaigna de sa main,
si anvea le premerain
a la dameisele petite,
de l’autre a la dame s’aquite
au vavasor, qui mout li plot ;
l’une de ses.ii. filles ot
le tierz, et l’autre ot le quart.
Et li tornoiemenz depart,
si s’an rantrent parmi la porte,
et messire Gauvains an porte
d’une part et d’autre le pris.
Il n’estoit pas ancor midis
qant il fu partiz de l’estor.
Messire Gauvains au retor
ot de chevaliers tele rote
que plainne an fu la rue tote,
et tuit icil qui le veoient
anquerre et demander voloient
dom il ert et de quel contree.
La pucelete a ancontree
tot droit a l’uis de son ostel,
et ele ne fist onques el
(382a.5543)
mes que lués a l’estrié le prist,
sel salua et si li dist :
« Vostre merci, fet ele, sire ! »
Et il sot bien qu’ele volt dire,
si li respondi come frans :
« Einz seroie chenuz et blans,
pucele, que je me recroie
de vos servir, ou que je soie.
Ja de vos ne serai si loing,
se savoir puis vostre besoing,
que ja essoinnes me retaigne
qu’au premier message ne vaigne.
— Granz merciz », fet la dameisele.
Ensi parloient cil et cele
qant ses peres vint an la place,
qui de tot son pooir porchace
que messire Gauvains remaigne
la nuit et que son ostel praigne.
Messire Gauvains s’escondit
de remenoir et si li dit
que il ne puet ; et cil li prie,
se lui plest, que son non li die.
« Sire, Gauvains sui apelez,
onques mes nons ne fu celez
an leu ou il me fust requis
n’onques ancores ne le dis
s’ainçois demandez ne me fu. »
Qant li sires a entandu
que c’estoit messire Gauvains,
mout fu ses cuers de joie plains,
et li dist : « Sire, or an venez,
anquenuit mon ostel prenez,
que de rien ne vos ai servi,
n’onques an ma vie ne vi
chevalier, ce puis ge jurer,
que ge tant volsisse enorer. »
De remenoir mout li pria,
et messire Gauvains li a
tote sa proiere escondite.
Et la dameisele petite,
qui n’estoit fole ne mauveise,
le prant par le pié, si le beise
et a Damedeu le comande ;
et messire Gauvains demande
(382b.5587)
que ele i avoit antandu ;
et ele li a respondu
que ele li avoit beisié
par tele antancion le pié
que de li li resovenist
an quelque leu que il venist.
Et il li dist : « N’an dotez mie,
que, si m’aïst Dex, bele amie,
jamés ne vos oblierai,
ja si loing de vos ne serai. »
Atant s’an part et congié prant
a son oste et a l’autre gent ;
si le comandent a Deu tuit.
Messire Gauvains cele nuit
an une obediance jut,
si ot quanque il li estut.
Et l’andemain bien par matin
aloit chevalchant son chemin
tant que il vit an trespassant
bestes qui aloient pessant
lez l’oroille d’une forest.
Yvonez* dit que il s’arest,
qui.i. de ses chevax menoit,
tot le mellor que il avoit,
et une lance roide et fort.
La lance dit que il aport
et que le cheval li estraigne,
celui que il an destre mainne,
et il li a sanz demorance
baillié son escu et la lance.
Et il s’an torne aprés les biches,
si lor fet tant torz et tant guiches
que un an i antreprist
delez.i. ronçoi et li mist
sor le col la lance an travers.
Et la biche saut de travers,
si s’an foï aprés les cers,
et il chace tant qu’a bien pres
la retenist et arestast,
se ses chevax ne desferrast.
Quant il ne pot la biche prandre,
Yvonet comande a descendre,
que ses chevax mout duremant
clochoit ; cil son comandement
(382c.5631)
a fet, le pié li lieve an haut
et trova que uns fers li faut,
et dist « Sire, il l’estuet ferrer.
Il n’i a mes que de l’errer
tot soavet tant que l’an truisse
fevre qui referrer le puisse. »
Puis errerent tant que il virent
gent qui hors del* chastel issirent.
Devant avoit gent secorciee
qui vindrent tote la chauciee,
garçons a pié qui chiens menoient,
et vaneor aprés venoient
qui portoient espiez tranchanz ;
aprés ot archiers et sergenz
qui ars et saietes portoient,
et aprés chevalier venoient.
Aprés trestoz les chevaliers
an venoient dui sor destriers,
dont li uns estoit jovanciax
et de toz autres li plus biax.
Icil seus monseignor Gauvain
salua et prist par la main,
et dist : « Sire, ge vos detaing.
Alez huimés la don ge vaing
et descendez an mes meisons.
Bien est huimés tans et reisons
de herbergier, s’il ne vos poise.
J’ai une seror mout cortoise
qui de vos grant joie fera,
et cil sires vos i manra
que vos veez ci devant moi. »
Et dist : « Sire, ge vos anvoi,
biax conpainz, avoec cest seignor,
si le menez a ma seror.
Salüez la premierement
et li dites que ge li mant
que par l’amor et par la foi
qui doit estre antre li et moi,
se onques ama chevalier,
qu’ele aint cestui et teigne chier
et que autant face de lui
con de moi, qui ses freres sui.
Tel solaz et tel conpaignie
li face, si ne li poist mie,
(382d.5675)
tant que nos soions revenu.
Qant ele l’avra detenu
avoec li deboneremant,
si revenez hastivement,
que ge m’an voldrai revenir
por lui conpaignie tenir
au plus tost que ge porrai onques. »
Li chevaliers s’an part adonques,
qui monseignor Gauvain conduit
la ou de mort le heent tuit.
Mes il n’i est pas coneüz,
que onques mes n’i fu veüz,
si n’i cuide avoir nule garde.
Le siege del chastel esgarde,
qui sor.i. braz de mer seoit,
et les murs et la tor veoit
si forz que nule rien ne dote.
Il esgarde la vile tote,
pueplee de mout bele gent,
et les changes d’or et d’argent,
qui tuit sont covert de monoies,
et vit les places et les voies,
qui totes sont plainnes d’ovriers
qui feisoient divers mestiers,
si con li mestier sont divers.
Cil fet hiaumes et cil haubers
et cil lances et cil blazons,
cil lorains et cil esperons,
et cil lor espees forbissent.
Li un font dras et cil les tissent,
cil les paignent et cil les tondent ;
et li autre or et argent fondent,
cil font oevres bones et beles,
cil font henas, cil escueles
et oisiax ovrez a esmax,
eniax, ceintures et fermax.
Bien poïst an et dire et croire
qu’an la vile eüst tozjorz foire,
qui de tant d’avoir estoit plainne,
de cire, de poivre et de grainne
et de panes veires et grises
et de totes marcheandises.
A cez choses vet regardant
et de leus an leus atardant.
(382e.5719)
S’ont tant alé qu’a la cort furent,
et vaslet vindrent qui reçurent
tot lor hernois et lor ator.
Li chevaliers antre an la tor
sus avoec monseignor Gauvain
et si le mainne par la main
jusqu’a la chanbre a la pucele,
et il li dist : « Amie bele,
vostre freres saluz vos mande
et de cest seignor vos comande
qu’il soit enorez et serviz.
Et nel fetes mie a enviz,
mes trestot ausi de boen cuer
con se vos esteiez sa suer
et con s’il estoit vostre frere.
Gardez que ne soiez avere
de tote sa volanté fere,
mes large et preuz et debonere.
Or an pansez, que je m’an vois,
que il le m’estuet sivre el bois. »
Et cele dit, qui grant joie a :
« Beneoiz soit qui m’anvea
tel conpaignie come ceste !
Qui si bel conpaignon me preste
ne me het pas, soe merci.
Biax sire, or vos seez ici,
fet la pucele, delez moi.
Por ce que bel et gent vos voi,
et por mon frere qui m’an prie,
vos ferai bone conpaignie. »
Tantost li chevaliers s’an torne,
que avoec ax plus ne sejorne ;
et messire Gauvains remaint,
qui de ce mie ne se plaint
se il est seus o la pucele,
qui est et avenanz et bele,
et tant estoit bien afeitiee
que pas ne cuide estre agueitiee
de ce que ele est seule o lui.
D’amors parloient amedui,
que se d’autre chose parlassent,
de grant folie se meslassent.
Messire Gauvains la requiert
d’amors et prie, et dit qu’il iert
(382f.5763)
ses chevaliers tote sa vie,
et ele n’an refuse mie,
einz l’otroie mout volantiers.
Uns vavasors andemantiers
antra leanz, qui mout lor nut,
qui monseignor Gauvain conut,
si les trova antrebeisant
et mout grant joie antrefeisant.
Et des que il vit cele joie,
ne pot tenir sa lengue coie,
einz s’escria a grant vertu :
« Fame, honie soies tu !
Dex te destruie et te confonde,
qu’a l’ome de trestot le monde
que tu devroies plus haïr
te leisses ensi conjoïr,
et qui te beise et si t’acole !
Fame maleüree fole,
tu fez bien ce que tu doiz feire.
A tes mains li deüsses treire
le cuer einz que beisier sa boche.
Se tes beisiers au cuer li toche,
le cuer del vantre li as tret,
mes asez mialz eüsses fet
s’as mains arachié li eüsses,
que ensi fere le deüsses,
se fame deüst fere bien.
Mes de ce n’a an fame rien
qu’el* het le mal et le bien ainme,
tort a qui puis fame la clainme,
que la an pert ele son non
ou ele n’ainme se bien non.
Mes tu es fame, bien le voi,
que cil qui se siet delez toi
ocist ton pere, si le beises.
Qant fame puet avoir ses eises,
del soreplus petit li chaut. »
A cest mot a terre* s’an saut
ençois que messire Gauvains
li eüst dit ne plus ne mains,
et cele chiet el pavemant
et jut pasmee longuement ;
et messire Gauvains l’ahert,
si l’an leva et pale et vert
(383a.5807)
de la peor qu’ele ot eüe.
Et quant ele fu revenue,
si dit : « Ha ! or somes nos mort !
Por vos morrai ja ci a tort,
et vos, mien esciant, por moi.
Ja vandra ci, si con ge croi,
la comune de ceste vile,
la en verroiz plus de.x. mile
devant ceste tor amassez.
Mes ceanz a armes asez
dont ge vos armerai bien tost.
Uns prodon de trestote un ost
porroit bien ceste tor desfandre. »
Maintenant cort les armes prandre,
s’an arma monseignor Gauvain
qui ne se desfant pas an vain,
einz les fet toz jus avaler.
Il n’i covient pas apeler
meillor portier qu’il i avoit.
De tot ice mot ne savoit
li sires qui herbergié l’ot,
mes il revint plus tost qu’il pot
de la ou il ala chacier.
Totevoies a pis d’acier
antor la tor asaillent cil.
Atant ez vos Guinganbresil,
qui, par ne sai quele avanture,
vint el chastel grant aleüre,
et fu durement esbaïz
del hui et del marteleïz
que il oï fere as vilains.
De ce que messire Gauvains
ert an la tor ne savoit mot ;
mes quant ce fu que il le sot,
si desfandi qu’il n’i eüst
mes si hardi qui se meüst,
si con il avoit son cors chier,
qui an osast pierre eslochier.
Et il dïent qu’il n’an leiront
neant por lui, einz l’abatront
sor son cors meïsmes ancui,
se il estoit dedanz o lui.
Et quant il vit que sa desfansse
n’i valoit rien, lores s’apansse
(383b.5851)
que il iroit querre le roi
et l’amanroit a ce desroi
que comancié ont li borjois.
Et ja venoit del bois li rois,
et il a l’ancontre li conte :
« Sire, mout vos ont fet grant honte
li meres et li eschevin,
qui asaillent des hui matin
a vostre tor et si l’abatent.
S’il nel conperent et achatent,
ge vos an savroie mal gré.
J’avoie Gauvain apelé
de traïson, bien le savez,
et ce est il que vos avez
fet herbergier an voz meisons.
Si seroit bien droiz et reisons,
qant vos vostre oste en avez fet,
que ja n’i ait honte ne let. »
Et li rois a Guinganbresil
a dit : « Mestre, non avra il,
puis que nos serons la venu.
De ce qu’il li est avenu
me mervoil mout et poise fort ;
et ma gent le heent de mort,
ge ne m’an doi ja mervellier ;
mes de son cors prandre et blecier,
se ge puis, le garderai gié.
Por ce que ge l’ai herbergié,
li porterai ge grant enor. »
Ensi vienent jusqu’a la tor
ou mout demenoient grant noise.
Au maior dit que il s’an voise
et que la comune an remaint.
Tuit s’an vont, que nus n’i remaint
des ice que au maior plot.
An la vile.i. vavasor ot,
qui del chastel estoit naïs,
si conselloit tot le païs,
que il estoit de bien grant san.
« Sire, fet il, or vos doit an
a bien et a foi consellier.
Ce ne fet pas a mervellier
se cil qui la traïson fist
de vostre pere qu’il ocist,
(383c.5895)
se il a esté asailliz,
que il i est de mort haïz
ensi droit con vos le savez.
Mes ce que herbergié l’avez
le doit garantir et conduire,
qu’il n’i soit pris et qu’il n’i muire.
Et cil qui n’an voldroit mantir,
le doit sauver et garantir :
Guinganbreisil, que ge voi la,
qui de grant traïson l’ala
a la cort le roi apeler.
Ice ne fet pas a celer :
il s’an estoit venuz desfandre
an vostre cort, et ge lo prandre
.i. respit de ceste bataille,
et messire Gauvains s’an aille
querre la lance don li fers
sainne, ja ne sera si ters
c’une gote de sanc n’i pande.
Ou il cele lance vos rande
ou il se remandra ici
an tel prison con ge vos di.
Lors avroiz meillor acheison
de lui retenir an prison
que vos orandroit n’avreiez.
Et ge cuit que nel savreiez
metre an nule prison si grief
que il n’an poïst trere a chief.
Et de quanque l’an puet panser
doit an son anemi grever ;
de vostre anemi travellier
ne vos savez mialz consellier. »
Li rois a ce consoil se tient.
An la tor a sa seror vient,
si la trova mout correciee.
Ele s’est contre lui dreciee,
et messire Gauvains ansanble,
qui ne mue color ne manbre
por nule peor que il ait.
Guinganbresis avant se trait
et dist.ii. paroles an vain :
« Sire Gauvain, sire Gauvain,
ge vos avoie an conduit pris,
mes tant i ot que ge vos dis
(383d.5939)
que ja si hardiz ne fussiez
que vos el chastel antressiez
n’an cité que mes sire eüst,
se trestorner vos an pleüst.
De ce que l’an vos a ci fet
n’estuet ores ja tenir plet. »
Et uns sages vavasors dist :
« Sire, se Damedex m’aïst,
tot ce puet an bien amander.
Cui an puet an rien demander
se li vilain l’ont asailli ?
Ne seroient li plet failli
devant le grant jor del joïse.
Mes il iert fet a ma devise.
Mes sire li rois qui est ci
le me comande et ge le di,
mes qu’il ne poist ne vos ne lui,
que vos respitiez amedui
jusqu’a.i. an ceste bataille,
et messire Gauvains s’an aille
querre la lance don li fers
sainne tozjorz, ja n’iert si ters
del sanc tot cler que ele plore ;
ert escrit que il ert ancore
que toz li reaumes de Logres,
qui jadis fu la terre as ogres,
ert destruite par cele lance.
De ce seremant et fiance
vialt avoir mes sire li rois.
— Certes ge me leiroie ençois,
fet messire Gauvains, leanz
ou lenguir ou morir. viii. anz
que seremant vos an feïsse
ne neïs ma foi i meïsse.
N’ai pas de mort tele peor
que ge mialz ne voelle a enor
la mort sofrir et andurer
que vivre a honte et parjurer.
— Biau sire, fet li vavasors,
il ne vos iert ja desenors
ne ja par foi n’an seroiz pire
an.i. san que ge vos voel dire :
vos jureroiz que de la lance
querre feroiz vostre puissance.
(383e.5983)
Se vos la lance ne trovez,
an ceste tor vos remetez,
si seiez del seremant quites.
— Ensi, fet il, con vos le dites
sui ge prez del serement faire. »
A*.i. precieus saintuaire
li a l’an maintenant fet traire
…*
que il metra tote sa painne
a querre la lance qui sainne.
Ensi la bataille est lessiee
et jusqu’a.i. an respitiee
de lui et de Guinganbresil ;
eschapez est de grant peril.
A la pucele congié prist
et a trestoz ses vaslez dist
que an sa terre s’an ralassent
et ses chevax an remenassent
trestoz, fors que le Gringalet.
Plorant s’an tornent li vaslet
de lor seignor, ensi s’an vont,
ne d’ax ne del duel que il font
rien plus a dire ne me plest.
De monseignor Gauvain se test
li contes ici a estal,
si parlerons de Perceval.
Percevax, ce conte l’estoire,
a si perdue la memoire
que de Deu ne li sovient mais.
.V. foiz passa avrix et mais,
ce sont.v. anz trestuit antier,
qu’an eglise ne an mostier
ne Deu ne ses sainz n’aora.
Ensi les.v. anz anplea,
et por ce ne lessa il mie
a requerre chevalerie ;
et les estranges avantures,
les felenesses et les dures,
ala querant, si les trova
tant que mout bien s’i esprova,
n’onques n’anprist chose si grief
dom il ne venist bien a chief.
.L. chevaliers de pris
a la cort le roi Artus pris
dedanz les.v. anz anvea.
(383f.6028)
Ensi les.v. anz anplea
c’onques de Deu ne li sovint.
Au chief de.v. anz li avint
que il par.i. desert aloit
cheminant, si con il soloit,
de totes ses armes armez ;
s’a.v. chevaliers ancontrez
et, avoec, dames jusqu’a dis,
lor chiés an lor chaperons mis,
et si aloient tuit a pié
et an langes et deschaucié.
De ce que il armez estoit
et escu et lance portoit
se mervellierent trop les dames,
que por sauvement de lor ames
lor penitance a pié feisoient
por lor pechiez que fez avoient.
Et li uns des.v. chevaliers
l’areste et dit : « Estez arriers !
Don ne creez vos Jhesu Crist,
qui la novele loi escrist
et la dona as crestiens ?
Certes, il n’est reisons ne biens
d’armes porter, einz est granz torz,
au jor que Jhesu Criz fu morz. »
Et cil qui n’avoit an porpans
de jor ne d’ores ne de tans,
tant avoit a son cuer enui,
a dit : « Quex jorz est il donc hui ?
— Quex, sire ? Si ne le savez ?
C’est li vanredis aorez,
qu’an doit sinplement enorer
la croiz et ses pechiez plorer.
Hui fu cil an croiz estanduz
qui trante deniers fu vanduz,
cil qui de toz pechiez est monde.
Por les pechiez de tot le monde,
don toz li monz ert antechiez,
devint il hom, bien le sachiez.
Voirs est que Dex et hom fu il,
et de la Virge nasqui il,
et par le Saint Espir conçut,
ou Dex et char et sanc reçut,
et fu sa deïtez coverte
(384a.6072)
de char d’ome, c’est chose certe.
Et qui issi ne le crerra
ja an la face nel verra.
Il fu nez de la Virge dame,
et si prist d’ome et forme et ame
avoec la sainte deïté,
que a tel jor por verité
con hui est fu an la croiz mis
et trest d’anfer toz ses amis.
Mout par fu sainte cele morz,
qui sauva les vis et les morz
et suscita de mort a vie.
Li fel Giu par lor anvie,
qu’an devroit tüer come chiens,
se firent max, et a nos biens,
qant il an la croiz le leverent ;
aus perdirent et nos salverent.
Tuit cil qui an lui ont creance
doivent hui estre an penitance.
— Et don venez vos or ensi ?
fet Percevax. « Sire, de ci,
d’un boen home, d’un saint hermite,
qui an ceste forest abite,
qui ne vit, tant par est sainz hon,
se de la gloire de Deu non.
— Por Deu ! seignor, la que queïstes ?
Que demandastes ? Que feïstes ?
— Quoi, sire ? fet une des dames.
De noz pechiez i demandames
consoil, et confesse i preïsmes.
La greignor besoigne i feïsmes
que nus crestiens puisse feire
qui bien voelle a Damedeu pleire. »
Ce que Percevax oï ot
le fist plorer, et si li plot
que au bon home alast parler.
« La voldroie, fet il, aler,
a l’ermite, se ge savoie
tenir le santier et la voie.
— Sire, qui aler i voldroit,
si tenist le santier tot droit
et se preïst garde des rains
que nos noames a noz mains
qant nos par ilueques venismes.
(384b.6116)
Tex antresaignes i feïsmes
por ce que nus n’i esgarast,
qui a ce saint hermite alast. »
Atant a Deu s’antrecomandent,
rien nule plus ne li demandent.
Et Percevax el santier antre,
qui sopire del cuer del vantre
por ce que mesfez se savoit
vers Deu et si s’an repantoit.
Plorant s’an vet vers le boschage,
et quant il vint a l’ermitage,
si descent et si se desarme.
Son cheval atache a un charme,
aprés s’an antre chiés l’ermite.
An une chapele petite
trova l’ermite et le provoire
et.i. clerdon, ce est la voire,
qui comançoient le servise,
le plus bel qui an sainte eglise
puisse estre diz, et li plus dolz.
Percevax se met a genolz
tantost con antre an la chapele ;
et li bons hom a lui l’apele,
qui mout le vit sinple et plorant,
et vit jusqu’au manton colant
l’eve qui des ialz li degote.
Et Percevax, qui mout se dote
avoir vers Damedeu mespris,
a l’ermite par le pié pris,
si l’anclina et les mains joint
et prie Deu que il li doint
consoil, que grant mestier en a.
Et li boens hom li comanda
a dire sa confession,
que ja n’avra comenion,
se n’est confés et repantanz.
« Sire, fet il, bien a.v. anz
que ge ne soi ou ge me fui,
ne Deu n’amai ne ne le crui,
n’onques puis ne fis se mal non.
— Ha ! biax amis, fet li prodon,
di moi por coi tu as ce fait,
et prie Deu que merci ait
de l’ame de son pecheor.
(384c.6160)
— Sire, chiés le Roi Pescheor
fui une foiz, et vi la lance
don li fers sainne sanz dotance,
et del graal que ge i vi
ge ne sai cui l’an an servi.
S’an ai puis eü si grant duel
que morz eüsse esté mon vuel,
et Damedeu an obliai,
qu’ainz puis merci ne li criai
ne ne fis rien que ge seüsse
par coi merci avoir deüsse.
— Ha ! biax amis, fet li prodon,
or me di comant tu as non. »
Et il li dist : « Percevax, sire. »
A cest mot li prodon sopire,
qui son non a reconeü,
et dit : « Frere, mout t’a neü
uns pechiez don tu ne sez mot,
ce est li diax que ta mere ot
de toi quant tu partis de li,
que pasmee a terre cheï
au chief del pont, delez la porte,
et de ce duel fu ele morte.
Por le pechié que tu en as
avint que tu ne demandas
de la lance ne del graal,
si t’an sont avenu li mal.
Et n’eüsses pas tant duré,
s’ele ne t’eüst comandé
a Damedeu, ce saches tu.
Mes sa parole ot tel vertu
que Dex por li t’a regardé
de mort et de prison gité.
Pechiez la lengue te trancha,
qant le fer qui ainz n’estancha
devant toi trespasser veïs
et la reison n’an anqueïs.
Quant tu del graal ne seüs
cui l’an an sert, fol san eüs.
Cil cui l’an an sert fu mes frere.
Ma suer et soe fu ta mere,
et del Riche Pescheor roi,
qui filz est a celui, ce croi,
qui del graal servir se fait.
(384d.6204)
Et ne cuidiez pas que il ait
luz ne lanproies ne saumons :
d’une seule oiste, ce savons,
que l’an an ce graal aporte,
sa vie sostient et conforte,
tant sainte chose est li graax ;
et tant par est esperitax
que sa vie plus ne sostient
que l’oiste qui el graal vient.
.XV. anz a ja esté ensi,
que hors de la chanbre n’issi
ou le graal veïs antrer.
Or te voel anjoindre et doner
penitance de ce pechié.
— Biax oncles, ensi l’otroi gié,
fet Percevax, et de boen cuer.
Quant ma mere fu vostre suer,
bien me devez neveu clamer,
et je vos oncle, et mialz amer.
— Voirs est, biax niés. Or te repant !
Qant de t’ame pitiez te prant
si aies an toi repantance
et si voises an penitance
au mostier einz qu’an autre leu
chascun jor, si i avras preu.
Et si ne leisse por nul plait,
se tu es an leu ou il ait
mostier, chapele ne barroche,
va la quant sonera la cloche
ou einçois, se tu es levez.
Ja de ce ne seras grevez,
einz an sera t’ame avanciee.
Et se la messe est comanciee,
tant i fera il meillor estre ;
tant i demore que li prestre
avra tot dit et tot chanté.
Se il te vient a volanté,
ancor porras antrer an pris
et avoir leu an paradis.
Deu croi, Deu ainme, Deu aore,
prodome et boene fame enore.
Contre le provoire te lieve,
c’est uns servises qui po grieve,
et Dex l’ainme por verité,
(384e.6248)
por ce qu’il vient d’umilité.
Ce voel que por tes pechiez faces,
se tu viax avoir de Deu graces
ausi con tu avoir les siax.
Or me di donc se tu le viax.
— Oïl, fet il, mout volantiers.
— Or te pri que.ii. jorz antiers
avoec moi ici te remaignes
et que an penitance praignes
tel viande come la moie. »
Et Percevax le li otroie,
et li hermites li consoille
une orison dedanz s’oroille
et li ferma tant qu’il la sot ;
et an cele orison si ot
asez des nons Nostre Seignor,
tuit li meillor et li greignor
que nomer ost ja boche d’ome,
se por peor de mort nes nome.
Quant l’orison li ot aprise,
desfandi li qu’an nule guise
ne la deïst sanz grant peril.
« Non ferai ge, sire », fet il.
Ensi remest et si oï
le servise et mout s’esjoï.
Aprés le servise aora
la croiz et ses pechiez plora
et se repanti humblemant ;
et fu ensi mout longuement.
Et cele nuit a mangier ot
ice que a l’ermite plot ;
et ses chevax ot de l’estrain
et de l’orge.i. bacin tot plain,
et estable tel con il dut,
conreez fu si com estut.
Ensi Percevax reconut
que Dex au vanredi reçut
mort et si fu crocefiez.
A la Pasque comeniez
fu Percevax mout sinplement.
De Perceval plus longuemant
ne parole li contes ci,
einçois avroiz asez oï
de monseignor Gauvain parler
(384f.6292)
que plus m’oiez de lui conter.
Messire Gauvains tant ala,
puis que de prison eschapa
ou la comune l’asailli,
que antre tierce et le midi
vint vers une angarde avalant,
et vit.i. chasne haut et grant,
et une lance tote droite.
D’aler vers le chasne s’esploite,
et de delez le chasne vit
.i. palefroi norrois petit ;
si li vint mout a grant mervoille,
que ce n’estoit chose paroille
escu et armes, ce li sanble,
et petit palefroi ansanble.
Se li palefroiz fust chevax,
donc cuidast il qu’aucuns vasax,
qui por son los ou por son pris
alast errant par le païs,
et* eüst montee l’angarde.
Atant desoz le chasne esgarde
et vit seoir une pucele,
qui mout ert avenanz et bele,
se ele eüst joie et leesce.
Mes ele ot ses doiz an sa tresce
fichiez por ses chevox detrere
et s’esforçoit mout de duel fere.
Por.i. chevalier duel feisoit
que ele mout sovant beisoit,
les ialz et le front et la boche.
Qant messire Gauvains l’aproche,
si ne set s’il est morz ou vis ;
si dist : « Pucele, est vostre amis
cil chevaliers que vos tenez ?
— Sire, fet el, veoir poez
qu’an ses plaies a grant peril,
que de la menor morroit il. »
Et il li dit : « Ma dolce amie,
esvelliez lo, nel lessiez mie,
que noveles li vuel anquerre
des afaires de ceste terre.
— Sire, ge ne l’esveilleroie,
fet la pucele, einz me leiroie
(385a.6335)
trestote vive depecier,
c’onques nul home n’oi si chier
ne n’avrei mes tant con ge vive.
Mout seroie fole et cheitive,
qant ge voi qu’il dort et repose,
se ge feisoie nule chose
par coi il se plainsist de moi.
— Et ge l’esvellerai, par foi. »
Del chief de la lance l’adoise
a l’esperon, si qu’il ne poise
au chevalier s’il l’esveilla,
que si tres soavet bota
l’esperon que mal ne li fist,
ençois li anclina et dist :
« Sire,.v.c. merciz vos rant,
qant vos si debonerement
boté et esvellié m’avez
que de neant ne fui grevez.
Mes por vos meïsmes vos pri
que vos n’ailliez avant de ci,
que vos fereiez trop que fos.
Remenez, et creez mon los.
— Remanrai, sire ? Et ge por coi ?
— Gel vos dirai, sire, par foi,
des que vos le volez oïr.
Einz chevaliers ne pot venir
qui ça alast ne chanp ne voie.
Ce est la bone de Galvoie ;
mout dure et mout est felenesse,
et s’i est la genz mout perversse.
Einz chevaliers n’i pot passer
qui vis an poïst retorner,
n’ancor n’an est nus eschapez,
fors moi, qui sui si atornez,
si malement, si con ge cuit,
ne verrai pas jusqu’a la nuit,
que ge trovai.i. chevalier
preu et hardi et fort et fier ;
onques si hardi ne trovai
ne a si fort ne m’esprovai.
Por ce vos an lo mialz aler
que ceste angarde a avaler.
— Par foi, fet messire Gauvains,
cist retorners seroit vilains.
(385b.6379)
Ge ne ving pas por sejorner ;
l’an le me devroit atorner
a trop leide recreantise,
des que ge ai la voie anprise,
se ge de ci m’an retornoie.
Je irai ça tant que ge voie
por coi retorner an n’an puet.
— Je voi bien qu’a fere l’estuet,
fet li chevaliers afolez.
Vos i iroiz, quant le volez.
Mes volantiers vos prieroie,
se avanture vos avoie,
c’onques chevaliers a nul tans
ne pot avoir, si con ge pans,
que, se il avient por nul pleit
que vos ne altres ne nus l’eit,
que vos an revaigniez par ci,
et verroiz, la vostre merci,
se ge serai ou morz ou vis,
ou il me sera mialz ou pis.
Se ge sui morz, par charité
et por la Sainte Trinité,
de ceste pucele vos pri
que vos aiez merci de li,
qu’ele n’ait honte ne meseise.
Et por ce a fere vos pleise
que Dex ne fist ne ne volt feire
plus franche ne plus deboneire,
plus cortoise, plus afeitiee.
Or me sanble que desheitiee
est mout por moi, si n’a pas tort,
que ele me voit pres de mort. »
Messire Gauvains li otroie,
se essoines ne le desvoie
ou de prison ou d’autre enui,
que il s’an revanra par lui
et a la pucele donra
si boen consoil con il porra.
Lors les lesse, si s’achemine,
par plains ne par forez ne fine
tant que il vit.i. chastel fort,
don l’eve venoit au regort
de mer, mout grant et de navie.
Petit valoit moins de Pavie
(385c.6423)
li chastiax, qui mout estoit nobles.
D’autre part estoit li vignobles
et li bois biax et avenanz,
qui mout estoit biax par dedanz,
et la riviere fu desoz
qui aceingnoit les murs trestoz,
s’avoit jusqu’an la mer son cors.
Li chastiax estoit, et li bors,
mout bien antor de murs fermez.
Messire Gauvains est antrez
el plus fort de tot le chastel ;
Desoz.i. yf ot un pomel,
el chastel, par desor un pont.
Et quant il fu venuz amont,
trova une pucele sole,
qui miroit son vis et sa gole,
qui plus estoit blanche que nois.
D’un cercelet estroit d’orfrois
avoit antor son chief corone.
Messire Gauvains esperone
vers la pucele l’anbleüre,
et ele li crie : « Mesure,
mesure, sire ! Belemant,
que vos alez trop folemant !
Fos est qui por neant esploite.
— De Deu soiez vos beneoite,
fet messire Gauvains, pucele.
Or me dites, amie bele,
de coi fustes vos apansee,
qui si tost m’avez amanbree
mesure, ne savez por coi ?
— Si faz, chevaliers, par ma foi,
que ge sai bien que vos pansez.
— Et coi ? fet il. — Vos me volez
prandre et porter ci contreval
sor le col de vostre cheval.
— Vos dites bien voir, dameisele.
— Ge le savoie bien, fet ele.
Mal dahé ait qui le pansa !
Garde ne le panser tu ja,
que tu sor ton cheval me metes.
Je ne sui pas de ces foletes
don cil chevalier se deportent,
qui desor lor chevax les portent
(385d.6467)
quant il vont an chevalerie.
Mes moi n’an porteras tu mie !
Et neporquant, se tant valoies,
avoec toi mener m’an porroies.
Se tant t’an voloies pener
que tu m’alasses amener
de ce jardin mon palefroi,
je m’an iroie avoeques toi
tant que maleurtez et pesance
et ire et diax et mesestance
t’avenist an ma conpaignie.
— Et remanra il, bele amie,
se por hardement non ? fet il.
— Par le mien esciant, nenil,
fet la dameisele, vasax.
— Ha ! bele amie, mes chevax,
ou remanra il, se g’i pas ?
Que passer ne porroit il pas
par cele planche que ge voi.
— Non voir, sire, bailliez le moi,
et vos an passez outre a pié.
Le cheval vos garderai gié
tant con ge le porrai garder.
Mes hastez vos del retorner,
qu’il ne m’eschap ou soit toluz
einz que vos soiez revenuz.
— Verité, fet il, avez dite.
S’an le vos tolt, s’an soiez quite,
et, s’il vos eschape, autretel,
que ja ne m’an orroiz parler*.
Ensi li baille, et s’an passe*,
et pansa que il portera
totes ses armes avoec lui ;
se il trueve el vergier nelui
qui veer li vuelle et desfandre
que il n’aille le cheval prandre,
einz i avra noise et estor
que il ne l’an maint au retor.
Atant a la planche passee,
et voit asez gent amassee
qui a grant mervoille l’esgardent ;
et dïent tuit : « Que* deable ardent,
pucele, qui tant as mal fait !
Li tuens cors male avanture ait,
(385e.6511)
c’onques prodome n’eüs chier !
A maint en avras fet tranchier
la teste, don il est granz diax.
Chevaliers qui mener an viax
le palefroi, que ne sez ore
quex max t’an avandra ancore
se tu de ta main i atoches !
Ha ! chevaliers, por coi l’aproches ?
Que ja voir ne l’atocheroies
se tu la grant honte savoies
et les granz max et les granz poinnes
qui t’avandront se tu l’an moinnes. »
Ensi tuit et totes disoient,
por ce que chastier voloient
monsegnor Gauvain qu’il n’alast
au palefroi, ainz retornast.
Mes il les ot et antant bien,
et por ce n’an leira il rien,
einz s’an va saluant les rotes,
et il li randent tuit et totes
son salu, si con il li sanble ;
et il li solent tuit ansanble
et an angoisse et an destresce.
Et messire Gauvains s’adresce
au palefroi et tant la main
et le vialt panre par le frain,
que frains ne sele n’i failloit ;
mes.i. grant chevalier avoit
soz.i. olivier verdeant,
qui dit : « Chevaliers, por neant
es venuz por le palefroi.
Or n’i tandes tu ja le doi,
qu’il te vandroit de grant orguel !
Et neporquant ge ne te vuel
ne contredire ne desfandre,
se tu as boen talant del prandre.
Mes ge te lo que tu t’an ailles :
aillors de ci, se tu le bailles,
trop grant desfansse i troveras.
— Por ce ne le leirai ge pas,
fet messire Gauvains, biau sire,
que la pucele qui se mire
desoz cel arbre m’i anvoie,
et se ge or ne l’i menoie,
(385f.6555)
qu’esteroie ge venuz querre ?
Ge seroie honiz an terre
come recreanz et failliz.
— Et tu an seras mal bailliz,
fet li granz chevaliers, biau frere,
que par Deu, le soverain pere,
cui ge voldroie m’ame randre,
onques chevalier nel vi prandre
ensi con tu mener l’an viax,
que il ne l’an avenist diax,
qu’il n’aüst la teste tranchiee.
Ensi dot ge ne t’an meschiee.
Et se ge le t’ai desfandu,
ge n’i ai nul mal antandu,
que, se tu viax, tu l’anmanras,
ja por nelui nel leisseras
ne por home que tu ci voies.
Mes tu an tanras males voies
se tu la main i oses metre.
Ne t’an lo mie a entremetre,
que tu an perdroies la teste. »
Messire Gauvains n’i areste
tant ne quant aprés ice mot.
Le palefroi, qui la teste ot
d’une part noire et d’autre blanche,
fet devant lui passer la planche,
que mout bien passer la savoit,
que sovant passee l’avoit,
si an estoit duiz et apris.
Et messire Gauvains l’a pris
par la regne, qui fu de soie,
et vient a l’aubre droite voie
ou la pucele se miroit,
qui son mantel lessié avoit,
et sa guinple, a terre cheoir
por ce que l’an puisse veoir
sa face et son cors a delivre.
Et messire Gauvains li livre
le palefroi atot la sele
et dit : « Or ça, venez, pucele,
si vos aiderai a monter.
— Ce ne te lest ja Dex conter,
fet la pucele, an leu ou vaingnes,
que tu antre tes braz me taignes !
(386a.6599)
Se tu avoies rien tenue
qui fust sor moi de ta main nue
et que m’aüsses nes santie,
je cuideroie estre honie.
Il me seroit trop mescheü
s’il estoit conté ne seü
qu’a ma char eüsses tochié.
Mialz an voldroie avoir tranchié
le cuir et la char jusqu’as os
d’iluec androit, bien dire l’os.
Leissiez me tost le palefroi :
ge monterai bien, par ma foi,
que de t’aïe ne quier point.
Et Dex hui an cest jor me doint
de toi veoir ce que ge cuit ;
grant joie avrai ancor enuit.
Et va quel part que tu voldras,
que a mon cors ne a mes dras
ne tocheras tu de plus pres ;
et ge irai tozjorz aprés
tant que par moi t’iert avenue
aucune granz descovenue
de honte et de mesavanture,
que ge an sui tote seüre
que ge te verrai mal baillir :
ne qu’a la mort n’i puez faillir. »
Messire Gauvains tot escoute
quanque la dameisele estoute
li dit, c’onques mot ne li sone,
mes que son palefroi li done,
et ele son cheval li lesse.
Et messire Gauvains s’abesse,
qui de terre voloit lever
son mantel por li afubler ;
et la dameisele l’esgarde,
qui n’estoit lante ne coarde
de dire a.i. chevalier honte :
« Vasax, fet ele, a vos que monte
de mon mantel ne de ma guinple ?
Par Deu, ge ne sui pas si sinple
con tu cuides de la mitié.
Ge n’ai voir nule covoitié
que de moi servir t’antremetes,
car tu n’as mie tes mains netes
(386b.6643)
por tenir chose que ge veste
ne que ge mete antor ma teste.
Doiz tu tenir chose qui toche
ne a mes ialz ne a ma boche
ne a mon front ne a ma face ?
Ja au fil Damedeu ne place
que ge ja aie an nule guise
talant de prandre ton servise. »
Ensi la pucele est montee,
si s’est liee et afublee,
et dist : « Chevaliers, or alez
quel part que vos onques volez,
et ge vos sivrai totevoie
tant que por moi honir vos voie.
Et ce ert ancui, se Deu plest. »
Et messire Gauvains se test,
c’onques nes mot ne li respont.
Toz honteus monte, si s’an vont,
si s’an torne le chief bessié
vers le chasne ou il ot lessié
la pucele et le chevalier,
qui de mire eüst grant mestier
por ses plaies que il avoit.
Et messire Gauvains savoit
plus que nus hom de garir plaie.
Une herbe voit an une haie,
mout bone por dolor tolir
de plaie, et il la va coillir.
L’erbe a coillie, si s’an va ;
tant a alé que il trova
la pucele son duel menant,
et ele li dist maintenant
qu’ele le vit : « Biax sire chiers,
or cuit ge que cist chevaliers
soit morz, qu’il n’ot mes ne antant. »
Et messire Gauvains descent,
si trueve qu’il avoit mout roide
le pos et n’avoit pas trop froide
ne la boche ne la messele ;
et dist : « Cil chevaliers, pucele,
est vis, tote an soiez certainne,
qu’il a boen pos et boene alainne.
Et se il n’a plaie mortel,
ge li aport une herbe tel
(386c.6687)
qui mout, ce cuit, li aidera
et ses dolors li ostera
de ses plaies une partie
tantost que il l’avra santie,
que l’an ne set sor plaie metre
meillor herbe, ce dit la letre,
qui tesmoigne qu’ele a tel force,
qui la metroit desor l’escorce
d’un arbre qui fust ancisiez
mes que del tot ne fust tranchiez,
que la racine reprandroit
et li arbres tex devandroit
qu’il porroit fuillier et florir.
Puis n’avroit garde de morir,
ma dameisele, vostre amis,
qui ceste herbe li avroit mis
sor ses plaies et bien liee.
Mes une guinple deliee
por bien lier i covandroit.
— Je vos baillerai orandroit,
fet cele cui il n’est pas grief,
celi meïsmes de mon chief,
qu’autre n’ai ge ci aportee. »
La guinple a de son chief ostee,
qui mout fu deliee et blanche ;
et messire Gauvains la tranche,
qu’ainsi fere li covenoit,
et de l’erbe que il tenoit
sor totes ses plaies li lie,
et la pucele li aïe
au mialz qu’el set et qu’ele puet.
Messire Gauvains ne se muet
tant que li chevaliers sopire
et parole et dist : « Dex li mire
qui la parole m’a randue,
que mout ai grant peor eüe
de morir sanz confession.
Li deable a procession
estoient m’ame venu querre.
Einz que mes cors soit mis an terre
voldroie mout estre confés.
Ge sai.i. chapelain ci pres,
se j’avoie sor coi monter,
cui g’iroie dire et conter
(386d.6731)
mes pechiez an confession
et panroie comenion.
Ja la mort n’an redoteroie
puis que comeniez seroie
et ma confesse avroie prise.
Mes or me faites.i. servise,
se il ne vos doit enuier :
le roncin a cel escuier
me donez, qui la vient le trot. »
Et quant messire Gauvains l’ot,
si se trestorne et voit venant
.i. escuier desavenant.
Et quex fu il, dirai le vos :
les chevox ot merlez et ros,
roides et contremont dreciez
come pors qui est hericiez,
et les sorcix ot autretés,
que tot le vis et tot le nes
li covroient jusqu’as grenons,
que il avoit tortiz et lons.
Boche ot fandue et barbe lee,
tondue et puis recercelee,
et cort le col et le piz haut.
Talant a qu’ancontre lui aut
messire Gauvains por savoir
s’il porroit le roncin avoir,
mes ençois au chevalier dist :
« Sire, se Damedex m’aïst,
ne sai qui est li escuiers,
einz vos donroie.vii. destriers,
se ges avoie ci an destre,
que son cheval, tex puet il estre.
— Sire, fet il, or sachiez bien
qu’il ne va querant nule rien
se vostre mal non, se il puet. »
Et messire Gauvains s’esmuet
contre l’escuier qui venoit,
si li demande ou il aloit ;
et cil qui n’ert pas debonaire
li dist : « Vassax, qu’as tu a faire
ou ge voise ne don je veingne
ne de quel voie que ge teingne ?
Li tuens cors ait male avanture. »
Messire Gauvains a droiture
(386e.6775)
tantost li paie sa desserte,
si le fiert de la paume overte,
a ce qu’il ot le braz armé
et del ferir grant volanté,
si qu’il versse et la sele vuide ;
et quant il relever se cuide,
si rechancele et si chiet jus
et se pasme.ix. foiz ou plus.
Et quant il se fu relevez,
si dist : « Vassax, feru m’avez.
— Voire, fet il, feru t’ai gié,
mes ne t’ai gaires domagié ;
et si m’an poise tote voie
quant t’ai feru, se Dex me voie ;
mes tu deïs grant musardie.
— Or ne leirai, fet cil, nel die
quel desserte vos en avroiz.
Le poing et le braz an perdroiz
don vos m’avez le cop doné,
que ja ne vos ert pardoné. »
Andemantre que ce avint,
au chevalier parole vint
el chief qu’il ot eü mout vain,
et dit a monseignor Gauvain :
« Lessiez cel escuier, biau sire.
Vos ne li orroiz ja rien dire
ou vos doiez enor avoir.
Lessiez le, si feroiz savoir,
mes son roncin m’an amenez
et cele pucele prenez
que vos veez ci delez moi,
si restraigniez son palefroi,
puis si li aidiez a monter,
que ge ne voel ci plus ester,
tant que ge soie anhuliez
et confés et comeniez ;
einz m’an irai, se j’onques puis,
sor le roncin et querrai puis
ou ge me porrai confesser,
que ge ne quier jamés cesser. »
Tot maintenant le roncin prant
messire Gauvains, si li tant,
au chevalier, cui la veüe
fu resclarcie et revenue,
(386f.6819)
s’a monseignor Gauvain veü,
lors primes l’a reconeü.
Et messire Gauvains a prise
la dameisele, si l’a mise
desor le palefroi norrois,
come debonaire et cortois.
Andemantres qu’il l’i assist,
li chevaliers son cheval prist
et monta sus, sel comança
a porsaillir de ça an ça.
Et messire Gauvains l’esgarde,
qu’il galopoit parmi l’angarde,
si s’an mervoille et si s’an rist,
et an riant itant li dist :
« Sire chevaliers, par ma foi,
c’est granz folie que ge voi,
quant vos mon cheval porsailliez.
Descendez jus, sel me bailliez,
que tost vos an porroiz grever
et voz plaies fere escrever. »
Et il respont : « Gauvains, tes t’an.
pran le roncin, si feras san,
que au cheval as tu failli,
que ge l’ai a mon oés seisi,
si l’an manrai come le mien.
— Avoi ! ge ving ça por ton bien,
et tu me feroies tel mal !
N’an mener mie mon cheval,
que tu feroies traïson.
— Gauvains, par itel mesprison,
que qu’il m’an deüst avenir,
voldroie ores ton cuer tenir
de ton vantre an mes. ii. mains.
— Or oi ge, ce respont Gauvains,
.i. proverbe que l’an retret,
que l’an dit : de bien fet, col fret.
Mes ge voldroie mout savoir
por coi tu voldroies avoir
mon cuer et mon cheval me tox,
n’onques mesfere ne te vox
ne ne fis an tote ma vie.
Ice ne cuidoie ge mie
avoir anvers toi desservi ;
einz mes, que sache, ne te vi.
(387a.6863)
— Si as, Gauvains, tu me veïs
la ou grant honte me feïs.
Ne te sovient il de celui
cui tu feïs si grant enui
que tu feïs oltre son pois
mangier avoec les chiens.i. mois,
mains liees derriers le dos ?
Saches que tu feïs que fos,
que orandroit grant honte i as.
— Es tu ce donc, Greorreas,
qui la dameisele preïs
par force et ton boen an feïs ?
Porquant mout bien savoies tu
qu’an la terre le roi Artu
sont puceles asseürees.
Li rois lor a trives donees,
qui les garde et qui les conduit.
Ne ge ne pans ne ge ne cuit
que tu por ce mesfet me haces
ne que por ce nul mal me faces,
que gel fis por leal justise,
qui est establie et asise
par tote la terre le roi.
— Gauvains, tu la preïs de moi,
la justise, bien m’an sovient ;
s’est or ensi qu’il t’an covient
a sofrir ce que ge ferai,
que le Gringalet anmanrai,
de plus ne me puis or vangier.
Au roncin le t’estuet changier
don l’escuier as abatu,
qu’altre eschange n’an avras tu. »
Atant Greorreas le lesse
et aprés s’amie s’eslesse,
qui s’an aloit grant anbleüre,
et il la silt grant aleüre ;
et la male pucele rit
et a monseignor Gauvain dit :
« Vavasax*, vasax, que feroiz vos ?
Or poez vos dire a estros
que max musarz n’est mie morz.
Bien sai que miens an est li torz
de vos sivre, se Dex me gart !
Ja ne torneroiz cele part
(387b.6907)
que ge volantiers ne vos sigue.
Et car fust or li roncins igue
qu’a l’escuier tolu avez !
Ge le voldroie, ce savez,
por ce que plus avreiez honte. »
Tantost messire Gauvains monte
sor le roncin trotant et sot
con cil qui mialz fere ne pot.
El roncin ot mout leide beste :
gresle le col, grosse la teste,
larges oroilles et pandanz ;
et de vellesce ot tex les danz
que l’une levre de la boche
de.ii. doie a l’autre ne toche.
Li roncins fu meigres et durs,
les ialz ot trobles et oscurs,
s’ot meigre crope et longue eschine ;
les regnes et la chevecine
del frain furent d’une cordele ;
sanz coverture fu la sele,
les piez grapeus, les costez lons,
toz depeciez as esperons ;
les estriés lons et foible trueve
car pieça n’avoit esté nueve,Ý
si que afichier ne s’i ose.
« Ha ! certes, or va bien la chose,
fet la pucele ranponeuse.
Or serai ge liee et joieuse
d’aler quel part que vos voldroiz,
c’or est il bien reisons et droiz
que ge vos sive volantiers
.viii. jorz ou.xv. toz antiers
ou.iii. semainnes ou.i. mois.
Or estes vos bien a hernois,
or seez vos sor boen destrier,
or sanblez vos bien chevalier
qui pucele doie conduire.
Or primes me voel ge deduire
de veoir voz maleürtez.
Vostre roncin.i. po hurtez
des esperons, si l’essaiez,
ne ja ne vos an esmaiez,
qu’il est mout roides et movanz.
Ge vos sivrai, qu’il est covanz
(387c.6951)
que ge ne vos lesserai ja
tant que honte vos avandra.
Por voir que vos n’i faudroiz mie. »
Et il li respont : « Bele amie,
vos diroiz ce que boen vos iert,
mes a dameisele n’afiert
que ele soit si mesdisanz
puis que ele a passé.x. anz ;
einz doit estre bien anseigniee
et cortoise et bien afeitiee.
— Chevaliers par male avanture,
de vostre anseignement n’ai cure,
mes alez et si vos teisiez,
c’or estes vos bien aeisiez
si con ge voloie veoir. »
Ensi chevauche jusqu’au soir
et si se teisent amedui.
Cil s’an va, et cele aprés lui,
qui ne set pas qu’il puisse feire
de son roncin don ne puet treire
cors ne galoz por nule painne.
Voelle il ou non, le pas le mainne ;
et s’il des esperons le bat,
et an.i. si dur trot l’anbat
que si li hoche la coraille
qu’il ne puet sofrir que il aille
plus que le pas an nule fin.
Ensi s’an va sor le roncin
par forez gastes et sostainnes
tant que il vint a terres plainnes
sor une riviere parfonde,
et fu lee que nule fonde
de mangonel ne de perriere
ne gitast oltre la riviere
ne arbaleste n’i tressist.
De l’autre part de l’eve sist
uns chastiax trop bien conpassez,
trop forz et trop riches asez,
ja ne quier que mantir m’an loise.
Li chastiax sist sor la faloise
et fu fermez par tel richesce
c’onques si riche forteresce
ne virent oel d’ome qui vive,
que sor une roche naïve
(387d.6995)
avoit.i. palés bien asis,
qui estoit toz de marbre bis.
Ot bien.v.c., et cent covertes,*
el palés fenestres overtes,*
de dames et de dameiseles
qui esgardoient devant eles
les prez et les vergiers floriz.
Les dameiseles de samiz
furent vestues, les plusors ;
bliauz de diverses colors
et dras de soie a or batuz
avoient les plusors vestuz.
Ensi les puceles s’esturent
as fenestres et si parurent
lor chief luisant et lor gent cors
si qu’an les veoit par defors
des les ceintures en amont.
Et la plus male riens del mont
que messire Gauvains menoit
vint a la riviere tot droit,
puis si s’areste et si descent
del petit palefroi baucent.
Et a la rive ot une nef
qui fu fermee a une clef
et estachiee a un perron.
An la nef ot.i. aviron.
La dameisele an la nef antre,
qui felon cuer avoit el vantre,
et aprés li ses palefroiz,
qui autel ot fet mainte foiz.
« Vassax, fet ele, descendez
et aprés moi ceanz antrez
atot vostre cheval roncin,
qui plus est meigres d’un poucin,
et desaencrez ce chalan,
que ja anterroiz an mal an
se tost ceste eve ne passez
ou se tost foïr ne poez.
— Avoi, dameisele, por coi ?
— Ne veez vos ce que ge voi,
fet ele ? Se le veïez,
chevaliers, mout tost fuireiez. »
Messire Gauvains maintenant
torne sa chiere et voit venant
(387e.7039)
.i. chevalier parmi la lande,
trestot armé, et si demande
a la pucele : « Or ne vos griet,
dites moi qui est cil qui siet
sor mon cheval que me toli
li traïtres cui ge gari
de ses plaies gehuir matin ?
— Gel te dirai, par saint Martin,
fet la pucele lieemant,
mes saiches bien veraiement
que ja por rien nel te deïsse
se point de ton bien i veïsse.
Mes por ce que ge sui seüre
qu’il vient por ta male avanture,
ne le te celerai ge pas.
Ce est li niés Greorreas,
qu’il anvoie ça aprés toi,
et si te dirai bien por coi,
puis que tu le m’as demandé.
Ses oncles li a comandé
qu’il te sive tant qu’il t’ait mort
et ta teste an presant li port.
Por ce te lo ge a descendre,
se tu la mort ne viax atandre.
Antre ceanz et si t’an fui.
— Certes ja ne fuirai por lui,
dameisele, ençois l’atandrai.
— Jamés certes nel te dirai,
fet la pucele, ençois m’an tais,
que biax poindres et biax eslais
feroiz ja devant les puceles. …*
Por vos lor abelist li estres
et por vos venues i sont.
Ja androit grant joie feront
quant el vos verront trebuchier !
Mout sanblez or bien chevalier
qui a autre doie joster,
que que il vos doie coster.
— Pucele, ja n’i ganchirai,
mes a l’ancontre li irai.
Et se ge recovrer pooie
mon cheval, mout liez an seroie. »
Tantost vers la lande s’an torne
et le chief de son cheval torne
(387f.7083)
vers celui qui par le sablon
venoit poingnant a esperon.
Et messire Gauvains l’atant,
si s’afiche si duremant
sor les estriés que il an ront
le senestre tot an reont,
et il a le destre guerpi,
s’atant le chevalier ensi,
c’onques li roncins ne se muet,
n’esperoner tant ne le puet
que il se voelle removoir.
« Ha ! Dex, fet il, con mal seoir
fet sor roncin a chevalier
qant il vialt d’armes esploitier !
Et totevoies vers lui broiche
sor le cheval qui pas ne cloiche
li chevaliers, et tel li done
de sa lance que ele arçone
et peçoie tot an travers,
si remaint an l’escu li fers.
Et messire Gauvains l’asane
an son escu enmi la pane,
si hurte si que il li passe
l’escu et le hauberc li quasse ;
si l’abat el sablon menu
et tant la main, s’a retenu
le cheval et saut an la sele.
Ceste avanture li fu bele,
s’an ot tel joie an son coraige
c’onques an trestot son aaige
ne fu si liez de tant d’afaire.
A la pucele s’an repaire,
que il avoit la amenee,
mes il ne l’a mie trovee,
ne de la nef ne de celi,
mes ce mout li desabeli
que il ensi l’avoit perdue,
si ne set qu’ele est devenue.
Que qu’il pansoit a la pucele,
si vit venir une nacele
que uns notoniers amenoit,
qui de vers le chastel venoit ;
et quant il fu venuz au port,
si dist : « Sire, ge vos aport
(388a.7127)
saluz de par ces dameiseles,
et avoec ce vos mandent eles
que vos mon fié ne me toilliez :
randez le moi, se vos daigniez. »
Et il respont : « Dex beneïe
tote ansanble la conpaignie
des dameiseles et puis toi.
Tu ne perdras ja rien par moi
ou tu puisses clamer droiture.
De toi tort faire n’ai ge cure.
Mes quel fié me demandes tu ?
— Sire, vos avez abatu
a cest port ci.i. chevalier
don ge doi avoir le destrier.
S’anvers moi ne volez mesprandre,
le destrier me devez vos randre. »
Et il respont : « Amis, cist fiés
me seroit ja a randre griés,
qu’a pié aler m’an covandroit.
— Avoi ! chevaliers, orandroit
vos tienent mout a desleal
et mout le tienent a grant mal
ces puceles que vos veez,
qant vos mon fié ne me randez,
c’onques n’avint ne fet ne fu
qu’a cest port eüst abatu
chevalier, por coi gel seüsse,
que ge le cheval n’an eüsse.
Ou, se ge le cheval ne oi,
au chevalier faillir ne poi. »
Et messire Gauvains li dit :
« Amis, prenez sanz contredit
le chevalier et si l’aiez.
— N’est pas ancor si maheigniez,
fet li notoniers, par ma foi ;
vos meïsmes, si con ge croi,
avreiez mout a fere au prandre,
se vos i oseiez antandre.
Et neporquant, se tant valez,
panre et amener le m’alez,
si seroiz quites de mon fié.
— Amis, se ge descent a pié,
porrai me ge fier an toi
de mon cheval garder a foi ?
(388b.7172)
— Oïl, fet il, seüremant.
Jel vos garderai leaument
et volantiers le vos randrai,
que ja vers vos n’an mesprandrai
de rien tant con ge soie vis.
Je le vos creant et plevis.
— Et je, fet il, le te recroi
sor ta fiance et sor ta foi. »
Tantost de son cheval descent,
si li comande, et cil le prant,
qui dit qu’a foi li gardera.
Et messire Gauvains s’an va,
l’espee treite, vers celui
qui n’a mestier de plus d’enui,
qu’il estoit si navrez el flanc
que mout avoit perdu del sanc.
Et messire Gauvains li passe :
« Sire, ne sai que vos celasse,
fet cil qui mout fu esmaiez,
car ge sui durement plaiez,
que de pis faire n’ai mestier.
Del sanc ai perdu.i. setier,
si me met an vostre merci.
— Or levez donc, fet il, de ci. »
Et cil se lieve a quelque painne,
et messire Gauvains l’an mainne
au notonier, qui l’an mercie.
Et messire Gauvains li prie
qu’il li die d’une pucele,
se il an set nule novele,
que il avoit la amenee,
quel part ele an estoit alee.
Et il dist : « Sire, ne vos chaille
de la pucele ou que ele aille,
que pucele n’est ele pas,
einz est pire que Sathenas,
car a cest port a fet tranchier
maintes testes a chevalier.
Mes se croire me voleiez,
huimés herbergier vanreiez
an tel ostel con est li miens,
que ne seroit pas vostre biens
de demorer a cest rivaige,
que c’est une terre sauvaige
(388c.7215)
tote plainne de granz mervoilles.
— Amis, quant tu le me consoilles,
a ton consoil me voel tenir,
que que il m’an doie avenir. »
Au los au notonier le fet,
que son cheval aprés lui tret.
An la nef antrent, si s’an vont,
a l’autre rive venu sont.
Pres de l’eve fu li ostex
au notonier, et si fu tex
que descendre i poïst uns cuens,
si fu mout aeisiez et buens.
Li notoniers son oste anmeinne
et son prison ; grant joie an meinne,
si grant joie con il plus puet.
De quanque a prodome estuet
fu messire Gauvains serviz :
ploviers et feisanz et perdriz
et veneison ot au soper,
et li vin furent fort et cler,
blanc et vermoil, novel et viez.
De son prisonier fu mout liez
li mariniers, et de son oste.
Qant ont mangié, et an lor oste
la table et il levent lor mains.
La nuit ot messire Gauvains
ostel et oste a sa devise,
qu’il prist mout an gré le servise
au notonier et mout li plot.
L’andemain, si tost con il pot
veoir que li jorz aparut,
si se leva si con il dut,
qu’acostumé l’avoit ensi ;
et li notoniers avoec li
se leva por amor de lui,
et furent apoié andui
as fenestres d’une tornele.
La contree, qui mout fu bele,
esgarda messire Gauvains
et vit les forez et les plains
et le chastel sor la faloise.
« Ostes, fet il, s’il ne vos poise,
demander vos voel et anquerre
qui est sires de ceste terre
(388d.7259)
et de cest chastel ci alués. »
Et li ostes li respont lués :
« Sire, nel sai. — Vos nel savez ?
C’est mervoille, que dit m’avez,
que del chastel estes sergenz
et s’an avez rantes mout granz,
ne ne savez qui an est sire !
— Por voir, fet il, le vos puis dire
que je nel sai ne ne soi onques.
— Biax ostes, or me dites donques
qui desfant le chastel et garde.
— Sire, il i a mout bone garde,
.v.c. que ars que arbalestes,
qui toz jorz sont de trere prestes.
Se nus i voloit rien forfaire,
ja ne fineroient de traire
ne ja ne seroient lassees,
par tel engin sont conpassees.
Et tant vos dirai del covine,
que il i a une reïne
mout gentil dame et haute et sage,
et si est de mout haut parage.
La reïne, atot son tresor
que ele avoit d’argent et d’or,
s’an vint an cest païs menoir
et si a fet si fort menoir
con vos poez veoir ici ;
et si amena avoec li
une dame qu’ele tant ainme
que reïne et fille la clainme.
Et cele i a une autre fille,
qui son linage pas n’aville
ne nule honte ne li fait,
ne ge ne cuit que soz ciel ait
plus bele ne mialz afeitiee.
Et la sale est mout bien gaitiee
par art et par anchantement,
que vos savroiz prochenemant
se vos plest que ge le vos die.
Uns sages clers d’astrenomie,
que la reïne i amena,
an cest grant palés qui est ça
a fet unes si granz mervoilles
c’onques n’oïstes les paroilles
(388e.7303)
n’ainz mes n’an oïstes parler ;
que chevaliers n’i puet ester
une liuee vis ne sains
qui de coardie soit plains
ne qui ait an lui nul mal vice
de losange ne d’avarice.
Coarz ne traïtes n’i dure,
ne foimantie ne parjure :
cil i muerent si a delivre
qu’il n’i pueent durer ne vivre.
Mes il i a vaslez asez,
de maintes terres amassez,
qui por armes servent leanz,
bien en i a jusqu’a.v.c.,
les uns barbez, les autres non,
.c. qui n’ont barbe ne grenon,
et.c. autres cui barbes poignent,
et.c. qui reent et reongnent,
et.c. qui sont meslé de chenes ;
et s’i a dames ancienes,
qui n’ont ne mariz ne seignors,
einz sont de mariz* et d’enors
desheritees a grant tort,
puis que lor mari furent mort,
et dameiseles orfelines,
qui sont avoec les.ii. reïnes,
qui a mout grant enor les tienent.
Tex genz vont el chastel et vienent,
s’atandent une grant folie
qui ne porroit avenir mie,
qu’il atandent que leanz veigne
uns chevalier qui les mainteigne,
qui doigne as puceles seignors
et rande as dames lor enors
et des vaslez chevaliers face.
Mes ainz sera la mers de glace
que l’an.i. tel chevalier truisse
qui el palés demorer puisse,
qu’il le covandroit a devise
saige et large, sanz coveitise,
bel et franc, hardi et leal,
sanz vilenie et sanz nul mal.
S’uns tex en i pooit venir,
cil porroit le palés tenir
(388f.7347)
et randroit as dames lor terres
et feroit pes de maintes guerres.
Les puceles marieroit
et les vaslez adoberoit
et osteroit sanz nul delais
les anchantemenz del palais. »
Monseignor Gauvain ces noveles
plorent et mout li furent beles.
« Ostes, fet il, alons aval,
et mes armes et mon cheval
me fetes sanz demore randre,
car ge ne voel ci plus atandre,
einz m’an irai. — Sire, quel part ?
Car sejornez, se Dex vos gart,
hui et demain et plus ancores.
— Ostes, ce ne sera pas ores,
que beneoiz soit vostre ostex !
Einz m’an irai, si m’aïst Dex,
veoir les dames qu’eles font
et les mervoilles qui la sont.
— Teisiez, sire ! Ceste folie,
se Deu plest, ne feroiz vos mie,
mes creez moi, si remenez.
— Ostes, fet il, vos me tenez
por recreant et por coart !
Ja puis Dex n’en ait an moi part
que ge nul consoil an cresrai !
— Par foi, sire, et ge m’an terai,
que ce seroit poinne gastee.
Quant li alers tant vos agree,
vos i eroiz, don mout m’enuie,
s’est droiz que ge vos i conduie,
qu’autres conduiz, ce sachiez bien,
ne vos i valdroit nule rien.
Mes.i. don voel de vos avoir.
— Ostes, quel don ? Jel voel savoir.
— Einz le m’avroiz acreanté.
— Biax ostes, vostre volanté
ferai, mes que honte n’i aie. »
Lors comande que l’an li traie
fors de l’estable son destrier
tot atorné por chevauchier,
et ses armes a demandees,
et eles li sont aportees.
(389a.7391)
Lors s’arme et monte, si s’an torne,
et li notoniers se ratorne
de monter sor son palefroi,
qui conduire le vialt a foi
la ou il va contre son gré.
Tant vont que au pié del degré
qui estoit devant le palais
truevent sor un trossel de glais
.i. eschacier tot seul seant,
qui avoit eschace d’argent
et desus estoit bien doree
et fu de leus an leus bandee
d’or et de pierres precieuses.
N’avoit mie ses mains oiseuses
li eschaciers, car il tenoit
un quanivet et si doloit
.i. petit bastonet de fresne.
Li eschaciers de rien n’aresne
ces qui par devant lui s’an vont
ne cil.i. mot dit ne li ont.
Et li notoniers a lui tire
monseignor Gauvain et dit : « Sire,
de cest eschacier que vos sanble ?
— S’eschace n’est mie de tranble,
fet messire Gauvains, par foi,
que mout m’est bel ce que je voi.
— Enon Deu, fet li notoniers,
il est riches, li eschaciers.
de mout granz rantes et de beles !
Vos oïssiez ja tex noveles
qui vos enuiassent mout fort,
se ne fust ce que ge vos port
conpaignie et si vos condui. »
Ensi s’an passent anbedui
tant qu’il sont el palés venu,
dont l’antree mout haute fu
et les portes riches et beles,
que tuit li gon et les verdes*
furent d’or fin, tesmoing l’estoire.
L’une des portes fu d’ivoire,
bien antailliee par desus ;
l’autre porte fu d’ebenus,
autresi par desus ovree,
et fu chascune anluminee
(389b.7435)
d’or et de pierres de vertu.
Li pavemanz del palés fu
verz et vermauz, yndes et pers ;
de totes colors fu divers,
mout bien ovrez et bien poliz.
Enmi le palés fu uns liz
ou n’avoit nule rien de fust,
ne n’i ot rien qui d’or ne fust,
fors que les cordes seulemant,
qui estoient totes d’argent.
Del lit nule fable ne faz,
car a chascun des antrelaz
ot une campane pandue.
Desor le lit ot estandue
une grant coste de samit ;
a chascun des quepouz del lit
ot.i. escharbocle fermé,
qui gitoient mout grant clarté,
mout plus que.iiii. cierge espris.
Li liz fu sor gocez asis
qui mout rechignoient lor joes ;
et li gocet, sor.iiii. roes,
erent si isnel et movant
qu’a.i. seul doi partot leanz
de l’un chief jusqu’a l’autre alast
li liz, qui.i. po le botast.
Tex fu li liz, qui voir an conte,
c’onques ne por roi ne por conte
ne fu tex fez ne n’iert jamés ;
et fu toz coverz li palés.
Del palés voel que l’an me croie
qu’il n’i a nule rien de croie.
De marbre furent les meisieres ;
de bone oevre et de colors chieres,
si clere, qui garde i preïst,
que parmi l’ivoire veïst
toz ces qui el palés antrassent
et parmi la porte passassent.
L’yvoires fu painz a colors,
des plus beles et des mellors
que l’an poïst dire ne fere.
Ne voel or mie tot retrere
ne devisier totes les choses.
El palés ot fenestres closes
(389c.7479)
bien.iiii.c., et cent overtes.
Messire Gauvains tot a certes
le palés regarder ala
et sus et jus et ça et la.
Qant il ot partot esgardé,
s’a le notonier apelé
et dit : « Biax ostes, ge ne voi
ceanz nule chose por coi
cist palés face a redoter
que l’an n’i doie bien antrer.
Or dites qu’i antandeiez,
qui si fort me desfandeiez
que ge n’i venisse veoir.
An cest lit me voel ge seoir
et reposer.i. seul petit,
c’onques ne vi si riche lit.
— Ha ! biau sire, Dex vos an gart
que vos n’aprochiez cele part !
Car se vos i aprocheiez,
de la poior mort morreiez
c’onques chevaliers morist onques.
— Ostes, et que ferai ge donques ?
— Quoi, sire ? Ce vos dirai gié,
qant ge vos voi ancoragié
de vostre vie retenir.
Qant vos deüstes ça venir,
vos demandai an mon ostel
.i. don, mes ne seüstes quel.
Or vos voel ge le don requerre,
que vos railliez an vostre terre,
si conteroiz a voz amis
et as genz de vostre païs
c’un tel palés veü avez
que nul si riche ne savez,
ne vos ne autres ne le set.
— Donc dirai ge que Dex me het
et que ge sui honiz ansanble.
Neporquant, ostes, il me sanble
que vos le dites por mon bien.
Mes ge n’an lesseroie rien
que ge el lit ne m’aseïsse
et les puceles ne veïsse
que hersoir apoiees vi
par les fenestres qui sont ci. »
(389d.7523)
Cil, qui por mialz foïr recule,
li respont : « Vos n’an verroiz nule,
des puceles don vos parlez !
Mes tot ausi vos an ralez
con vos estes venuz ceanz,
que del veoir est il neanz,
a oés vostre oés, por nule rien ;
se vos voient eles mout bien
parmi les fenestres verrines,
les dameiseles, les reïnes
et les dames, se Dex me gart,
qui sont es chanbres d’autre part.
— Par foi, fet messire Gauvains,
el lit me serrai ge au mains,
se ge les puceles ne voi,
que ge ne pans mie ne croi
que tex liz fez estre deüst
se por ce non qu’an i geüst,
ou gentix hom ou haute dame ;
et ge m’i serrai ja, par m’ame,
que que il m’an doie avenir ! »
Cil voit qu’il nel puet retenir,
si lesse la parole ester,
et qu’il ne puet mie arester
el palés tant que il le voie
el lit seoir, einz tint sa voie
et dit : « Sire, de vostre mort
m’enuie mout et poise fort,
que onques chevaliers n’i sist,
an ce lit, que il ne morist ;
que c’est li Liz de la Mervoille,
ou nus ne dort ne ne somoille
ne n’i repose ne n’i siet
que jamés sains ne vis an liet.
De vos est il mout granz domaiges,
se i leiroiz la teste an gaiges
sanz rachat et sanz reançon.
Qant par amor ne par tançon
ne vos an puis mener de ci,
Dex ait de vostre ame merci. »
Atant fors del palés s’an ist,
et messire Gauvains s’asist
el lit si armez con il fu,
et ot a son col son escu.
(389e.7567)
An l’aseoir que il a fet,
et les cordes gietent.i. bret
et totes les quanpanes sonent
si que tot le palés estonent,
et totes les fenestres oevrent
et les mervoilles se descoevrent
et li anchantement aperent ;
que par les fenestres volerent
quarriax et saietes leanz,
si an ferirent ne sai quanz
monseignor Gauvain an l’escu,
mes il ne sot que l’ot feru.
Li anchantemenz tex estoit
que nus hom veoir nel pooit,
de quel part li quarrel venoient,
ne li archier qui les treoient.
Et ce poez vos bien antandre
que grant escrois ot au destandre
des arbalestes et des ars.
N’i volsist estre por mil mars
messire Gauvains a cele ore,
mes les fenestres an po d’ore
reclostrent, que nus nes bota,
et messire Gauvains osta
les quarriax qui feru estoient
an son escu et si l’avoient
an plusors leus navré el cors
si que li sans an sailloit fors.
Ençois qu’il les eüst toz trez,
li refu sorz uns autres plez,
que uns vilains d’un pel feri
an.i. huis, et li huis ovri ;
et uns lyons mout mervellos
et forz et fiers et famellos
parmi l’uis de la chanbre saut
et monseignor Gauvain assaut
par grant corroz et par grant ire,
que tot ausi con parmi cire
totes ses ongles li anbat
an son escu et si l’abat
si qu’a genolz venir le fet.
Et il saut sus tantost et tret
fors del fuerre la bone espee
et fiert si qu’il li a colpee
(389f.7611)
la teste et amedeus les piez.
Lors fu messire Gauvains liez,
que li pié remestrent pandu
par les ongles an son escu
si que li uns remest pandanz
et li autres parut dedanz.
Qant il ot le lyon ocis,
si se rest sor le lit assis,
et ses ostes o liee chiere
vint tantost el palés arriere ;
si le trova el lit seant
et dit : « Sire, ge vos creant
que vos n’avez mes nule dote.
Ostez vostre armeüre tote,
que les mervoilles del palés
sont remeses a tozjorz mes
par vos qui estes ci venuz.
Et des juenes et des chenuz
seroiz serviz et enorez
ceanz, don Dex soit aorez ! »
Atant vindrent vaslet a flotes,
et tuit mout bien vestu de cotes,
si se metent tuit a genolz
et dïent tuit : « Biax sire dolz,
noz servises vos presantomes
con a celui que nos avomes
mout atandu et desirré,
que mout vos avez demoré
a oés nostre oés, ce m’est avis. »
Maintenant li uns d’ax l’a pris,
si le comance a desarmer,
et li autre vont establer
son cheval qui defors estoit.
Et que que il se desarmoit,
une pucele antre leanz,
qui mout ert bele et avenanz,
sor son chief un cercelet d’or,
don li chevol estoient sor
autant come li ors ou plus.
La face ot blanche, et par desus
l’ot anluminee Nature
d’une color vermoille et pure.
La pucele fu mout adroite,
bele et bien fete, longue et droite.
(390a.7655)
Aprés li venoient puceles
assez, autres, gentes et beles ;
et uns toz seus vaslez i vint,
qui une robe a son col tint,
cote et mantel et sorecot.
Pane d’ermine el mantel ot
et sebelin noir come more,
et la coverture desore
fu d’une sanguine vermoille.
Messire Gauvains se mervoille
des puceles qu’il vit venir,
et ne se puet mie tenir
qu’ancontre eles ne saille an piez,
et dit : « Puceles, bien vaigniez ! »
Et la premiere li ancline
et dit : « Ma dame la reïne,
biax sire chiers, saluz vos mande,
et a totes si nos comande
que por lor droit seignor vos teignent
et que totes servir vos veignent.
Je vos promet le mien servise
tote premiere sanz faintise ;
et les puceles qui ci vienent
totes por lor seignor vos tienent,
que mout desirré vos avoient
et sont liees quant eles voient
le mellor de toz les prodomes.
Or n’i a plus mes que nos somes
de vos servir aparelliees. »
Maintenant sont agenoilliees
trestotes et si li anclinent
come celes qui se destinent
a lui servir et enorer.
Et il les fet sanz demorer
relever et puis asseoir,
que mout li pleisent a veoir,
auques por ce que beles sont,
et plus por ce que eles font
de lui lor prince et lor seignor.
Joie a, c’onques mes n’ot greignor,
de l’enor que Dex li a fete.
Lors s’est la pucele avant trete,
cele qui premiers fu venue,
et monseignor Gauvain salue
(390b.7699)
et dit : « Ma dame vos anvoie
a vestir, ainz qu’ele vos voie,
ceste robe, que ele cuide,
come cele qui n’est pas vuide
de corteisie ne de san,
que grant travail et grant ahan
et grant enui eü avez.
Mes vestez la, si l’assaiez,
s’ele est bone a vostre mesure,
qu’aprés le chaut de la froidure
se gardent cil qui saige sont,
que maint ansancmeslé an sont.
Por ce ma dame la reïne
vos anvoie robe d’ermine
que froidure mal ne vos face,
qu’ausi con l’eve devient glace,
betist li sans et prant ansanble
aprés le chaut, quant li hom tranble. »
Et messire Gauvains respont,
come li plus cortois del mont :
« Ma dame la reïne saut
cil sire an cui nul bien ne faut,
et vos come la bien parlanz
et la cortoise et l’avenanz !
Mout est, ce cuit, la dame sage,
qant si cortois sont si message.
Ele set bien que a mestier
et que covient a chevalier
quant ele, la soe merci,
robe a vestir m’anvoie ci.
Merciez l’an mout de par moi.
— Si ferai ge, sire, par foi,
fet la pucele, volantiers,
et vos porroiz andemantiers
vestir et esgarder ces estres
de cest païs par ces fenestres ;
puis porroiz, se vos plest, monter
an cele tor por esgarder
forez et plainnes et rivieres
tant que ge revanrai arrieres. »
Atant la pucele s’an torne.
et messire Gauvains s’atorne
de la robe, qui mout fu riche,
et son col d’un fermail afiche
(390c.7743)
qui pandoit a la cheveçaille.
Puis a talant que veoir aille
les estres qui an la tor sont.
Antre lui et son oste mont,
si s’an montent par une viz
ancoste le palés vostiz
tant qu’il vindrent an son la tor
et virent le païs antor,
plus bel que nus ne porroit dire.
Messire Gauvains tot remire
les rivieres et terres plainnes
et les forez de bestes plainnes,
s’an a son oste regardé
et si li dist : « Ostes, ostes*, par Dé,
ci me plest mout a converser
por aler chacier et berser
an ces forez ci delez nos.
— Sire, de ce vos poez vos,
fet li notoniers, mout bien tere,
que j’ai oï sovant retrere
que cil cui Dex tant ameroit
que l’an ceanz le clameroit
mestre et seignor et avoé,
qu’il est establi et voé
qu’il jamés de ceste meison
n’istroit, ou fust torz ou reison.
Por ce ne vos covient parler
ne de chacier ne de berser,
que ceanz avez le sejor ;
jamés n’an istroiz a nul jor.
— Ostes, fet il, teisiez vos an !
Ja me gitereiez del san
se plus dire le vos ooie.
Si m’aïst Dex, ge ne porroie
jusqu’a.vii. jorz vivre ceanz
ne plus que jusqu’a.vii.xx. anz,
por ce que ge ne m’an ississe
totes les foiz que ge volsisse. »
Atant s’an est jus avalez,
si s’an rest el palés antrez.
Mout correciez et mout pansis
se rest desor le lit assis
a chiere mout pansive et morne,
tant que la pucele retorne
(390d.7787)
qui devant esté i avoit.
Qant messire Gauvains la voit,
si s’est ancontre li dreciez
si con il estoit correciez,
si l’a maintenant salüee ;
et cele vit qu’il ot müee
la color et la contenance,
si parut bien a sa sanblance
qu’il ert iriez d’aucune chose,
mes sanblant fere ne l’an ose,
einz dit : « Sire, quant vos pleira,
ma dame veoir vos vanra.
Et li mangiers est atornez,
si mangeroiz, se vos volez,
ou ça aval ou la amont. »
Et messire Gauvains respont :
« Bele, ge n’ai de mangier cure.
Li miens cors ait male avanture
quant mangerai ne n’avrei joie
devant qu’autre* noveles oie
don ge me puisse resjoïr,
que grant mestier ai de l’oïr. »
La pucele, mout esbaïe,
s’an est maintenant repeirie ;
et la reïne l’an apele,
si li demande quel novele :
« Bele niece, fet la reïne,
de quel estre, de quel covine
avez le boen seignor trové
que Dex nos a ceanz doné ?
— Ha ! gentix reïne enoree,
de duel sui morte et acoree
del franc chevalier debonaire
dom an ne puet parole traire
qui ne soit de corroz ou d’ire.
Et le por coi ne vos sai dire,
qu’il nel m’a dit ne ge nel sai
ne demander ne li osai.
Mes bien vos sai dire de lui
que la premiere foiz gehui
le trovai si bien afeitié,
si bien parlant et anseignié
qu’an ne s’an pooit saoler,
de ses paroles escoter
(390e.7831)
ne de veoir sa bele chiere ;
or est si toz d’autre meniere
qu’il voldroit estre morz, ce cuit.
Il ne voit rien ne li enuit.
— Ma niece, or ne vos esmaiez,
que il sera toz rapaiez
maintenant que il me verra.
Ja si grant ire el cuer n’avra
que tost ne l’an aie fors mise
et grant joie an leu d’ire mise. »
Lors s’est la reïne esmeüe,
si s’an est el palés venue,
et l’autre reïne avoec li,
cui li alers mout abeli,
et si menerent avoec eles
bien.c.l. dameiseles
et autretant vaslez au mains.
Tantost que messire Gauvains
voit la reïne qui venoit
et l’autre par la main tenoit,
et ses cuers li dit et devine
que ce estoit cele reïne
dom il avoit oï parler ;
mes asez le puet deviner
a ce qu’il vit les treces blanches
qui li pandoient sor les hanches,
et fu d’un diapre vestue,
blanc a fil d’or, d’uevre menue.
Qant messire Gauvains l’esgarde,
d’aler contre li ne se tarde,
si la salue et ele lui.
Ele li dist : « Sire, ge sui
dame aprés vos de cest palés.
La seignorie vos an lés,
que mout l’avez bien desservie.
Mes estes vos de la mesnie
le roi Artus ? — Dame, oïl voir.
— Et estes vos, gel voel savoir,
des chevaliers de l’eschargaite,
qui ont mainte proesce faite ?
— Dame, nenil. — Bien vos an croi.
Et estes vos, dites le moi,
de ces de la Table Reonde,
des meillors chevaliers del monde ?
(390f.7875)
— Dame, fet il, ge n’oseroie
dire que des plus prisiez soie.
Ne me faz mie des meillors
ne ne cuit estre des peiors. »
Et ele li respont : « Biau sire,
grant corteisie vos oi dire,
qui ne vos ametez le pris
del mialz, ne del blasme le pis.
Mes or me dites del roi Lot,
de sa fame quant filz il ot.
— Dame,.iiii. — Or les me nomez.
— Dame, Gauvains est li ainznez,
et li seconz est Agravains,
li Orguilleus as dures mains ;
Kaeriez et Gaerés
ont non li altre dui aprés. »
Et la reïne li redist :
— Sire, se Damedex m’aïst,
ensi ont il non, ce me sanble.
Car pleüst Deu que tuit ansanble
fussent or ci avoeques nos !
Or me dites, conuissiez vos
le roi Urien ? — Dame, oïl.
— Et a il a la cort nul fil ?
— Dame, oïl,.ii. de grant renon.
Li uns messire Yveins a non,
li cortois, li bien afeitiez.
Tot le jor an sui plus heitiez
quant au matin veoir le puis,
tant sage et tant cortois le truis.
Et li autres a non Yvains,
qui n’est pas ses freres germains,
por ce l’apele l’an Avoutre,
que cil toz les chevaliers outre
qui meslee prenent a lui.
Cil sont a la cort amedui
mout preu, mout sage et mout cortois.
— Biax sire, fet ele, li rois
Artus, comant se contient ore ?
— Mialz qu’il ne fist onques ancore,
plus sains et plus haitiez, plus forz.
— Par foi, fet el, ce n’est pas torz.
Il est anfes, li rois Artus.
S’il a.c. anz, il n’a pas plus
(391a.7919)
ne plus ne puet il pas avoir.
Mes ancor voel de vos savoir
que vos me dites seulemant
de l’estre et del contenement
la reïne, s’il ne vos poise.
— Certes, dame, tant est cortoise
et tant est bele et tant est sage
que Dex ne fist loi ne lengage
ou l’an trovast si sage dame.
Puis que Dex la premiere fame
ot de la coste Adan formee,
ne fu dame si renomee ;
et ele le doit mout bien estre,
qu’ausins come li sages mestre
les petiz anfanz andoctrine,
ausi ma dame la reïne
tot le monde anseigne et aprant,
que de li toz li biens descent,
car de li vient et de li muet.
De ma dame partir ne puet
nus qui desconselliez s’an aut,
qu’ele set bien que chascuns vaut
et que an doit a chascun fere
por ce qu’ele li doie plere.
Nus hom bien ne enor ne fait
a cui ma dame apris ne l’ait,
ne ja nus n’iert si desheitiez
qui de ma dame parte iriez.
— Nel feroiz feroiz* vos, sire, de moi.
— Dame, fet il, bien vos an croi
que ençois que ge vos veïsse
ne me chaloit que ge feïsse,
tant estoie maz et dolanz.
Or sui si liez et si joianz
que ge nel porroie plus estre.
— Sire, par Deu qui me fist nestre,
fet la reïne as blanches treces,
ancor dobleront voz leeces
et crestra vostre joie adés,
et si ne vos faudra jamés.
Et quant vos estes bauz et liez,
li mangiers est aparelliez,
si mangeroiz quant vos pleira,
an quelque leu que vos serra :
(391b.7963)
se vos plest, ceisus mangeroiz,
et, s’il vos plest, vos an vanroiz
an mes chanbres leanz mangier.
— Dame, je ne quier ja changier
por nule chanbre cest palés,
que l’an me dit que onques mes
chevaliers n’i manja ne sist.
— Non, sire, qui vis an rissist
ne qui vis i demorast mie
une liuee ne demie.
— Dame, donc i mangerai gié,
se vos m’an donez le congié.
— Sire, gel vos doing volantiers,
et vos seroiz toz li premiers
chevaliers qui mangié i a. »
Atant la reïne s’an va,
si li lesse de ses puceles
bien.c.l. des plus beles,
qui el palés lez lui mangierent,
sel servirent et losangierent
de quanque li vint a talant.
Vaslet servirent plus de cent
au mangier, don li un estoient
tuit chenu…*
…* et li autre non ;
li altre barbe ne grenon
n’avoient, et de cez li dui
furent a genolz amedui,
si servi li uns del taillier
et li autres del vin baillier.
Messire Gauvains coste a coste
fist devant lui mangier son oste,
et li mangiers ne fu pas corz,
qu’il dura plus que uns des jorz
antor Natevité ne dure,
qu’il fu nuiz serree et oscure
et mout i ot ars gros tortiz
einz que li mangiers fust feniz.
Aprés mangier, einz qu’il colchassent,
de joie faire tuit se lassent
por lor seignor qu’il ont mout chier.
Ençois* que il s’alast colchier,
si jut el Lit de la Mervoille.
.I. orellier desoz s’oroille
(391c.8007)
une dameisele li mist,
qui ilueques dormir le fist ;
et l’andemain au resvellier
li ot an fet aparellier
robe d’ermine et de samit.
Li notoniers devant son lit
au matin vint, sel fist lever
et vestir et ses mains laver.
A son lever fu Clarissanz,
la granz, la bele, l’avenanz,
la sage, la bien anparlee.
An la chanbre s’an est alee
devant la reïne s’aiole,
qui li demande et si l’acole :
« Niece, foi que vos me devez,
est vostre sire ancor levez ?
— Oïl, dame, mout a grant piece.
— Et ou est il, ma bele niece ?
— Dame, an la tornele en ala,
ne sai se puis en avala.
— Niece, je voel aler a lui,
et, se Deu plest, n’avra meshui
se bien non et joie et leesce. »
Tantost la reïne se dresce,
que talant a que a lui aut,
tant qu’ele le trova an haut,
as fenestres d’une tornele
ou esgardoit une pucele
qui venoit tot aval.i. pré,
et.i. chevalier vit armé.
La ou il ert an son esgart,
atant ez vos de l’autre part
les.ii. reïnes coste a coste ;
monseignor Gauvain et son oste
ont a.ii. fenestres trovez.
— Sire, bien soiez vos levez,
font les reïnes amedeus.
Cist jorz vos soit liez et joieus,
ce doint icil glorieus pere
qui de sa fille fist sa mere.
— Dame, grant joie vos doint cil
qui an terre anvea son fil
por essaucier crestianté.
Mes, s’il vos vient a volanté,
(391d.8051)
.i. po venez a la fenestre
et si me dites qui puet estre
une pucele qui vient ci,
s’a.i. chevalier avoec li
et porte.i. escu de cartiers.
— Ge le vos dirai volantiers,
fet la reïne qui l’esgarde.
Ce est cele cui max feus arde,
qui ersoir vos amena ça.
Mes de li ne vos chaille ja,
qu’ele est trop male et trop vilainne.
Del chevalier que ele mainne
vos pri ge que il ne vos chaille,
que il est chevaliers sanz faille
sor toz chevaliers corageus.
Sa bataille n’est mie a geus,
que maint chevalier a ce port
a, veant moi, conquis et mort.
— Dame, fet il, ge voel aler
a la dameisele parler,
se vos m’an donez le congié.
— Sire, ne place Deu que gié
de vostre mal congié vos doingne.
Lessiez aler an sa besoigne
la pucele male enuieuse.
Ja, se Deu plest, por tel oiseuse
n’istroiz vos ja de cest palés.
Vos n’an devez issir jamés,
se vos tort ne nos volez fere.
— Avoi, reïne debonere !
Or m’avez vos mout esmaié.
Je m’an tanroie a mal paié
del chastel se ja n’an issoie.
Ne place Deu que ja i soie
ensi longuement prisoniers.
— Ha ! dame, fet li notoniers,
lessiez li fere tot son buen.
Ja nel retenez mal gré suen,
qu’il an porroit de duel morir.
— Et ge l’an lesserai issir,
fet la reïne, par covant
que, se Dex de mort le desfant,
qu’il revanra ancor enuit.
— Dame, fet il, ne vos enuit,
(391e.8095)
que ge revandrai se ge puis.
Mes.i. don vos demant et ruis,
se vos plest et vos comandez,
que vos mon non ne demandez
devant.viii. jorz, si ne vos griet.
— Et ge, sire, puis qu’il vos siet,
m’an soferrai, fet la reïne,
qu’avoir ne voel vostre haïne.
Si fust ce la chose premiere
don ge vos feïsse proiere,
que vostre non me deïssiez,
se desfandu nel m’eüssiez. »
De la tornele ensi descendent,
et vaslet corent, si li randent
ses armes por armer son cors,
et son cheval li ont trait fors,
et il i monte toz armez,
si s’an est jusqu’au port alez,
et li notoniers avoec lui ;
s’antrent an.i. batel andui,
si nagierent si fort a brive
que venu sont a l’autre rive,
et messire Gauvains s’an ist.
Et li autres chevaliers dist
a la pucele sanz merci :
« Amie, cest chevalier ci
qui vient armez ancontre nos,
dites moi, conuissiez le vos ? »
Et la pucele dit : « Nenil,
mes ge sai bien que ce est cil
qui hier m’amena ceste part. »
Et cil respont : « Se Dex me gart,
autre n’aloie ge querant.
Peor en ai eü mout grant
que il ne me fust eschapez,
qu’ainz chevaliers ne passa mer*,
ne passa les porz de Galvoie,
se tant avient que ge le voie
et que ge devant moi le truisse,
que ja aillors vanter se puisse
qu’il soit de cest païs venuz.
Cist ert bien pris et retenuz,
puis que Dex veoir le me lesse. »
Tantost li chevaliers s’eslesse
(391f.8139)
sanz desfiance et sanz menace,
le cheval point, l’escu anbrace.
Et messire Gauvains s’adresce
vers lui, sel fiert si qu’il le blesce
el braz et el costé mout fort ;
mes ne fu pas navrez a mort,
que si bien se tint li haubers
c’onques n’i pot passer li fers,
fors que de la pointe an somet
plain doi dedanz le cors li met,
sel porte a terre. Et cil relieve,
si voit son sanc, qui mout li grieve,
que par le braz et par le flanc
li coroit uns randons de sanc.
Si li cort a l’espee sore,
mes lassez fu an mout po d’ore
si qu’il ne se pot sostenir,
einz l’estut a merci venir.
Et messire Gauvains an prant
la fiance et puis si le rant
au notonier, qui l’atandoit.
Et la male pucele estoit
de son palefroi descendue.
Il vient a li, si la salue
et dit : « Remontez, bele amie,
qu’ainsi ne vos lesserai mie,
einz vos anmanrai avoec moi
oltre cele eve ou passer doi.
— Haï ! fet ele, chevaliers,
con or vos feites bauz et fiers !
Vos eüssiez bataille assez
se mes amis ne fust lassez
de viez plaies qu’il a eües.
Mout fussent voz jengles cheües,
n’eüssiez or mie tant jengle,
plus fussiez muz que maz an engle.
Mes or me reconuissiez voir :
cuidiez vos mialz de lui valoir
por ce que abatu l’avez ?
Sovant avient, bien le savez,
que li foibles abat le fort.
Mes se vos lesseiez cest port
et ansanble o moi veniez
vers cel arbre et vos feisiez
(392a.8183)
une chose que mes amis,
que vos avez an la nef mis,
feisoit por moi quant je voloie,
adonques vos tesmoingneroie
que vos vaudreiez mialz que il
ne ne vos avroie plus vil.
— Por aler, fet il, jusque la,
pucele, ne remanra ja
que vostre volanté ne face. »
Et cele dit : « Ja Dex ne place
que ge retorner vos an voie ! »
Atant se metent a la voie,
ele devant et il aprés.
Et les puceles del palés
et les dames lor chevox tirent
et lor dras ronpent et dessirent ;
et dïent : « Ha ! lasses cheitives,
por coi somes nos or tant vives,
quant nos veons aler celui
a sa honte et a son enui
qui nostre sires devoit estre ?
La male pucele l’adestre,
si l’an mainne, la deputaire,
la don chevaliers ne repaire.
Lasses, tant somes acorees
qui si buer estions or nees,
que Dex anveié nos avoit
celui qui toz les biens savoit,
celui an cui ne failloit riens,
ne hardemenz ne autres biens. »
Ensi lor duel celes feisoient
por lor seignor qu’eles veoient
sivre la male dameisele.
Soz l’arbre vienent cil et cele,
et quant il furent venu la,
messire Gauvains l’apela :
« Pucele, fet il, or me dites
se ge puis ancor estre quites.
Se il vos plest que ge plus face,
einz que ge perde vostre grace,
le ferai ge, se j’onques puis. »
Et la pucele li dist puis :
« Veez vos or ce gué parfont,
don les rives si hautes sont ?
(392b.8227)
Mes amis passer i soloit.
— Mes ge ne sai ou li guez soit !
La rive est trop haute, ce dot,
et li guez trop parfonz partot,
Si qu’an n’i porroit avaler.
— Vos n’i oseriez antrer,
fet la pucele, bien le sai.
Onques certes nel me pansai
que vos tant de cuer eüssiez
que ja passer i osessiez,
que ce est li Guez Perilleus
que nus, se trop n’est mervelleus,
n’ose passer por nule painne. »
Tantost jusqu’a la rive amainne
messire Gauvains son cheval
et voit l’eve parfonde aval
et la rive contremont droite,
mes la riviere fu estroite.
Quant messire Gauvains la voit,
si dit que ses chevax avoit
maint greignor fossé tressailli
et panse qu’il avoit oï
dire et conter an plusors leus
que cil qui del Gué Perilleus
porroit passer l’eve parfonde,
qu’il avroit tot le pris del monde.
Lors s’esloigne de la riviere
et vient toz les galoz arriere
por saillir oltre ; mes il faut,
qu’il ne prist mie bien son saut,
si sailli droit enmi le gué,
et ses chevax a tant noé
qu’il prist terre de.iiii. piez,
si s’est por saillir afichiez.
Si bien s’afiche que il saute
sor la rive, qui mout fu haute.
Qant sor la rive fu venuz,
si s’est toz coiz an piez tenuz,
c’onques ne se pot removoir ;
ençois covint par estovoir
monseignor Gauvain a descendre,
que mout trova son cheval tandre.
Et il est descenduz tantost
et s’a talant que il li ost
(392c.8271)
la sele ; et il li a ostee
et por essuier acostee.
Quant li preitrax li fu ostez,
l’eve del dos et des costez
et des janbes li abat jus.
Puis met la sele et monte sus,
si s’an vet le passet petit
tant que.i. seul chevalier vit
qui gibeçoit d’un esprevier.
El pré devant le chevalier
avoit.iii. chiennez a oisiax.
Li chevaliers par fu tant biax
qu’an nel porroit dire de boche.
Qant messire Gauvains l’aproche,
biax fu sor tote criature.
« Dex vos doint hui bone avanture. »
Et cil fu de respondre iniax :
« Tu es li boens, tu es li biax.
Mes di moi, se ne te dessiee,
comant tu as seule lessiee
la male pucele de la.
Sa conpaingnie ou en ala ?
— Sire, fet il, uns chevaliers
qui porte.i. escu de quartiers
l’anmenoit quant ge l’ancontrai.
— Et qu’an feïs ? — D’armes l’outrai.
— Et que devint li chevaliers ?
— Mena* l’en a li notoniers,
qu’il me dist qu’il le dut avoir.
— Certes, biau sire, il vos dist voir.
Et la pucele fu m’amie,
mes ensi nel fu ele mie
qu’ele onques me deingnast amer,
n’ami ne me deingnoit clamer,
n’onques ne fist point de mon buen,
car ge l’amoie mau gré suen ;
qu’a.i. suen ami la toli
qu’ele soloit mener o li,
si l’ocis et li en menai
et de li servir me penai.
Mes servises mestier n’i ot,
que au plus tost qu’ele onques pot
de moi lessier acoison quist
et de celui son ami fist
(392d.8315)
cui orandroit tolue l’as,
qui chevaliers n’ert mie a gas,
ainz ert mout preuz, si m’aïst Dex ;
et si ne fu il onques tex
que il onques venir osast
an leu ou trover me cuidast.
Mes tu as hui feite tel chose
que nus chevaliers fere n’ose ;
et por ce que feire l’osas,
le pris del mont et le los as
par ta grant proesce conquis.
Quant el Gué Perilleus saillis,
mout te vint de grant hardemant,
et saiches bien certainnemant
c’onques chevaliers n’an issi.
— Sire, fet il, donc me manti
la dameisele, qui me dist
et por voir acroire me fist
c’une foiz i passoit le jor
ses amis por la soe amor.
— Ce dist ele, la renoiee ?
Ha ! car i fust ele noiee,
que mout est plainne de deable,
qant ele vos dist si grant fable.
Ele vos het, nel puis neier,
si vos voloit feire neier
an l’eve hideuse et parfonde,
li deables, cui Dex confonde !
Mes or me baille ça ta foi,
si me pleviras et ge toi,
se tu rien demander me viax,
ou soit ma joie ou soit mes diax,
que ja por rien n’an celerai
la verité, se ge la sai ;
et tu ausi me rediras,
que ja por rien n’an mantiras,
tot quanque ge voldrai savoir,
se tu m’an sez dire le voir. »
Feite ont andui ceste fiance
et messire Gauvains comance
a demander premierement :
« Sire, fet il, je vos demant
d’une cité que ge voi la
cui ele est et quel non ele a ?
(392e.8359)
— Amis, fet il, de la cité
vos dirai ge la verité.
La citez que veez est moie ;
il n’est hon nez cui rien an doie,
je n’an tieng rien se de Deu non,
et s’a Orquelenes a non.
— Et vos comant ? — Grinomalanz.
— Sire, mout preuz et mout vaillanz
estes, ge l’ai bien oï dire,
et de mout grant terre estes sire.
Et comant a non la pucele
de cui nule boene novele
n’est contee ne pres ne loing,
si con vos l’an portez tesmoing ?
— Ge puis bien, fet il, tesmoingnier
qu’ele fet bien a esloignier,
qu’ele est mout male et desdeigneuse.
Et por ce a non l’Orguilleuse
de Logres, ou ele fu nee,
si an fu petite aportee.
— Et ses amis, comant a non,
qui en est alez, vuelle ou non,
an la prison au notonier ?
— Amis, saichiez del chevalier
qu’il est chevaliers mervelleus
et si a non li Orguelleus
de la Roche a l’Estroite Voie,
qui garde les porz de Galvoie.
— Et comant a non li chastiax
qui tant est boens et tant est biax
de la d’outre don ge ving hui,
et s’i mangié ersoir et bui ? »
A icest mot Grinomalanz
se trestorne come dolanz
et si s’an comance a aler.
Gauvains le prant a apeler :
« Sire, sire, parlez a moi,
si vos manbre de vostre foi ! »
Et li Grinomalanz s’areste,
si li torne an travers la teste
et dit : « L’ore que ge te vi
et que ge ma foi te plevi
soit la honie et la maudite !
Va t’an, ge te claim ta foi quite,
(392f.8403)
et tu me requite la moie,
que de la d’outre te cuidoie
noveles demander aucune.
Mes tu sez autant de la lune
con tu sez del chastel, ce cuit.
— Sire, fet il, ge jui enuit,
dormi el Lit de la Mervoille,
a cui nule ne s’aparoille
n’onques nus ne vit son paroil.
— Sire, fet il, mout me mervoil
des mervoilles que tu me diz.
Or m’est il solaz et deliz
de tes mançonges escouter,
qu’ausinc orroie ge conter
.i. fableor con ge faz toi.
Tu es juglerres, bien le voi.
Mes ge cuidoie que tu fusses
chevaliers et que tu eüsses
de la fet aucun vasselage.
Et neporquant or me fei sage
se nule proesce i feïs
et quel chose tu i veïs. »
Et messire Gauvains li dit :
« Sire, quant ge m’assis el lit,
el palés ot mout grant tormante,
ne cuidiez pas que ge vos mante,
que les cordes del lit crierent
et unes quanpanes sonerent,
qui as cordes del lit pandoient.
Et les fenestres qui estoient
closes tot par eles ovrirent ;
et an mon escu me ferirent
quarrel et saietes esreses,
et s’i sont les ongles remeses
d’un grant lyon fier et cresté
qui avoit longuement esté
an une chanbre anchaenez.
Li lyons me fu amenez
et feri si an mon escu
qu’ax ongles retenuz i fu
et que il nes an pot retraire.
Se vos cuidiez que il n’i paire,
veez ancor les ongles ci,
que la teste, la Deu merci,
(393a.8447)
li tranchié et les piez ansanble.
De ces anseingnes que vos sanble ? »
Li Grinomalanz a ce mot
vint a terre plus tost qu’il pot,
si li ancline et ses mains joint
et li prie qu’il li pardoint
la folie que il a dite.
« Ge vos an claim, fet il, tot quite.
Mes remontez. » Et cil remonte,
qui de sa folie a grant honte,
et dist : « Sire, se Dex me gart,
ne cuidoie que nule part
ne pres ne loing estre deüst
chevaliers qui avoir peüst
l’enor que vos avez eüe.
Mes de la reïne chenue
me dites se vos la veïstes
et se vos point li anqueïstes
qui ele est et dont ele vint.
— Onques, fet il, ne m’an sovint
mes ge la vi et s’i parlai.
— Et ge, fet il, le vos dirai.
Ele est mere le roi Artu.
— Foi que doi Deu et sa vertu,
li rois Artus, si con ge pans,
n’ot mere passé a lonc tans,
que bien a.lx. anz passez,
mien esciant, et plus asez.
— Si est voir, sire, ele est sa mere.
Quant Uterpandragon, ses pere,
fu mis an terre, si avint
que la reïne Ygerne vint
an cest païs ; si aporta
tot son tresor et si ferma
sor cele roche le chastel
et le palés si riche et bel
con deviser oï vos ai.
Et si veïstes, bien le sai,
l’autre reïne, l’autre dame,
la grant, la bele, qui fu fame
le roi Loth et mere celui
qui teigne males voies hui.
Mere est Gauvain. — Gauvain, biau sire,
quenuis ge bien, et si os dire
(393b.8491)
que il n’ot mere icil Gauvains
bien a passez.xx. anz au mains.
— Si est, sire, n’an dotez ja.
Aprés sa mere s’an vint ça,
anchargiee de vif anfant,
de la tres bele, de la grant
dameisele qui est m’amie
et suer, n’an mantiroie mie,
celui cui Dex grant honte doint ;
que voir il n’anporteroit point
de la teste, se gel tenoie
et ge au desore an estoie
ausi con de vos ci elués,
que ge ne li tranchasse lués
la teste au mains, tant par le haz.
— Vos n’amez pas si con ge faz,
fet messire Gauvains, par m’ame.
Se j’amoie pucele ou dame,
por la soe amor ameroie
tot son linage et serviroie.
— Vos avez droit, bien m’i acort.
Mes quant de Gauvain me recort
comant ses pere ocist le mien,
je ne li puis voloir nul bien ;
et il meïsmes de ses mains
ocist de mes cosins germains
.i. chevalier vaillant et preu.
Onques ne poi venir an leu
de lui vangier an nule guise.
Mes or me feites.i. servise,
que vos ailliez a ce chastel,
si me porteroiz cest anel
a m’amie, si li bailliez.
Por moi voel que vos i ailliez ;
si li dites que ge me fi
et croi tant an l’amor de li
qu’ele voldroit mialz que ses frere
Gauvains fust morz de mort amere
que ge eüsse nes blecié
le plus petit doi de mon pié.
M’amie me salüeroiz
et cest anel li bailleroiz
de par moi, qui sui ses amis. »
Lors a messire Gauvains mis
(393c.8535)
l’anel an son plus petit doi
et dit : « Sire, foi que vos doi,
amie avez et bele et sage,
et si est mout de haut parage,
et bele et gente et debonere,
se ele otroie ensi l’afere
con vos ici m’avez conté. »
Et cil dit : « Sire, grant bonté
me feroiz, ce vos acreant,
se vos mon anel an presant
me portez a m’amie chiere,
que ge l’aim mout de grant meniere.
Ge le vos guerredonerai
et de ce chastel vos dirai
le non que demandé m’avez.
Li chastiax, se vos nel savez,
a non la Roche del Chanpguin.
Maint boen drap vermoil et sanguin
i taint an et mainte escarlate,
s’an i vant an mout et achate.
Or vos ai dit ce que vos plot,
que ne vos ai manti de mot,
et vos me ravez dit mout bien.
Demanderoiz me vos plus rien ?
— Nenil, sire, se congié non. »
Et cil dit : « Sire, vostre non
me diroiz, se il ne vos poise,
einz que de moi partir vos loise. »
Et messire Gauvains li dist :
« Sire, se Damedex m’aïst,
onques mes nons ne fu celez.
Je sui cil que vos tant haez,
je sui Gauvains. — Gauvains iés tu ?
— Voire, li niés le roi Artu.
— Par foi, donc es tu mout hardiz,
ou mout fos, qui ton non me diz,
si sez que ge te haz de mort.
Or m’annuie et poise mout fort
que ge n’ai mon hiaume lacié
et l’escu au col anbracié ;
que se ge fusse armez ensi
con tu es, ce saches de fi,
la teste orandroit te tranchasse,
que ja por rien ne t’espargnasse.
(393d.8579)
Mes se tu m’osoies atandre,
ge iroie mes armes prandre,
puis me vanroie a toi conbatre,
s’amanroie homes.iii. ou quatre
por esgarder nostre bataille.
Ou, se tu viax, autrement aille,
que jusqu’a.vii. jorz atandrons
et au sesme jor revandrons
an ceste place tuit armé,
et tu aies le roi mandé
et la reïne et ses genz totes,
et ge ravrai les moies rotes
de par tot le païs mandees,
et si n’iert pas fete an anblees
nostre bataille, ainz la verront
tuit cil qui veoir la volront ;
que bataille de.ii. prodomes,
si con l’an dit que nos dui somes,
ne doit an pas feire en aguait,
einz est bien droiz que il i ait
dames et chevaliers assez.
Et quant li uns sera lassez,
que toz li mondes le savra,
.m. tanz plus d’enor i avra
li vainquerres que il n’avroit
quant nus fors lui ne le savroit.
— Sire, fet messire Gauvains,
volantiers m’an feïsse a mains,
s’il poïst estre et vos pleüst
que ja bataille n’i eüst.
Et se ge rien mesfet vos ai,
mout volantiers l’amanderai
par voz amis et par les miens
si que il soit reisons et biens. »
Et cil dit : « Ge ne puis savoir
quel reison il i puisse avoir,
s’a moi conbatre ne t’an oses.
Ge t’ai devisees.ii. choses,
si fai lequel que tu voldras :
se tu oses, tu atandras
et ge irai mes armes querre ;
ou tu manderas an ta terre
tot ton pooir jusqu’a.vii. jorz,
que a Pantecoste ert la corz
(393e.8623)
le roi Artus an Orcanie,
bien en ai la novele oïe,
n’il n’i a mes que.ii. jornees.
Le roi et ses genz atornees
i porra trover tes messages.
Anvoie i, si feras que sages.
c’uns jorz de respit.c. solz valt. »
Et cil respont : « Se Dex me salt,
la ert la corz sanz nule dote,
la verité an savez tote ;
et g’i anvoierai mon voel.
— Gauvains, fet il, et ge te voel
mener au meillor port del monde.
Ceste eve est si roide et parfonde
que passer n’i puet riens qui vive
ne saillir jusqu’a l’autre rive. »
Et messire Gauvains respont
qu’il n’i querra ne gué ne pont
por riens nule qu’il l’an aviegne.
« Einz que a mauvestié le tiegne
la dameisele felenesse
cui ge en ai fet la promesse,
si m’an irai tot droit a li. »
Lors point et li chevax sailli
oltre l’eve delivremant,
que point n’i ot d’anconbrement.
Quant devers li passé le voit
la puce* qui tant l’avoit
de sa parole sormené,
si a cuer et talant mué,
que tot maintenant le salue
et dit qu’ele li est venue
merci crier de son mesfet,
que por li a grant poinne tret.
« Biau sire, fet ele, or escoute
por coi j’ai esté si estoute
vers toz les chevaliers del mont
qui aprés aus menee m’ont.
Gel te dirai, s’il ne t’enuie.
Cil chevaliers, cui Dex destruie,
qui de la d’outre a toi parla,
s’amor an moi mal anplea,
qu’il m’ama, et ge haï lui ;
car il me fist si grant enui
(393f.8667)
qu’il ocist, n’an mantirai mie,
celui a cui g’estoie amie ;
puis me cuida tant d’enor fere
qu’a s’amor me cuida atraire.
Mes onques rien ne li valut,
que au plus tost que il me lut
de sa conpeignie m’anblai
et au chevalier m’asanblai
cui tu me ras gehuir tolue,
dont il ne m’est a une alue.
Mes de mon premerain ami,
quant morz de lui me departi,
ai esté si longuement fole
et si estoute de parole
et si vilainne et si musarde
c’onques ne me prenoie garde
cui j’alasse contraliant,
einz le feisoie a esciant,
por ce que trover an volsisse
.i. si ireus que gel feïsse
a moi irestre et correcier
por moi trestote depecier,
que piece a volsisse estre ocise.
Sire, or prenez de moi justise
tel que jamés nule pucele
qui de moi oie la novele
ne die a nul chevalier honte.
— Bele, fet il, a moi que monte
que ge de vos justise face ?
Ja le fil Damedeu ne place
que vos por moi nul mal aiez,
mes montez, si ne delaiez,
s’irons jusqu’a ce chastel fort.
Veez le notonier au port,
qui nos atant por passer outre.
— Vostre volanté d’outre an outre
ferai, sire », fet la pucele.
Lors est montee sor la sele
del petit palefroi crenu ;
si sont au notonier venu,
qui oltre l’eve les anmainne,
qu’il ne li fu travalz ne painne.
Et les dames venir le voient,
et les puceles, qui avoient
(394a.8711)
por lui mout grant duel demené.
Por lui restoient forsené
trestuit li vaslet del palés.
Or ont tel joie c’onques mes
ne fu nule plus granz anprise.
Devant le palais fu asise
la reïne por lui atandre ;
ses puceles avoit fet prandre
totes ansanble por dancier
et por grant joie comancier.
Contre lui grant joie comancent,
chantent et querolent et dancent ;
et il vient et descent antr’eles.
Les dames et les dameiseles
et les.ii. reïnes l’acolent
et de grant joie a lui parolent ;
si le desarment a grant feste,
janbes et braz et piez et teste.
De celi qu’il ot amenee
ront mout grant joie demenee,
que tuit et totes la servirent
por lui, que por li rien n’an firent.
A grant joie el palés s’an vont,
par leanz tuit assis se sont.
Et messire Gauvains a prise
sa seror et si l’a assise
lez lui el Lit de la Mervoille ;
si li dit an bas et consoille :
« Dameisele, ge vos aport
un anelet d’outre ce port,
don l’esmeraude mout verdoie.
Uns chevaliers le vos anvoie
par amor et si vos salue
et dit que vos estes sa drue.
— Sire, fet ele, gel cuit bien.
Mes se ge l’aim de nule rien,
c’est de loing que s’amie sui,
c’onques ne me vit ne ge lui
s’outre cele eve ne le vi.
Mes il m’a, la soe merci,
s’amor donee grant piece a
et se ne vint onques de ça,
mes si message m’ont proiee
tant que ge li ai otroiee
(394b.8755)
m’amor, n’an mantiroie mie.
De plus ne sui ancor s’amie.
— Ha ! bele, ja s’est il vantez
que vos voldriez mialz assez
que morz fust messire Gauvains,
qui est vostre freres germains,
qu’il eüst mal an son ortoil.
— Avoi ! sire, mout me mervoil
comant il dist si grant folie.
Par Deu, ge nel cuidoie mie
que il fust si mal afeitiez.
Or s’i est il mout mal gueitiez,
qui ceste chose m’a mandee.
Lasse ! il ne set se ge sui nee,
mes freres, n’onques ne me vit.
Li Grinomalanz a mesdit. »
Queque cil dui ensi parloient,
et les dames les escoutoient,
et la vielle reïne sist
delez sa fille et si li dist :
« Bele fille, que vos est vis
de ce seignor qui s’est assis
delez vostre fille, ma niece ?
Consellié a a li grant piece,
ne sai de coi, mes mout me siet
n’il n’est pas droiz que il me griet ;
que de grant hautesce li vient
quant a la plus bele se tient
et a la plus sage qui soit
an cest palés, et si a droit.
Et pleüst Deu que il l’eüst
esposee et tant li pleüst
con fist a Eneas Lavine.
— Ha ! dame, fet l’autre reïne,
Dex li doint si metre son cuer
que il soient con frere et suer ! »
An sa proiere antant la dame
qu’il l’aint et qu’il la praigne a fame.
Cele ne reconuist son fil ;
come frere et suer seront il,
que d’autre amor point n’i avra.
Quant ele de fi le savra,
qu’ele est sa suer et il ses frere,
s’an avra grant joie sa mere,
(394c.8799)
autre que ele n’i atant.
Et messire Gauvains a tant
parlé a sa seror la bele
que il se lieve et si apele
.i. vaslet que il vit a destre,
celui qui plus li sanbla estre
hunbles et preuz et serviables,
et plus saiges et plus resnables
de toz les vaslez de la sale.
An une chanbre s’an avale,
et li vaslez seus avoec lui.
Quant il furent aval andui,
si li dist : « Vaslez, ge te cuit
mout vezié et mout recuit.
Se ge.i. mien consoil te di,
del bien celer mout te chasti
por ce que tu i aies preu.
Ge voel anvoier an.i. leu
ou granz joie te sera feite.
— Sire, mialz voldroie avoir treite
la lengue par desoz la gole
c’une parole tote sole
me fust de la boche volee
que volsissiez qui fust celee.
— Amis, fet il, donc iras tu
a monseignor le roi Artu,
que ge ai non Gauvains, ses niés.
La voie n’est longue ne griés,
que a la cité d’Orcanie
a li rois sa cort establie
a tenir a la Pantecoste.
Et se la voie rien te coste
jusque la, si t’an tien a moi.
Quant tu vandras devant le roi,
mout correcié le troveras ;
et quant tu le salüeras
de par moi, mout avra grant joie.
Ja n’i avra.i. seul qui oie
la novele qui liez n’an soit.
Au roi diras, foi qu’il me doit,
qui est mes sire et ge ses hom,
qu’il ne lest por nule acoison
que ge nel truisse einz le quint jor
de la feste soz ceste tor
(394d.8843)
logié aval la praerie,
et s’i ait tele conpaingnie
con a sa cort avra venue,
de haute gent et de menue ;
que j’ai une bataille anprise
vers.i. chevalier qui ne prise
ne moi ne lui qui gaires vaille.
C’est li Grinomalanz sanz faille,
qui me het de mortel haïne.
Autel diras a la reïne,
qu’ele i vaigne par la grant foi
qui doit estre antre li et moi,
que ele est ma dame et m’amie,
et ele nel lessera mie
puis qu’ele savra les noveles ;
et les dames et les puceles
qui a sa cort seront le jor
i amaint por la moie amor.
Mes d’une chose ai grant peor,
que tu n’aies boen chaceor
qui tost te port anjusque la. »
Et cil li respont que il l’a,
grant et isnel et fort et buen,
que il manra come le suen.
« Ce, fet il, ne me poise pas. »
Et li vaslez eneslepas
vers unes estables l’anmainne
et si an tret fors et amainne
chaceors gras et sejornez,
don li uns estoit atornez
por chevauchier et por errer,
qu’il ot fet de novel ferrer,
qu’il n’i failloit sele ne frains.
« Par foi, fet messire Gauvains,
vaslez, tu es bien a hernois.
Or va, que li sires des rois
te doint bien aler et venir
et la droite voie tenir. »
Ensi le vaslet an anvoie
et jusqu’a l’eve le convoie
et si comande au notonier
que il le face outre nagier.
Li notoniers le fist passer,
c’onques ne l’an covint lasser.
(394e.8887)
Li vaslez est outre passez,
qu’il avoit nageors assez.
Et vers la cité d’Orcanie
a la droite voie acoillie,
car qui set voie demander
par tot le monde puet aler.
Et messire Gauvains retorne
an son palés, ou il sejorne
a grant joie et a grant deduit.
Joie li font totes et tuit,
et la reïne fist estuves
et bainz chaufer an.v.c. cuves,
s’i fist toz les vaslez antrer
por baignier et por estuver ;
et an lor ot robes tailliees
qui bien furent aparelliees
quant il furent del baing issu.
Li drap de soie sont tissu
et les robes furent d’ermines.
Au mostier jusqu’aprés matines
li vaslet an estant vellierent,
c’onques ne s’i agenoillierent.
Au matin messire Gauvains
chauça a chascun de ses mains
l’esperon destre et ceint l’espee
et si li dona la colee.
Lors ot il conpaignie viax
de.v.c. chevaliers noviax.
Et li vaslez a tant alé
qu’il est venuz a la cité
d’Orcanie, ou li rois tenoit
cort si grant con il plus devoit.
Et li contret et li ardant,
qui le vaslet vont regardant,
dïent : « Cist vient a grant besoing,
je cuit qu’il aporte de loing
estranges noveles a cort.
Mout trovera et mu et sort
le roi, tel chose puet il dire,
qu’il est mout plains de duel et d’ire.
Et qui ert ore qui savra
consoil doner, quant il avra
oï del message com iert ?
— Di va, font il, a nos qu’afiert
(394f.8931)
a parler del consoil le roi ?
Nos devriens estre an esfroi
et esmaié et esperdu
quant nos avons celui perdu
qui por Deu toz nos revestoit
et don toz li biens nos venoit
par aumosne et par charité. »
Ensi par tote la cité
monseignor Gauvain regretoient
la povre gent qui mout l’amoient.
Et li vaslez outre s’an va,
s’a tant alé que il trova
le roi seant an son paleis,
antor lui.c. contes paleis
et.c. dus et.c. rois assis.
Li rois fu mornes et pansis
quant il vit sa grant baronie
et de son neveu n’i vit mie,
si chiet pasmez par grant destrece.
Au relever fu sanz perece
qui einçois i pot avenir,
car tuit le corent sostenir.
Et madame Lore seoit
an unes loiges, si ooit
le duel qu’an fist parmi la sale.
De la loige jus s’an avale,
s’est a la reïne venue
ausi come tote esperdue,
et quant la reïne la voit,
si li demande qu’ele avoit…

Explycyt Percevax le viel.