Mozilla.svg

Poème de l’amour/166

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄   CLXV CLXVI CLXVII   ►


CLXVI


Impérieux mais indolent,
Tu parcours durement la vie,
Ayant jadis connu l’envie
De rêver, d’un cœur triste et lent.

Mais, comme un lutteur qu’on offense,
Tu repousses d’un brusque élan
Ces noblesses de ton enfance ;
Ton œil est froid et vigilant.

— Puissé-je mourir en brûlant !