Poésies (Marie de France)/Fable CI

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Poésies de Marie de France, II, Texte établi par B. de Roquefort, Chasseriau (p. 394-396).

FABLE CI.

Dou Chevalier et d’un viel Home [1].

Dun Chevalier voel ci cunter,
[a]E par essemple remenbrer
Ki un viel Hum encuntra jà
Ensemble od li s’acunpaigna,
Pur ce que mult le vit menbré [2]
E qu’en maint liu aveit esté.
Li vuleit cunseil demander
En quel teire purreit aler
[b]Quant il méismes rien n’aveit [3].
E li Vilains li respouneit10

Qu’en la teire voist cunverser
Où la Gent le veulent amer.
E se jeo, fet-il, ne la truis ?
Conselliez moi quel part jou puis
Aler è séjurner lunc-temps.
[c]Li Produm respunt par grant sens,
Va dunc, fet-il, è si me crei
Où gens aient paor de tei.
E se terre ne puis truver
U l’um ne me voelle duter ?20
Dunques li respundi li viex hum,
Va là où pas ne te dute Hum [4].
E se jeo ne la puis venir
Quel part irai teire tenir ?
Va là où nul hume ne voies [5],
Que nus ne sace où tu soies.

MORALITÉ.

Par cest essenple vus veult semundre

[d]Qu’ensi deit-l’en à Fol respundre ;
Qui plus parole ke il ne deit
Si ot suvent ke ne vudreit [6].30


  1. Le Grand d’Aussy, Fabliaux in-8°, tom. IV, p. 185.
  2. Parce qu’il connut que cet homme avoit beaucoup retenu, et qu’il avoit voyagé pendant long-temps.
  3. Que rien ne le fixoit dans l’endroit on il résidoit.
  4. Allez alors où l’on ne vous craindra pas.
  5. Rendez-vous donc dans le pays où vous ne trouverez personne, et où tous serez sûr que personne ne vous trouvera.
  6. Il entend souvent ce qu’il ne voudroit pas.
Variantes.
  1. Par essemple et démoustrer.

  2. Que garir ne se pooit chi
    Et li prodom li respondi.

  3. Cil li respondi par grant sens.

  4. Que si doit-on à fol respondre.