Poésies de Marie de France (Roquefort)/Fable C

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Poésies de Marie de France, Texte établi par B. de Roquefort, Chasseriautome II (p. 392-393).

FABLE C.

De uns riches Hons.

Uns rices Hums voleit aler
Outre une marce cunverser [1] ;
[a]A Dieu pria qu’il ne dutast [2]
K’à sauveté dreit le menast,
Ne voleit guères demurer.
Qant airière volt returner
A Dius proia dou revenir
Qu’il n’el lessast néent périr.
Ainz qu’il se fust apercéuz,
Dedenz la mer s’est enbatuz [3]10
Lors pria Diex qu’il maint à teire [4]

[b]Ne li volt autre cose queire.
Cum plus cummança à crier
E plus ala sa nef par mer ;
Quant il vit que Deus ne feseit
La proière k’il requereit,
Si qu’à teire ne pot venir,
Dist il qu’il face sun plésir.
Après cest môt tost arriva,
Là ù il volt è desirra.20

MORALITÉ.

Li Sages deit resnablement [5]
Prier à Dieu omnipotent
Que de lui face sun plésir ;
De ce li puet grant bien venir.
Car miex set Diex que li estuet,
Que ses cuers qui cange et muet.


  1. Se rendre dans un autre pays.
  2. Il pria Dieu de le détourner du danger et de le conduire sain et sauf.
  3. Il s’est embarqué.
  4. Il pria Dieu de le conduire à terre.
  5. Raisonnablement, avec raison
Variantes.
  1. A Dieu pria qu’il li menast
    A sauveté, qu’il ne doutast.

  2. N’autre cose ne li vilt queire.