Poésies (Marie de France)/Fable CIII

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Poésies de Marie de France, II, Texte établi par B. de Roquefort, Chasseriau (p. 399-400).

FABLE CIII.

D’une Femme et de sa Géline.

Une fame se séoit jà,
Devant sun wis si esgarda [1]
Cument sa Géline grateit,
E cum sa viande pourchaçeit [2].
Moult se traveillet tute jur ;
[a]A li parla par grant amur.
Bele, fet-el, lessez ester
Ke tu ne voelles plus gratter ;
Cascun jur te dunrai frument
Plaingne une granche à talent [3].10
La Géline li respundi
Ke dis tu ? Va, qu’ai-je oï ?
Cuides-tu que j’aim miex tun blé

Ke çou que j’ai tuz-jurs usé ?
Nanil, nanil, fet la Géline,
Se devant mei esteit la mine [4]
Tuz-jurs plaine, jà ne leroie
Ne por ce ne me targeroie,
Que ne quesisse tuz-jurs plus,
Selunc ma nature et mun us.20

MORALITÉ.

Par essemple vus veult mustrer
Que plusurs genz puéent truver
Manière en ce qu’i unt mestier
Mès il ne puéent pas changier,
La nature et leur usage,
Touz-jurs avive en leur curage.


  1. Huis porte, entrée, ostium d’où le mot Huissier.
  2. Cherchoit sa nourriture.
  3. A votre volonté.
  4. Sorte de mesure de capacité pour les grains et pour les liquides.
Variantes.
  1. Ele l’apela par amor.