Poésies (Marie de France)/Fable LIII

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Poésies de Marie de France, II, Texte établi par B. de Roquefort, Chasseriau (p. 236-237).

FABLE LIII.

De l’Aigle et de l’Ostour [1].

Li Aigles fu des Oisiaus Reis
Pur ce qu’il ert pruz è curteis ;
E li Ostors [2] ses Sénéchax [3]
Qui n’ert pas du tout si loiax.
Li Aigles sist par un grant calt [4]
[a]Sor la branque d’un caisne halt,
Li Ostoirs sist plus bas de lui ;
Garda à val, si ot anui
Des Coulons [5] qui en bas voleient
Et à la terre entr’eaus joeient.10
Vus joez, fet-il, desoz moi

Véez ci l’Aygles vostre Roi ;
S’il deci esteit remuez
E sur un altre fust volez,
Li giex ireit en autre guise
Ge feroie de vos justise.

MORALITÉ.

Pur ce ne deit Princes vuloir
Sénescal en sun resne avoir,
Ne cunveitox, ne mentéor,
S’il n’en velt feire sun Sengnor.20


  1. Le Grand d’Aussy, Fabliaux et contes, tom. IV, p. 172.
  2. Autour, sorte d’épervier, oiseau de proie.
  3. Voyez la note (2) de la fable XI.
  4. Par la grande chaleur l’aigle s’étoit perché sur la branche d’un gros chêne.
  5. Des pigeons.
Variantes.
  1. Seur un chaisne mult grant et haut.