Poésies de Marie de France (Roquefort)/Fable LII

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Poésies de Marie de France, Texte établi par B. de Roquefort, Chasseriautome II (p. 233-235).

FABLE LII.

Dou Coulon è dou Gourpill [1]

Dun Coulun cunte que jadis [2]
S’esteit seur une croiz assis ;
Uns Werpis vint desouz sel’ vit
En haut parla et se li dit :
Pur coi, fet-il, siez tu lassus [3]
En si grant vent, descens ça jus,
Si siez lez moi en cest arbri.
Ge n’os par fei, cil respundi ;
Pur noient as poour de moi [4]
Si te dirai bien le porcoi.10
Geo fui or ainz à un cunté [5]

U il ot mult gent assanblé,
U grant Pule fust en esveil [6],
En grant noise et grant trepeill [7],
D’un briez qui vint de par le Roi[8],
Qui cummande par dreite foi,
Qe Beste à autre ne mefface,
N’a nul Oisel, jà Dex ne place [9],
Q’entre’aus ait jamais nule gueire,
[a]La pais vieut par tute sa teire [10].20
Enssamble porrunt mais aler [11]
Oisiax è Bestes por joer.
[b]Dunc vois-j’à toi, fait li Coluns [12]
Mès jeo voi là lez ces buissuns,
Deux Chevaliers mult tost errer,
Si funt deus Kiens od ax mener.

Dist li Goupix, sunt-il bien près ?
Il chevauchent, fet-il, adès [13] ;
Melx est qu’en cest bois m’en revoise [14]
Que par ax aie estris ne noise.30
Ne sai s’il unt le brief oï
Qui vint dou Roi, gel’ vus afi [15],
Ne m’estouroit point remuer [16]
Se il l’éussent oï cunter.

MORALITÉ.

Si vet des Feluns veziiez,
Par ax est maint hum engingniez,
Par parole et par fax sarmun
Cum cil volt fère dou Coulun.

  1. La Fontaine, liv. II, fab. xv, du Coq et du Renard. AEsop., fab. xxxvi. Le Grand d’Aussy, tom. IV, p. 226.
  2. Un pigeon se reposoit sur une croix placée au sommet d’un édifice.
  3. Pourquoi te placer si haut ; par un si grand vent ; descends et viens te mettre à côté de moi dans cet abri.
  4. Tu as peur de moi et c’est bien à tort.
  5. Or ainz, il n’y a pas long-temps.
  6. Pule, pour, puple, nation, peuple.
  7. Agitation, inquiétude, trépignement, tressaillement.
  8. À cause d’une ordonnance émanée du roi.
  9. Qu’à Dieu ne plaise.
  10. Pays, province, gouvernement.
  11. Désormais tous les animaux pourront vivre et s’amuser ensemble.
  12. Lez, près, à côté, de latus.
  13. Toujours, en venant de notre côté.
  14. Il me convient mieux de retourner dans la forêt que d’avoir une querelle et du bruit avec eux.
  15. Je vous l’assure, le certifie.
  16. Ne m’estouroit, il ne me faudroit pas, il ne me conviendroit point.

Variantes.

  1. Paiz velt metre dedenz sa terre

  2. Dont venrai-je fet li coulons.