Poésies (Marie de France)/Fable LXI

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

FABLE LXI.

Dou Lion qui manda tutes les Bestes
por aveir conseil de s’enfermeté.
alias
Dou Worpil qi menja le cuer dou Cerf que li Lions
devoit menjier.
alias
Dou Lyon, dou Chers et du Gourpil.

Uns Lions fu de mal grevez [1]
Si a tuz ses Baruns [2] mandez,
Mires [3] voleit qu’il li quesissent
E de sun mal le garesissent.
Tuit li dient jà ne garra
Se cuer de Chierf mengié n’en a ;
Dunt assenblent lor parlement [4],

[a]Mandent le Cers, n’i vint néent [5],
Qar si parent è si ami
[b]L’en aveient devant garenti [6].10
Une autre feiz i fu mandez
Et il i vint toz effréez ;
Dunc li distrent que il voroient [7]
Son cuer aveir se il pooient.
Li Chiers l’oï s’en ala
A grant peine lur escapa ;
La tierze feis le remandèrent
Et il i vint, dunc le tuèrent.
Ains que parfust bien escurchiez [8],
S’est li Worpis tant apruschiez20
Que lur a tut le cuer anblé [9],
Si la mengié et déwouré ;
E quant il [10] le vorrent purter
Si n’el porent mie truver,

[c]Entr’aus en tiegnent mult grant plet [11]
Si demandent ki ot ce fet,
Qui le cuer lor aveit emblé ;
[d]A tuz en funt hunte et vilté.
Lors les Bestes qui esteient près,
Sorent le Goupil moult engrès [12],30
E mult félun è véziié ;
Dient qu’il a le cuer mengei.
Dunt unt le Werpil apelei
Si li unt le cuer demandé.
Il lor jura par sairement [13]
Qu’il ne l’aveit wéu nient ;
Segnurs, dist-il, j’affierai [14],
Que unkes le cuer ne menjai,
Pior sereie q’autre beste,
L’en me devreit trenchier la teste40
S’encuntre le mal mon Sengnour
Eusse fet si grant desounour.

Or en aluns devant le Rei
Si soiez tuit enssamble od mei
Ge me desrènerai [15] très-bien
Qu’il ne m’en meskrera de rien.
Dunt s’en vunt devant le Liun
Si li mustrèrent leur rèsun ;
Le cuer dient qu’il unt perdu.
Dunc a li Worpis respundu :50
Sire, fel-il, ce m’est avis
Qu’il vuelent metre en cest païs
[e]Ce que jà n’iert, ne ains ne fu [16],
Ne unques-mais n’i fu véu.
Qant li Cers fu à Cort mandez
E pur ocire aresonnez [17],
A mult grant paine en eschapa.
[f]Qant tierce feis i repaira [18],
Saichiez qu’il n’aveit point de cuer

[g]Qar il ni venist à nul fuer [19],60
Sanz cuer fu et sanz ramenbrance [20]
Parquoi revint par ubliance.
Mult par seroie desloiaus,
Trop sereie crueus è faus,
Se jeo cuntre vostre santé
Vus éusse le cuer enblé ;
Li Liuns respunt voir a dit
S’il éust cuer jà n’i venist,
Bien devuns le Golpil lessier
Qui sains s’en puisse repérier.70

MORALITÉ.

Par méesmes cele rèsun
Qant Fox prent Saige à compegnun,
Se nule riens doivent partir
Li Sages seit le mex tenir ;
Par parole l’autre déçoit
Sa menchonge pur voire croit.


  1. Attaqué.
  2. Voyez sur Baron, Le Grand d’Aussy, Fabliaux, in-8°, tom. I, p. 114 ; Glossaire de la langue romane, et Dictionnaire des François, au mot Baron.
  3. Voy. la note sur la fab. xxxviii.
  4. Voy. sur Parlement, la note de la fab. xxii.
  5. Qui ne s’y rendit nullement.
  6. Prévenu, préservé, empêché.
  7. Voudroient.
  8. Avant fut achevé d’écorcher.
  9. Volé, dérobé, enlevé.
  10. Il, les animaux voulurent prendre le cœur pour porter au lion.
  11. Assemblée, conférence, querelle, dispute, débat. Voy. la note de la fab. xlviii.
  12. Reconnaissant dans le renard un animal impie, avide.
  13. Voyez sur le serment la note de la fable xxxvii.
  14. Je donnerai ma foi.
  15. Desrener, prouver son droit en justice, plaider, se défendre, se justifier.
  16. Ce qui jamais ne sera, ce qui jamais n’a été et ce qui ne s’est jamais vu.
  17. Prévenu, sommé.
  18. Revint, retourna.
  19. A nul fuer, nullement, en aucune manière.
  20. Mémoire.
Variantes.
  1. Mandés i fu ni vint noient,

  2. Si l’en avoient moult bien garni.

  3. Entre ax en mainent un grant plait.

  4. A touz ot fait molt grant vilté.

  5. Ce que jamais n’iert, ne ni fu ;
    N’onques jamais n’en est wéu.

  6. Et qant autrefois repaira.

  7. Que jà qui eust à nul feur,
    Il n’avoir cuerne remembrance.