Poésies (Marie de France)/Fable LXVI

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

FABLE LXVI.

Dou Léal Hom et dou Trichières,
alias
La Cort des Singes [1].

Uns Emperères nurri jà
Un Singe que furment ama ;
E li Singes bien entendoit [2]
Quankes as Humes faire voit,
[a]L’Emperéor se fist servir

E les hautes festes tenir [3],
Cum tuz le tindrent à Sengnur,
A la forest se mist un jur [4],
Tuz les Singes fist assembler
Petiz è granz que pout truver.10
Sor tuz se fit servir à Roi [5],
Puis les retint anssamble od soi ;
De plusurs fist ses Chevaliers.
[b]E des aucans ses cunsselliers [6],
E les Serjanz de sa maisun [7]
Estauli-t’il chascun par nun.
Dunc prist Fame, si out Effanz,
Si tint festes riches è granz ;
Là ù li Singes cunverseient
Funt lur feste cum il soleient,20
Pur cuntrester [8] lur anemiz

Que il ne facent à iaus le piz.
Doi Humes sunt au bois alé. [9],
Mès il esteient lors égaré,
[c]Cuntre leur volenté alèrent
Là ù li Singes cunversèrent,
Et ù il furent assemblé ;
Nel’ firent mie de lur gré.
Li uns esteit forment loyauz,
E l’autre trichieire et fauz ;30
Qant en lur Cort furent entré,
Des Singes sunt bien apelé [10].
Li leiauz Hum les esgarda,
L’Emperières li demanda
Ke li sanleit de sa magnée [11],
Sel’ esteit bele et enssengniée.

Li léauz Hum dunc li respunt
Q’avis li est ke Singes sunt ;
De ma Dame et de moi di
E de mun Fill que tu vois ci,40
Ke t’en semble, nel’ me celer [12]
Ce ke t’en doit, fet-il, sanler ?
Tu es Singes, el est Singesse,
Laide, hidouse et félonesse ;
Par toi peus saveir de tun fiz
Ke c’est un Singetiaus petiz [13].
A trichéor sun cunpaignun
Par tute meisme la raisun
Demendèrent de môt en môt ;
Et il lor dit que li sanlot50
Q’uncques ne vist plus bele gent
Ne miauz fuissent à sun talent :
Après lur dit de lur Seignur
Qe bien semblot Emperéur,
E bien estre Rois ses Fiz
Sa Fame semble Empéerriz
Dunc l’unt entre eauz si hunneré ;
De tutes parz l’unt encliné [14] ;
Le léaul hum unt alors pris,

Si l’unt desciré et maumis [15],60
Pur sen voir dit li firent hunte
Oïez l’essemple de chest cunte.

MORALITÉ.

Ne pot mie od le trichéur
Li loiauz Huns avoir honur
En Cort où l’on voille trichier
E par mensoigne forjugier.


  1. Nota. Dans plusieurs manuscrits, cette fable est divisée en deux parties ; la première est intitulée : Dou Singe qi vi la Cort de l’Empereor, alias, D’un Emperière qui norri un Singe.

    Phædr. append. Burm., fab. 24.

    Romul. Nil., lib. IV, f. 4. Homines duo, fallax, verax et simiæ.

    Anon. Nil., fab. 51.

  2. Retenoit parfaitement tout ce qu’il voyoit faire aux hommes.
  3. C’est-à-dire les Cours plénières. V. le Grand d’Aussy. Fabliaux, in-8°, tom. I, p. 25, 292, et Vie privée des français, nouvelle édition, tom. III, p. 237.
  4. Il retourne un jour dans les forêts.
  5. C’est-à-dire avec la couronne sur la tête, entouré de ses grands officiers.
  6. Les membres de son conseil, c’est-à-dire de son parlement.
  7. Et les servants de son palais, ses serviteurs familiers, ses domestiques.
  8. S’opposer, résister, tenir contre.
  9. C’est ici que commence la seconde fable. Cette faute, qui appartient aux copistes, a fait porter les fables de Marie au nombre de 204 au lieu de 203 qui lui appartiennent.
  10. Ils furent appelés par les Singes.
  11. Toute la famille, la maison d’un grand seigneur ou d’un souverain. La magnée privée, comprenoit les officiers, les domestiques, les valets et même les soldats de sa garde. V. Glossaire de la langue Romane au mot Magnie.
  12. Ne me cache nullement ce que tu en penses.
  13. On trouve dans les manuscrits, Singetel, Singeton diminutifs de Singe, Simius.
  14. Salué.
  15. Ils l’ont battu et mis en pièces.
Variantes.
  1. Qant l’Emperéeur vit servir.

  2. Et des auquans ses escuiers.

  3. Hors de lor chemin s’en alèrent
    Là où li Singe conversoient,
    Outre lor volenté erroient.