Poésies (Marie de France)/Fable LXXI

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

FABLE LXXI.

Dou Vileinz qui aveit uns Cheval.
alias
Dou vendeor è del’ achepteur d’uns Keval au dire
d’uns Hons borgne
[1].

Dun Vassal vus recunte ci
Ki un Ceval aveit nurri.
Tant l’ot gardé que le vout vendre ;
Deniers en volt aveir è prendre,
Pur vingt souz, ce dit, le dunra.
Un sien Veisin le bargeigna [2]
Maiz n’en waut mie tant duner ;
Au merchié le cuvient mener.

Icil ki li Kevaus esteit [3]
Li otria k’ il li laireit10
[a]A priz que li Huns i metreit
Qui primiez encuntre ax venreit
Dès que il vendraient au marcié ;
D’ambedeus parz l’unt otreié [4].
Qant ù markié furent entré
Un Hume borgne unt encuntré
Qui le dextre oill aveit perdu.
Ensanble od ax l’unt retenu,
Si li demandent sun avis,
Que dou Ceval die le pris20
Cil lur respunt ke diz souz vaut
[b]S’il est ingniauz è soef saut [5].

Cil qi le Keval barguegna
De la soue part li otroia,
Mais li autres li cuntredist
Car trop l’aveit prisié petit.
Tant l’en a cil dist è parlé
Q’à la Justise en sunt alé [6].
Cil li cunta cument ce fu
E li Vileinz ad respundu30
Jà sun Cheval n’ara pur tant
Jà n’en tenra le cunvenant.
Cil mustre bien raisnablement
Que bien li deit tenir covent ;
Car par lui ne fu mains prisiez
Ne par l’autre plus aviliez,
Unc nel’ conuist, ne ne vit mèz [7]
Li Vilein li a dit aprèz
K’ il ne deit tenir sun esgart [8]
Car ne le veit fors d’une part [9],40
Pur ce l’aveit demi preisié
Car il n’en vit ke la meitié.

Ne pot mie d’un oel véoir
Ke li Cevaus deveit valoir.
Cil qui au plet céans estoient [10]
E le Vilain paller oïent
Le turnèrent à gaberie [11],
N’i a un seul qui ne s’en rie.
Od sun Cevax s’en est alez50
Par biau parler s’est délivrez.

MORALITÉ.

Pur çou vus voel issi mustrer,
E ensengnier, è doctriner,
Ke quicunques seit entrepris,
Maine od sei ses buns amis,
Qui li sachent cunssel duner.
Ki bien se deit cuntregarder
Se parler deit devant Justise.
Qu’en sa parole ait tel cointise
Parmi tute sa mespreisun
Qui seit sanblanche de raisun60
Li saiges Hums à grant destreit
Turne suvent sun tort à dreit.
A plusurs est si avenuz

Suventes feis y unt perduz.
Suvent trop croit autrui parole
Qui tut le deçoit et afole.
Li Fouz cuide malhéurté
Qui en veut estre cunseillé,
Sei méismes suvent déçeit
Car tant ne set qu’il se purveit.


  1. La Fontaine, lib. VIII, fab. 19, L’avantage de la Science.

    Phædr., lib. IV, fab. 22. Naufragium Simonidis.

    Le Grand d’Aussy (tom. IV, p. 161, in-8°) prétend que cette fable est l’imitation d’un fabliau plus ancien ; il en donne même l’extrait (tom. III, p. 139), mais sans citer aucune preuve de ce qu’il avance.

  2. Marchanda.
  3. Celui à qui appartenoit le cheval, accorda qu’il le livreroit au prix qu’y mettroit la première personne qu’ils rencontreroient en allant au marché.
  4. Tous deux s’accordent à cette convention.
  5. S’il est vif à la course et doux à la monture.
  6. Ils se rendirent au tribunal.
  7. Puisqu’il ne le connoissoit pas et qu’il ne l’avoit jamais vu.
  8. Son marché.
  9. Puisque l’arbitre n’avoit vu son cheval que d’un côté, et par conséquent l’avoit mal estimé.
  10. Ceux qui assistoient à la séance, au tribunal.
  11. En plaisanterie.
Variantes.
  1. Autant comme li Huns diroit
    Qui encuntré iauz primiez verroit
    Dès que nous venions au marchié ;
    De totes pars l’ont otrié.

  2. S’il anble bien et isnel salt,
    Par foi, beax sire, il n’est pas halt.