Poésies (Marie de France)/Fable XCVI

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

FABLE XCVI.

Autre dou Vileins et de sa Fame.
alias
D’un Hume qui aveit une Fame tencheresse [1].

[a]Dun Vilein cunte qui aveit
Une Fame ke mult cremeit [2] ;
Qar el esteit mult felenesse [3]

De male part è trikeresse.
Ainsi avint que par un jur
Menoit ses Humes en labur ;
Dunc proièrent cil au Vilain,
[b]Que lur dounast cervoise et pain [4]
Dunques purreient-ils miex uvrer [5] ;
A sa Feme les rueve aler10
Et lui proier ke lor dounast
Qar pis sereit s’il i alast.
Cil l’unt à la Fame préié,
Puis li unt dit è cunseillié
Qe ses Sires pas n’el voleit.
Dunc respundit que leur dunreit
Mais gardaissent qu’il n’en éust
Ne ne menjast, ne ne béust ;
Or alaissent fauchier lur prez
Ele lur purtereit assez.20
Cil s’en alèrent lieément [6],
Ele les suit hastiwement,
Viande et boivre lur purta

Que haitié fuissent les rova.
Ansanble assistrent au mangier ;
[c]Pensez, fet-ele, d’esploitier [7].
Si feruns nus, fait ses Baruns,
E grant merciz qant nus l’avuns.
Qant ele vit sun Sengnur lié
Moult ot le cuer tristre et irié ;30
De sun Baron se trest arrière [8],
Cil la sivi vers la rivière.
Tant cum ele se traist en-sus,
[d]Et el s’en fuit de plus en plus,
Tant ke li piez li escapa
En l’aigue chiet, si affunda [9].
Li Serjant saillirent après [10]
A-val l’aiwe keurent adès [11]
Pur li tenir quel ne passast,
E que li floz ne l’enpurtast. 40
Li Vilein lur a escrié

[e]Qu’il ne sunt mie bien alé :
Contremunt la cuvient-il querre [12],
Que là, la porrunt bien troverre ;
Là, la quièrent, si ferunt bien
Tant ert encuntre tute rien.
A-val l’aige n’est pas alée
Cuntre la radur est turnée,
A sa mort ne fist-ele mie
Ce que ne volt faire à sa vie. 50

MORALITÉ.

Ainsi avient, plusur estrivent [13]
Vers lur Seignur, tant cum il vivent ;
Ne vuelent savoir ne sentir
Quels max lur en peut avenir,
[f]Lor richesse turne à vivant ;
Qant il se vunt aperchevant,
E s’il leur turne à mal-talent,
Il s’en vengent plus asprement.


  1. La Fontaine, liv. III, fab. xvi. La femme noyée.

    Les Instructions du chevalier de la Tour-Landry à ses filles. Voyez Académie des inscriptions, tom. XX, Mémoire par Caylus.

    Le Grand d’Aussy, Fabliaux in-8°, tom. II, p. 330 ; tom. IV, p. 161.

  2. Craignoit.
  3. Car elle étoit fausse, méchante et hargneuse.
  4. De la bière et du pain.
  5. Travailler avec plus de zèle.
  6. Joyeusement.
  7. De bien travailler.
  8. Elle se retire d’auprès de son mari qui la suivit du côté de la rivière.
  9. Elle tomba dans l’eau où elle enfonça.
  10. Les ouvriers coururent après.
  11. Sur le champ ils courent au-dessous de l’endroit où elle étoit tombée.
  12. Il faut la chercher en remontant, ce n’est que là vous pourrez la trouver.
  13. Disputent, querellent, contrarient.
Variantes.
  1. D’un home conte qui avoit
    Une feme que molt haoit,
    Car ele estoit moult tenceresse
    De male guise felenesse.

  2. Que lour donast et pain et vin
    S’en porroient-ils miex laborer.

  3. Pensez, dist-ele, du hastier.

  4. Et cil la suit de plus en plus.

  5. Qui ne se sent mie bien lié,
    Contre l’aive la devez querre ;
    Là le porrez trover à terre
    Là le quisent si dirent bien
    Que contrestoit tant à tout bien.
    Autre version.
    Là le querez, si ferez bien,
    Qu’ele ert encontre toute rien.
    Qu’aval l’iawe s’est avalée
    Contre le radour est montée.
    Che que ne waut faire à sa vie
    A sa mort ne fist-ele mie.

  6. Lor riote tiennent avant.
    Ou bien
    Leur veu tienent d’or-en-avant.