Poésies de Marie de France (Roquefort)/Fable XCV

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

FABLE XCV.

La Contralieuse.
alias
D’un Homme ki estriva à se Fame,
alias
Dou Vilain et de sa Femme [1].

[a]Un Vileins prist Feme à espuse
Qui moult esteit cuntraliuse.
Un jur furent ensanle alé
Pur ax déduire par un pré [2] ;
Li Vileins à sa Fame dit

C’unques mais de ses elz ne vit
Nul pré faukié si igaument [3] :
Cele respunt hastiwement,
Ainz fu od les forces tranciez.
[b]Dist li Vileinz ainz fu fauciez ;10
Ainz est, fist la Feme, tonduz,
Dunc s’est li Vileins irascuz [4].
Tu es, fet-il, fole pruvée,
[c]Cest pré est à la fauz copée :
Mès tu es si angresse et fole [5]
Q’avant vels metre ta parole
La moie velz faire remaindre.
Par angrestié la vels estaindre.
[d]Li Vilains l’a à-val gitée [6]
Si li a la langue cupée,20
Puis demanda k’avis li fu

E qu’el en avoit entendu ?
Se li prez fu od fax fauchiez [7]
[e]U s’il fu od forces tranchiez ?
La Vielle ne pot pas paller
A ses doiz li prist à mounstrer
Qu’as forces l’aveit-hum trenchié
[f]Que fax ne l’aveit pas fauchié.

MORALITÉ.

Par cest essanple voel mustrer
Bien le puet l’en suvent pruver30
[g]Se Fox parole une folie,
Et autre vient qui sens li die,
Li Fous n’el creit ains s’en aïre
Là ù set bien que c’est li pire.
Velt sa mençunge metre avant,
Nus n’el fereit du tut taisant.


  1. Le Grand d’Aussi, Fabliaux in-8°, tom. IV, p. 161, prétend que cette fable et la suivante sont des imitations de fabliaux plus anciens. Il en a donné la traduction tome II, p. 334.
  2. pour s’amuser dans une prairie.
  3. Aucun pré si également fauché.
  4. Mis en colère.
  5. Si méchante et si folle.
  6. Le paysan a jeté sa femme par terre et lui a coupé la langue.
  7. Si le pré avoit été fauché avec une faux, ou si l’on s’étoit servi de forces.
Variantes.
  1. Un Vilains ot fame espousée
    Qui durement ert reborsée.

  2. Et cil respont ains est faukiez
    Ainz fu, dist la fame, tonduz.

  3. Ceste herbe fu à fauc coupée.

  4. Cil l’a à la terre gitée
    Et la langue li a copée.

  5. Ou à forces estoit trenchiez.

  6. Et ke fauc ne l’avoit saié.

  7. Que s’uns faus dist une folie,
    Et autre vient qui un sens die,
    Ne l’en croit pas, ainz s’en aïre.