Poésies (Marie de France)/Fable XCVII

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Poésies de Marie de France, II, Texte établi par B. de Roquefort, Chasseriau (p. 385-386).

FABLE XCVII.

Dou Lièvre et dou Cers [1].

Uns Lièvres vit un Cerf ester [2],
Ses cornes prist à esgarder,
Mult li senla bele sa teste ;
Plus se tint vix que nule beste,
Quant autresi n’esteit cornuz,
E qu’il esteit si poi créuz.
A la Divesse ala paller [3],
Si li cumence à demander
Pur-coi ne l’ot si huneré,
E de cornes si aturné10
Cume li Cers k’il ot véu.
La Destinée a respundu :
[a]Tais toi, fet-ele, lai ester,

Tu nès purreies guverner [4] ;
Si ferai bien, il li respunt.
Dunt eut cornes el chief à-munt [5],
Mais nès pooit mie porter,
[b]Ne ne pooit à tot aler ;
Qar plus aveit q’il ne déust
E qu’à sa grandur n’estéut [6].20

MORALITÉ.

Par cest essample woel mustrer
[c]Que li rique hume et li aver
[d]Vuelent tuz-jurs trop cuveitier,
E si se vuelent eshaucier ;
Tant enprennent par lor ustraige
Que lor honur turne à damaige.


  1. Le Grand d’Aussy, Fabliaux in-8°, tom. IV, p. 195.
  2. Reposer, demeurer en place, stare.
  3. Les manuscrits donnent pour leçon, la Destinée, la Sapaude ou Spaude.
  4. Tu ne pourrois en faire usage.
  5. Au-dessus de la tête.
  6. Qu’il ne convenoit.
Variantes.
  1. Vas fol, dist-ele, lai ester.

  2. Car ne savoit du tot aler.

  3. Li convoitox.

  4. Tant, tot.