Poésies (Marie de France)/Fable XCVIII

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Poésies de Marie de France, II, Texte établi par B. de Roquefort, Chasseriau (p. 387-389).

FABLE XCVIII.

Dou Goupis et de uns Chaz [1].

Un Horpils è un Cas alèrent
[a]Parmi un champs ; si purpallèrent
Que il sereient cumpaignun ;
Dunc s’assanblèrent soz un buissun.
Le Chat au Gourpil demanda
Par quiex engiens se deffendra [2]
Là ù il serunt entrepris ;
Li Goupix li respunt : amis,
Des engins sai-geo mult, jou crei,
[b]E plain un sac en ai od mei ;10
Mès je ne veill le sac uvrir
Deci que cil deivent faillir.

Li Caz respunt par brief sarmun
[c]Nus ne summes mie conpaingnun [3].
Qar geo ne sai fors c’un engin
Ce sevent bien tuit mi veisin.
Là ù il vunt einssi pallant
Deus Chiens virent venir curant ;
Li Gorpilz vers le Chat s’escrie :
Or ai-jou mestier de t’aïe [4].20
Li Chaz respunt si ajue toi,
N’ai k’un engig, il est od moi ;
Dunt salli li Chaz sor l’espine [5] ;
Li Kien sessisent par l’esquine
Le Horpil, s’el vunt descirant ;
[d]Li Caz li escrie maintenant :
Compains, fet-il, pur-coi t’ublies,
Pur-coi tut tun sac ne deslies,
Tu l’espargnes trop lungement,
Li Chien te hastent durement,30

Pur-qoi n’as tun sac desploié ?
Geo l’ai, fet-il, trop espargnié,
Or te di bien, mix amereie
Tun seul engieng se jou l’aveie,
Que çax dont g’ai ma pance pleine ;
Je te voi délivré de paine.
Bien me deit, fait li Caz, membrer
De çou ke g’ai oï cunter.
Alors est ateins li Gopiz
Ja-çoit-il cuintes par ses diz.40

MORALITÉ.

Du Mentéor avient suvent
[e]Jà parolt-il raisnablement,
Que puet li Saiges entreprendre
S’il velt à sa parole entendre.
[f]Du loial Hume est mielz créue
Une parole et entendue
E plus profite en un grant plait
Que qanques li Mentièrres fait.

  1. La Fontaine, liv. xx, fab. xiv. Le Chat et le Renard.
  2. Par quelles ruses il pourroit se défendre quand ils seroient attaqués, poursuivis.
  3. Nous ne pouvons pas être compagnons.
  4. J’ai besoin de ton secours.
  5. Le chat alors saute sur un arbre.
Variantes.
  1. Parmi un camp se porpensèrent.

  2. Car pleine bouce en ai o moi.
    Mais jou ne voel la bouce ovrir.

  3. Nos ne serons pas compaignon.

  4. Li Chaz li a escrié tant,
    Compains, dist-il, porcoi t’oblies
    Que tot ton sens tot ne desplies.

  5. Tout paraut-il raisnaulement.

  6. Mais du loial est mix venue.