Poésies (Marie de France)/Fable XLI

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Poésies de Marie de France, II, Texte établi par B. de Roquefort, Chasseriau (p. 209-213).

FABLE XLI.

Dou vilain qui od sa Fame vit aler son Dru [1].

Dun Vilein woil ci recunter
Qui od sa Fame vit aler
Vers la forest sun Dru od li [2],
Après currut, mès cil s’enfui
Si s’est dedenz le bois muciez [3] ;
Si s’en returne tuz iriez [4],
Sa Fame laidi et blasma [5],
E la Dame li demanda
Pur qu’il palloit ensi vers li [6],
E sun Barun li respundi10
Que il ot véu sun Léchéur [7]
Qi li fist hunte et deshonur,

[a]Aler od li en la forest.
Sire, fait-ele, s’il vus plest,
Pur l’amur Diu dites me voir [8],
Cuidastes vus Hume véoir
Aler od mei, nel’ me celez.
Jel’ vi, fait-il, en bois entrez ;
Lasse ! fet-ele, morte sui,
[b]Demain murrai u encor hui [9] ;20
A m’Aiulle [10] avint autresi
Et à ma Mère, car jel’ vi
Un po devant lur finement [11].
Ce fu séu apertement [12]
K’uns Bachelers [13] les cunduiseit
[c]Mais ne sorent ù cil aleit.

Or, sai-jeo bien, près est ma fins,
Mandez, Sire, tus mes cuisins,
Si départiruns nustre aveir [14],
N’oze ù siècle plus remaneir [15].30
A tute la moie partie [16]
Me metrai en une abbeïe ;
Li Vilains l’ot, merci [17] li crie :
Lessiez ester, fet-il, Amie,
[d]Ne partirez de mei ensi,
Mençunge fu quankes jeo vi ;
N’oz, fait-ele, plus demurer
De m’âme m’estuet pensser
Enseurke-tut [18] pur la grant hunte
Dunt vus avez fet si grant cunte.40
Touz-jurs me serait repruvé

Que malement aureie uvré [19],
Se vuz ne jurez sairement [20]
[e]Si que l’orrunt nustre parent
Que ne véistes Hume od mei ;
Si m’afiez la vostre fei
Qe vus jamès ne me sivrez,
Ne mais nel’ me repruverez [21],
Que mavès gré ne m’en sarez
Ne jà n’el me reproicherez.50
Volentiers, Dame, cil respunt ;
Au munstier ensamble s’en vunt,
[f]Là, li jura ce que li quist [22]
E plus assez qu’ele ne dist.

MORALITÉ.

Pur ce dist-on en repruvier [23]

Ke Fames sevent engingnier ;
[g]Les mençunges funt voirables [24],
Si unt un art plus que Diables.


  1. Le Grand d’Aussy, Fabliaux in-8°, tom. III, p. 122.
  2. Dru, amoureux, amant, galant.
  3. Muciez, caché, d’amicire,
  4. Iriez, en colère, fâché, iratus,
  5. Il maltraita et outragea sa femme.
  6. Quelles étoient les raisons qui le faisoient ainsi agir envers elle.
  7. Libertin, galant d’une femme mariée, luxuriosus.
  8. Pour l’amour de Dieu, faites-moi la grâce de me dire si tous avez cru voir un homme avec moi ; je vous en prie, dites-moi la vérité, veuillez ne pas me la déguiser.
  9. Hui, aujourd’hui, hodiè,
  10. M’aiulle, mon aïeule, ma grand’mère.
  11. Mort, finis.
  12. Ouvertement, par tout le monde, apertè,
  13. Jeune homme, Baccalaureus.
  14. Nous diviserons notre fortune.
  15. U siècle, dans le monde ; remanoir, rester, demeurer remanere.
  16. Avec ce qui me reviendra, je me retirerai dans un couvent.
  17. Merci ; pardon, misericordia.
  18. En sorte que, sur-tout, insuper.
  19. Fait, travaillé, d’operari.
  20. Serment, promesse, de sacramentum.
  21. Reprocherez, m’en ferez ressouvenir.
  22. Demanda, exigea, quæsivit de quærere.
  23. Reproche, blâme, de reprobare.
  24. Choses vraies.
Variantes.
  1. Jel’ vi, fait-il, fouïz s’en est.

  2. Je morrai demain ou auqui,
    A ma taie tout autresi.

  3. Là ou ele èns riens n’avoit.

  4. Ne départons le notre ensi
    Menchonge fu kankes vos di ;
    Ni os, fet-ele, mais ester.

  5. Si que le voie tote gent,
    Que riens ne féistes o moi.

  6. Là, li jure ce q’ele dist.
    Et plus assez qu’ele ne quist.

  7. Les veziées non vertables
    Ont plus un art que li deables.