Poésies (Marie de France)/Fable XXIX

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Poésies de Marie de France, II, Texte établi par B. de Roquefort, Chasseriau (p. 156-157).

FABLE XXIX.

Dou Leu et de la Truie prains [1].

Jadis avint k’uns Leus erra
Par un kemin, si encuntra
Une Truie qui preins [2] esteit ;
Vers li ala à grant espleit [3]
E dist que pès li vient dunner,
Or se hastast de porceler [4] ;
(Car ses Pourciaus voleit aveir).
Cele respunt par grant saveir,
Sire, cument me hastereie
[a]Tant cum si près de moi vus veie,10
Ne me puis-jeo pas délivrer,
Tel hunte ai de vus regarder.

Ne savez mie qui ce munstre
Tutes femelles unt grant hunte,
[b]S’aucuns Masle les doit tuchier
A tel besung, ne aprismier [5].
Adunc s’en vait li Lous mucier [6],
Qui les Porciauz vuleit mengier ;
E la Truie s’en est alée
Qui par engien [7] s’est délivrée.20

MORALITÉ.

Cest essemple deivent tenir [8]
Toutes Fames, è retenir
Por seulement leurs cors garir,
Ne lessent lor enfanz périr.


  1. Romul. Nilant., lib. II, fab. xxi. Lupus et Scrofa parturiens.
  2. Pleine, enceinte, grosse d’enfant ; plena ; preigne, pregne, prains, praigne sont les différentes leçons des manuscrits.
  3. En marchant très-vite.
  4. De mettre bas ses petits.
  5. Ni approcher, approximare.
  6. Cacher, amicire.
  7. Ruse, adresse, ingenium.
  8. Suivre.
Variantes.
  1. Qant de si près je vous verroie.

  2. Que nus malles ne doit tochier.