Poésies de Marie de France (Roquefort)/Fable XXVIII

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

FABLE XXVIII.

Dou Chien è dou Lairon,
alias
Des Brebis q’on voleit embler [1].

Dun Lairon cunte qui ala
Berbiz embler [2], que il espia
Dedenz la faude [3] à un Vilain ;
Ensanle od li porta un pain [4],
Au Chien voleit ce pain baillier,
[a]Qui la faude deveit gueitier.
Li Kiens li dist : Amis, pur coi
Prendrei-jeo cest pain de toi,

Je nel’ te puis guerredoner [5],
Fai à tun oues [6] le pain garder.10
Li Lieires dist : jeo ne quier rien,
[b]Menjue le pain, si est le tien ;
Li Chiens respunt n’en woil nient [7],
Jeo sai très-bien à escient [8]
Ke ma buche velx estuper,
Que jeo ne puisse môt soner,
Puis si embleroies nos Berbiz
Kar li Berchier est endurmiz,
Traï aureie mun Seignur
Ki ma nurri dusqu’à cel jur.20
Malement areis emploié
K’il m’a nuri et afaitié [9] ;
Se par ma garde avois perdu
[c]Ce pur qu’il ma lunc-tens tenu,
E tu meismes me héireies [10],
E pur trahitor me tenreies.

Ne voil tun pain si gaaingnier,
Dunc cumença à abaier.

MORALITÉ.

Par ceste Fable munstre ci
[d]Que chascuns Frans-Huns [11] face autresi ;30
Se nus li veult dunner loier [12]
U par promesse è losengier [13],
Que sun Segnur doie traïr
N’el voille mie cunsentir
Atendre en deit tel gueirredon
Cume li Chiens fist dou Lairon.


  1. Phædr., lib. I, f. xxiii. Canis fidelis.

    Romul. Nil., lib. II, f. xx, idem.

    Anon. Nilant., fab. xxiii.

  2. Voler, enlever, du grec ἐμϐάλλειν.
  3. Bergerie, étable à brebis.
  4. Avec lui il portoit un pain pour le donner au chien qui gardoit l’étable.
  5. Te rendre aucun service.
  6. Gré, volonté.
  7. Je n’en veux pas.
  8. A scient en connoissance de cause que tu veux me clore la bouche.
  9. Instruit, entretenu, d’affectare.
  10. Toi même me mépriserois et me regarderois comme un traître.
  11. Homme de condition libre ; demeurant dans un fief ; serf qui a obtenu son affranchissement.
  12. Récompense.
  13. Fausse louange, caresse pour tromper.
Variantes.
  1. Por garder le kien d’abaïer.

  2. Mais pren le et si le retien.

  3. Ce dont il m’a lonc-tens péu.

  4. Chascuns franz hom doit fere ensi.