Poésies complètes (Le Goffic)/Ar Roc’h-Allaz

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Poésies complètesLibrairie Plon (p. 121-122).


AR ROC’H-ALLAZ


À Jean Le Fustec.


    Près des Vieux-Étangs il y a une roche bleue, — Une roche bleue et ronde appelée la Pierre de l’Hélas.
    Et, sur cette roche-là, qui se repose un moment — En reste pour toute sa vie déjoyeux et languissant.
    Maintes fois j’ai vu voler vers l’étang, — J’ai vu maintes fois s’en venir une jeune tourterelle :



    Toute frisquette, dans sa robe d’argent clair, quand elle arrivait ; — Pleine de mélancolie, hélas ! quand elle s’en retournait.
    Sur la pierre de la Destinée elle s’était posée un moment, — Et depuis le deuil assombrissait ses prunelles.
    Cette pierre-là, pour mon malheur, avant de connaître son influence, — J’ai dans ma jeunesse reposé sur sa face…
    Et voilà, mon cher Jean, voilà comment — La joie a déserté mon âme jour et nuit.