Poésies de Benserade/À Monsieur Esprit

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Poésies de Benserade, Texte établi par Octave UzanneLibrairie des bibliophiles (p. 34).

À Monsieur Esprit, premier Médecin de Monsieur.

SONNET.


Esprit, qui de si loin ramenez la santé.
Qui guérissez les maux par une simple œillade,
Et qui rectifiez avecque sûreté
Cet art qui sçait si bien faire un mort d’un malade,

Vous avez guéri Ludre, et je me persuade
Que vous en concevez une noble fierté ;
Déjà son teint revient, déjà tout paroît fade
Auprés de cette jeune et charmante beauté.

De quelle conséquence est une telle cure !
Il n’est point d’accident que je ne me figure
Au-dessous du malheur dont vous la préservez.

Hélas ! sa guérison n’est guère moins funeste,
Et, pour une personne icy que vous sauvez,
Peut-être coupez-vous la gorge à tout le reste.

Attention : la clé de tri par défaut « A Monsieur Esprit » écrase la précédente clé « a monsieur esprit ».