Poésies de Benserade/Par mes regards, jugez de mon martyre

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Poésies de Benserade, Texte établi par Octave UzanneLibrairie des bibliophiles (p. 45).

CHANSON.


Par mes regards, jugez de mon martyre,
On me défend, Cloris, de vous l’expliquer mieux :
Quelle pitié, d’en avoir tant à dire,
Et de n’oser vous parler que des yeux !

Je suis heureux, dans un si beau supplice,
Expirant sous les traits dont vous blessez les Dieux ;
Mais permettez que mon cœur éclaircisse
Par un soupir ce que disent mes yeux.



Attention : la clé de tri par défaut « Par mes regards jugez de mon martyre » écrase la précédente clé « par mes regards, jugez de mon martyre ».