Poésies de Catulle/26

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Traduction par Charles Héguin de Guerle.
Panckoucke (p. 41-43).

XXVI.

À FURIUS.


Furius, ma maison des champs est à l’abri du souffle de l’Auster et du Zéphyr ; elle ne redoute ni le cruel Borée, ni le vent d’est ; mais elle est hypothéquée pour quinze mille deux cents sesterces. Ô l’horrible, le funeste vent !