Poésies de Marie de France (Roquefort)/Lai d’Equitan

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Poésies de Marie de France, Texte établi par B. de RoquefortChasseriauEd. Roquefort, tome 1. (p. 114-136).

LAI D’ÉQUITAN.



Mut unt esté noble Barun
Cil de Bretaine li Bretun ;
Jadis suleient par pruesce,
Par curteisie, è par noblesce,
Des aventures qu’ils oieent,
Ki à plusur gent aveneient
Fère les Lais pur remenbrance
Qu’en ne les meist en ubliance
N’ent firent ceo oï cunter
Ki n’est fet mie à ublier.
D’Equitan qui mut fu curteis
Sire des Nauns jostis è leis.
Équitan fu mut de grant pris
E mut amez en sun païs ;
Déduit amout è druerie,
Pur ceo amot Chevalerie.
Cil met lur vie en une cure
Que d’amur n’unt sens è mesure.
Tels est la mesure de amer
Que nul ni deit reisun garder.
Équitan ot un Séneschal
Bon Chevalier pruz è léal,
Tute sa tere li gardoit,

E meinteneit è justisoit ;
Jà, se pur ostier ne fust,
Pur nul busuin ki li créust,
Li Reis ne laissast sun chacier,
Sun déduire, sun rivéier.
Feme espuseot li Séneschals
Dunt puis vint el païs grant mals.
La Dame est bele durement,
E de mut bon affeitement ;
Gent cors out è bele faiture,
En li former muat Nature.
Les oilz out veirs[1], è bel le vis,
Bele buche, neis ben asis ;
El Réaume ne out sa per.
Li Reis l’oï sovent loer
Soventefez l’a salua,
De ses aveirs li envéia ;
Sanz véue l’a coveita
E cum ainz pot à li parla.
Pur privéement esbanier,
En la cuntrée ala chacier,
Là û li Séneschal maneit.
El chastel ù la Dame esteit

Herberjat li Réis la nuit.
Quant repeirout de sun déduit,
Asez poeit à li parler,
Sun curage è sun bien mustrer;
Mut la trova curteise è sage,
Bele de cors è de visage;
De bel semblant è enveisie.
Amurs l'ad mis a sa maisnie;
Une séiete ad vers li traite
Qui mut grant plaie li ad faite :
El quor li ad lancié è mise,
N'i ad mestier, sens ni cointise.
Pur la Dame l'ad si surpris,
Tut en est murnes è pensis.
Or li estut del’ tat entendre;
Ne se purrat nient défendre.
La nuit ne dort ne se respose;
Mès sëï mêmes blasme è chose.
Allas! fet-il, quel destinée
M’amenat en ceste cuntrée ?
Pur ceste Dame qu’ai véue,
M’est un anguisse al quoer férue,
Qui tut le cors me fet trembler,
Jeo quit que mei l'estuet amer.
E si jo l’aim, jeo ferai mal;
Ceo est la femme al Séneschal.
Garder lui deis amur è fei,
Si cum jeo voil qu’il face à mei.

 
Si par nul engin le saveit,
Bien sai que mut l'en pesereit.
Mès nepurquant pis iert asez
Que pur li séie afoléz.
Si bele Dame tant mar fust,
Si ele n'amast , u dru ust;
Que devendreit sa curteisie,
Si ele n'amast de druerie?
Suz ciel n'ad femme, s’ele amast,
Ki de amur n'en amendast.
Li Séneschal, si l’oit cunter
Nel’ en deit mie trop peser.
Sul ne la peot-il nient tenir ;
Certes jeo voil od li partir.
Quant ceo ot dit si suspira,
Enprès se jut è si pensa.
Sui en estrif è en effrei?
Uncore ne sai n’en ai seu
S’ele fereit de mei sun dreu;
Mès jeo sauerai hastivement.
S'ele sentist ceo ke jeo sent,
Jeo perderei ceste dolur,
E deuz tant ad de-ci qu'al jur,
Jeo ne puis jà repos aveir;
Mut ad ke jeo cuchai eir seir.
Li Reis veilla tant que jur fu;
A grant peine ad atendu.

Il est levez, si vet chacier;
Mès tost se mist el reperier.
E dit que mut est déhaitiez,
El chambre vet, si s’est cuchiez.
Dolent en est li Sénescaus,
Il ne seit pas quels est li maus
De quei li Reis sent les fricuns.
Sa femme en est dreit acheisens:
Pur sei déduire è conforter
La fist venir à li parler.
Sun curage li descovri ,
Savoir li fet qu'il murt pur li.
Del tut li peot faire confort,
E bien li peot doner la mort ;
Sire, la Dame li ad dit,
De ceo m’estuet aveir respit.
À ceste primère féiée
Ne sei-jeo mie cunseillée ?
Vus estes Rei de grant noblesse ;
Ne sui mie de teu richesce ,
Que méi déiez arester
Ne druerie ne vostre amer.
Si avez fait vostre talent.
Jeo sai de veir, ne dut nient;
Tost m’averez entrelaissiée,
Jeo, sereie mut empeirée,
Se si fust que jeo vus aimasse,
E vostre requeste otréiasse.

Ne sereit pas bele partie
Entre nus deus la druerie;
Pur ceo que estes Réi puissaunz,
E mi Sire est de vus tenaunz,
Que déréiez à mun espeir
Le danger del amur aveir.
Âmur n'est pruz se n’est égals;
Meuz vaut un povre hum léals,
Si en sei ad sens é valur.
Grelnur joïe est de s'amur,
Qu’il nest de Prince u de Rei,
Quant il n ad léauté en sei.
Si aukun aint plus haltement
Que sa richesce n'en apent,
Cil se dut de tele rien.
Li riches hume requid bien
Que nuls ne li toille s’amie
Qu'il volt amer pur seignurie.
Equitan li respunt après:
Dame, merci, nel' dites mès.
Cil ne sunt mie del' tut curteis;
Ainz est bargaine de burgeis
Qui pur aveir ne pur grant fiu,
Mettent lur peine en malveis liu.
Suz ciel n'ad Dame, s'èle est sage,
Curteise è franche de curage,
Pur que d’amer se tienge chière
Quelle ne seit mie novelère.

Si ele n'ust suz sun mantel
Qu'uns riches Princes de chastel;
Ne se déust pur li pener
E léalment è bien amer.
Cil ki d'amur sunt novelier
E ki s’aturnent de tricbier,
II sunt gabé et décéu,
E de plusurs l'avum nus veu.
N’est pas merveille se cil pert
Ki par son crime le désert.
Ma chiere Dame à vus mustrei;
Ne me tenez dunc pas pur Rei,
Mes pur vostre hum è vostre ami.
Séurement vus jure è di
Que jeo ferai vostre pleisir,
Ne me laissez pur vus mûrir.
Vus seiez Dame, è jeo servant,
Vus orguilluse, è jeo preiant.
Tant ad li Reis parlé od li
E tant li ad crié merci,
Que de s'amur l'aséura,
E èle sun cors li otria.
Par lur anels s'entresaisirent,
Lur fiaunce s’entreplévirent;
Bien les tiendrent mut s entraimèrent,
Puis il murussent et reitt è finèrent.
Lung-tens durrat, lur druerie,
Qui ne fu pas de genz oïe;

As fines de lur assembler,
Quant ensemble durent parler,
Li Reis feseit dire à sa gent
Que seignez iert privéement;
Le us des chambres furent clos,
Ne troveissez hume si os,
Si li Rei pur li nenvéiast,
Jà une feiz dedenz entrast.
Li Séneschal la Gurt teneit
Les plaiz, è les clamurs oïeit;
Li Reis l'ama mut lungement
Qui d’autre femme n'ot talent.
Il ne voleit nule espuser;
Jà ne royast oïr parler.
La gent le tindrent mut à mal;
Tant que la femme al Séneschal
L’oî suvent, mut li pesa,
E de lui perdre se duta.
Quant èle pout à li parler
E èle li duit joïe mener,
Baisier, estreindre è acoler,
E ensemble od li juer,
Forment plurt è grant déol fîst.
Li Reis demanda è enquist
Que deueit è que céo fu.
La Dame li ad respundu :
Sire, jo plur pur nostre amur,
Qui mei revert à grant dolur.

Femme prendrez, fille à un Rei,
E si vus partirez de mei :
Sovent l'oi dire è bien le sei;
E jeo lasse que devendrai!
Pur vus m'estuet auques la mort
Car jeo ne sai autre cunfort.
Li Réis li dit, par grant amur,
Bele amie, n'éiez pour
Certes jà femme ne prendrai
Ne pur autre ne vus laissé.
Sacez de ver è si créez,
Si vostre Sire fust finez,
Reine è Dame vus fereie
Jà pur femme ne vus lerreie.
La Dame l'en ad mercié,
E dit que mut li sot bon gré;
E si de ceo l'aséurast;
Que pur autre ne là lessast,
Hastivement purchacereit,
A sun Seignur que mort sereit.
Legier sereit à purchacier
Pur ceo k'il li vousist aidier
Il li repunt que si ferat;
Jà cele rien ne li dirrat;
Que il ne face à sun poeir,
Fust à folie u à saveir.
Sire, fet-èie, si vus plest,
Venez chacer en la forest,

En la çuntrée ù jeo sujur :
Dedenz le chastel mun Seignur
Sujurnez; si serez seignez,
E al terz jur si vus baignez.
Mi Sires od vus se seignera
E od vus puis se baignera;
Dites li bien nel’ lessez mie
Que il vus tienge cumpainie.
E jeo ferai les bains tremper
E les deux cuves aporter;
Sun bain si chaut è si buillant,
Suz ciel ne ad humme vivant,
Ne fust escaudez è mal mis
Ëinz que dedenz si fust asis.
Quant mort serat è escaudez,
Nos humes è les soens mandez.
Si lar mustrez cum faitement
Est mort al bain sudeinement.
Li Réis li ad tut graunté,
Qu’il en ferat sa volenté.
Ne demurat mie treis meis
Qu'el païs vet chacier li Reis;
Seiner se fet cuntre sun mal
Ensemble od li sun Sénesohal.
Al terz jur dist k’il baignereit :
Li Séneschal dit :jo l’otrei.
La Dame fet les bains tremper
E les deus cuves aporter.

Devant le lit; tut à devise,
Ad chescune des cuves mise;
L’ewe buillant fait aporter,
U 11 Sénescal deust entrer.
Li Preudum esteit sus levez
Put déduire fu fors alez.
La Dame vient parler al Rei,
E il la mist dejuste séi :
Sur le lit al Seignur cuchèrent,
E déduistre, è enyeisèrent;
Ileoc unt ensemble géu;
Pur la cuve qui devant feu.
L'us firent tenir è garder,
Une Meschine i deust ester.
Li Séneschâl hastif révint
A l'hus buta, cèle le tint,
Icil le fiert par tel haïr,
Par force li estut ovrir.
Le Rei è sa femme ad trovez
U il gisent entreacolez.
Li Reis garda, sil’ vit venir,
Pensa sa vileinie couvrir,
Dedenz la cuve saut joinz pez,
É il fu nuz è despuillez.
Unques garde ne s’en dona,
E ileoc murut escauda.
Sur li est le mal reveniz
E il est sauf è bien gariz.

Le Sénescal ad bien véu
Coment del’ Rei est avenu;
Sa femme prent demeintenant
£1 bain la met le chief avant.
Issi mururent ambedui,
Li Reis avant, è èle od lui;
Ki bien vodreit reisun entendre,
Ici purreit ensample prendre :
Tel purçace le mal d’autrui,
Dunt le mais revertit sur lui;
Issi a vient, cum ait vus ai,
Li Bretun en firent un Lai,
De Equitan cum il fina,
E la Dame qui tant l'ama.


    1. langueDOil ##


LAI D’ÉQUITAN.[2]



On ne sauroit exprimer combien les anciens Bretons de la petite Bretagne étoient nobles de vie et de mœurs. Ils avoient la coutume pour rappeler les belles actions, de mettre par écrit les aventures qui arrivoient de leur temps, ou qu’ils entendoient raconter. Lorsqu’elles offroient des faits intéressants, ils s’empressoient d’en faire un Lai , afin que l’exemple n’en fût pas perdu pour la postérité. En effet, celui-ci étant fort curieux, je veux qu’il ne soit pas oublié.

Je veux donc rapporter le Lai d’Equitan, Roi de Nantes, homme sage, courtois et loyal, que ses bonnes qualités avoient fait chérir de tous ses sujets. Par la raison qu’il aimoit l’amour et les plaisirs qu’il procure, il n’est pas besoin de demander s’il étoit bon chevalier. Equitan se livroit trop au plaisir d’aimer ce qui par-fois lui faisoit commettre des imprudences ; tels sont ceux qui d’amour sont épris, ils ne gardent aucune mesure et perdent entièrement la raison.

Le sire de Nantes avoit pour sénéchal un chevalier loyal et brave qui commandoit en son absence, et rendoit la justice en son nom. Ce n'est pas qu’Équitan pour remplir ces devoirs, n’abandonnât souvent la chasse, la pêche et les autres plaisirs. Ce sénéchal épousa une femme qui causa bien des chagrins au pays. La dame est aussi belle, aussi bien faite qu’elle est aimable. L’ensemble de ses qualités est tel que pour la former, la nature fit un prodige. Elle avoit des yeux bleus (i), la figure charmante, le nez bien fait, la plus jolie bouche, enfin qu’il vous suffise de savoir que le royaume ne pouvoit offrir une pareille beauté. Equitan avoit plusieurs fois entendu faire l’éloge de cette femme; plusieurs fois aussi il l’avoit vue, saluée, et lui avoit fait même quelques présents. Le roi la trouvant à son gré, désira lui parler en secret. Pour être plus à son aise, il alla chasser dans le pays où le sénéchal faisoit sa résidence, puis alla coucher au château Dans l'entretien qu'il eut avec la dame Equitan ne tarda pas à s’apercevoir qu’elle étoit aussi sage que belle. Mais l’ayant regardée trop attentivement, l'éclat de ses charmes embrasa le monarque des feux les plus ardents. Amour l’assujettit à ses lois et le blessa d’une flèche qui, l’atteignant au cœur , lui fit une blessure profonde que rien n’auroit pu guérir.Il est tellement épris des attraits de sa belfe, qu’il devient morne et pensif. Il ne fait plus rien, il n'entend rien pendant le jour, et pendant la nuit il ne peut sommeiller. Il se reproche ses amours. Hélas ! dit -il, pourquoi le sort m’a-t-il conduit dans ce château ? La vue de cette beauté me cause un tourment affreux; je tremble en sa présence: jusques à quand l'aimerai-je ainsi? Mais en l’aimant je commets un crime: n’est-elle pas la femme de mon sénéchal? Je dois à ce dernier la foi et l’amour que je serois en droit d’exiger de lui. Ne pourrois-je pas trouver quelque moyen pour connoitre la pensée de la dame qiie j’adore , car je suis trop malheureux de souffrir tout seul Il n’est point de belle femme, tant méchante soit-elle, qui ne veuille aimer ou faire un amant; car enfin, que seroit sa courtoisie si elle n’aimoit tendrement. Non, il n’est point de femme sur la terre qui ne sacrifie à l’amour[3]. Si mon sénéchal vient à connoître mes sentiments pour sa moitié, il ne pourra pas en être fâché, car il ne doit pas certainement la garder pour lui seul; puis enfin je le renverrai et me séparerai de lui. Après ces réflexions, Equitan soupira et se prit à dire : Parbleu je prends bien de la peine d’avance, puisque je ne sais pas encore si la belle veut m’accepter pour ami ; mais dès aujourd’hui je saurai si elle partage mes sentiments, je perdrai, je l’espère, ce chagrin qui m’accable nuit et jour, sans me laisser un instant de repos.

Le jour que le prince attendoit avec tant d’impatience vint enfin à paroître. Aussitôt il se lève et part pour la chasse, mais il ordonne bientôt de rentrer sous le prétexte d’une indisposition. Il monte dans son appartement et se couche. Le sénéschal vivement affecté de cette indisposition subite est loin de penser que sa femme soit la cause de la maladie de son prince. Il est tellement persuadé du contraire, qu’à la prière de ce dernier, il invite sa femme à venir tenir compagnie à son hôte afin de le distraire. Dès l’instant où ils sont seuls, Equitan découvre son amour à la belle; il lui apprend qu’il meurt pour elle, et que dans le cas où ses vœux seroient rejetés, il se donnera la mort. La dame surprise lui dit aussitôt: Sire, excusez-moi si je ne réponds pas sur-le-champ à votre question; elle.e^t embarassante et demande réflexion. Vous êtes trop riche et de trop haute naissance pour m'offrir vos voeux. Lorsque vous aurez satisfait vos desirs, je sais à n’en pouvoir douter que vous m’abandonnerez. Je serois trop malheureuse si je venois à vous aimer et à vous accorder votre demande. Il ne convient pas que nous nous attachions l'un à l’autre. Vous êtes um seigneur puissant, et mon mari, votre vassal, est trop au-dessous de votre dignité pour que vous espériez et que vous n’ayez point songé à cette difficulté. D ailleurs, sire, l’amour n’est heureux qu’entre gens de conditions égales; mieux vaut un homme peu favorisé des dons de la fortune, s’il joint la prudence à la valeur. Ses vœux sont plus agréables à recevoir que ceux d’un prince ou d’un roi, personnages bien rarement fidèles. Qui aime dans une classe plus élevée fait bien; l’homme riche et puissant ne croit pas qu’on puisse lui enlever sa mie, et pense que celle-ci doit l’aimer à cause de sa naissance et de ses privilèges. Ah, madame, répondit Equitan, ce que vous me dites n’est pas aimable; permettez-moi de vous faire observer que les exemples que vous me citez sont des dictons de bourgeois, qui placent toujours mal leur affection. J’oserai vous dire qu’il n’est aucune femme bien née qui, si elle n’est point changeante et qu’elle veuille aimer n’accorde sa tendresse à un prince et ne l’aime véritablement. Quant à ces grands seigneurs qui, par goût du changement, courent de belle en belle, ils doivent vent être vilipendés ainsi qu’il est arrivé à plusieurs. D’ailleurs il est juste de tromper un trompeur. Ainsi, belle dame, je vous en supplie, ne regardez pas à mon rang, mais prenez-moi pour votre homme-lige et pour votre ami. Je vous promets et vous jure de faire entièrement votre volonté ; ne me laissez pas mourir ; vous serez ma dame et moi votre esclave, voua commanderez et j’obéirai. Enfin, après toutes les protestations et les assurances d’un amour éternel, la dame lui accorda sa demande ; ils échangèrent leurs anneaux, se donnèrent mutuellement leur foi qu’ils tinrent. Ils s’aimèrent tendrement jusqu’à leur mort qui arriva le même jour.

Ce commerce dura fort long-temps sans être aperçu, et lorsque Equitan vouloit entretenir en secret sa maîtresse, il annonçoit aux gens de sa maison, qu’ayant besoin d’être saigné, il desiroit être seul et qu’on ne laissât entrer, personne [4]. Quel eût été l’homme assez osé pour enfreindre les ordres du souverain, et pour entrer s’il n’eût été appellé. Pendant ce temps, le sénéchal tenoit la cour, jugeoit les procès, écoutoit les réclamations. Aussi le prince l’estimoit-il autant qu’il aimoit la dame. Cependant il apprit que ses barons et ses sujets le blâmoient de ce qu’il ne prenoit pas une compagne. Ces bruits parvinrent à l’oreille de la femme du sénéchal, qui craignoit de perdre son amant. La première fois qu’elle vit Equitan, au lieu de jouer et d’user des plaisirs qu’amour procure, la dame pleure et se désole. Equitan s’empresse de lui demander le motif de son chagrin. Seigneur, je pleure pour nos amours dont la fin me fera mourir de douleur. D’après la demande de vos vassaux, vous allez m’abandonner pour vous marier avec quelque princesse ; je le sais, j’en suis certaine, et moi, malheureuse, que vais-je devenir ? J’aime mieux la mort que de vous perdre, car je ne connois aucun autre remède à mes maux. Belle amie rassurez- vous, lui dit le roï avec tendresse, soyez certaine que jamais je ne vous quitterai pour une autre femme, et je vous promets que dans le cas où vous deviendriez veuve, vous partagerez mon trône et ma puissance. La dame remercia Equitan de l’assurance qu’il venoit de lui donner, sur-tout de ce qu’il ne prendroit póint d’autre femme. Et puisqu’il en étoit ainsi, elle alloit aviser aux moyens de se défaire de son époux, chose fort aisée dans le cas où son amant voudroit l’aider. Equitan répondit qu’il étoit prêt à faire tout ce qu’elle lui ordonneroit. Eh bien! sire, venez chasaer dans notre forêt, vous logerez au château. Puis, trois jours après vous être fait saigner, vous prendrez un bain, mon mari en fera autant; vous aurez soin qu’il vous tienne toujours compagnie. Pendant ce temps je ferai apprêter les baignoires et les bains, je tieur drai celui de mon mari si chaud que personne ne pourroit le supporter; enfin, à peine y sera-t-il entré, qu’à l’instant même il aura cessé de vivre. Aussitôt cet événement, vous manderez vos hommes et les siens pour leur montrer que mon mari est mort subitement dans le bain. Equitan approuva ce projet, et lui promit de concourir à son exécution.

Trois mois s’étoient à peine écoulés que le roi alla chasser comme il en étoit convenu, il se fait saigner de concert avec son sénéchal; Equitan prévient qu’ils se baigneront au bout de trois jours. En effet la dame fait apporter les cuves devant les lits, et n’oublie pas l'eau bouillante pour la baignoire où son mari devoit entrer. Le sénéchal étant sorti pour quelques affaires, sa femme vint parler au prince qui la fit placer à côté de lui, sur le lit du mari, et pour être plus en sûreté pendant qu’ils prenoient leurs ébats, la porte étoit gardée par une jeune fille. Le sénéchal s’empresse de revenir frappe à la porte de son appartement, mais la jeune fille la retenoit; en colère de ce retard, il frappe de nouveau avec tant de violence qu’il fallut enfin lui ouvrir. En entrant, il trouva le roi et sa femme couchés dans le même lit. Équitan voyant arriver le sénéchal, honteux d’avoir été surpris, sort du lit à la hâte, saute à pieds joints dans Fnne des cuves ; pour son malheur il se précipite dans celle qui étoit remplie d’eau bouillante, et il y périt aussitôt. Ainsi le mal qu’il vouloit faire est entièrement retombé sur lui. Le sénéchal connut alors l’intrigue et les projets de sa femme : furieux d’avoir été trompé, il la prend et la jette, la tête la première, à côté de son suborneur. Ainsi périrent les deux amants, d’abord le prince, puis son amie. L’homme raisonnable verra par ce que je viens de raconter la vérité de cet argument : tel cherche le mal des autres qui en est atteint le premier.

De cette aventure, comme je l’ai dit, les Bretons ont fait le Lai d’Equitan et de la dame son amie.

  1. Oilz veirs. Voy. Glossaire de la langue romane, tom. II, p. 660 ; le portrait d’une beauté dans la Ravallière, Poësies du Roi de Navarre, tom. I, pag 231, et le Grand d’Aussy, Fabliaux in 8o, tom. III, p. 346.
  2. Manuscrit du Museum Britannicum bibliothèque Harléiène , no 978.
  3. Vers 83

    Suz ciel n’ad hume si ele amast.

    Hume est évidemment une faute de copie.

  4. L’usage de se faire saigner subsistoit dès les premiers temps de la monarchie ; il étoit surtout en faveur chez les moines qui, par leur vie sobre et uniforme, par le travail journalier auquel ils étoient assujettis, avoient moins besoin que d’autres, de pareils remèdes. Dans chaque couvent il y avoit des jours désignés pour employer ce remède que le concile d’Aix-la-Chapelle tenu en 817, défendit, en réglant que chaque religieux ne pourroit se faire saigner que lorsque sa santé l’exigeroit. Mais le préjugé l’emportant sur la loi du concile, il continua d’avoir lieu jusqu’au XVIe siècle. Ce temps de saignée générale s’appeloit jours malades, et jours de la minution del’sanc. Les statuts des Chartreux leur permettoient, pour seul remède, la minution et le cautère, qu’ils pouvoient employer cinq fois l’année. Il en étoit de même des Prémontrés ; mais les Clunistes, les autres ordres et les Chanoines, et oient réduits au nombre de quatre saignées par an. Les Laïcs suivoient l’exemple des religieux, et souvent même, pour ce moment, ils alloient se retirer dans quelque monastère.
      Dans certaines chartes de fondation, le fondateur se réservoit ce droit pour lui et pour sa famille. Les mois propres à la saignée étoient ceux de février, avril, mai, juin, septembre, novembre et décembre. Ces règlements sanitaires institués et pratiqués dans des temps de barbarie, sont présentés au public dans les almanachs de Liège, autrement dit le Matthieu Laensberg, et dans le Messager boiteux. L’autorité ne devroit-elle pas défendre l’impression de pareilles balivernes, dont les habitants des campagnes sont encore infatués ?