Poésies de Marie de France (Roquefort)/Fable LXXX

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Poésies de Marie de France, Texte établi par B. de Roquefort, Chasseriautome II (p. 327-340).

FABLE LXXX.

Del Ostour ê dou Huans [1].

Dun Ostoir weut racunter ci
[a]Qui sus un caisne ot fait son ni,
E li Huans ensanble od lui.
[b]Tant s’entramèrent ambedui [2]
Qu’an un ni ensanble pouneient [3]
E lor oisiax ensanble aveient.
Or avint si ke en un an
Li Ostoirs les oues au Huan
Aveit couvez et esquapiz [4]

[c]Od les siens Oiselez petiz ;10
Puis lor ala querre viande
Si cum Nature cumande.
[d]Mès ainz qu’od ax fust repairiez [5]
Esteit ses niz ors è soilliez ;
Kar li Huans l’aveient mau-mis.
Qant li Ostoirs se fu assis
Ses Oiseax laidist è blasma [6].
Par maltalent lur répruva [7]
Que vingt anz ot aire [8] tenue,
Unques si grant descovenue [9]20
Si Oisel ne li firent mès.
Icil li respundirent après
Qu’il nes’ en doit mie blasmer

[e]Ne nus d’iax n’en deit encourper [10] ;
Car ce aveient fait lur frère,
Bien est dréiz qu’à sun ni père [11].
L’Ostour respunt vus dites veir
Légière cose est à saveir.
[f]De l’uef les puis-Jeo bien giter,
E par chalur è par cuver,30
Mes tus-diz arunt lur nature,
Maldite seit teus nurreture,

MORALITÉ.

Pur ce dist-um en repruvier

[g]Que la pume du douz pumier
S’ele chiet sor fueille amer
Jà ne saura tant roveller [12]
Q’au manger ne soit connéue
Desus quel herbe el ert chéue.
Sa nature puet bien guenchir [13]
Mais el n’en puet du tut issir. 40


  1. Le Grand d’Aussy, Fabliaux et contes in-8°, tom. IV, pag. 177.
  2. Ils s’aimèrent tant tous deux.
  3. Pondoient.
  4. Les manuscrits portent eskiepis, eschapiz, esquapiz, qui signifient échapper, sortir de peine, d’embarras, soustraire ; ces mots ont été employés pour échauffer, tenir chaud ou élevé, nourri, enseigné, instruit ; je traduirois ainsi : L’Autour avoit non-seulement couvé les œufs du Chat-Huant, mais il avoit encore élevé ses petits avec les siens.
  5. Mais avant qu’il fut revenu vers eux, son nid étoit tout saly et abymé.
  6. Gronda et maltraita.
  7. Dans sa colère il leur reprocha.
  8. Aire, habitation, demeure.
  9. Et que jamais ses oiseaux n’avoient fait des ordures pareilles.
  10. Charger, accuser.
  11. Paroisse, du verbe perer, paroître parere.
  12. Rouler, s’éloigner, changer, rougir, devenir rouge.
  13. S’écarter, changer.
Variantes.
  1. Qui sor un fust avoit son ni.

  2. Moult s’entr’amoient ambedui.

  3. Avecques ses oisiauz petitz.

  4. Mais ainz chaienz soit repairrés.

  5. Lui méîsme doit encolper
    Quant lor derrière ot en foire,
    Por ce est droiz que lor nis poire [* 1].

  6. De l’uef porai-je bien giter
    Et par calour eskieponer [* 2],
    Mais néent fors de lor nature
    Maléoit soit tel noreture.

  7. De la fueille d’un doz pomier
    S’on l’ente sur un fust amer
    Jà ne sara tant rouveller [* 3]
    Qu’ele ne soit au mors connue [* 4]
    Quant desur tel arbre est créue
    Sa nature puet-on cangier
    Mais nel puet del tout tolier

  1. (*) Paroisse.
  2. (*) Fournir, donner, procurer.
  3. (*) Rougir, devenir rouge.
  4. (*) Morsure, goûter.