Poésies de Marie de France (Roquefort)/Fable XIX

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

FABLE XIX.

D’un Gresillon è d’un Fromi [1].

Dun Gresillon dist la ménière
Qui dusqu’à une fromiéère [2]
El tans d’yvers esteit alez,
Par aventure enz [3] est entrez ;
La viande demanda et quist,
Car n’en aveit nient [4] ce dist
[a]En sa mesun, n’en sun recet [5].
Dist la Formiz, k’as-tu dunc fet
Kant tu déusses gaaingnier [6]

[b] En mois d’aoust è purchacier.10
Je chantai, feit-il, è déduiz [7]
Les autres Bestes, mais ne truiz
K’il me voille guerreduner,
Pur ce m’estuet ensi aler ;
Dist la Fromiz, or chante à mei,
Par cele fei que jeo te dei ;
Melx fust que tu te purchacasses
En mois d’aoust è gaaignasses,
Ke venisses de freit murant
A mun wuis viande querant,20
Pur coi te dunrai-je à mengier [8]
[c] Qant tu ne me pués mais aidier.

MORALITÉ.

Pur ce deffent que nus ne vive

En nun-caloir ne en widive [9]
Selunc ce que chascuns deit faire
Se doit pener de bien atraire.
Plus est chiers cil qi a quoi prendre [10]
Que s’a l’autrui l’estuet atendre.


  1. Cette fable est aussi intitulée dans le man. M, n° 17, dou Criquet et de la Fromi, et dans le n° 7615, D’un Cucu et d’un Formiz, et dans d’autres de un Crisnon.

    La Fontaine. La Cigale et la Fourmi, liv. I, ch. I.

    AEsop., fab. 184.

    Phædr. append. Burm., fab. 28.

    Romul. Nil, lib. 4, f. 45, Formica et Cicada.

    Anon. Nil., fab. 56.

  2. Fourmilière.
  3. Dedans, intérieurement, intùs.
  4. Point, aucunement.
  5. Loge, cachette, cabane.
  6. Recueillir, profiter.
  7. Je chantois, dit-elle, et procurois du plaisir aux autres bétes ; et je n’en trouve pas une maintenant qui veuille me récompenser, c’est ce qui me procure le plaisir de vous voir.
  8. Pourquoi te donnerois-je à manger, puisque tu se peux m’être utile en rien ?
  9. Dans l’indolence, la nonchalance, la paresse et l’oisiveté.
  10. Celui qui travaille et qui fait des économies est bien autrement estimable, que le paresseux qui se repose sur les autres du soin de le faire vivre.

    On voit que, dès le temps de Marie, on prétendoit que la nature avoit accordé à la fourmi une sorte de prudence ou plutôt d*instinct, qui consistoit à faire des provisions pour se nourrir pendant l’hiver. Cette opinion, suivie par la Fontaine et généralement reçue, est démentie par les observations modernes.

Variantes.
  1. En se maison n’a nul rechet
    Pour che plus demourer ni puet.

  2. Et en aoust toi pourchacier.

  3. Quant tu a moi ne puez aidier.