100%.png

Poésies de Marie de France (Roquefort)/Lai de L’Épine

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Poésies de Marie de France, Texte établi par publié par B. de RoquefortChasseriautome 1 (p. 542-581).

LAI DE L’ESPINE.


----


Qui que des Lais tigne à mençonge
Saciés je nès’ tiens pas à songe ;
Les Aventures trespassées
Que diversement ai contées,
Nès’ ai pas dites sans garant ;
Les estores en traï avant ;
Ki encore sont à Carlion[1],
Ens le Monstier Saint Aaron,
Et en Bretaigne sont séues,
Et en pluisors lius connéues.
Pour chou que les truis en mémore,
Vous wel démonstrer par estore,
De deus Enfans une aventure,
Ki tous-jours a été obscure.
En Bretaigne ot un Damoisel
Preu et cortois, et forment bel ;
Nés’ désoignant et fiex de Roi

Père et Marastre[2] ot desus soi.
Li Roïs l’ot cier que plus n’ot,
20Et la Roïne mout l’amot.
De l’autre part une Meschine,
D’autre Signor ot la Roïne ;
Preus et cortoise ert la Pucele,
Et si estoit mout jovencele,
Fille de Roi et de Roïne,
La coulor ot et bele et fine
Andui furent de haut parage ;
N’estoient pas de viel éage ;
Li aisnés n’aveit que sept ans,
30C’est cil ki estoit li plus grans.
Li doi enfant mout bel estoient,
Volentiers ensanble vivoient,
....................[3]
En itel guise s’entramoient,
Que li uns d’aus riens ne valoit,
Se li autres dalès n’estoit ;
Ensi estoient ce me sanble,
Nourri trestout adès ensanble.
Ensanble aloient et vivoient,
Et cil ki garder les devoient,
40De tout lor donnoient congié,
Ne lor faisoient nul fourkié,

Ne de boire ne de mangier,
Fors d’iax ensanble couchier,
Mais cho ne leur est pas en grée.
Tantost com furent de l’aé,
K’en soi le puist souffrir Nature,
En bien amer misent lor cure ;
Si fu li enfantis amours,
50K’il orent maintenu tous-jours ;
Une autre amors i herbeja
Que Nature i aporta.
N’i a celui qui ne s’en sente,
Toute i ont mise lor entente,
De lor déduit à çou mener,
En iax baisier et acoler.
Tant les mena qu’al cief del’tor,
Les joinst ensanble cel’amor,
Et tous li corages d’arière,
60Lor torna en autre manière,
Comme cascuns plus s’aparçut.
De tant en iax l’amors plus crut.
Mout s’entramoient loiaument,
S’il éussent tel essient
De bien lor amors à garder,
Com il orent en iax amer.
A paines fussent dechéu
Mais tost furent aperchéu.
Ensi avint que li Dansiax,
70Ki tant estoit et preus et biax,

Est venus de rivière un jor,
Mal ot el cief por la calor.
En une cambre a recelée,
Por la noise et la criée,
Privéement ala couchier,
Por un poi la paine abrégier.
En ses cambres ot la Roïne,
Ki moult bonement l’adoctrine.
Devant sa mère estoit sa Drue ;
80Si comme ele sot sa venue,
Ni atent per ne compaignon,
Ne cele dist ni o ne non,
En la cambre s’en vait tout droit,
U ses Amis el lit gisoit.
Il l’a liement rechéue,
Car el jour ne la plus véue.
Icele qui riens ne douta,
Après lui el lit se coucha ;
Cent fois le baise par douçour.
90Trop par demeurent en la folour,
Car la Roïne s’aparçoit ;
En la cambre le sieut tout droit ;
Mont sovent ses pas i atient,
Ferméure ne le détient.
La cambre trueve deffremée,
Enes-le-pas est ens entrée,
Et vait avant s’es a trovés,
Là ù gisent entracolés ;

L’amour connut tout en apert,
100De coi li uns à l’autre sert,
Mout fu dolante la Roïne ;
Par le puins saisist la Meschine.
Le Roi le Varlet gardera,
En sa Court garder le fera,
Ensi seront bien desevré ;
Esgardés ke ce soit celé.
A-tant laissent le parlement ;
Mais cil ki à duel faire entent,
Por nule riens il ne demeure,
110A sen père vint à cele eure,
S’entendement met à raison.
Sire, fait-il, je quier un don ;
Se de rien me volés aidier,
Que vous me faites Chevalier,
Car aler veul en autre terre
En saudées pour pris conquerre
Trop ai gaitié la cheminée,
S’en sai mont mains férir d’espée.
Li Rois pas ne l’en escondit,
120Toute sa requeste li fist ;
Puis li a dit que il séjourt,
Encore un an dedenz sa Court[4] ;
Entretant sive les tornois,

Et gart les pas et les destrois[5].
Or avient sovent en la terre
Aventure ki le va querre.
Li Damoisiaus li otroia,
Qui escondire ne l’osa.
En la Court remest o son père,
130E la Meschine o sa mère,
Qui la laidist à cele fois ;
Apriès l’a mis en grant effrois,
Et le tint en grand désépline ;
Mout sueffre paine la Meschine.
Li Damoisiaus remest dolens,
Qant il oï les batemens,
La désépline et le casti,
Que sa mère fasoit por li.
Ne set que fache ne que die,
140Bien set k’enfin ele est traïe ;
Et que il est del’ tout traïs,
Car de tout est à li fallis.
De s’Amie fu anguissous,
Et de l’uevre plus vergoignous ;
D’une cambre n’ose issir fors,
A duel faire livre sen cors.
Hélas, fait-il, quesce ferai ?
Jà sans li vivre ne porai !

Diex ! quel cure et quel péciés !
150Com folement me sui gaitiés !
Certes se je ne r’ai m’Amie
Bien por li ne perdrai la vie.
Endementiers quel duel fait,
La Roïne au Roi s’en vait,
Ki jure et dit comme Roïne,
E bien se garde la Meschine
Que il o ma fille ne voist,
Car autre cose ne li loist,
C’à ma fille ne voist parler,
160Pensés de votre fil garder ?
En la Cort remest o son père,
Et la Meschine o sa mère ;
Mais endui si gardé estoient
Parler ensanble ne poeient,
Ne de riens n’avoient loisir,
Ne d’iax véoir ne d’iax oïr,
Par mésage ne par serjant.
Tant ala la mort destraignant
Huit jours devant le Saint Jehan,
170En méisme, en icel an
C’on fist del’ Varlet Chevalier,
Li Rois est venus de cachier.
Car ot prise à grant fuison,
Et volatile et venison ;
La nuit quant vint après souper,
Li Rois s’asist por déporter,

Sor un tapis devant le dois,
Ot lui maint Chevalier cortois,
Et ensanble o lui ses fis.
180Le Lais escoutent d’Aielis,
Que uns Yrois doucement note
Mout le sonne ens sa rote.
Apriès celi d’autre commenche,
Nus d’iaus ni noise ne ni tenche ;
Le Lai lor sone d’Orphéy[6],
Et qant icel Lai ot feni,
Li Chevalier après parlèrent ;
Les aventures racontèrent
Que soventes fois sont venues
190Et par Bretaigne sont véues.
Entr’iaus avoit une Meschine ;
Ele dist au gué de l’Espine.
En la nuit de la Saint Jéhan,
En avenoit plus en tout l’an,
Mais jà nus chouars Chevaliers,
Cele nuit n’i iroit gaitier.
Li Damoisiaus ot et entent
Que mont ot en lui hardiement,

Sor che que puis qu’il çaint l’espée,
200N’ot-il aventure trovée ;
Or li estuet par hardieche
Faire malvaistié ne proeche,
Apriès le conte, et la Pucele,
Le Roi et les Barons apiele,
Et tuit loent petit et grant.
Signor, fait-il, à vos me vant
Que la nuis, que dist la Mescine,
Gaiterai au Gué de l’Espine,
Et prendrai illuec aventure
210 Quels-qu’ele soit u povre u dure.
Quant li Rois l’ot s’en ot pesance,
La parole tint à enfance.
Biax Fils, fait-il, lais ta folie,
Cil dit qu’il ne le laira mie,
Mais toute voies i irai ;
Qant illec voit qu’il nel’ lairat,
Ne l’en volt avant faire vie.
Or tost, fait-il, à Dieu congie ;
Et si soiés preus et séurs,
220Et Diex te doinse bons éures.
Cele nuit alèrent cochier,
Ensi sueffre le Chevalier ;
Déssi qui fu au seme jor ;
S’Amie fu en grant fréor ;
Car bien ot oï noveler
Que ses amis en dut aler.

Icele nuit fist à estrous,
Gaitier au Gué Aventurous ;
Et qant li jors trait vers le soir
230Li Chevaliers ot bon espoir ;
De toutes armes est armés[7],
Sor un bon cheval est montés,
Droit au Gué de l’Espine vait.
Et la Damoisiele ke fait ?
Seule s’en entre en un vergier,
Por son ami i molt proier,
Que sains et saus Diex le ramaint ;
Giéte un soupir et dont se plaint.
Puis s’est assise sor une ente[8].
240A soi méisme se demente,
Et donques dist : Père célestre,
Se onques fu, ne jà puet estre,
C’onques avenist orement,
Et chou c’on prie à nule gent,
Par coi nus hom fust deshaitiés,
Biaux Sire, prenge t’en pitiés
Que li miens Amis od moi fust,
Et jou od lui s’estre péust.
Eh Diex ! com seroie garie,
250Nus ne set com j’ai dure vie,

Et nus savoir ne le poroit,
Fors sol ichil ki ameroit,250
La riens qu’il n’auroit à nul fuer,
Mais cil le set trestout par cuer.
Ensi parloit la Damoisiele
Et séoit sor l’erbe noviele ;
Assés fu quise et demandée,
Mais ains ne pot estre trovée.
Qu’il ne li siet cose ki vive
Tant est à s’amor ententive,
Et à plorer et à duel faire.
La nuis en vait, li jors repaire,260
Et donques fu auques lassée,
Desous l’ente fu akeutée.
Li cuers un petit li tressaut,
Illuec s’endort grant bien li faut ;[9]
Ni ot pas dormi longement,
Mais je ne sai confaitement,
Qui de desous l’ente fu prise,
Et au gué de l’Espine prise,
Là ù ses amis ciers estoit,
Mais ne fu gaires k’il i soit,270
Car repairiés est à l’Espine.
Dormant i troeve la Meschine,
Por la fréor cele s’esvelle,
Ne set ù en est, s’en mervelle.

Son cief couvri grant paour a
Li Chevalier l’asséura.
Diva, fait-il, por nient t’esfroies
Se est cose ki parler doies
Séurement parole à moi,
Por seul tant que ferme te voi,280
S’en Dieu as part soiés séure
Mais que me dies t’aventure,
Par quel guise et confaitement,
Tu venis chi si soutieument.
La Meschine l’aséura,
Ses sans li mut, se li membra
Qu’ele n’estoit pas el vergier ;
Dont apiele le Chevalier.
U sui-ge ? dont fait la Meschine ?
Damoisele, au Gué de l’Espine,290
U il arvient maint aventure,
Une fois bone, autre fois dure.
Hé Diex ! ce dist, com sui garie,
Sire, j’ai esté votre Amie,
Diex a oïe ma prière.
Ce fu m’aventure première
Que la nuit vint au Chevalier ;
S’Amie le court embracier,
Et il après à pié descent,
Entre ses bras souef le prent,300
Par cent fois baise la Meschine,
Et puis l’assiet desous l’Espine.

Cele li conte tout et dist
Comment el vergier s’endormist ;
Et comment il fu de-si là
Et comment dormant le trova.
Quant il ot trestout escouté,
Un regart fist oltre le Gué,
Et voit venir un Chevalier
Lance levée por guerroier,310
Ses armes sont toutes vermelles,
Et del’ cheval les deus orelles ;
Et li autres cors fu tous blans,
Bien fu estrois desos les flans,
Mais n’a mie passé le Gué,
De l’autre part s’est arresté.
Et li Dansiaus dist à s’Amie
Que faire vieut Chevalerie ;
D’illuec se part, pas ne se mueve,
S’autel cheval sa joste trueve,320
Mais primes pense à lui aidier ;
De l’autre part à l’estrivier,
Tant com cheval puet randir,
Grant cols se vont entreférir
Enson le vermés des escus,
Qui tous les ont frais et fendus.
Les hantes furent de quartier,
Sans mal metre et sans empirier ;
Se se versent endui el sablon,
Ni orent per ne compaignon,330

Qui les aidaist à remonter,
Or puest cascuns del’ relever,
Li graviers com plains et ingaus.
Et qant il furent as chevaus,
Les escus joingnent as poitrines,
Et baiscent les lances fraisines [10].
Li Damoisiax ot honte éue
Qu’à tiere vint devant sa Drue ;
A cele jouste prémeraine
Sel’ féri, si a le demaine,340
Que de l’escu porte les hiés [11],
Et cil refiert lui tout adiès.
Des hanstes font les trons voler,
Lequel que soit estuet verser.
Ce sent cil à vermelles armes,
De l’escu guerpi les énarmes,
Et del’ corant destrier la siele
(Voiant les iex à la Pucele)
Ses amis l’espaint el gravier
Par le règne prent le destrier.350
Icil dui passèrent le Gué,
Li Dansiaus en fu effréé,
Por cho qu’il n’estoient pas per ;
Mais ne l’estuet pas douter,
Jà nus n’aura de l’autre aïe
Se faire vient de Chevalerie

Faire le puet cortoisement
Et cascuns par soi simplement.
Qant à cheval furent tout troi
Cortoisement et sans desroi,
Le Gué passent le prémerain ;360
Qant outre furent li ciertain
Ne l’araisone ne tant ne qant,
Mais de jouster li font sanblant.
Li uns d’iaus fu cois et riestis,
Li autres est es armes mis.
Courtoisement l’atent et biel
Por avoir joste del’ Dansiel ;
Qant cil les voit de tel mesure
Isne-le-pas se raséure.
Et entre-tant s’est porpensés370
Por cho vient-il gaitier au Gués
Por pris et por honor conquerre.
Le vassal est alés requerre,
Lance baissé a l’escu pris,
El gravier est contre lui mis.
Andui por joindre ensanble meurent
Es lances andui se rechéurent,
Si que de lances font astieles,
Mais ne widièrent pas les sieles.
Tant furent fort li Chevalier380
Aquastroné sont li destrier,
Et cascuns a mis pié à tiere
Ot les bons brans se vont requerre ;

Jà fu li caples commenciés
Et si fust li uns d’iaus bléciés ;
Qant li Chevaliers les départ,
Ki lons estoit à une part,
D’iax deux desoivre la mellée
Ni ot plus colp féru d’espée.
Puis a parlé au Damoisiel,390
Cortoisement li dist et bel,
Amis, fait-il, car retornés
Et une fois à moi joustés ?
Puis nous en porons bien aler,
Ne caut de plus demorer.
Car la paine de cest trespas
Vous ne le soufferrés pas
Ains que li jours doit esclaircir
Par toute la cité de Tir ;
Et se vous estiés mal mis400
Et par mésaventure ocis,
Vostre pris ariés-vous perdu,
Jà ne seriez amentéu ;
Nus ne seroit vostre aventure,
Ains seroit à tous-jors oscure ;
Menée en seroit la Pucele,
Od le boin destrier de Castiele,
Qui avoit conquis par proeche,
Ains-mais ne vistes tel richece.
Car tant le frain que li lairois410
Jà mar que mangier li donrois,

Et tous-jors l’aroit cras et biel,
Ainc-mais ne veistes plus isniel ;
Mais ne soiés ja esbahis,
Por cho qu’estes preus et hardis,
Puisque le frain l’aurois tolu,
Isnelement l’aurois perdu.
Li Damoisiax ot et entent
Qu’il parole raisnablement ;
Et se c’est voirs que li destine420
Aler en wet à la Meschine.
Mais primes wet à lui joster
Plus biel pora de lui sevrer
Avec les armes prent le regne
Et prent une lanche de fraisne
Eslongiés s’est del’ Chevalier
Et prendent le cors el gravier.
Por asanbler ensanble poignent,
Les lances baissent et eslongnent ;
Desor les escus à argent430
S’entrefièrent si fièrement.
Que tous les ont frais et fendus,
Mais les estriers n’ont pas perdus.
Et qant se sont si bien tenu
Si l’a le Damoisiaus feru

Que tous en fust venus à-val,
Qant au col se pent del’ cheval
Et li Varlets outre s’en passe
Son escu et sa lanche quasse.
Son tour fait, cele part s’adrece,440
Et li Chevaliers se redrèce
Au repairier tout prest le trueve
Cascuns de son escu se cuevre
Et il ont traites les espées.
Si se donnent mout grans colées,
Qui de lor escus font astièles
Mais ne widièrent pas les sièles
Mout fut la Mescine effrée,
Qu’adiès regarde la mellée ;
Grant paor a de son ami,450
Au Chevalier crie merchi,
Qui à lui a jousté avant,
Que il s’en départist à-tant.
Il fu cortois et afaitiés,
Cele part vint tous eslaisciés ;
D’illuec départi se sont,
L’aighe passent si s’en revont,
Et li Dansiaus plus ne demeure,
Od s’Amie vint énès l’eure,
Paoureuse est desor l’Espine,460
Devant soi liève la Meschine.
Le boin cheval en destre enmaine
Or a achevié sa painne :

Tant a erré que vint au jor,
Et vint à la Cort son Signor.
Li Rois le voit et fu moult liés,
Mais de chou s’est-il merveilliés,
Et cil a prise la Mescine,
Sire est endroit soi la Roïne.470
Cel jor si com j’oï conter
A fait li Rois sa Cort mander,
Et ses Barons et autre gent,
Por le droit d’un commandement.
De deux Barons qui se mêlèrent,
Et devant le Roi s’accordèrent.
Oïant toute cele asanblée
Li fu l’aventure contée
Comment avint au Chevalier
Au Gué ù il ala gaitier480
Premièrement de la Meschine
Qu’il l’a trouva desous l’Espine
Puis des joustes et del’ cheval
Que il gaaigna au vassal.
Li Chevaliers et près et loing
Le mena puis en maint besoin
Et richement garder le fist
Et la Meschine à feme prist
Tant garda et tint le destrier
Que la Dame voit assaier.490
Ce c’est de cheval vérité,
Que son Signor a tant gardé,

Le frain del’ cief li a tolu,
Ensi ot le cheval pierdu.
De l’aventure que dit ai,
Li Breton en firent un Lai,
Pour chou qu’ele vint au Gué.
N’ont pas li Breton esgardé
Que li lais rechéust son non,
Ne fu se de l’espine non,500
Ne l’ont pas des enfans nomé,
Ains l’ont de l’Espine apielé,
Se a non li Lais de l’Espine,
Qui bien commenche et biel define.504

fin du tome premier


LAI DE L’ÉPINE.[12]


----


Bien des gens regardent les Lais comme des Fables. Je ne partage nullement cette opinion ; car toutes ces anciennes aventures que j’ai diversement rapportées, je ne les ai jamais écrites sans autorités. Les originaux sont déposés à Carlion, dans le monastère de Saint-Aaron[13] ; d’ailleurs, ces histoires sont connues dans la Bretagne où elles ont été chantées, et en bien d’autres lieux encore. Et puisque ma mémoire me rappelle un nouveau sujet, je veux vous faire connaître, d’après l’histoire, une avanture relative à deux jeunes enfants, qui est peu connue.

En Bretagne fut jadis un damoisel brave, doux et très-beau de figure. Il étoit fils de roi et n’avoit plus besoin des soins qu’exige la première enfance. Il n’avoit pour veiller sur lui que son père et une belle-mère. Tous deux l’aimoient bien tendrement. De son côté la reine avoit d’un premier lit, une demoiselle charmante, remplie de qualités aimables. La jouvencelle également fille d’un roi, se faisoit remarquer par la beauté de ses attraits. Tous deux, d’une haute naissance, étoient encore dans un âge bien tendre, puisque l’aîné, le garçon, qui étoit le plus grand, n’avoit encore que sept ans. Ces deux enfants s’aimoient si tendrement que rien ne leur faisoit plaisir, s’ils n’étoient pas réunis. Ils prenoient ensemble leurs repas, alloient, venoient et ne se quittoient jamais. Les gens chargés de les surveiller leur accordoient la permission de faire tout ce qui leur plaisoit, à l’exception cependant de coucher dans le même lit, chose qui n’auroit pas été convenable. Quand ces enfants eurent atteint l’âge où les passions commencent à agir, ils contractèrent une amitié qui, avec l’âge, devint beaucoup plus intime. Cette amitié d’enfance se changea en un violent amour ; ainsi l’ordonne nature. Au lieu de ces jeux innocents qui les avoient amusés, c’étoient des caresses tendres et des baisers brûlants. Déja pour les savourer avec plus de liberté, ils savoient tromper les yeux de leurs surveillants. Leur amour devint si vif, ils apportèrent si peu de prudence dans leurs démarches, que bientôt leur passion fut connue de tout le monde, et que leur bonheur fut troublé.

Un jour que le jeune prince, si vaillant et si beau, revenoit de la pêche, accablé de chaleur et de fatigue, il se rendit dans une chambre écartée, afin de n’être pas dérangé par le bruit, et se jeta sur un lit pour reposer. La reine étoit dans ses appartements occupée à instruire la jeune personne ; sitôt que cette dernière est instruite de l’arrivée de son ami, sans dire mot et sans être accompagnée de personne, elle se rend de suite dans la chambre où reposoit le prince. Il la reçut avec d’autant plus de plaisir, qu’il ne l’avoit pas vue de la journée. La jeune personne, fort innocente, ne croyant pas mal faire, s’assit près son ami, puis se couche à ses cotés. Elle lui donne cent baisers délicieux ; malheureusement pour eux, nos deux amants restèrent trop long-temps dans cette position. La reine s’étant aperçue de la disparition de sa fille, courut après elle et la trouva bientôt, puisque la porte de la chambre n’étoit pas fermée. En voyant ces deux amants étroitement serrés dans les bras l’un de l’autre, elle connoît leur amour et se doute bien de ce qui venoit de se passer. La reine irritée saisit sa fille par le bras, l’accable d’injures ; les deux amants sont séparés, la jeune fille est étroitement renfermée, et le roi est invité de faire veiller de près sur la conduite de son fils. Quel est le chagrin des jeunes gens ! Le prince ne pouvant supporter l’absence de son amie, il prend en haine la maison paternelle et veut l’abandonner. Dans ce dessein il va trouver le roi et lui parle en ces termes : Sire, je viens vous demander une grace, et j’ose espérer que vous ne me la refuserez pas. Je veux être armé chevalier, je veux aller en pays étranger, j’entrerai au service d’un prince pour remporter le prix des armes. Depuis trop long-temps j’habite votre palais et je n’apprends point à me servir de mon épée. En lui accordant la faveur qu’il sollicitoit, le roi invita son fils à séjourner encore une année à sa cour, afin de suivre les tournois, de garder les pas d’armes, et courir les aventures, qui étoient assez fréquentes dans son royaume. Le damoiseau se rangeant à l’avis du roi, profita du conseil qu’il lui avoit donné, et il resta à la cour. De son côté sa jeune amie, qui demeuroit avec sa mère, étoit chaque jour injuriée, battue, maltraitée. Quel chagrin devoit éprouver le prince, lorsqu’il entendoit le bruit des coups donnés à son amie, et les cris que lui arrachoit la douleur ! Il ne sait quel moyen employer pour empêcher ces mauvais traitements dont il est l’unique cause. Les cris de sa maîtresse faisoient son supplice ; il fondoit en larmes dès qu’il les entendoit, et renfermé dans sa chambre, il employoit à pleurer, des journées entières. Malheureux ! se disoit-il ; comment ferai-je ? car je ne puis vivre sans l’objet de mes amours. Oui, si je ne peux l’obtenir, j’en mourrai de douleur.


Pendant que les choses se passoient ainsi, la reine vint trouver son époux : Sire, dit-elle, je prends le plus grand soin de ma fille, et veille à ce que votre fils soit éloigné d’elle, car il n’a pas d’autre desir que de venir lui parler. Le malheureux prince restoit donc auprès du roi, comme son amie restoit auprès de sa mère. Ils étoient si étroitement surveillés, que, pendant un an, il leur fut impossible de pouvoir communiquer, soit par lettres, soit par messages. Ils étoient tenus si éloignés l’un de l’autre, qu’ils pouvaient à peine se voir et par conséquent s’adresser la parole.


Au terme fixé et huit jours avant la Saint-Jean, le prince reçut la chevalerie. Le roi alla le lendemain à la chasse, où il prit une quantité extraordinaire de gibier. Le soir, après le souper, entouré de ses chevaliers et de son fils, il s’assied sur un tapis[14] placé au bas du trône, pour s’amuser à écouter les ménestriers. L’assemblée entendit d’abord le Lai d’Alix ou d’Adélaïde, qui fut chanté avec beaucoup de grace par un Irlandois, lequel s’accompagnoit d’une vielle. Après l’avoir achevé, il en recommença un autre que la société écouta fort attentivement, ainsi que le Lai d’Orphée par lequel il termina. Les chevaliers parlèrent ensuite entre eux, ils racontèrent les aventures fameuses arrivées dans la Bretagne, dont eux ou leurs pères avoient été les témoins ou les héros. Une jeune demoiselle rapporta que, chaque année, la veille de la Saint-Jean, il y avoit au gué de l’Épine, une aventure célèbre qui demandoit le plus grand courage, et que nul chevalier poltron n’avoit osé et n’oseroit jamais entreprendre. Le jeune prince, rempli de courage, ayant entendu le récit qui venoit d’être fait, pense que, puisqu’il a ceint l’épée et qu’il n’a pas encore eu l’occasion d’éprouver sa valeur, il doit tenter l’aventure et gagner ses éperons. Il se lève, demande la parole au roi et aux chevaliers et les prévient de son projet. Seigneurs, dit-il, je me vante que, dans la nuit indiquée par la demoiselle, je me rendrai au gué de l’Épine et tenterai l’aventure, quelles qu’en puissent être les suites. Les chevaliers louent la résolution du prince, mais le roi fut très-alarmé de la demande de son fils. Il essaie en vain de le détourner d’un projet aussi dangereux ; mais quand il vit que ses représentations étoient inutiles, il l’exhorta au moins à se montrer preux et hardi, et pria Dieu de bénir son entreprise.

Cette nouvelle, répandue dans le château, parvint bientôt aux oreilles de la princesse. Elle tremble pour son amant, dont elle desire partager les dangers, et ne songe plus qu’aux moyens de s’échapper pour se rendre à l’endroit désigné. Quand vint le soir, le prince, qu’enflamme la vaillance, étant armé de toutes armes, monte sur son bon cheval et se rend droit au gué de l’Épine. Que fait pendant ce temps la pauvre jeune personne[15] ? Elle descend au verger, dans le dessein de prier le ciel d’être favorable à son amant, afin qu’il revienne sain et sauf. Assise sur le tronc d’un arbre, elle soupire, pleure et se plaint. Ah ! Père céleste, qui avez été et serez toujours, daignez écouter ma prière ; aucune n’a été faite avec plus de ferveur, et même par l’être le plus infortuné. Beau sire Dieu, prenez pitié de moi ; daignez permettre que je trouve mon amant, qu’il soit avec moi et moi avec lui. Dieu ! combien je serois heureuse ! Nul ne peut concevoir les tourments que j’endure, à l’exception de celui qui aimeroit et qui ne pourroit pas obtenir l’objet de son amour. Ainsi parloit la jeune personne qui étoit assise sur l’herbe nouvelle. On la cherche et on l’appelle vainement au château, il est impossible de pouvoir la trouver. Enfoncée dans la réflexion, baignée de larmes, bourrelée de chagrins, tout entière à son amour, la jeune personne, appuyée sur le tronc d’un arbre, s’endort. Pendant son sommeil, la nuit semble faire place à l’aurore. Il n’y avoit pas long-temps qu’elle reposoit, lorsqu’elle se réveilla en sursaut pour se rendormir ensuite. Je ne saurois vous expliquer comment il se fit que l’endroit où elle s’étoit arrêtée, se trouva être le gué de l’Epine, lieu où son tendre amant s’étoit déjà rendu. Il y étoit depuis peu de temps ; venant près du buisson d’Épine, il voit la jeune personne qui, en s’éveillant, aperçoit un guerrier devant elle. Le saisissement, la frayeur, lui ôtent la parole et lui font couvrir le visage. Le chevalier s’empresse de la rassurer. Ne vous effrayez pas, madame, lui dit-il, je ne veux point vous faire peur ; daignez m’apprendre comment il se fait qu’une personne de votre âge se trouve seule en ces lieux et à pareille heure. Veuillez me raconter votre aventure, m’expliquer par quel moyen, par quelle adresse il vous a été possible de vous rendre ici. La jeune personne alloit répondre, mais la crainte s’empare d’elle en pensant qu’elle n’étoit plus dans le verger du château. Pour s’en assurer, elle demande au chevalier. Où suis-je, lui dit-elle ? Aimable damoiselle vous êtes au gué de l’Épine, lieu où il arrive des aventures tantôt agréables et tantôt malheureuses. Ah Dieu ! quel bonheur pour moi ! Sire, j’ai été, votre amie. Dieu a exaucé ma prière. Ce fut la première aventure qu’il arriva pendant la nuit au chevalier. Il descend de cheval, court embrasser sa maîtresse, la prend entre ses bras, la couvre de baisers, puis la fait asseoir dessous le buisson d’Épine. La princesse raconte à son amant comment elle étoit descendue au verger, où, après avoir marché long-temps, elle s’étoit endormie jusqu’à l’instant où il l’avoit trouvée. Tandis qu’il écoutoit sa maîtresse, le prince jette les yeux de l’autre côté de la rivière, et voit venir un chevalier[16] qui, la lance levée, demandoit le combat. Il étoit couvert d’armes vermeilles, et son cheval entièrement blanc, étoit étroit dessous le flanc et parfaitement bien fait. Il s’arrête, mais sans traverser la rivière. Le damoiseau prévient son amie qu’il va combattre et que, pendant le temps du combat, elle ne sorte point de sa place. La princesse pensoit que si elle pouvoit se procurer un cheval, elle pourroit soutenir son ami et veiller à sa défense. Les deux rivaux, après avoir pris carrière et piqué leurs chevaux, courent l’un sur l’autre avec impétuosité. Ils se portent de si terribles coups sur le haut des écus, qu’ils en sont bientôt fendus et brisés. À la seconde course, leurs lances sont réduites en éclats, sans que l’un d’eux soit blessé ; mais tous deux, par la force du coup, sont renversés sur le sable. Ils n’avoient personne pour les relever et leur aider à remonter ; mais enfin, à force de peine, ils parvinrent à se placer sur leurs chevaux. Dès qu’ils sont en selle, les combattants rapprochent leurs boucliers de la poitrine, et abaissent leurs lances de bois de frêne. Le damoiseau, honteux d’avoir été renversé devant sa maîtresse, songe à se venger dans cette course, et à triompher. À la première attaque, leurs lances volent en éclats. Ils se portent des coups si terribles, que le chevalier aux armes vermeilles laisse tomber son bouclier. Encouragé par les regards de sa belle, le prince redouble d’efforts, renverse son ennemi, le contraint à vider les étriers, et s’empare de son cheval, qu’il retient par la bride.

· · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

Tous deux passèrent le gué[17], et le damoiseau ne vit pas sans émotion que son dernier adversaire étoit beaucoup plus fort que lui, et qu’il seroit infailliblement battu, si tous deux venoient l’attaquer-à-la fois. Mais, en y réfléchissant, il ne peut supposer que l’un veuille porter du secours à l’autre. Si l’un d’eux desire jouter, il doit le faire d’une manière loyale, et pour lui même seulement. Étant remontés tous les trois sur leurs coursiers, ils traversent la rivière ; et dès qu’ils ont atteint l’autre bord, un défi est proposé et accepté. L’un des chevaliers se place pour mieux juger des coups, et les deux autres s’apprêtent en attendant le combat. Le chevalier est bien satisfait d’avoir à jouter contre le damoiseau dont il estime le courage, qui, de son côté, voyant les manières nobles de ses adversaires, est entièrement rassuré au sujet des craintes qu’il avoit conçues. Les deux chevaliers se doutent bien que le prince est venu garder le pas d’armes, pour donner des preuves de son courage, et remporter le prix décerné à la vaillance. Les combattants prennent leur écu, baissent la lance, et courent l’un sur l’autre. Dans cette attaque, leurs lances volent en éclats ; mais ils ne quittèrent pas la selle, tant ils étoient bons chevaliers ; seulement la force du coup ébranla si fortement leurs chevaux, qu’ils furent renversés. Ils mettent pied à terre et recommencent un combat terrible à l’épée, qui dura jusqu’à ce que le prince eût blessé son adversaire. Le chevalier, qui se tenoit à l’écart, vint alors séparer les combattants et interrompre la bataille. Les deux rivaux mirent leur épée dans le fourreau ; puis le chevalier, s’adressant au prince, lui parla en ces termes : Ami, montez à cheval et rompons encore une lance ; puis ensuite nous partirons, car il ne sera plus besoin de demeurer. D’ailleurs vous devez encore garder le pas d’armes jusqu’à ce que le jour soit venu. Si par hasard, dans cette nouvelle joute, vous veniez à perdre la vie ou à être dangereusement blessé, cela seroit bien malheureux ; outre le prix que vous auriez perdu, on ne parleroit point de vos hauts faits. Personne ne connoîtroit votre aventure qui resteroit ignorée à jamais. Votre belle amie seroit emmenée par le vainqueur avec le bon cheval castillan que vous avez conquis par votre courage. Outre la richesse de ses harnois, dont on n’a jamais vu de pareils, vous possédez le coursier le plus beau, le mieux fait ; on ne pourroit en rencontrer un plus véloce à la course. Ne soyez point surpris de mon discours, je sais que vous êtes courageux et brave, j’aurois également pu perdre ce magnifique cheval. Le prince partagea l’opinion du chevalier qui parloit d’une manière si sensée. Il eût bien voulu aller parler à son amie, mais il préfère jouter avec son adversaire dont il lui tarde d’être séparé. Saisissant les rênes de son cheval, il prend une bonne lance de frêne, puis s’éloigne du chevalier pour prendre carrière.

Les deux rivaux piquent des deux, pour courir l’un sur l’autre ; ils s’atteignent si rudement, que la force du coup fait fendre leurs boucliers ; aucun d’eux ne quitta les étriers, tant ils étoient bons cavaliers. Le prince porta un si terrible coup à son adversaire, qu’il eût été jeté à terre, si, dans sa chute, il ne s’étoit retenu au col du cheval. Il s’éloigne pour laisser le temps à son rival de se remettre en selle ; au retour il le trouve prêt à fournir une nouvelle carrière. Les guerriers se couvrent de leurs écus, tirent leurs épées, et se portent de si grands coups, que les boucliers sont mis en pièces ; mais aucun d’eux n’abandonne la selle [18].

La jeune personne spectatrice du combat, étoit dans un grand effroi pour son ami. Dans son désespoir, elle crie miséricorde au chevalier, et le prie de cesser un combat qui lui porte la mort dans le cœur.


Le chevalier, homme aimable et bien élevé, cessa aussitôt le combat et s’éloigna rapidement. Tous deux quittant la place, traversent la rivière, et le prince s’empresse de se rendre auprès de son amie qui étoit toute tremblante sous le Buisson d’Épine. La jeune personne voyant arriver son amant, se lève à son approche et monte sur le bon destrier de Castille qu’elle tenoit par la bride. Le jour étoit prêt à paroître, le prince avoit terminé son entreprise ; alors les jeunes gens se mettent en marche pour retourner à la cour, où ils arrivèrent dans la journée. Le roi fit le plus grand accueil à son fils ; mais une chose l’étonnoit beaucoup, c’étoit de le voir revenir avec la fille de sa femme.

Le jour même de l’arrivée de son fils, le monarque manda à sa cour ses barons et ses hommes, à l’occasion d’une contestation qui s’étoit élevée entre deux de ses vassaux, et qui fut terminée à l’amiable. Le roi profita de la circonstance, pour raconter l’aventure du jeune prince, lequel avoit été garder le pas d’armes au gué du buisson d’épines ; comment il y avoit trouvé la jeune personne ; puis fit le détail des combats qu’il avoit soutenus et du bon cheval qu’il avoit conquis sur un des tenants.

Le prince, de loin ou de près, eut toujours le plus grand soin de ce cheval qu’il commit à la garde de plusieurs écuyers ; il épousa peu de temps après sa tendre amie qui se servit toujours du bon destrier. Ils le conservèrent long-temps encore ; mais un jour que le prince lui ôta sa bride, il mourut sur-le-champ [19].

Les Bretons ont fait un Lai de l’aventure que je viens de raconter. Ils n’ont pas regardé s’il falloit l’appeler le Lai du Gué, parce que l’action s’y passe, ni même des deux jeunes gens qui y jouent un si grand rôle. Ils l’ont simplement nommé le Lai de l’Épine qui commence fort bien et finit mieux encore.

fin du tome premier

  1. Il existoit en France une île Saint-Aaron. Elle a été renfermée dans la ville de Saint-Malo, au moyen d’une chaussée. Voy. sur Carlion, Karlyon, Caerléon, Ritson, Loc. cit. tom. III, p. 249 et 332, et ci-dessus, p. 37, à la note.
  2. Marastre, belle-mère.
  3. Il manque un vers dans le manuscrit.
  4. Dedens un an ens sa Court.
  5. Voyez la note sur le Grand d’Aussy, in-8o, tom. III,
    p. 250, sur les Pas d’armes.
  6. Ces deux Lais étoient fort célèbres, car il en est question dans plusieurs productions du temps. Ils sont malheureusement perdus, car le Grand d’Anssy, M. de la Rue et moi n’avons pu les retrouver. Ce dernier lai traduit en vieux anglois, a été publié dans le tom. II du Recueil de Ritson, et les notes sont tom. III, p. 333.
  7. Le manuscrit porte estamés, est amés, ce qui est évidemment une faute.
  8. Ente, pied d’arbre, tronc, souche.
  9. Pour fait.
  10. Le manuscrit porte frainines.
  11. Hiès, attaches.
  12. Ms. Biblioth. Royale, no 7595, fo 481. vo col. I. Ce Lai a été traduit par Le Grand d’Anssy, Fabliaux, in-8o, t. III. p. 244. Voy. ci-dessus, p. 40, note 4.
  13. Voyez ci-dessus, p. 306 et 309.
  14. Voici encore une preuve qu’on s’asseyoit sur des tapis. Voyez la note sur le Lai de Graelent.
  15. Le Grand d’Aussy, pour répandre plus d’intérêt sur son héroïne, a jugé à propos d’ajouter, en parlant de la jeune princesse : « avec le secours de ses draps « qu’elle attacha le matin à sa fenêtre, tandis que les surveillantes dormoient encore, elle descendit dans le verger et se rendit au gué du Buisson. » On voit qu’il n’est rien de tout cela, et que la princesse ne se rend dans le verger que pour y faire sa prière.
  16. On ne sait pourquoi Le Grand d’Aussy a transformé ce chevalier en géant qui, au son du cor, défie tout ce que la Bretagne nourrissoit de braves.
  17. Il faut qu’il y ait une lacune dans le manuscrit ; car sitôt le combat terminé avec le chevalier aux armes vermeilles, on voit le prince se mettre aux prises avec un second dont l’arrivée n’est point annoncée.
  18. On aura dû remarquer que cette expression ils ne quittèrent pas la selle, est plusieurs fois répétée. En effet, le grand art de la joute ou du combat à cheval, consistoit à savoir opposer adroitement son écu pour parer le coup, et sur-tout de bien se tenir en selle. Le cavalier désarçonné étoit enlevé, et jeté à huit ou dix pas au loin ; la pesanteur de l’armure l’empêchant de pouvoir se relever, sitôt après sa chûte, l’homme renversé étoit à la merci du vainqueur, dans les combats à outrance. Souvent il arrivoit aux jouteurs habiles d’être renversés avec leurs chevaux, et alors, si ce dernier ne vidoit pas les arçons, il n’étoit pas censé vaincu. Aussi étoit-il sévèrement défendu de se faire attacher à la selle ; et dans les tournois, les hérauts étoient chargés de s’en assurer.
  19. Je regrette bien de n’avoir pas découvert un second manuscrit pour confronter. Car voilà un cheval à la conservation duquel on semble attacher une grande importance, et sur lequel le poëte devoit avoir fourni des renseignements.