Poire Beurré Delbecq

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

Beurré Delbecq
Poire Lahérard. (par erreur.)

Nouvelle Pomologie Belge.
Le Beurré Delbecq.

La très jolie poire représentée par notre chromolithographie appartient aux semis de Van Mons. L’arbre qui a produit le modèle, nous est venu de France avec l’étiquette de Poire Lahérard, nom fautif sous lequel la variété y est, paraît-il, cultivée dans beaucoup d’établissements. Ce sont MM. Baltet, horticulteurs-pépiniéristes, à Troyes, qui ont reconnu l’erreur.

Voici, selon M. André Leroy[1], la synonymie de la poire Beurré Delbecq : 1. Delbecque (Van Mons) ; 2. Fleur de Mars (id.) ; 3. Fondante Delbecq (id.) ; 4. Beurré Delberg (Decaisne).

Le Beurré Delbecq fructifia pour la première fois en 1823 et Van Mons le signala en 1826 dans le Bulletin des Sciences agricoles et économiques.

« Ce poirier, y disait-il, provient d’un pépin indéterminé dans son origine et appartient à un semis fait il y a treize ans (vers 1813) ; il était l’année dernière à son troisième rapport et son fruit avait fait de sensibles progrès en amélioration de qualité et en volume. Je l’ai dédié à M. Delbecq, mon ami et l’un des rédacteurs du Messager des sciences et des arts. »

Si nous reproduisons les détails qui précèdent, c’est que nous croyons le Beurré Delbecq appelé à sortir de l’oubli où il a été laissé jusqu’à ce jour. Il n’existe pas, en effet, un plus bel ornement pour le dessert, et sa qualité ne laisse rien à désirer. Un de nos confrères, M. D…, qui étudie cette variété attentivement depuis quatre ans et qui n’hésite pas à la considérer comme son fruit de prédilection en la classant à côté du Passe Colmar et des meilleurs fruits, nous a fourni les renseignements suivants qui sont pris sur nature et aussi exacts que possible.

Fruit. — Moyen, pyriforme légèrement étranglé, à surface unie.

Peau. — Mince, jaune d’ocre ou jaune verdâtre, semée de points et macules roux avec reflets carminés sur les fruits exposés au soleil ; souvent, à la maturité, des taches verdâtres apparaissent sur le fond jaune d’ocre et donnent à la poire un aspect très séduisant.

Œil. — Moyen, ouvert, à fleur du fruit.

Queue. — Assez longue, arquée, grosse, plantée dans l’axe dans une légère dépression régulière.

Chair. — Blanche, fine, fondante, juteuse ; eau très abondante, très sucrée, d’une saveur excellente.

Maturité. — Du 20 septembre au 20 octobre ; ne blettit pas et reste quelques jours en parfait état de maturité.

Arbre. — De vigueur moyenne, très fertile ; rameaux peu nombreux, gros, de moyenne longueur, d’un vert jaunâtre ; yeux de moyenne grosseur, détachés du rameau ; feuilles ovales lancéolées formant la gouttière, à bords très régulièrement et très peu dentés, d’un vert clair à reflet jaunâtre ; pétiole assez long et faible. Aspect général : élancé, à feuillage mobile.

Culture. — L’arbre qui a servi à la description est planté sur franc dans un sable loameux très fertile. Il se montre d’une vigueur très modérée et s’est mis rapidement et abondamment à fruit.

La variété semble peu propre au plein vent et le fruit se détache assez facilement ; cependant, comme il vient au commencement de l’automne avant l’époque des grands vents et qu’il se comporte parfaitement au fruitier, on pourrait l’essayer sous cette forme ; l’arbre ne deviendra jamais grand et conviendrait au potager.

Il va admirablement en chandelle et donne facilement des candélabres et de moyennes pyramides ; il semble peu à conseiller pour la palmette ou autres formes à branches plus ou moins horizontales ; celles-ci manqueraient de vigueur et l’arbre se surchargerait de fruits.

Ajoutons, pour compléter tout ce que nous pourrions dire sur le Beurré Delbecq, l’appréciation suivante de la qualité de son fruit par M. André Leroy.

« Chair blanche, très fine, aqueuse, fondante, non pierreuse. Eau abondante, sucrée, rafraîchissante, délicieusement aromatisée. »

Il dit sa fertilité convenable et l’arbre peu vigoureux ; « ses pyramides ne sont jamais ni fortes, ni touffues. » Ici, M. Ch. Baltet est en désaccord avec M. Leroy. D’après lui, l’arbre est, au contraire, très fertile et son port est bien ramifié.

De toute façon, cette variété convient spécialement au fuseau, pour les petits jardins d’amateurs.

Éd. Pynaert.
  1. Dictionnaire de Pomologie.