Premier recueil de diverses poésies tant du feu sieur de Sponde que des sieurs Du Perron, de Bertaud, de Porchères et autres, non encor imprimées, recueillies par Raphaël Du Petit Val, 1604/Les Amours/Sonnet XXV

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
, François d'Arbaud de Porchères
Premier recueil de diverses poésies tant du feu sieur de Sponde que des sieurs Du Perron, de Bertaud, de Porchères et autres, non encor imprimées, recueillies par Raphaël Du Petit ValImprimerie Du Petit Val (p. 18).

XXV.


Contemplez hardiment tous ceus qui sont coustumé
De se sacrifier à l'autel des beautez,
Vous verrez que le vent de leurs legeretez
Leur esteint le braiser aussi tost qu'il l'allume.

Mais moy, qui si long temps à vos yeux me consume
Je ne consume point pourtant mes fermetez,
Et d'autant plus avant au feu vous me mettez
Plus l'or de mon amour a durer s'accoustume.

Pour vous, belle, le tout de ce tout ne m'est rien,
Ces biens sont povretez au regard de ce bien,
Et vous servir tant plus que mille & mille empires

S'en trouve qui voudra vivement offencé,
Pour moy j'aimerois mieux mourir en vos martyres,
Que vivre au plus grand heur qui puisse estre pensé.