Premier recueil de diverses poésies tant du feu sieur de Sponde que des sieurs Du Perron, de Bertaud, de Porchères et autres, non encor imprimées, recueillies par Raphaël Du Petit Val, 1604/Les Amours/Sonnet IIII

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
, François d'Arbaud de Porchères
Premier recueil de diverses poésiesImprimerie Du Petit Val (p. 8).

IIII.


En vain mille beautez à mes yeux se presentent,
Mes yeux leur sont ouvers et mon courage clos,
Une seule beauté s’enflamme dans mes os
Et mes os de ce feu seulement se contentent :

Les vigueurs de ma vie et du temps qui m’absentent
Du bien-heureux sejour où loge mon repos,
Alterent moins mon ame, encor que mon propos
Et mes discrets desirs jamais ne se repentent.

Chatouilleuses beautez, vous domptez doucement
Tous ces esprits flotans, qui souillent aisement
Des absentes amours la chaste souvenance :

Mais pour tous vos efforts je demeure indompté :
Ainsi je veux servir d’un patron de constance,
Comme ma belle fleur d’un patron de beauté.