Premier recueil de diverses poésies tant du feu sieur de Sponde que des sieurs Du Perron, de Bertaud, de Porchères et autres, non encor imprimées, recueillies par Raphaël Du Petit Val, 1604/Les Amours/Sonnet XXIII

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
, François d'Arbaud de Porchères
Premier recueil de diverses poésiesImprimerie Du Petit Val (p. 17).

XXIII.


Il est vray, mon amour estoit sujet au change,
Avant que j'eusse appris d'aimer solidement,
Mais si je n'eusse veu cest astre consumant
Je n'auray point encore acquis ceste louange.

Ore je vois combien c'est une humeur estrange
De vivre, mais mourir, parmy le changement,
Et que l'amour luy mesme en gronde tellement
Qu'il est certain qu'en fin, quoy qu'il tarde il s'en vange.

Si tu prens un chemin après tant de destours,
Un bord après l'orage, & puis reprens ton cours,
Et l'orage aux destours il survient le naufrage

Un erreur, on dira que tu l'as merité,
Si l'amour n'est point feint il aura le courage
De ne changer non plus que fait la verité.