Principes de la science sociale/07

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Traduction par Saint-Germain Leduc et Aug. Planche.
Librairie de Guillaumin et Cie (tome 1p. 204-223).


CHAPITRE VII.

DE LA RICHESSE.

§ 1. — En quoi consiste la Richesse ? Les denrées, ou les choses, ne sont pas la richesse pour ceux qui ne possèdent pas la science de s’en servir. Les premiers pas vers l’acquisition de la richesse sont toujours les plus coûteux et les moins productifs. Définition de la richesse.

Robinson avait fabriqué un arc et avait ainsi acquis une richesse. En quoi, cependant, consistait cette richesse ? Était-ce dans la possession de l’instrument ? Assurément non ; mais dans le pouvoir qu’il lui donnait sur les propriétés naturelles du bois et de la corde, en le rendant capable de substituer l’élasticité de l’un et la ténacité des fibres de l’autre, à la contraction musculaire dont le secours, seul, lui avait jusqu’alors permis de se procurer des subsistances. Lorsqu’il eut creusé un canot, il trouva sa richesse augmentée. En effet, à l’aide de sa nouvelle machine, il pouvait commander les services de l’eau ; et comme la nature travaille toujours gratuitement, tout ce qu’il pouvait maintenant ajouter à ses provisions, il l’obtenait entièrement sans frais. Lorsqu’il eut fixé dans son canot, une perche, au haut de laquelle il plaça une peau de bête, en guise de voile, il put commander les services du vent, et, de cette façon, augmenter encore le pouvoir de se transporter d’un lieu dans un autre ; et sa richesse s’accrut ainsi constamment.

Supposons, cependant, qu’au lieu d’avoir été amené par l’observation des propriétés du bois à fabriquer un arc ; il en eut trouvé un, et qu’il eût été assez dépourvu de connaissances pour être incapable d’en faire usage, en ce cas, sa richesse aurait-elle augmenté. Assurément non. L’arc fût demeuré pour lui aussi inutile que les arbres dont la terre était couverte. Supposons encore qu’il eût trouvé un canot et qu’il eût ignoré les propriétés de l’eau, ou du bois, aussi complètement que nous pouvons l’admettre chez les peuplades sauvages de l’Inde ou de la Germanie, ne serait-il pas alors demeuré aussi pauvre qu’auparavant ? On ne peut mettre en doute qu’il en eût été ainsi. En pareil cas, la richesse ne peut consister dans la simple possession d’un instrument, qui ne se rattache pas à la connaissance des moyens de s’en servir. Si l’on faisait don d’un million d’arcs à un aveugle-né, il n’en serait pas plus riche ; et si nous transmettions, aux sauvages des Montagnes Rocheuses, le droit absolu de propriété sur les usines et les hauts-fourneaux de l’Union, ils n’y trouveraient aucun accroissement de richesse ; pour eux la chance de mourir de froid ou de faim serait restée la même, bien qu’ils fussent ainsi devenus propriétaires de machines, pouvant produire tous les instruments nécessaires pour leur permettre de se procurer largement les subsistances et les vêtements, à la seule condition de posséder la science. Des livres et des journaux ne seraient pas une richesse pour l’homme qui ne sait pas lire, mais les aliments en seraient une ; et il donnerait, de grand cœur, une bibliothèque tout entière, en échange de la quantité de blé dont il aurait besoin pour se nourrir pendant une année.

Pendant des milliers d’années, le peuple anglais posséda des quantités presque illimitées de ce combustible dont un seul boisseau peut soulever, en une minute, cent mille livres par pied, et faire ainsi le travail de centaines d’individus ; et cependant ce combustible ne constituait pas une richesse, faute de connaître les moyens d’utiliser sa puissance. Il y avait là une force cachée. Mais ce ne fut qu’à l’époque où parut Watt, que l’homme put contraindre cette force à travailler à son profit. Il en a été de même à l’égard des mines d’anthracite de la Pennsylvanie. Ce combustible était plus pur et de meilleure qualité que tout autre, et, conséquemment susceptible d’accomplir une plus grande somme de travail ; mais, par cette raison, il fallait une science plus avancée pour développer sa puissance latente. Plus est considérable le pouvoir d’être utile, c’est-à-dire plus est considérable la somme d’utilité qu’une denrée recèle à l’état latent, plus grande est toujours la somme de résistance à vaincre pour la soumettre à l’empire de l’homme. Une fois ce résultat acquis, le pouvoir ainsi obtenu se concentre dans l’homme même, à mesure que se développe l’utilité de la matière première qui l’entoure.

Le pauvre cultivateur des premiers temps commence ses travaux, ainsi que nous l’avons vu, sur les flancs des collines. Au-dessous de lui se trouvent les terrains qui, pendant plusieurs siècles, ont reçu les eaux des terrains supérieurs, en même temps que les feuilles des arbres et les arbres tombés eux-mêmes, dont la totalité, de temps immémorial, s’est décomposée et s’est incorporée à la terre, formant ainsi des sols devenus susceptibles de donner au travailleur la plus ample rémunération. Cependant, par ce motif, ceux-ci sont inaccessibles. Leur nature se révèle dans les grands arbres dont ils sont couverts, et dans leur faculté de retenir l’eau nécessaire pour favoriser l’œuvre de décomposition ; mais le pauvre colon n’a pas le pouvoir de débarrasser ces mêmes sols de leur bois, ou de les drainer pour enlever l’excédant d’humidité. Il commence ses travaux sur le penchant de la colline ; mais en même temps que sa famille augmente et que se perfectionnent ses instruments de culture, nous le voyons descendre des hauteurs, et non-seulement se procurer pour lui-même une plus grande quantité de subsistances, mais encore les moyens de nourrir le cheval ou le bœuf dont il a besoin pour l’aider dans ses travaux. Grâce à l’engrais que lui ont rapporté les terres de meilleure qualité, nous voyons ses successeurs reprenant immédiatement la trace de ses pas, améliorant le flanc de la colline, et la forçant de donner un revenu deux fois plus considérable que celui qu’on obtenait primitivement. A chaque pas qu’ils font pour descendre, ils obtiennent pour leur travail une plus ample rémunération, et chacun de ces pas les ramène avec un accroissement de puissance, à la culture du sol primitif et ingrat. A cette heure ils possèdent des chevaux et des bœufs ; et tandis qu’avec leur secours ils tirent, de sols nouveaux, un engrais accumulé depuis plusieurs siècles, ils possèdent aussi des charrettes et des wagons pour le transporter sur la colline ; et à chaque progrès nouveau, leur rémunération augmente, tandis que leurs labeurs diminuent. Ils reviennent au sable et apportent de la marne, dont ils recouvrent la couche superficielle de la terre ; ou bien ils reviennent à l’argile et y incorporent de la pierre à chaux, et par ce moyen doublent leurs produits. Pendant tout cet intervalle ils fabriquent une machine, qui les nourrit dans le moment même où ils la fabriquent, et dont la puissance augmente à mesure qu’on lui enlève davantage. Dans le principe, elle était sans valeur, mais aujourd’hui qu’elle les a nourris et vêtus pendant plusieurs années, elle a acquis un tel degré d’utilité que ceux qui voudront en tirer parti, devront, pour en obtenir le droit, payer une large rétribution.

La terre est une immense machine qui a été donnée à l’homme pour être façonnée à son usage. Plus il la façonne, mieux elle le nourrit, parce que chaque progrès ne fait qu’en préparer un nouveau plus productif que le dernier accompli, exigeant moins de travail et donnant un plus large revenu. Le travail du défrichement est considérable ; cependant le revenu qu’il donne est faible, la terre étant couverte de débris de troncs d’arbres et jonchée de racines. Chaque année, celles-ci se décomposent, et la fertilité de la terre augmente, en même temps que le travail du labourage diminue. A la fin, les tronçons d’arbres ayant disparu, le rapport est doublé, tandis que le travail est de moitié moins pénible qu’auparavant. Pour hâter cette opération le propriétaire n’a pas fait autre chose qu’exploiter la terre, la nature a fait le reste. Le secours qu’elle lui prête, en cette circonstance, produit bien plus de subsistances qu’on n’en avait recueilli, d’abord, en retour du défrichement de la terre. Cependant ce n’est pas tout. L’excédant ainsi obtenu lui a donné les moyens d’améliorer les terrains ingrats, en lui fournissant l’engrais propre à les fertiliser ; et de cette façon, il a triplé ou quadruplé son revenu primitif, sans être obligé à de nouveaux efforts ; le travail qu’il s’épargne, dans la culture des sols neufs, lui suffit pour transporter de l’engrais sur les sols plus anciens. Il conquiert alors un pouvoir, chaque jour plus considérable, sur les trésors variés de la terre.

Relativement à toutes les opérations qui se rattachent à la soumission de la terre à l’empire de l’homme, le résultat est le même. Le premier pas est constamment celui qui coûte le plus et qui produit le moins[1]. Le drainage commence nécessairement près du cours d’eau où le travail est le plus pénible ; et toutefois cette opération ne débarrasse de l’eau qu’une petite portion de terre. Un peu plus loin la même somme de travail, utilisant ce qui a déjà été fait, peut drainer une étendue triple ; et alors on peut établir un système complet de drainage, avec moins d’efforts qu’il n’en fallait d’abord pour celui qui était le plus défectueux. Mettre la chaux en contact avec l’argile, sur un espace de 50 acres, devient un travail plus facile que n’a été le défrichement d’une seule acre ; cependant l’opération double le rendement de chacune des cinquante acres. L’individu qui a besoin d’une petite quantité de combustible, pour son usage personnel, dépense beaucoup de travail pour ouvrir dans le voisinage un filon de houille. Élargir ce filon de manière à doubler le produit est une besogne qui n’exige, relativement, que peu d’efforts ; il en est de même d’un nouvel élargissement, au moyen duquel il peut faire usage d’un wagon, et qui lui donne un rapport cinquante fois plus considérable que celui qu’il avait obtenu, lorsqu’il n’avait à compter que sur ses seules forces, sans aucun autre secours. Creuser un puits conduisant au premier filon, au-dessous de la couche superficielle de la terre, puis établir une machine à vapeur, ce sont là des opérations coûteuses ; mais creuser postérieurement celui qui doit conduire à un second filon, et le tunnel pour arriver à un troisième, ne sont que des bagatelles en comparaison de la première opération ; et pourtant chacune d’elles est également productive. La première ligne d’une voie ferrée longe les maisons et les villes occupées par quelques centaines de milliers d’individus. On fait ensuite de petits embranchements, qui coûtent incontestablement bien moins de travail que la ligne primitive, mais qui mettent en rapport avec elle probablement une population triple. Le commerce prenant de l’accroissement, on peut avoir besoin d’une seconde, d’une troisième, ou d’une quatrième voie. La voie primitive facilitant le passage des matériaux et le triomphe des obstacles à vaincre, trois nouvelles voies peuvent se construire maintenant, avec moins de dépenses qu’il n’en a fallu pour construire la première.

Tout le travail ainsi dépensé pour façonner l’immense machine n’est que le prélude de nouvelles demandes qui sont faites à celle-ci, et qu’accompagnent un revenu croissant et la hausse du salaire ; d’où il résulte que les portions de cette machine, telle qu’elle existe, s’échangent constamment, lorsqu’elles arrivent sur le marché, pour une somme de travail bien inférieure à celle qu’elles ont coûté. L’individu qui cultivait les terrains maigres se trouvait heureux d’obtenir cent boisseaux, en retour de son travail pendant une année ; mais avec les progrès accomplis par lui-même et par ses voisins au bas de la colline sur des terrains plus fertiles, le salaire a haussé, et l’on peut maintenant exiger 200 boisseaux. Sa ferme rapportera 1.000 boisseaux, mais elle exige le travail de quatre individus qui doivent avoir pour leur part chacun 200 boisseaux. En calculant sur un prix d’achat capitalisé depuis vingt ans, cela donne un capital de 4.000 boisseaux, ou l’équivalent d’un salaire de vingt ans, tandis qu’elle peut avoir coûté, si l’on tient compte de son travail personnel, de celui de ses fils et de ses auxiliaires, l’équivalent de cent ans de travail, ou peut-être bien davantage. Pendant tout ce temps, cette ferme les a tous nourris et vêtus ; et elle est devenue le produit d’accroissements insensibles qui ont eu lieu, d’année en année, sans qu’on y songeât ou qu’on s’en aperçût.

Elle a maintenant la valeur d’un salaire de vingt ans, parce que son propriétaire, pendant nombre d’années, en a retiré annuellement mille boisseaux ; mais lorsque durant une longue suite de siècles elle est restée inexploitée, accumulant le pouvoir de servir les besoins de l’homme, elle n’avait aucune valeur. Il en est de même partout à l’égard de la terre. Plus on en tire de richesse, plus on trouve qu’il en existe encore. Lorsque les mines de houille de l’Angleterre demeuraient intactes, elles étaient sans valeur. Aujourd’hui, elles en ont une presque illimitée ; et cependant la terre renferme d’énormes quantités de ce combustible, pour des milliers d’années. Il y a un siècle, le minerai de fer était peu estimé et l’on passait des baux moyennant des rentes presque nominales. Aujourd’hui malgré les quantités considérables qui ont été enlevées, ces baux sont regardés comme équivalents à la possession de grandes fortunes, bien que la proportion du minerai dont on connaît l’existence, en d’autres contrées, ait probablement augmenté au centuple.

Les riches terrains dont nous venons de parler, ceux où se trouvent la houille, la chaux et le minerai de fer, possédaient, il y a un siècle, autant qu’aujourd’hui, le pouvoir de contribuer au bien-être et aux jouissances de l’homme ; cependant ils ne constituaient point une richesse, parce que l’homme lui-même manquait de la science nécessaire pour le rendre capable de les forcer de travailler à son profit ; leur utilité était latente, elle attendait, pour se développer, l’action de l’intelligence humaine.

Chez l’individu de cette époque, nous constatons une série de faits exactement semblables : ses facultés étaient identiques à celles des individus de nos jours ; mais, elles étaient également latentes ; son cerveau était prêt à lui rendre des services s’il les eût réclamés ; mais il était incapable de le faire. Ce cerveau eût également travaillé à son profit sans qu’il lui en coûtât rien ; et non-seulement les choses se seraient passées ainsi ; mais en diminuant la somme des demandes faites aux forces musculaires de l’homme, il eût diminué, considérablement, la somme de nourriture nécessaire pour réparer les pertes résultant de l’emploi de son activité. L’emploi du temps indispensable pour subvenir à ses besoins eût été ainsi réduit dans sa durée, en même temps qu’il y aurait eu une augmentation correspondante dans la quantité des heures dont il pouvait disposer, pour étudier d’une façon plus approfondie les forces de la nature, et préparer les machines nécessaires pour soumettre ces mêmes forces et les faire servir à son profit.

La richesse consiste dans le pouvoir de commander les services toujours gratuits de la nature, que ceux-ci soient rendus par le cerveau de l’homme, ou par la matière au milieu de laquelle il vit et sur laquelle il doit agir. Plus est considérable la puissance d’association, c’est-à-dire plus grande est la diversité des demandes faites à l’intelligence humaine, plus est considérable également, ainsi que nous l’avons vu, le développement des facultés particulières — ou l’individualité — de chaque membre de la société ; et plus se développe la capacité pour l’association. Avec cette dernière arrive l’accroissement du pouvoir sur la nature et sur lui-même ; et plus est complète sa capacité pour se gouverner lui-même, plus doit être rapide le mouvement de la société, — plus est considérable la tendance vers de nouveaux progrès et plus est rapide aussi le développement de la richesse.

Ainsi que nous l’avons dit, la somme de puissance qui n’attend que les demandes de l’homme est illimitée. Elle est, à l’égard du monde considéré dans son ensemble, ce qu’étaient les trésors accumulés dans la caverne des brigands, pour Ali-Baba, qui n’avait besoin que de prononcer un mot magique pour voir s’ouvrir les portes de cette caverne, et devenir ainsi possesseur des richesses qu’elle renfermait. Pour que l’homme acquière la puissance d’opérer le même prodige et de faire ainsi, pour lui-même, tout ce que les génies pouvaient accomplir autrefois, il lui suffit de se rendre capable de s’écrier aussi : Sésame, ouvre-toi, en combinant ses efforts avec ceux de ses semblables.

§ 2. — La combinaison des efforts actifs est indispensable aux développements de la richesse. Moins les instruments d’échange sont nécessaires, plus est considérable, la puissance d’accumulation. La richesse s’accroît avec la diminution dans la valeur des denrées, ou des choses nécessaires aux besoins et aux desseins de l’homme.

Plus est développée parmi les individus la tendance à la combinaison des efforts actifs, plus est intense la rapidité avec laquelle se répandent les connaissances, s’acquiert la puissance d’action et s’accumule la richesse. Pour que la combinaison des efforts ait lieu, il faut qu’il y ait différence, et, pour que celle-ci existe, il doit y avoir diversité de travaux. Là où cette dernière se rencontre, on voit l’individu obtenir un pouvoir constamment croissant sur la nature et sur lui-même, qui acquiert ainsi la liberté, en raison directe du développement de ses facultés latentes.

Dans les premiers âges de la société, à l’époque où les individus cultivent les terrains ingrats, il ne peut y avoir qu’une faible association, et conséquemment qu’une faible combinaison d’efforts actifs. N’ayant ni cheval, ni chariot, le colon isolé ne compte guère que sur ses bras pour ramasser sa petite récolte. Transportant une peau de bête au lieu où il l’échangera, à une distance de plusieurs milles, il cherche à obtenir en retour du cuir, des souliers ou du drap. En même temps que la population augmente, on trace des routes et l’on cultive des terrains plus fertiles. Le magasin et la manufacture se trouvant plus rapprochés de lui, il se procure des souliers et de la farine, à l’aide d’un mécanisme d’échange moins compliqué ; et jouissant maintenant de plus de loisir pour mettre sa machine en œuvre, les revenus du travail s’accroissent. Un plus grand nombre d’individus se procurent maintenant des subsistances sur la même superficie, de nouveaux lieux d’échange apparaissent. La laine étant convertie en drap sur place, il la troque directement avec le fabricant de drap. La scierie étant à sa portée, il fait des échanges avec celui qui la met en œuvre. Le tanneur lui donne du cuir contre ses peaux, et le fabricant du papier contre ses chiffons. Son pouvoir de commander l’emploi du mécanisme d’échange augmente ainsi constamment, tandis que la nécessité d’en faire usage diminue dans la même proportion ; à mesure que les années se succèdent, il se manifeste une tendance plus considérable au rapprochement réciproque du producteur et du consommateur ; chaque année, le colon constate un accroissement dans le pouvoir de consacrer son temps et son intelligence, aux opérations ayant pour but de façonner le puissant instrument auquel il doit les substances alimentaires et la laine ; et c’est ainsi, que l’accroissement de la population qui consomme est indispensable au progrès de la production.

La perte résultant de l’emploi du mécanisme de l’échange est en raison du volume de l’article à échanger ; au premier rang sont les substances alimentaires, au second le combustible, au troisième la pierre à bâtir ; le fer occupe le quatrième, le coton le cinquième et ainsi de suite, jusqu’à ce que nous arrivions aux dentelles et aux épices (nut-megs). Les matières premières étant celles à la formation desquelles la terre a le plus coopéré, et celles aussi par la production desquelles le sol est le plus amélioré, plus le lieu d’échange, ou de transformation, peut être rapproché du lieu de production, moins il doit y avoir de perte dans l’opération, et plus doit être considérable le pouvoir d’accumuler le capital destiné à seconder la production d’une richesse nouvelle. Que les choses doivent nécessairement se passer ainsi, c’est ce qui sera évident pour quiconque réfléchira qu’en physique c’est une loi : que tout ce qui tend à diminuer la quantité du mouvement mécanique, tend à diminuer le frottement et à augmenter la force.

L’individu qui produit les subsistances sur son propre terrain construit la machine, en vue de produire avec plus d’avantage l’année suivante. Son voisin auquel elles sont données à la condition de rester en repos, perd le travail d’une année sur sa machine, et tout ce qu’il a gagné s’est réduit au plaisir de consumer son temps à ne rien faire. S’il a employé lui-même ses chevaux et son chariot à transporter ces subsistances dans sa demeure, en employant le même nombre de jours qui eût été nécessaire pour les produire, il a fait un mauvais emploi de son temps ; car la ferme n’a pas été améliorée. Il a perdu le travail et l’engrais. Comme toutefois personne ne donne rien gratuitement, il est évident, que l’homme qui possède une ferme et se procure ailleurs des subsistances doit payer pour leur production, et aussi pour leur transport ; que, bien qu’il ait obtenu un salaire aussi élevé en se livrant à quelque autre occupation, sa ferme, au lieu d’être améliorée par une année de culture, s’est détériorée par suite d’une année d’abandon ; et qu’il reste plus pauvre qu’il ne l’eût été, s’il avait produit les subsistances nécessaires à sa propre nourriture.

L’article qui, ensuite, est le plus encombrant est le combustible. En même temps que l’homme chauffe sa maison, il défriche son terrain. Il perdrait à rester dans l’inaction, si son voisin lui apportait son propre combustible, et plus encore s’il devait employer le même temps à le transporter, parce qu’il userait sa charrette et perdrait l’engrais. S’il devait louer ses services, et ceux que peut rendre son chariot, à un autre individu, et pour la même quantité de bois de chauffage qu’il aurait coupée sur sa propriété, il subirait une perte ; car son exploitation rurale n’aurait pas été défrichée.

En enlevant sur ses propres champs les pierres avec lesquelles il doit bâtir sa maison, il gagne doublement ; car à mesure que sa maison se construit, son terrain est débarrassé. S’il demeure dans l’inaction et laisse son voisin apporter la pierre, il subit une perte ; car ses champs demeurent impropres à la culture. S’il accomplit une quantité égale de travail pour un voisin, en recevant le même salaire apparent, il subit une perte, par ce fait qu’il a encore à enlever les pierres, et jusqu’au moment où cela aura eu lieu, il ne peut cultiver son terrain.

A chaque amélioration dans le mécanisme de l’échange, il y a diminution dans la proportion qui s’établit entre ce mécanisme et la masse de denrées susceptibles d’être échangées, à raison de l’accroissement extraordinaire de produits, résultant de l’accroissement de la somme de travail qui peut être appliquée à fabriquer la puissante machine. C’est un fait d’observation journalière, que la demande de chevaux et d’individus augmente, à mesure que les chemins de fer font renoncer aux barrières des péages ; et la raison en est que les moyens qu’acquiert le fermier d’améliorer sa terre augmentent plus rapidement que la quantité d’hommes et de chevaux nécessaires pour le travail. L’individu, qui jusqu’à ce jour avait envoyé au marché ses bestiaux à moitié élevés, accompagnés de chevaux et d’hommes qui doivent servir à les amener, ainsi que de chariots et d’autres chevaux chargés de fourrages ou de navets, pour les nourrir en route et les engraisser lorsqu’ils seront arrivés sur le marché, cet individu, disons-nous, maintenant engraisse son bétail sur place, et l’expédie par le chemin de fer, tout prêt pour l’abattoir ; et de cette façon le besoin qu’il a du mécanisme de l’échange se trouve diminué considérablement. Il garde chez lui ses hommes, ses chevaux et ses chariots, et les matières excrémentielles, produit de son foin et de son avoine ; les premiers sont employés à creuser des tranchées et à drainer ses terres, tandis que les dernières fertilisent le sol qu’il a cultivé jusqu’à ce jour. Sa production doublant, il accumule promptement, tandis que les individus qui l’entourent peuvent consommer plus d’aliments, dépenser davantage pour se vêtir et peuvent eux-mêmes amasser davantage. Il a besoin de travailleurs dans son champ, et ceux-ci ont besoin de vêtements et de maisons. Le cordonnier et le charpentier, voyant qu’il y a demande de travail, se rapprochent alors de la communauté, consommant les subsistances sur le terrain qui les produit ; et c’est ainsi que le mécanisme de l’échange s’améliore. La quantité de farine consommée sur place engageant le meunier à venir et à consommer sa part, en même temps qu’il prépare celle des autres, la somme de travail nécessaire à l’échange diminue encore, et il en reste davantage à consacrer à la culture de la terre. La chaux du sol étant maintenant retournée, on obtient des tonnes de navets, sur la même superficie qui auparavant ne donnait que des boisseaux de seigle. La quantité de subsistances à consommer augmentant plus rapidement que la population, il faut un plus grand nombre de consommateurs sur le terrain ; et bientôt arrive la filature de laine. Cette laine n’exigeant plus pour son transport ni chariots ni chevaux, ceux-ci sont maintenant employés à transporter de la houille ; ce qui permet au fermier de défricher son terrain boisé, et de soumettre à la culture le sol magnifique qui, depuis des siècles, n’a produit que du bois. La production augmentant encore, la nouvelle richesse prend la forme d’une filature de coton ; et à chaque pas fait dans cette direction, le fermier constate de nouvelles demandes adressées à cette grande machine qu’il a construite, accompagnées d’un accroissement constant dans le pouvoir de l’élever à une plus grande hauteur, de la rendre plus solide et de lui donner des fondements plus inébranlables. Aujourd’hui il fournit du bœuf et du mouton, du blé, du beurre, des œufs, de la volaille, du fromage, et toutes les autres choses qui contribuent au bien-être et aux jouissances de la vie et auxquelles le climat est approprié ; et il les tire de la même terre qui, à l’époque où ses devanciers commencèrent l’œuvre de culture sur le sol léger des hauteurs, donnait à peine le seigle nécessaire à l’entretien de la vie.

Nous voyons ici s’établir une attraction locale, tendant à neutraliser l’attraction de la capitale, ou de la principale ville de commerce ; et dans les pays où il existe le plus de pareils centres locaux, on constate invariablement la tendance la plus prononcée au développement de l’individualité et à la combinaison des efforts actifs, ainsi qu’aux progrès les plus rapides de la science, de la richesse et du pouvoir. Plus le système social se rapproche dans ses dispositions, de celle que nous avons vu établies pour conserver l’ordonnance du grand système dont notre planète fait partie, plus le mouvement sera considérable et plus l’harmonie sera parfaite, et plus aussi l’homme deviendra capable de maîtriser et de diriger les diverses forces destinées à son usage ; et plus il arrivera promptement à abdiquer l’état de créature esclave de la nécessité, pour conquérir son véritable rang, celui de créature puissante.

A chaque pas fait dans cette direction, il y a, ainsi que nous l’avons démontré, diminution dans la valeur de toutes les accumulations existantes, d’une part, à raison de la diminution constante dans la résistance qu’offre la nature à la satisfaction des désirs de l’individu, et d’autre part de l’accroissement constant dans la faculté conquise par l’homme, de triompher de la résistance qui reste encore à vaincre. Que les choses doivent nécessairement se passer ainsi, c’est là ce qui sera évident pour quiconque réfléchira que si l’on pouvait se procurer la houille, le fer, le drap, ou toute autre denrée, aussi facilement que l’on se procure l’air atmosphérique, les premiers n’auraient pas, à nos yeux, une valeur plus considérable que celle que nous attachons au dernier. Les accumulations existantes sont le résultat de travaux accomplis antérieurement. Tout ce qui tend à augmenter la puissance de l’homme de nos jours tend, aussi, à lui donner une plus grande facilité de disposer des accumulations du passé, et de diminuer la proportion du produit du travail que peut demander celui qui les possède, en retour de la concession de leur usage. Conséquemment, tous ceux qui désirent diminuer la domination du capital à l’égard du travail, et accroître ainsi la liberté de l’individu, doivent souhaiter que le développement de la richesse soit favorisé.

La richesse augmente en même temps que la puissance d’association et le développement de l’individualité. L’individualité se développe à mesure que les occupations se diversifient ; et c’est pourquoi l’individu est devenu toujours plus libre, à mesure que le fermier et l’artisan ont tendu de plus en plus à se rapprocher l’un de l’autre.

§ 3. — De la richesse positive et de la richesse relative. Le progrès de l’homme est en raison de la diminution de la valeur des denrées et de l’accroissement de sa propre valeur.

Nous sommes accoutumés à mesurer la richesse des individus ou des sociétés, d’après la valeur de la propriété qu’ils possèdent ; tandis que la richesse augmente, ainsi que nous le voyons, avec la diminution des valeurs, lesquelles sont, uniquement, la mesure de la résistance à vaincre avant qu’une propriété ou des denrées semblables puissent être reproduites. Cette manière de voir peut donc sembler en opposition avec l’idée générale qu’on se forme de la richesse ; mais en la soumettant à l’examen, on s’apercevra que cette différence n’est qu’apparente. La richesse positive d’un individu doit s’évaluer d’après le pouvoir qu’il exerce ; mais on doit évaluer sa richesse relative, d’après la somme d’efforts que devraient échanger d’autres individus, avant d’être capables d’acquérir un pouvoir semblable. Le propriétaire d’une maison qui lui offre un abri, et d’une ferme qui lui fournit subsistances et vêtements, possède une richesse positive, bien que ni l’une ni l’autre n’ait de valeur d’après l’estimation d’autres individus. Si on lui demande de fixer le prix auquel il consentirait à s’en dessaisir, il estimera la somme d’efforts qu’on exigerait d’autres individus, avant qu’ils pussent acquérir un semblable pouvoir ; et ce sera la mesure de sa richesse, comparée à celle d’un individu qui n’aurait ni maison ni ferme. Sa richesse positive consiste dans l’étendue du pouvoir qu’il exerce sur la nature. Sa richesse relative est la mesure de ce même pouvoir, comparé avec celui qu’exercent ses semblables.

Cependant, à ce moment même, un perfectionnement survient dans le mode de fabrication des briques et le défrichement des terres ; immédiatement il y a diminution dans sa richesse relative, mais sans aucune modification dans sa richesse positive ; sa maison, comme auparavant, continuant de l’abriter et sa ferme de le nourrir. La diminution de la première est une conséquence de l’accroissement de la richesse et de la puissance de la société tout entière, dont il est membre ; et elle devient plus rapide à mesure que les perfectionnements se multiplient, parce qu’en même temps que chacun d’eux a lieu successivement, il y a décroissance dans les obstacles qu’offre la nature à la production des maisons et des fermes, et accroissement dans le nombre de celles qui sont produites, accompagnée d’un progrès constant dans la condition de la société. La richesse positive de l’individu ne subit aucun changement, et cependant sa richesse relative diminue constamment ; et le fait demeure également vrai, qu’on l’envisage par rapport aux accumulations intellectuelles, ou aux accumulations matérielles. L’homme qui sait lire possède une richesse ; et plus il y a autour de lui d’individus ignorants, plus sa valeur personnelle augmente ; placez-le au milieu d’autres individus qui savent a la fois lire et écrire, et il devient, par comparaison, plus pauvre qu’auparavant, bien que sa richesse positive n’ait subi aucune diminution.

La richesse d’une société consiste dans le rapport à établir, à l’égard de son pouvoir pour commander les services de la nature ; et plus ce pouvoir est considérable, moins le sera la valeur des denrées, et plus grande sera la quantité qu’on peut s’en procurer en retour d’une certaine somme de travail. A chaque pas fait dans cette direction, il y aura une diminution dans la proportion à établir pour le temps nécessaire à la production des choses indispensables à la vie, avec celle que l’on peut consacrer à préparer les machines dont on a besoin pour exercer un empire plus étendu sur la nature, ou encore aux besoins de l’éducation, des délassements ou des plaisirs. Le progrès de l’individu est donc en raison de la diminution de la valeur des denrées, et de l’accroissement de sa valeur personnel

§ 4. — Caractère matériel de l’économie politique moderne. — Elle soutient qu’on ne doit regarder comme valeurs que celles qui revêtent une forme matérielle. Tous les travaux sont regardés comme improductifs, s’ils n’aboutissent pas à la production de denrées ou de choses

L’économie politique moderne ayant tendu à exclure du domaine de ses considérations tous les phénomènes qui ne se rattachent pas directement à la production et à la consommation de la richesse matérielle, il en est résulté la nécessité de donner, à la nouvelle science, un nom qui fut plus en harmonie avec ces limites tracées à sa sphère d’action. De là diverses propositions ayant pour but de faire adopter les noms de chrématistique, de catallactique, ou d’autres encore, qui excluraient expressément l’idée, que l’intelligence et l’individualité morale de l’homme pussent rentrer dans le cercle des recherches de l’économiste. Il est vrai que ces noms n’ont jamais été adoptés ; mais la simple intention manifestée à cet égard, par des économistes distingués, est une preuve de la nature complètement matérielle du système, et il nous a été démontré que tel est en effet son caractère, dans un document très-remarquable émanant de l’un des hommes les plus distingués parmi les économistes français (M. Dunoyer) qui apprend à ses lecteurs :

« Que la plupart des livres d’économie politique, jusqu’aux derniers y compris les meilleurs, ont été écrits dans la supposition, qu’il n’y avait de richesses réelles, ni de valeurs susceptibles d’être qualifiées de richesses, que celles que le travail parvenait à fixer dans des objets matériels. Adam Smith, dit-il en continuant, ne voit guère de richesse que dans les choses palpables[2]. J.-B. Say débute en désignant par le nom de richesse, des terres, des métaux, des grains, des étoffes, etc., sans ajouter à cette énumération aucune classe de valeurs non réalisées dans de la matière. Toutes les fois, selon Malthus, qu’il est question de la richesse, notre attention se fixe à peu près exclusivement sur les objets matériels. Les seuls travaux, d’après Rossi, dont la science de la richesse ait à s’occuper, sont ceux qui entrent en lutte avec la matière pour l’adapter à nos besoins. Sismondi ne reconnaît pas pour de la richesse les produits que l’industrie n’a pas revêtus d’une forme matérielle. Les richesses, suivant M. Droz, sont dans tous les biens matériels qui servent à la satisfaction de nos besoins. L’opinion la plus vraie, ajoute-t-il, est, qu’il faut la voir dans tous les biens matériels qui servent aux hommes. Enfin, dit M. Dunoyer, l’auteur de ces lignes ne peut oublier qu’il a eu à soutenir, il y a à peine quelques mois, un long débat, avec plusieurs économistes, ses collègues à l’Académie des sciences morales, sans avoir pu réussir à leur persuader, qu’il y a d’autres richesses que celles que l’on a, si improprement, appelées matérielles[3]. »

L’économie politique moderne ayant créé à son usage un être auquel elle a donné le nom d’homme, et de la composition duquel elle a exclu tous les éléments constitutifs de l’homme ordinaire qui lui étaient communs avec l’ange, en conservant soigneusement tous ceux qu’il partageait avec les bêtes fauves vivant dans les forêts, cette économie politique, disons-nous, s’est vue forcée, nécessairement, de retrancher de sa définition de la richesse tout ce qui appartient aux sentiments, aux affections ou à l’intelligence. A ses yeux, l’homme est un animal destiné à procréer, et qu’on peut rendre propre au travail ; mais pour qu’il puisse accomplir ce travail, il faut qu’on le nourrisse ; et il est arrivé, comme conséquence nécessaire de cette opinion que, non-seulement les économistes que nous avons déjà cités, mais encore une foule d’autres aussi éminents, se sont vus amenés, nécessairement, à traiter comme improductifs tous les emplois du temps ou de l’intelligence qui ne revêtent pas une forme matérielle. Des magistrats, des hommes de lettres, des professeurs, des savants, des artistes, etc. Les Humboldt et les Thierry, les Savigny et les Kant, les Arago et les Davy, les Canova et les David sont considérés par cette école comme des êtres improductifs, hormis le cas où ils produisent des choses, et, comme le dit avec raison M. Dunoyer, une semblable manière de voir nous entraîne à cette contradiction :

« Qu’au milieu de ce concert pour déclarer improductifs les arts qui agissent directement sur le genre humain, ces économistes sont unanimes pour les trouver productifs, lorsqu’ils les considèrent dans leurs conséquences, c’est-à-dire dans les utilités, les facultés, les valeurs qu’ils parviennent à réaliser dans les hommes. C’est ainsi qu’Adam Smith, après avoir avancé dans certains passages de son livre, que les hommes de lettres, les savants et autres travailleurs de cette catégorie, sont des ouvriers dont le travail ne produit rien, dit expressément, ailleurs, que les talents utiles acquis par les membres de la société, talents qui n’ont pu être acquis qu’à l’aide des hommes qu’il appelle des travailleurs improductifs, sont un produit fixe et réalisé pour ainsi dire dans les personnes qui les possèdent, et forment une partie essentielle du fonds général de la société, une partie de son capital fixe. C’est ainsi que J.-B. Say qui dit, des mêmes classes de travailleurs, que leurs produits ne sont pas susceptibles de s’accumuler, et qu’ils n’ajoutent rien à la richesse sociale, déclare formellement, d’un autre côté, que le talent d’un fonctionnaire public, que l’industrie d’un ouvrier (créations évidentes de ces hommes dont on ne peut accumuler les produits) forment un capital accumulé. C’est ainsi que M. Sismondi qui d’une part, déclare improductifs les travaux des instituteurs, etc., affirme positivement, d’un autre côté, que les lettrés et les artistes (ouvrage incontestable de ces institutions) font partie de la richesse nationale. C’est ainsi que M. Droz, qui fait observer quelque part, qu’il serait absurde de considérer la vertu comme une richesse proprement dite, termine son livre en disant : qu’on tomberait dans une honteuse erreur si l’on considérait comme ne produisant rien, la magistrature qui fait régner la justice, le savant qui répand les lumières, etc.[4]. »

§ 5. — La définition de la richesse que nous donnons aujourd’hui est pleinement d’accord avec sa signification générale de bonheur, de prospérité et de puissance. La richesse s’accroit avec le développement, à l’égard de l’homme, du pouvoir de s’associer avec son semblable.

En adoptant la définition de la richesse que nous avons donnée plus haut, on évite de pareilles contradictions, et ce terme recouvre sa signification primitive de bonheur général, de prospérité et de pouvoir, non pas le pouvoir de l’homme sur son semblable, mais sur lui-même, sur ses facultés, et les forces multiples et merveilleuses destinées à son usage. Telle était, en grande partie, l’idée d’Adam Smith, ainsi qu’on le verra dans le passage ci-dessous, où il démontre jusqu’à quel point le bonheur, la richesse et le progrès seraient favorisés, si l’on adoptait un système en harmonie avec ces « penchants naturels de l’individu » qui le portent à se concerter avec ses semblables pour développer les facultés diverses de tous les membres de la société, en facilitant l’extension du commerce et l’affranchissement des exactions du trafiquant et du soldat[5].

Le docteur Smith n’était pas le défenseur de la centralisation. Au contraire, il croyait pleinement à un système tendant à la création de centres locaux d’action ; et il ne croyait pas à celui qui avait pour but d’empêcher l’association, en forçant tous les fermiers du monde de s’adresser à un marché unique et éloigné, lorsqu’ils voulaient convertir en drap leurs substances alimentaires et leur laine.

Telle était cependant la politique de son pays, et c’est pourquoi il devint nécessaire pour M. Malthus de prouver que le paupérisme, conséquence inévitable de la centralisation, devait son origine à une grande loi naturelle, qui s’opposait à ce que la quantité de subsistances pût jamais rester de niveau avec les demandes d’une population croissante. Puis vint M. Ricardo, auquel le monde est redevable de cette idée, que la culture a toujours commencé par les sols fertiles, et que les individus qui alors abandonnaient l’Angleterre pour émigrer aux colonies, quittaient la culture des terrains ingrats pour celle des terrains fertiles, lorsque le contraire précisément avait toujours eu lieu. Sa doctrine, ainsi que celle de ses partisans, est conséquemment la doctrine de la dispersion, de la centralisation et des grandes villes ; tandis que celle du docteur Smith tendait à l’association, au gouvernement local des individus, par eux-mêmes, et aux pays couverts de villages et de villes, où doivent s’accomplir les échanges de la campagne environnante.

Toute la tendance des économistes modernes a été en opposition directe avec celle qu’a indiquée, comme la seule véritable, l’auteur de la Richesse des nations ; et conséquemment, de là est venu que leur science s’est restreinte à cette unique considération : Par quels moyens peut-on augmenter la richesse matérielle ? en mettant de côté complètement la question de la moralité, ou du bonheur, des sociétés qu’ils désiraient enseigner. C’est pour cette raison que la science a revêtu peu à peu une forme si répulsive, et que l’un de ses professeurs les plus éminents s’est trouvé obligé de dire à ses lecteurs, que l’économiste est requis de songer au développement de la richesse, seule, et de se borner à la discussion des mesures à l’aide desquelles il pense qu’elle peut se développer, ne permettant « ni à la sympathie pour l’indigence, ni à l’aversion pour la prodigalité ou l’avarice, au respect pour les institutions existantes, à la haine des abus actuels, ou à l’amour de la popularité, du paradoxe ou des idées systématiques de l’empêcher d’affirmer ce qu’il croit être des faits, ou de tirer, de ces faits, les conclusions qui lui paraissent légitimes[6]. »

Heureusement la véritable science n’est pas obligée d’imposer de pareilles exigences à ceux qui l’enseignent. Plus elle est étudiée, plus l’indigence qu’ils aperçoivent autour d’eux doit exciter leur sympathie, et plus ils doivent devenir libres dans l’expression de cette sympathie, parce qu’ils doivent demeurer plus pleinement convaincus, que l’existence d’un semblable état de choses est la conséquence des lois humaines et non divines ; plus doit être énergique l’aversion provoquée par la prodigalité et l’avarice, comme tendant toutes deux à produire l’indigence ; plus leur respect doit être profond pour toutes les institutions qui ont pour but de favoriser le développement de cette habitude de l’association, grâce à laquelle, uniquement, l’homme acquiert l’empire sur la nature, qui constitue sa richesse ; plus doit être prononcée sa haine des abus existants qui tendent à perpétuer la pauvreté et la misère actuelles ; plus aussi doit être prononcée leur résolution de travailler honnêtement à les extirper.

La richesse se développe en même temps que le pouvoir de l’homme de satisfaire le premier et le plus impérieux besoin de sa nature, le désir de l’association avec ses semblables. Plus ce développement est rapide, plus est grande la tendance à l’annihilation de l’indigence d’une part, et de l’autre, à celle de la prodigalité et de l’avarice ; à la cessation des abus existant actuellement, qui tendent à limiter l’exercice de la puissance d’association, à restreindre le développement de l’individualité, ainsi qu’à diminuer le sentiment de responsabilité rigoureuse envers Dieu et l’homme, et à obtenir le résultat suivant : la société prenant la forme la mieux calculée pour faciliter la marche progressive de ce même homme vers la position éminente à laquelle il a été destiné primitivement, et conséquemment, la forme la mieux faite pour inspirer respect et « révérence. »

  1. Le proverbe français : Il n’y a que le premier pas qui coûte, est vrai en ce qui concerne toutes les relations de la vie ; mais en aucune circonstance, il ne l’est plus expressément que lorsqu’il s’agit de l’occupation de la terre. C’est alors qu’on aperçoit facilement combien doit être funeste aux intérêts le mieux entendus de l’homme un système qui, visant à l’épuisement continu du sol, conduit à la nécessité, incessamment croissante, de commencer la culture sur des terrains nouveaux qui devront être épuisés à leur tour.
  2. Adam Smith mérite moins un pareil reproche qu’aucun des auteurs dont il est ici question. Personne ne peut lire son ouvrage sans demeurer convaincu, que dans toutes les parties qui le composent, il n’a jamais perdu de vue que le progrès moral et intellectuel était compris dans la sphère de l’économie politique. On verra clairement démontrée la vérité de ce que nous avançons, dans une note annexée à l’une des pages postérieures.
  3. Journal des économistes. Février 1853.
  4. Journal des économistes, Février 1853, p. 166.
  5. « Cet ordre de choses, qui est en général imposé par la nécessité, quoique certains pays puissent faire exception, se trouve en tout pays fortifié par le penchant naturel de l’homme. Si ce penchant naturel n’eût jamais été contrarié par les institutions humaines, nulle part les villes ne se seraient accrues au-delà de la population que pouvait soutenir l’état de culture et d’amélioration du territoire dans lequel elles étaient situées, au moins jusqu’à ce que la totalité de ce territoire eût été pleinement cultivée et améliorée. A égalité de profits, ou à peu de différence près, la plupart des hommes préfèrent employer leurs capitaux à la culture ou à l’amélioration de la terre, plutôt que de les placer dans l’industrie manufacturière ou dans le commerce étranger. Une personne qui fait valoir son capital sur une terre l’a bien plus sous les yeux et à sa disposition, et sa fortune est moins exposée aux accidents que celle du commerçant ; celui-ci est souvent obligé de confier la sienne, non-seulement aux vents et aux flots, mais à des éléments encore plus incertains, la folie et l’injustice des hommes, quand il accorde de longs crédits, dans des pays éloignés, à des personnes dont il ne peut que rarement connaître à fond la situation et le caractère. Au contraire le capital qu’un propriétaire a fixé par des améliorations au sol même de sa terre, paraît être aussi assuré que peut le comporter la nature des choses humaines. En outre, la beauté de la campagne, les plaisirs de la vie champêtre, la tranquillité d’esprit qu’ils font espérer, et l’indépendance que la campagne procure réellement partout où l’injustice des lois humaines ne vient pas s’y opposer, sont autant de charmes qui plus ou moins attirent tout le monde. Et comme la destination de l’homme, dès son origine, fut de cultiver la terre, il semble conserver, dans toutes les périodes de sa vie, une prédilection pour cette occupation primitive de son espèce. A la vérité, la culture de la terre, à moins d’entraîner beaucoup d’incommodités et de continuelles interruptions, ne saurait guère se passer de l’aide de quelques artisans. Les forgerons, les charpentiers, les fabricants de charrues et de voitures, les maçons et les briquetiers, les tanneurs, les cordonniers et les tailleurs sont tous gens aux services desquels le fermier a souvent recours. Ces artisans ont aussi besoin de temps en temps les uns des autres, et leur résidence n’étant pas attachée rigoureusement comme celle du fermier, à un coin de terre déterminé, ils s’établissent naturellement dans le voisinage les uns des autres et forment ainsi une petite ville ou un village. Le boucher, le brasseur et le boulanger viennent bientôt s’y réunir, avec beaucoup d’autres artisans ou détaillants nécessaires ou utiles pour leurs besoins journaliers, et qui contribuent encore d’autant à augmenter la population de la ville. Les habitants de la ville et ceux de la campagne sont, réciproquement, les serviteurs les uns des autres. La ville est une foire ou marché continuel, où se rendent les habitants de la campagne pour échanger leurs produits bruts contre des produits fabriqués. C’est ce commerce qui fournit aux habitants de la ville, et les matières de leur travail, et leurs moyens de subsistance. La quantité d’ouvrage fait qu’ils vendent aux habitants de la campagne détermine, nécessairement, la quantité de matières et de vivres qu’ils achètent. Ni leur occupation, ni leurs subsistances ne peuvent s’accroître qu’en raison de la demande que fait la campagne de ce même ouvrage ; et cette demande ne peut elle-même s’accroître qu’en raison du développement et du progrès de la culture. Si les institutions humaines n’eussent jamais troublé le cours naturel des choses, le progrès des villes en richesse et en population aurait, dans toute société politique, marché à la suite et en proportion de la culture et de l’amélioration de la campagne ou du territoire environnant. » (Richesse des nations, liv. III, ch. 1 ; Collection des principaux économistes, t. V.)
  6. Senior, Esquisse de l'économie politique, p. 130.