100%.png

Proverbes dramatiques/La Dent

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Proverbes dramatiquesLejaytome VI (p. 101-126).


LA DENT.

SOIXANTE-QUATORZIEME PROVERBE.


PERSONNAGES.


LE BARON CLEINERSDORFF, Colonel Allemand.
Tous avec le même Uniforme étranger.
LE CHEVALIER DE SAINT-CLAIR, François, Capitaine dans le Régiment de Cleinersdorff. En manchettes à dentelles.
M. ROSSBOCH. Allemands, Lieuten. dans le Régiment de Cleinersdorff. Grandes manchettes de baptiste.
M. WASSBRUCH.
PITERMANN, Maître du Caffé. Veste jaune, habit vert à boutons plats, manches à la matelotte, perruque noire, col noir, sans chapeau.


La Scène est dans un Café, à Luxembourg.

Scène premiere.

M. ROSSBOCH, M. WASSBRUCH.


M. ROSSBOCH.

Qu’est-ce que c’est donc Wassbruch, tu portes un chagrin depuis le dîner ?


M. WASSBRUCH.

Je sai bien, si je ne dis pas.


M. ROSSBOCH.

Moi, si j’avois, avec toi je dirai.


M. WASSBRUCH.

Je dis aussi à cette moment, & toi il sera aussi comme je dirai.


M. ROSSBOCH.

Quand je suis ami un fois, je suis pour toute la vie, voye-vous.


M. WASSBRUCH.

Je suis bien aussi moi tout comment.


M. ROSSBOCH.

Parle donc ?


M. WASSBRUCH.

C’est cette François qui me lui fait un tournement de tête.


M. ROSSBOCH.

La Cheval Saint-Glair ?


M. WASSBRUCH.

Ya, cette… je veux pas dire, il vient dans le Régiment avec le Compagnie avant nous deux. Tiaple, c’est une diaple d’affaire.


M. ROSSBOCH.

Cela il est fini ; je parle plus.


M. WASSBRUCH.

Je parle point non plus moi encore ; mais c’est Monsieur la Colnel qui dit toujours, la Cheval Saint-Glair, il est charmant ; la Cheval Saint-Glair, il est un grand Officier ; la Cheval Saint-Glair… & puis encore toujours la Cheval Saint-Glair : cela il me feroit jurer contre le France tiaplement, voyez-vous.


M. ROSSBOCH.

Oui, cette Françouse-là, il me… il me… je dirai pas encore un fois.


M. WASSBRUCH.

Mais cette Colnel il dit pas Monsieur Rossboch, Monsieur Wassbruch, ils sont encore comme Monsieur la Cheval Saint-Glair.


M. ROSSBOCH.

S’il disoit, alors je suis content.


M. WASSBRUCH.

Je suis aussi moi. Mais il dit pas. La Cheval il est toujours avec la Colnel, la matin, la soir, & d’abord qu’il vient avec lui dans son maison, il dit Cheval, dîne-vous avec moi ? & Monsieur Rossboch, Monsieur Wassbruch, il parle pas de dîner qu’un fois jamais.


M. ROSSBOCH.

Et presque pas encore sur un semaine.


M. WASSBRUCH.

Cette Capitaine-là, je voudrois envoyer dans sa pays.


M. ROSSBOCH.

Sans la Colonel, je dirai à lui marche sur ton France.


M. WASBRUCH.

Il boive pourtant assez grandement.


M. ROSSBOCH.

Je prie lui à dîner cette jour.


M. WASBRUCH.

Comment ?


M. ROSSBOCH.

Je dirai pourquoi, je fais avec lui un pon attrapement avec son dentelle qu’il a des manchettes, voulez-vous faire aussi ?


M. WASBRUCH.

Je suivre vous avec plaisir ; je vois je crois qu’il vient à cette Café.


M. ROSSBOCH.

Par mon foi, vous il dit véritablement, si je prie à présent pour le dîner demain ?


M. WASSBRUCH.

Eh-bien, je suis content.


----

Scène II.

LE CHEVALIER, M. ROSSBOCH, M. WASSBRUCH.


Le CHEVALIER.

Messieurs, je ne m’attendois pas de trouver ici, si bonne compagnie.


M. WASSBRUCH.

Monsieur la Cheval, nous sommes pas un aussi bon compagnie pour vous que Monsieur la Colnel.


Le CHEVALIER.

Monsieur le Baron, me traite fort bien ; mais je suis aussi très-aise de me trouver avec mes camarades, & de pouvoir boire avec eux.


M. ROSSBOCH.

Parle-vous véritablement ?


Le CHEVALIER.

Assurément.


M. ROSSBOCH.

Eh-bien, Monsieur, la Cheval, voulez-vous dîner demain avec Monsieur Wasbruch, dans mon maison ?


LE CHEVALIER.

Je ne demande pas mieux.


M. ROSSBOCH.

Nous ferons pas un si pon chere que Monsieur le Baron.


LE CHEVALIER.

Vous vous moquez de moi.


M. ROSSBOCH.

Mais nous boirons pour le vin, plus que encore chez lui vous buvez avec.


LE CHEVALIER.

Je suis très-aise de votre proposition, & je l’accepte avec grand plaisir, je craignois que vous ne fussiez fâchés contre moi.


M. WASSBRUCH.

A cause du compagnie que Monsieur la Colnel, il a donné à vous ?


LE CHEVALIER.

Oui, je vous le dis franchement, je ne voulois même pas la prendre ; mais il m’a dit qu’il étoit le maître dans son Régiment, que c’étoit l’usage, & que vous ne m’en voudriez point de mal.


M. ROSSBOCH.

Il avoit grande raison, sur-tout pour avec vous.


LE CHEVALIER.

Je croyois m’appercevoir que vous n’étiez pas content de me voir dans votre Régiment.


M. WASBRUCH.

C’est sûrement un patinage que vous dites-là, Monsieur Cheval Saint-Glair.


LE CHEVALIER.

Non, je vous dis que je le craignois.


M. ROSSBOCH.

Monsieur Baron, il sait bien que nous devons être ami avec vous ; c’est pour cela que nous voulons boire demain avec.


LE CHEVALIER.

Eh pourquoi ne boirions-nous pas aujourd’hui quelque chose en attendant ?


M. WASSBRUCH.

Je suis toujours d’avis pour cela.


LE CHEVALIER.

Je vais demander de la liqueur.


M. ROSSBOCH.

Je vais appeller Pitermann. Pitermann ?


----

Scène III.

LE CHEVALIER, M. ROSSBOCH, M. WASBRUCH, PITERMANN.


PITERMANN.

Vas ?


LE CHEVALIER.

Qu’est-ce que nous boirions bien ?


PITERMANN.

Voulez-vous, wasser Dantzich ?


LE CHEVALIER.

Oui. Apportez-en. Il regarde Pitermann, choisir une bouteille.


PITERMANN.
Vous all

ez avoir du bon.

M. ROSSBOCH. Bas à Monsieur Wassbruch.

Fais avec moi, ce que je dis & je ferai.


M. WASSBRUCH.

Ya, ya.


PITERMANN.

Je tiens un bouteille, qui est plus que cinq ans dans le maison.


Le CHEVALIER.

Apporte ici.


M. ROSSBOCH.

Je connois, il est bon.


PITERMANN.

Tenez, c’est pour du meilleur. Voilà des verres. Il verse.


LE CHEVALIER, présentant l’eau de Dantzich.

Allons, Messieurs.


M. WASSBRUCH.

Monsieur Cheval, je prends jamais avant vous.


LE CHEVALIER.

Vous vous moquez, je fais les honneurs, allons sans façon.


M. WASSBRUCH.

Je prends donc.


M. ROSSBOCH.

C’est pour boire à votre santé, Monsieur Cheval Saint-Glair.


M. WASSBRUCH.

Mais aussi tout de même, je me fais ce plasir-là.


Le CHEVALIER.

Messieurs, vous me faites bien de l’honneur ; c’est de tout mon cœur. Ils trinquent tous les trois.


M. WASSBRUCH.

Cette ratafiat il est fort pon.


M. ROSSBOCH.

Oh, je save bien, il est de mon connoissance.


Le CHEVALIER.

Je voudrois avoir quelque chose de meilleur pour cimenter un peu notre amitié ; mais il me viendra un de ces jours du ratafiat de Bourgogne.


M. ROSSBOCH.

Vous avez en France tout le commodité pour avoir.


Le CHEVALIER.

Mais, comme ici.


M. WASSBRUCH.

Oh, non le France, il est plus meilleur pour cela.


M. ROSSBOCH.

Pardi, il me vient un pon pensée.


LE CHEVALIER.

Qu’est ce que c’est ?


M. ROSSBOCH.

Il faut que nous buvions au santé du Roi de France.


LE CHEVALIER.

De tout mon cœur.


M. WASSBRUCH.

Je boive aussi moi avec un grand plaisir.


M. ROSSBOCH.

Mais il faut faire plus pour son santé avec.


M. WASSBRUCH.

J’ai veux bien.


LE CHEVALIER.

Quoi donc ?


M. ROSSBOCH.

On casse le verre dans cette pays, quand on boit un grande santé après.


LE CHEVALIER.

Eh bien, nous les casserons. Allons buvons.


M. ROSSBOCH.

Non, non, Wart Wart. Moi, je déchire mon manchette pour son santé.


M. WASSBRUCH.

Je fais aussi. Ils déchirent tous les deux leurs manchettes qui sont de baptiste.


LE CHEVALIER.

Allons, Messieurs, je fais de même que vous. (Il déchire les siennes qui sont de dentelle.) Buvons, Messieurs, buvons. Ils trinquent & boivent. (A part.) Les coquins me le payeront.


M. ROSSBOCH.

C’est un fort bon avisement. Trouve-vous pas, Monsieur Cheval Saint-Glair ?


LE CHEVALIER.

Sans doute. On ne pouvoit pas faire moins.


----

Scène IV.

LE CHEVALIER, M. WASSBRUCH, M. ROSSBOCH, M. TIREFORT.


M. TIREFORT.

Je me nomme Tirefort, Monsieur, je suis François, je passe dans cette ville, & je viens vous offrir mes très-humbles services. Je suis dentiste, & si ces Messieurs avoient besoin de mon ministere, j’en serai très-flatté.


LE CHEVALIER.

Attendez, je vais vous dire où je demeure, & vous viendrez demain matin.


M. TIREFORT.

Je n’y manquerai pas Monsieur le Chevalier.


LE CHEVALIER.

Tenez, dans cette rue-là, à droite, la premiere porte en entrant.


M. TIREFORT.

Je trouverai bien.


Le CHEVALIER, bas à M. Tirefort.

Ecoutez, je m’en vais vous proposer de m’arracher une dent fausse que j’ai, & vous la tirerez tout de suite. Je vous la montrerai. Faites semblant de vous en aller.


M. TIREFORT.

Oui, Monsieur le Chevalier. Il veut s’en aller.


LE CHEVALIER.

Attendez. (A Messieurs Wassbruch & Rossboch.) Messieurs, cet homme-là me fait venir une idée, pour boire à la santé de l’Empereur, qui vaudra bien mieux que celle que vous avez eu pour le Roi de France, donnez, donnez vos verres. Il leur verse à boire.


M. ROSSBOCH.

Qu’est-ce que vous voulez dire ?


LE CHEVALIER.

Nous avons déchiré nos manchettes pour le Roi, il s’agit de nous faire arracher chacun une dent pour la santé de l’Empereur. Allons, je commence. Monsieur Tirefort, arrachez-moi une dent. Il lui montre.


M. TIREFORT.

Cela va être fait dans l’instant. Il prend son outil.


M. WASSBRUCH.

Mais, Monsieur Cheval Saint-Glair.


M. TIREFORT montre la dent qu’il a arrachée.

Le CHEVALIER.

C’est bien. Allons, à vous Monsieur Rossboch.


M. ROSSBOCH.

Monsieur, je ferai pas.


Le CHEVALIER.

Comment ?


M. WASSBRUCH.

Non, Monsieur, il ne doive pas faire, n’y moi aussi.


Le CHEVALIER.

Ah, parbleu, Messieurs, quoi ! pour l’Empereur, vous me refusez ?


M. ROSSBOCH.

Ecoute-vous donc un raison.


Le CHEVALIER.

Je n’écoute rien, Monsieur, je me fais arracher une dent à la santé de l’Empereur, parce que je suis à son service, vous y êtes aussi, vous devez suivre mon exemple.


M. ROSSBOCH.

Mais mon dent, il fait point le santé à l’Empereur.


LE CHEVALIER.

Et ma manchette que fait-elle au Roi de France ? Enfin, vous devez faire ce que j’ai fait, puisque j’ai fait ce que vous avez voulu.


M. WASSBRUCH.

Non, Monsieur ; vous donne point le loi chez nous.


LE CHEVALIER.

Nous verrons, Messieurs.


M. WASSBRUCH.

Vous ne verrez point.


LE CHEVALIER.

Cela vous plaît à dire. Allons, Monsieur Rossboch, assoyez-vous.


M. WASSBRUCH.

Il s’assoyera pas, Monsieur.


LE CHEVALIER.

Je vous dis que je le veux.


----

Scène V.

LE BARON, LE CHEVALIER, M. ROSSBOCH, M. WASSBRUCH, M. TIREFORT.


LE BARON.

Qu’est-ce que c’est donc Chevalier, vous voilà bien en colere.


Le CHEVALIER.

Monsieur le Baron, je vous prie, jugez-nous.


LE BARON.

Voyons, de quoi est-il question ?


M. ROSSBOCH.

Monsieur la Cheval Saint-Glair, il veut faire arracher à nous seulement chacun un dent, & nous n’avons pas besoin Monsieur la Colnel.


M. WASSBRUCH.

C’est vrai, Monsieur Colnel, il dit qu’il fera faire à nous.


LE BARON.

Quelle est donc cette plaisanterie Chevalier ?


Le CHEVALIER.

Ce n’est point une plaisanterie, mon Colonel.


M. ROSSBOCH.

Si, si, patinage, fort bon comme cela.


Le CHEVALIER.

Non, cela est très-sérieux. Ces Messieurs proposent de boire à la santé du Roi de France, & pour mieux la célébrer, ils ont déchiré leurs manchettes, j’ai déchiré aussi les miennes, & quoiqu’elles soient assez belles, je n’y ai point de regret.


LE BARON.

Quoi, vous avez déchiré vos manchettes ?


Le CHEVALIER.

Oui, ce n’est rien que cela.


M. WASSBRUCH.

On a pour de l’argent ; mais un dent…


Le CHEVALIER.

Laissez moi donc parler, Monsieur. Je veux leur rendre leur revanche sur la santé de l’Empereur, & pour faire plus, je me fais arracher une dent.


LE BARON.

Une dent ?


M. TIREFORT.

Oui, la voilà.


Le CHEVALIER.

Ils ne veulent plus boire à la santé de l’Empereur.


LE BARON.

Quoi, Messieurs vous refusez de boire ?


M. WASSBRUCH.

Non, Monsieur la Colnel.


M. ROSSBOCH.

Nous voulons bien boire.


LE BARON.

Oui, mais pour votre maître, vous ne voulez pas faire ce que fait un François.


M. WASSBRUCH.

Quoi, faire arracher son dent ?


LE BARON.

Sans doute.


M. ROSSBOCH.

Mais, Monsieur Colnel, voyez-vous, on a pour de l’argent un manchette & point un dent.


LE BARON.

Eh bien, Messieurs, allez-vous-en en prison.


M. WASSBRUCH.

Monsieur Colnel.


LE BARON.

Et vous Monsieur, allez avec eux pour leur arracher à chacun une dent.


M. TIREFORT.

Oui, Monsieur le Baron.


M. ROSSBOCH.

En vérité, Monsieur Colnel, le prison il est je crois assé pour cela.


LE BARON.

Refuser de boire à la santé de l’Empereur !


M. WASSBRUCH.

Nous voulons bien boire.


LE BARON.

Si vos dents ne sont pas arrachées dans un quart d’heure, vous serez cassés tous les deux.


M. WASSBRUCH.

Ah, men gott, men gott.


LE BARON.

Allons, allons, partez. Ou je vais envoyer chercher la garde avec un Officier Major.


M. ROSSBOCH.

Nous marchons, Monsieur Colnel.


LE BARON.

Et vous ferez bien.


----

Scène VI.

LE BARON, LE CHEVALIER.


LE CHEVALIER.

Monsieur le Baron, je vous demande grâce pour eux.


LE BARON.

Comment quand ils vous ont voulu faire un mauvais tour, parce qu’ils sont jaloux de vous ?


LE CHEVALIER.

Bon, qu’est-ce que cela me fait ? il m’en coûte une paire de manchettes, & voilà tout.


LE BARON.

Et votre dent ?


LE CHEVALIER.

Elle étoit fausse.


LE BARON.

Tout de bon ?


LE CHEVALIER.

Oui, vraiment, j’en ferai remettre demain une autre.


LE BARON, riant excessivement.

Ah, ah, ah, le tour est excellent !


Le CHEVALIER.

Je n’ai voulu que leur en faire la peur.


LE BARON.

Oh bien moi, je veux qu’ils se souviennent de cela.


Le CHEVALIER.

Ah, je vous prie que non.


LE BARON.

Voilà encore de jolis sujets pour être jaloux de la préférence que je vous donne, & que vous méritez.


Le CHEVALIER.

Ils m’en haïront encore davantage.


LE BARON.

Qu’est-ce que cela vous fait ?


Le CHEVALIER.

Je serois au désespoir que vous leur en voulussiez.


LE BARON.

Je veux qu’ils soient punis, afin que tout le monde se moque d’eux. Je sais comme il faut mener ces Messieurs-là.


Le CHEVALIER.

Mais…


LE BARON.

Non, non, venez avec moi, je vais envoyer à la prison un Officier Major, pour qu’il me rapporte les deux dents.


Le CHEVALIER.

Ils sortiront donc tout de suite, après cela ?


LE BARON.

Nous verrons. Ce sera toute la grâce que je pourrai leur faire. Ils s’en vont.


Fin du soixante-quatorzieme Proverbe.


----


Explication du Proverbe :

74. Qui mal veut, mal lui arrive.