75%.png

Recueil des lettres missives de Henri IV/1584/24 juin ― À monsieur de Marion

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche



1584. — 24 juin. — IIme.

Orig. — Arch. de famille de M. Melchior de Marion-Gaja, de Castelnaudary. Copie transmise par M. Moquin-Tendon, professeur à la faculté des sciences de Toulouse.

Imprimé. — Voyage de Rennes-les-Bains, par M. de Labouisse-Rochefort. Paris, 1832, in-8o, p. 192.


À MONSR DE MARION,

COMMANDANT LA VILLE DE MONTREAL.

Monsr de Marion, Attendant que je vous fasse plus particulierement entendre mon intention sur ce que je desire de vous, je vous ay voulu faire ce mot, afin qu’en tant que mon service vous est recommandé, vous empeschiés qu’un nommé Besqamby, de Carcassonne, qui est prisonnier à Montreal, ne reçoive un traitement si dur et si violent qu’il a faict jusques à present, estant reduict dans un croton[1]. Car, oultre que je trouve estrange ceste façon desreglée, je ne sçaurois demeurer content si on ne se conforme à mon intention en cela, que j’ay desjà assuré de la faire suivre et accomplir. Tenez-y donc la main, je vous prye, sans qu’il faille que ceulx qui m’en ont fait instruire recourent plus à moy, qui, sur ceste asseurance, prie le Createur, Monsr de Marion, vous avoir en sa saincte et digne garde.

À Pamiers, ce xxviiije jour de juing 1584.

Vostre bon amy,


HENRY.


  1. Croton, croute, grotte. Voici un autre exemple de l’emploi de ce mot, dans un auteur contemporain, l’illustre Henri Estienne : « A Chartres, pour ce qu’il y a deux Nostres Dames, dont l’une est dedans le temple, l’autre dessous : celle qui est dedans s’appelle Nostre Dame d’en haut ; l’autre Nostre Dame d’en bas, ou Nostre Dame sous terre, ou Nostre Dame des crotes ; non pas qu’elle soit crotée mais pour ce qu’elle est en quelque creux sous terre, fait en façon de cave. Car ce mot crote en cette signification vient du grec ϰρύπτη : dont encores en quelques lieux on use de ce mot croton es prisons, comme qui diroit basse-fosse. » (Apologie pour Hérodote, ch. xxxviii, art. 16, t. III, p. 26, éd. de La Haye, 1735.) Dans le pays Chartrain, chaque corps de bâtiments d’une ferme s’appelle encore aujourd’hui un creux. On pourrait faire remonter cette locution jusqu’aux druides qui habitaient des creux sous terre, et qui, d’après le témoignage de César, paraissent avoir fondé Chartres ; le culte de la Notre-Dame des crotes serait alors une suite de celui qu’ils rendaient à la fameuse statue de la Vierge, dont on a prétendu que l’invocation était, Virgini parituræ ; cette statue se trouvait dans une grotte souterraine. On peut voir aussi sur ces dérivés de creux le Trésor de Nicot, 1606, in-folio, aux mots Cros et Grotte.