100%.png

Revue des Romans/Alonso Fernandez de Avellaneda

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Revue des Romans.
Recueil d’analyses raisonnées des productions remarquables des plus célèbres romanciers français et étrangers.
Contenant 1100 analyses raisonnées, faisant connaître avec assez d’étendue pour en donner une idée exacte, le sujet, les personnages, l’intrigue et le dénoûment de chaque roman.
1839
◄  Austen Aycard  ►


AVELLANEDA
(Al. Jern. de), romancier anglais du XVIe siècle..


NOUVELLES AVENTURES DE L’ADMIRABLE DON QUICHOTTE DE LA MANCHE, traduite de l’espagnol par Lesage, 2 vol. in-12, 1716. — Cette suite détestable des aventures de Don Quichotte parut en 1614, en 1 vol. in-8 imprimé à Tarragone ; on croit que le nom d’Avellaneda est un pseudonyme. Avellaneda reprend le fil de l’histoire de Don Quichotte, que Cervantes avait laissé dans ses foyers, où ses amis et sa famille s’occupaient du rétablissement de sa santé. L’aventure des flagellants, à la suite de laquelle le chevalier de la triste figure est ramené chez lui dans une charrette, est la dernière de la première partie. Cervantes dit qu’il a fait d’inutiles recherches pour découvrir les restes du manuscrits original, où il suppose qu’il est parlé d’une troisième expédition de Don Quichotte, qui se rendit à Saragosse. Avellaneda, profitant de cette donnée, conduit le chevalier dans cette capitale de l’Aragon ; après lui avoir fait subir quelques épreuves sur la route, il le loge définitivement dans la maison des fous. Les aventures se ressemblent toutes, et la manière de les raconter ne dédommage pas de la trivialité de la fiction ; c’est une plate caricature d’un chef-d’œuvre d’imagination et de style.

La témérité d’Avellaneda rendit un service à la république des lettres, en mettant un homme de génie dans la nécessité de défendre sa gloire, et de perfectionner un chef-d’œuvre qui, sans ce motif, serait peut-être resté imparfait. Cervantes, forcé de mettre en jeu toutes les ressources de son esprit, publia la suite des folies de son héros. Le faible Avellaneda fut immolé au pied de l’autel qu’il avait profané. Peu content d’un déluge de plaisanteries dont il accabla son imprudent ennemi, Cervantes déploya sa grande supériorité en reproduisant le même personnage que son continuateur avait mis en scène, le seigneur Alvaro de Tarre. Le chapitre 72 de la deuxième partie de Don Quichotte, où se passe l’entrevue de ce gentilhomme avec le véritable aventurier de la Manche, est sans contredit l’un des plus curieux de l’ouvrage. Enfin Cervantes, voulant arrêter une fois pour toutes l’incontinence d’esprit de son adversaire, fait mourir Don Quichotte ; et le curé ordonne qu’il en soit dressé procès-verbal, afin que personne ne soit plus tenté de lui attribuer de nouvelles sottises. Voyez CERVANTES.