100%.png

Revue des Romans/Christian Heinrich Spiess

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Revue des Romans.
Recueil d’analyses raisonnées des productions remarquables des plus célèbres romanciers français et étrangers.
Contenant 1100 analyses raisonnées, faisant connaître avec assez d’étendue pour en donner une idée exacte, le sujet, les personnages, l’intrigue et le dénoûment de chaque roman.
1839
◄  Spiegel Staal  ►


SPIESS (Christiern-Henri), romancier allemand du XIXe siècle.


LE REVENANT, ou les Quatre siècles, traduit de l’allemand par le baron L. de Bilderbeck, 4 vol. in-12, 1821. — Un brave gentilhomme allemand, qui n’a pas inventé la poudre, se persuade qu’il a reçu du ciel la mission de redresser tous les torts. Charlemagne le cite à son tribunal et le fait décapiter, pour lui apprendre à se passer de la justice. Mais Dieu a pitié de lui, et lui accorde la faculté de renaître tous les siècles. Le baron emploie ses loisirs sur terre à se promener en Souabe, où il marie toutes les filles qu’il rencontre, particulièrement celles de sa maison. Trois fois il redescend dans la tombe, après s’être assuré, d’après l’inspection du livre du destin, qu’il n’a fait que des sottises. — Cette production, singulièrement originale, est assez amusante.

WILLIBALD, ou les Douze vierges dormantes, légende helvétique, trad. par le baron de Bilderbeck, 4 vol. in-12, 1822. — Un homme dans la détresse, mécontent du présent et sans ressources pour l’avenir, Hundweil, espérant trouver le bonheur dans la richesse, fait un pacte avec le démon, qui lui verse l’or à pleines mains : dans dix ans, Hundweil doit appartenir à la puissance infernale. Le terme expiré, ses douze filles se dévouent pour lui et obtiennent une prolongation de douze ans. Cette nouvelle époque arrivée, plus de grâce pour Hundweil, il devient la proie de Satan, qui réclame aussi ses douze filles ; elles sont vouées au diable, il est vrai, mais elles se sont vouées pour sauver leur père, et elles sont toujours demeurées sages et vertueuses. Un saint révéré dans la contrée, le bienheureux saint Gal, devient leur protecteur. Par un accord entre le saint et le démon, les vierges sont plongées dans un sommeil dont elles ne sortiront que par l’accomplissement de certaines conditions si difficiles à remplir, que l’on reconnaît facilement qu’elles sont dictées par l’esprit malin.

On a encore de Spiess : Petrillon, histoire de revenants, in-12, 1796. — Le petit Pierre, 4 vol. in-12. — Théodore (épisode de la vie de Spiess), 2 vol. in-12, 1797. — Les Esprits de la montagne, in-12, 1799. — Voyages dans la caverne du malheur, 2 vol. in-12, 1801. — Les Chevaliers du lion, 6 vol. in-12, 1805. — Benno d’Elzembourg, 4 vol. in-12, 1806. — Auguste et Julie, in-18, 1835.