100%.svg

Revue des Romans/Mary Shelley

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Revue des romans.
Recueil d’analyses raisonnées des productions remarquables des plus célèbres romanciers français et étrangers.
Contenant 1100 analyses raisonnées, faisant connaître avec assez d’étendue pour en donner une idée exacte, le sujet, les personnages, l’intrigue et le dénoûment de chaque roman.
1839
◄  Sévigné Silvio Pellico  ►


SHELLEY (mistress), romancière anglaise,
fille du célèbre William Godwin, et femme du poëte Shelley.


FRANKENSTEIN, ou le Prométhée moderne, traduit de l’anglais par J. S***, 3 vol. in-12, 1821. — Frankenstein est bien une des plus bizarres productions qui soient sorties d’une cervelle anglaise. Dévoré de la soif de savoir, Frankenstein quitte sa famille, se rend dans une université d’Allemagne, où, entre autres sciences, il apprend l’anatomie. Un jour, en observant un corps, il surprend le grand principe de la génération et les causes de la vie. Ne voulant point que sa découverte soit inutile, il forme le projet de créer un être humain en s’y prenant comme on ne s’y est point encore pris. Ô prodige ! seul il devient père ; et, cette fois du moins, les plaisants sont en défaut ; mais le résultat de notre anatomiste est un automate vivant, de huit pieds de haut, mais hideux, dont lui-même a horreur. Le monstre ne tarde pas à connaître sa difformité, et parvient aussi à connaître son créateur, auquel il demande une compagne. Frankenstein recule devant la crainte de perpétuer une race de monstres ; mais il paye cher ce refus philanthropique : sa femme, ses parents, ses amis, périssent de la main de celui auquel il a donné l’existence. Frankenstein parcourt le globe pour le poursuivre et se venger, et tous deux se rencontrent près du pôle ; mais la douleur, la fatigue et le froid, mettent fin à l’existence du Prométhée moderne, et le monstre arrive pour être témoin de la mort de son créateur. En proie aux remords qu’il ne peut supporter, il met fin à sa triste existence près des restes de celui qui lui avait fait ce funeste présent. — Il n’est lecteur si blasé qui soit à l’abri de l’étonnement au récit de telles aventures, et les femmes dégoûtées des petits hommes qui tourbillonnent autour d’elles, trouveront peut-être ce qu’il leur faut avec l’homme de huit pieds de la création de Mme Shelley, digne émule du physicien Robertson.