Richard Wagner jugé en France/Avertissement

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
À la Librairie illustrée (p. xxv-xxviii).

AVERTISSEMENT

___________


Le titre même de ce livre doit avertir le lecteur qu’il s’agit, non d’une étude critique, mais d’un travail d’histoire musicale contemporaine, d’une relation anecdotique. Il n’entrait pas dans les vues de l’auteur d’émettre une opinion personnelle sur les œuvres, de discuter les doctrines de Wagner si souvent analysées.

Les biographes n’ont pas manqué au maître de Bayreuth ; innombrables sont les commentateurs de ses partitions et de ses écrits théoriques. En Allemagne, M. Nikolaus Œsterlein, membre honoraire de l’Akademisches Wagnerverein de Vienne, a rédigé un Katalog einer Richard-Wagner Bibliothek [1], en deux forts volumes in-8o, comprenant, outre la table de toutes les œuvres de l’artiste et de l’écrivain, éditions originales et traductions, l’encyclopédie universelle de la bibliographie wagnérienne.

Nous avons poursuivi un but analogue, mais d’après un plan différent, consistant à résumer les écrits publiés en France sur un compositeur qui a suscité tant de controverses, à exposer, d’après une revue actuelle ou rétrospective des journaux et des livres, les variations de la critique et les vicissitudes de l’opinion.

Ce volume était sous presse quand la librairie de l’Art a mis en vente le remarquable ouvrage de M. Ad. Jullien sur Richard Wagner. On pourra signaler quelques analogies entre les deux publications, du moins dans certains chapitres où la forme de récit adoptée pour ce travail nous obligeait à rappeler des faits connus, puisés sans doute à des sources communes. On trouvera toujours, au bas des pages, l’indication de ces sources.

Bien qu’il fût, depuis longtemps, par habitude de collectionneur, largement approvisionné de brochures et d’articles de journaux relatifs à Wagner, M. Ad. Jullien a dédaigné, dit-il dans sa préface, de faire revivre le souvenir des insultes prodiguées au génie, craignant de trop honorer des détracteurs oubliés. La portée même d’un ouvrage à la fois critique et biographique n’aurait pu qu’être diminuée par une discussion rétrospective des jugements absurdes ou passionnés portés sur l’œuvre de Wagner.

Ayant appris tout récemment que tel était présentent l’objet du présent livre, M. Ad. Jullien, avec une bienveillance à laquelle nous sommes heureux de rendre hommage, a mis sous nos yeux les recueils d’articles de journaux catalogués par lui. Nous avons aussi trouvé de précieuses indications bibliographiques dans la collection particulière d’un wagnérien fervent, bien connu de tous les musiciens, et nous le remercions cordialement de l’intérêt qu’il a bien voulu rendre à l’achèvement de cette étude.

Il est impossible qu’en un pareil travail on ne puisse relever quelques omissions. Nous avons tenu surtout à rappeler exactement l’état des esprits dans les circonstances qui ont influé sur les progrès du wagnérisme en France, en présentant, sinon tous les témoignages, — scrupule excessif qui, nous exposant à des redites fastidieuses, eût engendré la monotonie, — du moins les opinions les moins connues ou les plus caractéristiques par le nom des écrivains et par l’autorité de leur jugement. À mesure que nous approchions de ces dernières années, nous avons restreint le nombre de nos citations, l’abondance toujours croissante des documents nous obligeant à faire un choix et le lecteur ayant sans doute encore présent le souvenir des critiques récentes et des auditions auxquelles il a assisté lui-même.

Mieux que tout autre, l’ordre chronologique nous a paru devoir faciliter l’intelligence du récit et plus propre à montrer successivement le travail opéré dans les esprits par l’action de la presse sur le public et la réaction contraire du public sur la presse.

On nous permettra d’exprimer ici notre gratitude à MM. Durand et Schœnewerk, éditeurs français de R. Wagner, pour la parfaite obligeance avec laquelle ils nous ont aidé à contrôler par leurs propres souvenirs des renseignements douteux et à M. Pasdeloup qui, instruit de nos recherches, s’est empressé de mettre entre nos mains l’entière et très curieuse collection de programmes du Concert populaire (1861-1883).

  1. Deux volumes in-8, Leipzig, 1882. Breitkopf et Hœrtel.