Les bassins à cupule/Site de la Haute-Sarrazine

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
  • Commune : Cognac
  • Département : Charente
  • Datation : fin Ier-2e tiers du IIIe
  • Civitas : Santonum

Les bassins[modifier]

Les bassins sont présentés dans l'ordre restitué de leur exploitation, du plus ancien au plus récent. Les numéros correspondent à leur ordre de découverte.

Dimensions des bassins
Bassin Longueur Largeur Profondeur Surface Volume
B10 2,5 m/5,5 m 1,7 m 2,05 m conservée 4,25/9,35 m² 8,71/19,16 m³
B11 2,5 m/5,5 m 1,7 m 2,05 m conservée 4,25/9,35 m² 8,71/19,16 m³
B3/14 3,9 m 1,8 m 1,4 m conservée 7,02 m² 9,83 m³
B4 2,1 m 1,4 m 1,4 m conservée 2,94 m² 4,11 m³
B5 4,4 m 2,1 m 1,5 m conservée 9,24 m² 13,86 m³
B6 5,7 m 4,1 m 0,3 m conservée 23,37 m² 7,011 m³
B1 3,9 m 3 m 1,35 m conservée 11,7 m² 15,79 m³
B8 3,45 m 1,8 m 1,25 m conservée 5,58 m² 6,97 m³
B2 2,2 m 1,2 m 0,75 m conservée 2,64 m² 1,98 m³
Autres caractéristiques
Bassin Couvre-joints Escalier Pente Cupule :
emplacement
Cupule :
forme
Cupule :
matériau
Dimensions
B10 Convexes 0 1 Petit coté Circulaire Béton ?
B11 Carrés 0 1 Centrée Circulaire Dalle ?
B3/14 Solin 0 1 Décentrée Circulaire Béton ?
B4 Solin 0 1 Angle Circulaire Béton ?
B5 Convexes 0 1 Angle Circulaire Béton ?
B6 Convexes 0 1 Angle Circulaire Béton ?
B1 Convexes 0 1 Grand côté Circulaire Béton ?
B8 ? 0 1 ? ? ?
B2 ? 0 1 Petit côté Circulaire Béton ?

Notes[modifier]

Tous les bassins étaient en réalité plus profonds d’une vingtaine de cm, étant dotés d’un rebord supérieur arrondi. Quelques morceaux de ces rebords ont été retrouvés. Le volume réel des bassins peut donc être estimé à environ :

  • B1 : 18,135 m³ ;
  • B2 : 2,508 m³ ;
  • B3/14 : 11,232 m³ ;
  • B4 : 4,704 m³ ;
  • B5 : 15,708 m³ ;
  • B10 : 9,56/21,037 m³ (B11 idem).

Pour le bassin 8, plus fortement arasé que les autres, et pour le 6, bassin dont les parois étaient en élévation, ces calculs correctifs ne sont pas possibles.

Mobilier[modifier]

Le site a livré 101 monnaies, dont 21 sesterces (de Trajan (98-117) à Commode (176- 192)), et 78 antoniniens réguliers et irréguliers, allant de Gallien (253-268) à Tétricus II (275).

La céramique comprend de la sigillée de luxe ou de semi-luxe de la fin du IIIe siècle, ainsi que des imitations régionales.

Parmi les outils en fer, on trouve deux petites serpes et deux serpettes ou guignettes dans le comblement de B5 (après 250, et l’abandon de l’activité).

Parmi les traces d’origine végétale, il y a des pépins de raisin en petite quantité, des graines de céréales non identifiées, de nombreux pollens de céréales et d’herbacées, un pollen de vigne.

Historique du site[modifier]

Le bâtiment forme un L, dont les deux ailes ont été bâties à un court intervalle de temps. La plus grande aile, A (80 x 16 m) est orientée NE-SO, et possède un mur de refend qui la divise en deux parties inégales de 9 et 5 m de large. Au NO, une aile secondaire, B (35 x 11 m), a été construite très peu de temps après la première, perpendiculairement à celle-ci. Le secteur 16 est encore postérieur, son sol est en cailloutis calcaire. Le mur m9 sert à soutenir la couverture. Une grande cour C, d'environ 400 m², est cernée d'un mur au SE de A.

Plusieurs phases d'activité se sont succédées, chacune durant deux ou trois génération. Deux paires de bassins (B3/14-B4 et B10-B11) ont d'abord fonctionné ensemble, les deux bassins de chaque paire communiquant entre eux par des tuyaux de plomb (fistulæ) placés au fond des bassins. Le principe des vases communicants permettait d'éviter des poussées néfastes et la construction d'une muraille plus épaisse. Les deux paires de bassins n'étaient reliées par aucun dispositif. La paire B10-B11 était alimentée par l'intermédiaire de tuyaux de plomb traversant m1 et provenant de l'aire 7, située dans l'aile B. B5 semble dater de la même époque, et était alimenté par l'aire bétonnée et drainée 15, d'environ 76 m². B6 est contemporain. Sa cupule comportait des traces de résine.

Lors de la deuxième phase, le mur séparant B10 et B 11 est démonté sur la moitié de sa longueur, et deux murs séparent le nouveau bassin, B1, des moitiés SE de B10 et B11. Le fond de B1 est surhaussé. L'alimentation de B5 est modifié : le canal 9 provenant de l'aire 7 passe à travers m1, au-dessus de B3/14 (qui est comblé avec B4), longe m4 et aboutit à une fistula de 78 cm de long et 55 mm de diamètre intérieur. Une déviation de ce canal alimente peut-être B1 en concurrence avec les deux tuyaux de plomb, ou les remplace. B8 date de la fin de cette période, ses mortiers étant d'une qualité proche de celle de B2. Celui-ci est le dernier à être construit ; il obture le canal alimentant B5, qui est abandonné sans être comblé. B1 a pu fonctionner avec B2 ; cela est plus probable avec B8. L'alimentation de ces deux derniers bassins nous est inconnue.

Après 250, les bassins sont tous comblés, sauf B5. Celui-ci sert alors de dépotoir aux habitants qui n'occupent plus de façon certaine que le secteur 15.

Bibliographie[modifier]

  • PAPINOT, Jean-Claude. Notice. Gallia Informations, 1989, p. 245-246.
  • VERNOU, Christian. Rapport de fouilles du site de la Haute-Sarrazine, à Cognac, 1989.
  • VERNOU, Christian. La ferme gallo-romaine de la Haute-Sarrazine - Cognac-Crouin. Catalogue d'exposition du Musée de Cognac, du 12 septembre au 12 novembre 1990. Cognac : Musée de Cognac, 1990
  • VERNOU, Christian. Carte archéologique de la Gaule : Département de la Charente. Paris : Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1993.

Sommaire[modifier]