Les bassins à cupule/Site des Minimes

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

Données sur les bassins[modifier]

Dimensions des bassins
Bassin Longueur Largeur Profondeur Surface Volume
B1 6 m 2,40 m 14,40 m²
B3 2,60 m 1,50 m 1,20 m 3,90 m² 4,08 m³
B4 2,60 m 1,50 m 0,95 m 3,90 m² 3,25 m³
B5 1,52 m 2,40 m 3,65 m²
B6 2 m 1,35 m 0,95 m 2,70 m² 2,56 m³
B7 2,10 m 1,35 m 0,95 m 2,83 m² 2,69 m³
B8 1,70 m 1,70 m 2,89 m²
B9 0,80 m 0,80 m 0,60 m 0,64 m² 0,384 m³
B10 3,40 m 2,20 m 1 m 7,48 m² 7,48 m³
B11 1,90 m 1,45 m 0,15 m conservée 2,735 m² 0,41 m³
B67 4,10/5 m > 1,35 m 2,25 m 5,5/6,75 m² 15,2 m³
Autres caractéristiques
Bassin Couvre-joints Escalier Pente Cupule :
emplacement
Cupule :
forme
Cupule :
matériau
Dimensions
B1 Convexes 0 0 0
B3 Convexes 1 1 ?
B4 Convexes 1 Décentrée ? ? ?
B5 0 Décentrée ? ? ?
B6 Convexes (horizontaux)
Carrés (verticaux)
0 ?
B Convexes (horizontaux)
Carrés (verticaux)
0 ?
B8 Convexes 0 Centre ? ? ?
B9 0
B10 0
B11 0
B67 Carrés 0 ? Carrée ? ?

Notes[modifier]

Il s’agit d’une vaste villa en U, construite sous les Flaviens, et abandonnée après 360 ap. J.-C. Les bâtiments occidentaux forment la pars urbana de la villa. L’ensemble Sud-Ouest, pourvue de deux hypocaustes et d’un balnéaire, est abandonnée au début du IIIe siècle. Les bâtiments à hypocauste du Nord-Ouest sont transformés en balnéaire au même moment, puis en forge au IVe siècle. L’hypocauste H2 n’a aucune trace d’usage. À l’Est, se trouve la pars rustica (voir page suivante).

Les deux murs de pierres non liées, orientés Nord-Sud et parallèles, situés entre les deux ensembles, remontent à une occupation antérieure.

Mobilier[modifier]

Le mobilier céramique comporte des tessons de toutes origines, régionale (à l’éponge), d’Argonne, de la sigillée de Lezoux, la Graufesenque et Montans (dont une pièce de la première moitié du Ier siècle), datées de la 2e moitié du Ier siècle au IVe siècle. Les monnaies vont de Domitien à environ 350. Des outils de fer ont aussi été retrouvés, dont ceux produits sur place après 300, avec du verre à vitre, un gobelet de Germanie du Iersiècle, et des objets de verre eux aussi produits sur place. Deux fibules d’avant 50 ap. J.-C. ont été retrouvées hors contexte. Des ossements de capridés, équidés, bovins, chiens, porcs, et des coquillages étaient présents un peu partout .

Historique du site[modifier]

Données générales[modifier]

Le site est à la base de la pointe des Minimes, et à moins de 500 mer d'un rivage rocheux qui a du peu varier depuis l'Antiquité.

La superficie des bâtiments est d'environ 440 m2.

Première époque[modifier]

La villa comprend deux bâtiments S1 et S2 au sol de terre battue. Au Nord-Est, les salles S5, S6 et S14 devaient préparer l'activité des bassins à cupule, au Sud de S4. Le sol de grandes dalles de S4 était soutenu par un puissant appareil de 30 cm d'épaisseur, constitué de petites pierres tassées liées au mortier, et surmonté d'une couche de petites pierres et tuileau.

B3 et B4, pourvus d'emmarchements, étaient dominés par B5, construit entièrement en élévation. Le fond de B5 a connu un rehaussement, très étroitement lié au fond plus ancien.

Plus au Sud, B6 et B7 ont remplacé un bassin en L, beaucoup plus grand, désigné par B67. Son fond le plus ancien se trouvait à deux mètres vingt-cinq en-dessous du dernier sol antique. Il dépassait au sud de B6 et B7, s'étendait encore plus à l'est et au sud par un retour. Un trou carré pratiqué directement dans la banche a pu lui servir de cupule. À une époque indéterminée, son fond a été rehaussé de trente cm. Les parois de ce bassin étaient creusées de trous en forme d'ogives grossières. Ses couvre-joints carrés ont été conservés quand B6 a été séparé de B7, mais les nouveaux couvre-joints étaient convexes. B11, qui ne figure pas sur le plan, était immédiatement à l'Est de B7. Il était le parallèle de B5 pour la paire B6-B7. Il était séparé de B5 par un muret de trente cm, et son fond le plus récent était quinze cm en dessous de celui de B5.

Deuxième époque[modifier]

Tout ce secteur fut nivelé entre 200 et 250 ap. J.-C. L'ancien système de production fut remplacé par deux salles, S3 et S13, bétonnées et drainées par de petites rigoles. Le solde S3 était constitué d'un mortier épais de huit à quinze cm, coulé sur une couche de tuileau et de pierrailles mélangées, elle-même posée sur un hérisson de grosses pierres enchâssées dans le sol. S13, qui bénéficiait elle-aussi d'un soubassement puissant, était divisée en trois par quatre drains parallèles et équidistants, dont deux collés aux murs extérieurs. Ces drains aboutissaient à un cinquième, perpendiculaire, qui se déversait lui-même dans B9 (384 litres). Aucun bassin n'a été retrouvé dans S3, drainée elle par trois rigoles. La salle à l'Est de S3 était un atelier de verrier ; B8 y fut construit à cette époque. L'activité des bassins fut abandonnée au IVe siècle, pour être remplacée par une activité métallurgique. Cette période constitué une troisième époque qui n'est pas traitée ici.

Bibliographie[modifier]

  • DURAND, Georges. Bulletin de liaison de la Direction régionale des antiquités historiques du Poitou-Charentes, 1981, n°15, p. 25.
  • FLOURET, Jean-DURAND, Georges. Le site gallo-romain des Minimes, bilan de la fouille de sauvetage. Revue de la Saintonge et de l'Aunis, 1984, n°X, p.7 et suivantes.
  • FLOURET, Jean. Rapport de fouilles du site des Minimes, à La Rochelle, 1979.
  • NICOLINI, Gérard. Notice. Gallia, 1981, tome 39,2, p. 371-372.
  • NICOLINI, Gérard. Notice. Gallia, 1983, tome 41,2, p. 332-341.

Sommaire[modifier]