Souvenir (Harmonies)

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

Œuvres complètes de LamartineChez l’auteur (pp. 181-183).
VII


SOUVENIR





À LA PRINCESSE D’ORANGE


Il creusait dans la mer son sillage d’écume,
Le navire grondant qui respire le feu ;
Nous suivions cette côte où le Vésuve fume :
Les cyprès étaient noirs, l’eau verte, le ciel bleu.

Une vague enjouée, en poursuivant la poupe,
Des perles de la mer aspergeait le bateau,
Comme le buis bénit qu’on trempe dans la coupe
Sur le front des passants jette le sel et l’eau.


La nuit d’été, semblable à l’éternelle aurore,
Nous regardait d’en haut avec ses milliers d’yeux ;
Les étoiles, les fleurs que minuit fait éclore,
Naissaient sous notre doigt dans les jardins des cieux.

Le vaste pont roulait, charmant berceau de femmes :
On voyait pour dormir leur front se renverser,
Quand, sous leurs coudes blancs, le lit des grandes lames
S’enflait et se creusait, comme pour les bercer.

Le vent sonore et chaud qui soufflait des rivages,
Invisible contact de l’invisible amant,
Écartait les cheveux de ces pâles visages,
Que la lune baisait du haut du firmament.

Les unes retenaient leurs muettes haleines ;
Les autres, par des chants, cherchaient à s’assoupir ;
Les plus jeunes pleuraient d’ivresse, urnes trop pleines
Où la tendresse écume et déborde en soupir.

Parmi ce blond essaim de figures pensives,
Mes yeux en suivaient une, accoudée à l’écart,
Dont le front se marbrait de pâleurs fugitives,
Qui sondait plus d’espace et d’éther d’un regard.

L’extase contenue abaissait ses paupières
Sur ses yeux inondés de sa félicité ;
Ses lèvres semblaient dire au Dieu de ses prières :
« Ah ! fais-moi de cette heure une immortalité ! »


Et moi, ce qui gravait ces nuits dans ma mémoire,
Ce n’était pas l’odeur du vent de ces climats,
Les astres, les cyprès, les flots d’or et de moire,
Les groupes de beautés jouant au pied des mâts ;

C’était ce front pensif, et ce regard sans flamme,
Plus profond que l’abîme, hélas ! et plus amer,
Et ce léger soupir qui soulevait une âme
Pure comme le ciel, grande comme la mer !