Différences entre les versions de « Page:Nietzsche - Aurore.djvu/121 »

Aller à la navigation Aller à la recherche
(Pywikibot touch edit)
 
État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page corrigée
+
Page validée
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
<br/>
+
<nowiki />
 
== 112. ==
 
== 112. ==
  +
{{sc|Pour l’histoire naturelle du devoir et du droit}}. — Nos devoirs — ce sont les droits que les autres ont sur nous. Comment les ont-ils acquis ? Par le fait qu’ils nous considérèrent comme capables de conclure des engagements et de les tenir, qu’ils nous tinrent pour leurs égaux et leurs semblables, qu’en conséquence ils nous ont confié quelque chose, ils nous ont éduqués, instruits et soutenus. Nous remplissons notre devoir — c’est-à-dire que nous justifions cette idée de notre puissance, l’idée qui nous a valu tout le bien que l’on nous fait, nous rendons dans la mesure où l’on nous a donné. C’est donc notre fierté qui nous ordonne de faire notre devoir, — nous voulons rétablir notre autonomie, en opposant à ce que d’autres firent pour nous quelque chose que nous faisons pour eux, — car les autres ont empiété sur l’étendue de notre pouvoir et y laisseraient la main d’une façon durable, si par le « devoir » nous n’usions de représailles, c’est-à-dire si nous n’empiétions sur leur pouvoir à eux. Ce n’est que sur ce qui est en notre pouvoir que les droits des autres peuvent se rapporter ; ce serait déraisonnable de quelqu’un de nous demander quelque chose qui ne nous appartînt pas. Il faudrait dire plus exactement : seulement sur ce qu’ils croient être en notre pouvoir, en admettant que ce soit la même chose que ce que nous considérons nous-mêmes comme étant en notre pouvoir. La même erreur pourrait facilement
{{sc|Pour l’histoire naturelle du devoir et du
 
droit}}. — Nos devoirs — ce sont les droits que les
 
autres ont sur nous. Comment les ont-ils acquis ?
 
Par le fait qu’ils nous considérèrent comme
 
capables de conclure des engagements et de les tenir,
 
qu’ils nous tinrent pour leurs égaux et leurs
 
semblables, qu’en conséquence ils nous ont confié
 
quelque chose, ils nous ont éduqués, instruits
 
et soutenus. Nous remplissons notre devoir —
 
c’est-à-dire que nous justifions cette idée de notre
 
puissance, l’idée qui nous a valu tout le bien
 
que l’on nous fait, nous rendons dans la mesure
 
où l’on nous a donné. C’est donc notre fierté qui
 
nous ordonne de faire notre devoir, — nous
 
voulons rétablir notre autonomie, en opposant à ce que
 
d’autres firent pour nous quelque chose que nous
 
faisons pour eux, — car les autres ont empiété sur
 
l’étendue de notre pouvoir et y laisseraient la main
 
d’une façon durable, si par le « devoir » nous
 
n’usions de représailles, c’est-à-dire si nous
 
n’empiétions sur leur pouvoir à eux. Ce n’est que sur ce qui
 
est en notre pouvoir que les droits des autres
 
peuvent se rapporter ; ce serait déraisonnable de
 
quelqu’un de nous demander quelque chose qui ne nous
 
appartînt pas. Il faudrait dire plus exactement :
 
seulement sur ce qu’ils croient être en notre pouvoir,
 
en admettant que ce soit la même chose que ce que
 
nous considérons nous-mêmes comme étant en
 
notre pouvoir. La même erreur pourrait facilement
 

Menu de navigation