Différences entre les versions de « Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle/Baguette »

Aller à la navigation Aller à la recherche
Corrections typographique des apostrophes.
(Corrections typographique des apostrophes.)
{{TextQuality|100%}}<div class=prose>
{| width=100% border="0"
| width=33% style="background: #ffe4b5" | <center>< [[Dictionnaire raisonné de l'architecturel’architecture française du XIe au XVIe siècle - Tome 2, Bague|Bague]]</center>
| width=33% style="background: #ffe4b5" | <center>[[Dictionnaire raisonné de l'architecturel’architecture française du XIe au XVIe siècle - Index alphabétique - B|Index alphabétique - B]]</center>
| width=33% style="background: #ffe4b5" | <center>[[Dictionnaire raisonné de l'architecturel’architecture française du XIe au XVIe siècle - Tome 2, Bahut|Bahut]] ></center>
|-
|
| width=33% style="background: #ffe4b5" | <center>[[Dictionnaire raisonné de l'architecturel’architecture française du XIe au XVIe siècle - Index Tome 2|Index par tome]]</center>
|
|}
=== BAGUETTE ===
 
s. f. C'estC’est un membre de moulure cylindrique d'und’un petit
diamètre, qui fait partie des corniches, des bandeaux, des archivoltes, des
nervures. La baguette n'an’a guère qu'unqu’un diamètre de 0,01 à 0,05; au-dessus
de cette grosseur, elle prend le nom de <i>boudin</i> (voy. ce mot). Mais ce qui
distingue surtout la baguette du boudin c'estc’est sa fonction secondaire. Ainsi
dans les profils que nous donnons ici d'arcsd’arcs-ogives du XIII<sup>e</sup> siècle (1), A est
une baguette et B un boudin. Dans l'architecturel’architecture romane du Poitou et de
la Normandie, la baguette est parfois décorée de perles (2); son profil C
dans ce cas est souvent méplat, pour que la lumière découpe nettement
chacune des perles ou petits besans. Dans l'architecturel’architecture des XII<sup>e</sup>, XIII<sup>e</sup> et
XIV<sup>e</sup> siècles, les architectes se sont servis de la baguette parmi les faisceaux
de colonnes pour faire valoir leur diamètre par opposition, et leur donner
plus de force (3) à l'œill’œil. On trouve souvent dans les édifices des XIII<sup>e</sup> et
XIV<sup>e</sup> siècles des baguettes dégagées dans les angles des piles carrées, et
surtout dans les pieds-droits des portes, pour éviter les vives arêtes qui se
dégradent facilement ou des aiguités qui peuvent blesser (4). La baguette
alors ne descend pas jusqu'aujusqu’au sol, mais s'arrêtes’arrête sur l'anglel’angle vif réservé
à la partie inférieure, soit en pénétrant un bizeau D, soit en tombant
carrément E, soit en se perdant derrière un ornement F, ce qui se rencontre
très-fréquemment dans les édifices de Bourgogne qui datent de la
fin du XII<sup>e</sup> siècle ou du commencement du XIII<sup>e</sup> (voy. [[Dictionnaire raisonné de l'architecturel’architecture française du XIe au XVIe siècle - Tome 3, Congé|Congé]]). Dans la
menuiserie, la baguette est un des membres de moulures les plus souvent
employés.
12 528

modifications

Menu de navigation