Différences entre les versions de « Page:Pierre de Coubertin - Chronique de France, 1903.djvu/94 »

Aller à la navigation Aller à la recherche
aucun résumé de modification
(→‎Page non corrigée : Page créée avec « politique prenait le pas sur les lettres, ces doctes corps s’effaçaient devant les élus du peuple. Et si, d’aventure sur son socle ennuyeux, Renan se fut retourn... »)
 
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 8 : Ligne 8 :
 
dressée à ses côtés, sous l’ombre énorme de la
 
dressée à ses côtés, sous l’ombre énorme de la
 
vaste église gothique.
 
vaste église gothique.
  +
{{interligne}}
 
En Vhonneur de Pallas.
+
{{Souligner|{{g|''En l’honneur de Pallas''.|2}}}}
   
 
Pour tout dire, ce fut-elle, Pallas-Athéné, qu’on
 
Pour tout dire, ce fut-elle, Pallas-Athéné, qu’on
118 088

modifications

Menu de navigation