Théorie de la musique (Danhauser, 1889)/V/1

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lemoine et Fils, Éditeurs (pp. 101-102).

CINQUIÈME PARTIE.

PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L’EXÉCUTION MUSICALE.

244. Nous connaissons maintenant les signes employés dans la notation, ainsi que les règles qui les régissent, tant sous le rapport de l’intonation que sous celui de la durée. Ces signes suffisent à la lecture musicale.

Cependant, l’exécution d’une œuvre de musique serait terne et froide si elle n’était animée, colorée, vivifiée en quelque sorte par l’interprète, qui, s’identifiant avec la pensée de l’auteur, donne à cette œuvre l’expression qui lui est propre.

L’expression comprend : le phrasé, l’accentuation, la nuance et le caractère.

1re Leçon.

DU PHRASÉ.

245. Le phrasé est l’observation exacte de la ponctuation musicale.

246. Toute composition, de même que le discours, se divise en périodes ou phrases, et en membres de périodes (ou de phrases.)

Un membre de période est composé d’une seule ou de plusieurs petites idées mélodiques prenant le nom de dessin mélodique.

Une période est composée de plusieurs membres de période dont la réunion doit former un tout complet, un sens terminé.[1]

Exemple d’une période.
(BEETHOVEN) 
\relative c' {
  \override Rest #'style = #'classical
  \tempo Adagio
  \time 3/4
  \key f \major
  \partial 4
  c8.\(_\markup{\italic{1 dessin mélodique.}}^\markup{\italic dolce}^\markup{1\super er membre de période.} c16
  a'4((^\markup { \halign #-3 \musicglyph #"scripts.turn" } \acciaccatura c8 bes a g f)
  f4( e8) c[ d e]
  f8(_\markup{\italic{2 dessin mélodique.}} c'16) r c8( bes16) r bes8( a16) r
  <f a>4( <e g>16\)) c[_\markup{\italic{conduit.}} d e] f fis g gis
  \break
  a4(\(_\markup{\italic{dessin mélodique.}}^\markup{2\super e membre de période.} \acciaccatura c8 bes a g f)
  d'4( e g16_\markup{\italic{dessin mélodique.}} f e f
  e d c bes) a8. a16\turn c bes g e
  g4( f8)\) r^"etc."
}
\midi {
  \context {
    \Score
    tempoWholesPerMinute = #(ly:make-moment 60 4)
  }
}

247. Les périodes, et même les membres de période sont souvent séparés par des silences de courte durée, alors il est facile de les reconnaître. Mais, lorsque ces périodes, ou ces membres de période ne sont pas suivis de silence, il faut les analyser avec attention, car il n’y a aucun signe musical pour en indiquer le commencement ni la fin.[2]

248. Bien phraser, bien ponctuer un morceau de musique, c’est faire sentir avec art le commencement, le développement et la fin des périodes et des membres de période.

Un bon phrasé jette de la clarté sur toutes les parties d’une composition, et, par cela même, est la première des qualités que comprend l’expression : car pour intéresser ou émouvoir on doit être compris, et pour être compris, il faut être clair.

  1. Si l’on ponctuait la musique ainsi que le discours, après un membre de période, on placerait la virgule, le point et virgule, les deux points, etc. selon le sens qu'il présenterait : après la période, on placerait le point.
  2. On reconnaît facilement la ponctuation musicale au moyen des cadences, mais pour cela, il faut avoir des notions d’harmonie.

    La connaissance de l’harmonie, dont l’étude prend de plus en plus d’extension, est non seulement indispensable au compositeur, mais encore très utile à l’exécutant, puisqu’elle lui permet d’analyser jusque dans ses plus petits détails toute composition musicale.