100%.png

Théories (1890-1910)/Préface à la deuxième édition

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
L. Rouart et J. Watelin Éditeurs (p. vii-viii).

PRÉFACE DE LA DEUXIÈME ÉDITION

Le succès de ce livre a dépassé mes espérances et accru mes responsabilités. C’est la première phrase, qui a été la plus lue, la plus citée, la plus commentée. Je l’écrivis à vingt ans, sous l’influence des idées de Gauguin et de Sérusier. Elle posait la notion du tableau qui était perdue. Mais elle tendait avec tout son contexte, à orienter la peinture dans la voie de l’abstraction ; et la déformation dont je formulais la théorie ne devait que trop s’imposer à la pratique des ateliers.

On l’a bien vu ; mais ceux qui me l’ont reproché, n’ont pas fait état de la seconde partie du livre, pourtant plus constructive, où la recherche des principes m’amenait à découvrir deux choses : l’imitation de la nature et la discipline classique.

Cela aussi m’a été reproché d’autre part, et l’on m’a pris en pitié d’avoir, en tant que peintre, étouffé, de prétendus dons naturels sous les règles apprises, et en tant que théoricien d’avoir propagé des idées réactionnaires, en contradiction avec celles de mes débuts.

Cependant cet éloge du classicisme a fait bien autrement fortune ; il a été repris par les extrémistes, et il n’est guère d’exposition d’avant-garde dont les excentricités n’aient été sérieusement qualifiées de classiques. Ce n’est pas ce que j’avais souhaité, et dix ans d’enseignement m’ont appris que ces pages, dont à la vérité plusieurs ont su tirer profit, pouvaient n’être pas sans danger.

Ces réserves faites, il importe encore de constater que l’esprit de la peinture a beaucoup changé depuis que ce livre a été écrit. Comme le vocabulaire de la jeune critique, les buts de la peinture, les moyens de la produire, l’opinion commune qu’on en a sont tout autres.

Par l’effet de celle nouvelle optique des idées, la part de tradition, et donc de vérité, que ces Théories perpétuent, paraîtra d’autant mieux : elles deviennent une sorte de livre classique, et peut-être même un livre de classe : elles offrent à la jeunesse les résultats de noire expérience, l’expérience d’une génération, avec un recul qui leur confère, dans la confusion actuelle et dans la décadence des écoles, les avantages d’une méthode fixe et d’une doctrine éprouvée. C’est plus qu’il ne faut pour que, tout imparfaites qu’elles soient, je me croie autorisé à les réimprimer.

25 juillet 1920.