Thresor de la langue françoise/Quenouille (bâton)

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Index Général A B C D E F G H I JK L M N O P Q R S T UV W X Y Z

Quenoüille, f. penac. Est ce petit baston tourné poli & delié fait à poste, au haut bout duquel les filandieres entourent la filasse pour la filer à tours & roüements de fuseau, Colus. Duquel mot Latin il semble estre venu, comme s'il estoit dit Coloille, ainsi qu'au contraire de Bononia. Le François fait Bologne. Quenoüille außi en matiere de successions se prend peur ligne femmine. Selon ce on dit le Royaume & couronne de France ne tomber point en quenoüille. c. en ligne feminine, Foeminis nullum successionis in Galliae regnum ius, nullámque actionem esse. En la loy des Anglois Werins ou Thuringeois au chap. des Aleuds, en cas de successions, fuseau est prins pour ce mesme, tout ainsi que lance pour ligne masculine, disant ladicte loy, l'hoirie passer de la lace au fuseau, pour ce que nous disons tomber en quenoüille. La raison de ces manieres de parler est, parce que c'est aux femmes à qui la quenoüille & le fuseau duisent, & aux hommes le maniment de la lance, A maribus ad foeminas ius successionis migrare, transferri, traduci decurrere.

Filer sa quenoüille, Pensum facere, Pensum ducere, carpere, trahere.

Vne quenoüille ou poupée de filace, Pensum.