Un An de plus (O. C. Élisa Mercœur)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Œuvres complètes d’Élisa Mercœur, Texte établi par Adélaïde AumandMadame Veuve Mercœur (p. 75-76).


UN AN DE PLUS.

 
Triste rose, au désert j’exhale mon odeur !
Élisa Mercœur
 

Quoi ! tout un an de plus écoulé sans bonheur !
L’hiver est mon printemps, la nuit est mon aurore ;
Aucun rayon d’espoir sur moi ne brille encore :
Triste rose, au désert j’exhale mon odeur !
Ceux que j’aurais aimés ne m’ont point accueillie,
Leur main jamais vers moi ne se tendit, hélas !
Et l’oubli, de son voile enveloppant ma vie,
Semble dire à leur cœur : ne le soulevez pas.

Ah ! puissent mes succès, réveillant leur mémoire,
Pour ma vengeance, un jour, leur apporter mon nom ;
Et puissé-je, oubliant ce funeste abandon,
Leur dire : un an de plus écoulé pour la gloire !


(Janvier 1827.)