Utilisateur:Manseng/Test2

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  Sommaire Présentation bilingue Appendice  ►




MACAIRE



Si conteron d’une mervile gran
Qe vene in França dapois por longo tan,
Pois qe fo mort Oliver e Rolan,
Li qual fi faire un de qui de Magan,(*)
Dont manti çivaler mori di cristian ;
E por Marchario fo tuto quelo engan.
Unde, segniur, de ço siés çertan
Qe dapois, e darer e davan,
En crestentés non fo hom si sovran
Como fu l’inperer K. el man,(*)
Ne qe tanto durase pena e torman
Por asalter la loi di cristian.
Contra païn el fo tot li sovran,
E plus doté el fo da tota çan.
El non ouir mie le conseio d’infan,
E por ço duro le plus de docento an,



MACAIRE



Ci conterons d’une merveille grant
Qu’avint en France moult grant piece a de tens,
Puis que mort furent Oliviers et Rolans :
C’est de Maience d’un cuivert soduiant,
Dont en morurent maint chevalier vaillant ; (*)
Li fel Macaires ceste oevre ala brassant. (*)
Oiés, seignor, sachiés certainement (*)
Que de pieça, et deriere et devant, (*)
Hom si sovrains ne fu el mont vivant (*)
Com Kallemaines, li riches rois puissans, (*)
Ne qui autant soffrist peine et torment
Por essaucer la loi de crestiens.
Contre paiens fu toudis conquerans
Et plus dotés fu il de tote gent.
Conseil d’enfant n’aloit mie escoutant, (*)
Et si dura le plus de deus cens ans,

Tanto que el vene e Guglemo e Beltran.
Una dama avoit d’un parenté gran,
Fila d’un enperer qe oit gran posan,
De Costantinopli, ensi l’apela la jan.
Blançiflor avoit nome cele dan,
Loial e bone, e de grand esian.
Or entenderés la fin d’es roman ;
Qe Deo vos beneie e meser san Joan !

Coment K. tenoit grant corte entre Paris.

Gran cort manten K. l’inperaor
Entro Paris, son pales maior.(*)
Ilec estoit mant filz de valvasor
E manti dux, prinçes e contor,
E le dux N. so bon conseleor.
Unqes el segle non estoit nul milor,
Ne qe de foi tant amase son segnor,
Ne qe tanto durase e pena e dolor.
Sor tot les autres estoit coreor,
Unde da Deo el n’ave gran restor,
Da Deo del celo, li maine criator.
Quatro filz oit de sa çentil uxor
Qe fo di doçe per e fo fin çostreor.
En Roncival fo morti à dolor,

Et tant que vinrent Guillames Bertrans. (*)
Kalles ot feme d’un parenté moult grant,
Fille à un roi d’une cité puissant,
Costantinoble, si l’apele la gent.
La dame ot nom Blancheflor, au cors gent,
Léal et boine et de grant esciant.
Or escoutés la fin cestui roman ;
Dex vos garisse et li ber sains Jehans !

Coment Kalles tenoit grant cort a Paris.

Grant cort tint Kalles l’emperere Francor (*)
Droit à Paris, en son palais maior.
Illec estoient maint fil de vavasor,
Maint duc i furent, maint prince et maint contor,
Et li dus Naimes, ses boins conseléor. (*)
Onques el siecle n’en vit nus hom meillor
Ne qui de foi tant amast son segnor,
Ne tant por lui soffrist peine et dolor. (*)
Sor tos les autres avoit cil la valor, (*)
Si que de Dieu il en ot grant restor,
De Dieu de glore, l’umainne criator. (*)
Quatre fis ot de sa gentil oissor,
Qui des pers furent et hardi jostéor.
En Ronscivals mort furent à dolor,

Quando fo morto R. li contor,
Por li malves Gaino, li traïtor,
Quant li traï à li rois almansor,(*)
A li rois Marsilio, dont pois n’ave desenor,
Dont fo çuçé à modo de traïtor.

Coment Macario volse vergogner K.

Gran cort manten K. man l’inperer
De gran baron, de conti e de prinçer ;
Mais sor tot i fo dux N. de Bavier
E li Danois qe l’omo apela Oger.
Tant avoit fato li traïtor losençer,
Con son avoir e besant e diner,
Qe in la cort son ama e tenu çer :
E con li rois n’ont à boir e à mançer,
E un li est de lor plus ançoner.(*)
Machario de Losane se fait apeler.
Or entendés del traïtor losençer
Como vose li rois onir e vergogner,
E por forçe avoir sa muler.
Qe una festa del baron san Riçer
La çentil dame estoit en son verçer,
Cun mante dame s’estoit à deporter ;
Si se fasoit davanti soi violer,
E una cançon e dir e çanter.

Là ù fu mors Rolans li boins contors,
Por Ganelon, le malvais traïtor,
Quant les traï al felon aumacor,
Al roi Marsile, dont puis ot desenor,
Dont fu jugiés à loi de traïtor.

Coment Macaires vout vergoigner Kallon.

Grant cort tint Kalles l’emperere au vis fier (*)
De haus barons, de contes, de princiers.
Sor toz i fu dus Naimes de Baivier
Et li Danois que l’en apele Ogier.
Tant avoit fait li cuivers losengiers
Par son avoir et besans et deniers
Qu’en la cort fu amés et tenus chiers :
O le roi siet au boire et au mangier,
Et s’est li uns de ses drus plus privés.
Se fait Macaire de Losane apeler.
Or entendés del cuivert losengier
Com vout le roi honir et vergoignier,
Par droite force et avoir sa moillier. (*)
A une feste del baron saint Riquier,
La gentis dame estoit en son vergier
O mainte dame son cors deporter ; (*)
Si se fesoit devant soi vieler, (*)
Une chançon et dire et chanter.(*)

E Machario entro en le verçer ;
Avec lui avoit manti çivaler.
E començo la dama à donoier.
« Dama, fait il, ben vos poés vanter
« Sor tot dames qe se poust trover
« Plus bela dama hom non poust reçater ;(*)
« E ben estoit un gran pecé morter
« Quant un tel home v’oit à governer.
« Se moi e vos saumes acompagner,
« Plus bela compagne non se poust trover(*)
« Por gran amor, estrençer e baser. »
La dama l’olde, si le prist à guarder
E en riando si le prist à parler :
« Aï ! sire Machario, vu si e pro e ber,
« Queste parole qe vos oldo conter
« E so ben qe le dites por mon cors asaçer. »(*)
Dist Machario : « Et vos fala li penser ;
« El no e, dama, deça ni dela da mer,
« Qe sovra nos e digni de vos amer,
« Et no e pena qe poese endurer
« Qe o non fese por vo cors deliter. »
La dama l’olde q’el non dis por gaber ;
Ça oldirés como li responde arer.
« Machario, dist ela, tu non sai mon penser ;
« Avanti me lairoie tot le menbre couper
« Et en un fois e arder e bruser,(*)
« E in apreso la polvere à venter,(*)

Ez vos Macaire entrant ens el vergier ; (*)
Ensemble o lui avoit maint chevalier.
Et comença la dame à dosnoier.
« Dame, fait il, bien vos poés vanter
« Sor totes dames que on péust trover
« Nule plus bele ne péust on esmer ;
« Et ce est bien uns grans pechiés mortés
« Quant uns tés hom vos a à governer.
« Se je et vos fussiens acompaigné,
« Tel druerie ne péust on trover
« Por bien amer, acoler et baisier. »
La dame l’ot, si le vait esgarder
Et en riant si li prist à parler :
« Sire Macaires, tant estes preus et ber,
« Ceste parole que je vos oi conter
« Bien sai la dites par mon cors esprover. »
Et dist Macaires : « D’el vos covient penser ; (*)
« Que nen est, dame, deçà ne delà mer,
« Nus hom qui puist miex de nos vos amer,
« Et si n’est peine que péusse endurer
« Que nel fesisse por vo cors deliter. »
La dame l’ot que nel dit por gaber,
Or orrés ja com li respont arrier. (*)
Dist la roïne : « Tu ne sais mon penser ;
« Ains me lairoie tos les membres coper (*)
« Et en un feu et ardoir et bruisier,
« Et en après la poriere à venter,

« Qe mais pensese mal de l’inperer.
« E se mais vers moi e v’oldo si parler
« E derier moi tel rason conter,
« A mon sire le diro senza entarder.
« Malvasio hom, con l’olsas tu penser
« De ton segnor tel parole parler ?
« Se l’olsoit, no t’en poroit guarenter
« Toto l’avoir qe se poust trover
« Q’elo no te faïst à dos fors apiçer.(*)
« Tosto da moi vos deça desevrer,
« E ben vos guardés de micha mais parler,
« De tes paroles à moi derasner. »
Machario l’olde, s’en pris à vergogner ;
Da le se parte cum toto mal penser.
 

Coment la Rayne retorne dal çardin e coment oyt gran dollo.

Blanciflor la raine fu arere torné,
Sor son palès s’en fo reparié.
De dol et d’ire oit son cor abusmé,
E Macario se ne fo travalé ;
S’el no la oit à soa volunté,
De son vita non cura anpelo pelé,(*)
E die e noit por le stoit en pensé.

« Que ja dou roi osasse mal penser.
« Se mais vers moi vos en oi si parler
« Ou tel raison derriere moi conter,
« A mon segnor le dirai sans targier.
« Malvais ribaus, com l’osas tu penser
« De ton segnor tel parole parler ?
« Se il l’oïst, ne t’en porroit garder
« Trestos l’avoirs que on péust trover
« Ne te fesist as forches encroer.
« Or tost de moi vos estuet desevrer,
« Et bien gardés uimais ne m’aparlés,
« Ne tés paroles vers moi ne deraisnés. »
Macaires l’ot, prist s’en à vergoignier ;
D’ele se part à tout moult mal penser.

Coment la Roine retorne del jardin et coment ot grant duel.

Or est ariere la roïne torné, (*)
En son palais si s’en est repairié. (*)
De duel et d’ire ot son cuer abosmé.
Et s’est Macaires traveillié et peiné ; (*)
Se ne fait d’ele tote sa volenté,
Il ne se prise vaillant .i. ail pelé,
Et nuit et jor por ele ert en pensé.

Si se porpense por soa malvasité
Coment la poroit avoir ençegnié.
U nano estoit en la cort l’inperé,
Dal roi e da la raina estoit molto amé.
Machario ven à lui, si l’oit aderasné.
« Nan, fait il, en bon ora fusi né !
« Tanti te donaro de diner moené
« Qe richi fara tu tuto ton parenté,
« Se tu fara la moia volunté. »
E cil le dist : « Ora si comandé
« Ço qe vos plas, e son aparilé. »
Dist Machario : « Oés voio qe vu façé.
« Quando à la raina vu serés acosté,
« Vu le dirés de moia belté,
« E s’ela faist la moia volunté,
« Plus bela compagnia non seroit trové. »
Dist li nan : « Ora plus non parlé.
« Quando cum le eo sero acosté,
« Meio le diro qe no m’avés conté. »
Dist Machario : « In bona ora fust né !(*)
« Tant avoir el te sera doné,
« Richo fara tuto to parenté. »
Dist li nan : « De nian vos doté. »
Da lu se parte tuto çoiant e lé.
E Machario fo à sa mason torné,
Çoiant fo e baldo e alé.(*)
E à la cort fo li nan alé.

Si se porpense par sa grant malvaistié
Com la porroit deçoivre et engignier. (*)
En la cort ert uns maus nains bocerés (*)
De la roïne et dou roi moult amés.
Cil vint à lui, si l’en a araisné.
« Hé ! nains, fait il, de bone ore fuis nés !
« Tant te donrai de deniers monéés
« Riche en feras tot le tien parenté,(*)
« Se tu veus faire la moie volenté. »
Et cil li dist : « Or me soit comandé
« Ce que vos plaist, et sui aparilliés. »
Et dist Macaires : « Oés que vos ferés.
« Lez la roïne quant serés acostés, (*)
« Vos li dirés de la moie belté, (*)
« Et se fesist la moie volenté,
« Tel druerie ne poroit on trover. »
Et dist li nains : « Or n’en soit plus parlé.
« Lez la roïne quant serai acostés,
« Miex li dirai que ne m’avés conté. »
Et dist Macaires : « De bone ore fuis nés !
« Si grans avoirs te sera ja donés
« Riche en feras tot le tien parenté. » (*)
Et dist li nains : « De rien ne vos dotés. » (*)
De lui se part tos joians et tos liés.
Et rest Macaires à son ostel tornés,
Si s’en repaire baus et joians et liés. (*)
Et à la cort s’en est li nains alés.

Coment li nam parole.

Or fu li nan retornéo arer.
Tuto quel çorno non fine de penser
Coment doit à la raina parler.
E Machario, quando li pot trover,
El non cesa da lui adester(*)
Coment deça quel pla finer.
E una festa del baron san Riçer,
La raina estoit desor un so soler
Con altre dame por son cor deporter,
Si se fasoit davant soi violer
E mant si fasoit baler e caroer.
Le malvas nan si le vait aprosmer ;
Apreso la raine si le vait acoster,
E in apreso soto son mantel colçer.
Como estoit uso la pris à donoier.
E la raine, qi non oit mal penser,
Si le prist belement carecer.
Et elo la prist malament parler.
« Dama, fait il, molto me poso merveler
« Como vos poés K. maino amer ;
« Por dame donoier el non val un diner,
« E vos estes tanto bele e si avés le vis cler
« Qe vostra belté no se poroit esmer.

Coment li nains parole.

Or vait li nains, tornés s’en est arrier.
Tot icel jor ne fine de penser
A la roïne coment doie parler.
Et quant Macaires le nain puet encontrer,
Ne cesse mie de lui amonester
Coment le plait à chief doie mener. (*)
A une feste del baron saint Riquier,
La roïne ert desor un suen solier
O d’autres dames por son cors deporter,
Si se fesoit devant soi vieler
Et si fesoit baler et caroler.
Et li maus nains la vait aproïsmer ;
Lez la roïne se vait il acoster
Et en après sos son mantel couchier.
Si com soloit la prist à dosnoier.
Et la roïne, qui nen ot mal penser, (*)
Tot belement le prist à aplaigner. (*)
Et il li prist malement à parler.
« Dame, fait il, moult me puis merveiller
« De Kallemaine com le poés amer ;
« Por dosnoier ne valt il .i. denier. (*)
« Et tant bele estes et avés le vis cler
« Ne se poroit vostre beltés esmer.

« Se vu volés à mon conseil ovrer,
« E vos faro à tel homo acoster
« Plus bel çivaler no se poroit trover :
« E questo si e Macario li ardi et li fer.
« Se vu e lu ne poisi aconter,
« Uncha de lui no ve porisi saoler,
« E ben vos porisi entro vos vanter
« Del plus bel dru qe se poust trover. »
La dama l’olde, sil prist à guarder.
« Tasi, mato, fait ela, no me usar ste parler,
« Qe tosto le porisi cerament conprer.
— Dama, fait il, lasa ster quel penser ;
« Se so un baso Machario v’avese doner,
« Por nul homo no l’averisi cançer. »
Tanto le dise li nan e davan e darer
Qe à la dama le prist si noier
Q’ela pois le prist contra le son voler,
Q’elo no se pote da le defenser.
Çoso de quel soler ela le fa verser,
Si le fa malament trabuçer
Qe la testa li fa in plusor lois froser.
« Va ne, dist la raina, malvasio liçer,
« E no cre qe un altra fois me vegni quest nonçer ! »
Quant le nan fo trabuçé çoso de li soler,
Machario fo desoto, q’era de mal penser.
Le nan el prist si se nel fe porter ;
Por mires mando, si le foit liger.(*)

« Se vos volés par mon conseil ovrer, (*)
« Vos ferai je à tel home acoster
« Plus bels de lui ne se poroit trover :
« Ce est Macaires, li hardis et li fiers.
« Se vos et lui en péusse acointer,
« Ne vos porriés onc de lui sooler, (*)
« Et en vo cuer bien vos porriés vanter
« Del plus beau dru que l’en péust trover. »
La dame l’ot, si le prist à garder.
« Tais, fol, fait ele, ne m’user ce parler ;(*)
« Tost le porois chierement comperer.
— Dame, fait il, tot ce laissiés ester.
« Se vos éust sol un baisier doné,
« Por nesun home nel vorriés mais changer. »
Tant dist li nains et devant et derrier
Que à la dame si prist à anoier
Puis le saisit maugré sa volenté, (*)
Que ne se pot encontre ele tenser. (*)
Jus del solier l’a ele fait verser, (*)
Et si le fait malement trebuchier
Li fait la teste en plusors leus froissier.
Dist la roïne : « Va t’en, fel pautoniers,
« Et autre fois ne me vien tel noncier ! »
Quant li nains fu trebuchiés del solier,
Là fu Macaires, qui ert de mal penser.
Le nain prist il si l’en a fait porter ;
Mires manda, si le fist il bender.(*)

Plus de octo jorni stete ne se pote lever,
Donde la cort s’anoit à merveler.
Meesmo li rois li fasoit demander,
E tuta ora Machario li anoit scuser,
Qe caü ert à costé d’un piler,
Le çevo oit frosé, ma tosto anera lever,
Qe à la cort pora reparier.

Coment li nan fu durés.

Segnur, or entendés e siés certan
Qe la cha de Magançe, e darer e davan,
Ma non ceso de far risa e buban ;
Senpre avoit guere cun Rainaldo da Mote Alban,
Et si traï Oliver e Rolan,
E li doçe pere e ses compagna gran.
Or de la raine vole far traïman ;
Par son voloir elo non reman
Q’elo non onischa l’inperer K. man.
Oto jorni stete à lever cele nan ;
E quando fo leve, si se fe en avan,
La testa oit enbindea stroitament d’un pan,
Dont ne parlent le petit e li gran.
Meesmo li rois s’en rise planeman.
E quello nan non fo mie enfant,
A nula persona qe estoit vivan

Plus de uit jors jut, ne se pot lever, (*)
Dont en la cort se vont esmerveiller.
Li rois méismes le fesoit demander,
Et l’aloit sempres Macaires essoiner,
Que chéus ert encoste d’un piler, (*)
Chief ot froissié, mais tost s’iroit lever,
Si qu’à la cort poroit il repairier.

Coment li nains fu durés.

Segnor, oiés, sachiés à escient
Que de Maience cele malvaise gent
Onc ne cessa mener noise et bobant ; (*)
Guerroia sempres Renaut de Montauban, (*)
Et si traï Olivier et Rolant,
Les .xii. pers et lor compaigne grant.
Or veut traïr la roïne au cors gent ;
Par son voloir n’ira ja demorant
Que ne honisse Kallemaine le franc. (*)
Uit jors malades fu li nains acouchans ;
Quant levés fu, si se trait en avant,
Chief ot d’un paile bendé estroitement,
Dont chascuns parle, li petit et li grant.
Li rois méismes en a ri bonement.
Et li maus nains, qui n’ot pas sens d’enfant, (*)
Ja à nului que fust el mont vivant

De la raine el non dise nian.
Cun le çivaler stete d’açel jor en avan,
Plus da la raina el non vait davan.
Por q’el conose sa ira e mal talan,
N’en fo pais olso da le çire davan.
E la raine le quer e sil deman ;
E li nan fu sajes, si stoit pur da luntan.
Qi le donast tot l’avoir d’Orian,
No li aliroit da cele jor en avan
Plus aparler ne aler en ses man.(*)
E li malvas home qi sta senpre en torman,
Senpre se porpense à far traïman.
Deo le confonde, le pere roi man !
Por lui fo la raine meso in gran torman,
Cun vos oldirés, se serés atendan.

Coment Macario conseia li nan.

Li mal Macario, li fel el seduant,
Ven à li nan si le dist en oiant :
« Nan, fait il, de toi se son dolant
« Se tu ai eu onta ni engobramant ;
« Ma se volisi ovrer à mon talant,
« De la raine prenderese mo vençamant :
« Arsa seroit à li fois ardant. »
Dist li nan : « Et altro non demant.

De la roïne nen a mais dit noient.
O les barons se tint d’ore en avant,
A la roïne plus ne vait en present ; (*)
Quar il conoist s’ire et son mautalent,
Ne li osast aler séoir devant.
Et la roïne le quiert et sil demant ;
Mais cil fu saiges, si se vait aloignant.
Qui li donast tot l’avoir d’Orient,
Ja ne l’iroit de cel jor en avant
Plus aparler ne faire son commant.
Et li cuivers est sempres en torment
Et traïson sempres vait porpensant.
Diex le confonde, li peres raemans ! (*)
Par lui fu mise la roine en grant torment, (*)
Com vos orrés, se estes atendant.

Coment Macaires conseille le nain.

Li maus Macaires, li fel, li soduians,
Al nain s’en vient, si li dist en oiant :
« Hé ! nains, fait il, de toi sui je dolens
« Se as éu honte et encombrement ;
« Mais se volsisses ovrer à mon talent,
« De la roïne prendroie vengement :(*)
« Arse et bruïe seroit en feu ardent. » (*)
Et dist li nains : « Et autre ne demant.

« Se eo de lei me veist vençamant,
« Si çoiant non fu uncha à mon vivant.
« Quant me remembre cun me çito avant
« Çoso de li soler, oltra me mal talant ;
« De moi vençer a ço molt gran talant. »
Dist Machario : « Vu si pro e valant,
« Et eo vos donaro tant oro e arçant
« Richi en sera tot li ves parant.
« Penseo m’ai tuto li traïmant
« Como d’ele se vençaren al presant. »
Dist li nan : « Dites le moi davant,
« Et eo li faro tuto li vestre comant ;
« Mais de le parler no me deisi niant,
« Qe plus la doto non faroie un serpant. »
Dist Macario : « Nu faron saçemant.
« Usança est de l’inperer di Frant,
« Cascuna noit, avan l’aube aparisant,
« A le matin el se leva por tanp ;
« Quant ele estoit çanté, si s’en torna eramant
« Entro son leito, en la çanbra colçant.
« Se tu vo far vendete, fa la ensemant
« Si saçement que nes un note sant :
« Derer da l’uso t’alira acovotant
« Q’el no te veza nes un hom vivant.

« Se je péusse d’ele avoir vengement, (*)
« Onc si joians ne fusse en mon vivant.
« Quant me remembre com me geta avant
« Jus del solier, à poi d’ire ne fent ;
« De moi vengier ai je moult grant talent. »
Et dist Macaires : « Soiés preus et vaillans,
« Et vos donrai tant or et tant argent
« Riche en seront tuit li vostre parent.
« Porpensé m’ai trestot l’engignement (*)
« Com nos porrons vengier d’ele erranment. »
Et dist li nains : « Dites le moi devant,
« Et je ferai tot le vostre commant ;
« Mais l’aparler ne me dites noiant, (*)
« Que plus la dote ne feroie un serpent. »
Et dist Macaires : « Fesons le saigement. (*)
« Il est costume l’emperéor des Frans, (*)
« Chascune nuit, ains l’aube aparissant,
« Que il se lieve à matines par tans ;
« Quant sont chantées, si s’en torne erranment
« Dedens son lit, en la chambre couchant. (*)
« Se quiers vengance, fai la par tel covent (*)
« Si saigement nus ne te soit sentant :
« Deriere l’huis t’iras acovetant
« Que ne te voie nes uns el mont vivant.

De çœ meesme parole.

« Nan, dist Machario, se tu vo ben ovrer,
« De una colsa eo te voio conseler,
« Qe apreso la çanbre te dizi acovoter
« Qe nul homo te posa veoir ni esguarder.
« Quando li rois si s’aneroit lever,
« Por aler al maitin à so ora çanter,
« De mantenant tu t’anera lever,
« Davanti son leit tu t’anera despoiler,
« Apreso la raina tu t’anera colçer.
« Tu e petit, si t’anera convoter.
« Quando li rois reparira darer,
« Entro le leto el t’anera trover.
« Senpre di toi el avera mal sper,
« De toi ofendre li paroit vituper ;(*)
« El ne fara querir et demander.
« E quando li rois t’en ira à demander,
« Tu dira senpre, no te di car doter,
« Qe la raina t’ega fato ater,
« Sovente fois et aler et torner. »
Dist le nan : « Lasa à moi quel penser ;
« Meio le faro nel savere deviser.
« Se me veese d’ele pur vençer,
« Ça maior don non voio ni non requer. »
Dist Macario : « No t’estove doter ;

De çou meesme parole.

« Nains, dist Macaires, se tu vuels bien ovrer,
« Gentil conseil te saurai bien doner, (*)
« Qu’emprès la chambre t’estuet acoveter
« Qu’on ne te puist ne véoir n’esgarder.
« Quant l’emperere si s’en ira lever,
« Por aler s’ore à matines chanter,
« De maintenant et t’en devras lever,
« Devant son lit t’en iras despoiller,
« Lez la roïne te covenra couchier ;
« Ta ies petis, t’iras acoveter.
« Et quant li rois ert arrier repairés
« Et il t’aura ens el lit atrové,
« Ja n’aura il envers toi qu’aïrer.
« De t’adeser li sembleroit viltés ;(*)
« Il en fera et querir et mander.
« Et quant li rois t’en ira apeler,
« Ja li diras, ne te covient doter,
« Que la roïne t’ait fait laiens aler,
« Sovente fois et aler et torner. » (*)
Et dist li nains : « Laissés moi ce penser ;
« Miex le ferai nel sauriés deviser.
« Se m’avenist ancor d’ele vengier,
« Ja maior don ne vuel ne ne requier. »
Et dist Macaires : « Ne t’estuet esmaier ;(*)

« Apreso sero por ton cor defenser. »
Dist li nan : « Vu farés como ber.
« Or vos tasés e lasés moi ovrer,
« Que je so ben ço que li ait mester. »
Dist Machario : « Tu n’atendi bon loer.
« Ça de çes ovra no t’en pora blasmer :
« Quando li rois t’en anera demander,
« Senpre dira, e no t’avera doter,
« Qe sovente fois ela t’ega fato aler.
« Unde li rois, s’el no se vora vergogner,
« Ad albe spine elo la fara bruxer. »
Dist le nan : « Et altro non requer. »
Li nan remis al palès droiturer,
E Macario s’en vait cum li altri çivaler
Entro sa çanbra à dormir et à polser.
Et li mal nan s’en vait acovoter
Derer da l’uso de la çanbra prinçer.
E al maitin, quando li rois se vait lever,
Si como el prist l’uso à trapaser,
Et cil nan ne se fe mie lanier :
Davanti le letto se vait aseter
Et se despoile, si se pris à deschalçer.
Desor la banca lasa so drape ester,
Entro le leto se vait acolçer.
Et [l]a raina se dorme, qe non a mal penser.
Nen cuidoit mie ço qu’ele poust encontrer :
De traïtor nul homo se poit guarder.

« Emprès serai por ta vie tenser. »
Et dist li nains : « Vos ferés come ber.
« Or vos taisiés et me laissiés ovrer,
« Que je sais bien ce qu’il i ait mestier. »
Et dist Macaires : « En aten bon loier.
« Ja de ceste oevre ne feras à blasmer :
« Quant l’emperere t’en ira apeler,
« Sempre diras, et ne t’estuet doter,
« Sovente fois o soi t’ai fait aler.
« Dont, se ne vuet li rois se vergoignier,
« A aube espine il la fera brusler. »
Et dist li nains : « Et autre ne requier. »
Li nains remest ens el palais plenier ; (*)
Vont s’en Macaires et l’autre chevalier
Ens en lor chambre dormir et reposer. (*)
Et li maus nains s’en vait acoveter.
Deriere l’huis de la chambre roiel. (*)
Et le matin, quant s’est li rois levé,
Si come l’uis se prist à trespasser,
Et icil nains ne fu mie laniers :
Devant le lit si se vait asegier
Et se despoille et prent à deschaucier.
Desor la banque laisse ses dras ester
Et si se vait ens el lit acouchier.
Et la roïne se dort sans mal penser.
Ne cuidoit mie que péust encontrer :
De traïtor ne se puet nus garder.(*)

Coment li rois se leve.

Li rois se leve quant le matin fo soné,
A sa çapela elo s’en fo alé ;
De nula ren non ait mal pensé.
Et li mal nan fo en son leto colçé.
Et quant matin en fo dito e çanté,
Arer s’en torne como esteit usé.
E quant el fo en sa çanbra entré,
Davant son leto el oit reguardé,
Vi sor la banche qui pani soso esté.
Quando le vi, molto se n’e mervelé,
E pois en le leto vide del nan le çé :
Anq’ el fust petit, groso l’oit e quaré.
Ne le dise ren, tuto fo trapensé.
Quando le vi, tuto fo trapensé.
Grant oit li dol par poi non fo raçés.
For de la çanbre, sença nul demoré,
S’en fo ensu sor la sala pavé.
Machario li trove, que ça estoit levé,
Qe de quel’ ovra estoit ben doté.
Di altri civaler li furent plus de sé.
Li rois li apele, si li oit demandé :
« Segnur, fait il, avec moi vené,
« Se leverés mon dol et ma ferté.

Coment li rois se lieve.

Li rois se lieve as matines soner,
A sa chapele est maintenant alés ;
De nule rien n’est il en mal pensé.
Et li maus nains fu en son lit couchiés.
Et quant matines ot on dit et chanté,
Arrier s’en torne com ert acostumés. (*)
Et quant est Kalles ens en sa chambre entrés,
Devers son lit se prist à resgarder,
Voit sor la banque ices dras sus ester, (*)
Et quant les voit, moult s’en est merveillé.
Puis a véu el lit dou nain le chief :
Cil fu petis, mais l’ot gros et quarré.
Nostre emperere ne li a mot soné, (*)
Quant l’a véu, ains est tos trespensés. (*)
Grant duel en ot, par poi n’est esragiés.
Fors de la chambre, n’i a plus demoré,
S’en est issu en la sale el pavé ; (*)
Macaire i trove qui ja estoit levés,
Qui de cele oevre bien se pooit doter.
D’autres barons i furent plus de set.
Li rois les voit, si les vait apeler.
« Segnor, fait il, or avec moi venés,
« Si leverés mon duel et ma fierté

« Qe me fa Blanciflor, qe tant avoit amé ;
« Qe por un nan ela m’a vergogné.
« Se non créés, venés, si la veré. »
Toti li ont en sa çanbra mené,
Le nan el goit tot primeran mostré.
Quant cil le veent, molto se n’e mervelé.
E la raine si se fo resveilé ;
Quando vi qui baron, tota fo spaventé.
De soi defendre nient en fust parlé.
« Segnur, dist li rois, qe conseil me doné ? »
Li primeran Machario oit parlé.
« Bon rois, fait il, nen vos sera celé,
« Se vos ne la brusés, vu serés desoré,
« Et nu con vos nu seri vitoperé
« Da tot li mondo e davant e daré. »
Volez oïr del traïtor renoié ?
Le nan el oit queri e demandé.
« Nan, fait il, di mo por ton verié
« Con fo tu olso eser ça entro entré ?
« Con le venis tu e por qual volunté ?
— Monsegnor, dist le nan, e voio qe vu saçé
« Nen seroie mie in sta çanbra entré,
« Ne in ste leto non seroie colçé,
« Se no le fose clamé et apelé
« Da la raine, por far sa volunté,
« E una fois e ben quaranta sé. »
Cosi dist li nan con li fo ordené

« De Blancheflor que tant avoie amé ;
« Que por un nain ele m’a vergoigné.
« Se nel créés, venés, si la verrés. »
Trestos les a en sa chambre menés,
Le nain lor a tot primerain mostré.
Quant cil le voient, moult s’en sont merveillé.
Et la roïne si se vait esveiller,
Les barons voit, n’ot en soi qu’esfraer.
De soi desfendre noient n’en fu parlé.
« Segnor, dit Kalles, quel conseil me donés ? »
Tot primerains Macaires a parlé.
« Bons rois, fait il, ja ne vos ert celé,
« Se n’est bruïe, vos serés vergoignés,
« Et nos o vos en serons tuit blasmé
« De tote gent et devant et derrier. »
Volés oïr dou cuivert renoié ? (*)
Le nain ot il et quis et demandé.
« Hé ! nains, fait il, or me di par verté
« Com osas tu estre çaiens entrés ? `
« Com i venis et par quel volenté ? »
Dist li nains : « Sire, par foi, vos le saurés :(*)
« Ja ne seroie en ceste chambre entrés,
« Ni en cel lit ne seroie couchiés,
« Se je n’i fusse mandés et apelés
« Por la roïne faire sa volenté,
« Et une fois et bien quarante et set. »
Si dist li nains com li ot ordené

Da Machario, li falso renoié.
Quel le destrue c’a li mondo in posté !
E l’inperer oit plevi e çuré
Qe la raina sera arsa e brusé.
De escuser soi la raina non fo moto parlé ;
Tal vergogna oit non oit le çevo levé,
Ela se clama dolenta, mal aguré.

Coment fo presa la Raina.

Quant la raine oit veçu quele jent
E vi li rois de tanto mal talent,
Machario vi apreso lui ensement
Qe l’acusa duro et asprament
Pur debruser e no d’altro torment,
Donde fo presa d’acelle male jent.
En une part la mene secretament
Li nan da une altre part, darai pendent
Que la novele s’esparse por la jent,
Porme Paris, e darer e davent.
Çascune la plure, d’ele furent dolent,
Porqe tanto estoit savia et avinent,
Del so donava à la povera çent,
A li poveri çivaler qi non avoit teniment,
A ses muler dava le vestiment.
Cascun pregava Deo dolçement

Li fel Macaires, li cuivers renoiés.
Cil le destruie qui tot a à jugier !(*)
Et l’emperere ot plevi et juré
Ardoir fera la roïne et brusler.
De soi desfendre n’a ele mot soné ;
Tel vergoigne ot n’en a le chief levé,
Maléurée, lasse se vait clamer. (*)

Coment fu prise la Roine.

Quant la roïne ot véu cele gent
Et voit le roi qui tant a mautalent,
Macaire voit emprès lui ensement
Qui l’achoisonne et dure et asprement (*)
D’estre bruïe et non d’autre torment,
Dont prise fu d’icele male gent.
A une part l’en menent coiement (*)
Et le nain d’autre à celée, entretant
Que la novele s’espandoit par la gent,
Parmi Paris, et derrier et devant.
Chascuns la plore, d’ele furent dolent,
Que tant estoit saiges et avenans,
Dou suen donoit tant à la poure gent ;
As chevaliers qui n’orent tenement,
A lor moilliers donoit le vestement.
Chascuns prioit Damedieu doucement

Qe la gardase d’aco si fer torment
Como estoit de le fogo ardent.
Meesmo l’inperer d’ele era dolent,
Q’elo l’amava de fe e dolçement ;
Mais tanto temoit li blasmo de la jent
Qe de l’escanper el non po far nient
Q’ela non mora à dol e à torment.
E cil Macario, cun tuti ses parent,
Encontra le senpre stava vi atent
De condur le à le fogo ardent.
Conseil dona à li rois spese fois e sovent
Qe d’ele faça tosto le çuçement :
« E se nol faites, sacé ad esient
« Qe blasmé en serés entre tota la jent ;
« Petit e grandi vos tira por nient. »

Coment Macario acusoit la Raine.

Quando li rois intende li baron,
Desovra tot li parent Gainelon,
Qe contra la raine furent si enpron
De le oncir sença reençon,
Le rois la plure et le duc Naimon.
Li enperere, quando vide la tençon
Qe altri plas e altri non sa bon,
De çuçer la raine fasoit mencion.

Que la garist de si très fier torment
Com d’estre vive getée en feu ardent.
Li rois méismes estoit d’ele dolens,
Que il l’aimoit de fi et tenrement ;
Mais tant dotoit le blasme de la gent
De l’espargnier ne pot faire noient
Qu’ele ne muere à duel et à torment.
Et cil Macaires, o lui tuit si parent,
Sempres estoit encontre ele atendant
De la conduire et metre el feu ardent.
Le roi conseille mainte fois et sovent
Que d’ele tost face le jugement :
« Et se nel fetes, sachiés à escient
« Blasme en aurés entre tote la gent ;
« Petit et grant vos tenront por noient. »

Coment Macaires acusoit la Roine.

Quant ot li rois entendu les barons,
Desore tos les parens Ganelon,
Vers la roïne que furent tant embronc (*)
Que de l’ocire sans point de raençon,(*)
Des iex la plore o le bon duc Naimon.
Quant l’emperere a véu la tenson
Que as uns plaist, n’est mie as autres bon, (*)
De la roïne jugier fist mencion.

Li rois si fe à seno de saçes hon :
Li rois n’apela e Riçer e Naimon,
E des autres qe furent de gran renon.
Si le fo Machario, que le cor Deo mal don !
Cil le destrue qe sofri pasion,
Qe lui e qui de Magance son
Senpre in le mondo i ten risa e tençon !
Or fu asenble à far questa çuçeson.(*)
Li mal Macario nen dist si mal non
Contra la raine c’oit clera façon ;
El dist al rois : « Entendés moi, K.
« Qui qi vos ame, si vos tent un bricon
« Quant la justisie vos en menés si lon,
« E se creeiés al duc Naimon,
« Vu serés desoré e vituperé el mon,
« Queste tal colse qe le petit garçon
« Si ne çanta de vu mala cançon. »
N. l’intent, si ten le çevo enbron ;
Tel dol en oit par poi d’ire non fon.
Ça parlera, oldando li rois K. :
« Çentil rois sire, intendés ma rason :
« Deo me confonda qe sofri pasion
« S’eo diro altro qe voir non.
« Vu demandés conseil, e tes le contradion
« Si cun çelor qe oit mal entencion
« De la raina qe Blanciflor oit non.
« D’ele i foit grande la çuçeson,(*)

Li emperere si fist que sages hon :
Il en apele et Richier et Naimon,
Et asés d’autres qui sont de grant renon.
S’i fu Macaires, cui li cors Deu mal don !
Cil le destruie qui sofri passion,
Que il et cil qui de Maience sont
Tot jor el mont murent noise et tenson !(*)
Or sont ensemble au jugier li baron.
Li mals Macaires nen a dit se mal non
De la roïne qui clere ot la façon ;
Dist au roi : « Kalles, entendés ma raison.
« Qui qui vos aint, si vos tien à bricon
« Quant la joutice vos en menés si lonc, (*)
« Et se volés croire le duc Naimon,
« Honte en aurés et reprovier el mont, (*)
« En tel maniere que li petit garçon
« En chanteront de vos male chançon. »
Naimes l’entent, si tint le chief embronc ;
Tel duel en ot par poi d’ire ne font. (*)
Ja parlera, oiant le roi Kallon ;
« Gentis rois sire, entendés ma raison :
« Diex me confonde qui sofri passion
« Se je di chose qui ne soit se voir non.
« Conseil querés ; tel i contrediront
« Si come cil qu’ont male entencion
« Vers la roïne qui Blancheflor a non.
« Jugier la vuelent par grant aïrison,

« Ni no sa mie de qi fila ela son.
« Si saust ben qe avenir poron,
« I taseroit ni no la çuçeron,
« Trosqua i saveroit d’ele la çuçeson(*)
« Se son per le volese o non.
« S’el a peçé, ensi cun nu trovon,
« Digna e de mort ; se proer se poron
« Colsa como no, nu la resplenteron. »

Coment N. parole.

« Emperer sire, dist N. de Baiver,
« Non crés pais conseio de liçer.
« Grande est l’ovra qi la vol deviser ;
« Blanciflor la raine, c’oit le viso tant cler,
« Soa fila estoit qi e grant enperer,
« De Costantinopoli, ensi se fa clamer.
« Molto oit tere à tenir e guarder,
« Si poit de gent far asamiler.
« Quando oldira le novele conter
« De soa file si vilment çuçer,
« E no cre qe vos ami la monta d’un diner.
« Asa vos po far guere, onta e engonbrer.
« E vos dono conseilo que la deça conserver
« Tant qe à son per vu manda mesaçer
« Tot l’afaire e dire e rasner,

« Et si n’ont cure quels est s’estracion. (*)
« Se bien séussent com chevir en porront,
« Ja ne fesissent del plait plus lonc sermon, (*)
« Trosque séussent de cele amendison (*)
« Li rois ses peres se la volsist o non.
« S’ele i a colpes, et s’ensi le trovons,(*)
« A mort soit mise ; mais se prover puet on
« Chose que non, nos la respiterons. » (*)

Coment Naimes parole.

« Sire emperere, dist Naimes de Baivier,
« Ne créés pas conseil de pautonier.
« Grans est l’ovraigne qui la vuet deviser ; (*)
« Que Blancheflor, la roïne al vis cler,
« Fille est à roi qui tient moult grant regnier, (*)
« Costantinoble, ensi se fait claimer.
« Moult a de terre à tenir et garder,
« Et si puet faire moult de gent asembler.
« Quant oïra les noveles conter
« De soe fille à tel vilté jugier, (*)
« Ne croi vos aime la monte d’un denier.
« Asés vos puet honir et encombrer ;
« Conseil vos doin que l’aliés espargnier (*)
« Tant qu’à son pere vos mandiés mesagier
« Trestot l’afaire et dire et deraisnier,

« E po no v’en pora reprender ni blasmer. »
Li rois l’intent, molto le pris à graer.
Otrié l’aust, quant Machario le leçer
Se le vait tot à contrarier.
E si le dist : « Çentil emperer,
« Con poés vos ces conseil ascolter
« Qe ces vos done qe ne vos ama un diner,
« Quant vol qe metés en resplaiter
« Questa justisie qu’e de tan vituper
« Qe no se poit par nesun hom çeler ?
« Et s’el est nul que la voia contraster,
« Prenda ses arme e monti en destrier. »
Quant cil l’entendent qe deveient conseler,
Quando oldent Macario si altement parler,
Mal aça quel qe voia sego tencer ;
Ne le fo nul qe le responda arer.
Dont vi li rois n’en poit por altro aler
De la justisie no se faça sens tarder.
Quando vi N. li rois asoploier,
De ilec se parte et laso li parler ;
De le palais quando se volse devaler,
Quant l’inperer no li consent aler.

Coment li Rois parole.

Quando N. oit la parola oie,
De çuçer la raine li paroit gran stoltie,

« Ne vos en puist puis reprendre et blasmer. »
Li rois l’entent, moult le prist à gréer ;
Ja l’otriast, quant li fel pautoniers
Isnelement le vait contralier. (*)
Et si li dist : « Emperere, frans ber, (*)
« Com poés vos tel conseil escouter
« Que cil te done qui ne t’aime un denier,
« Quant il vos loe de mettre en respitier (*)
« Ceste joutice où tant a reprovier
« Que par nul home ne se puet ja celer ?
« Et s’aucuns est qui ce voille noier, (*)
« Prenge ses armes et si monte el destrier ! »
Quant cil l’entendent qui sont au conseiller,
Quant Macaire oient si hautement parler,
Mal de celui qu’osast vers lui tenser. (*)
Nes uns n’en fu qui li responde arier.
Dont voit li rois n’en puet par el aler
Del jugement nel face sans targier.
Quant voit dus Naimes le roi asoploier, (*)
D’illec se part si laisse le parler ;
Ja del palais s’en voldra devaler,
Quant l’emperere ne le consent aler.

Coment li Rois parole.

Quant li dus Naimes a la parole oïe,
Et dou jugier li pert grans estoutie,

De contrarier Macario li paroit gran folie.
Voluntera s’en alast, quant li rois li contralie
Et li rois dolçement le preie
Qe cun Macario, non contrarij ne mie,
Stia à veoir cun l’ovra sera finie.
E quel Macario, c’oit le cor enbrasie
Contre la raina, qe peçé nen oit mie,
Por ço que far non volse la soa comandie,
Quant li rois l’intent, sa parola oit agraie,
De çuçer la raina s’encor il se plie.
Davant se la fa mener vestua de samie ;
Le rois la guarda, le cor sego omilie,
Si la pluro, veçando la baronie.

Coment parlo la Dame.

Davanti li rois fo la raina mené,
E fo vestua d’une porpora roé.
Sa faça qe sol eser bel e coloré
Or est venua palida e descoloré.
Li rois l’eguarda, por le n’oit pluré.
E quela li guarde, si le oit dito e parlé :
« O çentil rois, mal conseil a pié
« Quan tu me çuçi à torto e à peçé !
« Colu qe à toi a le conseil doné
« No t’ama ren d’un diner moené,

Et à Macaire contrester grans folie.
Ja s’en alast, ne fust le contralie
Et doucement l’emperere le prie
Que à Macaire il ne contreste mie,
Remaigne à l’oevre véoir com ert fenie.
Et cel Macaire, c’ot el cuer déablie (*)
Vers la roïne, qui pechié nen ot mie,
Por ce que faire ne vout sa comandie,
Quant l’entent Kalles, sa parole a gréie,
De la roïne jugier si s’asoplie.(*)
A lui l’amenent de samit revestie ;(*)
Li rois l’esgarde, ens el cuer s’umelie,
Si l’a plorée, voiant la baronie.

Coment parla la Dame.

Devant le roi la roïne ont mené,
Si fu vestue d’un chier paile roé. (*)
Bel ot le vis come rose en esté ;(*)
Or l’a tot pale et tot descoloré.
Li rois l’esgarde, por ele en a ploré.
Cele le voit, sel prent à araisnier :(*)
« Hé ! gentis rois, com mal fuis consilliés
« Quant tu me juges à tort et à pechié !(*)
« Cil qui vos a si fait conseil doné(*)(*)
« Ne t’aima mie un denier monéé.(*)

« Deo sa li voir, la voira maesté,
« Se contra to honor eo fi uncha peçé
« Ne sa ma l’avi en cor ni en pensé. »
Dist li rois : « De nient parlé.
« Atrové estes in le mortel peçé
« Si que escuser de ço ne vos poé.
« De vestra arma or vos porpensé ;
« Vestra justisia est ça ordené.
« Qui fal à son segnor doit eser brusé. »
Dist la dama : « Vu fari gran peçé. »
Dist Machario : « El vos torna à vilté
« Quando cun le tanto derasné. »
N. l’oldi, si n’oit le çevo corlé
Et infra soi planero conselé :
« Questa justisia çer sera compré ;
« Mal vera K. de Gaino li parenté,
« Qe senpre l’oit traï et engané. »

Coment K. oit dol.

li enperer à cui França apant
De Blançiflor el fo gramo e dolant.
Plus la amoit de ren qe fust vivant ;
Mais por la justisie non poit aler avant
Qe de le non faça çuçement,
Tutol malgré, qi s’en rie ni çant.

« Diex sait le voir, la voire majesté,
« Contre t’onor se je fis onc pechié
« Ne se me vint en cuer ne en pensé. » (*)
Et dist li rois : « Por noient en parlés. (*)
« Atrovée estes ens el mortel pechié
« Si qu’escuser de ce ne vos poés.
« De la vostre arme or tost vos porpensés ;
« Vos jugemens est huimais ordenés.
« Qui son segnor faut doit estre bruslés ! » (*)
Et dist la dame : « Vos feriés grant pechié. »
Et dist Macaires : « Ja vos torne à vilté
« Quant avec ele si lonc tens deraisniés. »
Naimes l’oï, s’en a le chief crollé ;(*)
A soi méisme a dit sans delaier :(*)
« Cil jugemens sera chier comperé ;
« Mar verra Kalles le felon parenté, (*)
« Qui toz jors l’a traït et engané ! »(*)

Comment Kalles ot duel.

li emperere cui douce France apent (*)
De Blancheflor fu et grains et dolens,
Que il l’amoit sor tote rien vivant ;
Mais por joutice ne pot aler avant
Ne face d’ele faire le jugement, (*)
Tot maugré lui, qui qu’en rie o qu’en chant.

Li rois comande à li ses camerlant
Qe cela dame iroa davant,
De noir soia vestue e bindea ensemant,
Si como feme qi vait à tormant.
Desor la plaçe de li palès davant
Fo aporté legne, espine qe pongant,
Inluminer li fait un gran fogo ardant.
Pormi Paris et darer et davant
Fu la novela portea por la çant.
Ne remis dona qe fust de valimant,
Ne çivaler, péon ni merçaant,
Qe non vegna à la plaça veoir le çuçemant.
Çascun la plure de cor e de talant.
E Blanciflor si fo mené davant
Suso la plaçe, davant li fois ardant.
Quando la vi le fois, en çenolon se rant,
E dolçement prega Deo onipotant
Qe de quela justisie li soia remenbrant,
Si como mor sença nul falimant ;
Ne mostri Deo vendeta in breve tanp
Si qe le saça le petit et li grant.
Or entandés, segnur e bona çant,
So qe fe Machario le seduant.
El fo venu da li fois davant,
Li nan el porte enbraçé solemant,
Et po après à domander li prant.
« Nan, nan, fait il, di m’o segurement,

Li rois commande à un suen chambrelenc
Menée soit la dame tot avant,
De noir vestue et bendée ensement,
Si come feme que l’en mene à torment.
Desor la place del palais là devant
Aportent bois et espine pongnant, (*)
Si font esprendre un moult grant feu ardent.
Parmi Paris et derier et devant
Fu la novele portée par la gent.
N’i remest dame qui fust auques vallans,
Ne chevaliers ne péons ne marchans,
Illec ne viegne véoir le jugement.
Chascuns la plore de cuer et de talent.
Et Blancheflor menée est tot errant
Sus en la place devant le feu ardent.
Quant l’a véu, à genoillons se rent,
Et prie Dieu, le pere omnipotent,
Ceste joutice n’aille en obli mettant,
Si come muert sans pechié tant ne quant ;
Venjance en monstre Damediex ains lonc tens,
Si que le saichent li petit et li grant.
Or entendés, segnor et boine gent,
Que fist Macaires, li cuivers soduians.
Devant le feu ez le vos acorant,
Entre sa brace le nain s’en vient portant,
Et puis tantost à demander li prent.
« Nains, nains, fait il, ne me le va celant, (*)

« Fus tu cun la dame uncha à ton vivant ?
— Oil voir, sire, una fois e sesant
« Son stat cun le in leto et altremant. »
Quando Machario l’olde, veçando tote jant,
En le fois le rue si dis : « Va, seduant,
« Honi a tu li rois, ne t’ençira vantant ! »
Et ensi le fait arder in fois ardant.
Por ço le fi Machario que mais en son vivant
De quella colse ma non deise niant.
Or fo li nan arso, qe fe li tradimant ;
Çascun qe le voit, e petiti e grant,
En laudent Deo e la majesté sant.
E la raina fo ilec davant,
E plura e plançe e ses man destant,
E prega Deo e la majesté sant
Merçe aça de sa arme à li son comant.

Coment li Rois apele la Raine.

La raina fo davanti l’inperaor,
Et ilec stoit à dol e à plor.
E prega Deo, li maine redentor,
Qe de soa arma faça li meior,
Qe aler posa à la gloria maior,
Li rois apele, si le dis por amor :
« Çentil rois sire, por Deo le creator,

« Avec la dame fuis onc en ton vivant ?
— Oïl voir, sire, une fois et bien cent
« Fui avec ele el lit et autrement. »
Quant l’oit Macaires, voiant tote la gent,
El feu le rue, si dist : « Va, soduians ;
« Le roi honnis, ne t’en iras vantant ! »
Ensi le fait ardoir el feu ardent. (*)
Por ce le fist que ja en son vivant
De cele chose mais ne desist noient.
Or li nains art, li traïtre puslens ; (*)
Chascuns le voit, li petit et li grant,
La maïsté de Dieu en vont loant.
Et la roïne remaint illec devant,
Et plore et plaint et ses poins vait tordant, (*)
Et prie Dieu cui tos li mons apant (*)
Qu’il ait de s’ame merci par son commant.

Comment li Rois apelle la Roine.

La roïne est devant l’emperéor ;
Illec se tient et à dol et à plor,
Et prie Dieu, l’umainne réentor,
Que voille faire de s’ame le meillor,
Que aler puist à la gloire maior.
Le roi apele, si li dist par amor :
« Gentis rois sire, por Dieu le criator,

« Faites à moi venir un saçes confesor
« Qe moi saça conseler de me peçé maior. »
Dist li rois : « Volunter, sens demor. »
L’abés de San Donis, e no so nul milor,
Tosto le fe venir, qi ne çanti ni plor.

Coment l’abes parole.

A gran mervele fu saces l’inperer :
L’abés de San Donis elo fa demander,
Davanti la raine elo fait à presenter.
« Dama, dist l’abes, volés vos confeser ? »
Dist la raina : « E vos e demando e quer. »
Davanti l’abés se vait ençenoler,
Tuti li so peçé li oit dito e conté ;
Ne pur un solo ela no li oit lasé,
Quanti se n’oit à son tempo remembré.
Et in apreso li oit aderasné
Como estoit ençinte d’un arité
Lequal estoit del rois de crestenté.
E l’abes fo saço e dotriné ;
Por rason la oit ademandé
De cella colsa dont estoit calonçé.
Dist la raina : « Diro vos verité ;
« Deo me confonde se diro falsité.
« Çentil abes, e voio qe vu saçé

« Fai moi venir un saige confessor,
« Qui me conseille de mes pechiés maiors. »
Et dist li rois : « Volentiers, sans demor. »
De Saint Denis l’abé, n’en sot meillor,
Fist tost venir, qui qu’en chant u en plort.
 

Coment l’abes parole.

A grant merveille fu Kalles droituriers ; (*)
De Saint Denis a fait l’abé mander,
A la roïne si l’a fait presenter.
« Dame, dist l’abes, volés vos confesser ? »
Dist la roïne : « Ce vos demant et quier. »
Devant l’abé se vait engenoiller,
Tos ses pechiés li a dit et conté, (*)
Nes un tot sol nen ot ele laissié,
Quanque s’en ot à son tens remembré. (*)
Et en après li prent à deraisnier
Si com ençainte de fil o de fille ert (*)
Que Kallemaines ot en ele engenré. (*)
Et l’abes fu saiges et dotrinés ;
Si l’araisonne et li a demandé
De cele chose dont la vont encorper. (*)
Dist la roïne : « Vos en dirai verté ;
« Dex me confonde se je di fauseté.
« Gentis sire abes, ja ne vos quier celer

« Qe una fois qe eo estoia deporté
« En un çardin, çes me fo encontré.
« Li mal Macario si me fo acosté,
« De drueria m’avoit apelé
« Si como falso, malvasio renoié.
« Et eo da lui ben me fui defensé,
« E malament eo li resposi aré,
« E se mais m’aust ces rason conté,
« A mon segnor li averoie derasné.
« Or savés vos qe me fe cil malfé ?
« A moi avoit li nano envoié
« Con ste parole q’il m’avoit conté.
« Et eo quel nan avi ben pagé,
« Donde le çevo el n’oit ensanglenté
« Et in apreso quel traito renoié
« Con quel nan el se fo conselé ;
« Entro ma çanbre lo mis à la çelé.
« Quando li rois fo al matin alé,
« Et in mon leto fo cel nan colçé
« Si qe li rois li trovo quant fu reparié.
« Et eo me dormia, tuta fo spaventé
« Quant vi li rois e li altri çivalé.
« Adoncha fu e presa e ligé,
« E à li fois eo son como çuçé,
« A gran torto e à mortel peçé.
« E vos o dito tuta la verité ;
« Unde e vos, nobelme abé,

« Que une fois que j’iere à deporter,
« En un jardin, mal me fu encontré.
« Li fel Macaires si me vint acoster,
« De druerie me prist à apeler
« Si come faus et malvais renoiés.
« Et je vers lui me soi je bien tenser,
« Et malement li respondi arrier,
« Se tel raison me venist mais conter,
« A mon segnor l’iroie deraisnier.
« Or savés vos que me fist cil maufés ?
« Le nain me prist tantost à envoier
« O les paroles que ja me vout conter.
« Et je le nain oi je moult bien paié,
« Dont il en ot le chief ensanglenté.
« Et en après cil cuivers renoiés
« Avec le nain se prist à conseiller ;
« Ens en ma chambre le mist il à celé. (*)
« Quant fu li rois à matines alés,
« S’en vint li nains ens en mon lit couchier
« Si que li rois l’i trove au repairier.
« Je me dormois, si n’oi qu’espoenter
« Quant le roi vi o d’autres chevaliers.
« Adont me vont et saisir et loier (*)
« Et à morir en feu ardent jugier,
« A moult grant tort et à mortel pechié.
« Or vos ai dit tote la verité ;
« Dont vos pri je, sire abes, par pité,

« Qe tuti li altri peçé vu me perdoné ;
« Ma de questo perdon no vos queroé. »
L’abes l’intent, ferament l’oit guardé.
Et olde la dama ço que l’oit parlé
A la justisie quant estoit çuçé.
Or voit il ben q’ela dise verité.
L’abes fu saçes e ben doté ;
E dolçemant la oit reconforté,
Et si la oit benéi e sagré.
Si l’oit ascolta de tute li so peçé.
Quant a ço fato, si s’en retorna aré.
O vi li rois, cela part est alé ;
Ça li sera mante rason conté.

Coment la Raine se confesse.

L’abes fu sages e ben dotrinés ;
E que la dame oit ben aderasnés,
Nesun peçé oit en le trovés
Dont posa eser de nient grauavés.
O vi li rois, cela part est alés,
E pois apela di baron plu privés :
N. li dux, li saço e li dotés,
E li Danois qe tant est prisés.
A un conseil n’oit manti menés,
De le milor et de meio enparentés ;

« Que mes pechiés trestos me pardonés ;
« Mais de cestui pardon ne vos requier. »
L’abes l’entent, si la vait esgarder,
Et ot la dame si com l’a aparlé
Quant à morir ert ja ses cors jugiés.
Or voit il bien qu’ele dist verité.
Saiges fu l’abes, et bien fu dotrinés ;
Et doucement la vait reconforter,
Et si la vait benéir et sacrer.
Si l’a oïe de trestos ses pechiés.
Quant à ce fait, si s’en retorne arrier.
Où voit le roi, cele part est alés ;
Ja li vorra mainte raison conter.

Coment la Roine se confesse.

Saiges fu l’abes et bien fu dotrinés ;
A ce que l’ot la dame deraisnié,
Nes un pechié n’ot en ele trové
Dont on la puist de noient agrever.
Où voit le roi, cele part est alés,
Et puis apele des barons plus privés :
Naimon le duc, le saige et le doté,
Et le Danois qui tant fait à proisier.
A un conseil en a plusors menés,
Tos des millors et miex emparentés ;

Mais de qui de Magençe no le fo un clamés.
« Segnor, dist l’abes, e voio qe vu saçés,
« Quant à la mort l’omo est aprosmés,
« Di so peçé nesun oit çelés
« Qe ni on die tot la verités.
« La raina est avec moi confesés ;
« Toti li so peçé m’a dito e palentés,
« Si ço trois ben ço qu’ela oit ovrés,
« Ela poit estre de tel colsa calonçés
« Qe ja mais por le non fo dito ni pensés.
« E de un altra ren m’oit apalentés
« Qe inçinta estoit de filz e d’arités.
« Unde, çentil rois, guarda que vu façés ;
« De le oncir seroit maior peçés
« Que non oit cil qe Deo oit acusés,
« Donde elo fo sor la cros encloés. »
N. l’oldi, si l’entendi asés.
A le parole qe l’abes oit contés,
El conoit tota la verités,
E de cella colsa qe la dama e calonçés
E calonçea à torto et à peçés.

Coment N. parole a K.

« Enperer sire, dist N. de Baiver,
« Se vos volés à mon conseil ovrer,

Mais de Maience n’en fu nes uns claimés.
« Segnor, dist l’abes, ce sachiés de verté,
« Quant à la mort est l’hom aproïsmés,
« Des suens pechiés nes un ne vuelt celer,
« Que il n’en die tote la verité.
« J’ai la roïne oïe au confesser ;
« Tos ses pechiés m’a gehis et contés, (*)
« Si truis ge bien, à ce qu’ele ot ovré,
« De tel forfait la puet on encorper
« Si com par ele ne fu dis ne pensés. (*)
« D’une autre rien m’a ele acertené,
« Si com enceinte de fil o de fille ert. (*)
« Dont, gentis rois, gardés que vos ferés ;
« Que d’ele ocire seroit plus grans pechiés
« Que n’en ot cil qui Dieu ot acusé,
« Dont il en fu sor la crois encloés. »
Naimes l’oï, si l’entendi asés.
A ces paroles qu’il oit l’abé conter
A conéu tote la vérité,
Et que la dame, quant la vont encorper,
Encorpée est à tort et à pechié.

Coment Naimes parole a Kallon.

« Sire emperere, dist Naimes de Baivier,
« Se vos volés par mon conseil ovrer,

« Un tel conseil vos avero doner
« Qe da la jent vu n’averi bon loer,
« Ne nul sera qe vos posa blasmer.
« Se la dama est inçinta, grant seroit li danger
« De le malement çuçer.
« Ma, s’el vos plas e volez otrier,
« Vu la farés ad un di ves bailer
« Qe ne la deça e condur e mener
« Fora de tot li vestre regner.
« E à le averi dir e comander
« Q’ela no se lasi ni veoir ni guarder. »
Dist li rois : « Quest’e ben da graer ;
« Meltre conseil ne me porés doner.
« Da q’el vos plas, et eo li voio otrier. »
Adoncha fait la dama arer torner,
Et da li fois la fait desevrer.
Tota la jent en pris Deo adorer.
Li rois vi la raine, si le prist à conter :
« Çentil raina, molto v’avea çer ;
« Colsa avi fato d’onda ne vos poso amer,
« E vos voio la vita perdoner ;
« Mais el vos convent in tal part aler
« Qe mais no ve posa veoir ni esguarder.
« E vos faro très ben aconpagner
« Tant qe serés fora de mon terer. »
La dama l’olde, si comença à plurer.
Dist li rois : « Alez vo coroer,

« Un en aurés, sel vos donrai itel
« Que de la gent en aurés bon loier,
« Ne n’en ert nus qui vos en puist blasmer.
« S’ele est enceinte, grans seroit li dangiers
« De la roïne si malement jugier.
« Mais, se vos plaist et volés l’otrier,
« Vos la ferés à un des voz baillier
« Que il l’en doie et conduire et mener
« En terre estrange, fors de vostre regnier.
« Si li convient et dire et comander
« Que ne se laisse ne véoir n’esgarder. » (*)
Et dist li rois : « Bien fait à otrier ;
« Meillor conseil ne me porriés doner.
« Dès que vos plaist, et je le vueil gréer. »
Adonc la dame fait ariere torner,
Del feu la fait partir et desevrer.
Tote la gent en prist Dieu aorer.
Li rois la voit, si li prent à conter :
« Gentis roïne, moult vos avoie chier ;
« Faite avés chose dont ne vos puis amer,
« Et je vos vueil la vie pardoner ;
« Mais vos covient en tel contrée aler
« Ne vous puist on ne véoir n’esgarder.
« Et vos ferai très bien acompaigner
« Tant que serés defors de mon terrier. »(*)
La dame l’ot, si commence à plorer.
Et dist li rois : « Alés vos conréer,

« En vestra çanbre e vestir e çalçer,
« Et prendés de l’avoir qe aiés por spenser. »
Dist la raina : « Et eo li voio otrier ;
« Vostre voloir non voio stratorner. »
Entro sa çanbre se voit ad atorner.
E l’inperer non volse l’ovra oblier :
Un son donçel elo fe apeler,
Li qual estoit parant de Morant de River.
En tota la cort no se poroit trover
Nul damisel plus cortois e ber
Ne qe plus amase l’onor de l’inperer.
Albaris oit non, ensi se fait clamer.
Plus est loial de nul altro civaler.
Le rois le vit, si le prist apeler :
« Albaris sire, alez vos pariler ;
« Cun la raine el vos convent aler,
« Et in tal lois nu la deça mener
« Tant q’ela soia fora de mon terer.
« E quant averi ço fato, si v’en tornez arer. »
Dist Albaris : « Ne le poso contraster ;
« Vestre voloir eo faro volunter. »
Adoncha Albaris no sen volse entarder ;
Son palafroi el se fe enseler
E çinse li brando, non oit altro corer ;
Et in man el porte un sparaver.
Tutor li vait darer un so livrer.
La dama fait sor un palafroi monter,

« En vostre chambre et vestir et chaucier,
« Et de l’avoir prendés por despenser. »
Dist la roïne : « Et vueil je l’otrier ; (*)
« Vostre voloir ne vueil je trestorner. »
Ens en sa chambre se vait ad atorner.
Et l’emperere ne vout l’ovre oblier :
Un suen donsel a il fait apeler,
Parens fu il de Morant de Rivier.
En tote cort ne se péust trover
Nus damoisiax plus cortois ne plus ber,
Ne qui l’onor dou roi éust plus chier.
Aubri ot nom, ensi se fait claimer. (*)
Plus est loiaus de nesun chevalier.
Li rois le voit, sel prist à apeler :
« Auberis sire, alés vos aprester ; (*)
« O la roïne vos covient il aler,
« Et en tel lieu nos la devés mener
« Tant qu’ele soit defors de no terrier ;
« Et quant aurés ce fait, tornés arier. »
Dist Auberis : « Ne le puis contrester ;
« Vostre voloir ferai je volentiers. »
Donc Auberis ne se vout atargier ;
Son palefroi se fait il enseler
Et ceint le branc, sans plus, à son costé ; (*)
Et sor son poing portoit un espervier.
Tosjors li vait deriere uns suens levriers.
Un palefroi fait la dame monter,

Via la mene, qi ne doia noier,
Por le çamin se mist ad erer.
Gran dol ne moine péon e çivaler,
Meesmo li rois cum N. de Baiver.

Coment s’en vait Albaris.

Quant Albaris s’en vait desevrant,
Gran dol ne mene le petit et li grant ;
Meesmo li rois la plure tendrement.
Et cil s’en vait por le çamin erant.
Quant Machario veoit qe estoit en tant,
A son oster el s’en vent corant.
Cil le destrue qe formo Moïsant !
Por lui fo la raine mesa in gran tormant.
Elo s’armo d’arme e de guarnimant,
Et si monto sor un auferant.
Prist una tarçe, à li col se la pant,
Et in sa man una lança trençant.
De Paris ese soeve e belemant,
Rer Albaris el vait civalçant.
Et Albaris s’en vait cun la dama ensemant ;
Ne se dotava de persona vivant.
Las ! qe li rois no sa del traïmant
Qe li oit fato Machario le seduant.
Tant s’est Albaris alés avant

O lui l’en mene, cui qu’en doie anuier,
Par le chemin si se mist à l’errer. (*)
Grant duel en menent péon et chevalier,
Li rois méismes o Naimon de Baivier.

Coment s’en vait Auberis.

Quant Auberis s’en vait si desevrant,
Grant duel en menent li petit et li grant ;
Li rois méismes en plore tenrement.
Et cil s’en vait par le chemin errant.
Quant voit Macaires que il en estoit tens,
A son ostel il s’en vient tot corant.
Cil le destruie qui forma Moïsant !
Por lui fu mise la roine en grant torment.
D’armes se vest et d’autre garnement,(*)
Si est monté desor un auferrant.
Prist une targe et al col se la pent,
Et en sa main une lance trenchant.
De Paris ist souef et belement,
Riere Auberi si vait il chevauchant.
Et cil s’en vait o la dame ensement ;
Ne se dotoit de persone vivant.
Las ! que li rois ne set l’encombrement
Que li ot fait li cuivers soduians.
Tant a erré Auberis en avant

Q’el çunse ad une fontane, à costé d’un pendant
De una selve mervilosa e grant.
La raina la vi, à covoter la prant ;
Ela dist ad Albaris ennoiant :
« Albaris sire, e vos pre e demant
« Qe à la fontane me metés davant.
« Si son lasée de boir n’o talant. »
Dist Albaris : « Vu parlé saçemant. »
Elo desis del palafroi anblant,
Ven à la dame, en ses braçe la prant,
Del palafroi la desis mantenant,
Sor la fontane l’a mis en seant.
E la dama ne boit qi n’oit gran talant.
Si sa lava le man e le vis ensemant.
Pois si a levé le çevo, si s’a guardé davant
E vide Machario venir esperonant,
E si estoit armé d’arme e de guarnimant.
Quando le vi, nen fo mais si dolant ;
Molto durament à lamenter se prant :
« Albaris, fait ela, el nos va malemant,
« Qe de ça ven li malvas seduant
« Par cui e son caçea del reame de Franc. »
Dist Albaris : « No vos doté niant ;
« Ben vo savero defendre à tuto me poant. »
Atant ecote vos li traitor seduant ;
Ad Albaris elo dist ennoiant :
« Tu no la po mener par nula ren vivant ;

Qu’une fontaine encontre à un pendant,(*)
D’une forest et mervillose et grant.
La voit la dame, à covoiter la prent,
A Auberi si a dit en oiant : (*)
« Auberis sire, et vos pri et demant
« A la fontaine que me metiés devant.
« Tant sui lassée de boivre en ai talent. »
Dist Auberis : « Vos parlés saigement. »
A pié descent dou palefroi amblant,
Vient à la dame, en sa brace la prent,
Dou palefroi la descent maintenant,
Lez la fontaine mise l’a en séant.
La dame en boit qui en ot grant talent,
Les mains se lave et le vis ensement.
Puis le chief leve, si a gardé devant
Et voit Macaire venir esperonant,
Tot armé d’armes et d’autre garnement.
Quant l’a véu, ne fu mais si dolens ;
Moult durement à dementer se prent.
« Aubris, fait ele, il nos vait malement, (*)
« Que deçà vient li malvais soduians
« Par qui sui fors dou réaume des Francs. »
Dist Auberis : « Ne vos doté noient ;
« Bien vos serai à mon pooir garans. » (*)
Atant es vos le cuivert soduiant ;
Ad Auberi si a dit en oiant :
« Tu ne l’en pues mener por rien vivant ;

« D’ele faro tot li mon talant.
— Nen fari, dist Albaris, por lo men esiant,
« Ançi çerchares del trençer de mon brant ! »

Coment Macario parole Albaris.

« Machario, dist Albaris, e no vos quer noier,
« Tu m’e por mal avenu darer,
« Por la raine qe m’e donea à guier.
« Quant li savera K. maino l’imperer,
« E li Danois, el dux N. de Baiver,
« Tot ton avoir no t’avera çoer
« Q’elo no te faça à dos fors apiçer.
« Torna arer, no ve dar engonbreir ;
« Ço qe tu pensi no te val un diner. »
Dist Machario : « Tu no la po mener,
« E se de ren tu la vo defenser,
« El vos estoit à mala mort finer. »
Quant Machario vi q’el no la vol bailer,
Decontra lui el ponçe son destrer.
E Albaris si fo pro e liçer ;
El tra la spea si le va calonçer.
Se Albaris aüst eu son corer,
Ben l’aüst defesa contra un çivaler.
L’un contra l’autre lasa le çival aler.
Albaris tent li brant forbi d’açer,

« D’ele ferai trestot le mien talent. » (*)
Dist Auberis : « Non fras, mien ensient, (*)
« Ains tasterés del trenchant de mon branc ! »

Coment Auberis parole a Macaire.

Dist Auberis : « Ja nel te quier noier,
« Tu m’es por mal avenus çà derrier,
« Por la roïne que je ai à guier. (*)
« Quant le sara l’emperere au vis fier,
« Et li Danois, et Naimes de Baivier,
« Tos tes avoirs ne te porra garder
« Que ne te face as forches encroer.
« Arrier te trai, ne querir encombrier ;
« Ce que tu penses ne te vaut un denier. »
Et dist Macaires : « Tu ne l’en pues mener,
« Et se de rien tu veus son cors tenser,
« Ja t’estovra de male mort finer. »
Quant voit Macaires que ne la vuet baillier,
Encontre lui vait poignant son destrier.
Et Auberis si fu preus et legiers ;
Trait a s’espée, si la vait chalengier. (*)
S’Auberis fust fervestus et armés, (*)
Bien la tensast encontre un chevalier.
L’un envers l’autre lait le cheval aler.
Auberis tint le branc forbi d’acier,

Dever Macario s’en vait cun çengler.
E Macario ponçe e broça li destrer,
E brandist l’aste à li fer d’açer.
Macario est armé de arme e de corer,
E Albaris non ait se no li branc d’açer,
Si q’el po mal cun Machario plaider.
Grant fu la bataile d’anbes dos çivaler.
L’omo q’e desarmé non val un diner
Contre celu qe oit son corer.
Machario fer Albaris de la lança plener ;
El non oit arme qel posa defenser,
Pormi le cors le mis l’espé d’açer,
Morto le çeta in le pré verdoier.
Quant la raina vi le pla si aler,
En tant como la vi la bataila durer,
Si durament se pris à spaventer
Entro le bois s’est alé afiçer
Q’el no la posa avoir ni reçater.
Tutora prega Deo, li vor justisier,
Qe guardi Albaris da mortel engonbrer.

Coment se conbate Macario con Albaris.

Quando la raina a veçu quelo stor,
A grant merveile ela oit gran paor,
Deo reclame, li maine criator,

Devers Macaire s’en vait come senglers.
Et point Macaires et broche le destrier,
Et brandist l’anste où ot bon fer d’acier. (*)
Cil est dou tot fervestus et armés,
Et Auberis n’ot fors branc d’acier, (*)
Si que mal pot à Macaire plaidier.
Grans fu la joste d’ambedeus chevaliers.
Hom desarmés ne vaut mie un denier (*)
Contre qui est armés et haubergiés. (*)
Macaires fiert Aubri un cop plenier ;
Et cil n’ot arme dont se péust tenser ;
Parmi le cors li mist l’espié d’acier,
Mort l’abati en l’erbe vert del pré.
Quant la roïne voit le plait si aler,
Tant come voit la bataille durer,
Si durement se prist à esmaier
Que ens el bois s’est alée afichier,
Que ne la puist avoir ne recovrer.
Or prie Dieu, le voir jouticier,
Qu’Auberi gart de mortel encombrier.

Coment se combati Macaires a Auberi.

Quant la roïne a véu cel estor,
A grant merveille ot ele grant paor.
Dont Dieu reclaime, l’umaine criator,

E la verçene polçele qi le faça secor.
En le gran boscho, en le maior erbor,
Ela se fiçe et à dol et à plor.
E quant Machario oit morto cil valvasor,
Elo reguarde environ et intor ;
Quant no la trove, el oit gran tristor,
De ço q’el oit fato el oit gran dolor.
El laso Albaris çasando à l’arbor,
Pres la fontane de la verde color ;
Arer retorne à la cort l’inperaor.
Ne cuita qe hom le saça ni grant ni menor.
E la raine s’en vait cun gran paor
Parme cel bois menando gran dolor.
Deo la condue qe fa naser le flor !
D’ele lairon trosqa un altro jor
Como en le bois duro gran langor.

Coment fu morto Albaris.

Or fo Albaris en le préo versé,
E son levrer sor lui fo acosté.
Le palafroi manue de l’erba por li pré.
Trois jorni stete le livrer q’el non oit mançé ;
Nen fo ma criatura in cesto mondo né
Qe son segnor aça meio pluré

Et sainte Vierge, que li face secors.
En la grant selve, ens el maior herbor (*)(*)
Ele se fiche et à dol et à plor.
Et quant Macaires ot mort le vavasor,
Il se resgarde environ et entor ; (*)
Quant ne la trove, il en ot grant tristor,
De ce qu’ot fait si ot il grant dolor.
Auberi laisse gisant emmi l’herbor, (*)
Lez la fontaine dont vers est la colors ;
Arier s’en torne à cort l’emperéor.
Séu n’ert cuide de grant ne de menor.
Et la roïne s’en vait à grant paor
Parmi le bois demenant grant dolor.
Diex la conduie qui fait naistre la flor !
D’ele lairons trosqu’à un autre jor
Si com el bois endura grant langor.
 

Coment fu mors Auberis.

Or est Aubris ens el prael versés,
Et ses levriers sor lui fu acostés.
Li palefrois paist l’herbe par le pré.
Trois jors i fu levriers sans mangier ;
El mont ne fu nus hom de mere nés
Qui son segnor ait onques miex ploré

Con cel levrer qe tant l’oit amé.
E quando tros jorni furent trapasé,
La fame fo si grande à le levrer monté
N’en pote plus ilec avoir duré.
Dever Paris elo fo açaminé.
Tant est alé q’el fo à la cité,
Ven al palés, monto sor le degré.
E fo à cel ore q’el estoit aparilé,
A le table erent le çivaler aseté.
Quant le levrer fo sor la sala monté,
Elo reguarda avanti et aré ;
O vi Machario, cela part est alé
O il estoit as tables aseté.
Sovra la table fo le levrer lancé,
Entro le vis li oit asaçé
Si le dono una gran morsegé.
E pois n’oit pris di pan quanti n’oit saçé,
Via s’en vait quant le cri fo levé.
A son segnor elo fo retorné,
O il estoit en le canpo versé.
Et Macario remis à la tabla navré.
Çascun qe le véoit se n’est amervelé,
E da plusur fo le levrer guardé,
Qe entro soi ont dito e parlé :
Se Albaris fust arer retorné
Qe cum la roine l’oit K. envoié ?
Al son levrer qu’el est asomilé.

Que cil levriers, qui tant l’avoit amé.
Et quant trois jor furent si trespassé,
Trop grans fains a le levrier sormonté
Que plus lonc tens ne pot illec durer.
Devers Paris s’est droit acheminé.
Tant a erré qu’il vint en la cité,
Al palais cort, si monte les degrés.
Et fu à l’ore qu’il ert aparillié,
Qu’as tables erent li baron asegié.(*)
Quant li levriers en la sale est montés,
Il se resgarde et avant et arrier ;
Où voit Macaire, cele part est alés
Où li traïtre ert assis au disner. (*)
Li levriers s’est sor la table eslaissé,
Parmi le vis a Macaire adesé,
Et en la char forment l’a entamé. (*)
Puis dou pain prist tant qu’il en ot asés,
Sa voie en vait quant li cris fu levés, (*)
A son segnor si en est retornés
Là où il ert emmi le champ versés.
Et cil remest à la table navrés.
Nus ne le voit n’en soit esmerveillés,
Et des plusors fu li chiens esgardés,
Qui entre soi ont et dit et parlé :
Se Auberis fust ariere tornés
Qu’o la roïne ot Kalles envoié ?
Qu’au suen levrier cil a moult resanlé.

E Macario fo à sa mason alé,
Por mires mande qe le ont bindé.
E Macario oit sa gent apelé.
« Segnur, fait il, se de nient m’amé,
« Quant eo sero à li palais alé
« Et à table eo sero aseté,
« Se quel levrer sera reparié,
« Çascun de vos aça un baston quaré ;
« Faites qe à moi el non soia aprosmé. »
E cil le dient : « Volunter e de gré ;
« Nu faron ben la vostra volunté. »
E li can oit de cel pan mangé
Qe il avoit de la tabla porté.
Terço çorno stete q’el non fo sevré,
E quant il oit la fame asa duré,
Dever la cort el fo açaminé
Pur à quel ore qu’il estoit parilé.
Et Macario estoit à le table aseté ;
Ancora avoit le viso inbindé.
Venu estoit à la cort e si se fo mostré
Por qe la gent n’aust mal pensé.
E le livrer fo sor li palès monté,
Tosto el fust à Macario alé,
Quant cele jent da li baston quaré
Le escrient, si le done de gran colé.
E li can fu à la tabla alé,
Prende di pan, si fo via scanpé,

Et fu Macaires à son ostel alés ;
Mires manda, qui sa plaie ont bendé. (*)
Et a Macaires sa gent si apelé.
« Segnor, fait il, se de noient m’amés,
« Quant au palais je serai retornés
« Et que serai as tables asegiés,
« Se ancor fust cil levriers repairiés,
« Chascuns de vos ait un baston quarré ;
« Faites qu’à moi ne soit aproïsmés. »
Et cil li dient : « Volentiers et de gré ;
« Bien ferons nos la vostre volenté. »
Et li chiens ot de celui pain mengié
Qu’il en avoit de la table porté.
Trois jors remest, que n’en est desevrés,
Et quant il ot la fain assés duré,
Devers la cort se rest acheminé
Droit à cele ore qu’il ert aparillié.
Et ert Macaires à la table asegiés ;
Ancor avoit le vis enmalolé. (*)
A la cort ert venus, si s’ert mostré
Por que la gent nen éust mal pensé.
Et est li chiens sus el palais montés,
Et vers Macaire se fust tost eslaissié,
Quant cele gent o lor bastons quarrés
Forment le hue et de grans cops le fiert. (*)
Et à la table s’en est li chiens alés,
Dou pain a pris, si s’en est eschampé,

Dont tot jent en fo amervellé.
A son segnor el fo reparié.

Coment N. parlo a K.

Naimes apella l’inperaor Karlon.
« Mon sir, fait il, entendés ma rason :
« Questa mervil jamais non vi nul hon.
« Se m’en créés, nu si en la faron :
« Nu seren parilés çivaler e peon,
« Quant le livrer vira, qe nu le seguiron.
« Non e sença mervile de ço qe nu veon. »
Dist l’inperer : « A Deo beneçion. »
E le levrer non fi arestason ;
Quant avoit fame, non fe demorason,
A Paris vene, como auseson.
Quant fo al palès, sor le mastre doion,
Le levrer guarde entor et environ,
Por veoir Macario se el poust o non.
E qui qi aient en ses man li baston
Feru li aust, sel non fu Naimon
Qe le contrarie si le crie ad alto ton :
« No le toçés por li oeli del fron. »
Cil le tasent, o il volist o non.
E l’inperer el duc Naimon,
E li Danois cun molti altri baron,

Dont tote gent se prist à merveiller.
A son segnor est chiens repairiés.

Coment Naimes parole a Kallon.

Naimes apele l’emperéor Kallon.
« Sire, fait il, entendés ma raison :
« Itel merveille ja ne vist mais nus hon.
« Se m’en créés, nos ensi la ferons :
« Nos serons prest, chevalier et péon,
« Quant li levriers venra, que le sivrons.
« N’est sans merveille de ce que nos véons. »
Dist l’emperere : « A Dieu benéiçon. »
Et li levriers ne fist arrestison ;
Quant il ot fain, ne fist demorison,
A Paris vint, si com oï avons.
Quant au palais fu, el maistre donjon,
Li chiens esgarde entor et environ
Se il péust véoir Macaire o non.
Et cil qui ont en lor mains le baston
Ja le ferissent, quant Naimes li preudon
Les contralie, si lor crie à haut ton :
« Ne le touchiés por les .ii. iex dou front. » (*)
Et cil le laissent, o volsissent o non.
Et l’emperere le bon duc Naimon,
Et li Danois o moult d’autres barons,

A çival montarent qi tot meio poon,
E seguent li cam à força et à bandon.
Tant alirent, q’i no demoron,
Qe à li bois li s’aprosmon
Unde gran fle de lo morto venon,
E voit le can qe sor lui s’areston.
Quant i le voit, arer se traon.
Porme li pré i guardent e veon,
Li palafroi d’Albaris coneon ;
Quant i le voit, grant dol en demenon.

Coment atrovent Albrais mort.

Quant l’inperer oit pris à guarder,
Conoit li palafroi d’Albaris en primer,
Et in apreso conoit li levrer,
Çascun començe altament à crier :
« Questo e gran dalmaço, nobel enperer ! »
K. apela dux N. de Baiver :
« Conselés moi, je vos voio en proier. »
E dist N. : « Questo no se po çeler
« Qe la justisie si fait li levrer ;
« Colu q’el plu ait sa tot le mester :
« Ora faites Macario pier,
« Q’el vos savera tot li voir conter.
« E à Paris faron li corpo aporter

Es chevaus montent qui miex miex, à tenson, (*)
Et le chien sivent à force et à bandon.
Tant sont alé, n’i font demorison,(*)
Que au bois sont arivé de randon,
Dont flairors ist dou mort à grant fuison, (*)
Et le chien voient ester sor lui amont.
Quant l’ont véu, ariere trait se sont.
Parmi le pré esgardent environ,
Le palefroi d’Aubri conéu ont ;
Quant l’ont véu, en font grant plorison.(*)

Coment Auberi atrovent mort.

Quant l’emperere se prent à esgarder,
Le palefroi d’Aubri conoist premier,
Et en après si conoist le levrier.
Chascuns comence hautement à crier :
« Hé ! gentis rois, ci a grant encombrier ! » (*)
Kalles apele duc Naimon de Baivier :
« Conseillés moi, je vos en voil proier. »
Et dist dus Naimes : « Ja ne se puet celer
« Que la joutice si a fait li levriers ;
« Cil que plus het en sait tot le mestier :
« Macaire faites de maintenant cobrer, (*)
« Que tot le voir vos en saura conter.
« Et à Paris ferons le cors porter

« E altament li faron enterer,
« De la justisie pois averon demander. »
Dist l’inperer : « Vu parlés como ber ;
« Ço qe vos plait non voio contraster. »
Adoncha fait Machario pier,
A soa jent ben le fait guarder.
Li corpo e fraido, nul homo li voit toçer ;
Erbe prendent oliose e cler,
Al meio qe il poit le fi à Paris porter,
Con gran honor le font enterer.
Do ! cun le plure peon e çivaler,
Dame e polçele e petit baçaler !
Quando fo seveli, li rois retorna arer
Et avec lui dux N. de Baiver.
Tota la jent començent à crier,
Pur de justisia prendent à roier.
E li rois se fait Macario amener.
« Machario, fait il, molto me poso merveler
« Quando eo t’oldo à tota jent acuser
« De la mort d’Albaris qe era pro e ber ;
« Droit al can te veço calonçer.
« Se tu as morto Albaris, qe est de ma muler
« Qe Albaris eo la dea mener
« En estranço païs por mon cor vençer ? »
Dist Macario : « Bon rois, lasez ester ;
« Queste parole à moi aderasner.
« Mais no le fi ne no l’avi enpenser ;

« Et hautement le ferons enterrer,
« De la joutice puis vorrons demander. »
Dist l’emperere : « Vos parlés come ber ;
« Ce que vos plaist ne voil je contrester. »
Adont Macaire fait maintenant cobrer,
Et à sa gent si l’a fait bien garder.
Li cors est frois que nus n’i vait toucher ;
Herbes ont pris qui moult flairent souef,(*)
Au miex que poent l’ont à Paris porté,
A grant honor le font il enterrer.
Diex ! com le plorent péon et chevalier,
Dames, pucelles et petit bachelier !
Quant fu en terre, li rois retorne arier, (*)
Ensamble o lui dus Naimes de Baivier.
Tote la gent comencent à crier,
Por Dieu joutice se prenent à rover.
Et se fait Kalles Macaire amener,
Et si li dist : « Moult me puis merveiller
« A tote gent quant je t’oi demander(*)
« La mort Aubri qui tant ert preus et ber, (*)
« Et droit au chien te voi je encorper.
« S’Aubri as mort, que est de ma moillier
« Que li donnai à conduire et mener
« En terre estrange por nostre cors vengier ? »
Et dist Macaires : « Boins rois, laissiés ester ;
« Ceste parole me laissiés deraisnier.
« Mais ne le fi ne ne l’oi en pensé ;

« E qi de ço me vole calonçer
« Apresté sui por bataia proer. »
A ste parole vint N. de Baiver,
Oldi li traito si altament parler
Por li so parenté no le olsa nul contraster.
N. le guarda, n’ait en lui qe irer,
El dist al roi : « Or le lasez aler,
« E prendés conseil da li ves çivaler.
« De le çuçer fari à son loer
« E se por paure vu ve retra arer,
« Nen seri degno d’eser mai enperer. »

Coment li Rois prist consil.

Li enperer nen demoro ne mie ;
Fe asenbler tota sa baronie,
E furent plus de cento de gran çivalerie ;
Sor li palès de la sala antie
Fu asenblés, qi ne plançe ne rie.
« Segnur, dist li rois, nen lairo nen vo die
« Fato m’estoit una gran stoltie :
« Calonçé m’estoit ma muler donde son vergognie,
« Ne morto Albaris, don son gramo e irie.
« Concelés moi, e vos demando e prie,
« Ne non guardés por paure d’omo qe sie. »
Quant li baron ont la parola oïe,

« Et qui de ce me vorra encorper,
« Vez moi tot prest par bataille prover. »(*)
A ces paroles vint Naimes de Baivier ;
Le gloton ot si hautement parler
Por son lignage nus n’ose i contrester.
Naismes l’esgarde, n’ot en lui qu’aïrer,
Et dist au roi : « Or le laissiés aler ;
« Conseil prenés des vostres chevaliers.
« De lui jugier feriés à son loier ;
« Se por paor vos retraiés arier,
« N’estes mais dignes de corone porter. » (*)

Coment li Rois prist conseil.

Li emperere nen a demoré mie ;
Fist asenbler tote sa baronie.
Plus de cent furent de grant chevalerie ;
Sus el palais, en la sale votie (*)
Asenblé furent, qui qu’en plort o en rie.
« Segnor, dist Kalles, ne lairai vos die
« Faite me fu une grans estoutie :(*)
« A grant vergoigne ma moillier chalengie, (*)
« Mors Auberis, dont en ai l’ame irie. (*)
« Conseillés moi, si vos demant et prie
« N’aiés paor d’ome qui soit en vie. »
Quant li baron ont la parole oïe,

Mal aça quel qe un moto en die.
Por li traitor çascun si s’omilie,
Tant dotent la soa segnorie.

Coment N. parole.

Tot primeran N. oit parlé :
« Çentil rois sire, e voio que vu saçé
« De li baron qi son qui asenblé
« E veço ben tuta sa volunté,
« Qe por paure cascun se trait aré,
« Tant dotent di traiti la poesté ;
« Mais eo diro un poi de mon pensé.
« Qui de Magançe son grandi e honoré ;
« En Alamagne non e meio enparenté,
« Ne non est homo en la cresteneté
« Qe sego volust faire bataia en pré ;
« Et laser la justice seroit gran peçé.
« Un conseilo eo donaro segondo ma volunté,
« E non cre qe da nul eo en sia blasmé.
« Q’el se prenda Macario qi n’est calonçé,
« E in guarnelo elo sia despoilé,
« E in man aça un baston d’un braço smesuré,
« E sor la plaça soia fato un astelé ;
« Machario e li can soia dentro mené,
« Co est li can d’Albaris, qe fo morto trové,

Mal de celui qui un sol mot en die. (*)
Por le cuivert chascuns si s’umelie,
Tant ont doté la siene segnorie.

Coment Naimes paroloit.

Tot primerains a dus Naimes parlé :
« Gentis rois sire, ne le vos quier celer,
« De ces barons qui sont ci assemblé
« Et voi je bien tote lor volenté,
« Que por paor chascuns se trait arier,
« Des traïtors tant dotent la posté ;
« Mais je dirai un poi de mon pensé.
« Cil de Maience sont grant et honeré ;
« En Alemaigne n’est miex enparentés,
« Ne nen est hom en la crestienté
« Qu’à eus volsist faire bataille en pré ;
« Et de laissier joutice, ert grans pechiés.
« Conseil donrai selonc ma volenté,
« Et ne croi mie de nul en sois blasmés. (*)
« Pris soit Macaires qui en est apelés, (*)
« Et en bliaut si soit il despoilliés, (*)
« Et d’une brace ait baston mesuré,
« Et sor la place si soit fais uns plaissiés ; (*)
« Il et li chiens soient dedens mené,
« Li chiens Aubri, qui fu mors atrovés,

« Donde Macario n’estoit calonçé,
« Si cum li can li oit au en aé.
« Se li can est vinto, el soia delivré.
« E se Machario e por lui afolé,
« De mantenent el soia çuçé
« Como traites e malvasio renoié. »
Quant qi qe erent à li conseil privé
Oldent N. coment ont parlé,
Çascun li oit molto ben agraé,
Ne le fo nul qe se traïst aré.
Meesmo li rois li oit otrié.
Li parenti de Machario en fon çoiant e lé ;
N’en cuitoit mie le fato fose si alé
Qe por un can fose vinto ni maté.

Coment Macario fe li bataille com li cam.

Çoiant fo li parenti Gainelon
Del çuçement c’oit dito Naimon ;
N’en cuitoit mie si alast la rason
Qe por un can fose vinto un tel baron.
E l’inperer qe K. oit non
N’en volse fare nula demorason.
Desor la place, davanti li dojon,
Una gran stele a fait lever en son,
Molto ben sera entorno et environ.

« Dont puis en fu Macaires encorpés,
« Si com li chiens l’éust coilli en hé. (*)
« S’il vainc le chien, si soit il deslivrés ;
« Et si Macaires est dou chien afolés,
« De maintenant à mort soit il jugiés
« Come traïtre et malvais renoiés. »
Quant cil qui là sont al conseil privé
De Naimon oient coment il ot parlé,
Chascuns li ot sa parole gréé,
Ne nus n’en fu qui se traïst arier.
Li rois méismes bien li ot otrié.
Et de Macaire li parent en sont lié ;
Ne cuident mie li plais si fust alés
Que par un chien fust vaincus ne matés.

Coment Macaires fist la bataille avec le chien.

Joiant en sont li parent Ganelon
Quant oï ont le jugement Naimon ;
Ne cuident mie si alast la raisons
Qu’uns chiens péust mater un tel baron.
Et l’emperere qui Kallon ot à non
Ja n’en vout faire nule demorison.
Emmi la place, par devant le donjon,
Un grant plaissié a fait lever en son,
Moult bien serré entor et environ.

Pois fa crier un bando, qe, s’el fose nul hon
Qe la pasese, sença redencion
Apendu ert à fors como laron ;
Çascun guardi la bataile in pax, sença tençon.
Adoncha li rois non fe arestason :
Tot primeran Machario prendon,
En guarnelo i le despoleron
E in sa man li dono un baston
Qe de un braço estoit voire lon ;
Elo no li n’oit nul autre guarison.
Quant a ço fato, in la stalea li meton,
E pois le mis le levrer, qi ne pisi o non.
Quant le levres fo dens, el se guarda environ ;
O vi Machario, el se core à randon.

Coment li can vait sovra Macario.

Quando li can oit Machario véu,
Sovra li cor cun li denti agu
E por li flanco elo l’oit prendu.
E cil li oit cun li baston feru
Una gran bote e por flanco e por bu.
E cil a lu fer cun li denti agu.
Si grande fo la bataile, n’en fo maior véu.
Tota la jent qe in Paris fu
Por véoir la justisie sont à la plaça venu.

Puis fait crier un ban : que, se nus hon (*)
Le trespassast, sans nule raençon
A forches ert apendus com larron ; (*)
En pais, sans noise, la bataille esgart on.
Adonc li rois ne fist arrestison :
Tot primerains Macaire cobré ont,
Sol en bliaut si despoiller le font
Et en sa main li donent un baston
Qui une brace avoit sans plus de lonc ;
Si nen ot il nule autre garison.
Quant ont ce fait, ens el plaissié mis l’ont,
Puis le levrier, qui qu’en poist o qui non.
Quant furent ens, li chiens garde environ ;
Où voit Macaire, là cort il de randon.

Coment li chiens vait sus a Macaire.

Quant ot li chiens Macaire apercéu,
Des dens agües li est sore coru (*)
Et par le flanc si l’a aconséu. (*)
E cil li ot dou baton referu(*)
Une grant bote et par flanc et par bu.
Et cil des dens agües l’a mordu.
Grans fu l’estor, n’en fu maior véus.
Tote la gent qui dedens Paris fu
Por la joutice véoir i sont venu.

Qe tot quant ont levé li u,
E braent e crient : « Santa Maria, aiu !
« Ancoi ne soia la verité véu ;
« Por Albaris mostrez vestra vertu. »
Si grant fu la bataile, n’en fo tel véu
Como en quel çorno en furent mantenu.
Quant li parenti Macario se ne aperçéu,
Dient ensenbre : « Cun nu son decéu !
« Par un can demo eser confondu ? »
Un de lor fu sor la stalea salu ;
Dentro fust alé, quant esclamé li fu
Qe mantenent elo sia pendu
Entro quel lois o il estoit salu.
Quant cil l’intent, en fua fo metu.

Coment fu grant la bataille.

Va s’en li traito, no se volse entarder.
Quando li rois fait un bando crier
Çascun de qui qi le pora pier
Li rois li fara mile livre doner.
Quant un vilan oldi li banoier
Qe venoit da la vile à comparer,
A la cité por comparer soler ;
En sa man oit un baston de pomer ;
Elo l’intopo al pasar d’un plaçer,

A une vois tuit ont levé le hu,(*)
Braient et crient : « Sainte Marie, aiu !(*)
« Ancui en soi li voirs apercéus ;
« Por Auberi mostrés vostre vertu ! »
Grans fu l’estors, n’en fu mais tés véus(*)
Si come l’orent celui jor maintenu.
Quant li parent Macaire l’ont véu,
Dient ensemble : « Com sommes decéu !
« Déussions estre par un chien confondu ? »
Sor plaissié uns des lor saillis fu ; (*)
Ens fust alés, quant escrié li fu
Que maintenant soit il pris et pendus
En celui lieu où il s’ert embatu. (*)
Et cil s’en fuit, quant il l’ot entendu.(*)

Coment fu grans la bataille.

Vait s’en li glous, ne se vout atargier.
Atant li rois a fait un ban crier
Chascun de cels qui le porra cobrer,
Il li fera mile livres doner.
Quant uns vilains oï le banoier
Qui de la vile venoit à comperer,
A la cité por soliers achater ;
En sa main ot un baston de pomier ;
Il l’en arreste au passer d’un placer, (*)

Sovra li cor si le voit à pier,
Por li avoir de voire guaagner.
Davant li rois li vait à presenter.
Li rois le vi, molto li parse agraer ;
Le mile livre li fait doner.
Pois fait celu e prender e liger ;
En cele lois o il volse paser
Por la gorça elo li fe apiçer,
E pois apreso et arder e bruser.
Gran dol n’oit qui del so parenter ;
Mais por li rois i no olsa mostrer.
Que la bataile fo tanto dura e fer
Non est nul homo qe le poust conter.
A l’ademan apreso li vesprer
Si ne duro la meslea e li çostrer.

Coment fu grant la bataille tra M. e li can.

Gran fu la meslée entro Machario e li can ;
Major non vi nesun homo vivan.
Lo can li morde por costes e por flan,
E cil le done de li baston sovan
Porme la teste, si qe n’ese li san.
Qui de Magance ne fo en gran torman ;
Voluntera atrovast paro qe fust avenan

Sore li cort et si le vait cobrer,
Tot por l’avoir et deniers gaagner.
Devant le roi l’a en present mené. (*)
Li rois le voit, moult li fait à gréer ;
Les mile livres li a fait deslivrer.
Puis fait celui et prendre et loier ;
En celui lieu où il vout trespasser
Si le fait il par la gueule encroer,
Et en après et ardoir et brusler.
Grant duel en ont cil de son parenté ;
Mais por le roi ne l’osassent mostrer.
Et fu l’estors et si durs et si fiers
Nen est nus hom qui le péust conter.
A l’endemain dusques à l’avesprer
Si en dura l’estris et li joster.

Coment fu grans la bataille d’entre Macaire et le chien.

Entre ambedeus fa la bataille grans ;
Maior ne vi nus hom el mont vivant.
Li chiens le mort par costés et par flans,
Et cil li done del baston moult sovent
Parmi la teste, si que en ist li sans.
Cil de Maience en sont en grant torment ;
Bien atrovassent pais que fust avenans

Por oro et avoir e diner e besan ;
E li rois çura Deo e meser san Jouan
Qe no li valira tuto l’or qe fu an
Q’el non sia çuçés, sel vinçe li can,
Arso en fois o apendu al van,
Al plasir son baron fara li çuçeman.
Grande fo la bataile tuto jor man à man ;
Et li levrer li va si adestan
Qe Macario è si laso estan
No se po aider ni de pe ni de man.
Por ira e maltalent li va sovra li can,
Entro le viso le mordi si fereman
Le pomel de la golta li tole toto quan.
E Macario si brait e crie alteman :
« O estes vos alé, tot li me paran,
« Qe no me secorés encontre da un can ? »
Dist l’inperer : « I te son da luntan.
« Mal veisi Albaris e madama enseman,
« Qe onceisi à dol e à torman. »
Volez oïr, segnur, coment l’a fe li can ?
Sovra Machario el va por maltalan,
A la gola le prist sil ten si fereman
Qu’elo l’abati en tera à li plan.
E cil cria merci por Deo e por li san :
« O çentil rois, nobele e sovran,
« No me lasar morir à tel torman !
« Fa moi venir un qualche çapelan,

Par or, avoir, et deniers et besans ;
Mais li rois jure et Dieu et saint Jehan
Ne li vaura tos l’ors qui fu antan
Ne soit jugiés, sel chiens le vait vaincant,
Et ars en feu ou apendus au vent,
Com si baron feront le jugement.
Tote jor fu main à main l’estors grans ;
Et li levriers le vait si adesant
Que est Macaires si las en son estant
Ne puet s’aider ne de pié ne de main.
Vait sus li chiens par ire et mautalent,
Parmi le vis le mort si fierement
Que de la joue le pom li taut tot quant.
Et brait Macaires et crie hautement :
« Où estes vos alé, tuit mi parent, (*)
« Qu’encontre un chien ne m’estes secorant ? » (*)
Dist l’emperere : « De toi sont il lointain. (*)
« Mar vis Aubri et ma dame ensement,
« Que as ocis à duel et à torment. »
Oés dou chien com se va combatant :
Sore à Macaire cort il par mautalent,
Au col le prent sil tient si fierement
Que à la terre le vait jus abatant. (*)
Et cil por Dieu en vait merci criant :
« Hé ! gentis rois qui sor tos es poissans,(*)
« Ne me laisser morir à tel torment !
« Un confessor me mandés maintenant,(*)

« Qe voio conter tot li mon engan. »
Li rois l’intende sin fo legro e çoian.
L’abés da San Donis fa apeler mantenan ;
Et cil le vene voluntera por talan.

Coment K. fa apeler l’abés.

Le enperer nen fo pais demoré ;
L’abés da San Donis el oit demandé,
E cil li vent voluntera et de gré.
Li rois li oit in la stelea mandé,
O li can tent Macario seré
N’en poit mover ne le man ni le pé.
Cun bocha avoit molto planeto parlé.
E l’abes quant li fo acosté,
Elo l’oit por rason demandé
S’elo vole dire la verité,
Q’elo soit ben cun l’ovra est alé
Segondo cun la raina li avoit conté.
Dist Machario : « Ora me confesé
« Si me asolveri de tot li me peçé,
« Qe je so ben qe son à mort çuçé
« E poco me vara toto me parenté. »
Dist l’abes : « Si grant e li peçé
« E cuito ben qe dites verité ;
« Ma no por tanto, se le vor contaré

« Conter li voil tot mon engignement. » (*)
Li rois l’entent, s’en fu liés et joians.
De Saint Denis l’abé mande à itant ;
Et cil i vient volentiers, tot errant.(*)

Coment Kalles fait apeler l’abé.

Nostre emperere ne s’est mie atargié ;
De Saint Denis l’abé a tost mandé,
Et cil i vient volentiers et de gré.
Et l’ot li rois ens el plaissié mandé,
Là où li chiens tient Macaire serré
N’en puet movoir ne la main ne le pié.
De la bouche a bassetement parlé. (*)
Et quant li abes fu lez lui acostés,
Il l’araisonne si li vait demander
S’el a voloir de dire verité,
Que bien sait il com de l’oevre est alé
A ce que l’ot la roïne conté.
Et dist Macaires : « Ore me confessés
« Si m’asoilliés de tos les miens pechiés,
« Que je sai bien que à mort sui jugiés
« Et poi me valt tos li miens parentés. »
Et dist li abes : « Si grans est li pechiés
« Et cuit je bien que dites verité ;
« Mais neporquant, se le voir en contés,

« Por amor de la vestra nobilité
« Li rois avera de vos merçe e piaté.
« E da moi meesme el ne sera proié.
« Ma e voio, quant vos li contaré,
« Qe li roi soia qui aloga acosté
« Et le dux N. e des autres asé,
« Ni altrement n’en serisi amendé,
« Ni an li can no t’averoit lasé ;
« Qe questo e un miracolo de Dé :
« Quando un can a un tel homo afolé,
« Donqua volt il qu’el se saça li peçé
« Da tota jent, e da bon e da ré. »
Dist Machario : « Faites ves volunté. »
Adoncha l’abes oit li rois clamé
E le dux N. del ducha de Baivé
Si le fe venir totes, e boni e ré,
Por de Machario oldir li peçé.
Ça oldirés coment il oit ovré
Celle malvès qe in mal ora fu né.
Dist l’abes : « Ora si comencé,
« Dites le voir e no mel çelé,
« Qe je so ben cun l’ovra est alé,
« Qe la raine ben me l’avoit conté
« Ço qe tu fisi e davant e daré. »
Dist Macario : « Non diro falsité,
« Ma faites tanto qel can m’aça lasé. »
Dist li rois : « Vu avi ben falé,

« Tot por l’amor de vo nobilité
« Aura de vos l’emperere pité.
« De moi méisme en sera il proié.
« Mais si voil je, quant vos le conterés,
« Li rois soit ci prendroit acostés (*)
« Et li dus Naimes et des autres asés,
« Que autrement n’en seriés amendés
« N’onques li chiens ne vos auroit laissié,
« Que ci a voir un miracle de Dé :(*)
« Quant par un chien fu tés hom afolés,
« Donques vuet il séus soit li pechiés
« De tote gent, et des boins et des mels. » (*)
Et dist Macaires : « Faites vo volenté. »
Donc à le roi li abes apelé
Et duc Naimon dou duché de Baivier,
Ses fist venir trestos, et boins et mels,
Por de Macaire entendre le pechié.
Or orrés ja coment il ot ovré
Li fel traïtre qu’en male ore fu nés.
Et dist li abes : « Ore si comencés,
« Dites le voir, et ne me soit celés,
« Que je sai bien com de l’oevre est alé,
« Que la roïne bien me l’avoit conté
« Ce que fesis et devant et derrier. »
Et dist Macaires : « Ne dirai fauseté,
« Mais faites tant que m’ait li chiens laissié. »
Et dist li rois : « Tu as bien meserré ; (*)

« Nen seri lasé si diri verité. »
Adonqua Macario avoit comencé
A dire tot li so peçé
Coment oit ovré avant et aré.

Coment M. se confese da l’abés.

Adoncha Machario començo primemant
A dire de la raine o fi li parlament
Tot en primera en le çardin verdoiant,
Como d’amor li aloit derasnant
E como à lui respose vilanement.
Si le dist del nan tot li covenant :
Como li mando à parler primemant,
Et in apreso le dise ensemant
De la çanbre, et cum per li so comant
Entro en le leto por maltalant,
Por acuser la raine e far li noiamant ;
E como en le fois le çïto voiremant
A ço qe de l’ovre no s’en saüst niant.
E quant la raine vide aler avant,
Qe Albaris li menoit, n’en fo ma si dolant
Q’ela non fo brusea à li fois ardant.
E, quando vide ce, prise son guarnimant,
Arer li alo, armé sor l’auferant,

« Ne te laira, si diras verité. »
Adonques a Macaires comencé
Si a gehi trestot le suen pechié
Com ovré ot et avant et arier.
 

Coment Macaires se confesse a l’abé.

Adonc Macaires comença erranment
De la roïne où fist le parlement
Tot primerains el jardin verdoiant,
Si com d’amor l’en aloit requerant
Et com à lui respondi laidement. (*)
Si dist del nain trestot le covenant :
Com li manda parler premierement,
Et en après si a dit ensement
Et de la chambre, et com par son comant
Dedens le lit entra par mautalent
A la roïne por faire nuisement ; (*)
Et com el feu le jeta voirement
Por que de l’oevre séu ne fust noient.
Et quant aler vit la roïne avant,
Que l’en menoit Aubris, plus fus dolens
Qu’ele ne fust bruïe el feu ardent.
Et quant ce vit, il prist son garnement,
Si l’enchauça, armés sor l’auferrant, (*)

Por avoir la raine à li so comant,
Quando Albaris la defese çentilmant,
Unde l’oncis à l’espea trençant.
« De la raine ne vos so dir niant,
« Q’ela à moi despari si davant
« Ne la poti veoir ni trover de niant.
« En cele bois se fico merviloso e grant,
« Et eo m’en retorne, non fe arestamant.
« De ço qe avea fato, en fu gramo e dolant ;
« Deo no me perdoni se lo fo altremant. »
Dist li rois : « Tu m’a fato dolant,
« Caloncé ma muler c’amava dolçemant :
« Uncha non sie rois ni corone portant,
« Nen mançaro unqes à mon vivant
« Si veroie de lu le çuçemant !
« N., dist li rois, queste mal seduant
« Traï a ma muler par son inçantemant.
« Morto m’oit Albaris qe eo amava cotant ;
« De le çuçement m’alez conselant. »
E dist N. : « Nu faron saçemant.
« Nul faron prendre à grant çival corant,
« Por Paris li faron trainer inprimemant
« E pois li faron arder à fois ardant ;
« E de ses parentés nesun dira niant.
« De lor meesme nu faron altretant. »
Cascun escrie : « El parla çentilment. »
Ancora li can lo ten si stroitemant

Par la roïne avoir à son talent,
Quant Auberis la tensa gentement,
Dont il l’ocist à l’espée trenchant :
« De la roïne, n’en sai dire noient
« Que si s’en ert fuïe de moi devant
« Ne la poi voir ne trover tant ne quant. (*)
« El bois se fiche et merveillos et grant,
« Et je m’en torne, n’i fis arestement.
« De ce qu’oi fait, en fui grains et dolens ;
« Diex ne m’absoille se le fis autrement. »
Et dist li rois : « Tant m’as tu fait dolent,
« Reté m’oissor qu’amoie dolcement, (*)
« Ne soie onc rois ne corone portant, (*)
« Ne mengerai onques à mon vivant (*)
« S’aurai de toi véu le jugement ! (*)
« Naimes, dist Kalles, cil malvais soduians
« Traï m’oissor par son enchantement,
« Mort m’a Aubri que paramoie tant ;
« Dou jugement alés moi conseillant. »
Et dist dus Naimes : « Fesons le sagement.
« Fesons le prendre à grant cheval corant,
« Parmi Paris trainer premierement (*)
« Et en après ardoir en feu ardent ;
« Des suens parens nus n’en dira noient.
« Méisme d’eus ferions nos autretant. »(*)
Chascuns s’escrie : « Il parle gentement. »
Encor le tient li chiens estroitement

El no s’en poit corler de niant,
Quant li enperer li proie dolçemant
Por son amor elo li vada lasant.
E cil le fe à li ses comant.
Cun faroit criature qe aüst esiant,
Si se fe li can toto li so comant.
E quant li oit delivré voiremant,
Avanti que l’abe faist desevramant,
Si le segno si le dono penetant.
 

Coment fu çuçé Machario.

Segnur, or entendés como ovro l’inperer
Por li conseil dux N. de Baiver :
Machario fait pier tot en primer
E à çivals elo lo fait trainer
Par tot Paris e davant e darer.
Darer lui vait péon e çivaler,
Piçoli e grandi, garçon e baçaler,
Si grandement e uçer e crier.
Çascun disea : « Mora, mora le liçer
« Qe de la raina volse far vituper,
« E que ancis Albaris, li meltre baçaler
« Qe se poust en Paris atrover ! »
Ensi le moine e davant e darer.

Si que croler ne s’en puet tant ne quant,
Quant l’emperere le proie doucement
Que por s’amor il l’en voise laissant.
Et cil le fist tantost, al suen commant.
Com criature qui éust escient,
Si fist li chiens trestot le suen commant.
Et puis que l’ot deslivré voirement,
Ainçois que l’abes fesist desevrement,
Il le seigna si le fist penéant.(*)

Coment fu jugiés Macaires.

Oiés, segnor, que fist Kalles li ber
Par le conseil duc Naimon de Baivier :
Macaire fait cobrer tot en premier
Et à roncins le fait il traïner
Par tot Paris, et devant et derier.
Après lui vont péon et chevalier, (*)
Petit et grant, garçon et bachelier,
Moult hautement et huchier et crier.
Chascuns disoit : « Muere li pautonniers
« Qui la roïne vout honnir et grever
« S’ocist Aubri, le meillor bachelier
« Que se péust en Paris atrover ! »
Ainsi le menent et devant et derier.

Quant a ço fato, retorna à li plaçer ;
Ilec fait un gran fois alumer.
Ilec le fi e arder e bruxer.
Parenté q’el aust ne le pote contraster.
Quant a ço fato, si le fe enterer.
Qui de Magance n’avoit grant vituper.
Or laseron de lui qui loga ster ;
Segondo l’ovre n’oit eu son loer.
A Paris remist K. maino l’inperer,
Dolent fu [de] Blanciflor sa muler,
E d’Albaris q’il avoit molto çer,
E de Macario q’era so çivaler.
A la raine nu devon retorner.
Quant ela vi l’ovra afiner,
E vide Albaris del çival verser,
Cun per li bois se mis ad erer.
Avanti que la trovase li bon Varocher,
Gran pena e tormant li convene durer.
Grosa et inçinta estoit d’un baçaler,
Qe à grant pene ela pooit aler.

Coment vait la Raina per li bois.

Via vait la raine à dolo et à torment
A gran mervile ela estoit dolent

Quant ont ce fait, retornent al placer ;
Illec ont fait un grant feu alumer,
Illec le font et ardoir et brusler.
Parent qu’éust n’i purent contrester.
Quant ont ce fait, si l’ont fait enterrer.
Cil de Maience en ont grant reprovier. (*)
Or lairons ci dou traïtor ester ; (*)
Si com ovra ot éu son loier. (*)
A Paris est remés Kalles li ber, (*)
Si fu dolens de sa franche moillier,
Et d’Auberi que il avoit moult chier,
Et de Macaire qui ert ses chevaliers.
A la roïne nos covient retorner.
Quant a véu l’oevre si afiner,
Et Auberi jus del cheval verser, (*)
Parmi le bois si se mist ad errer.
Ains que trovast là le bon Varocher,
Tormens et peines li covint endurer.
Enceinte et grosse estoit d’un bachelier,
Si qu’à grant peine ele pooit aler.

Coment vait la Roine par le bois.

Vait s’ent la roine à duel et à torment ;
A grant merveille estoit ele dolens

De Albaris dont vi le finemant ;
Ma la no soit mie de le gran çucement
Qe estoit fato del traïto puelent,
Qe au n’aüst qualqe restoramant.
Tant est alea por li bois en avent
A l’ensua del bois, en un pré verdoient,
Ela vide un hom venir erament,
De li gran bois un faso portant
De legne por soi noirisiment,
Por noïr sa feme e ses petit enfent.
Quando vi la raine, à demander la prent.
« Dama, fait il, vu alé malement
« Cosi sole, sença homo vivent.
« Semblai moi la raina, se eo no ment.
« Como alez vos ? v’e fato noiament ?
« Dites le moi, si ne prendro vençament.
— Ami, dit la raina, tu parli de nient ;
« De mon afaire te dirai le covent.
« E son ben la raine, e de ço no te ment.
« Acusea son à li rois durement
« Por un traites, qe li cor Deo crevent,
« Qe me fait aler si malement.
« Unde eo te prego, çentil homo valent,
« Qe tu me façi qualche restorament,
« Qe aler poust par toi segurement
« En Costantinopoli, o son li me parent.
« E se tu le fa, bon guierdon n’atent :

Por Auberi dont vist le finement ;
Mès ne set mie dou mortel jugement
Qu’a esté fait dou traïtor puslent,
Qu’ele en éust aucun restorement.
Tant est alée par le bois en avant
Que à l’issir, en un pré verdoiant,
Un homme voit qui venoit erranment.
De la grant selve un fais aloit portant
De bois copé por son norissement
Et de sa feme et ses petis enfans.
Voit la roïne, à demander li prent.
« Dame, fait il, vos alés malement
« Ensi solette et sans home vivant. (*)
« Vos la roïne me sanlés, se ne ment.
« Coment le faites ? avés encombrement ? (*)
« Dites le moi, s’en prendrai vengement.
— Amis, dist ele, tu parles de noient ;
« De mon affaire orras le covenant.
« Et la roïne bien sui, et ne t’en ment.
« Au roi m’ala durement acusant
« Uns fel traïtre, cui li cors Dieu cravent,
« Qui me fait estre en si mal errement.
« Dont je te pri, gentis hom et vallans,
« Que tu me faces aucun restorement,
« Que véoir puisse par toi séurement (*)
« Constantinoble, où sont li mien parent. (*)
« Et se le fais, boin loier en atent :(*)

« Ancora por moi sera rico e manent. »
Dist Varoche : « Vu parla de nient ;
« Ne vos o abandoner à tot mon vivent.
« Venez rer moi, eo aliro avent
« Trosqua à ma mason qe est qui davent,
« O aço ma muler e dos beli enfent.
« Conçé eo demandro, pois aliren avent. »
Dist la raine : « Soia à li ves coment. »
Adoncha s’en vait anbes comunelment,
Tant qe à sa mason i se vait aprosment.

Coment Varocher demande cogé da sa dama.

Quant Varocher fu à sa mason venu,
El entra en la mason, la soma deponu.
« Dama, fait il, no m’atendez plus,
« Si seroit ben tot li mois conplu. »
E quela li demande : « Mon sir, o alez vu ? »
E cil le dit : « Or sta al Deo salu,
« Del revenir eo no te so dir plu. »
En soa man oit un gran baston prendu.
Grant fu e groso e quaré e menbru ;
La teste oit grose, le çavi borfolu :
Si strançes hon no fo unches veu.

« Par moi seras et riches et manans. »
Dist Varochers : « Vos parlés de noient ;
« Ne vos lairai à trestot mon vivant.
« Venés ariere, et je irai avant
« A mon ostel qui est illec devant,
« Où ma moillier ai et dous bels enfans.
« Congié prendrai, puis en irons avant. »
Dist la roïne : « Tot soit à vo comant. »
Adonc s’en vont andui communaument
Tant qu’à l’ostel se vont aproïsmant.

Coment Varochers prent congé de sa dame.

Varochers est à son ostel venus,
Laiens entra, la some a deponu. (*)
« Dame, fait il, ne m’atendés ja plus,
« Si sera bien tos li mois trescorus. »
Et li dist cele : « Mes sire, et où vas tu ? »
Et cil li dist : « Or est au Dieu salut ;(*)
« Dou revenir ne te sai dire plus. »
En sa main prist un grant baston costu.(*)
Grans fu et gros, et quarrés et membrus ;
Grosse ot la teste, les cheveus borfolus ;(*)
Hom si estranges onques ne fu véus.

Via s’en vait à força et à vertu,
Et la raine si vait derer lu.
I pase France, qe aresté non fu,
E la Proence, qi no fo conoü,
E Lonbardie tota quanta por menu,
Tant sont alé q’i no sont arestu
Qe à Veneze i se sont venu.
En neve entrent, oltra forent metu.
Çascun qe Varocher avoient véu,
Çascun li guarde si s’en rise rer lu.
Tant alirent por cel poi agu,
Pasent ces porti, le vals e le erbu,
En Ongarie i se sont venu.
A cha d’un bon oster i sonto desendu,
Qe avoit dos files, uncha plu bele non fu,
E una sa dame qe fo de gran vertu,
Qe molto amoit li poure e la çent menu.
E li oster fu saçes e menbru ;
Et oit nome Primeran, molto en fu coneu
Da tota jent, e grandi e menu.
Çascun qe le voit croit qe soia deceu
E q’elo soia de lo seno ensu,
Por li baston qu’el oit groso e quaru
E por li çevo q’el oit si velu.
E li oster li oit por rason metu
Donde il est e donde il est venu.
Dist Varocher : « D’oltra li po agu

Cil s’achemine à force et à vertu,
Et la roïne si vait deriere lui. (*)
Trespassent France, que aresté n’i fu,
Et la Proense, que nen ont connéu,
Et Lombardie trestote par menu.
Tant sont alé, ne sont arrestéu, (*)
Que à Venice à la fin sont venu.
En nef entrerent, outre mer ont coru. (*)
Et trestuit cil qu’ont Varocher véu,
Chascuns l’esgarde, si s’en rit riere lui.
Tant ont erré parmi ces puis agus, (*)
Passent ces pors, et vaus et prés herbus,
Qu’en Honguerie à la fin sont venu.
Chiés un boin oste là sont il descendu.
Deus filles ot, onc plus beles ne fu,
Et sa moillier si fu de grant vertu,
Qui moult amoit povres gens, et menus.
Et fu li ostes et sages et membrus ;(*)
Primerain ot à nom, moult connéus
De tote gent, des grans et des menus. (*)
Et Varocher cuide, qui l’a véu,
Que soit issus dou sens et decéus
Por le baston qu’il ot gros et costu, (*)
Et por le chief que il ot si velu.
Et quiert li ostes li soit amentéu (*)
De quel tere est et d’ont il est venus.
Dist Varochers : « D’outre les puis agus

« E quest’e ma muler qi m’est rer venu. »
Quant li oster li oit entendu,
El dist à sa muler qe ben soia servu
Quella dame, e ad asio metu.
E quella le fait, qe ben ovrea fu.

Coment la Raina estoit inn Ongarie.

Ora fu la raine molto ben ostalé ;
De tuto ço qe li estoit à gré
Quelle dame li dono à sa volunté,
Por q’ela li pardona de gran bonté.
Quando la guarda por flans e pot costé,
Graveda la voit, si le pris piaté.
Ele l’ademande qe est quel malfé
Qe senpre porta quel gran bastun quaré,
Ait il nul seno o est desvé ?
Dist la raine : « Cosi e costumé.
« No la adastés ne no lo coroçe,
« Que de seno non est ben tenpré.
« Mon segnor est, in guarda m’oit mené. »
Diste le dame : « Soia à li honor de Dé !
« A nostro poer seri servi e honoré. »
A Varocher donent ço qe il oit comandé
Plu per paura ca per bona volunté.

« Et c’est m’oissors qui m’est riere venu. »
Quant ot li ostes Varocher entendu,
A sa moillier dist que bien ait péu(*)
Et aaisié la dame sus et jus ; (*)
Et le fait cele, qui bien membrée fu.

Coment la Roine estoit en Honguerie.

Or vont moult bien la roïne osteler ;
De tot ice que li venist à gré
Li a l’ostesse à son vouloir doné,
Por quoi l’en rent mercis de grant bonté.
Cele l’esgarde par flans et par costés,
Grosse la voit, si l’en a pris pité.
Or li demande que est icil maufés
Qui tot jor porte ce grant baston quarré,
S’il a nul sens o se il est desvés.
Dist la roïne : « Ensi l’a il usé. (*)
« Ne l’adesés ne ne le corrocés,
« Que de son sens n’est mie bien temprés.
« Ce est mes sire, cil qui m’a à garder. » (*)
Et dist l’ostesse : « A li soit l’honors Dé !
« No pooir ert servis et honorés. »
Varocher donent ce qu’il ot comandé
Plus par paor que par boine amisté.

Cuitent pur q’el soia desvé.
A la terça noit qu’i furent alberçé,
Cella dame partori una bel arité.
E la ostera si le oit alevé,
E si le oit e bagné e fasé.
De celle colse qe le venent à gré
A quela dame cele ont doné.
Ne plus ne men le servont à gré
Como ela fu de li so parenté.
E la raine li oit ben à gré.
E Varocher vait e avant e aré
Con li baston e groso e quaré,
E guarda ben l’infant q’elo non fose anblé
Ne de ilec eser via porté.
La dama stete in leto oto jorni pasé
Con fa le altre dame fora por le çité ;
E posa fo levea à li fois colçé,
Con cele dame s’estoit à parlé,
Et li oster si fo alé à lé.
« Dama, fait il, nu avon ben ovré
« Quant à nu avez bel filz aporté ;
« Quando ve plasera q’el sia batezé,
« E voro eser vestre conper clamé. »
Dist la raine : « Mile marçé n’açé ;
« De mun enfant farés la vestra volunté :
« Clamer le farés con vos vent à gré. »
Dist Primeran : « E l’o ben porpensé ;

Bien cuident il que il soit forsenés.
La tierce nuit que furent hebergié,
S’agiut la dame d’un moult bel iretier. (*)
Et l’a l’ostesse en ses bras alevé,
Et si l’a bien et baignié et faissié.
De tote chose que li venist à gré
A son voloir a la dame aaisié.
Servie l’a ne plus ne moins à gré,
Come se fust de son droit parenté.
Et la roïne si li en sot boin gré.
Et Varochers vait avant et arier,
O le baston qu’il ot gros et quarré,
Et l’enfant guarde que il ne soit emblés
Ne que il soit fors d’illec emportés.
La dame jut el lit uit jors pasés
Com autres dames seulent par les cités ;
Puis quant ce vint qu’ele dust relever, (*)
Avec l’ostesse si estoit à parler,
Et li boins ostes s’en est vers ele alés.
« Dame, fait il, bien avés esploitié
« Quant nos avés un bel fil aporté ;
« Quant vos plaira que il soit bautisiés,
« Je vorroie estre vos comperes claimés. »
Dist la roïne : « Cent mercis en aiés ;
« De mon enfant ferés vo volenté :
« Nomer le faites com vos venra à gré. »
Dist Primerains : « Et l’ai bien porpensé ;

« Quant el sera en fonte batiçé,
« E d’olio santo benéi e sagré,
« Par so droit nome elo sera clamé
« Primeran como eo sonto é. »

Coment Primiran demande l’infant a la dame.

Quando vene li terme di oto jorni pasant,
Primeran ven à la dame e si la demant
Q’ela le die e baili quel enfant,
Q’elo lo porti à li batezamant.
E qela li dono e ben e dolçemant.
Donde Primeran in ses braçe li prant,
E in son mantel li vait envolupant,
Verso li monester el s’en vait erant.
Nen fo cun lui nula persona vivant,
Sel non fu Varocher qe va dre planemant.
En son col porte li grant baston pesant.
Avant qe in le monester el vait entrant,
E li rois d’Ongarie çivalça li davant,
Con molti çivaler de li son tenimant.
El vi Primeran, à demander li prant.
« Primeran, fait il, o alez si erant ?
« Qe avez vos en ves mantel pendant ?

« Quant il sera bautisiés et levés,
« Et d’oile sainte benéis et sacrés,
« Et sera il Primerains apelés
« Par son droit nom, si com je l’ai esté. »

Coment Primerains demande l’enfant a la dame.

Quant de uit jors vint li termes passant,
Vient Primerains à la dame et demant
Qu’ele li doint et li baille l’enfant,
Que il l’en porte à son bapteiement.
Et le fait cele et bien et doucement.
Donc Primerains en sa brace le prent,
En son mantel le vait envolepant,
Vers le mostier si s’en vait tot errant.
O lui ne fu nus hom el mont vivant,
Fors Varocher, qui derier vait trotant.
En son col porte le grant baston pesant.
Ains que il voisent ens el mostier entrant,
De Honguerie es le roi chevauchant,
O chevaliers moult dou suen tenement.
Primerain voit, à demander li prent :
« Où alés vos, Primerains, si errant,
« Et qu’avés vos en vo mantel pendant ?

— Mon sir, fait il, un molto bel enfant
« De una dame bela et avenant.
« A mon albergo desis por arse ostalant ;
« Ces enfans a partori qe porto à l’olio sant,
« E questo e son per qe darer ven erant. »
Li çivaler li guarde, si s’en rise belemant,
Q’elo li par un homo de niant.
Dist l’un à l’altro : « El me par un troant,
« Homo salvaço, el n’oit li semblant. »
E cil rois si se fe in avant,
Le mant le prist si levo atant
Por q’elo volt veoir cele enfant.
Quando le vit, que li voit reguardant,
Desor la spala droit le vis una cros blanc.
Quando la vit, molto s’en vait mervilant ;
Or voit il ben non e filz de truant.
El dist à Primeran : « Aler planemant,
« E voio eser à batezer l’infant. »
Dist Primera : « Soia à li Deo comant ;
« Molto me plas, se Deo ben me rant. »
 

Coment Leoys li rois fit batezer l’infant.

Adoncha li rois n’en volse demorer,
Cun Primeran el vait à li monster,

— Sire, fait il, un moult très bel enfant
« De une dame et bele et avenant.
« A mon ostel vint l’autrier descendant ;
« D’un fil s’agiut qu’au mostier vais portant, (*)
« Et c’est ses peres qui derier vient errant. »
Li baron gardent, s’en ont ri belement,
Que bien lor pert estre uns hom de noient.
Dist l’uns à l’autre : « Cist me pert uns truans,
« Uns hom sauvaiges ; il en a le semblant. »
A ces paroles, se trait li rois avant,
Le mantel prent si le soslieve atant
Por ce qu’il velt véoir celui enfant.
Et si li voit, quant le vait esgardant,
Sor destre espaule une crois blanchoiant. (*)
Quant l’a véu, moult s’en vait merveillant ;
Or voit il bien n’est pas fis à truant.
A Primerain dist : « Alés belement,
« Que je voil estre à bautisier l’enfant. » (*)
Dist Primerains : « Tot soit al Dieu commant ;
« Moult par me plaist, se Diex me soit aidant. » (*)

Coment Loéis li Rois fist bautisier l’enfant.

Adonc li rois ne se vout atargier,
O Primerain si s’en vait au mostier,

Li rois si fait quel abés demander.
« Abes, fait il, e vos voio enproier,
« Se vu m’amés et tenés ponto çer,
« Qe ces infant vu deça batiçer
« Como elo fust filo d’un enperer
« E filo de rois et de per e de mer,
« E si altament li oficio çanter
« Como el se poit fare par nul mester. »
Dist l’abes : « Ben vos do otrier. »
Adoncha jos desis del destrer,
Et avec lui tuti lo çivaler.
Tuti ensenbre entrent il monster.
L’abes prist l’infant quant li volse sagrer
E primament l’olio santo doner ;
Et in apreso, quando vene al bateçer,
Dist l’abes : « Com le volés nomer ?
— Leoys, dist li rois, como me faço clamer. »
Dist l’abes : « Ben est da otrier. »
Le infant fait Leoys apeler.
Quando el fo batiçés, q’el s’en voloit aler,
E li rois si apelo l’oster.
« Primeran, fait il, vos voio enproier
« Qe cella dame ben diça honorer
« De tuto ço qe li ait mester. »
Et à Varocher, qe dist q’e son per,
El fit doner una borsa de diner,
A ço qi abia molto ben da spenser.

Et si fait il tantost l’abé mander.
« Abes, fait il, de tant vos voil proier,
« Se vos m’ames et me tenés point chier,
« Que cest enfant vos m’aliés bautisier
« D’emperéor com se fust iretiers(*)
« Et fils à roi de pere et mere nés,
« Et à l’office si hautement chanter (*)
« Com se poroit faire por nul mestier. »(*)
Et dist li abes : « Bien fait à otrier. »
Atant descent li rois jus del destrier,
Et avec lui trestuit li chevalier.
Ensemble tuit s’en entrent el mostier.
Prist l’enfant l’abes quant il le vout sacrer
Et d’oile sainte premier rengenerer ;(*)
Et quant ce vint après al bautisier
Ce dist li abes : « Com le volés nomer ? »
Et dist li rois : « Si com me fais claimer. »
Et respont l’abes : «  Bien fait à otrier. »
L’enfant a fait Loéis apeler.
Puis le bautesme, qu’il s’en voloit aler,
Maintenant a li rois l’oste apelé.
« Oste, fait il, de tant vos voil proier
« Que aiés cure de la dame aaisier
« De trestot ce que li aura mestier. »
Si fist deniers à Varocher donner,
Qui de l’enfant se fait pere claimer,
A ce qu’il ait moult bien à despenser.

 Quant Varocher va l’avoir à bailer,
Se il oit çoie non e da demander ;
Çoian s’en vait con le visaço cler.
Quant fo à la raine qe li parlo l’oster :
« Dama, fait il, ben vos poés priser
« Quant vestre filz a fato batiçer
« Li rois d’Ongarie, qi tant e pro e ber,
« E vestre fil el a fato nomer
« Le ses nome, ne li so milor cançer,
« Leoys oit nome li vestre baçaler.
« E à çestu qe dis qi e son per
« Oit doné dineri por spenser. »
La dama l’olde, molto le prist à graer.
Ora li fa l’osto, ses filz et sa muler
Maior honor qe non fasoit enprimer,
Por qi avoit meio avoir da spenser.
Ensi remis tros le quinçe çorner
Qe li rois envoie por Primeran l’oster.
E cil le vait de grez e volunter.
« Primeran, dist li rois, vu averés aler
« A la dame e dire e conter
« Qe son conper li voroit parler. »
Dist l’oster : « Ben est da otrier. »
Da li rois se parti, n’en vose entarder,
Ven à la dama sta novela nonçer,
Quando li plait dover se pariler,
Qe li rois, liqual e son conper,

Quant Varochers ot l’avoir à bailler,
Se il ot joie ne l’estuet demander ;
Joians s’en vait o le visaige cler.
Et revait l’ostes la roïne aparler.
« Dame, fait il, bien vos poés prisier
« Le vostre fil quant a fait bautisier
« Li rois d’Ongrie, qui tant est preus et ber,
« Et si a fait le bachelier nomer
« De son droit nom, n’en sot millor trover. (*)
« Loéys a à nom vos iretiers.
« Et à son pere, si se fait il claimer,
« Dona li rois deniers por despenser. »
La dame l’ot, moult li prist à gréer.
Or li font l’ostes, ses filles, sa moillier,
Plus grant honor ne fesoient premier,
Por ce qu’avoir ot miex à despenser.
Ensi remest quinze jors ajornés (*)
Quant Primerain a fait li rois mander.
Et cil i vint de gré et volentiers.
Et dist li rois : « Il vos estuet aler
« Vers cele dame, et li dire et conter
« Que ses comperes la vorroit aparler. »
Et dist li ostes : « Bien fait à otrier. »
Del roi se part, ne se vout atargier,
Vient à la dame la novele conter,
Quant li plaira se doie aparillier,
Que li frans rois, qui ses comperes ert

Si vol venir à le à parler.
Dist la raine : « E li voio vonter ;
« Ço qe li plait non voio contraster. »
Adoncha la raine se vait adorner
A meio qu’ela poit cun fema strainer.
E Primeran va li rois nonçer
Parilé est la dame d’oldir lo volonter
Et avec lui stare e conseler.
Adoncha li rois nen volse entarder ;
El est monté cun pochi çivaler,
Cun Primeran le venu à l’oster.
La dama, quant le vi in le oster entrer,
Contra lui se leve si le vait à incliner
E si le dist : « Ben venez, meser ! »
E li rois le dist : « Ben stia, ma comer ! »
Desor un banco i se vont aseter
Planetament anbes ad un celer,
E pois se prist anbes à conseler.
« Dama, fait il, molto me poso merviler
« De ves enfant, quant le fi bateçer,
« De un signo qe le vi sor la spala droiturer
« Qe non ait nul seno filz d’inperer.
« Unde, çentil dame, e vos voio enproier
« Por amor de Deo, li voir justisier,
« Si cun comadre qe non doit boser
« Par nul ren a li soe conper,
« Donde estes vos e qi vos fait erer,

Si vuet venir à son gent cors parler. (*)
Dist la roïne : « Et ne le voil véer ;(*)
« Ce que li plaist ne voil je contrester. »
Adonc se vait la roïne atorner
Al miex que pot en estrange regnier.
Et Primerains s’en vait al roi noncer
Preste est la dame de l’oïr volentiers
Et avec lui parler et conseillier.
Adonc li rois ne se vout atargier ;
Il est montés à poi de chevaliers
O Primerain est venus à l’ostel.
Quant l’a véu léans la dame entrer,
Contre se lieve si le vait encliner
Et si le dist : « Messire, bien veigniés ! » (*)
Et dist li rois : « Commere, bien soiés ! » (*)
Desor un banc se vont il asegier
Tot coiement andui ad un celier,
Et si se prenent ensemble à conseillier.
« Dame, fait il, moult me puis mervillier
« De vostre enfant, quant le fi bautisier,
« Que sor l’espaule un signe li vi tel
« Que nus ne puet, fors fils à roi, mostrer.
« Dont, gentis dame, de tant vos vueil proier,
« Por amor Dieu, le voir justicier, (*)
« Si com commere qui pas ne doit boisier (*)
« A son compere mentir ne losengier, (*)
« D’ont estes vos et qui vos fait errer,

« Cun çeste hon straine tere çercher ? »
La raina l’olde, comença de plurer ;
Ça li dira un poi de son penser.

Coment la Raine parloit a li Roys.

A rois sire la raina oit parlé :
« O çentil rois, e voio qe vu saçé
« E vos diro li voir, se oïr lo voré.
« Moier sui de K. l’inperé,
« Le meltre rois qe posa eser trové ;
« Par un malvas hon e son sta condané,
« E de mon reame e son sta caçé,
« Malvasement e cun grande peçé.
« Deo soit ben tota la verité
« Se unche mais eo l’avi pensé.
« Si cun li rois m’avit çuçé,
« Ça estoit li fois preso et alumé,
« Quando un abes m’avoit confesé,
« E quando oldi toti li me peçé ;
« Adoncha fui de la mort deliberé.
« E mon segnor, si cun fo conselé,
« Ad un çivaler el m’avoit doné
« Qe mener me devoie in estrançe contré.
« Quando da Paris eo fu delunçé,

« Avec cestui terre estrange cercher ? »
La dame l’ot, si comence à plorer ;
Ja li dira un poi de son penser.
 

Coment la Roine parloit au Roi.

Si a le roi la roïne aresné :
« Gentis rois sire, ja ne vos ert celé ;
« Le voir orrés, se oïr le volés.
« La moillier sui Kallemaine au vis fier,
« Le meillor roi qui se péust trover.
« Un maus traïtre me fist à mort jugier,
« De mon réaume si me fist il geter, (*)
« Malvaisement, à grant tort et pechié.
« Diex en set bien tote la verité
« Se onques mais je pensai malvaistié. (*)
« Si com li rois m’ot à morir jugié,
« Ja ert li feus espris et alumés,
« Atant me vint uns abes confesser ;
« Et quant il ot oï tos mes pechiés,
« Adonc me fist de la mort deslivrer.
« Et si com fu mes sire conseilliés,
« Il me bailla ad un suen chevalier
« Por me mener en estrange regné.
« Quant de Paris je m’alai eslonger,

« Quelo traitor qi m’avoie acusé
« Moi vene arer, molto ben armé,(*)
« Cun quel çivaler qi m’avoia amené,
« Si me l’oncis cun li dardo amolé.
« Quando ço vi, tuta fu spaventé,
« Si m’en foçi in la selva ramé,
« E questo hom liqual me ven daré
« A l’insua del bois eo si l’atrové,
« Unde el m’oit trosqua qui compagné.
« Et in tal lois eo sonto arivé
« Donde eo son servia e honoré,
« E questo est por la vestra bonté.
« Unde çentil rois, e vos prego por Dé,
« Qe je non sia par vos abandoné
« Tant qe à mon per elo soia mandé,
« Qe à grant honor m’avoia marié.
« Par moi mandera çivaler aprisé.
« E v’o dito de moi tota la verité. »
Quando li rois l’intende, tuto fo trapensé,
El voit ben q’ela dis verité,
E soit qe est raina de la cresteneté,
De Costantinopoli fila de l’inperé.
Molto altament li avoit encliné.
« Dama, fait il, vu siés ben trové !
« Vu ne serés in tel lois ostalé
« O vu serés servia e honoré
« Tanto qe à vestre per el sera envoié ;
« De ves afaire ben li sera conté. »

« Icil traïtre qui me vout acuser
« Arier me vint, moult par ert bien armés ;
« Cel chevalier qui m’avoit à guier
« Si me l’ocist à l’espié amolé. (*)
« Quant je le vi, n’oi en moi qu’esfréer,
« Si m’enfuï ens el grant bois ramé, (*)
« Et celui homme qui si me vient derier
« Ai à l’issir de la selve atrové,
« Dont m’a il puis trosque ci compaignié.
« Et en tel lieu somes nos arivé
« Où somes bien servi et honoré,
« Et tot ice par la vostre bonté,
« Dont, gentis rois, et vos pri, en nom Dé,
« Ne me voilliés ainçois abandoner
« Que à mon pere soit mes estres mandés,(*)
« Qu’à grant honor m’avoit mari doné.
« Por moi vorra chevaliers envoier. (*)
« Et vos ai dit tote la verité. »
Li rois l’entent, tos en fu trespensés,
Et voit il bien qu’ele dit verité,
Que roïne est de la crestienté,
Et que ses peres Constantinoble tient. (*)
Moult hautement la vait il encliner.
« Dame, fait il, bien trovée soiés ! (*)
« Vos vorrai je en tel lieu osteler
« Où vos ferai servir et honorer
« Tant qu’à vo pere uns mes soit envoiés ;
« De vostre affaire bien li sera conté. »


Coment li Roys fait grant honor a la dame.

Li rois d’Ongarie si fo saço e valant ;
A cele dame elo fe honor tant
Cun se poroit penser par nul semblant.
Ne la laso en oster da cil jor en avant ;
Robe le fi fare de diversi semblant
Como à raine se convant.
Et à Varocher ne fe far ensemant.
Et pois à son palès li meno al presant,
Cun sa muler in compagna la rant.
Non e nul cose, se ela li demant,
Q’ela non açe tot son talant.
Qi donc veist Varocher aler aroiement
El non senbloie eser mie truant.
Quando se vi vesti si richamant,
Cun li çivaler vait et arer et avant.
Adoncha li rois non demoro niant ;
Una galée fe pariler mantinant,
Quatro anbasaor, di meltri de sa jant,
En Costantinopoli l’invoio al presant
Conter à l’inper tuto çertanement
Como sa file Blançiflor la valant


Coment li Rois fait grant honor a la dame.

Li rois d’Ongrie fu saiges et vaillans ;(*)
A la moillier Kallon fist honor tant
Com se poroit penser par nul semblant.
Ne la laissa en ostel maintenant ;
Robes et dras de moult divers semblant
Li fist il faire, com à roïne apent.
A Varocher s’en fist faire ensement.
A son palais puis l’en mene à itant,
A sa moillier en compaigne la rent.
N’est chose nule, se ele li demant,
Que ele n’ait trestot à son talent.
Qui donc véist Varocher s’arréant
Ja nen ot mie le semblant d’un truant.
Quant il se voit vestu si richement,
O les barons vait arier et avant.
Adonc li rois ne s’atarge noient ;
Une nef fait pareiller maintenant,
Quatre mesages, des meillors de sa gent,
L’emperéor envoie tot errant
Dire et conter trestot le covenant (*)
Si com sa fille Blancheflor la vaillans

En Ongarie vene poveremant,
Blasmea fu à grando traïmant,
Donde li rois à qi França apant
De son reame l’a caçea vilanemant :
« Venua e in Ongaria et ilec vos atant,
« Qe le mandés à dire de le vestre talant. »
Va s’en li mesaçer por la mer naçant ;
Tant alirent, nen fi arestamant,
Qe al porto de Costantinopoli desant.
Quant furent desendu, i s’en vait avant,
Ad un albergo i s’en vait ostalant.
Quant l’inperer sait li convenant,
Donde venent e qi von querant,
Elo li reçoit e ben e çentilmant,
Si le convie à son palès grant,
Por oldir novelle li quer e demant.

Coment li mesage parle alli Rois.

Quando li rois vide li meçager,
Elo li demande e pois si le requer
Que ambasea i le doit nonçer.
E cil tosto li prendent à conter :
« Emperer sire, nu vo devon conter
« Qe vestra file, Blançiflor al vis cler,

En Honguerie venue est povrement,
Blasmée fu à tort, traïtrement, (*)
Dont l’emperere cui France est apendant (*)
L’a de son regne getée laidement :
« Vint en Hongrie et illec vos atent,
« Que li mandés à dire vo talent. » (*)
Vont s’ent li mes parmi la mer najant ;
Tant ont erré, n’ont fait arrestement,
Costantinoble au port vont descendant.
Quant sont à terre, il se traient avant, (*)
Ad un ostel si s’en vont ostelant.
Quant l’emperere en set le covenant,
Et d’ont il vienent et que il vont querant,
Il les aquieut et bien et gentement,
En son palais les mande à parlement,(*)
D’oïr noveles lor enquiert et demant.(*)

Coment li mesage parolent au Roi.

Quant a véu li rois les mesagiers,
Il lor demande et puis si les requiert
Que lor mesage li voillent tost noncer.
Et cil errant li prenent à conter :
« Sire emperere, ne vos devons celer
« Que vostre fille, Blancheflor al vis cler,

« Calonçea est par un malvasio liçer,
« Donde K. maino, l’inperer,
« De son reame l’avoit fato sbanoier,
« Si la dono in guarda ad un çivaler
« Qi la devoia e condur e mener
« Fora de son reame e tot son terer,
« Quant cil traites qe l’ave acasoner
« Armé de totes armes si le vene darer
« E si l’oncis al brant forbi d’açer,
« Donde por li bois s’en convene aler.
« Venua est en Ongarie, desis ad un oster,
« Et ilec partori dun petit baçaler.
« E quando l’infant s’aloit à batiçer,
« Si le portava Primeran son oster,
« Quando li rois si se le fe moster,
« Una cros le vi sor la pala droiturer,
« Dont il conoit non estoit filz de paltroner.
« Donde l’infant el vose batiçer
« Si altament como se poit deviser.
« E quant el vene à sa mer parler,
« Ela le prist toto quant à conter
« Ço que le vene e davant e darer.
« Onde elo la fe mener à son oster
« E richament vestir e calçer.
« Si grant honor le fi toti le çivaler
« Con se poroit ne dire ne parler.
« Li rois vos mande cum vos volez ovrer ;

« Retée fu d’un malvais pautonier,
« Dont Kallemaines, l’emperere al vis fier,
« La fist banir de son regne et geter,
« Si l’enchargea ad un suen chevalier (*)
« Qui la devoit et conduire et mener
« Fors de son regne et de tot son terier,
« Quant cil traïtre qui l’ot achoisoné
« De totes armes armés li vint arier
« E si l’ocist al branc forbi d’acier,
« Dont li covint par le bois s’en aler.
« Ele s’en vint en Hongrie osteler,
« Illec s’agiut d’un petit bachelier.
« Et quant ce vint à l’enfant bautisier,
« Que le portoit ses ostes au moustier,
« Atant li rois si se le fait mostrer,
« Voit sor s’espaule une crois blanchoier, (*)
« Dont conoist il n’est fis à pautonier.
« Por ce l’enfant vout faire bautisier
« Si hautement com se puet deviser.
« Et quant il vint à sa mere parler,
« Ele li prist dou tot à raconter
« Ce que l’avint et devant et derier,
« Dont la fist il mener à son ostel
« Et richement et vestir et chaucier.
« Tant l’honererent trestuit li chevalier
« C’on nel porroit dire ne deviser.
« Li rois vod mande com en volés ovrer ;

« Parilé est de tot otrier.
« E vestra fila si vos manda proier
« Qe no la deça par nula ren abandoner. »
Quant l’inperer li oldi si parler,
E de sa file la novela conter,
S’el oit dol non e da merviler.
Qui anbasaor qi li vene anonçer,
Altament elo le fe onorer,
E li rois d’Ongarie altament gracier.

Coment li Rois fi apelere oto de ses baron.

Quant quela novela oldi quel inperaor
De soa file c’oit fresco li color,
A gran mervile n’avoit gran dolor,
Si qe por le non pote ester non plor.
Dist à li anbasaor : « Nu faren li milor,
« Qe eo prendero di me anbasor
« E por ma file mandero ad estor,
« Si me la faro venir à gran onor ;
« Mais non fala guera à K. l’inperaor
« Quan à ma file fato oit tel desenor. »
Adoncha li rois n’en volse far sejor ;
Fe apeler ses çilvaler mior.

« Aprestés est del tot de l’otrier.
« Et vostre fille si vos prie et requiert
« Ne la voillés por rien abandoner. »
Quant l’emperere les oï si parler
Et de sa fille les noveles conter,
S’il en ot duel n’est mie à merveiller.
Les messagiers qui li vienent noncer,
Moult richement les a fait honorer,
Le roi d’Ongrie hautement mercier. (*)

Coment li Rois fist apeler uit de ses barons.

Quant la novele vint à l’emperéor
De soe fille qu’ot fresche la color,
A grant merveille en ot il grant dolor,
Si que por ele ne puet ester ne plort.
Dist as mesages : « Nos ferons le meillor,
« Que je penrai de mes ambaxéors
« Et por ma fille manderai à estros, (*)
« Si la ferai venir à grant honor ;
« Mais ne faura guerre à l’emperéor (*)
« Quant à ma fille a fait tel desonor. »
Adonc li rois ne vout faire sejor ;
Fist apeler ses chevaliers meillors.

Octo n’apele de li so parentor,
Liqual erent de lor tota la flor.
« Segnur, fait il, or non farés demor,
« Alez m’amener ma fila Blançiflor,
« Qe m’avoit sbanoïe K. l’inperaor
« De son reame e de sa tera ancor.
« Uncha non açe mai de inperio honor
« Se çer no li vendo Blançiflor sa uxor
« Q’el oit caça à cotanto desenor,
« Quant venua est in cotanto tenebror. »

Coment li Rois mande per la fille.

Li enperer nen fo mie enfant ;
Dolent fo de sa file bela e avenant
Nen fo uncha plus à tuto son vivant.
El si l’amava de cor lialmant
Nen vos mervelés s’elo ne fo dolant.
Oto n’apele di ses milor parant,
Por sa file envoie en un legno corant.
E à li quatro anbasaor qe li vene en avant
Qe li rois d’Ongarie l’invoio al presant,
Molto li onoro si le don vestimant
E à çascun un palafroi anblant,

Uit en apele, tos del sien parentor,
Et si estoient des lor tote la flor.
« Seignor, fait il, or ne faites demor,
« Si m’alés querre ma fille Blancheflor,
« Que m’ot bannie Kalles l’emperéor
« De son réaume et de sa terre encor.
« Onques mais n’aie de l’empire l’honor
« Se ne li vent chier Blancheflor s’oissor
« Qu’il a chacie à si grant desonor,
« Quant venue est en si grant tenebror. »
 

Coment li Rois mande por sa fille.

Li emperere n’ot mie cuer d’enfant ;
Si fu dolens de sa fille au cors gent
Qu’onc plus ne fu en trestot son vivant.
Tant l’amoit il de cuer et léaument
N’est pas merveille se il en fu dolens.
Uit en apele de ses meillors parens,
Que por sa fille envoie en nef corant.(*)
As quatre mes qui li vinrent avant
De par le roi de Hongrie en present,
Grant honor fist, si dona vestemens (*)
Et à chascun un palefroi amblant,

E li rois d’Ongarie altament regraciant ;
E proferando à lui son oro e son arçant
E son reame e darer e davant.
Va s’en li anbasaor e legri e çoiant,
E qui de l’inperer s’en vait ensemant.
Tant sont alé por la mer naçant
Venent en Ongarie et ilec desant.
Li rois quando le vi, le recoit çentilmant,
Honor le fait merviloso e grant.
E cil le vait molto regraciant
De ço qe oit fato à sa fila valant.
Li rois d’Ongarie li recoit si çentilmant
Con se poroit conter par nul senblant.
E Blançiflor la raine dè Franç
Quando le voit, contre lor li vait corant ;
Ben li conoit, qe i son so parant.
De son per demande primemant
E de sa mer q’ela perame tant.
« Dama, fait il, de vos i son dolant ;
« Par nos i mande si vos atant.
« Or li verés, ma dame, e vos e ves enfant. »
Ela le dist : « Voluntera por talant. »

Le roi d’Ongrie hautement merciant ;
Et si li offre son or et son argent.
Et son réaume et derier et devant.
Vont s’ent li mes baut et lié et joiant,
Et cil s’en vont qu’au roi mande ensement.
Tant sont alé parmi la mer najant
Que en Hongrie là vienent descendant.
Voit les li rois, ses aquieut gentement,
Honor lor fait et merveillos et grant.
Et cil le vont moult par regraciant
De ce qu’ot fait à lor dame vaillant.
Li rois d’Ongrie les aquieut richement
Com se porroit conter par nul semblant.
Et Blancheflor, la roïne des Frans, (*)
Quant les avise, contre lor vait corant ;
Bien les conoist, que il sont si parent.
De son pere a demandé erranment
Et de sa mere qu’ele paraime tant.
« Dame, font cil, de vos sont il dolent ;
« Par nos vos mandent il vos sont atendant.
« Or i venés, dame, atout vostre enfant. »
Et dist la dame : « Si me vient à talent. »


[Coment li Rois de Honguerie aquieut les mesagiers.](*)

Li rois d’Ongarie, li saço e li ber,
A li anbasaor el vait aincliner.
Tanto honor li fait como i fose son frer.
E à quela raine el fi robe taler
Como se convent, de palio e de çender,
Et ensement le fait à Varocher
Qe oit la dame à son justisier.
E li rois d’Ongarie, quando se vene à sevrer,
Tota soa galea el fait apariler
De tote quelle colse qe li avoit mester :
De pan e de vin, de carne da mançer.
Et in apreso quatro de ses çivaler
Elo fait richament coroer,
Qe quela dame ale à convoier.
En nave entrent quando volent naçer.
E cela dame, q’e tanto pro e ber,
Ven à li rois conçé à demander,
E à la raine, la bela al vis cler.
Non oblio mie Primeran son oster ;
Gran don li fe à lui et à sa muler.
Una colsa fe dont fo molto à loer :


[Coment li Rois de Honguerie aquieut les mesagiers.]

Li rois d’Ongrie, li saiges et li ber,
Les mesagiers vait adès incliner.
Si com ses freres les fait il honorer.
A la roïne a fait robes tailler
Com il afiert, de paille et de cendel, (*)
Et ensement le fait à Varocher
Qu’en sa baillie ot la dame à garder.
Et fait li rois, quant vint au desevrer,
Tote sa nef garnir et estorer
De totes choses que li feront mestier :
De pain, de vin, et de chair à mangier.
Et en après quatre suens chevaliers
A fait li rois richement conréer,
Qui cele dame voisent à convoier.
En la nef entrent quant tens est de nagier.
Et Blancheflor, où il n’ot qu’ensegner, (*)
Au roi d’Ongrie vient congié demander,
Et à la roine, à la bele au vis cler.
Primerain l’oste ne vout mie oblier ;
Grant don li fist, si fist à sa moillier.
Une rien fist dont moult fist à loer,

Qe una de ses file volse sego mener,
Qe pois le fe richament marier,
E grant avoir li fe doner à son ser.
Quant a ço fato, se metent à naçer ;
Via s’en vait con toto Varocher.
Or un petit averon qui laser,
Si contaron de K. l’inperer
E del dux N. del ducha de Baiver.
Le primer jorno q’el trovo sa muler
Entro li leto cun li nano ester,
Avanti qe del toto la volese çuçer,
Le conselo le dux N. de Baiver
Qe in Costantinopoli envoiase mesaçer
Tuto l’afaire por rason conter :
Ço qe de lui a fato sa muler,
Como co li nan la trovo in avolter ;
Ben li poit de ces ovra noier.
E questo fu qe alo por mesaçer
Un conte do France e nobel e ber
Qe oit nome Bernardo da Mondiser.
« Bernardo, dist li rois, tu t’en avera aler
« En Costantinopoli parler à l’inperer.
« Da la ma part tu le devera nonçer
« Qe soa file trova o in avolter
« No pais mie cun dux ni cun prinçer,
« Mais cun un nan, dont m’e gran vituper.
« No s’en merveli se m’en voio vençer,

Que de ses filles une o soi vout mener,
Que puis la fist richement marier,
Et grant avoir à son seignor doner.
Quant a ce fait, se metent au nagier ;
Vait s’en la dame, ensemble Varochers.
Or un petit lairons ci d’eus ester,
Si conterons de Kallon au vis fier
Et de Naimon dou duché de Baivier.
A icel jor que avec sa moillier (*)
Trova le nain ens el lit acouchié,
Ains que del tot il la volsist jugier,
Le conseilla dus Naimes de Baivier
Que à son pere envoiast mesagier
Trestot l’affaire et dire et deraisnier :
Si com l’avoit vergoignié sa moillier,
Qu’avec le nain trovée ot en pechié ;
Bien li pooit de ceste oevre anuier.
Et por itant fu pris à mesagier
Uns quens de France et nobiles et ber
Qui ot à nom Berart de Mondidier.
« Berars, dist Kalles, il t’en estuet aler
« L’emperéor en sa cité parler.
« De moie part tu li iras noncer
« Que soe fille ai trovée en pechié
« Non mie avec un duc o un princier,
« Ains od un nain, dont m’est grans reproviers.
« Ne s’en merveille se ie m’en vueil vengier,

« Qe tel colse non e da loer
« Ne li baron de Françe nel poroit conporter. »
Dist Bernardo : « Ben li avero nonçer,
« Se Dé me dona in Costantinopoli aler. »
Al çamin se mist e prende soi aler,
Tros en Costantinopoli non volse seçorner.
Li rois trova e soa çentil muler
E sa baronie, conti e çivaler ;
Par una festa fato li oit asenbler.
Ça olderés la novela del cortos mesaçer.

Coment Bernardo parole.

« Enperer sire, Bernardo oit parlé,
« K. li rois, le maine encoroné
« Qe soit en tot le mondo de la cresteneté,
« A vos m’oit por mesaçer mandé,
« E de quela anbasea non son mie alé.
« Quando vu le saurés, ne seri coruçé.
« De una ren e voio qe vu saçé :
« Nen fo ma raina ni dama coroné
« Da nu baron eser tanto honoré
« Cun vestra file dal rois de cresteneté ;
« Mais ela est dever lui mal porté,
« Qe cun un nan l’oit atrové en peçé ;

« Que itel choses ne font mie à loer
« Ne mi baron nel porroient durer. » (*)
Et dist Berars : « Bien li saurai noncer,
« Se Dex me doint en sa cité aler. »
Adonc s’aroute que n’i vout sojorner
Costantinoble tant que pot encontrer.
Le roi i trove o sa gentil moillier
Et son barnage, contes et chevaliers ;
Por une feste les ot fait asembler.
Huimais orrés dou cortois mesagier,

Coment Berars parole.

« Sire emperere, dist Berars, entendés :
« Kalles li rois, li mieudre coronés
« Qui soit el mont n’en la crestienté,
« M’a devers vos à mesagier mandé,
« Et dou mesage ne sui joians ne liés.
« Quant le saurés, s’en serés corrocés.
« Ja d’une rien vos vueil acréanter :(*)
« Nen fu mais dame qui corone ait el chief
« A cui nus ber tant honor ait porté
« Com à vo fille Kalles li rois membrés ;
« Mais ele a moult envers lui meserré, (*)
« Qu’avec un nain l’a trovée en pechié ;

« En avolterio ela s’est atrové.
« Unde à vos elo m’oit envoié
« Qe vos de ren no ve mervelé
« Se por justisia ela sera çuçé. »
Quando li rois l’oit oldi e ascolté,
A gran mervile en fu amervilé.
Mais sor tot la raina qe l’avoit alevé,
Qe conose de sa file son cor e son pensé,
Nen pote ester al mesaço oit parlé :
« Mesaçer frer, le seno aves çançé ;
« Ben conosco ma file qe in mon ventre porté :
« Ço que vos dites tot est falsité,
« Ne non poroit estre per toto l’or de Dé
« Qe mia file en fust tanto olsé
« Qe à son segnor aüst fato falsité.
« Ben post ester à torto calonçé,
« Mais à droiture el no e verité.
« Plus loial dame non e en crestenté ;
« Mal fa li rois quando de ço l’a blasmé. »
Dist imperer : « Mal avoit porpensé
« K. li rois quant ma fila oit calonçé
« De un nan, donde sui si abosmé
« Par un petit non ai li seno cançé.
« A vestre rois, quan tornarez aré,
« Da la ma parte vu si le conté
Qe ben se guardi et avant et aré
« Qe à ma fila non faça nul engonbré ;

« En avoutire l’a li rois atrové.
« Dont à vos, sire, me vout il envoier
« Que vos de rien ne vos esmerveillés
« Se il la fait par jugement mener. » (*)
Quant l’a li rois oï et escouté,
A grant merveille en fu esmerveillés.
Mais la roïne qui la nori souef,(*)
Qui de sa fille conoist cuer et pensé, (*)
Nen pot ester au message ait parlé :
« Mesagiers freres, le sens avés changié ;
« Bien conois cele qu’en mon ventre ai porté :(*)
« Ce que vos dites est trestot fausetés.
« Nen porroit estre por trestot l’or de Dé (*)
« Que moie fille tant osée ait esté
« Qu’à son segnor éust fait mauvaistié.
« Bien la puet on à grant tort encorper,
« Mais à droiture, n’est mie verités.
« Plus loiaus dame n’est en crestienté ;
« Mal fait li rois, quant la blasme, et pechié. »(*)
Dist l’emperere : « Mal avoit porpensé
« Quant vout ma fille rois Kalles encorper
« Tot por un nain, dont sui si abosmés
« Par un petit n’en ai le sens mué.
« A vostre roi, quant tornerés arier,
« De moie part vos si li conterés
« Que bien se gart et avant et arier
« Que à ma fille face nul encombrier ;

 « E s’elo l’oit trové en nul peçé,
« A moi l’envoi, e non soia entardé,
« Savoir e voio da le la verité.
« S’ela s’er avoué, in mal ora fo né !
« Colsa como no or no me la blasmé,
« Qe de ma file non o nul mal pensé,
« Et s’el e calonçea, el est à falsité
« Da malvasio hom e pesimo eré.
« Ço qe vos di or ne le oblié. »

Coment li Rois parlle alli mesanger.

« Mesaçer frer, non avoir nul dotançe ;
« Da la ma part dira à l’inperer de Françe
« Qe de ma fila non o mal entendançe.
« Onde eo le prego q’el aça pietançe,
« Envoi à moi ma fila, si savro l’açertançe,
« Se voir sera, metero la en balançe,
« Çuçea sera sança nul demorançe ;
« E de questa colse non aça dubitançe.
« E s’elo la çuça sença moi entendançe,
« Qe da le non saça l’açertançe,
« Eo n’avero al cor gran tristançe,
« Si le metero tota la mia posançe
« De le prender gran vengançe. »

« Et se il l’a trové en nul pechié,
« A moi l’envoit, et ne soit atargié,
« Que savoir vueil d’ele la verité.
S’ele gehist, mar fu ses gens cors né !(*)
« Et nonporquant or ne me la blasmés,
« Que de ma fille je n’ai nul mal pensé,
Et encorpée est ele à fauseté
« D’un malvais home et pesme renoié. (*)
« Ce que vos di, ore ne l’obliés. »

Coment li Rois parole au mesagier.

« Messagiers freres n’aiés nule dotance ;
« De moie part dirés au roi de France
« Que de ma fille je n’ai male entendance.
« Dont je le pri que il ait pietance,
« A moi l’envoit, s’en saurai l’acertance,
« Et, se voirs est, la metrai en balance,
« Si ert jugiée sans nule demorance ;
« De ceste chose et ne soit en dotance.
« Et se la juge sans la moie entendance,
« Que de sa bouche n’en saiche l’acertance,
« Tot jor au cuer en aurai grant tristance,
« Si meterai trestote ma poissance
« A prendre d’ele dolereuse vengeance. » (*)

Dist li mesaçer : « Loial e li rois de Françe ;
« Non fara ren sença gran conseiançe.
« Vestra anbasea faro sença nul demorançe. »

Coment li mesancer demander congé.

« Emperer sire, ço dist li mesaçer,
« Ben diro vestra anbasea à K. l’inperer. »
Conçé demande, si s’en torno arer ;
Mès avanti q’el poust en França entrer,
Elo oldi de Macario la novela conter
E d’Albaris, li cortois e li ber.
Quant le oldi, molto s’en pris merveler.
Tanto çamine et avant et arer
Ven à Paris, si se vait ostaler,
E pois, sença nul demorer,
Va à la cort à l’inperer parler
Por son mesaço dire e retorner.
« Enperer sire, ço dist li mesaçer,(*)
« En Costantinopoli à cele enperer(*)
« Vestra anbasea e dire e conter.
« Saçé por voir, quando m’oldi parler,
« Presente estoit ilec sa mulier.
« Molto s’oit de ço amerviler
« E por nul ren ne le poit créenter

Et dist li mes : « Preus est li rois de France ;
« Rien ne fera que n’ait grant conseillance.
« Vostre mesage ferai sans demorance. »

Coment li mesagers demande congé.

« Sire emperere, ce dist li mesagiers,
« Bien ert Kallon vos mesaiges contés. » (*)
Congié demande et si s’en torne arier ; (*)
Mais ains qu’en France il péust repairer,
De Macaire ot les noveles conter
Et d’Auberi, qui ert cortois et ber.
Quant l’ot oï, moult s’en est merveillé.
Tant a erré et avant et arier
A Paris vint, si se vait osteler,
Et tost après, que n’i vout demorer,
A la cort vait l’emperéor parler
Por son mesaige et dire et retorner.
« Sire emperere, ce dist li mesagiers,
« L’emperéor alai en sa cité
« Vostre mesaige et dire et conter.
« Sachiés por voir, quant il m’oï parler,
« Ensemble o lui fu illec sa moillier.
« Moult per se prist de ce à merveiller,
« Et por noient ne li voi créanter

« De soa file nesun mal penser.
« E ben guardés d’ele à çuçer ;
« Mais el vo proie que la deça envoier
« Qe avec le elo ne vol rasner,
« Savoir s’el est voir, o falsa calonçer.
« S’el sera voir q’el se posa proer,
« Si asprament elo la fara çuçer
« Qe toto le mondo s’en aura merveler ;
« Sel no e voir, no la vol calonçer.
« E ben guardés por dito de liçer
« Ne le faisés onta ni engonbrer. »
Li rois l’intent, molto li parse noier.
Elo reguarde dux N. de Baiver.
« N., dist il, grant est li destorber
« Qe m’oit fato le traito losençer
« Qe à torto me calonço ma muler.
« Conselés moi, e vos voio en proier,
« Como me poroie da cele enperer
« De soa file dire e escuser. »
E dist N. : « Vu farés como ber ;
« Vu le farés dire e créenter
« Qe vestre dame l’invoiesi l’autrer
« Par un çivaler cortois e ber ;
« Mais un Macario malvasio e lanier
« Contra vos voloir si le aloit arer,
« Si le oncis al brant forbi d’açer.
« Qe devenise de la raine, quel no le savés conter,

« Que de sa file éust nul mal penser.
« Et bien gardés, ce dist, d’ele jugier ;
« Mais il vos prie li voilliés envoier
« Que avec ele en vuet il raisoner,
« Savoir s’a colpe, o se c’est fausetés.
« Se ce est voir, que se puisse prover,
« Si asprement la fera il jugier
« Que tos li mons s’en porra merveiller ;
« Se voir n’est mie, ne la vuet encorper.
« Et bien gardés por dit de pautonier
« Ne li faciés ne honte n’encombrier. »
Li rois l’entent, moult li pot anuier.
Esgardé a duc Naimon de Baivier.
« Naimes, dist il, grans est li destourbiers
« Que fait nos a li cuivers losengiers
« Qui encorpée m’a à tort ma moillier.
« Conseillés moi, je vos en vueil proier,
« Com me poroie vers cel roi escuser,
« De soe fille et dire et conter. »
Et dist dus Naimes : « Vos ferés come ber ;
« Vos li ferés et dire et créanter
« Que vostre dame, l’enchargastes l’autrier
« Un chevalier, qui fu cortois et ber ;
« Mais uns Macaires, et malvais et laniers,
« Contre vo gré alé li fu arrier,
« Si l’ot ocis au branc forbi d’acier.
« De la roïne ne li savés conter,

« Qe quel Macario, quando se vene à çuçer,
« D’ele non soit nula rason mostrer
« Qe la ast lasé in boscho ni in river. »
Dist l’inperer : « E si le voio otrier
« Qe lo sege diça dire e derasner. »

Coment Namo parlloe.

Naimes parole, qe no fo pais vilan :
« Entendés moi, çentil rois sevran.
« De la raine estoit molto gran dan
« Sença peçé sia morta, ad ingan,
« Por cil malvès traitor seduan.
« Cil le confonde liqual formo Adan !
« Jamès non fo veu un si pesimo tiran.
« E vos estes rois tros en Jerusalan,
« Sor tote rois estes li sovran ;
« A quele rois q’era vestre paran
« Excuser vos estoit qe non savés nian
« Dapo qe fo parti da vos por çuçemant.
« Donde al traitor en desi tel torman
« Qe arso fo in le fois ardan
« Contra voloir d’amisi e de paran. »
Dist l’inperer : « Vos estes li sovran
« Qe se trovase tros en Jerusalan.

« Que cil Macaires, quant ce vint au jugier,
« D’ele ne sot nule raison mostrer
« Se l’ot laissie en bois o en rivier. »
Dist l’emperere : « Et si vueil l’otrier
« Que li mes doie et dire et desrainier. »

Coment Naimes parloit.

Naimes parole, qui pas ne fu vilains :
« Entendés moi, gentis rois soverains.
« De la roïne ci auroit moult grans dans
« Que morte soit à tort, vilainement,
« Por cel malvais traïtor soduiant.
« Cil le confonde liquiex forma Adan !
« Ja ne fu mais uns si pesmes tirans.
« Vos estes rois trosqu’en Jerusalan, (*)
« Et sor tos rois si estes soverains ;
« A celui roi qu’est li vostres parens
« Vos covient dire que n’en savés noient
« Puis que de vos parti par jugement.
« Dont li traïtre en soffri tel torment
« Que pris en fu et ars en feu ardent
« Contre voloir d’amis et de parens. »
Dist l’emperere : « Hom de conseil plus grant (*)
« Ne se trovast trosqu’en Jerusalan.

« Qe en vos se fie po ben eser certan
« Non avoir mal la sira ni l’ademan.
« Sovra tot li saçes estes li capitan ;
« Vu serisi estei eser bon çapelan
« Por conseler tot le cristian. »

Coment anchor parlle N.

« Çentil mon sire, ço dist li cont Naimon,
« Sentencia qe se dait contre rason
« Molto desplait à tota çente del mon ;
« E quel qi la da n’atende bon guierdon
« D’acelle qi sostene li tron.
« Çuce fo la raine sença cason,
« La plus bela dame de tot li mon
« E la plu saçe e de milor rason
« Qe uncha mès en fose Salomon.
« Como l’aust mais pensea nesun hon
« Qe Macario, qe i avés conpagnon,
« Aust pensé vers vos tel traïson
« Ne aust morto Albaris, sença cason,
« Por avoir la raine à soa sobecion.
« De cella raine non saven si ne non
« Qe n’est devenue dapois q’ela s’en alon ;
« Mais mon cor me dist si n’esto en sospiçion

« Qui en vos se fie bien puet estre certains (*)
« De n’avoir mal ne au soir ne au main.
« Sor tos les saiges estes li chievetains ;
« En vos auroit éu boins chapelains (*)
« Por conseiller trestos les crestiens.

Coment encore parole Naimes.

« Mes gentis sire, ce dist li dus Naimon, (*)
« Jugemens fais contre droit et raison
« Moult puet desplaire à tote gent del mont ;
« Et qui le fait en atent bon guierdon
« Dou roi de gloire, cil qui sostient le tron.
« Jugiée fu à tort, sans achoison,
« Cele qui ert la plus bele dou mont
« Et la plus saige et de meillor raison
« Qui onques fuist puis le tens Salemon.
« Com l’éust mais pensé nus hom del mont
« Que cist Macaires, qu’aviés à compaignon,
« Eust vers vos pensé tel traïson
« Ne éust mort Aubri sans achoison
« Por la roïne, por en faire son bon. (*)
« De cele dame ne savons o ne non
« Qu’est devenue puis sa desevroison ; (*)
« Mais dist mes cuers si sui en sospeçon

« Qe sana e vive ancora la veron.
« Mais, sel vos plait, tenpo nu atenderon
« Tanto qe altre novelle oldiron
« De la raine, s’ele e morta o non. »
Dist l’inperer : « A Deo benecion. »

Coment parlloe N.

« Enperer sire, ço dist N. de Baiver,
« Se à mon conseil vos volez ovrer,
« Tel vos donaro non ert da oblier :
« Ancora en Costantinopoli envoiaria mesaçer
« A celle rois dire e conter
« Cun la justisie avés fata si fer
« De Macharie, li traito lesençer,
« Qe soa file aloit acuser,
« Sença colpe me la fe sbanoier.
« Ne se poroit de la justise dire ne rasner,
« De soa file ren ne le pois derasner ;
« Ne le so pais dire ni conter
« Coment se posa avoir ni trover,
« Qe in le bois se aloit afiçer.
« E se de le vole medança demander,
« Parité estes de à lui delivrer
« D’or e d’avoir, e de besant e de diner. »

« Que saine et vive encore la verrons.
« Mais, se vos plaist, un tens nos atendrons
« Entresi que noveles oïrons (*)
« De la roïne, se ele est morte o non. »
Dist l’emperere : « A Dieu benéiçon. »
 

Coment parloit Naimes.

« Sire emperere, dist Naimes de Baivier,
« Se vos volés par mon conseil ovrer,
« Tel vos donrai n’ert mie à oblier :
« Je manderoie un autre mesagier
« L’emperéor et dire et conter (*)
« Com la joutice si fiere faite avés
« Envers Macaire, le cuivert losengier,
« Qui soe fille à tort vint acuser,
« Et me l’a fait de la terre geter. (*)
« De la joutice ne se porroit parler,
« Rien de sa fille ne li puis deraisnier ;
« Ne lui sai mie ne dire ne conter
« Com se porroit ravoir ne atrover,
« Que ens el bois s’ala ele afichier.
« Et s’amendise vuet d’ele demander, (*)
« Vos estes prest de la lui deslivrer
« D’or et d’avoir, de besans et deniers. »

Dist li rois : « Ben est da otrier.
« Qi le poren ancora envoier ? »
Dist dux N. : « Bernard da Mondiser,
« Qe li alo autre fois l’autrer. »
Adoncha li rois fe por lui envoier.
E cil le vene de grez e volunter.
« Bernard, fait il, el vos convent aler
« En Costantinopoli ancor à l’inperer,
« E si le averi e dire e conter
« Qe de sa file e non so nul sper,
« Ma quel qi l’acuso n’oit aü son loer :
« Arso fo in fois, la polvere à venter.
« Unde o le prego q’el me diça perdoner,
« Qe parilé soi de le amender
« D’oro e d’avoir, de besant e de diner. »
Dist Bernard : « Ben le voio otrier.
« Donez moi li conçé, qe eo m’en voio aler. »
Dist li rois : « Alez e non tarder. »
E cil Bernardo si ven à son oster,
Parilé fu de ço qe li oit mester,
Por le çamin s’en prist ad aler.
Et avant q’el poust en Costantinople entrer,
Estoit la raine venua à son per
E tot le dit, non laso qe conter
De le rois, cum la fe sbanoier
E for de son reame e la fe envoier,
E por Machario li vene quel inoier

Et dist li rois : « Bien fait à otrier.
« Qui porriens encore i envoier ? »
Et dist dus Naimes : « Berart de Mondidier,
« Qui autre fois i est alés l’autrier. »
Adonc li rois le fist querre et mander.
Et cil i vint de gré et volentiers.
« Berars, fait il, il vos covient aler
« L’emperéor une autre fois parler,
« Et si l’aurés à dire et à conter
« Que sa fille ne sai rien esperer,
« Mais l’acusere ot éu son loier :
« En feu fu ars et la poudre à venter.
« Dont le pri s’ire me voille pardoner,
« Qu’apresté sui d’amendise baillier
« D’or et d’avoir, de besans et deniers. »
Et dist Berars : « Bien fait à otrier.
« Congié vos ruis, que je m’en voil aler. »
Et dist li rois : « Alés et ne targier. »
Et cil Berars s’en vint à son ostel,
Aprestés fu de ce que l’ot mestiers,
Par le chemin si se prist à l’errer.
Costantinoble ains que péust trover,
Ja la roïne à son pere alée ert
Et tot le dist, n’i laissa que conter
Dou roi Kallon, si com la fist geter
Fors de son regne et la fist convoier,
Et par Macaire li vint cil encombriers

Qe li rois volse onir e vergogner.
De Albaris non laso qe conter,
Como le oncis quel malvasio liçer,
E como en le bois s’aloit afiçer,
E coment l’avoit convoié Varocher
En Ongarie et davant et darer.
E si le conte de li cortois oster
E de ses fille e de sa muler :
« De li rois d’Ongarie ne vos poria conter,
« Qe mon filz el me fe batiçer ;
« Tant honor m’a fato nel devez oblier,
« En vestra vie le devés gracier. »
Qui doncha veist la mer la fia baser !
A tanto ecote vos de França li mesaçer.
Avanti q’el poüst in la cité entrer,
A l’inperer el fo fato nonçer.
E quant le rois le soit, elo fe sbanoier
Qe de sa file nu hom déust parler.
Nen vol pais mie qe quelo mesaçer
D’ele ne saça novela aporter.
 

Coment Berrado arive en in Costantinopolle.

Quando Bernard fo en Costantinople entré
E qe à l’albergo elo fo ostalé,

Qui le roi vout honir et vergonder.
De Auberi ne laissa que conter,
Si com l’ocist cil malvais pautoniers,
Et com el bois s’ert alée afichier,
Et convoiée coment l’ot Varochers
En Honguerie et devant et derier.
Le courtois oste ne vout entroblier (*)
Ne ses deus filles ne sa franche moillier :
« Dou roi d’Ongrie ja n’en estuet plaidier,
« Que mon enfant me fist il bautisier ;
« Tant m’onora nel devés oblier,
« A vostre vie le devés mercier. »
Qui donc la mère vist la fille baisier !
Atant es vos le Kallon mesagier.
Ains que péust en la cité entrer,
L’emperéor l’est on alé noncer.
Et quant le sot, un ban a fait crier
Que de sa fille ne déust on parler.
Ja ne vuet mie que icil mesagiers
Nule novele d’ele en saiche porter.
 

Coment Berars arive ens en Costantinoble.

Quant Berars fu en la cité entrés
Et qu’à l’ostel il se fu ostelés,

A le palès elo s’en fo alé.
Davanti li rois se fo presenté,
La novela li conte qe li oit aporté.
Quando li rois l’intende, elo li responde aré :
« Mesaçer sire, or tornarez aré ;
« Vestra anbasea no m’e pais à gré.
« Al rois de Françe direz e conté
« Sovente qe ma file por muler li doné,
« Et ensement me la retorni aré.
« Doncha cuita de França l’inperé
« Qe, s’el me donast tuto l’or de crestenté,
« Por moia file non seroit moto parlé.
« Avoir ma file del reame sbanoié,
« Donde morta est e da bestie devoré,
« Ora me demande merçe e pieté !
« Coment me poroit il avoir amendé
« No por tot l’avoir de la crestenté ?
« Unde eo vos di qe tosto tornez aré.
« E quando serés in França reparié,
« Direz al roi de França l’aloé
« Qe da ma part el est desfié.
« S’el no me rende ma file q’eo li doné,
« Veio Paris avanti tros mois pasé. »
Bernardo l’olde, no l’a pais agraé,
De maltalent el pris li conçé.
De la filla li rois no li fo moto parlé,
Donde Blançiflor ne fo çoiant e lé.

Vers le palais s’en est acheminés,
Devant le roi est en present alés,
Dist la novele que li ot aporté.
Li rois l’entent, sel prent à apeler :(*)
« Mesagiers sire, or tornerés arier ;
« Vostres mesages ne me vient mie à gré.
« Au roi de France dirés et conterés
« Jadis ma fille li donnai à moillier,
« Et ensement me la retorne arier.
« Vostre emperere et com le pot cuidier,
« Que por tot l’or de la crestienté
« De moie fille ne seroit mot soné.
« Ma fille a il de sa terre chacié,
« A mort la fist et aus bestes livrer,
« Et or me quiert et merci et pitié !
« Com le porroit avoir ja amendé
« Nes por tot l’or de la crestienté ?
« Dont vos di je tost en tornés arier.
« Et quant serés en France repairiés,
« Dirés au roi de France l’alosé
« De moie part que il est desfiés.
« Se ne me rent cele que l’ai doné,
« Je voi Paris ainçois trois mois pasés. »
Berars l’entent, ne lui vient mie à gré,
De mautalent en a pris le congié.
De la roïne ne li fu mot sonés,
Dont Blancheflor en ot joie mené.

El mesaçer s’en torne tot abusmé.
Quant à Paris el fo reparié,
Li rois trova et N. l’insené ;
La novela li conte qe cil li oit mandé.
Quando li rois l’intende, tuto fo trapensé.
Et dist N. : « Mal avon esploité,
« Qe cil rois oit grant poesté
« De çivaler, de conti e de casé,
« Ben estoit guarni de riçe parenté.
« De soa file mal vos avez porté,
« En strançe part l’avez envoié.
« Ne savon d’ele novele por verité
« S’ela est viva o morta delivré.
« S’el ne fa guera, nu sen desarité :
« N’en lasera castel ni fermité,
« El n’ardera le vile e le cité. »
Dist li rois : « Soia al voloir de Dé ! »

Coment N. parolle.

« Emperer sire, ço le dis Naimon,
« Da vestra part est venu la cason
« De la raine, sens mal contençon,
« D’ele non avés fato se mal non.
« Senpre avez créu li parant Gainelon

Li mes s’en torne, si est tos abosmés.
Quant à Paris fu Berars repairiés,
Le roi i trove o Naimon le sené,
Dist la novele que cil li ot mandé.
Li rois l’entent, tos en fu trespensés.
Et dist dus Naimes : « Mal avons esploitié,
« Que cil rois a si très grant poesté
« De chevaliers, de contes, de chasés,
« Bien est garnis de riche parenté.
« Vers soe fille mal vos estes porté
« Quant l’envoiastes en estrange regné.
« Ne savons d’ele noveles par verté
« Se ele est morte o vive et en santé.
« Se guerre en fait, serons deserité :
« Ja n’en laira chastel ne fermeté,
« Ains en ardra et viles et cités. »
Et dist li rois : « Tot soit al voloir Dé ! »

Coment Naimes parole.

« Sire emperere, dist Naimes à Kallon,
« De vostre part venue est l’achoison
« De roïne, sans male contenson,
« Que envers ele n’avés fait se mal non.
« Tot jor créistes les parens Ganelon

« Qe vos ont fato cotante mespeson.
« Se l’inperer n’asalt, nu si defenderon ;
« El a li droito, e nu torto avon.
« Deo ne conseili qe sofri passion,
« Qe no li so dire altra rason. »
Or lasaren de l’inperer K.
E de Bernardo e de le dux N. ;
De l’inperer nu si ve contaron
Qe sir estoit de Costantinople entorno e inviron.
De soa filla q’el n’oit estoit en grant fricon ;
S’el no la vençe, no s’apresia un boton.
E quando ela li conte soa menespreson,
Si grant oit li dol par poi d’ire non fon.
Elo apelle ses conti, e ses baron.
« Segnur, fait il, oés qe mespreson
« M’avoit fato l’inperaor K.
« De mia file da la cler façon.
« Sbanoie la oit cun se fait li laron,
« Sor le oit atrové blaximo e cason ;
« Se no m’en venço, no varo un boton.
« Concelés moi coment nu la faron. »
Le primeran qe parle oit nome Floriamon,
E cil fu sajes e de bona rason.
Elo parole, non senblo à bricon :
« Droit enperer, por qe vos çeleron ?
« Grand e toa tera e grande reençon
« E toa çent sont de grant renon ;

« Qui vos ont fait mainte grant mesprison.
« Se nos assaut li rois, nos defendrons ;
« Il a le droit, et nos le tort avons.
« Diex en conseut qui sofri passion.
« Que je ne sai vos dire autre raison. »
Or lairons ci dou riche roi Kallon
Et de Berart et del bon duc Naimon ;
Si conterons dou roi qu’ot à roion(*)
Costantinoble entor et environ.
De soe fille ot au cuer grant friçon ;
Se ne la venge, ne se prise un boton.
Et quant li conte la soe mesprison,
Tel duel en ot par poi d’ire ne font.
Il en apele ses contes, ses barons.
« Segnor, fait il, oés la mesprison
« Que faite m’a l’emperere Kallon
« De moie fille à la clere façon.
« Chacie l’ot com on fait le larron.(*)
« Sore li mist et blasme et achoison ; (*)
« Se ne m’en venge, ne me prise un boton.
« Conseillés moi, segnor, quel la ferons. »
Tot primerains a parlé Florimons,
Et cil fu saiges et de bone raison.
En haut parole, ne sembla pas bricon :
« Drois emperere, por quoi le celerons ?
« Grans est ta terre et grant ta regions,
« Et vostre gent si est de grant renon ;

« Asa avés çivaler e peon.
« Or envoiés à l’inperer K.
« Qe vestra file, ç’avoit le çevo blon,
« Ello v’envoi, sença nula cason,
« Colsa como no, qe nu le deffion. »
Dist l’inperer : « A Deo benecion. »

Coment Salladin parlle.

Apres Floriamon parole un çivaler,
Saladin oit nome, molt se fait priser.
En alto parole cun homo pro e ber :
« Enperer sire, li vestre çivaler
« Vos doit à dritura conseler,
« Ne por paure ne por nesun engonbrer
« L’omo no se doit retrar arer.
« Or aprendés di vestre çivaler
« Qe soia saçes de dir e de parler ;
« Si le envoiés à K. l’inperer
« Qe vestra file ve diça envoier,
« E s’elo ne la poit avoir ni reçater,
« Por le vos diça tant avoir doner
« Como ella poroit por nula ren peser,
« E quel oro sia de le plu çer,
« De quel de Rabie, qe plu se fait à priser.

« Asés avés chevaliers et péons.
« Ores mandés l’emperéor Kallon
« Que vostre fille, Blancheflor au chief blont,
« Il vos envoit, que n’i quiere achoison,
« O se ce non, que nos le desfions. »
Dist l’emperere : « A Dieu benéiçon.

Coment Saladins parole.

Après parole uns gentis chevaliers,
Saladin ot à non, moult fu prisiés.
En haut parole com hom preus et com ber :
« Sire emperere, li vostre chevalier
« Tot par droiture vos doivent conseiller,
« Ne por paor ne por nul encombrier
« Ne se doit on onques retraire arier.
« Or prenés un des vostres chevaliers
« Qui saiges soit de dire et de parler ;
« Par lui mandés à Kallon au vis fier
« Que vostre fille vos voille renvoier,
« Se ne la puet avoir ne recovrer,
« Que il vos doie por ele tant doner
« Com ele puet de tot en tot peser,
« Et cil avoirs soit de l’or le plus chier,
« De l’or d’Arage, qui plus fait à prisier. (*)

« E s’el non vol faire, mandés le desfier,
« Qe da vos el se deça guarder.
« E posa faites vestra jent asenbler
« Tant qe n’aiés plus de cinquanta miler. »
Dist li rois : « Ben est da otrier ;
« Qi li poron nos envoier ?
— Floriamont, sire, cil li respont arer,
« Et avec lui Çirardo e Rainer,
« E Gondifroi, li ardi e li fer.
— Par foi, dist l’inperer, ça milor no le requer.
« Or le faites mantenant atorner,
« E no voio pais qi diça demorer. »
Si altament elo le fi atorner
Con se convent à droito enperer.
E cil s’en vait fora por la river ;
Tant alirent, nen volent seçorner,
I vent en France, si se font ostaler.
A Paris trove K. l’inperer,
Et avec lui dux N. de Baiver
E li Danois, Ansois e Guarner,
E mant des autres, qi fo bon çivaler.
I se desent ad un bon oster,
E quant furent repolsé, si se vait à monter
Sor li palès à li rois parler.

« Se nel consent, sel faites desfier,
« Que il de vos bien se doie garder.
« Et après faites vostre gent asembler
« Tant qu’en aiés bien cinquante milliers. »
Et dist li rois : « Bien fait à otrier ;
« Mais qui porrons à Kallon envoier ?
— Florimont, sire, cil li respont arrier,
« Ensemble o lui et Gerart et Renier,
« Et Godefroi, le hardi et le fier.
— Par foi, dist il, ja meillors ne requier.
« Or me les faites maintenant atorner,
« Que je n’ai cure orendroit dou targier. »
Si hautement les fist il atorner
Com à droit roi il apent et afiert ;
Et cil s’en vont tot le chemin plenier.
Tant sont alé, nen vuelent sojorner,
En France vienent, si se font osteler.
A Paris trovent Kallemaine au vis fier,
Ensemble o lui duc Naimon de Baivier
Et le Danois, Anséis et Garnier,
Et asés d’autres, qu’erent boin chevalier.
Descendu sont à un moult boin ostel,
Et quant un poi sont laiens sojorné,
Al palais montent, si vont au roi parler.


Coment li mesancer saluirent li Rois.

Quant qui baron fo à Paris venu,
Sor le palès montent quant repolsé fu.
Li rois trovent dolent et irascu
Por sa muler qe il avoit perdu,
Qe à gran torto calonçea li fu.
Li mesaçer ne fo mie esperdu ;
Quant davant lui i furent venu,
I le salue da la part de Jesu :
« Cil Damenedé qi ait la gran vertu
« Ve salvi, rois, e vu e vestri dru ! »
Dist li rois : « Vu siez ben venu !
« D’ont estes vos e qi vos oit trametu ? »
E cil le dient : « Ves amigo e ves dru,
« Ço est l’inperer qe oit la grant vertu,
« Sire est de Costantinople si le oit eu,
« Si le obedient li grandi e li menu. »
Dist l’inperer : « Vu siez ben venu ! »

Coment li mesançer parlerent a K.

« Emperer sire, ço dist li mesaçer,
« A vos n’oit envoié li nostro enperer


Coment li mesagier saluerent le Roi.

Or à Paris sont li baron venu ;
Al palais montent quant sojor ont éu.
Trovent le roi dolent et irascu
Por sa moillier que il avoit perdu,
Qui à grant tort encorpée li fu.
Li mesagier ne sont mie esperdu ;
Devant Kallon quant furent parvenu,
Il le saluent en nom dou roi Jesu :
« Cil Damediex qui tant a de vertu (*)
« Il saut le roi, et lui et tos ses drus ! (*)
— Bien viegnés vos, li rois a respondu,
« D’ont estes vos et de quel part venu ? »
Et cil li dient : « De vostre ami et dru,
« C’est l’emperere qui tant a de vertu,
« Costantinobles à cui rent le tréu,
« Si li soploient li grant et li menu. »
Dist l’emperere : « Bien soiés vos venu ! »

Coment li mesagier parlerent a Kallon.

« Sire emperere, dient li mesagier,
« Par nos vos mande noz emperere ber

« Qe soa file le diça envoier
« Qe elo à vos en dono à muler ;
« Por grant amor nos fa noncier.
« E se vos no la poez envoier,
« Tanto esmés quanto la poit peser,
« A fin oro vos la convent loier,
« De le milor qe se pora trover,
« De quel de Rabie, del milor e del plu cler. »
Dist li rois : « Duro est da otrier.
« De la dame e non o nul sper,
« E de l’oro, no se vol ren parler,
« Briga seroit tanto oro à trover. »
Dist li mesaçi : « El vos cunven penser
« De vos guarnir e pariler,
« E vos so ben dire sença boser
« Qe mon segnor, q’e orgoloso e fer,
« Vos en mande par nos à desfier. »
Dist li rois : « Deo soia nostra sper !
« A nos poir saveron defenser. »
A le parole dist N. de Baiver :
« Mesaçer frer, e no vos voio çeler,
« Gran torto oit li vestre enperer.
« Da pois qe l’omo a prendu sa muler,
« Ne le doit d’ele à faire ni son per ni sa mer ;
« Colu qe l’oit presa à nocier
« N’en poit fare d’ele le son voler,
« E tant qe vivo estoit ne se po desevrer,

« Que soe fille li voillés envoier
« Que il pieça vos dona à moillier ;
« Par grant amor le vos fait il noncier.
« Et se à vos ne la loist envoier,
« Ja tant esmés quant ele puet peser
« Et à fin or vos l’estuet rachater,
« Del millor or qui se porra trover,
« De cil d’Arage, del plus fin et plus cler.
Et dist li rois : « Grief est à otrier.
« Noient ne sui de la dame esperés,
« Et de l’avoir, ja n’en soit mos sonés,
« Que à grant peine seroit tant ors trovés. »
Dist li mesages : « Donc vos estuet penser
« De vos garnir et de vos conréer,
« Que bien vos di por voir et sans boisier
« Mes sire, qu’est et orgueillos et fiers,
« A vos nos mande por vo cors desfier. »
Et dist li rois : « Tot soit en Damedé !
« A no pooir saurons nos cors tenser. »
A ces paroles dist Naimes de Baivier :
« Mesagiers freres, ne vos le quier celer,
« Grant tort en ot vostre emperere ber.
« Depuis que prise a li hom sa moillier
« Ja d’ele à pere ne à mere n’afiert ;
« Cil qu’à espose l’a prise au noçoier
« En puet bien faire tote sa volenté,
« En tant qu’est vive ne s’en puet desevrer,

« S’ela no fese ver de lui avolter ;
« E por celle la poit à martirio livrer.
« Unde vos en dirés à li ves enperer
« Q’elo lasi soa fila ester,
« Viva o morte ne la po recovrer.
« Nian por ço no meta quel penser
« Q’elo n’açe ne or coito ne diner.
« S’elo ven in França à gueroier,
« Elo li trovara tanti bon çivaler
« Qe in toto li mondo non ait son per
« Por ben ferir et in stormeno çostrer. »

Coment li mesançer deffient K.

Li mesaçer si fo saçi e valent ;
De l’inperer à cui França apent
Oit entendu son cor e son talent,
E del dux N. oï le convenent :
De son avoir no le daria nient,
Ni de la dame no soit li convenent
Se viva soit o morta ensement.
Conçé demande, ma prima li content
Como son segno loro se desfient.
E dist K. : « E mi lui ensement,
« Anche ne sia e gramo e dolent.

« Se d’avoutire n’a vers lui meserré ;
« Por ce la puet à martire livrer.
« Dont à vo roi de par le mien dirés
« Que de sa fille orendroit lait ester,
« Que vive ou morte ne la puet recovrer.
« Et neporquant ja nen ost il penser
« Que il en ait ne or cuit ne deniers.
« S’en France vient por Kallon gueroier,
« Là trovera tant vaillant chevalier
« Qu’en tot le mont n’en a nesuns son per
« Por bien ferir et en estor joster. »

Coment li mesagier desfient Kallon.

Li messagier furent saige et vaillant ;
De Kallemaine cui tote France apent
Entendu ont son cuer et son talent,
Et de Naimon oï le covenant :
Que de l’avoir ja ne donra noient,
Et de la dame, n’en sait le covenant
Se ele est vive o s’est morte ensement.
Congié demandent, mais ains li vont contant
Si com lor sire le vait or desfiant.
Et dist li rois : « Et je lui ensement,
« Maugré qu’en ait, qu’en soit grains et dolens.

« Ben so qe vestre sire oit grant ardiment,
« Dolent sui quant à lui ofent,
« Mais à çeste fois no alo altrement. »
Dist li mesaçe : « A Damenedé vos rent. »
Conçé demande, al çamin se metent ;
Via s’en vait, non fait arestament.
Tant sont alé por poi et por pendent,
Asa duro pena e torment,
Ven à Costantinopoli et ilec desent.
Li roi trovon ad un son parlement
O il avoit de baron plus de çent,
Qe tot erent e saçi e valent.

Coment li mesacer parlent a l’i[n]perere.

Li mesaçer no fo mie vilan ;
Tant çerchent li mont e li plan
Qe in Costantinopoli venent une deman.
Li enperer trovent ilec davan.
De soa file molto estoit çoian,
Qe avec lui l’avoit viva e san.
Se lol saüst l’inperer K. el man,
En soa vite n’en fust si çoian,
Qe plu l’amava de ren qe fust vivan.
Dist li mesajes : « Çentil rois sovran,

« Bien sai vos sire est de grant hardement,
« Si sui dolens quant li vai contrestant,
« Mais ceste fois n’en ira autrement. »
Dist li mesages : « A Damedé vos rent. »
Congié demandent, si se vont aroutant ;
Prise ont lor voie, n’i font arrestement.
Tant sont alé par puis et par pendans,
Asés durerent et peines et tormens,
En lor cit vienent, illec vont descendant.
Trovent le roi ad un suen parlement
Où il avoit de barons plus de cent,
Dont ert chascuns et saiges et vaillans.

Coment li mesagier parolent a l’emperéor.

Li mesagier pas ne furent vilain ;
Tant ont cerché et les mons et les plains
Qu’en lor cité venu sont à un main.
L’emperéor trovent illec devant.
De soe fille moult ert liés et joians,
Que l’ot o lui en santé et vivant.
Se le séust Kalles, li rois poissans,
Ja à nul jor ne fust mais si joians,
Que il l’amoit sor tote rien vivant.
Dist li mesages : « Gentis rois soverains,

« Parlé avon cun li rois K. el man
« E cun le dux N., le conseler altan
« Qe soia en crestenté e darer e davan.
« Par nos vos mande ne vos dote nian,
« De darve avoir non ait nul talan.
« Se vu le deffiés, e i vu enseman :
« Asa avoit de çivaler valan,
« Qe li vestri non dota un diner valisan. »
Dist l’inper à cui Costantinople apan :
« Questo savera li rois in breve tan ;
« Se in questo mondo eo sero vivan,
« O mo o lui seremo à nian. »

Coment l’imperaere fi asenbler sa jent.

Quant l’inperer olde li mesaçer,
Qe K. el maine de França e de Baiver
Ne le dote valisant un diner,
Por li conseil de li ses çivaler
Fe bandir oste par tot son terer.
Nen laso villa, ne borgo, ni docler,
Qe no li faça li banior aler.
Avant un mois tant ne fait asenbler
Q’elo n’avoit ben .lx. miler.
Or defenda Deo K. maino l’inperer !

« Le roi Kallon fumes nos aresnant
« Et duc Naimon, le conseiller plus grant
« Qui soit el mont et derier et devant.
« Par nos vos mande ne vos dote noient,
« D’avoir baillier à vos n’a nul talent.
« Sel desfiés, et il vos ensement :
« Asés a il de chevaliers vaillans,
« Les vos ne dotent un denier valissant. »
Dist l’emperere qui les vait escotant :
« Bien le saura Kalles ainçois lonc tans ;
« Se ancor sui en cestui mont vivans,
« O je o il seromes à noient. »

Coment l’emperere fist asembler sa gent.

L’emperere a oï les mesagiers :
Que Kallemaines de France et de Baivier
Ja ne le dote valissant un denier.
Par le conseil de tos ses chevaliers
Fist s’ost bannir de par tot son terrier.
Nen laissa vile, ne borc, ne fermeté,
Qu’aler n’i face les baniers de toz lez.
Ainçois un mois tant en fait asembler
Que il en ot bien soissante milliers.
Or aït Diex Kallemaine au vis fier !


Coment li Rois fi atorner sa fille.

L’imperer de Costantinople n’en demoro niant ;
El oit mandé par tot son tenimant
A burs, à vile, à çasté et à pendant,
Por tota sa jent, e amisi e parant.
Quant il oit asenblé tote la soe jant,
.LX. milia furent à verdi elmi lusant,
A palafroi et à destrer corant.
Li enperer non fait arestamant ;
Elo fe sa file adorner riçemant,
Et ensement ses petit enfant.
E Varocher, li pros e li valant,
Non seçorno mie longamant ;
Elo pris arme e guarnimant
Lequal furent tot à son talant.
Un gran baston q’era quarés davant
S’avoit fato, e groso e tenant,
E sença quello non vait tant ni quant.
Or oit l’inperer asenblé sa oste grant,
Dever Françe çivalçe iréamant.
Ora conseili Deo K. maino li posant,
Por un traitor fo mis en tormant.


Coment li Rois fist atorner sa fille.

Li emperere ne s’atarge noient ;
Il a semons par tot son tenement
A bors, à viles, à chastels, à pendans,
Trestos ses homes et amis et parens.
Asemblé furent entre tote sa gent
Soissante mile, à vers elmes luisans,
A palefrois et à destriers corans.
Li emperere n’i fait arrestement ;
Sa fille fait atorner richement,
Et ensement le suen petit enfant.
Et Varochers, li preus et li vaillans,
Ja nen a mie sojorné longement ;
Armes a pris et autres garnemens
Li quiex estoient trestot à son talent.
Un grant baston qui ert quarrés devant
S’avoit il fait, qui gros ert et tenant,
Et sans celui ne vait ne tant ne quant.
Or l’emperere asemblé a s’ost grant
Et devers France chevauche iréement.
Or Diex conseut Kallon le roi poissant,
Qu’uns maus traïtre l’a mis en grant torment.


Coment l’iperere çivalçe vers Paris.

Via çivalçe quel grant enperaor
Qe de Costantinople estoit enperaor.
E mena sa fille la belle Blançiflor,
Et ses petit enfant avoit avec lor,
E Varocher, qi non fu li peior.
Plus en fe guere de nul altre pugneor.
Tant alent, qe non farent demoror,
Qe viene in France, et ilec farent sejor.
Quant forent à Paris fora por quel erbor,
Tende e pavilon fait tendre entor.
Quando le voit K. l’inperaor,
Nen pote muer qe des oili non plor.
N. apelle ses bon conseleor.
« N., fait il, ben poso avoir dolor
« Quando me voi intrer in tel freor.
« Mal avero veçu ma muler Blançiflor !
« Ai ! Machario, malvasio peçeor,
« Mal o veçu aver te nul amor,
« Qe por celle amor tu me fusi traitor,
« Et Albaris m’onceisti à dol e à freor,
« Dont ma muler m’est alea à desonor ! »
E dist N. : « Por qe faites vos plor ?
« S’el vos remenbra del tenpo ancienor,


Coment l’emperere chevauche vers Paris.

Adont chevauchent les oz l’emperéor
Costantinoble qui tient et tot l’onor. (*)
Sa fille en mene la bele Blancheflor,
Ensemble od ele son petit enfançon,
Et Varocher, qui nen ert dels peiors,
Qu’asés vaut plus d’un autre poignéor.
Tant sont alé, que n’i firent demor,
Qu’en France vienent ; illec firent sojor.
Quant à Paris sont, fors par cel erbor,
Trefs et aucubes font tendre là entor.
Quant l’a véu Kalles l’emperéor,
Ne puet muer des iex dou front n’en plort.
Naimon apele, son boin conseléor :
« Naimes, fait il, bien puis avoir dolor
« Quant je me voi entrer en tel fréor.
« Mar ai véu ma moillier Blancheflor !
« Ahi ! Macaires, fel cuivers lechéor,
« Mar ai éu envers toi nule amor,
« Que por loier me fustes traïtor,
« Aubri m’ocistes à duel et à fréor,
« Dont ma moillier m’ala à desonor. »
Et dist dus Naimes : « Por quoi faites tel plor ?
« Se vos remembre del tens ancianor,

« Qui de Magançe v’a mis en tel iror,
« Traï vos ont desa cha li plusor.
« Deo li confonde, li maine criator !

Coment N. parolle.

Naimes parole, n’i a talent q’en rie :
« Droit enperer, nen lairo nen vos die
« Qui de Magançe e soa segnorie
« Nos oit metu en si malvasia vie
« Qe je non sai qe de lor com en die.
« Traï nos oit Macario e fato tel vilanie
« De Blanciflor, qe non so qe vi en die.
« Or n’e sovra venu una tel çivalerie
« Qe deveroit eser nos privé et amie,
« Et i seroit mortel enemie.
« A nos en croit e bataila e brie
« Qe mais in França non vene tel stoltie.
« Or ne secora la Santa Mere pie,
« Qe da moi en avant e no so qe vi en die.
« Quant me remenbra de ma ancesorie
« Qe por traitor ne sen toti finie,
« S’en o dolor e tristeça e irie.
« De çela colse no m’en demandés mie ;
« Ne sa qe dire, se Deo me beneie. »

« Cil de Maience vos ont mis en iror,
« Traï vos ont de pieça li plusor.
« Dex les confonde, l’altismes criator ! »(*)

Coment Naimes parole.

Naimes parole, mais n’a talent qu’il rie :
« Drois emperere, ne lairai ne vos die
« Cil de Maience et de la segnorie
« Nos ont or mis en si mauvaise vie
« Que je ne sai por voir que vos en die.
« Nos a Macaires fait itel vilenie
« De Blancheflor, ne sai que vos en die.
« Or vient sor nos une chevalerie
« Qui nos déust privée estre et amie
« Et si sera nos mortés enemie.
« A nos en croist et bataille et haschie
« Que mais en France ne vint tés estoutie.
« Or nos aït Dex et sainte Marie,
« Que je ne sai uimais que vos en die !
« Quant me remembre de ma ancesserie
« Qui tote fu par traïtors fenie,
« Dolor en ai et mautalent et ire. (*)
« De cele chose ne me demandés mie ;
« N’en sai que dire, se Dex me benéie. »


Coment anchor parloit N.

« Emperer sire, ço dist li cont Naimon,
« E no so pais coment nu la faron,
« Ni bon conseil doner non poit hon,
« Quant l’on porpense la gran menespreson
« E li gran dol e la confosion
« Qe vos avés fato de sa fila Blançiflon.
« Le milor conseil qe prender poson
« Estoit, rois, qe nu se parilon
« Et ensemo fora à la defension.
« Qe meio est morir qe star qui en preson,
« Pois q’el non vole merçe ni perdon,
« De soa file avoir la reençon. »
Dist l’inperer : « E nu si le faron. »
Adoncha fait asenbler ses baron ;
Ben furent .xxx. mile quant furent en arçon.
A Ysoler dono ses confalon,
E li Danois e li cont Fagon ;
E Beliant le fu de Besençon.
Quist guient l’insegna li rois K.
Ver l’inperer qe de Costantinople son.


Coment ancore parloit Naimes.

Naimes parole, si a dit sa raison :
« Sire emperere, ne sai quel la ferons,
« Ne boin conseil doner n’en puet nus hom,
« Quant me porpense de la grant mesprison
« Et del grant duel, de la confusion
« Que fait avés sa fille Blancheflor. (*)
« Meillor conseil ja prendre ne poons
« Se ce n’est, sire, que nos aparillions
« Et issons fors à no defension.
« Miex ert morir qu’ester ci en prison,
« Puis que ne vuet ne merci ne pardon,
« Ne de sa fille avoir la réençon. »
Dist l’emperere : «  Et nos si le ferons. »
A itant fait asembler ses barons ;
Bien trente mile furent il es arçons. (*)
A Ysoré baille son gonfanon,
Et au Danois et au conte Fagon ;
Et Belians i fu, de Besançon.
Cil ont guié l’enseigne roi Kallon
Costantinoble envers l’emperéor.


Coment K. fi aparilere sa gent.

Li emperer K. n’en volse demorer ;
Fe sa çent guarnir e pariler :
.XXX. milia forent à corant destrer.
Li bon Danois e N. de Baiver
E Ysoler fo li confaloner.
La porta font ovrir e despaser,
Fora ensent, qe ne doia noier.
Quant la novela alo à l’inperer
De Costantinople e à so çivaler,
De mantenent elo le fait monter.
E forent .xl. mile ad arme e à corer.
Volez vos oldir cun la fe Varocher ?
El non fe mie à mo de paltroner.
Nen oit çival, palafroi ne destrer ;
Arer vait cun li altri peoner,
So gran baston non volse oblier.
Quando vi l’oste de K. l’inperer,
El se porpense de sa çentil muler,
E de ses enfant qu’el se laso darer,
Quant la raine el oit à convoier
Quant in le bois ello l’ani trover.
Qi le véist son baston palmoier,


Coment Kalles fist aparillier sa gent.

Kalles li rois ne se vout atargier ;
Sa gent a fait garnir et conréer :
Bien trente mile sont à corans destriers.
Li boins Danois et Naimes de Baivier
Et Isorés sont si gonfanonier.
La porte font ovrir et desbarrer,
Là fors en issent, cui qu’en doie anoier.
Quant ot li rois la novele conter
Costantinoble qui tient et le regnier,
Maintenant fait monter ses chevaliers,
Et furent bien quarante mile armé.
Volés oïr com le fist Varochers ?
Ne le fist mie à loi de pautonier.
Nen ot cheval, palefroi ne destrier ;
Arriere vait avec les paoniers,
Son grant baston ne vout mie oblier.
Quant a véu l’ost Kallon au vis fier,
Il se porpense de sa gentil moillier,
De ses enfans que il laissa derier,
Quant la roïne se prist à convoier
Que trovée ot ens el grant bois ramé.
Qui le véist son baston paumoier,

Ben cuitaret qe fust un averser.
Non va in rote cum altri çivaler,
Ançi vait darer cum li scuer,
E si se fe de lor ses avoer.
Qe vos diroie de le pro Varocher ?
Elo savoit le vie e li senter,
E de Paris e l’insir et l’inter,
E le mason di alti çivaler.
Elo aloit la noit, avanti l’aube cler,
E si se ficoit en l’oste l’inperer.
E si aloit à modo d’escuer,
Si se ficoit in la tenda l’inperer,
Là o il savoit qe estoit li bon destrer.
Tot le milor elo se fe enseler,
Via le moine, qui ne doia noier.
E, quando fo à l’oste de li ses çivaler,
Elo comença : « Monçoia, çivaler ! »
Altament e braïr e crier :
« Leveze vos, ne vos aça entarder,
« Que l’oste K. el maine venemo da preider,
« Tot li avon li ses milor destier ;
« I non avera sor qi posa monter. »
Quant cil l’intent, se prendent à merveler
De la parole qe dist Varocher.
Qi doncha véist cella jent monter,
Le arme prendre e montar en destrer,
E l’ost K. el maine venir asalter !

Bien cuideroit que fust uns aversiers.
Ne vait en rote avec les chevaliers,
Ains vait deriere avec les escuiers,
Et si se fait lor sire et avoé.
Que vos diroie del prodon Varocher ? (*)
Bien conoist il la voie et les sentiers,
Et de Paris et l’issir et l’entrer,
Et les ostels des riches chevaliers.
De nuit s’en vait, ains qu’il soit esclairié,(*)
En l’ost s’afiche de Kallon au vis fier.
Laiens s’en vait à guise d’escuier,
Et si s’afiche ens el demainne tref, (*)
Là où savoit qu’erent li bon destrier.
Tot le meillor se fait il enseler,
O soi l’en mene, qui qu’en doie anuier.
Et quant s’en est à l’ost des suens tornés,
En haut s’escrie : « Monjoie, chevalier ! »
Et si comence à braire et à crier :
« Sus levés vos, et ne vos atargier,
« Qu’en l’ost Kallon venons nos de préer,
« Si avons nos tot son meillor destrier ;
« Ja nen aura sor quoi il puist monter. »
Quant cil l’entendent, se vont esmerveiller
De la parole que dite a Varochers.
Qui donc véist icele gent monter,
Les armes prendre et salir es destriers,
Vers l’ost Kallon et poindre et chevaucher !

Meesmo li rois, quando volse monter,
Entro le stale non trovo son destrer
Ne de les autres qe estoit plus da priser.
Adoncha parole dux N. de Baiver :
« Je vos le disi ben, nobel enperer,
« Qe qui de Magançe vos faroit mal ariver.
« Nu n’avon guere c’un pere e c’un frer
« Colu qe est de Costantinople emperer.
« Sa fila vos demanda Blançiflor al vis cler ;
« Saçès por como la li porisés bailer,
« Nu l’averon si cer à conprer
« En nostra vite no le veron oblier. »
E dist K. : « Como la poon ovrer
« Qe pax e concordia poümes reçater ? »
E dist N. : « Si grant e li danger
« Qe bon conseil e no ve so doner. »

Coment fu grant la bataielle.

L’inperer à qi França apent
A gran mervile il estoit dolent ;
Elo oit pris arme e guarniment.
E le dux N. e tota sa jent
Da l’altra part s’arment ensement.
Qui de l’inperer à qi Costantinople apent

Et quant cil rois vout es arçons monter,
Ens en l’estable ne trova son destrier
Ne nul des autres qui plus font à prisier.
Adonc parole dus Naimes de Baivier :
« Bien vos l’ai dit, drois emperere ber,
« Cil de Maience moult font à resoignier. (*)
« Pere ne frere n’avons nos à amer
« Fors cel roi qui Costantinoble tient. (*)
« Vos quiert sa fille, Blancheflor al vis cler ;
« Porpensés vos com li poriés baillier,
« O se ce non, le comperrons tant chier
« A no vivant nel vorrons oblier. »
Et dist li rois : « Com en porrons ovrer
« Que pais puissons et amor recovrer ? »
Et dist dus Naimes : « Si grans est li dongiers
« Que boin conseil ne vos en sai doner. »

Coment fu grans la bataille.

Li emperere cui douce France apent
A grant merveille ert et grains et dolens ;
Armes a pris et autres garnemens.
Et li dus Naimes et trestote sa gent
Armé se sont d’autre part ensement.
Cil dou roi cui Costantinoble apent(*)

Montent à destrer isneli e corent.
Gran fu la nose à quel comançament.
Qi donc véist qi çivaler valent
Ferir de lançes e d’espée trençent !
Qi de Constantinople nen furent mie lent ;
Et l’imperer de Françe le foit ensement,
El dux N. e Oger li valent.
Por la gran presie vent isnelement
Un çivaler ardio e posent :
Cil avoit nome li pros Floriadent.(*)
Plus valent hom non est in Orient ;
Nevo ert e prosman parent
De l’inperer à qi Constantinople apent,
E Blanciflor el l’ama dolcement.
En la bataile se mist iréement,
Fer un Fraçeis por tel envasament
La tarça li speçe e l’aubergo li fent,
Al cor le mis le glavio trençent,
Morto l’abate, dont K. en fo dolent,
El s’apeloit ses proçan parent.

Coment fu gran la mellé.

A gran mervile fo Floriamont orgolos
Fort e ardi et de malin artos,

Es destriers montent et isnels et corans.
Grans fu la noise à cel commencement.
Qui donc véist ces chevaliers vaillans
Ferir de lances et d’espées trenchans !
Cil de là outre ne furent mie lent ;
Li rois de France bien le fait ensement,
O lui dus Naimes et Ogiers li vaillans.
Par la grant presse s’en vient isnellement
Uns chevaliers et hardis et puissans :
Cil ot à non li preus Floriadens.
Plus vaillans hom n’ert en tot Orient,
Et si ert niés et des prochains parens
Dou roi à qui Costantinoble apent ;
Et Blancheflor si l’aime dolcement.
En la bataille se mist iréement,
Fiert un François isi très durement
Li ront la targe et le haubert li fent,
Ou cors li mist le roit espié trenchant,
Mort l’abati, dont fu Kalles dolens
Por ce que fu de ses prochains parens.

Coment fu grans la meslée.

A grant merveille fu li Griés orguillos (*)
Fors et hardis, e fiers et malartos,

E de bataile estoit molto ençegnos.
Quant il oit mort cil çivaler de Blos,
Elo dist à sa gent : « Segnur, qe faites vos ?
« Car or me vençés la bela Blanciflors,
« Qe K. el maine n’oit fato tel desenors. »
E cil le font quant oent li contors.
Doncha oisés di colpi gran sons.
E qui de Françe le ferent ad estros ;
Doncha verisés un stormeno dolors ;
Mant çivaler furent del çevo blos.
Mal vide K. li culverti traitors
En cui senpre a metu son amors,
Ço fo qui de Magance e de ses parentors,
Que senpre fe à K. onta e desenors.
Mes Damenedé, li pere glorios,
Le fi asa avoir onta e desenors,
E à mala mort çuçés li ses milors
Le primer fu dan Gaines li contors
Qe traï in Spagne li doçe compagnos,
Rolant e Oliver, Belençer e Ontos,
E li vinte mille qe oncis Marsilions.
Mais por Machario vene tel tençons
Qe cristian cun cristian avoit tel pardons
Qe non fu estoré por nesun hon del mons.

Et de bataille estoit moult engignos.
Quant il ot mort cel chevalier de Blois,
A sa gent dist : « Segnor, que faites vos ?
« Car me vengiés la bele Blancheflor
« Cui Kallemaines ot fait tel desonor ! »
Et cil le font, quant oent le contor.
Donc oïssiés des cous moult grant tabor. (*)
Et cil de France les fierent à estros ;
Donc véissiés un doleros estor ;
Maint chevalier en furent dou chief blos. (*)
Mar vist rois Kalles les cuivers traïtors
En cui tot jor mist son cuer et s’amor.
Cil de Maience et de lor parentor
Sempres li firent et honte et desonor.
Mais Damediex, li peres glorios,
Asés lor fist et honte et desonor
Qu’à male mort fist morir les meillors.
Li premiers fu dans Guenes li contors,
Cil qui traï les doze compaignons,
Rolant vendi, Berengier et Oton,
Et les vint mile qu’ocist Marsilions.
Mais por Macaire venue est tés tençons
Que crestien ont entr’eus tel pardon
Estorés n’ert par nesun home el mont.

Coment Danois se feri con Floriamont in l’estorta.

Grande fu la bataile e li stormeno fu fer.
Qi donc veist qui çivaler
Qe de Costantinople venent por çostrer
Cun le espée e ferir e capler
E qui gran colpi doner e enploier !
A qi dona uno colpo n’i a mestier proier
Qi non oncie loro, o son destrer.
Floriamont vent por li estor plener,
Enme la voie s’incontro cun Uger,
Le bon Danois qe tant se fa pro e fer.
Anbi dos se ferirent quant se vene à incontrer,
Fendent soi le targes trosqua li aubergi cler ;
E qui son bon, nen po maie falser.
Le aste se ronpent d’anbes le çivaler,
Oltra le porte li corant destrer.
Quant a ço fait, s’en retornent arer
L’un contra l’autre, cun fust dos çengler.
E trait le spée c’oit li pomo dorer,
E si gran colpi i se voit à doner
Desor li eumes, qe fois en fait voler ;
De qi non trençe, qe Deo li volse aider.
Tot le targe e li scu à quarter

Coment li Danois se fiert a Floriadent en l’estor.

Grans fu l’estors et li chapléis fiers.
Qui donc véist tant nobles chevaliers
Costantinoble qu’ont laissié por joster
O les espées et ferir et chapler
Et ces grans cous doner et asener !
Cui un cop donent n’i a mestier proier
Que ne l’ocient, o lui o son destrier.
Floriadens vint par l’estor plenier,
Emmi la voie s’encontre avec Ogier,
Le bon Danois qui tant est preus et fiers.
Andui se fierent quant vient à l’encontrer,
Les targes fendent desi qu’as blans haubers ;
Mais cil sont boin, n’en vont maille fauser.
Les lances rompent d’ambedeus chevaliers,
Outre s’en passent sor les corans destriers.
Quant ont ce fait, s’en retornent arier
L’uns contre l’autre, irié come saingler.
Traite ont l’espée dont li pons fu dorés,
Et si grans cops se vont entredoner
Desor les elmes le feu en font voler ;
Mais nes empirent, que Diex lor vout aidier.
Totes les targes, les escus de quartier

Font à la tera caïr e trabuçer.
Si grant fu la bataile d’anbes li çivaler
Nen est nul homo qe le saust conter.
Ça un de loro fust morto sença sper
Quant li sorvene K. maino l’inperer
E le dux N. del ducha de Baiver.
Da l’altra part venent altri çivaler
Por Floriamont secorer et aider.
Adonc le fait anbidos desevrer.
Si grant fu la bataile e si dura e fer
Ne vos la poroit ne dire ni conter.
E Blançiflor, la raine al vis cler,
Estoit al pavilon de l’inperer son per
E plançe e plure e fait grant danger,
Quant ela voit oncir son civaler
Donde raina ela se fa clamer.
O ella vi son per, si le prist à parler :
« Pere, fait ela, molt e grant li danger
« De questa jent qe faites à tuer,
« Si sont de moi tuti amisi e frer.
— Filla, fait il, non poit por altro aler,
« Questo si fato à onta l’inperer
« A cui primament e vos de à muler
« Ne vos doit pais de ceste ovre graver
« Quant el vos fi si vilment onober,
« Quando de Françe el vos fe desariter.
« Ça no me poso quela ovra oblier. »

Font à la terre chéoir et trebuchier.
Grans fu la joste d’ambedeus chevaliers
Si que nus hom ne la séust conter.
Ja fust uns d’eus mors sans nul recovrier
Quant li sorvient Kallemaines li ber
Et li dus Naimes del duché de Baivier.
D’autre part vienent maint autre chevalier
Floriadent et socorre et aidier.
Adonc les font ambedeus desevrer.
Grans fu l’estors et si durs et si fiers
Nel vos porroie ne dire ne conter.
Et Blancheflor, la roïne al vis cler,
Ert de son pere ens el demaine tref
Et plaint et plore et fait moult grant dongier,
Quant voit ocirre maint des suens chevaliers
Dont roïne ert et si se fait claimer.
Où voit son pere, le prent à apeler.
« Peres, fait ele, moult est grans li dongiers
« De ceste gent qu’à mort faites livrer,
« Si sont de moi tuit ami et privé.
— Fille, dist il, ne puet par el aler ;
« C’est por le roi honir et vergoigner
« A cui pieça vos donai à moillier.
« Ne vos doit mie de ceste oevre peser
« Quant il vos fist si vieument malmener,
« Et quant de France vos fist deseriter.
« Tel mesprison ne puis mais oblier.


Coment l’Iperere parloit a sa fille.

« Filla, dist li rois, ne me oblia mie
« Quant li rois de France oit fato tel stoltie
« Qe vos oit caçé per la landa hermie
« Como vos fustes esté una soa amie.
« No le poso oblier tot li tenpo de ma vie. »
Dist la dama : « Nen lairo nen vos die,
« Pere, fait ela, elo non sa ne mie
« Qe eo soia in la vestra bailie ;
« Se lol saust, forsi seroit repentie
« De ço qu’elo m’aust fato en sa vie
« Si vos clamaroit perdon e mercie. »
Dist li rois : « Questo non voie mie,
« Se primament no me son vençie. »
E la dama l’olde, no sa q’ela se die.

Coment Varocher meinoit dos civals alli Rois.

Endementir cun tenent la tençon,
Atant vene Varocher sovra un aragon


Coment l’Emperere parloit a sa fille.

Dist li rois : « Fille, oblier ne puis mie
« Li rois de France vos fist tel estoutie
« Que vos chaça parmi la lande ermie
« Com s’éussiés esté une s’amie. (*)
« M’en sovenra tot le tens de ma vie. »
Et dist la dame : « Ne lairai ne vos die,
« Peres, fait ele, mes sire ne set mie
« Que je soie or en la vostre baillie ;
« Se le séust, ja tenroit à folie
« Ce que vers moi a mesfait en sa vie
« Si vos querroit li pardoner vostre ire. » (*)
Et dist li rois : « Ce ne consent je mie
« Se tot premier n’en ai vengance prise. » (*)
Ot le la dame, ne set que ele en die.

Coment Varochers menoit dous chevals au Roi.

Endementiers com menent la tençon,
Es vos ù vient Varochers de randon

E si menoit dos destrer aragon
Tot di milor que avoit li rois K.
O vide l’inperer, si le fait delivrason.
« Mon sir, fait il, de ces vos faço li don ;
« Eo fu à la tende de K. e de Naimon.
« E no son çivaler, ançi son un poltron ;
« Ma s’el vos plai çençer moi al galon
« Le brant d’açer, que me claim per ves non
« Çivaler adobés, como li altri son,
« Eo faro la bataile cun li meltri canpion
« Qe soia in l’oste de l’inperer K. »
Dist l’inperer : « E nu li otrion. »
Dist la raine : « Ben li avés rason ;
« Plus loial homo non e in tot li mon,
« Quant me porpenso de la soa mason
« Qe par moi laso sa muler e ses garçon,
« Si me cunvoio cun loial e drito hon
« Trosqua en Ongaria, à moia guarison. »
Dist l’inperer : « E nu ben li savon ;
« No li doit falir non aça le guierdon. »
Adonc fait apeler ses dux e ses baron.
E la raine à la cler façon
Nen volse faire longa demorason :
Molto richament, cun altre dame q’i son,
Varocher fa despoler tot nu environ,
Pois le fi revestir de riçes siglaton.
Quant a ço fato, l’inperer Cleramon(*)

Et si menoit dous destriers aragons
Tot des meillors de cels dou roi Kallon.
Où voit le roi, si l’en fait livroison.
« Sire, fait il, de cels vos fai le don
« Qu’ai pris ou tref de Kallon et Naimon.
« En moi n’avés chevalier, ains garçon ; (*)
« Mais se vos plaist me ceindre au lez selonc (*)
« Le branc d’acier, qu’on m’apele par nom
« Vo chevalier, come li autre sont,
« Me combatrai au meillor champion
« Qui soit en l’ost l’emperéor Kallon. »
Dist l’emperere : « Et nos si l’otrions. »
Dist la roïne : « Bien en avés raison ;
« Plus loiaus hom n’est en trestot le mont,
« Quant me porpense que por moi sa maison
« Et sa moillier laissa et ses garçons,
« Si m’avoia com drois et loiaus hom (*)
« Trosqu’en Hongrie, à moie garison. »
Dist l’emperere : « Et nos bien le savons ;
« Ne li faurra n’en ait le guerredon. »
Adonc apele ses ducs et ses barons.
Et la roïne à la clere façon
Ja n’en vout faire longue demoroison :
Moult richement, o les dames qu’i sont,
Varocher fait despoillier environ,
Puis revestir d’un riche siglaton.
Quant a ce fait, l’emperere Clermons

Si le çinse li brando al galon,
E le dux P. si le calço li speron.
E Varocher çura san Simon
Qe al rois K. sera mal compagnon.

Coment Varocher fo fa civaler.

Quant Varocher fo fato çivaler,
Que soloit vivre in bois et en river,
Quando s’e cinto li brant d’açer,
A gra[n] mervile el se fait priser.
E la raine, qe oit le vis cler,
Si le dono un bon auberg dopler
E un bon eume, da le çercle dorer.
Quant Varocher se vi si atorner,
El fo monta sor un corant destrer,
E prist un aster à li fero d’açer
E una tarçe d’un olinfant cler.
Qi le véist corer e stratorner
Nen senblaroit mie eser paltoner,
Senblant oit de nobel çivaler.
Dist l’un à l’altro : « Véez Varocher
« Como soit ben stratorner quel destrer !
« A gran mervile resenbla bon guerer. »
Tel mil de lor qe volent guagner
Se vont à lui acoster

Le branc d’acier li ceint au lez selonc,
Et li dus Pons li chauce l’esperon.
Et Varochers jure saint Siméon
Qu’en lui rois Kalles aura mau compaignon. (*)

Coment Varochers fu fais chevaliers.

Quant ensi fu adobés Varochers
Qui soloit vivre en bois et en rivier,
Quant au costé ot ceint le branc d’acier,
A grant merveille fesoit il à proisier.
Et la roïne, qui tant ot le vis cler,
Si li dona un bon hauberc doblier
Et un bon elme, au cercle cler doré.
Quant Varochers se vist si atorner, (*)
Il est montés sor un corant destrier,
Prist une lance dont li fers est d’acier
Et une targe d’un olifant moult cler.
Qui le vèist corir et trestorner
Ne perroit mie uns truans pautoniers,
Ains ot semblant de gentil chevalier.
Dist l’uns à l’autre : « Véés de Varocher
« Come bien set trestorner cel destrier !
« A grant merveille resanle bon guerrier. »
Tel mil d’entre eus, qui vuelent gaaingnier
En sa compaigne vont à lui s’ajoster

Qe le çurent ne lui avoir faler.
E Varocher le prist volunter.
Dist Varocher : « E no vos voio çeler
« Qui qi vera cum moi à beroier
« De li guadagno no li quer un diner ;
« Mais el vos estoit eser pro e fer,
« Qe in tel lois vos avero mener
« O nu trovaron tante arme e destrer
« E tant avoir d’oro et d’arçento cler,
« Çascun n’avera plus n’en saura demander. »
Quant cil l’intendent si altament parler,
Çascun le vait parfont ad incliner.
Dist Varocher : « Or v’alez à polser,
« Et al matin, avant l’aube cler,
« Nu averon ensenble çivalçer. »
E qui le font sença nul entarder.

Coment Varocher amonisoit sa ciant

A gran mervele fo Varocher valant ;
Nen senbloit mie eser truant,
E quant il oit asenbléa sa jant,
Elo li parole altament en oiant.
« Segnur, fait il, entendés mon talant.
« De una ren vos ro à mo inschant,

Et si li jurent l’aideront sans fauser.
Et Varochers les a pris volentiers.
Dist Varochers : « Ne le vos quier celer,
« Cil qui venront o moi à guerroier
« Ja del gaaing ne lor quier un denier ;
« Mais vos estuet estre vaillant et fier,
« Que en tel lieu vos vorrai je mener
« Où troverons tante arme et tant destrier
« Et tant avoir, que d’or que d’argent cler,
« Plus en aurés n’en saurés demander. »
Quant cil l’entendent si hautement parler,
Chascuns l’en vait moult parfont encliner.
Dist Varochers : « Or alés reposer,
« Et le matin, ains qu’il soit esclairié,
« Nos covenra ensemble chevauchier. »
Et cil le font sans point de l’atargier.

Coment Varochers amonestoit sa gent.

A grant merveille fu Varochers vaillans ;
Ne se contint à guise de truant,
Et quant il ot asemblée sa gent,
Il l’araisone hautement en oiant.
« Segnor, fait il, entendés mon talent.
« De une rien vos ruis mien escient

« Qe çascun de vos soia pros e valant.
« Se vos serés ardi et conosant,
« Tant averon or coit et arçant
« Qe tot en farés richi vestri parant.
« Venerés après moi, non alirés avant,
« E voz avero mener à la tenda l’amirant
« De K. el maine lo rice sorpoiant.
« Là trovaron li bon destrer corant,
« Li palafroi e li moliti anblant ;
« S’el ge avoir, nesun no ne demant. »
E cil le dient : « Faren li ves talant. »
E Varocher non demoro nient ;
Quando el fu monté en auferant,
E tota sa jent avec lui ensemant,
E çivalçent secreta e bellamant,
Fora de l’oste, sença nosa e bubant.
Ne non apelle amigo ni parant,
E çivalçent da la part d’Oriant,
Par un çamin à costa d’un pendant,
Pres de Paris li trato d’un arpant.
En l’oste entre de l’inperer de Franç,
Tros à la tente no vait rene tirant,
Et vait criando altament en oiant
Cum fait le guaite que vait çerchant li chant.
Françeis l’oent, ne le dient niant,
Cuitent qu’el soia de li ses voiremant.
E in tel mo i vont pur avant,

« Que soit chascuns de vos preus et vaillans.
« Se vos mostrés hardis et conoissans,
« Tant averons et or cuit et argent
« Qu’en seront riche tuit li vostre parent.
« Deriere moi venrés, n’irés avant,
« Et vos menrai au tref à l’amirant,
« A Kallemaine, le riche roi poissant.
« Là troverons les bons destriers corans,
« Les palefrois et les mulés amblans ;
« S’avoir i a, nesuns ne le demant. »
Et cil li dient : « Tot soit à vo talent. »
Et Varochers ne demora noient ;
Il est montés desor son auferant,
Ensemble o lui sa gent tot ensement,
Et si chevauchent en recoi, belement, (*)
Defors de l’ost sans noise et sans bobant.
Il nen apelent ne amis ne parens,
Et si chevauchent de la part d’Orient
Par un chemin par delez un pendant,(*)
Près de Paris le trait à un arpent. (*)
En l’ost s’en entrent l’emperéor des Frans ;
Trosqu’à sa tente ne vont resne tirant,
Et vont criant hautement en oiant
Com fait la guette qui les chans vait cerchant.
François les oent, ne lor dient noient,
Cuident que soient de lor gent voirement.
Et par ensi cil se traient avant,

En l’estable entrarent o son li auferant.
Çascun ne prende qi li vent à talant ;
E qi ait mal çival si le vait cançant.
A K. maine tole son auferant
Q’elo çivalçe à stormeno en cant.
Et al dux N. font lo somiant(*)
Et à li altres qe son plus en avant.
Li ses lasarent qe non valent niant,
E meinent qui qi son bon e grant ;
Ne s’en perçoit escuer ni sarçant.
E quando i trovent le çivaler en dormant,
I le tolent le arme e li guarnimant
E le espée cun tot le vestimant.
Ne le lasent or coito ni arçant.
Tel fu la soire richo e manant
Qe à la deman, à l’aube aparisant,
No s’atrovo un diner valisant.
Robé furent d’avoir et d’arçant.

Coment Varocher se retorne.

Varocher s’en torne, quando il oit robé
Tota la tende de K. l’inperé ;
E si ne moine son corant destré,
E si le oit en so çanço lasé.

En l’estable entrent où sont li auferant.
Chascuns en prent que li vient à talent ;
Qui mau cheval a, si le vait changeant.
A Kallemaine tolent son auferant
Que il chevauche à estros par les chans.
Au duc Naimon si en font autretant
Et ensement as autres plus avant.
Lor chevaus laissent qui ne valent noient,
Et cels en menent qui sont et bon et grant ;
Ne s’en perçoivent escuier ne sergent.
Quant ont trové les chevaliers dormans,
Armes lor tolent et autres garnemens
Et les espées à tous les vestemens.
Ne lor laissierent ne or cuit ne argent.
Tés fu au soir et riches et manans
Qui l’endemain, à l’aube aparissant,
Ne s’atrova un denier valissant.
Tuit robé furent et d’avoir et d’argent.

Coment Varochers s’en torne.

Lors Varochers s’en est errant tornés (*)
Quant de Kallon tot le tref ot robé ;
Et son corant destrier en a mené
Et le sien l’ot en eschange laissié.

Et in apreso, ançi q’el fust sevré,
Tot le cope c’avoit Salamoné,
E l’arçentere de gran nobelité,
Le armaure cun li branc amolé
Via la oit tota quanta porté.
No s’en perçoit homo de mere né.
De cella colse no s’avoit doté,
Nen cuitoit qe lairon fust la dens entré
Por la paure d’eser apiçé.
E Varocher, cun tota sa masné,
S’en retorno tuti çoiant e lé
A la soa oste, avanti li jor sclaré.
Quando celli le vent cosi ben atorné,
Qe de avoir erent tot carçé,
E li destrer mener si abrivé,
Dist l’un à l’altro : « O son costor alé
« Qe tant avoir avont guaagné ? »
Dist Varocher : « Or n’en vos mervelé,
« Qe de tel lois l’avemo aporté
« Là o de l’altro estoit à gran planté. »
Dist l’uno à l’altro : « E non sero daré. »
Plus de doa mile li sont avoé
Cun Varocher aler à la çelé ;
Mais Varocher no li oit pais refusé.
Davanti son sir elo est alé,
Le bon çival de K. l’inperé
Tot primament elo li oit doné,

Et en après, ains que fust desevrés,
Totes les copes qu’ot Salemons arier,
Et les hanas de grant nobilité,
Les arméures, les brans forbis d’acier,
Quanque en i ot, en a o soi porté.
Ne s’en perçoit nus hom de mere nés.
De cele chose nus ne se fust doté
Ne que léans uns lerre fust entrés
Por la paor d’estre au vent encroés.
Et Varochers, il et tos ses barnés,
S’en sont torné trestuit joiant et lié
A la lor ost, ains que fust esclairié.
Quant cil les voient ensi bien atornés,
De grant avoir que tuit erent chargié,
Et les destriers mener si abrivés,
Dist l’uns à l’autre : « Où sont cestui alé
« Que tant avoir ont ensi gaagnié ? »
Dist Varochers : « Ne vos en merveillés,
« Que de tel lieu l’avons nos aporté
« Là où de l’autre estoit à grant plenté. »
Dist l’uns à l’autre : « Et ne serai derier. »
Plus de deus mile adonc l’ont avoé
D’aler o lui coiement, à celé ;
Et Varochers pas ne l’ot refusé.
A son segnor il est devant alés,
Le bon cheval Kallemaine au vis fier
Tot premerains li a en don baillé,

Et de l’avoir q’i ont guaagné
Qe le fu en sa part toçé
A la raine li oit delivré,
E à Leoys, sa petit’ arité.
E Blançiflor si n’avoit larmoié
Quando son avoir vi de si mal mené,
Et à tel gent le voit despensé
Qe no l’oit mie par nul tempo guaagné.
E K. Maine fu por tenpo levé,
Vide de sa çanbre li avoir anblé,
E son çival estoit via mené.
Quando ço vi, molto se n’e mervilé ;
N. apele del ducha de Baivé.
« N. fait il, qi oit questo ovré ?
— Mon sir, dist il, or ne vos lamenté ;
« Se vu avés perdu, nient ai guaagné,
« Qe mon çival m’estoit via amené. »
E tel s’en rist, quando oit ben çerché,
Qe non trovo li brandi amolé
Ne le aubergi, ne le tarçe roé,
Qe Varocher ne le avoit aporté
Cun sa masnea, planeto, à la çelé.
Ne s’en pensoit li rois que si fust alé,
Ançi cuitoit qe fust de qui de sa contré,
Dont plus de mil en fu pris e ligé.

Et de l’avoir que il ont gaagnié
Quanque li fu en sa part alloé
A la roïne l’a trestot deslivré,
A Loéis, son petit iretier.
Et Blancheflor en ot des iex lermé (*)
Quant son avoir voit ensi malmener
Et à tel gent si le voit despenser
Qui ne l’ot mie à nul fuer gaagnié. (*)
Et s’est par tens Kallemaines levé,
Voit de sa chambre que l’avoirs est emblés
Et ses chevaus de l’estable en menés.
Quant l’a véu, moult s’en est merveillé ;
Naimon apele dou duché de Baivier.
« Naimes, fait il, qui a ensi ovré ?
— Sire, dist il, or ne vos dementés ;
« Se vos perdistes, noient n’ai gaagné,
« Que mes chevaus m’en a esté menés. »
Tel en gaberent, quant orent bien cerché,
Qui ne troverent les bons brans acerés
Ne les haubers ne les escus bouclés, (*)
Que Varochers les en avoit portés
O sa maisnie, coiement, à celé.
Ne se pensoit li rois si fust alé,
Ains cuidoit fust de cels de son regné ;
Dont pris en furent plus de mil et loié.


Coment l’Inperere fiste apariler sa jent.

Varocher s’en torne, cun li ses compagnon ;
Aporté n’avoit l’avoir de l’inperer K.
E si n’amenoit son destrer aragon,
Donde ne fu in gran sospicion.
E l’inperer de Costantinople non fait arestason,
El fa monter ses çivaler baron,
E prender arme e monter in aragon
Por asalir l’inperaor K.
E furent .xxx. mile quant furent en arçon ;
E quisti çivalçent sens nosa e tençon.
Blanciflor la raine à la cler façon
Si se remis plurando al pavilon,
Dolente estoit de l’inperer K.
E de son pere c’avoit cun lui tençon.
E qui çivalçe à força e à bandon,
L’oste asali, qi ni pisi o non.
Gran fu la nose quant levent li ton,
E K. Maine e le dux N.,
Bernardo da Mondiser e le dux Sanson,
E Ysoler et le dux Folcon,
Prendent les armes, montent en aragon
L’oriaflame desploiarent amon.


Coment l’Emperere fist aparillier sa gent

Or cil s’en torne, o lui si compaignon ;
L’avoir en portent l’emperéor Kallon
Et si en menent son destrier aragon,
Dont nostres rois fu en grant sospeçon.
Et l’autres rois ne fist arrestison,
Si fist armer ses chevaliers barons,
Et si les fist monter es aragons
Por asalir l’emperéor Kallon.
Trente mil furent quant furent es arçons ;
Et cil chevauchent sans noise et sans tenson.
Et Blancheflor à la clere façon
Si est remese plorant el pavillon,(*)
Que dolens ert de Kallon, son baron,
Et de son pere qu’avoit o lui tenson.
Et cil chevauchent à force et à bandon,
L’ost asalirent, qui qu’en poist o qui non.
Grans fu la noise quant leverent li ton
Et Kallemaines o le bon duc Naimon,
De Mondisdier Berars o duc Sanson,
Et Ysorés o le bon duc Folcon,
Les armes prenent, montent es aragons
Et l’oriflambe ont desploïe amont.

L’una gent cun l’autre se ferirent à bandon ;
Ne le fo cil, ni veilard ni garçon,
N’aust sanglent le vermio siglaton.
Gran fu la nose, le cri e la tençon
E li daumaçe, qi ni pisi o non.
E tuti son cristian qe in Deo creon !
Mal fo celle hore e celle pon
Qe Machario naque in le mon,
Qe por soe ovre e soa rason
Si ne mori à gran destruçion
Plus de mil, qi ne pisi o non.
Donde Damenedé li fe remision
De ses peçé, si oit confession.

Coment fu grant la bataille.

Grande fu la bataile mervilosa e fer,
L’un enperer cun l’autre quant se vait encontrer.
Doncha verisés caïr qui çivaler,
L’un morto sor l’autre caïr e trabuçer.
Davant les autres s’en vait Varocher ;
Ben fu armés sor un corant destrer.
Ne sembloit mie quel che fo inprimer,
Quant in le bois aloit à converser,
Qe cun laserrel menoit li somer

D’ambedeus pars se fierent à bandon ;
N’en i ot nus, ne viels ne jones hon, (*)
N’éust sanglent le vermeil siglaton.
Grans fu la noise, li cris et la tensons
Et li damages, qui qu’en poist o qui non.
Et crestien tuit, en Dieu créant, sont ! (*)
Male fu l’ore et maléis li pons
Que cil Macaires onques nasqui el mont,
Que par soe oevre et sa fausse raison
Si en morurent à grant destrucion
Plus d’un millier, qui qu’en poist o qui non.
Dont Damediex li fist remission
De ses pechés, si ot confession.

Coment fu grans la bataille.

Grans fu l’estors et merveillos et fiers,
L’uns rois o l’autre quant se vait encontrer.
Donc véissiés chéoir ces chevaliers,
L’un mort sor l’autre verser et trebuchier. (*)
Devant les autres chevauche Varochers ;
Bien fu armés sor un corant destrier.
Ne sanloit mie ce que il fu premier,
Quant ens el bois aloit à converser,
Qu’à la cordelle en menoit le sommier

Dentro li bois por sa vie salver,
E vesti estoit à lo de paltoner.
Ora se voit sor un corant destrer
E ben armés à lo de çivaler.
Sel oit proeçe, non e da demander.
En man el tent un aste d’un pomer
E à son col un escu de quarter.
Unches Rolant ne le dux Oliver
Tant no se fe de proeze à priser
Como se fait por li canpo Varocher.
En me la voie, delez un senter,
El s’encontro en le dux de Baiver.
Por gran efforço le feri Varocher,
L’escu li speçe, ne le valse un diner.
Le auberg fu bon, ne le pote daner.(*)
Si gran colpo li dono Varocher
Desor l’arçon de la sella darer
Fait le dux N. tot quant ploier ;
Mais ne le poit del çival deroçer.
« Sante Marie ! dit N. de Baiver,
« Questo no e hon, ançe li vor malfer.
« Jamais tel colpo n’avi da çivaler. »
El ten la spea, si se vora vençer ;
Varocher, quant le vi, ne le vose aspeter.
Ben le conoit q’el non e baçaler,
Son çival retorne, lasa N. ester.
Atant ecote vos K. Maino l’inperer.

El gaut ramé por sa vie sauver,
Et vestus ert à loi de pautonier.
Ores s’en vait sor un corant destrier
Et bien armés à loi de chevalier.
S’il ot proece, ne fait à demander.
En sa main tint une anste de pomier
Et à son col un escu de quartier.
Onques Rolans ne li dus Oliviers
Tant ne féirent de proece à prisier
Come le fait par le champ Varochers.
Emmi la voie, par delez un sentier,
Encontré a duc Naimon de Baivier,
Par grant vertu l’a feru Varochers,
L’escu li trenche, ne li vaut un denier.
L’aubers fu bons, que nel pot empirer.
Si très grant cop li done Varochers
Desor l’arçon de la sele derier
Le duc Naimon fait dou tot soploier ;
Mais del cheval ne le puet derocher.
« Sainte Marie ! dist Naimes de Baivier,
« Cil n’est mie hom, ains est li voirs maufés.
« Ja itel cop n’oi mais de chevalier. »
L’espée sache, si se vorra vengier ;
Mais ne le vout atendre Varochers.
Bien conoist il que pas n’est bacheliers,
Son cheval torne, laisse Naimon ester.
Atant es vos Kallemaine au vis fier.

Dist dux N. : « Vaez quel mal fer !
« Le ver diable le fe ençendrer.
« Tel colpo me dono del brando d’açer
« Desor mon elme q’el me fe enbronçer
« Desor l’arçon de la sela darer.
« Deo me guari in carne no me pote bailer. »
Dist l’inperer : « De lui me poso blasmer,
« E cre par voir, s’il e o que la sper,
« Q’el ert cil malvasio liçer
« Qe l’altro jor me furo mon destrer.
« A moi resenble qe eo le voi çivalçer.
« Ma, se à lui eo me poso aprosmer,
« Çer li vendero à mon brando d’açer. »
E Varocher non cura de so tençer ;
Tutora vait et avant et arer.
En me la voie, delez un senter,
Oit encontré Bernard da Mondiser.
Tel li dona de li brando d’açer
Desor li elme, qi fo lusant e cler,
[Que flors et pieres en fait jus craventer] ;
De quel non trançe la monta d’un diner.
Si gran colpo li dono Varocher
Q’elo l’abate dal corant destrer ;
O voia o non, li ait par presoner,
Via l’en mene sens nosa e tençer,
Tros à la tente de li so enperer.
A Blançiflor li dono à guarder.

Et dist dus Naimes : « Véés de cel maufé !
« Li vif diable l’ont por voir engenré.
« Dou branc d’acier tel cop me vint doner
« Desor mon elme que me fist embronchier
« Desor l’arçon de la sele derier.
« Diex me gari qu’en char nel pot fichier. »
Dist l’emperere : « Bien le puis je blasmer,
« Et croi por voir, se ne faut mes cuidiers,
« Cil soit li glous, li malvais pautoniers,
« Qui vint l’autrier me rober mon destrier.
« Me le resanle quant le voi chevaucher. (*)
« Mais, se me puis à lui aproïsmer,
« Chier li ferai à mon branc comperer ! » (*)
Et Varocher ne chaut de son tenser ;
Tote ore vait et avant et arier.
Emmi la voie, par delez un sentier,
Encontré a Berart de Mondisdier.
Et cil li done tel cop dou branc d’acier
Amont sor l’elme, qui luisans fu et clers,
[Que flors et pieres en fait jus craventer] ; (*)
Mais ne l’empire la monte d’un denier.
Et li redone si grant cop Varochers
Que il l’abat jus del corant destrier ;
O vueille o non, si l’a à prisonier,
O soi l’en mene, sans noise et sans tenser,
L’emperéor trosqu’el demaine tref.
A Blancheflor l’a doné à garder.

E quant la dama li poit aviser,
Ben li conoit q’el e so çivaler.
De mantenant le fait desarmer
E pois le fait vestir et coroer
De riche robe de palio e de çender.
E Bernardo prist la dama à guarder ;
Quant la conoist, qe la poit aviser,
Nen fust si legro par tot l’or de Baiver,
Davanti da le se vait à ençenoler.
E Blançiflor le fi su lever,
Apreso le le fait aseter,
Et si le prist por rason demander
Como se mant K. Maino l’inperer.
« Dama, fait il, par vu est en perser ;
« De vu jamès non ait nul sper,
« Cre qe siés morte sença nul recovrer. »

Coment Berardo parolle a la dama

Bernardo parole que oit çoie grant
De la raine à la çera riant.
Qi le donast tot l’or d’Oriant,
El non seroit si legro e çoiant.
« Dama, fait il, molto me vo mervelant
« De questa ovre como soferés tant :

Et quant le puet la dame raviser, (*)
Bien conoist ele qu’il est ses chevaliers.
Li fait ses armes de maintenant oster
Et puis le fait vestir et conréer
De riches dras de paile et de cendel.
Et Berars prist la dame à esgarder ;
Quant la conoist, que la puet raviser,
Nen fust si liés por tot l’or de Baivier,
Et devant ele se vait engenoillier.
Et Blancheflor l’en a fait sus lever ;
La dame l’a delez ele asegié,
Et si li prist par raison demander
Coment le fait Kallemaines li ber.
« Dame, dist il, por vos est en penser ;
« Ja n’ose mais de vos rien esperer,
« Croit qu’estes morte sans point de recovrier. »

Coment Berars parole a la dame.

Berars parole qui ot joie moult grant
De la roïne à la chere riant.
Qui li donast trestot l’or d’Oriant,
Ja ne seroit si liés ne si joians.
« Dame, fait il, moult me vais merveillant
« Com de ceste oevre en poés sofrir tant :

« Qual qe se more son ves apertinant.
« Nen fust Damenedé qe me fo in guarant,
« Morto m’averoit à la spea quel truant. »
Dist Blançiflor : « El e pro e valant,
« Non e in ste mundo nesun hom vivant
« Qe à mon segnor aça servi cotant.
« Quando fu morto Albaris l’infant,
« Qe Machario l’oncis, li traito seduant,
« Parme li bois eo m’en foçi erant,
« Eo atrové Varocher primemant.
« Par moi lasa muler e enfant,
« Ja mai da moi el no fo desevrant.
« Tant fu loial e ben reconosant
« Par moi duro gran poine e tormant.
« Quant le trove in le bois primemant,
« Non avoit mie arme ni guarnimant,
« Ançi estoit à modo de truant.
« Entro le bois stava par tot tanp,
« E fasoit legne por noïr ses enfant. »
Dist Bernardo : « Mué oit senblant ;
« Meltre çivaler non porta guarnimant.
« Or plaist à Deo, li pere roimant,
« Questa novella saust li rois de Franç
« Qe vos soiés vive e legra e çoiant ;
« Nen fust si legro in tuto son vivant.
Dist la raine : « Or lasez atant,
« Q’el se repente de l’ovra en oiant.

« Tel qui se muerent sont vostre apartenant.
« Se Damediex ne me fust à garant,
« Ja de s’espée m’éust mort cil truans. »
Dist Blancheflor : « Il est preus et vaillans,
« Ne nen est hom en cest siecle vivans
« Qu’à mon segnor servi ait autretant.
« Quant vi n’a guere morir Aubri l’enfant,
« Qu’ocist Macaires, li cuivers soduians,
« Par mi le bois m’en fuï tot errant,
« Là Varocher alai premier trovant.
« Por moi laissa et moillier et enfans,
« Ja mais de moi ne fu il desevrans.
« Tant fu loiaus et de boin escient
« Por moi sofri grant peine et grant ahan.
« Quant ens el bois l’alai premier trovant,
« N’avoit il mie armes ne garnemens,
« Ains ert vestus à guise de truant.
« El gaut ramé conversoit par tos tens,
« Et faisoit laigne por norir ses enfans. »
Et dist Berars : « Tot autre a le semblant ;
« Mieudre de lui ne porte garnement.
« Or pléust Dieu, le pere raemant,
« Ceste novelle séust li rois des Frans
« Que ancor estes vive et lie et joians ;
« Nen fust si liés en trestot son vivant. »
Dist la roïne : « Or le laissiés atant
« Qu’il espenisse le mesfait en oiant. (*)

« Çuçer me volse à torto, vilanemant,
« Si m’envoio çativa e poveramant
« Por altru tere alere mendigant
« Tota solete, cun un de soa çant ;
« Ma noportant e son grama e dolant
« Quando sa jent a nul ennoiamant.
« Mon pere le fait ne no altro hom vivant
« Par soi vençer de l’ovre aparisant
« Q’elo de moi en fe vilanemant. »
E Varocher si s’en retorna atant,
Lasa la dame e Bernard ensemant,
A la bataile s’en vait apertemant.

Coment fu grande la ba[ta]ille.

Grande fu la bataile forte et aduré ;
L’un emperer cun l’autre mostre sa poesté,
Donde dux N. en fo gramo et iré,
Por Bernardo, qe fo pris, en fo tot abosmé.
E K. Maine tant fu avant alé
Qe cun l’autre enperer el se fo encontré.
Cun K. estoit N. et Salatré,
Morando li pros e li cont Salatré ;
Çascun tenoit in man li bon brando litré.
Sor qui de Costantinople menoit gran ferté.

« Jugier me vout à tort, vilainement,
« Si m’envoia chetive et pourement
« Par autrui terre ma vie aler querant (*)
« Tote solette, avec un de sa gent ;
« Mais neporquant sui et grains et dolens
« Quant ont si home aucun encombrement.
« Ce fait mes peres ne nus autres vivans
« Por soi vengier de l’oevre aparissant
« Que de moi fist à tort, vilainement. »
Et Varochers s’en retorne à itant,
La dame lait et Berart ensement,
A la bataille s’en vait apertement.

Coment fu grans la bataille.

Grans fu l’estors et fors et adurés ;
L’uns rois à l’autre mostre sa poesté,
Dont li dus Naimes en fu grains et iriés,
Et, por Berart qu’ert pris, tos abosmés.
Et Kallemaines tant fu avant alés
Qu’o l’autre roi se sont entrencontré. (*)
O Kallon furent Naimes et Isorés, (*)
Morans li preus et li quens Salatrés ;
Chascuns en main tient le bon branc letré.
La gent averse menent à grant fierté.

Ça fust son enperer recreant clamé
Quant li rois d’Ongarie li oit secorso doné
A x. mile Ongari de sa contré.
E Varocher no fo pais daré.
D’anbes dos pars fo si grant la meslé
Dir ne se poroit in carta ni in bré.
Tuto quel çorno, tant q’el fo vespro soné,
D’anbes dos part ela estoit duré,
Quant K. Maines li avoit escrié,
L’inperer de Costantinople oit demandé.
E cil à lui vene tot coroé.
Par lui parler çascun se fait aré.
« Enperer sire, ço dist K. l’insené,
« De una ren molto me son mervelé,
« Quando avés soferto et enduré
« Venir en France asidier ma cité.
« De vestra file e son gramo e iré.
« S’ela est morte, vengança v’o pié
« De le traitor qe me l’a acusé ;
« Ma noportant s’emendança en volé,
« E vos la faro à vestre volunté
« D’oro e d’avoir e de diner moené. »
E cel le dist : « Mal en fu porpensé
« Quant por ma file fo li fois alumé.
« Nen fust l’abes donde fo confesé,
« Q’el da le soit tota la verité
« E qe ençinta estoit de filo e d’erité,

Ja fust lor rois recréans apelés
Quant cil d’Ongrie li a socors doné
A tout dis mile Ongrois de son regné.
Et Varochers ne se tint pas derier.
D’ambedeus pars si forment sont meslé
Nel porroit on dire en chartre n’en bref.
Tot icel jor, tant que fu avespré,
A la bataille d’ambedeus pars duré,
Quant Kallemaines s’est en haut escrié,
L’emperéor se prist à apeler.
Et cil à lui s’en vient tot conréés.
A parlement chascuns se trait arier.
« Sire emperere, dist Kalles li senés,
« De une rien moult me puis merveiller,
« Quant vos avés sofert et enduré
« Venir en France asegier ma cité.
« De vostre fille sui et grains et iriés ;
« Se ele est morte, bien vos ai je vengié
« Dou traïtor qui me l’ot acusé ;
« Mais neporquant s’amendise en volés,
« Si l’aurés vos tot à vo volenté
« D’or et d’avoir, de deniers monéés. »
Et cil li dist : « Mar l’avés porpensé
« Quant por ma fille fu li feus alumés.
« Ne fust li abes qui l’ala confesser,
« Qui d’ele sot tote la verité
« Et que grosse ert de fil et d’iretier,

« De mantenant ela fose bruxé,
« D’ele non fust merçe ni piaté.
« E posa fo de França sbanoié,
« A un sol çivaler ela fo delivré,
« Qe por Machario fo morto et afolé.
« Ça çeste pla non sera aquité
« Se por bataile el non e afiné
« Un çivaler contro un autre, in bataia de pré. »
E dist K. : « El soia otrié.
« Vu romarés et eo tornaro aré,
« A le matin, quant l’aube ert levé,
« Un de ves çivaler en sera adobé,
« E un di mes en sera, da l’altro lé.
« S’el meo estoit e vinto e maté,
« Decliner m’avero à vestra volunté ;
« De vestra file tel vengança ne prenderé
« Come vos n’ira en voler e in gré.
« E s’el vostro sera e vinto e maté,
« De bon voloir en tornarez aré,
« Si sera entro nos pax e bona volunté. »
E cil le dist : « El soia otrié. »
Dont K. maine l’oit parfont encliné.
Cascun de lor s’oit molto onoré.
Arer s’en torne, e fo l’oste sevré.
E K. maine oit N. apelé
E li Danois et des autres asé ;
Tot l’afaire li oit dito e conté

« De maintenant fust ses gens cors bruslés,
« D’ele ne fust ne mercis ne pitiés.
« Et puis de France la féistes geter,
« La delivrastes à un seul chevalier
« Qui par Macaire fu mors et afolés.
« Ja icist plais nen ert mais aquités
« Se par bataille il nen est afinés
« De deus vassals, sol à sol, en un pré. » (*)
Et respont Kalles : « Bien fait à otrier.
« Vos remanrés et je m’en torne arier,
« Et par matin, quant ert solaus levés,
« Uns de vos homes en sera adobés,
« Et uns des miens ensement, d’autre lez.
« Se li miens est et vaincus et matés,
« Declinerai à vostre volenté ;
« De vostre fille tel vengance en penrés
« Com vos venra en voloir et en gré.
« Et se li vostres est vaincus et matés,
« De bon voloir en tornerés arier,
« S’ert entre nos et pais et amistés. »
Et cil li dist : « Bien fait à otrier. »
Dont Kallemaines l’ot parfont encliné.
Andui li roi se sont moult honeré.
Arier s’en tornent et li ost sont sevré.
Et Kallemaines a Naimon apelé
Et le Danois et des autres asés ;
Trestot l’afaire lor a dit et conté

De la bataile como ert devisé.
Casçun la oit graé et otrié.
E li Danois primeran fus vanté
Q’el fara la bataile, se a li rois en es gré.
De mantenant n’en fo conseil pié ;
Li rois demanes li oit li guanto doné.
Da l’autre part si fu l’autre amiré
Qe de Costantinople est enperer clamé.
Dist à sa çent ço q’el oit devisé
Cun K. maine li rois de crestenté :
La bataila ert da dos sol al pré.
« Qi li alira ? » li rois li oit parlé.
Casçun escrie : « Varocher l’aduré. »
E cil respont : « Et el soia otrié. »
Gran çoia oit li rois e li bé.
A la raina fu la nova conté
Qe Varocher oit la bataila enguaçé,
Ver li Danois oit li guanto pié.
Quant ela li soit, ela fo porpensé,
Q’ela soit ben tota la verité,
Qe in crestenté e davant et daré
Meltre çivaler nen seroit trové
De li Danois e de plu poesté.
Saçés par voir sença nul falsité
Qe Varocher oit loialment amé :
Par lui parler oit un mesaço mandé ;
E cil le vene, ne l’oit pais contrasté.

De la bataille com il ert devisé.
Et chascuns l’ot otrié et gréé.
Et li Danois s’est premerains vanté
D’aler ou champ, se l’a li rois en gré. (*)
De maintenant en ont il conseillié ;
Li rois li a errant le gant doné.
De l’autre part si fu li amirés
Costantinoble qui tient et le regné.
A sa gent dist ce qu’il ot devisé
Avec le roi de crestieneté :
La bataille ert de dous sans plus el pré.
« Qui la fera ? » li rois a demandé.(*)
Chascuns escrie : « Varochers l’adurés. »
Et cil respont : « Bien fait à otrier. »
Grant joie en ot li rois et ses barnés.
La roïne ot la novele conter
Que la bataille gaigiée a Varochers,
S’a le gant pris vers le Danois Ogier.
Quant l’a séu, prist soi à porpenser,
Qu’ele en set bien tote la verité,
Qu’en tot le mont et devant et derier
Mieudre nen ert dou Danois atrovés
Ne plus hardis et de plus grant posté.
Sachiés por voir sans nule fauseté
Que Varocher ot loiaument amé :
Por l’aparler un mesage a mandé ;
Et cil i vient, ne l’ot pas trestorné.


Coment la Raina apeloit Varocher.

Quant davant la raine fo venu Varocher,
La çentil dame le prist à apeler.
« Varocher, dist ela, vu si un forsoner
« Quant, contra mon voloir, vos faite à nomer.
« Nen conosés mie li nome del çivaler.
« Qi çerchese França tota quanta por inter
« N’en trovaroit plus orgolos ni fer
« Cun li Danois qi s’apela Oger.
« Meltre çivaler ne se poroit trover
« Ne qe li rois plus ami e tegna çer. »
Dist Varocher : « Ne le doto un diner,
« Et d’una ren vos voio emproier,
« Se vos m’amés e de ren m’avés çer,
« Qe vos de mi lasez quel penser.
« S’el fose vivo Rolando et Oliver,
« N’i dotaria la monta d’un diner. »
Dist Bernardo qe estoit presoner :
« Dama, fait il, el est pro e ber ;
« Jamais tel colpo non avi da çivaler.
« Mais de una ren e vos voio enproier
« Qe de bone arme le faça adober,
« Qe li Danois qe s’apella Oger


Coment la Roine apeloit Varocher.

Devant la roine est venus Varochers.
La gentis dame le prist à apeler :
« Par foi, dist ele, vos estes fos provés,(*)
« Qui si vos fetes, contre mon gré, nomer :
« Ne savés mie le nom dou chevalier.
« Qui cerchast France trestote par entier,
« Ja ne trovast plus orgoillos ne fier
« Dou bon Danois que l’en apele Ogier.
« Meillor vasal ne poroit on trover,
« Ne que li rois plus aint et tiegne chier. »
Dist Varochers : « Ne le dote un denier,
« Et d’une rien vos vorrai je proier,
« Se vos m’amés et me tenés point chier,
« Que ce penser de moi laissiés ester.
« Se fussent vif Rolans et Oliviers,
« Nes doteroie la monte d’un denier. »
Et dist Berars, qui estoit prisoniers :
« Dame, fait il, cil est et preus et ber ;
« Ja itel cop n’oi mais de chevalier.
« Mais d’une rien vos vorrai je proier
« De bones armes le faciés adober,
« Que li Danois que l’en apele Ogier

« Oit una spea qe trença volunter :
« Curtana l’apelent Alemant et Baiver.
« Plu trença fer, rubi o açer
« Qe nula falçe la erba del verçer. »
Dist la raine : « E l’o ben en penser. »
Dist Varocher : « Pensés de l’esploiter,
« Qe primamant voio à li canpo entrer. »
Dist Bernardo, le sir de Mondiser :
« Sire Varocher, vu avés bon penser,
« Non aça l’ovre si forte ad aster,
« Qe tel se cuita vendere e cançer
« Qe à la fin si le compra molto çer.
« Mal conosés li Danois Oger ;
« En tot le mondo e davant e darer,
« En paganie e por li batister,
« Ne se trovaria un milor çivaler. »
Dist Varocher : « Ben l’o oldu nomer,
« Ma no por tant e nol doto un diner,
« E d’una ren vos voio creenter :
« Pois qe mon sir me dono li corer,
« Eo devente si argolos e fer,
« Quando de le bois me ven à remenbrer
« Qe sor li doso portava tel somer
« Como faroit un corant destrer,
« De retorner plus à quel mester,
« Sacés par voir, se Deo vole aider,
« De retorner al bois e non faço penser.

« Une espée a qui trenche volontiers :
« Courtain l’apelent Alemant et Baivier.
« Plus trenche fer ou rubis ou acier
« Que nule faus ne fait l’erbe el vergier. »
Dist la roïne : « Et l’ai bien enpensé. »
Dist Varochers : « Pensés de l’esploitier,
« Que sans targier vorrai ou champ entrer. »
Et dist Berars, icil de Mondisdier :
« Varochers sire, vos avés bon penser,
« Mais bien porriés cele oevre trop haster,
« Que tés se cuide et vendre et eschangier
« Qui à la fin le compere moult chier.
« Mal conoissés le bon Danois Ogier ;
« En tot le mont et devant et derier
« En paienie et par crestienté
« Ne troveriés un meillor chevalier. »
Dist Varochers : « Bien l’ai oï nomer,
« Mais neporquant ne le dote un denier,
« Et d’une rien vos voil acréanter :
« Puis que mes sire m’adoba chevalier,
« Sui devenus si orgoillos et fiers
« Que, quant dou bois me vient à remembrer
« Où sor le dos tel fais oi à porter
« Come poroit faire uns corans destriers,
« Plus ne vorroie à cel mestier torner.
« Sachiés por voir, se Diex me vuet aidier,
« De retorner au bois n’ai nul penser.

« Soloia aler vesti de pani de paltoner
« Et in man portoie un baston de pomer ;
« E uio si son vesti à lo de çivaler
« E a mon la li brando forbi d’açer.
« Quando ço voi, et mon cor son si fer
« Qe non redoto homo nuio de mer.
« Converser soloie cun bestie averser ;
« Ora demoro en çambra d’inperer,
« E quando voio s’ovro so camarler. »
Dist la raine : « Tu a molt bona sper ;
« Nen so q’en die ne responder darer.
« Tant e tu saço en dir e en parler
« Le to parole e non voio amender ;
« Ma tota fois avero par toi proier
« Jesu de glorie, li vor justisier,
« Qe de la bataile te lasi arer torner
« E sano e salvo dever le dux Oger. »
Dist Varocher : « Or lason li parler
« E si me faites le arme aporter. »
Dist la raine : « De grez e volunter. »

Coment la Raine fait armer Varocher.

Blançiflor la raine à la clera façon
De Varocher oit gran doteson.

« Aler soloie vestus com pautoniers,
« En main portoie un baston de pomier ;
« Hui sui vestus à loi de chevalier
« Et à mon lez le branc forbi d’acier.
« Quant ice voi, en mon cuer sui si fiers
« Que je ne dote home de mere né.
« O males bestes soloie converser ;
« Ore demor en chambre emperiel,(*)
« Et quant le vueil m’ovrent si camerier. »
Dist la roïne : « Moult es bien esperés ;
« Ne sai qu’en dire ne qu’en respondre arier.
« Tant es tu saiges en dire et en parler
« Que je ne voil ta parole amender ;
« Mais tote voie vorrai por toi proier (*)
« Jesu de gloire, le verai jouticier,
« De la bataille te lait arier torner,
« Et sain et sauf de vers le duc Ogier. »
Dist Varochers : «  Or laissons le parler
« Et si me fetes mes armes aporter. »
Dist la roïne : « Volentiers et de gré. »

Coment la Roine fist armer Varocher.

Nostre roïne à la clere façon
Por Varocher est en gran sospeçon. (*)

Arme li fa aporter le meltre de li mon.
E cil vesti l’auberg flamiron,
Mis le ganbere, e calço li speron,
E posa çinse lo brando al galon.
Un elmo a laçé qe fu rois Faraon ;
Nen fo ma spée q’en trençase un boton.
Monto à çival corant e aragon.
E la raine à la clera façon
Le fe aporter una tarça reon.
Al col se la mist Varocher li prodon,
E posa prist un aste cun un penon,
Li fer trençant si le sont en son.
« Dama, dist Varocher, e vo à li Deo non. »
Dist la raine : « A ma beneçion. »
E Varocher punçe li aragon,
A l’inperer vene sença tençon :
« Enperer sire, e vo al canpion
« A fornir la bataile, se vinçer la poron. »
Dist l’inperer : « Soia à li Deo non.
« Se Deo me done de la retornason,
« Tant vos donaro or coito e macon,
« E bona tere con castel e doion,
« Qe in vestra vite en serés riçes hon. »
Dist Varocher : « E nu li prenderon,
« Si vos faremo homaço cun fare se devon. »
Li rois le segne de le beneçion,
E cil s’en voit à cuite d’esperon ;

Les meillors armes li fait porter dou mont.
Et cil vesti le hauberc fremillon
Et le gambais, et chauça l’esperon,
Et le bon branc a ceint au lez selonc. (*)
Un elme lace qui fu roi Faraon ;
Ne fu mais brans qu’en trenchast un boton.
El cheval monte corant et aragon.
Et la roïne à la clere façon
Porter li fist un bon escu réon.
Au col sel mist Varocher li prodon,
Puis prist une anste à tout le gonfanon
Dont li fers trenche moult durement en son.
« Dame, dist il, je m’en vai au Dieu nom. »
Dist la roïne : « A ma benéiçon. »
Et Varochers broche son aragon,
Devant le roi est venus sans tenson.
« Gentis rois sire, ou champ nos en alons
« Por la bataille, se vaintre la poons. »
Et dist li rois : « A Dieu benéiçon.
« Se Diex me doint que torne en ma maison,
« Tant vos donrai et or cuit et mangons,(*)
« Et bone terre o castel et donjon,
« Que en vo vie en serés riches hon. »
Dist Varochers : « Et nos le prenderons
« O tel homage que faire vos devrons. »
Li rois le seigne de la benéiçon.
Et cil s’en vait à coite d’esperons ;

Plu se ten fer qe liopart ne lion.
Tanto çivalçe, non fait arestason,
Ven à la tende de l’imperer K.
Ad alta vos elo mis un ton :
« Enperer sire de França e de Lion,
« O avés vos li vestre canpion ?
« Vol il conbatre ? dites moi si o non. »
K. l’oï e le dux Naimon,
Dist l’un à l’autre : « Cil est un mal garçon !
« Meltre diable non e in ste mon. »
Atant li Danois venoit por li pavilon.
De Varocher el oldi la tençon,
Quando l’oldi, el se tene à bricon.
Ven à sa tende o le ses omi son,
Queri ses arme si vesti li braçon,
So blano aubers, si calço li speron.
Çinse Curtane al senestre galon,
Alaça l’eume à guise de baron,
Monta à çival corant et aragon,
Al col la tarçe o e pinto li schalon.
Una asta pris o li fer son in son,
El non fi moto nen dist autre sermon,
Ver Varocher s’en vait à speron.
K. le vit, si n’apello Naimon :
« Veez li Danois cun s’en vait à bandon !
« Ça sera la bataile, qe ne pisi o non. »
E dist N. : « Deo vinçer ne la don,

Plus fier se tient que leupars ne lions.
Tant a erré, n’i fait arrestison,
Vient à la tente l’emperéor Kallon,
A sa vois clere si s’escrie à haut ton :
« Sire emperere de France et de Loon,(*)
« Où avés vos le vostre champion ?
« Vuet il combatre ? dites moi si o non. »
Kalles l’oï o le bon duc Naimon ;
Dist l’uns à l’autre : « Vez dou malvais garçon !
« Mieudre diables nen est en cestui mont. »
Atant Ogiers vient par le pavillon.
De Varocher a oï la tenson,
Et quant l’entent, il se tient à bricon.
A son tref vient où li sien home sont,
Ses armes quiert, si vest le haubergeon,
Le blanc hauberc, si chauce l’esperon.
Ceinte a Courtain au lez senestre en son,
Le hiaume lace à guise de baron,
El cheval monte corant et aragon,
Au col l’escu qu’ert peint à eschelons.
Une anste prist à tout le fer en son, (*)
Mot ne sona ne dist autre sermon,
Vers Varocher s’en vait à esperons.
Kalles le voit, s’en apele Naimon :
« Vez dou Danois com s’en vait à bandon !
« Ja bataille ert, qui qu’en poist o qui non. »
Et dist dus Naimes : « Diex vaintre nos la doint,

« E si metese pax et acordason
« Entro color qe un parenté son ! »

Coment li Danois apeloit Varocher.

Quant li Danois fo à Varocher venu,
Elo l’apelle si l’oit à rason metu :
« Çivaler sire, vu m’avés deçéu
« Quant avant moi estes à li campo venu.
« Volez contra moi mostrer vestra vertu,
« O dever moi clamar ve recréu ? »
Dist Varocher : « Avez li seno perdu ?
« Créez qe soia qui a loga venu
« Por dir çanson ne faire nul desdu,
« Se no por conbatre à li brandi nu ?
« Se tel serés como avés li nome éu,
« Ça ver de moi non serés recréu. »
Dist li Danois : « E v’o ben entendu. »
Del canpo se donent una arçea e plu,
L’un cuntra l’autre ponçe li destrer crenu
E brandise le lance à li feri agu.
Comunelment i se sont feru,
Frosent le tarçe tote quant por menu,
Li fer trençant ont in le auberg metu ;
E qui son bon, de mort li oit defendu.

« Et si méist pais et acordison
« Entre parens qui ont desputoison ! »

Coment li Danois apeloit Varocher.

Quant Ogiers fu à Varocher venus,
Il l’en apele, ne se contint pas mu :(*)
« Chevaliers sire, vos m’avés decéu
« Quant avant moi estes ou champ venus.
« Volés mostrer contre moi vo vertu
« O envers moi vos claimer recréu ? »
Dist Varochers : « Avés le sens perdu ?
« Cuidés que soie ci orendroit venus
« Por chanson dire ou faire aucun deduit,
« Non por combatre o le branc d’acier nu ?
« Se estes tés com avés nom éu,
« Ja ne serés envers moi recréus. »
Dist li Danois : « Bien vos ai entendu. »
De champ se donent une archée et plus.
L’uns contre l’autre point le destrier crenu
Et brandist l’anste dont li fers est agus.
Comunaument se sont entreferu,(*)
Froisent les targes trestotes par menu,
Des fers trenchans ont les haubers ferus ;
Mais cil les ont de morir defendus.

Le aste e grose e li fer trençant en fu,
Anbi li baron sonto de gran vertu.
E si gran força i le ont metu
Qe inçenoclé son le çivali anbidu.
E qi le pinse ben qe ont gran vertu,
Si qe le aste son in tronçon caü.
Oltra s’en pase li bon çival crenu ;
Ne l’un ni l’autre no li a ren perdu.

Coment fu grande la meslé tra li dos campion.

Le çivaler si son pro e valant ;
Oltra l’inporte anbes li auferant,
Ne l’un por l’autre ne se ploia niant.
Li destrer torne, çascun trait li brant
L’un dever l’autre, à guise d’olifant.
Ma Varocher se trait plus avant
E fer Oger desor l’eume lusant ;
Gran colpo li done, ma no l’inpena niant,
Qe Damenedé li estoit en guarant.
La spée torne sor la tarça davant,
Toto ne trença quant ela ne prant,
E de l’aubergo la gironée davant.
« Santa Marie, dist Oçer li valant,

Fort sont les anstes, li fers trenchans en fu,
Li dui baron si sont de grant vertu.
A si grant force se sont aconséus
Qu’engenoillié sont li cheval andui.
Là pert il bien que il ont grant vertu,
Que de lor anstes sont li tronçon chéu.
Outre s’en passent li bon cheval crenu ;
Ne l’uns ne l’autre nen i a rien perdu.

Coment fu grans la meslée d’entre les dous champions.

Li chevalier sont et preu et vaillant ;
Outre les portent andui li auferrant,
Ne l’uns por l’autre ne soploie noient.
Lor destriers tornent, chascuns a trait le branc
L’uns devers l’autre, à guise d’olifant.
Mais Varochers se trait plus en avant
Et fiert Ogier desor l’elme luisant,
Grant cop li done, mais ne l’empoint noient,
Que Damediex li estoit à garant.
L’espée torne sor la targe devant,
Si en detrenche tot quanques ele en prent,
Et de l’auberc la gironée avant.
« Sainte Marie, dist Ogiers li vaillans,

« Cun quella spée trençe teneremant !
« E cil qi l’a doné si ne m’ama niant. »
Ver Varocher il ven iréemant,
Gran colpo li done desor l’eume lusant,
N’en po trençer un dener valisant,
Car cel heume fu e forte e tenant.
La spea torne qe la tarça porprant
Cun tota la guinche el la çeta à li canp,
E de l’aubergo cento maie in avant.
Tros in l’erbete va la spea clinant.
Si grande fo li colpo de Oger li valant
Qe sor l’arçon de la selle davant
Varocher se vait toto quanto ploiant,
Par un petit non cade en avant.
Reclama Deo, li pere onipotant :
« Sante Marie, raine roimant,
« Anco si me siés de la morte guarant ! »
Dist Oger : « Me va tu reconosant ?
« Rende te à moi, non aler plu avant ! »
Dist Varocher : « Vu parlé de niant ;
« Ancor no suie vinto ne recreant. »
A questo moto anbi li conbatant
Se requerent à li brandi trençant ;
L’un dever l’autre no s’apresia un guant,
De ben ferir çascu se fa avant.

« Com tenrement cele espée est trenchans !
« Qui l’a donée, cil ne m’ama noient. »
Vers Varochers s’en vient iréement, (*)
Grant cop li done desor l’elme luisant,
N’en puet trencher un denier valissant,
Car fu cil elmes et moult fors et tenans.
L’espée torne qui la targe porprent
Atout la guige l’avale jus ou champ,
Et de l’auberc cent mailles en avant.
Trosqu’en l’erbete vait l’espée clinant.
Dou bon Danois fu li cops si très grans
Que sor l’arçon de la sele devant
Se vait trestos Varochers embronchant,
Par un petit ne chaï en avant.
Dieu en reclaime, le pere omnipotent :
« Sainte Marie, roïne raemans,
« Ancui me soies contre la mort garans ! »
Et dist Ogiers : « Me vais tu conoissant ?
« A moi te rent, nen aler plus avant ! »
Dist Varochers : « Vos parlés de noient ;
« Ancor ne sui vaincus ne recréans. »
A icel mot andui li combatant
Se vont requerre atout les brans trenchans ;
L’uns envers l’autre ne se prisent un gant,
Dou bien ferir chascuns se vait aidant.


Coment fu grande la bataille.

A gran mervile fo pro li çivaler ;
L’un no presia l’autre la monta d’un diner.
A li brandi d’açer anbi dos se requer.
Se l’un e pro, li autre e liçer.
Le armaure, for li heume d’açer,
Sont trençé tros à la çarne cler.
« Sante Marie, dist li Danois Oger,
« A grand mervile e fer ste malfer ;
« Jamai non vi homo de tel aiter.
« A gram mervite e pro çivaler. »
Elo l’apelle sil prist à derasner.
« Çivaler sire, dist li Danois Oger,
« En la corte de le vestre enperer
« Par nome cum vos faites clamer ? »
E cil le dist : « E o nome Varocher.
« Petit el termen qe eo fu çivaler ;
« Eser soloia prima un paltoner
« E in foreste senpre à converser.
« Par un servise qe fi à l’inperer
« El m’a doné le arme e li corer
« E de novel m’a fato çivaler.
« De quella cosa qe mo sta à çeler


Coment fu grans la bataille.

A grant merveille sont preu li chevalier ;
Ne s’entreprisent la monte d’un denier.
Au branc d’acier chascuns l’autre requiert.
Se l’uns est preus, li autres est legiers.
Les arméures, fors les elmes d’acier,
Trosqu’en la chair n’ont failli à trenchier.
« Sainte Marie, dist li Danois Ogiers,
« A grant merveille est fiers icil maufés ;
« Ja ne vi mais home de tel fierté.
« A grant merveille est preus li chevaliers. »
Il l’en apele sel prent à aresner.
« Chevaliers sire, dist li danois Ogier,
« En cort le roi où vos estes sougiés
« Par vo droit nom com vos faites claimer ? »
Et cil li dist : « J’ai à nom Varocher.
« Poi de tens a que fui fais chevaliers ;
« Estre soloie premier uns pautoniers
« Et en forest sempres à converser.
« Por un service oi del roi tel loier
« Que il me fist fervestir et armer
« Et de novel m’adoba chevalier.
« De cele chose que me covient celer

« S’el la saüst K. maino l’inperer,
« No t’averoie mandé qui à çostrer
« Par moi oncire, confondre e mater,
« Ançi m’averoit amer e tenu çer. »
Dist li Danois : « Noble çivaler,
« Se à vos plaist à moi çel deviser
« E la creence dire e palenter,
« E moi e vos, sença nosa e tençer,
« E sença colpo ferire ni capler,
« E moi e vos s’averesemo acorder. »
Dist Varocher : « Me le poso enfier
« Qe ço qe vos diro vu si diça çeler
« Ne à nul persone dire ni aconter ? »
Dist li Danois : « E vos l’avero çurer. »
Dist Varocher : « Et eo meio non requer,
« Et eo vos contaro le fato tot enter,
« Si cun l’ovre fo fata da primer.
« Nen vos remenbre de li tenpe ancioner,
« Quant Albaris fo morto à li verçer,
« A la fontane por la dama mener,
« Donde Machario si n’ave son loer ?
« La dama s’en foçi por li bois dur e fer,
« Et eo si l’encontre ad un terter paser.
« A moi se rende, eo l’avi à convoier
« Trosqu’à en Ongaria, ilec fi la repolser,
« Si la desis à cha d’un bon oster.
« La prima noit qe l’avi ostaler,

« Se séust Kalles, l’emperere au vis fier,
« Ne t’averoit ci mandé à joster,
« Por moi confondre et ocire et mater,
« Ains me vorroit amer et tenir chier. »
Dist li Danois : « Nobiles chevaliers,
« S’à vos pléust ice me deviser
« Et la raison en dire et créanter,
« Et moi et vos, sans noise et sans tencer,
« Sans cop ferir ne sans autre chapler,
« Bien nos porrions ambedui acorder. »
Dist Varochers : « Me poés afier,
« Se jel vos di, que le vorrés celer
« Et à nului ne dire n’aconter ? »
Dist li Danois : « Et le vos puis jurer. »
Dist Varochers : « Et je miels ne requier,
« Et vos dirai l’afaire tot entier, (*)
« Si com ala l’oevre de chief en chief. (*)
« Dou tens passé vous puet il remembrer,
« Quant Auberis fu mors ens el vergier
« Lez la fontaine, por la dame mener,
« Dont si en ot Macaires son loier ?
« Fuit s’en la dame par le bois aspre et fier,
« Et je l’encontre à un tertre passer.
« A moi se rent, si l’oi à convoier
« Trosqu’en Ongrie, où la fis reposer,
« Chez un bon oste si la fis hebergier.
« La nuit méisme que vint en cel ostel,

« Un enfant partori ; quant le fi bateçer,
« Li rois d’Ongarie le vene ad alever,
« Son nome le mist ; si se fa apeler.
« Quant conoue la dame, molto l’avoit çer,
« Grant honor le fi, si mando à son per.
« E son pere mando por lei de nobeli çivaler ;
« En Costantinople el se la fe mener.
« E por le a fato questa oste asenbler.
« E si te poso par droito non conter
« Qe quella dame cun tot li baçaler
« Si est en l’oste de l’inperer son per,
« E qi la volt, là la pora trover
« E sana e salva, sença nul engonbrer. »
Quant li Danois li oldi si parler
E tel rason dire e deviser,
Qi le donast li honor de Baiver,
Nen seria si çoiant par nula ren de mer.
El se decline enverso Varocher,
Entro le fro mis le brando d’açer.
« Varocher, dist il, e vos o molto çer ;
« Non plasa Deo, li vor justisier,
« Qe contra vos e voia plu çostrer.
« Çer vos tiro cun vos fustes mon frer
« Nen avero ren, ni avoir ni diner,
« Avec vos ne sero parçoner. »
E Varocher l’en pris à mercier.

« D’un fil s’agiut ; quant le fis bautisier,
« Li rois d’Ongrie le vint en fons lever,
« Son nom li mist ; si se fait apeler.
« La dame vist, si l’ot en grant chierté,
« Et à son pere fist mesages mander.
« Et cil refist por sa fille envoier ;
« En sa cité se la fist amener.
« Por ele a fait cel grant ost asembler.
« Et si te puis par droit nom créanter
« Que cele dame à tout le bachelier
« De son pere est ens el demaine tref,
« Et qui la vuet, là la porra trover
« Et saine et sauve, sans point de l’encombrier. »
Quant li Danoi l’a oï si parler
Et tel raison et dire et deviser,
Qui li donast tot l’onor de Baivier,
Plus liés ne fust à jor de son aé.
Vers Varocher se vait il encliner,
Dedens le fuerre a mis le branc d’acier.
« Moult vos ai chier, ce dist il, Varochers ;
« Ne plaise Dieu, le verai jouticier,
« Que contre vos je vueille plus joster.
« Si com mon frere uimais vos tenrai chier
« Ne rien n’aurai, ne avoir ne denier,
« Que avec vos n’en soie parsoniers. »
Et Varochers l’en prist à mercier.


Coment li Danois apelloit Varocher.

Quant li Danois oit oldu la novelle,
A gran mervile ela li paroit belle.
De çoia qe il tot li cor li saltelle,
Deo mercie e la Verçen polçelle,
O el vi Varocher dolçement l’apelle,
« Varocher, fait il, dito m’avés tel novelle
« Plus me l’a chara qe l’onor de Bordelle,
« De vos amer tot li cor me renovelle.
« A K. m’en çiro, q’e segnor de Bordelle,
« Diro qe m’avés et abatu de selle. »

Coment li Danois parolle.

« Varocher, dist li Danois, nen vos ert cellé,
« Tel colsa m’avés dito e conté
« Plus n’oe çoia qe se aust guaagné
« Eser segnor de Roma la cité,
« De la raine qe viva est trové.
« A K. maine e tornaro aré ;
« Ça questa colse no le sera conté,
« Mes altrament le sera devisé,


Coment li Danois apeloit Varocher.

Quant oïe ot li Danois la novele,
A grant merveille ele li paroit bele.
Tel joie en ot tos li cuers li sautele,
Dieu en mercie et la Vierge pucelle,
Et Varocher belement en apele.
« Vos m’avés dit, fait il, itel novele
« Que plus ai chiere de l’onor de Bordele.
« De vos amer li cuers me renovele.
« A Kallon vai, le segnor de Bordele,
« Si li dirai m’avés rué de selle.

Coment li Danois parole.

Dist li Danois : « Ne le vos quier celer,
« Itel novele m’avés dit et conté
« Plus en ai joie que s’éusse acquesté
« D’estre li sire de Rome la cité,
« Por la roïne qu’est vive et en santé.
« A Kallemaine m’en tornerai arier ;
« De cele chose ne li sera conté,
« Mais autrement li sera devisé,

« Donde la pax en sera fata de anbi lé. »
Dist Varocher : « Vu fari gran bonté ;
« Or vos alez e plus non demoré. »
Et li Danois si oit preso concé,
Da Varocher e parti e sevré.
A l’oste K. el fu reparié.
E quant el fo queri e demandé
De la bataile coment estoit ovré,
Elo le dist qe vinto e e maté.
E quant el fo del çival desmonté
E de ses armes el fo desarmé,
Elo si vent davanti l’inperé.
« Bon roi, fait il, e voio qe vu saçé
« Conbatu son e vinto e maté
« Dal milor çivaler de la crestenté.
« Unde e vos pri par droita verité
« Qe vu tratés pais e bona volunté
« Cun l’inperer qe est de Costantinople clamé,
« E se vos le faites, vu farés gran bonté. »
Dist K. maine : « Ben me veroit à gré
« Se envers lui atrovase piaté,
« Qe de soa file qe morta est trové
« Elo me fist perdon de tot son gré. »
Dist li Danois : « Ora li envoié
« Un ves mesajo qe soia de bonté,
« Qe ben saça parler e querir pieté. »
Dist l’inperer : « E l’o ben porpensé ;

« Dont ert la pais faite d’ambedeus lez. »
Dist Varochers : « Vos feriés grant bonté ;
« Or en tornés et plus ne demorés. »
Et li Danois a congié demandé,
De Varocher s’est parti et sevré.
A l’ost Kallon il s’en est repairiés.
Et quant li vont enquerre et demander
De la bataille coment il ot ovré,
Il lor respont vaincus est et matés.
Et quant il fu del cheval desmontés
Et de ses armes quant il s’est despoillié,
Devant le roi se vint engenoiller.
« Boins rois, fait il, ne le vos quier celer,
« Combatus suis et vaincus et matés
« Par le meillor de la crestienté.
« Dont je vos pri par droite verité
« Que pais traitiés et bonne volenté
« Avec le roi dont es genres claimés,
« Et se le faites, vos ferés grant bonté. »
Dist Kallemaines : « Bien me venroit à gré
« Se envers lui atrovasse pité,
« Que de sa fille qu’ai fait à mort livrer
« Me volsist faire pardon de tot son gré. »
Dist li Danois : « Ores li envoiés
« Un vo mesage qui soit de grant bonté,
« Qui bien parler saiche et querir pité. »
Dist l’emperere : « Et l’ai bien porpensé ;

« Qi li alira ? » dist K. l’inperé.
Dist li Danois : « Eo li o ben trové :
« N. li dux e eo da l’altro lé. »
Dist l’inperer : « Et el soia otrié.
« Ça dos milor non e in crestenté. »
Adoncha N. si se fo coroé,
De riche robe vesti e adorné.
E li Danois non oit l’ovra oblié,
Qe ben savoit tota la verité,
Si cun Varocher li avoit conté,
E por qela chason li vait çoiant e lé.
Anbidos se partent qant pris ont conçé.
Por li çamin tanto sonto alé
Le primer homo qi ont trové
Cil fu Varocher, cun avoit ordené
Cun li Danois, quant da lui fo sevré.
Quant elo le vi, gran çoia oit mené,
Le dux N. oit por man gonbré,
E li Danois prist da l’altro lé.
Davanti l’inperer li oit amené.
Li rois le vi, por lor se fo levé ;
N. asist à son destro costé.
Da, l’autre part, da le senestre lé,
Sest li Danois de bona volunté,
E Varocher davanti lor en pé.
Molto furent da li baron guardé,
Laudé furent e da boni e da ré.

« Mais qui porrons, fait il, i envoier ? »
Dist li Danois : « Bien le sai je trover :
« Naimes li dus et je de l’autre lez. »
Dist l’emperere : « Si soit il otrié.
« Ja dous meillors ne porroit on trover. »
Adonc se vait dus Naimes conréer,
De riches dras vestir et atorner.
Et li Danois ne s’est mie oblié,
Qui bien savoit tote la verité
Com l’ot oï à Varocher conter,
Et por ice s’en vait joians et liés.
Andui se partent quant pris ont le congié.
Tant ont erré par le chemin plenier
Li premiers hom que il ont encontré
Varochers fu, com l’avoit ordené
O le Danois, quant de lui fu sevrés.
Quant l’ont véu, grant joie en ont mené,
Et li dus Naimes l’a par la main cobré,
Et li Danois le prist de l’autre lez.
Devant Kallon issi l’ont amené.
Li rois les voit, si s’est por eus levés ;
Naimon asist à son destre costé.
De l’autre part, à son senestre lez,
Sist li Danois de bone volenté,
Et Varochers devant eus este en piés.
Des barons furent andui moult esgardé,
Loé en furent et des bons et des mels.


Coment N. parolle.

Naimes parole toto primerement.
« Droit enperer, dist il, à moi entent ;
« Voir vos diro por lo men esient.
« Non est nul colse in ste segol vivent,
« Pois q’el e fato et oit pris feniment,
« De retorner arere de le en nient.
« Unde eo pri, por Deo onipotent,
« Qe à K. maine, qe fu vestre parent,
« Li perdonés de cor e de talent,
« Et el sera à ves comandament
« D’obéir vos, e lui e sa çent. »
Dist l’inperer : « Vu parlés saçement,
« E vos voio dire à vos apertament
« Quando ma file marié primement
« E non avoie amigo ni parent
« Ke tant amoie cum K. loialment.
« Oro it il fato ver moi desloialment,
« De ma file fato desloialment
« Si la çuçoit à li fois ardent.
« Calonçea fo à torto vilment ;
« De quela colsa qe estoit falsament
« Nen poso ester qe à vos non palent.


Coment Naimes parole.

Naimes parole trestot premierement.
« Drois emperere, dist il, à moi enten ;
« Voir vos dirai par le mien escient.
« Nule riens n’est en cest siecle vivant,
« Puis que faite est et a pris finement
« Qui retorner puist ariere en noient.
« Dont vos pri je, por Dieu l’omnipotent,
« Que à Kallon, qui est vostres parens,
« Li pardonés de cuer et de talent,
« Et sera il a vo comandement
« De vos servir, il et tote sa gens. »
Dist l’emperere : « Vos parlés saigement,
« Et vos vueil dire trestot apertement
« Quant alai primes ma fille mariant
« Je nen avoie ne ami ne parent
« Que tant amasse com Kallon loiaument.
« Or a ovré vers moi vilainement
« Et vers ma fille esploitié laidement (*)
« Quant l’a jugée à mettre el feu ardent.
« A grant tort fu encorpée et vieument ;
« Mais de tel chose que créés fausement
« Ne puis muer ne vos face saichant.

« Se Deo m’oit ameo loialment,
« De ma fille vos diro li convent :
« Non est morte, ançi e viva e çoient.
« E se de ço vu fosi descreent,
« Veri li voir à le à mantinent. »
Alora dist à Varocher en rient :
« Varocher, dist il, vu si saço e valent ;
« Alez à Blançiflor, non demorés nient,
« Davant moi la menez al present,
« Si qe N. la voie e Oger ensement. »
Dist Varocher : « Vu parlé saçement. »
El se departe, non fait demorament,
Ven à la çanbre o ela estoit çeleament
Avec Bernard, de soto un paviment.
Dist Varocher : « Dama, ad esient
« E vos aporto un noble present.
« Vestre per v’invoie sençe demorament
« Venez à lui si açesmeament
« Qe de vos non açe blasmo de nient
« Qe avez eu nesun enoiament.
« Véoir vos vol de la françescha jent
« Uçer e Naimes, qe son vestre servent »
La dama l’olde, à Deo merçe ne rent.
Gran çoia n’oit, se vesti riçement,
Ad un fil d’oro sua crena destent.
Ela e Bernardo se parti mantenent,
E fo venua da la tenda davent

« Se Damediex me fust onques aidans,
« Ja de ma fille sarés le covenant :
« Morte n’est mie, ains est vive et joians.
« De cest afaire se nen estes créans,
« D’ele en saurés le voir de maintenant. »
A Varocher lors a dit en riant :
« Tu ies, fait il, et saiges et vaillans ;
« A Blancheflor va sans targer noient
« Et devant moi si la mene en present,
« Qu’Ogiers la voie et Naimes ensement. »
Dist Varochers : « Vos parlés saigement. »
Atant se part, n’i fist arrestement,
Vient à la chambre où ert celéement
Avec Berart, desor un pavement.
Dist Varochers : « Dame, à mon escient,
« Je vos aporte un moult riche present.
« Li rois vos peres vos mande qu’erranment
« A lui veigniés si acesméement
« Que n’ait de vos nul blasme de noient
« Qu’aiés éu nesun encombrement.
« Véoir vos vuelent de la françoise gent
« Ogiers et Naimes, qui sont vostre sergent. »
La dame l’ot, à Dieu mercis en rent.
Grant joie en ot, si se vest richement,
Ad un fil d’or sa crigne vait nouant.
Ele et Berars se partent maintenant,
Au tref son pere venue est là devant

Davant son pere, o Naimes la atent.
Quant N. la vi, li cor si le sorprent
Parler non poroit par tot l’or d’Orient.

Coment N. parolle a la Raina.

Gran çoia ont le çivaler
Quant verent la raine qe oit le vis cler ;
I se partent davant l’inperer,
O verent la raine, se vont à ençenoler
E çentilment la vont à saluer.
« Dama, dist N., se l’olsase parler,
« Eo vos diroe un poi de mon penser :
« Qe l’inperer liqual e vestre per
« Plus saçes rois no se poroit trover
« Quando ces ovre a saçé si mener ;
« Ma, se li plais, e li vol otrier,
« Quel qe diro non voia devéer,
« Entro lui et K. e le voio apaser.
« E vos, raine, s’el vu est agraer,
« Si tornarés ves réame à guarder.
« A vos declinaroit Alemans e Baiver
« Et tota jent q’e soto l’inperer. »
Dist la raine : « Ne m’en so conseler,
« Quando me poso li jor à remembrer

Où li dus Naimes l’atent à parlement.
Quant il la voit, li cuers si li sozprent
Mot ne sonast por tot l’or d’Oriant.

Coment Naimes parole a la Roine.

Grant joie en ont li baron chevalier
Quant véue ont la roïne au vis cler ;
Dou tref le roi se partent sans targier,
Où il la voient se vont engenoillier
Et si la vont belement saluer.
« Dame, dist Naimes, se fuisent tant osés,
« Je vos diroie un poi de mon penser :
« Dou roi vo pere qui vos a engenré
« Plus saiges hom ne se porroit trover,
« Quant cest afaire a séu si mener ;
« Mais, se li plaist et il vuet l’otrier,
« Que il mes dis ne voille devéer,
« Avec Kallon le vorrai acorder.
« Et vos, roïne, sel volés agréer,
« Si tornerés vo réaume à garder.
« Aclin vos erent Alemant et Baivier(*)
« Et tote gent qu’a Kalles à bailler. »
Dist la roïne : « Ne m’en sai conseiller,
« Quant de cel jor m’avient à remembrer

« Qe si vilment elo me fe mener,
« E quando vi le fogo alumer
« O dedens me voloia ruer.
« Se eo avi paure, non e da demander.
« Quando le bon abes m’avi à confeser,
« De quela poine el me fe resploiter.
« Quando mon segnor me fe via mener
« Ad Albaris, li cortois et li ber.
« De le traites qe li vene darer
« Par mon cors onir e vergogner,
« Par moi defendre, le vi morto çiter.
« E quant ço vi, si m’alé afiçer
« En le gran bois por ma vita salver.
« Asa m’aloit çerchando quel liçer ;
« Ne me pote avoir, si s’en torno arer.
« Nen véez vos cestui Varocher ?
« A gran mervile le dovez amer,
« Sor tot ren amer e tenir çer.
« Par moi laso e fio e muler,
« Ne ma da moi ne se volse sevrer.
« Prima estoit un truant à guarder ;
« Ma mo oit lasé quel mester,
« Dapois qe mon per si le fe çivaler.
« Da ora avanti el s’a fato à priser. »
Dist li Danois : « Al mondo non ait son per ;
« Por ben ferir e gran colpi doner
« Meltre de lui non pote mais trover.

« Où il me fist à tel vieuté mener,
« Et por m’ardoir vi le feu alumer
« Où me voloit tote vive ruer.
« Se j’oi paor, ne fait à demander.
« Quant li bons abes me vint à confesser,
« De cele peine me fist il respitier.
« Atant mes sire me fist fors enmener
« A Auberi, qui ert cortois et ber.
« Dou traïtor qui li sorvint derrier
« Por me honir et mon cors vergoigner,
« Le vi, por moi defendre, mort jeter.
« Et quant ce vi, si m’alai afichier
« Ens el grant bois por ma vie sauver.
« Asés m’ala cerchant cil pautoniers ;
« Ne me trova, si s’en torna arier.
« Nen véez vos icestui Varocher ?
« A grant merveille le devés vos proisier,
« Sor tote rien amer et tenir chier.
« Por moi laissa ses fils et sa moillier,
« Ne mais de moi ne se vout desevrer.
« Primes sanloit truant à l’esgarder ;
« Mais plus ne vuelt de cel mestier ovrer,
« Puis que mes peres l’adoba chevalier.
« D’ore en avant moult fait il à proisier. »
Dist li Danois : « El mont nen a son per ;
« Por bien ferir et por grans cops doner
« Mieudre de lui ne se puet mais trover. »


Coment la Raina parolle al civaler.

« Segnur, dist la raine, entendés mon talant ;
« Ço qe diro saçés ad esiant.
« En mon per est tot l’acordamant,
« E quel po faire de moi li son talant.
« Nori el m’oit e moi e mon enfant,
« Dapois qe de Françe en fi desevremant ;
« S’elo l’otrie, sero molto çoiant. »
Dist le dux N. : « Vu parlé saçemant. »
A l’inperer i se vait declinant.
« Enperer sire, dist N. li valant,
« Por Deo vos pri qe naque in Bemant
« Qe avec K. faites acordamant.
« Sa dama li rendés, qe droit est voiremant,
« Qe partir ne le poit homo qe soia vivant. »
Dist l’inperer : « Vu parlés saçemant ;
« Mais d’une ren saçés ad esiant
« Par un petit qe eo no me repant,
« Quant me porpenso de l’inçuria grant
« Qe à ma file el fi malvasiemant ;
« E ben savés se digo voir o mant.
« Mais noportant eo vos donc li guant
« Qe de çes ovre façé li ves comant. »


Coment la Roine parole as chevaliers.

Dist la roïne : « Entendés mon talent ;
« Ce que dirai sachiés à escient.
« En mon pere est trestos l’acordemens,
« Et cil puet faire de moi le suen talent.
« Norrie m’a, et moi et mon enfant,
« Puis que de France ai fait desevrement ;
« Se il l’otrie, moult en serai joians. »
Dist li dus Naimes : « Vos parlés saigement. »
L’emperéor vait parfont enclinant.
« Sire emperere, dist Naimes li vaillans,
« Par cel Dieu qui nasqui en Belléant,
« Avec Kallon faites acordement.
« Sa dame rait, que drois est voirement
« Que ne les puet partir nus hom vivans. »
Dist l’emperere : « Vos parlés sagement ;
« Mais d’une rien sachiés à escient
« Par un petit que je ne m’en repent,
« Quant me porpense de la mesprison grant
« Que à ma fille fist il mauvaisement ;
« Et bien savés se je di voir o ment.
« Mais neporquant je vos en doins le gant,
« Que ceste oevre faciés vostre commant. »

Quant li baron oldé li convenant,
I le merçie, clina le perfondamant
Si l’en mercie e ben e dolçemant.
Se la raine oit çoie, nesun no ne demant ;
A le dux N. ela dist en riant :
« N., fait ela, se vivo longemant,
« De questa pais n’atendés gran presant ;
« Ma, sel ve plas, prendés mon enfant,
« A son per li menés tot inprimeremant
« Q’elo li voie, qe mais no li fo davant.
— Deo ! dist Oçer, molto e richo li presant. »
Adoncha la dame non demoro niant,
O vi son fil, porme la main li prant,
A N. le delivre e ben e çentilmant.
E qui prende conçé dal roi e da sa çant
E mena Varocher avec l’infant.
De lui non se fioit en nesun hom vivant ;
Dapo q’el fo nasu sil nori ben e çant.

Coment li mesager s’en vait a l’ost K.

Va s’en li mesaçer, nen fait demorason,
Emena avec lor le petit garçon,
E Varocher li saçes et li bon.
Quant s’aprosment à l’oste K.,

Quant li ber a oï le covenant,
L’emperéor vait parfont enclinant
Si l’en mercie et bien et doucement.
Se la roïne ot joie, nus nel demant ;
Au duc Naimon ele dist en riant :
« Naimes, fait ele, se je vif longuement,
« De ceste pais atendés grant present ;
« Mais, se vos plaist, me prendés mon enfant
« Et à son pere le menés maintenant
« Que il le voie, que mais n’i fu devant.
— Dex ! dist Ogiers, ci a riche present. »
Adonc la dame ne s’atarge noient,
Où voit son fil parmi la main le prent,
Naimon le livre, et bien et gentement.
Cil prent congié dou roi et de sa gent
Et Varocher en mene à tout l’enfant.
Cist ne s’en fie à nul home vivant ;
Puis que nés fu sel norri bien et gent.

Coment li mesagier s’en vont a l’ost Kallon.

Vont s’ent li mes, n’i font arrestison,
Avec eus menent le petit enfançon
Et Varocher qui fu saiges et bons.
Quant aprismé se sont à l’ost Kallon.

Contra li vent çivaler e peon,
Per oldir novelle se la pas averon.
Virent Varocher e le petit garçon
Qe plu fu bel qe non fu Ansalon.
Le çevo blondo, cun pene de paon ;
Plu bel damisel uncha non vi nul hon.
Quant i furent davant li rois K,
Li rois li apelle, si le mis por rason :
« Or dites moi qi est quel garçon ?
« L’avi trové en via o in boschon ?
« Un plu bel damisel uncha non vi nul hon. »
E dist N. : « Quan saverés ses non,
« Plu l’amarés qe li oeli del fron. »
Oldés miracle de Deo qe manten li tron !
L’enfant se parti de braçe de N,
E ven à K., sil prist al menton.
« Pere, fait il, ben so la leçion
« De moia mere coment s’en alon.
« Vestre fil son par droita nasion,
« E se nol créés, q’en fosi en sospicion,
« Trover me poés le segno qe avon,
« Desor la spala la crox droita son. »
Li rois l’olde, si n’apella N.
« N., fait il, qe dist ste garçon ?
« Ne poso entendre niente de sa rason.
« Donde l’avés ? dites moi qe il son. »
E dist N. : « Vu le saverés par non.

Contre lor vienent chevalier et péon
Savoir noveles s’auront la pais o non.
Varocher voient et o lui l’enfançon
Qui plus biaus ert onc ne fu Asalons.
Le chief ot blont o penne de poon ;(*)
Plus bel dansel onques ne vi nus hon.
Quant sont venu devant le roi Kallon,
Cil les apele, ses a mis à raison :
« Or dites moi de celui enfançon,
« L’avés trové en voie o en boisson ?
« Onc ne vist hom nul plus bel dansillon. » (*)
Et dist dus Naimes : « Quant saurés de son nom,
« Plus l’amerés que les deus iex dou front. »
Oés miracle de Dieu qui fist le tron !
L’enfes se part des bras dou duc Naimon,
A Kallon vient, sel prent par le menton.
« Peres, fait-il, je sai bien la leçon
« Com s’en ala ma mere dou roion.
« Vos fils sui je par droite nation,
« Et se nel crois, qu’en aies sospeçon,
« Véoir poés le signe que portons,
« Sor destre espaule, la blanche crois en son. »
Ot le li rois, s’en apele Naimon :
« Naimes, fait il, oés de l’enfançon.
« Ne puis entendre noient de sa raison.
« Qui est me dites ne de quel region. »
Et dist dus Naimes : « Ja le saurés par nom.

« Tel colsa vos diro dont gran çoia n’averon
« Tota la cort, çivaler e peon.
« Çama in France tel çoia non veron
« Cun vu averés por le petit garçon. »

Coment N. parolle.

« Enperer sire, dist N. de Baiver,
« Tel novela vos avero conter
« Donde n’averés forment à merveler.
« Nen véés vos ste petit baçaler ?
« Por voir vos di, si ve le poso çurer,
« Qe por ves filz le poez clamer.
« Si o veçu Blançiflor sa mer
« Q’ella estoit en la cort de son per ;
« Non e pais morte, ançi e sana e cler. »
Quant sta novela oï l’inperer,
Sor tot ren s’en pris à merviler.
El dist à N. : « Questo non poso creenter,
« Qe, sa fose vive, nen poroit endurer
« De veoir sa çent oncir e detrençer. »
E dist N. : « E vos li poso çurer
« Qe l’o veçue e parlé al çeler.
« La pax e fata, se la volés otrier. »
Dist l’imperer : « Tropo longo el vi tarder. »

« Tel vos dirai dont grant joie en auront
« Tote la cort, chevalier et péon.
« Jamais en France tel joie ne vist on
« Com vos aurés por le jouene enfançon. »

Coment Naimes parole.

« Sire emperere, dist Naimes de Baivier,
« Bien vos porrai tel novele conter
« Dont en aurés forment à merveiller.
« Véés vos point ce petit bachelier ?
« Por voir vos di, si le vos puis jurer,
« Que por vo fil bien le poez claimer.
« Si ai véu sa mere Blanchefier(*)
« Avec son pere ù ele ert en son tref.
« N’est mie morte, ains vive et en santé. »
Quant li rois ot la novele conter,
Sor tote rien s’en prist à merveiller :
Dist à Naimon : « Ce ne puis créanter,
« Que, se fust vive, ne poroit endurer
« Sa gent véoir ocire et detrenchier. »
Et dist dus Naimes : « Et vos le puis jurer,
« Que l’ai véue, si me li lut parler. (*)
« La pais est faite, sel volés otrier. »
Dist l’emperere : « Trop longues a targié. »(*)

K. li rois prist l’infant à guarder
E si le prist querir e demander.
« Bel filz, fait il, come a nome ton mer ?
« E di à moi li nome de ton per. »
Dist l’infant : « Ne vos li o çeler,
« Dama Blanciflor oï à nomer ma mer,
« Mon per oï nomer K. maino l’inperer,
« Cun ma mer me conte quando me ven parler. »
Li rois si le reguarda si le prist à baser.
« Bel filz, fait il, vu me si molto çer ;
« De pos ma mort ve fari rois clamer
« De França belle, Normandie e Baiver. »
Or dist N. : « Lasez li parler,
« Qe de l’acordo ora se vol penser,
« Si qe aiez emena ves muler. »
Dist li rois : « A vos ven quel plaider
« De far la pais e la guera laser. »

Coment ancor parloit N.

« Emperer sire, ço dist le duc Naimon,
« Cun la raine sonto ste à tençon ;
« Tot m’a conté de soa entencion.
« Un parlamento vo fare, qe ne pisi o non ;
« Un e l’altro enperer serez à un bolçon :

Kalles li rois prist l’enfant à garder
Et si li prist et querre et demander :
« Bel fil, ta mere com se fait apeler ?
« Et de ton pere di com l’oïs nomer. »
L’enfes respont : « Ne vos le quier celer,
« Ma mere oï Blancheflor apeler,
« Mes peres est Kallemaines li ber, (*)
« Si com l’oï à ma mere conter. »
Li rois l’esgarde si le prist à baiser :
« Bel fil, fait il, moult vos doi avoir chier ;
« Après ma mort vos ferai roi claimer
« De dulce France, Normandie et Baivier. »
Et dist dus Naimes : « Or laissiés ce parler,
« Que de l’acorde huimais estuet penser, (*)
« Si que menée en aiés vo moillier. »
Et dist rois : « A vos vient cil plaidiers
« De la pais faire et la guerre laissier. »

Coment encore parole Naimes.

« Sire emperere, ce dist li dus Naimon,
« O la roïne ai esté à tençon ;
« Tot m’a conté de soe entencion.
« A parlement, cui qu’en poist o cui non,
« Venrés andui le trait à un bouzon :(*)

« L’acordo farés per bona entencion,
« Prenderés la raine à la clera façon. »
Dist l’inperer : « E nu li otrion. »
Adoncha N. et Oçer li baron
Se departent sens noça e tençon,
A l’oste de Costantinople s’en vent à bandon.
O vi li rois, sil mist por rason :
« Emperer sire, ço dist le duc N.,
« Salu vos mande l’inperaor K.,
« Qe à vos vol parler par bona entencion,
« S’el v’a mesfait, en vol fare amendason.
« Sa dama li donés, qe droit est e rason. »
E cil le dist : « E nu li otrion ;
« Ren qe vo plaçe nen sera se ben non. »
Adoncha N. mis Oçer por K.
Qe à lu vegne por far acordason
Cum l’inperer qe de Costantinople son.
Quan la novela oï li rois K.,
El çura Deo, san Polo et san Simon,
Qe mais non fu ni sera in ste mon
De seno e de savoir e de bona rason
Qe somiler se posa à N.

« Ferés l’acorde par bone entencion
« De la roïne à la clere façon. »
Dist l’emperere : « Et nos si l’otrions. »
Atant dus Naimes et Ogiers, li baron,
D’illec se partent sans noise et sans tençon,
Desci à l’ost l’emperéor s’en vont.
Là où le voient si l’ont mis à raison.
« Sire emperere, ce dist li dus Naimon,
« Salus vos porte de part le roi Kallon,
« Parler vos vuet par bone entencion,
« Se vos mesfist, por faire amendison.
« Sa dame rait, que drois est et raisons. »
Et cil li dist : « Et nos si l’otrions ;
« Dès que vos plaist, ne sera se bien non. »
Adonc dus Naimes envoie por Kallon,
Que à lui viegne por faire acordison,
Avec le roi d’outremer le roion.
Quant la novele est venue à Kallon
Il jure Dieu, saint Pol et saint Simon,
Que mais ne fu ni nen ert en cest mont
Qui de savoir de sens et de raison
Acomparer se puist au duc Naimon.


Coment K. vait a l’ost de li roy de Costantinopueple.

Quant l’inperer à cui França apent
Vi le mesaje, molto s’en fa çoient.
Adoncha apelle li meltri de sa jent,
Si fo vesti d’un palio d’Orient,
E fo monté sor un palafroi anblent.
A l’oste l’inperer à cui Costantinople apent
Est venu tosto et isnellement.
Li rois le vi venu, non fait arestament,
Contre li vait, cum di ses plus de çent.
L’un ver l’autre se mostra bel senblent,
De pax faire entro lor a content.
Atant ven la raine qe parti li parlament.
K. quando la vi, s’en rise bellement.
Et ella li dist : « Çentil rois posent,
« Non voio recorder la ira el maltalent.
« A vu fu calonçea à torto, vilment ;
« Machario de Losana, le traitor seduent,
« Onir vos volse à torto, falsament,
« Albaris oncis à la spea trençent :
« Vengança ne prendisi, cun di sa tota la jent.
« E son vestra muler, altro segnor non atent ;


Coment Kalles vait a l’ost dou roi de Constantinoble.

Quant l’emperere cui tote France apent
Vist le mesage, moult par en est joians.
Adonc apele les meillors de sa gent,
Si se vesti d’un paile d’Orient,
Et s’est montés el palefroi amblant.
Au roi à qui Costantinoble apent
S’en est venus tost et isnellement.
Li rois le voit, n’i fist arrestement,
Contre li vait, et des siens plus de cent.
L’uns envers l’autre se mostrent bel semblant,
De la pais faire entr’eus tienent content. (*)
Es la roïne qui part le parlement.
Kalles la voit, s’en a ri belement.
Ele li dist : « Gentis rois sorpoissans,
« Ne me sovient d’ire et de mautalent.
« Fui encorpée à vos à tort, vieument ;
« Li fel Macaires, li cuivers soduians,
« Onir vos vout à tort et fausement,
« Aubri ocist à l’espée trenchant :
« Vengeance en pristes, véant tote la gent. (*)
« Vos moilliers sui, autre segnor n’atent ;

« Da moia part fate l’acordament.
E dist N. : « Vu parlé saçement ;
« L’ira el maltalent nu meten por nient. »
Li rois si la guarda, tot li cor li sorprent ;
Ça parlira à lo d’omo valent.
« Enperer sire, dist K. li posent,
« Non voio avec vos tençere lungement ;
« Se o fato nul ren à vestre noiament,
« Parilé sui à far ne mendament.
« Nen so qe dire : à Deo et à vos me rent.
« En primement eo fu vestre parent,
« Apreso sui, se la dama li consent. »
Dist la raine : « Nen fu ma si çoient ;
« Mais d’une ren vos di apertement :
« De plus en faire ne vos vegna en talent.

Coment K. oit acordamant con l’Enpriere.

Segnur, or entendés e si siés çertan,
En tote rois, prinçes et amiran
K. maine estoit li plus sovran.
Jamais non amo traïtor ne tiran,
Justisia amoit e droiture clian.
Cun l’inperer fato oit acordaman,
Toto soit perdoné la ire el maltalan.

« De moie part faites l’acordement.  »
Et dist dus Naimes : « Vo parlés saigement ;
« A noient soit l’ire et li mautalens. »
Li rois l’esgarde, tos li cuers li sosprent ;
Ja parlera à loi d’ome vaillant.
« Sire emperere, dist Kalles li poissans,
« Ne tancerai avec vos longuement ;
« Se faite ai chose qui à vos soit pesans
« Aparilliés sui de l’amendement.
« Ne sai que dire : Dieu et à vos me rent.
« En par avant fui je vostres parens,
« Si l’er après, se la dame i consent. »
Dist la roïne : « Mais ne fui si joians ;
« Mais d’une rien vos di apertement :
« De plus en faire ne vos viegne à talent. »

Coment Kalles ot acordement a l’Emperéor.

Oiés, segnor, sachiés certainement,
Desor tos rois, princes et amirans
Fu Kallemaines, li riches rois, sovrains.
Ja n’ama mais traïtor ne tirant,
Joutice ama si fu droit maintenant.
O l’autre roi a fait acordement,
Tot se pardonent l’ire et le mautalent.

Gran fu la çoie, mervilosa e gran.
En Paris entrarent totes comunelman,
E la raine à la çera rian
Sor son palés ela monte çoian.
Gran fu la feste en Paris ladan ;(*)
Dame e polçelle s’en vait caroiant.
La festa dure .xv. jor en avan.
E l’inperer qe Costantinople destran
Conçé demande à l’inperer di Fran,
E li rois d’Ongarie avec lui enseman.
I se departe baldi, legri e çoiant.
E lasa la raine à la çera riant
Avec K. le riçe sorpoiant.
Da lor avanti fo pax tot tan,
Ne no le fo ni nosa ni buban.

Coment s’en torn l’Enperere in Constantinople.

L’imperere fo en Costantinople torné,
Et avec lui el meno son berné.
E Leoys, le bon rois coroné,
En Ongarie s’en fo reparié.
Gran çoia moine tot qui de le contré.
K. remist à Paris, sa cité,

Grans fu la joie et mervillose et grans.
En Paris entrent trestuit comunaument,
Et la roïne à la chere riant
A son palais monte lie et joians.
Grans fu la feste à Paris là dedens ;
Dames, pucelles, s’en i vont carolant.
La feste dure .xv. jors en avant.
Li rois à qui Costantinoble apent
Congié demande l’emperéor des Frans,
Cil de Hongrie avec lui ensement.
Il se departent baut et lié et joiant,
Et la roïne laissent au vis riant
Avec Kallon le riche roi poissant.
Tos jors fu pais entre eus d’ore en avant,
Ne mais n’i fu ne noise ne bobans.

Coment s’en torne l’Emperere en Costantinoble.

L’emperere est en sa cité tornés ;
Ensemble o lui a mené son barné.
Et Loéis, li boins rois coronés,
Est en Hongrie ariere repairés.
Cil de la terre grant joie en ont mené.
Kalles remest à Paris, sa cité,

E la raine à son destro costé.
Jamais de ren nen fu tel çoia mené
Cun de la raine qe viva fu trové.
De Varocher e voio qe vu saçé
Ancor non est à sa muler alé,
Ne mais non vi ne fio n’erité
Dapois qe da lor el se fo desevré,
E si estoit un gran termen pasé.
Quando quel ovre el vi si atorné,
Et vi la pax e la guera finé,
A la raine el demando conçé.
« Dama, fait il, vu savés ben asé
« Li jor e li termen q’eo me fu sevré
« Da ma muler e mes petit rité,
« Si le lase in grande poverté ;
« Mais, la marçe de Deo e de vestra bonté,
« Asa o avoir e diner moené
« E bon çivail, palafroi e destré,
« Si qe in ma vie ne sero asié,
« Unde vos pri le conçé me doné. »
Dist la raine : « Eo ne son çoiant e lé. »
Ela li done d’avoir una charé.
« Varocher, dist la dama, or vos en alé ;
« Quant vu averés vestra ovra devisé,
« Venerés à la cort, q’el non soia oblié. »
Dist Varocher : « E l’o ben porpensé. »
A çival monte cun petita masné,

Et la roïne à son destre costé.
Grans fu la joie, tel n’en vist on mener,
Por la roïne qu’est vive et en santé.
Et Varochers, ne le vos quier celer,
A sa moillier ancor nen est ralés,
Ne onc ne vist ne fil ne iretier
Depuis que d’eus il se fu desevré,
Et si estoit uns grans termes passés.
Quant à véu l’oevre si atorner,
Et la pais faire et la guerre finer,
A la roïne a congié demandé.
« Dame, fait il, bien le savés asés,
« A icel jor que me fui desevrés
« De ma moillier et de mes iretiers,
« Je les laissai en moult grant povreté ;
« Mais, Dieu merci et la vostre bonté,
« Or ai avoir et deniers monéés
« Et bon cheval, palefroi et destrier,
« Si qu’à ma vie en serai aaisiés,
« Dont je vos pri le congié me donés. »
Dist la roïne : « Volentiers et de gré. »
Une charée d’avoir li a doné. (*)
Et dist la dame : « Varochers, or alés,
« Et quant aurés vostre oevre devisé,
« Tornés à cort, ne soit mie oblié. »
Dist Varochers : « Et l’ai bien porpensé. »
A poi de gent à cheval est montés,

For qe quatorçe oit sego mené.
Ben soit la vie, qe no s’oit oblié.
Quant à sa mason el se fo aprosmé,
En me la voie oit du ses filz trové
Qe venoit del bois cun legne ben cargé,
Si cun son per li avoit costumé.
Varocher quan le vi, si le parse piaté.
A lor s’aprosme, de doso li oit rué ;
Quando li enfant se vi si mal mené,
Çascun de lor oit gran baston pilé,
Verso son per s’en vont aïré.
Feru l’averoit, quant se retrase aré
E si le dist : « Ancora averi bonté !
« Bel filz, fait il, vu no me conosé ?
« Vestre per sui qe à vos son torné,
« Grant avoir vos dono amasé ;
« Richi en serés en vestra viveté,
« Si çivalçari bon destrer secorné ;
« Çascun sera çivaler adobé. »
E quant li enfant li ont avisé,
Poés savoir gran çoia a demené.

Coment Varocher foit vestir sa dama et ses enfan.

Quant Varocher entra en sa maison,
Ne le trova palio ne siglaton,

Fors que quatorze n’en a o soi menés.
Bien set la voie, ne s’est mie oblié.
A sa maison quant se fu aprismé,
Emmi la voie a ses deus fils trovés
Qui du bois viennent de laigne bien chargé,
Si com lor peres les ot acostumés.
Et quant les voit si l’en a pris pités.
A eus s’aprisme, del dos lor a rué ;
Quant li enfant se voient mal menés,
Chascuns de lor a grant baston cobré,
Contre lor pere s’en vont tot aïré.
Feru l’éussent, quant se retrait arier
Et si lor dist : « Encor aurés bonté !
« Bel fil, fait il, donc ne me conoissés ?
« Vos peres sui qui à vos sui tornés
« A grant avoir que jou ai amassé ;
« Riche en serés en trestot vostre aé,
« Et si aurés bons destriers sojornés ;
« Chascuns sera chevaliers adobés. »
Quant ont lor pere li enfant ravisé,
Poés savoir grant joie en ont mené.

Coment Varochers fait vestir sa dame et ses enfans.

Quant Varochers entra en sa maison,
Là ne trova paile ne siglaton,

Ne pan, ne vin, ne carne, ne peson.
E sa muler non avoit peliçon ;
Mal vestia estoit cun anbes ses garçon.
E Varocher non fi arestason,
Tot le vesti de palii, da quinton ;
De tot quel colse qe perten à prodon
Fe aporter dentro da sa mason,
Si fe levar palasii e doion.
En la corte K. fo tenu canpion.
D’aqui avanti se noua la cançon ;
E Deo vos beneie qe sofri pasion.

Explicit Liber.
Deo gracias. Amen. Amen.

Ne pain, ne vin, ne mais char ne poisson. (*)
Et sa moillier nen avoit peliçon ;
Mal vestie ert et andui si garçon.
Et Varochers n’i fist arrestison,
Tos les vesti de paile, d’auqueton ;
De totes choses tels com use prodon
Fist aporter laiens en sa maison,
Si fist lever et palais et donjon.
En cort le roi fu tenus champions.
D’or en avant faut ici la chansons ; (*)
Dex vos garisse qui sofri passion !(*)

Explicit liber.
Deo gratias. Amen. Amen.



◄  Sommaire Présentation bilingue Appendice  ►

<references>