Valentines et autres vers/Ciels

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ciels
Valentines et autres vers, Texte établi par Ernest Delahaye, Albert Messein (p. 222).
Prière  ►
Ciels


CIELS


Le Ciel a de jeunes pâturages
Tendres, vers un palais triste et vermeil :
Un Essaim d’Heures sauvages
Guide Pasiphaé, petite fille du Soleil.

Des troupeaux silencieux du ciel,
Un nuage, un doux taureau s’écume,
Se détache, avec le souci réel
Du Baiser qui l’arrose et la parfume.

Et ces neiges, fraîcheur et ferveur,
Au ciel des étreintes fatales,
S’unissent, ô Douleur !
Le taureau roule sur la prairie idéale.

La Passion plus doucement encore a lui.
Sous le Baiser qui les parfume et les arrose,
Ils s’absorbent au ciel qui les absorbe en lui.
Reste seule la bave du Baiser, amère et rose.

Le Couchant a brûlé comme un palais.
Et le ciel s’aveugle avec les cendres
Qu’un Dieu noir chasse avec un balai.
Vénus, diamant et feu, au jardin d’amour, va pendre.