100%.png

Valentines et autres vers/Les Trois épingles

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

Valentines et autres vers, Texte établi par Ernest DelahayeAlbert Messein (p. 221).


LES TROIS ÉPINGLES


Paul est, offerte par Hécate,
L’épingle d’ivoire enchanté
De qui la tête délicate
Reluit, piquée à la cravate
De la belle Fatalité.

Et vous, vous êtes, Delahaye,
Dardant l’éclair de vos vingt ans,
Pareil aux roses de la haie,
Celle à tête d’or, qu’on sait vraie,
Sur la chemise du Printemps.

Mais moi, qu’on vend à la douzaine
Pour vingt sols, j’en fais les aveux,
Humble épingle à tête d’ébène,
Je ne verrai finir ma peine
Que plantée haut dans Ses cheveux.

(Écrit en 1877 ou 78).